Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

Relectures de la geste des narbonnais

Madeleine Tyssens

Texte intégral

1Dans le corpus des chansons de geste françaises, le cycle des Narbonnais se distingue autant par un foisonnement exubérant que par une extrême cohérence. Son rassemblement s'est opéré par retouches et remaniements successifs, selon un processus évolutif qui couvre près de cinq siècles, et la matière nar-bonnaise a emprunté des vêtements divers : poème latin, chansons assonancées, chansons rimées, roman en prose française ou en prose italienne. Il y avait quelque témérité à croire que l'on pouvait en 50 minutes évoquer les implications thématiques, stylistiques et structurelles d'une telle évolution, et je me reproche aujourd'hui d'avoir accepté de notre président la mission de mener pareil charroi. Je me rassure en pensant qu'après tout vous connaissez bien le paysage. Nous partirons donc de l'an mil pour nous arrêter aux environs de 1450 ; nous irons au plus droit, négligeant des bifurcations pourtant pleines d'intérêt et nous efforçant de voir la réalité concrète des textes conservés plutôt que des projections théoriques ou des stades légendaires inaccessibles.

2L'an mil représente une moyenne prudente entre les dates proposées pour la naissance du poème en hexamètres dont le Fragment de La Haye conserve la mise en prose. Poème savant, au style maniériste, nourri de souvenirs de Virgile, Ovide, Prudence, Lucain, Lucrèce, Martial, Juvenal, Fortunat, Isidore, Sedulius, et peut-être du Waltharius, il ne présente pas moins d'incontestables affinités avec les légendes et le personnel de notre geste, sans qu'on puisse décider s'il constitue la première mise en forme d'une légende et une des sources des poèmes en langue vulgaire postérieurs, ou s'il n'est, au contraire, que le reflet parallèle d'une littérature en langue vulgaire. Une datation précise de ce fragment serait à coup sûr significative pour l'histoire de nos thèmes épiques. Mais elle n'a qu'une importance secondaire pour notre propos d'aujourd'hui. Car, même si on s'en tient aux propositions les plus réservées, on devra encore reconnaître que le cadre narratif dans lequel se déroulent les quelques péripéties du fragment relève d'une vision de la geste des Narbonnais antérieure a celle des poèmes conservés, qui l'ont largement oblitérée, même s'ils en évoquent confusément le souvenir. Que voyons-nous, en effet ? Autour d'une ville non identifiée - Narbonne, ou peut-être Orange, et plus probablement Gerone - des héros chrétiens nommés Ernoldus, Bernardus Bertrandus Palatinus et Wibelinus, un comte (qui est peut-être identique à l'un des premiers nommés) et un duc (qui est peut-être le père de Wibelinus) combattent parmi les troupes impériales (Caesarius miles III) une gent paienne (gens offensa superno regi, XVII) conduite par des rois (reges XIII et XVI) et le robuste vieillard Borei, père de plusieurs fils (XVIII, XIX et XX). Face aux rois paiens, le leader des troupes chrétiennes est l'empereur Charles (Carolus imperator) qui se comporte en héros, excite les troupes au combat et se porte en première ligne, mais invoque aussi la miséricorde de Dieu afin que les païens ne l'emportent pas. En ordonnant ce personnel selon les relations établies dans nos chansons, on constate que trois générations de Narbonnais - Aimeri d'abord, puis Ernaut, Bernard et Guibelin l'enfant, et enfin Bertrand le Palazin - se trouvent ensemble à l'âge de la prouesse guerrière (même si le texte souligne la jeunesse de Bertrand et la petite taille de Guibelin) et au service d'un Charlemagne dont la vaillance est incontestée. On le sait, l'affrontement des Narbonnais avec la tribu de Borei est bien connu des poèmes du cycle : les chansons Aimeri de Narbonne et le Siège de Barbastre font allusion à un siège que les douze fils de Borei imposèrent à Ernaut dans sa cité de Gerone ; la Chanson de Guillaume évoque leur massacre par Vivien es prez de Girunde ou au champ del Sarraguce ; la version D du Charroi de Nîmes, elle, attribue à Guillaume le même massacre au même lieu (es pres desos Gironde). Si la Prise d'Orange et Aliscans - pour des raisons qui tiennent à la préhistoire commune de ces deux chansons - voient Borei et les siens vivants, contemporains des événements rapportés, tous les autres textes situent leurs démêlés avec les Aymerides dans un passé lointain, mal défini, soit le passé légendaire connu du narrateur (Aimeri de Narbonne), soit le passé du héros (Siège de Barbastre, Chanson de Guillaume, Charroi de Nîmes). Cette localisation dans un passé révolu se conforme à la fois aux données anciennes du Fragment et aux données nouvelles d'un cycle qui situe tous les exploits des Aimerides sous le règne de Louis (ou aux derniers instants du règne de Charlemagne). La structure ancienne, qui groupe les Narbonnais autour de Charlemagne et en fait en quelque sorte des contemporains de Roland et Olivier apparaît encore dans d'autres textes antérieurs à nos chansons : la Nota Emilianense (entre 1065 et 1075), qui fait figurer 'Ghigelmo alcorbitanas' et 'Bertlane' parmi les douze pairs (= neptis) qui accompagnent Charlemagne en Espagne, et le faux diplôme de Saint-Yrieix (vers 1090), attribué à Charlemagne et signé des noms 'Guillelmus Curbinasus' et 'Bertrannus Validissimus'. A quoi il faut ajouter sans doute le Voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople, qui place 'Guillaume d'Orange', 'Ernaut de Gironde', 'Aïmer', 'Bernard de Brusban' et 'Bertrand' aux côtés de Naimes, Turpin, Roland, Olivier et Ogier dans la liste des pairs ; et peut-être aussi cet étrange début des Enfances Vivien, si mal adapté au reste du cycle et selon lequel Garin a été capturé à Roncevaux.

3Ainsi entre la plus ancienne composition poétique consacrée aux Narbonnais et les chansons qui constituent le cycle, il y a tout à la fois changement de langue et de moyens rhétoriques et déplacement chronologique. Ce déplacement trouve sans doute une explication commode dans l'histoire elle-même puisque Guillaume de Toulouse fut à la fois subordonné à Charlemagne et à Louis roi d'Aquitaine ; il peut être le fait du poète du Couronnement de Louis (vers 1137-1150) qui avait pratiqué les chroniques carolingiennes. Mais ce déplacement est tout autre chose que circonstanciel et il entraîne une mutation majeure : à la simplicité d'un conflit univoque où s'opposent "la nation hostile au roi du ciel" et les "bataillons impériaux" menés par les Narbonnais groupés autour d'un empereur vaillant, lui-même "appuyé sur la miséricorde de Dieu qu'il savait toujours présente et infinie", succède une situation confuse où les Aimerides auront à la fois à affronter sans relâche la 'gent averse', le plus souvent sans leur garant naturel ou malgré lui, à lutter contre la dispersion, voire l'antagonisme des forces chrétiennes, suscités par la carence de celui qui devait être le principe de l'unité et le moteur de l'action, enfin à faire taire en eux les voix de la colère et du découragement. Cette métamorphose, sans doute inspirée au poète du Couronnement par les inquiétudes nées au début du règne de Louis VII, assigne pour longtemps un cadre aux poèmes de la geste et définit sa spécificité : idéal têtu de fidélité vassalique, aux frontières de la révolte.

***

4Avant que s'opère cette mutation essentielle, un poème au moins avait vu le jour, une première Prise d'Orange, aujourd'hui perdue dont l'existence est fermement assurée par les témoignages convergents de la Vita Saneti Wilhelmi de Gellone (1125 environ) et l'Historia ecclesiastica d'Orderic Vital (entre 1131 et 1141). On a souvent tenté de reconstruire ce texte perdu à l'aide des allusions qui y sont faites dans la Vita, la Chanson de Guillaume, le Moniage Guillaume II, Aliscans, la Chanson de la Croisade contre les Albigeois, le Siège de Barbastre, Faucon de Candie et les Nerbonesi d'Andrea de Barberino. Bornons-nous à ce qui semble peu contestable et qui permet encore de mesurer l'écart entre ce poème primitif et son premier remaniement, qui fut l'archétype des versions conservées. Tout d'abord ces allusions ne laissent pas deviner quelle part la femme de Tibaut prenait à la victoire de Guillaume ; mais elles nous font entrevoir un trait de sauvagerie et de haine puisque l'un ou l'autre des nouveaux époux - ou les deux ensemble - assassinait les enfants du vaincu, qui étaient peut-être aussi ceux de la femme. Elles ne laissent aucun doute en revanche sur l'existence d'un deuxième épisode, qui rapportait le retour offensif du chef dépossédé, et le long siège que Guillaume endurait dans la ville conquise ; ce long siège était marqué par de douloureuses péripéties et surtout par une horrible famine ; les assiégés étaient secourus par des membres du lignage (Beuves et Vivien sont cités, mais tout laisse deviner que Bertrand était l'acteur principal de cette rescousse). On notera surtout qu'au témoignage de la Vita la mission de reconquérir le Midi est confiée à Guillaume par Charlemagne, et cette donnée s'harmonise parfaitement non seulement avec la chronologie biographique mais encore, on vient de le voir, avec l'état de la légende à cette haute époque. Si le rédacteur de la primitive Prise d'Orange a bien rapporté dans le récit du Siège un épisode de "recours au roi" Louis et une intervention efficace de ce dernier, ce changement de règne - contrairement à celui du Couronnement -n'avait pas affecté l'essentiel : la relation du seigneur au guerrier reste harmonieuse ; l'expédition de Guillaume, partie de la cour impériale, est avant tout un épisode de guerre sainte. La mutation, dans ce cas, s'opère entre cette Prise primitive et l'ensemble Charroi - Prise conservé, qui prend en compte les relations nouvelles définies par le Couronnement : la médiocrité et l'ingratitude de Louis contraignent le héros à une action dont les fins sont d'abord personnelles (conquêtes de fiefs, épopée nuptiale), même si, en dernier ressort, elle sert aussi les idéaux de la guerre sainte et de l'affermissement du pouvoir royal.

  • 1 J. FRAPPIER, Les chansons de geste du cycle de Guillaume d'Orange, Paris, 1965, t. II, p. 258.

5La nouvelle Prise d'Orange, c'est-à-dire l'archétype de toutes les copies conservées, manifeste encore d'autres métamorphoses : "épopée nuptiale teintée d'un coloris courtois", "roman d'amour dont le dénouement se fait à coup d'épées", où Guillaume Fierebrace est "transformé en soupirant", poème qui "reflète quelque peu une mode littéraire marquée par la lyrique et le roman courtois" selon les formules heureusement calculées de J. Frappier1. Depuis que M. Regnier a procuré cette indispensable édition des diverses versions du poème, plusieurs analyses sagaces ont paru, signées de nos collègues, Dufournet, Payen, Kibler, Heinemann, Crist, Schurfranz, Grunmann-Gaudet et Kindrick ; elles se trouvent toutes reprises dans la thèse encore inédite intitulée La Prise d'Orange : une épopée pour rire ?, où M. Claude Lachet explore systématiquement les pistes indiquées par ces auteurs. Tous soulignent le caractère paradoxal d'une oeuvre qui reste épique dans sa forme, ses moyens stylistiques et certains des motifs qu'elle développe, mais dont les thèmes sont d'abord ceux de la lyrique et du roman (amor de lonh, natureingang, "desverie" de l'amour, prouesse inspirée par la dame) : le héros, tiraillé entre deux systèmes de valeurs éthiques - sinon entre deux statuts littéraires - est comme paralysé ; Guillaume Fierebrace devient Guillaume "l'Amiable" et s'expose aux sarcasmes de son neveu Guibelin, qui prend la relève des comportements héroïques ; cette contradiction fondamentale trouve issue dans un humour très diversifié, qui va de la parodie légère au franc comique de situation.

***

6Avec le Couronnement, le Charroi de Nîmes et la Prise d'Orange, nous avons quitté la préhistoire et nous arrivons sur un terrain plus ferme. Quelle que soit, pour certaines des dix chansons de la geste de Guillaume conservées dans les mss cycliques, l'ampleur du phénomène de la variation, il est clair dans chaque cas que toutes les versions procèdent d'un archétype unique "parfaitement fixé dans sa lettre", comme on l'a dit ailleurs, que l'on peut, à travers elles, reconstituer dans la plupart de ses détails et souvent - mais non toujours - dans sa formulation même. En retour, cette reconstruction comparative fait apparaître la démarche des remanieurs, leurs choix thématiques et les particularités de leur écriture.

7A considérer l'ensemble de la geste dans son développement extrême, celui qu'elle atteint dans les manuscrits dits "du grand cycle", siglés B1, B2 et D, on doit constater d'abord que le phénomène de la variation atteint moins vivement les chansons du cycle d'Aimeri que les chansons du cycle de Guillaume. Les copies qui réunissent les seules chansons narbonnaises n'offrent guère que des variantes banales, ne divergent pas, en tout cas, de façon caractérisée. Insérées dans le Grand Cycle, ces chansons n'ont subi que des retouches ponctuelles qui visent avant tout à ajuster au mieux la chronologie et à effacer les contradictions que pouvait faire apparaître une imbrication rigoureuse des récits des deux cycles. Mais le cycle de Guillaume proprement dit a fait l'objet de remaniements plus profonds, commandés tantôt par le souci d'harmoniser dans leur forme les chansons d'un même recueil ou de les enjoliver d'une innovation stylistique, tantôt par le désir de restaurer des épisodes anciens sacrifiés au cours du développement du cycle, tantôt enfin par le besoin d'infléchir vers une diction nouvelle le mode narratif de l'épopée ou de tirer parti d'une thématique plus moderne.

8Ces relectures ne portent jamais sur une seule chanson, et jamais non plus (excepté peut-être la version B) sur l'ensemble du cycle ; elles participent du processus de rassemblement cyclique qu'elles renforcent et infléchissent tout à la fois. Pour bien situer leurs limites, il faut rappeler rapidement quelles furent les lignes de force de ce rassemblement. Le schéma ci-joint me permettra de faire bref.

  • Avant le rassemblement des collections que nous possédons aujourd'hui, deux petits noyaux cycliques s'étaient constitués, le premier réunissant le Couronnement, le Charroi et la Prise, le second, Aliscans, la Bataille Loquifer et le Moniage Rainouart. Chacun des rassembleurs, travaillant à partir de ces noyaux, organisa une série plus ou moins étendue, en insérant à leur place chronologique et au moyen de "raccords" qui lui sont propres les Enfances Guillaume, les Enfances Vivien, la Chevalerie et le Moniage Guillaume -ou encore Foucon de Candie.
  • Nous possédons ainsi quatre collections d'un cycle de Guillaume, représentées par les six mss du groupe x, le ms. D, le ms. E et le ms. C, et une collection d'un petit cycle Vivien-Foucon représentée par le ms. ars et le ms. C.
  • Dans le schéma le sigle ■ signale l'absence d'une chanson, soit qu'elle n'ait pas fait partie du projet de rassemblement, soit qu'elle ait disparu accidentellement ; la croix de St André signale la suppression intentionnelle d'une chanson ou d'un épisode qui figurait dans le modèle. Une partie des cases est marquée d'une simple croix. Il s'agit de versions que je qualifierais de "neutres" : si on les compare aux versions concurrentes elles représentent une sorte de moyenne et ne révèlent pas de modifications caractérisées -sinon ponctuelles et dues le plus souvent aux copistes ; ce sont celles qui nous livrent de l'archétype le reflet le moins déformé.

9Tel est, par exemple, le cas de D pour les Enfances Guillaume, les Enfances Vivien et la Chevalerie ; et le cas de x pour le Couronnement, le Charroi et la Prise. Il convient d'ajouter que x est partout déparé par des fautes plus ou moins nombreuses et des banalisations dénoncées par l'accord des versions concurrentes ; le sous-groupe A est le plus fidèle à x, mais il ajoute ses propres fautes aux fautes de ce dernier ; quant au sous-groupe B, il se caractérise par une tendance au délayage, par une longue série de menues retouches formelles visant à la précision de l'expression et au rajeunissement de la langue, sans qu'on puisse voir là un remaniement comparable à ceux dont nous allons parler.

10– Quatre parties du corpus présentent, face aux archétypes, des écarts tels qu'ils modifient plus ou moins profondément leur sens ou leur visage. Tout d'abord la version très particulière (d) que le ms. D offre du Couronnement du Charroi et de la Prise ; en deuxième lieu la version que j'ai appelée r parce que le remanieur tendait à rimer plus ou moins exactement des modèles assonancés : ce remaniement est conservé pour partie par le ms. C, pour partie par le ms. E et affecte une séquence qui va du Couronnement Louis à la Chevalerie Vivien ; ensuite le petit cycle "Vivien-Foucon" dans la version agrémentée du vers orphelin, appelé pour cela v et conservé dans les recueils de l'Arsenal (ars.) et de Boulogne (C) ; enfin le remaniement v' des Enfances Vivien et de la Chevalerie, nanti lui aussi du vers orphelin, mais qui présente encore d'autres traits différentiels.

11La version d du Couronnemant, du Charroi et de la Prise est sans nul doute l'ensemble le plus étrange de tout le corpus. D'une part, cette version apparaît comme un témoin précieux, indépendant de x et C, et remontant en droite ligne a l'archétype ; - et c'est au point que dans la construction stemmatique bifide que M. Régnier propose pour la Prise d'Orange, D se retrouve seul, face à C et x, entachés d'innovations communes.

  • 2 M. TYSSENS, La geste de Guillaume d'Orange dans les manuscrits cycliques, Liège et Paris, 1967, pp (...)
  • 3 J. RYCHNER, Observations sur le Couronnement de Louis du manuscrit B.N. fr. 1448, dans Mélanges de (...)

12D'autre part elle s'écarte violemment de cet archétype par d'incessantes variations textuelles dont on n'aperçoit pas la signification ou la finalité. L'unité de la démarche "stylistique", certains traits de langue (comme l'emploi de la forme dissyllabique et non trissyllabique du nom Louis) et la récurrence du motif "Hei ore dolce" obligent à attribuer à un même homme la refaçon des trois poèmes2. Quant aux modalités de cette refaçon, on a proposé deux systèmes d'explication. Soit une reconstitution de mémoire, fondée sur la pratique des jongleurs : l'hypothèse a été avancée déjà par H. Suchier en 1901, elle a été explorée très attentivement par M. Rychner à partir de la version D du Couronnement, accueillie par Maurice Delbouille pour les trois poèmes en cause et par M. Cl. Régnier pour la Prise d'Orange. Soit une reconstitution opérée vaille que vaille par un copiste qui ne disposait que d'un modèle très endommagé, illisible et lacunaire par endroits. C'est ainsi que J. Frappier expliquait l'écrasement du Couronnement de Louis ; c'est ainsi surtout que M. Mc Millan explique la version D de la Prise d'Orange3. Personnellement j'ai le sentiment que la première hypothèse rend compte, mieux que l'autre, de tous les faits observés. Naturellement, au sein de la polémique née autour des problèmes de l'oralité et de l'improvisation, le choix entre les termes de l'alternative : "version de jongleur ou version de copiste" est un choix brûlant. Mais dans la perspective où nous nous plaçons les deux hypothèses sont moins opposées qu'il n'y paraît, puisque dans l'un et l'autre cas, le produit final résulte d'une interruption dans la transmission du texte premier, que cette interruption soit due a des défaillances de mémoire, à un apprentissage trop sommaire du poème ou au contraire aux accidents matériels infligés à un support de parchemin, que les lacunes aient été comblées à l'aide de formules par un professionnel des pratiques jongleresques ou par un scribe qui réinventait des hémistiches et des motifs qu'il avait transcrits déjà à longueur de cahiers.

13En général, la critique juge sévèrement la qualité littéraire de cette entreprise.

14M. Jean Rychner voyait dans D "une version (...) plus "passive" qu'"active", plus dégradée que positivement remaniée" ; Maurice Delbouille écrivait : "la version du (ms.) D (...) est (...) écrite dans une langue difficile et dans un style grossier où les vers tout faits reviennent à satiété et où, malgré quelques traits vraisemblablement anciens, le texte laisse nettement l'impression d'avoir été bâclé par quelqu'un qui savait le contenu et la succession des aventures ainsi que l'ordre des laisses et des assonances, mais qui, dans chaque laisse, n'avait un souvenir précis ni de l'enchaînement des phrases, ni de la suite des vers, ni surtout, de la lettre du texte" et M. Cl. Régnier : "On doit avouer que le détestable résultat de cette composition orale n'incline pas à généraliser et à supposer semblable genèse pour toutes nos épopées".

  • 4 J. FRAPPIER, op. cit., t. II, p. 75.

15Çà et là pourtant on voit décerner à ce "remanieur malgré lui" quelques éloges. Déjà M. Rychner concédait qu'une ou deux des innovations relevées dans le Couronnement était "peut-être volontaires" : la survie d'Arneïs (au lieu de le tuer, Guillaume le force seulement à s'agenouiller et à faire sa soumission à Louis), ou la mort de Charlemagne (celui-ci meurt aussitôt après le couronnement et non - comme c'est le cas dans la vulgate - pendant la première expédition de Guillaume à Rome, ce qui montre bien que notre homme, dont le récit allait ignorer cette expédition, restait attentif à la cohérence de l'ensemble). Jean Frappier4, pour sa part, soulignait la tendance "cléricale" du remaniement, qui appelle le héros "saint Guillaume", évoque le miracle de la sainte ampoule apportée par un ange lors du sacre de Clovis, et accueille la tradition née en l'an 1000 lors de la découverte du tombeau de Charlemagne par Otton III et selon laquelle l'empereur est assis dans ce tombeau :

Il ne gist mie, ançois i siet a certes ...
Sur ses genolz, l'espee an son poin destre :
Ancor menace la pute gent averse.

  • 5 M. MANCINI, Società feudale e ideologia nel "Charroi de Nîmes", Firenze, 1972, pp. 168 et 1971.

16Pour le Charroi de Nîmes, M. Mancini s'insurge contre les jugements sévères de ses prédécesseurs et proclame son admiration pour la version D où il aperçoit non une dégradation accidentelle (...) dominée par le mécanisme de la récitation, mais une volonté précise de structuration expressive5. Il met en évidence la tendance à une visualisation concrète des situations, qui comporte en effet quelques heureuses trouvailles, comme ce passage où Guillaume évoque avec une sar-castique concrétisation métonymique le temps où il jouissait apparemment de l'amitié du roi :

Hei, rois Lo(o)ys, qu'est li tens devenus
Chascons disoit j'estoie vostre drus,
De vostre alene et chauciés et vestus ?

17ou cet autre où Bertrand souligne avec force, dans un jeu de figures de rhétorique, que les fiefs qu'il veut voir réclamer par Guillaume échappent absolument à la juridiction du roi :

Rove li terre se tu li velz rover,
Une tel terre dont il ne soit grevés,
Ne a nul jor ne preïst un disner,
Ne aucun soir n'i preïst un sosper,
(Ne) De soe part n'i sout un mes aller
Qui n'en aùst un des membres copés.

18M. Mancini épingle aussi des raccourcis violemment expressifs comme ces passages parallèles qui rapportent la reddition des ennemis du roi :

Jel vos rendi lié parmi les braces.
Ves lou vos la ou siet antre ces autres !

Jel vos rendi loié estroites poignes
Ves lou vos lai o siet antre les contes !

  • 6 Id., pp. 173 et 177.

Jel te rendi par lou nasel devent6.

  • 7 Id., p. 186.

19Il souligne l'emploi suggestif des parallélismes et les ruptures burlesgues de ces parallélismes. Dans les anticipations et les rudes parataxes, il veut voir "una densa magmatica volontà di strutturazione" plutôt qu'une absence de "scrupule de syntaxe ou de morphologie"7.

  • 8 Thèse citée, pp. 82, 115, 382.

20Pour la Prise d'Orange, en revanche, M. Claude Lachet8 juge sans bienveillance notre version D : progression dramatique et jeu des oppositions moins ajustés que dans la vulgate ; déplacement malencontreux de l'envoi d'un messager à Tibaut entraînant des redites qui n'ont rien de lyrique ; multiples oublis de détails significatifs ou comiques ; au plan des techniques épiques, c'est dans D qu'on trouve le plus grand nombre de laisses composites, la structure stro-phique et le jeu des laisses similaires y est moins rigoureux que dans A, on y relève de multiples reprises verbales stéréotypées, maladroites et dépourvues de toute signification structurale. Mais cette version semble également plus archaïque, moins courtoise que A et C, plus conventionnelle dans le traitement des motifs et des personnages.

  • 9 M. TYSSENS, Vestiges lexicaux dans le manuscrit D de la Prise d'Orange, dans Etudes de Philologie (...)

21Ces jugements contradictoires sont également justifiés. Le texte de d contient à la fois le meilleur et le pire. Qu'on me permette de rappeler encore cette belle leçon9, avec ses archaïsmes lexicaux :

22au début de la Prise, Guillaume enfermé dans Nîmes avec ses neveux, déjà lassé d'une paix monotone et médiocre, ronge son frein et se plaint à Bertrand, comparant leur séjour à un emprisonnement :

Ensement sommes ça dedenz enserré
Comme li nom qui est emprisonné.

23Telle est du moins la leçon de x et C. Mais D use d'une autre comparaison, plus brutalement suggestive :

Ans somes ci tout ansanble anserré
Si con li pors en la rende soés,

24c'est-à-dire 'comme le porc parqué dans la soue' ; les guerriers désoeuvrés dans Nîmes sont abêtis comme des porcs mis à l'engrais dans un abri trop étroit.

  • 10 J. FRAPPIER, op. cit., t. II, p. 257.
  • 11 Id., p. 197.

25Jean Frappier a caractérisé très judicieusement notre version : "(elle) juxtapose bizarrement des leçons primitives, des traits anciens et de fâcheuses innovations"10 ; "la version du manuscrit D (...), souvent confuse et parfois incohérente, est d'un ton plus trivial. Dans ce texte broussailleux se détachent des vers et des passages hauts en couleur, animés d'une sorte de gouaille épique"11.

***

26La version r est d'une autre pâte. Le projet et les techniques du remanieur se laissent découvrir plus aisément.

27D'une part, conduit peut-être par le souvenir d'une forme ancienne de la Prise d'Orange, il a voulu faire de l'invasion sarrasine et de la "bataille horrible en Aliscans" non plus la conséquence d'un cruel défi de Vivien, mais la réaction naturelle de Thibaut suite à l'affront que Guillaume lui a infligé en lui prenant sa ville et sa femme. La cohérence de cette construction est assurée par les innovations suivantes : 1) Thibaut, mandé par son fils Arragon, arrive effectivement à Orange - au lieu de s'évanouir mystérieusement sur la mer, comme c'est le cas dans notre Prise d'Orange - ; mis en déroute par Guillaume, Bertrand et Guielin après un "mini-siège", il s'en retourne en Espagne chercher une armée plus imposante ; c'est pour répondre à son appel que Desramé se porte en Aliscans. 2) Au moment où son oncle et ses cousins s'emparent de Nîmes et d'Orange, Vivien doit être déjà en âge de combattre : aussi le remanieur le fait-il figurer à quatre reprises parmi les neveux qui combattent aux côtés de Guillaume dans le Couronnement de Louis ; aussi supprime-t-il les Enfances Vivien se bornant à les résumer en seize vers comme une histoire ancienne.

28D'autre part, il a voulu sinon éliminer, au moins atténuer une disparate stylistique qui subsiste dans le cycle classique, où les premières chansons sont assonancées, tandis que le "cycle d'Aliscans" est rimé et que la Chevalerie Vivien est assonancée avec une forte tendance à la rime.

29Dans le remaniement r, la Chevalerie Vivien est rimée exactement, la Prise et le Charroi n'atteignent pas la laisse complètement rimée mais procèdent par séries homéotéleutes, le Couronnement reste assonancé. J'ai pensé autrefois que le remanieur avait commencé son travail à rebours et que, la lassitude venant, il s'était peu à peu contenté de solutions approximatives. Mais on pourrait imaginer aussi bien qu'il a conçu subtilement le projet non de réduire la disparate, mais de l'estomper en passant progressivement de l'assonance pure à la rime pure.

30Son entreprise ne se limite pas à la restructuration des récits et à l'harmonisation stylistique. Elle se caractérise aussi par des retouches rédactionnelles d'un autre ordre, qui deviennent de plus en plus nombreuses au fil des chansons, comme si son effort de mise en rimes éveillait progressivement un pouvoir d'invention autonome.

31Dans le premier épisode du Couronnement, où la présence de trois témoins (x, C et D) permet de contrôler la fidélité de chacun, on ne constate guère que des écarts légers, mais qui illustrent bien les tendances discursives de notre auteur. La scène est au moutier d'Aix-la-Chapelle ; Charlemagne, découragé par l'attitude de Louis, vient d'accorder à Hernaut d'Orléans une régence de trois ans. Dans x et D, le narrateur amène rapidement le rebondissement :

Sempres fust rois quant Guillelmes i vient.
D'une forest repere de chacier.
Ses niés Bertran li corut a l'estrier.

32Mis au courant, le héros se précipite dans l'église. La rapidité de la transition fait percevoir l'imminence du danger et le hasard bienheureux qui ramène Guillaume au bon moment : "Sempres fust rois quant Guillelmes i vient ..." Le rédacteur r, lui, prend bien son temps pour mettre les acteurs en place :

  • 12 Le texte de C est cité d'après l'édition de Y. G. LEPAGE, Les rédactions en vers du Couronnement d (...)

Del roi Karlon vous vourai chi laissier
Et de Guillelme vos voldrai acointier.
A la cort vient baus et joiant et liés.
Uns chevaliers li vient a l'encontrier ;
Bel le salue et toz ses chevaliers ;
Et dist Guillelmes : "Ust Karles li proisiés ?
- En non Dieu, sire, il est en cest mostier ...12

33Dans cette narration circonstanciée, l'urgence dramatique a complètement disparu.

34Dans la rédaction A, le Couronnement compte 2670 vers ; la rédaction r offre un chiffre quasi équivalent : 2717 vers. Mais cette quasi-équivalence résulte d'un équilibre entre vers omis et vers ajoutés. Bien entendu, privé du contrôle de D pour la majeure partie du poème, on ne peut toujours avec certitude imputer à r une omission ou une addition. Certaines tendances néanmoins apparaissent clairement. On se bornera ici à les signaler, réservant pour une autre étude un examen détaillé et illustré. Le remanieur r élimine souvent les vers de développement formulaire d'un motif (armement, péripéties d'un combat), les reprises lyriques qui assurent l'enchaînement d'une laisse à l'autre ou d'un épisode à l'autre, les vers d'annonce ... Mais il est attentif à mettre en place de menus détails qui confèrent au récit une précision tendant à l'effet de réel (détails d'ordre tactique, topographique ou météorologique) ; il aime la formalisation des procédures, il détaille minutieusement les conventions, etc ...

35Ce remanieur note volontiers - finement parfois - les mouvements du coeur et de l'esprit. Le portier de Tours, qui s'apitoye sur le sort de Louis, Tendrement pleure des biax iex de son cief ; Acelin, apostrophé en public par Aliaume tremble de colère et de honte : Li Normans l'ot, à poi d'ire ne font ; Grant honte en a por cels que oï l'ont. Quand le jeune roi cherche en vain un champion pour combattre Gui l'Allemand, notre narrateur ne se contente pas, comme l'auteur de la vulgate, de noter son chagrin ; il montre aussi l'embarras des barons : n'i a cel quel regarde, le désarroi de Louis : or ne seit il qu'il face (...) Or ne seit il que respondre as messages, le mépris du messager : E couars rois, li cors Dieu mal te face ! Comment quidés tenir teil yretage, Qui vers un homme ne t'oseras combattre ?, l'ironie de Guillaume qui survient à ce moment : Sire empereres (noter l'emphase), mout estes amïables, Vos samblés feme qui ploure par usage ! et, lorsque Guillaume a relevé le défi, le soulagement enfantin de Louis qui embrasse le guerrier, apparemment réticent : Ole li rois, parmi les flancs l'enbrace, Voille ou ne voelle, le baisa el viaire ; enfin quand le héros a vaincu son adversaire, au moment du retour victorieux de Guillaume, il commente avec une lucidité amère l'accueil joyeux que lui réservent le roi et des barons : "Teil l'a joï qui ne l'a gaires chier". On notera encore qu'il a le respect des convenances et des bons sentiments : dans la vulgate quand il apprend les prétentions de Gui l'Allemand, Guillaume garde d'abord le silence ; Louis commence b pleurer ; avant de prendre l'affaire en main, Guillaume se fâche (Hé, povres rois, lasches et assotez) ; notre remanieur, lui, développe d'abord un dialogue vertueux entre Guillaume et Bertrand :

Biax sire niés, quel conseil me donrés ?
- Oncles, dist il, quel conseil demandés ?
Ja, se Dieu plaist, par vo cors n'ert pensés
Ne vo lignage ne sera reprové ;
Tant com puissiés vos garnimens porter
N'ert Loeys nos rois desiretés.
- Niés, dist Guillelmes, de vostre grant bonté
Malvais conseil n'i porroit on trouver (...)
(...) Ainc nos lignages n'ot pais en son aé.

36Voyant le roi en larmes, Guillaume s'adresse à lui avec une gentillesse résignée :

"Sire, dist il, mout estes effreés
Mes, par l'apostle que on doit aourer,
En vo service m'estuet ains devïer
Que ne vos renge toutes vos iretés".

37Certaines modifications visent aussi à donner de Bertrand une image idéale - peut-être parce que le remanieur a l'intention de donner, ou de rendre au personnage un rôle de premier plan dans le Siège d'Orange. Dans la vulgate (= x) Bertrand n'a pas réagi plus que les autres à l'appel angoissé du roi ; quand Guillaume, revenu au bon moment d'une expédition "fourrage", relève le défi de Gui, Bertrand a un sursaut d'orgueil :

Oncles, dist il, trop nos vet malement ;
Tot vos eschiet, et batailles et chans.
Vostre barnages met le nostre a neant.
Ceste bataille, sire, je la demant :
Donez la moi par le vostre comant.

38Hargne de jeune loup, exaspéré par l'écrasante supériorité de l'aîné. La réplique de Guillaume est rude :

Vos parlez folement,
Quant Looys s'aloit or dementant,
Ainz n'i ot nul tant hardi ne poissant
Qui devant lui osast tendre son gant.
Cuidiez vos ore qu'alasse reculant ?

39Dans notre version, tout baigne dans l'huile ; Bertrand aussi était parti au ravitaillement ; il revient donc avec Guillaume et lorsque celui-ci a relevé le défi, l'oncle et le neveu font assaut de générosité :

Dist Bertrans : "Oncles, por Dieu l'esperitable
Laissiés me faire por vos ceste batalle."
Et dist li quens : "Ja Damediex ne place
Qu'en lieu de moi uns autres se combace !"

  • 13 O. JODOGNE, Le manuscrit de Boulogne du "Charroi de Nîmes", dans Coloquios de Roncesvalles Agosto (...)

40Faute de temps, nous passerons rapidement sur la version du Charroi de Nîmes. M. Omer Jodogne a relevé autrefois13 une série d'écarts qui sont du même ordre que ceux du Couronnement : ainsi dans la scène fameuse des reproches, les propos et les attitudes de Guillaume n'atteignent pas à la virulence qu'on leur voit dans x et D ; après la première scène il semble même éprouver quelque regret d'avoir ainsi malmené un roi dont il a finalement pitié. Le roi aussi se montre moins odieux : il paraît songer à l'intérêt des héritiers du défunt dont il offre le fief à Guillaume :

Mors est li sires, recevés ent le don ;
Del jentil homme deux enfans remés sont ;
Norrirés les, lor pere fu prodom ;

41d'autre part, il s'engage à garantir les conquêtes futures de Nimes et d'Orange (Chi et aillors vous en serai garant), alors qu'il refuse au contraire, dans x et D, de promettre cette garantie.

42Le remanieur est ici encore attentif aux réactions psychologiques : lorsque Bertrand et Guielin s'engagent à mener l'expédition aux côtés de Guillaume, leur père, Bertrand, est tout à la fois heureux et angoissé :

Aveuc Guillelme ont recheü le gant,
Ot le li peres si s'en rist doucement
Et puis aprés va du cuer sospirant.

43En somme, comme le note justement M. Jodogne : "notre anonyme (...) a jugé bon de nuancer davantage (les caractères des personnages), parfois (...) au détriment du tragique de la première partie et du comique de la seconde".

44Toutes les tendances qui font cette personnalité se déploient largement dans la Prise d'Orange. Nos collègues Regnier, Heinemann et Lachet ont relevé dans sa version la transformation de la laisse, qui devient essentiellement narrative et souvent composite ; la répugnance aux recommencements, aux reprises et aux laisses similaires et l'atténuation du caractère oral ; le souci de la motivation et de la vraisemblance.

45L'archétype de la Prise, on l'a vu, entraînait déjà l'épopée dans les voies du roman. Notre remanieur a sensiblement accentué ce caractère romanesque. En contrepoint avec l'aventure brûlante de Guillaume, il développe une intrigue d'amour juvénile et sensuel entre Guielin et la suivante Juete ; le troisième larron Gillebert se contentera de la seconde suivante, dont il fait d'ailleurs peu de cas, préoccupé qu'il est de trouver des vivres dans cette tour où ils sont enfermés ; les scènes de combats sont ainsi entrecoupées de propos amoureux, gaillards ou plaisants. Mais il sait aussi dire, et en termes justes, la colère et le chagrin réel du vieux mari trompé :

Tibaus l'entent, n'a talent qu'il en rie ;
Ains fust un hom alés liewe et demie
Que il parlast et qu'il un soul mot die.
Quant il parla, si dist a vois serie :
"Hé ! Mahomet ! L'a il donques honie ?
S'il jut a li c'est grande deablie,
Avillié m'a a trestoute ma vie ;
Mais la deserte li sera bien merie :
Il en pendra et ele en ert banie".
Puis dist en bas, mais on ne l'oï mie :
"Hé ! las, dolent, je nel feroie mie,
Ke tant est bele et de membres taillie
Et je l'aim plus que nule rien qui vive ;
Sa grant bialté a mon cuer en ballie.
Bien sui honis que je l'ai tant laissie".

  • 14 Thèse citée, pp. 288-289.
  • 15 Id., pp. 131 et 122.

46Il fait pressentir aussi, comme l'a bien vu M. Lachet14, les sentiments ambigus qu'Arragon éprouve face à sa jeune belle-mère. Il ajoute de nouvelles touches au caractère de Guillaume, le montrant tantôt pris de remord, tantôt fanfaron, tantôt inconséquent, voire quelque peu mufle. On notera enfin, à la suite de M. Lachet15, sa volonté d'émouvoir et de dramatiser : il multiplie les emplois de termes et de locutions évoquant la douleur et la colère et les anticipations pathétiques.

***

47On passera plus rapidement sur le remaniement v. Son auteur s'est proposé de rassembler les chansons du noyau 2, Foucon de Candie et le Moniage Guillaume. L'insertion de Foucon de Candie dans une séquence qui l'ignore habituellement entraîne notamment le remaniement d'un épisode de la Bataille Loquifer où se trouvait rapportée la mort de Desramé. En outre, le remanieur, séduit par une mode peut-être récente, a voulu parer les poèmes qu'il rassemblait d'un ornement métrique : l'hexasyllabe féminin, déjà présent dans les poèmes du cycle d'Aimeri ; il a donc remanié la fin de chacune des 1400 laisses de l'ensemble, réduisant parfois à l'hexasyllabe le dernier décasyllabe, ajoutant ailleurs un ou deux vers à la fin de la laisse. Ces 1400 variantes ne se laissent pas réduire naturellement à une analyse unique ; tout au plus peut-on apprécier l'effet général : innovation tardive, pastiche ou récurrence de l'ancienne tradition des refrains, le vers orphelin crée dans la succession des décasyllabes une heureuse diversion métrique - et peut-être musicale - ; il confère, tout en la soulignant, quelque chose d'alerte à la chute de chaque laisse. Notre remanieur en joue avec bonheur ; que l'on compare par exemple Aliscans, fin de la laisse XCII :

Quant François l'oent es les vos esfreés,
N'i a si cointe n'en soit espavontés.

48et

Quant François l'oent es les vos esfreés,
Trestot s'en espaventent.

49ou encore, fin de la laisse XCVII :

En la quisine va Rainouars couchier,
Joste le fu, dalés un grant brasier,
De son tinel a fet son oreiller.

50et

En la quisine va Rainouars couchier,
Joste le fu, dalés un grant brasier,
De son tinel a fet son oreiller,
Adont s'en dort a aise.

  • 16 B. WOLEDGE, Remarques sur la valeur littéraire du Moniage Guillaume, dans La technique littéraire (...)
  • 17 Id., p. 29.

51On retrouve la même vivacité dans la version écourtée du Moniage Guillaume I qui clôture cet ensemble et qu'il faut selon moi attribuer à ce même remanieur cyclique. Plus court des trois quarts que le Moniage Guillaume II, il apparaît comme un résumé rapide et beaucoup plus linéaire, qui défait le jeu des enchaînements et celui des laisses parallèles (souvent très précisément construit dans son modèle), recourt parfois à de longues laisses composites, mais en compensation semble porté par une sorte de verve allègre et une grande aisance dans le maniement du décasyllabe et dans celui du vers orphelin, qui lui permet de "détacher une réflexion ironique, de mettre en vedette un détail amusant"16. "C'est presque la technique du roman", dit à son propos M. Woledge qui a fort bien défini la manière de notre homme : "dans l'arsenal du style traditionnel l'auteur a fait un choix : il laisse tomber ce qui pourrait ralentir sa narration c'est-à-dire surtout l'élément lyrique et il garde le reste. Il en fabrique un style nouveau, plus léger et plus rapide que l'ancien"17. Soulignant que cet auteur désigne son oeuvre comme "un vers" et non comme "une chanson" et que d'autre part il écarte presque complètement le procédé des rappels et des annonces destinées à attirer et à retenir la clientèle, M. Woledge se demande s'il ne faut pas voir dans notre rédaction "une espèce de chanson de geste de salon, une épopée-roman" destinée à un auditoire d'élite présumé attentif. Pour ma part, je dirais seulement que ce remanieur, qui doit oeuvrer à l'extrême fin du xiie s. et se montre séduit par une innovation littéraire telle que le vers orphelin, subit aussi sans nul doute la pression du style romanesque ; mais en outre, attelé à une tâche de rassemblement cyclique, il a peut-être dans sa visée le recueil, c'est-à-dire l'objet-livre, et cette perspective occulte en quelque sorte les réalités et les contingences de la diffusion orale.

***

52Face à l'auteur du Moniage Guillaume I, le remanieur v' apparaît d'abord comme un tâcheron maladroit. Il a produit une version très remaniée des Enfances Vivien et de la Chevalerie, qui ne doit pas être antérieure à 1250, dans l'intention d'élargir en un cycle Vivien-Foucon le cycle Aliscans-Foucon organisé par v ; il a donc adopté lui aussi la laisse pourvue du vers orphelin. Il ajoute de nombreuses laisses, supprime tout autant, remanie et résume. Tous les passages où il intervient sont en quelque sorte signés par des caractéristiques prosodiques : mélange constant de décasyllabes et d'alexandrins, forme dissyllabique du nom Vivien, chute de l'atone en hiatus dans marcheant, maleoite, Anseune, etc ...)

53Il s'est efforcé entre autres d'ajuster au mieux ces deux chansons aux poèmes suivants : ainsi une large addition de 217 vers à la fin des Enfances Vivien raconte le retour de Vivien à Anseune, évoque la présence du petit Guichart, puis rapporte comment le héros s'en va demander l'adoubement à Guillaume, chez qui se retrouvent tous les cousins qui seront les protagonistes du poème suivant ; avant le fameux "cove-nant", Guillaume adoube Vivien, puis ses principaux compagnons ; tandis que Vivien combat en l'Archant, le jeune Guichart à son tour vient à Orange pour y être adoubé, mais Guillaume veut le faire patienter jusqu'au retour de Vivien ; de cette manière l'apparition de ce nouveau héros est dûment préparée ; enfin il élimine toutes les allusions à la "norreture" de Vivien par Guibourc, puisque cette tradition, sans doute plus ancienne, contredit le récit des Enfances, où Vivien, est le "nourri" de la marchande.

  • 18 A. TERRACHER, La tradition manuscrite de la Chevalerie Vivien, Paris, 1912, p. 36.
  • 19 Cl. ROUSSEL Tradition épique et innovation romanesque : remarques sur deux versions de la Chevaler (...)

54En ce qui concerne sa manière, on rappellera le jugement très sévère de Terracher18 : "extrême platitude de la forme (...) expressions usées et banales (...) répétitions (...) accumulées (...) abondance des formules qui indiquent à chaque instant un remanieur incapable de se laisser entraîner par le récit (...)". Sans infirmer ce jugement, M. Claude Roussel a jeté tout récemment un regard sagace sur cette version v' de la Chevalerie conservée dans le ms. C. Elle est marquée, nous dit-il, "par une esthétique nouvelle qui emprunte de nombreux traits au roman ou à la chronique en prose (...) le remanieur du ms. C effectue sur les données de la tradition un travail qui annonce celui auquel se livreront au xve siècle les auteurs des mises en prose"19.

  • 20 Id., p. 20.
  • 21 G. DOUTREPONT, Les mises en prose des épopées et des romans chevaleresques du xive au xvie siècle,(...)

55Pour les Enfances Vivien, qui pourtant, dès le principe, relève déjè de la thématique et de l'art du xiiie siècle, comme l'a bien fait voir M. Guidot dans l'imposante étude -encore inédite - qu'il a consacrée à la chanson de geste au xiiie siècle, pour les Enfances Vivien, donc, il apparaît, relecture faite, que la version v' présente la plupart des traits mis en évidence par M. Roussel. Toutes les initiatives prises en vue de l'ajustage des récits relèvent d'une attitude plus générale du narrateur : tandis que les poètes originaux portent fréquemment le regard vers le futur du cycle (anticipations sur les événements d'Aliscans ou du Moniage Guillaume II) - et M. Roussel rappelle à ce propos l'excellente formule de Paul Zumthor : "l'avenir est d'ores et déjà connu par le poète, par ses auditeurs et, dans le récit, par les agents mêmes de l'action. Il est, comme toute la narration, englobé dans l'éminente dignité des choses antiques" -, les allusions cycliques de notre remanieur visent presque exclusivement le passé de la geste. Pour l'avenir, il s'efforce avant tout de le préparer, présentant le lignage de Desramé, en particulier Rainouart, et Esmerés, donné pour le "fillastre" de Guillaume. Je cite encore M. Roussel20 : "C préfère, dans le respect scrupuleux de la chronologie, tisser des liens étroits avec le passé, en comblant, autant que faire se peut, toute solution de continuité, et surtout, peut-être, assurer une préparation minutieuse des événements à venir, en délimitant, en quelque façon, par de menus détails, la place vide dans laquelle ils viendront s'inscrire sans surprise. Pour C, les événements sont donc relatés au fur et à mesure de leur déroulement et aucune péripétie future n'est jamais supposée connue. Le récit mime ainsi le cours de l'existence réelle ..." Le trouvère épique se pose "au milieu de son action" ; notre remanieur, comme les auteurs des mises en prose, se place "au dessus"21. D'où une narration plus neutre, qui exclut quasiment les exclamations affectives et où le narrateur ne prend guère la parole que dans les transitions narratives (Or vous lairai ... Et vous dirai ...) auxquelles le contraint sa démarche. Car ce parti pris de mimer le réel dans le respect de la chronologie le conduit à entrelacer des événements contemporains qui se passent en des lieux divers. D'autre part, cette option narrative se réalise à travers une esthétique de l'exhausti-vité : ainsi, tel événement, les supplices infligés par Vivien aux paiens de la nef, est d'abord exposé en direct, puis rapporté à Desramé dans le détail par les survivants ; la bataille de l'Archant n'est pas évoquée symboliquement par quelques affrontements individuels, mais décrite dans toute son ampleur, avec de multiples duels et plusieurs mêlées générales. Ainsi encore des motifs épiques, celui de l'adoubement et des fêtes ou celui de la bataille générale, se trouvent gonflés jusqu'è la désarticulation, les dialogues sont surabondants. Ainsi encore le petit Guichart n'est pas introduit brutalement dans le récit : on nous rapporte son arrivée à Orange, plus tard, son adoubement, plus tard enfin sa rencontre avec Vivien au fort de la mêlée ; les personnages semblent donc continuer d'exister dans une parfaite autonomie même lorsqu'ils sont absents du récit et, tout comme un romancier, notre narrateur se sent tenu de justifier leurs actions par des motifs d'ordre psychologique.

56La diction épique est naturellement altérée par le changement de statut du narrateur : les reprises lyriques sont systématiquement écartées, au bénéfice de la linéarité du récit, les grands ensembles sont désarticulés.

57On le voit, tout ceci n'est pas sans rappeler la manière du remanieur r qui devait oeuvrer lui aussi dans la 2e moitié du xiiie s. Mais la qualité du produit est bien différente.

***

  • 22 M. TYSSENS, Le style oral et les ateliers de copistes, dans Mélanges ... Maurice Delbouille, pp. 6 (...)

58La 2e moitié du xiiie et le début du xive voient l'élargissement maximum du cycle. Les manuscrits D, B1 et B2 datent de cette époque, qui réunissent les poèmes narbonnais et les poèmes du cycle de Guillaume. Maurice Delbouille, M. Mc Millan et moi-même, nous avons mis en évidence les manipulations auxquelles cette fusion a donné lieu ; mais il s'agit de retouches ponctuelles et en quelque sorte "techniques", commandées aussi bien par la loi de cohérence que par les contingences matérielles de l'objet-livre, et il n'y a pas lieu de s'y attarder longuement. Tout au plus rappellera-t-on22 que dans ces passages de raccord, fabriqués pour un livre, on trouve, nombreuses, les formules professionnelles du jongleur invitant son public, balisant pour lui la narration ou tentant de le retenir ; ces formules indiquent parfois très précisément la pratique - nouvelle peut-être, mais peut-être plus ancienne que nous ne croyons - d'une performance orale menée au départ d'un livre :

Plus n'en dirai, mais a qui il plaira
Ens en ce livre l'estoire trouvera
Des grans travauz que il puis endura.
Or (entendez) par Dieu qui tout crea
Bonne chançon, tele n'ois pieca.

59Au stade du grand cycle, un processus entamé plus de deux siècles auparavant trouve son accomplissement. Cette avant-dernière étape ne comporte aucune mutation nouvelle, mais la réunion d'un si grand nombre de poèmes consacré au même lignage, la récurrence de certains épisodes (réunion de tous les Narbonnais autour de la ville ou du parent menacé, appel au roi, conquête d'une ville et d'une princesse sarra-sines) multiplient, comme en un jeu de miroirs, le profil désormais unifié - ou réunifié - du groupe des Aimerides.

***

  • 23 G. CONTINI, La canzone della Mort Charlemagne, dans Mélanges ... Maurice Delbouille, pp. 105-126. (...)
  • 24 M. TYSSENS, Jean d'Outreaeuse et le cycle de Guillaume d'Orange, dans Guillaume d'Orange and the C (...)

60Avant d'aborder la dernière étape, nous saluerons d'un bref regret quelques pistes où nous n'avons pu nous engager. Il aurait fallu sans doute mesurer la distance entre le Rainouart assonancé et l'Aliscans rimé, et poser à nouveau l'épineuse question des relations de la Chanson de Guillaume au cycle tout entier, car après les synthèses lucides de Jean Frappier et Martin de Riquer ou les multiples études de Mme Wathelet-Willem, d'autres explorations sont possibles, comme on l'a bien vu lundi par les exposés de m. Bennett et de Mme Colby-Hall. - Il ne faut pas perdre de vue l'existence de compositions qui n'ont pas été accueillies dans les compilations : cette Mort de Charlemagne dont m. Contini a publié la version franco-italienne - ou ce Moniage dont nous ne possédons qu'un fragment et qui paraît aberrant au regard de la chronologie générale, puisque Guillaume et Rainouart y portent en même temps l'habit monastique, et que le second vient au secours du premier avec l'aide de Charlemagne et de Maillefer23. J'aurais voulu reprendre la comparaison du Siège de Narbonne assonancé et de son remaniement rimé, mais le livre percutant de m. Grisward appelle une étude beaucoup plus large qui ne pourrait trouver ici sa place, pas plus que le réexamen, devenu nécessaire, des Nerbonesi d'Andrea de Barberino. - On aurait dû peut-être comparer Buevon de Commarchis à son modèle, le Siège de Barbastre, mais la médiocrité de l'oeuvre d'Adenet est telle que la perte n'est pas bien grande. - On aurait pu, avec profit, scruter la thématique, l'art du récit, la diction des chansons tardives du cycle (Enfances Vivien, Enfances Guillaume, Siège de Barbastre, Mort Aimeri, Enfances Garin Monglane) comme l'a fait si attentivement m. Guidot dans la thèse inédite (Recherches sur la chanson de geste au xiiie siècle) qu'il a eu la bonté de me communiquer - et étendre la même recherche à la tardive Geste de Honglane ; mais les constatations que l'on aurait pu faire sont d'ordre général et valent pour toute la production contemporaine que m. Kibler a évoquée pour nous. - Enfin on se bornera à évoquer la vision singulièrement étriquée et défavorable de nos héros que propose un Jean d'Outremeuse, entiché seulement d'Ogier le Danois et de son lignage24.

***

  • 25 Fr. SUARD, Guillaume d'Orange. Etude du roman en prose, Paris, 1979.

61Le Roman en prose Guillaume d'Orange fut composé vers 1450 et très probablement en milieu bourguignon, comme l'a bien fait voir M. François Suard25. Deux autres textes en prose, nés dans le même milieu, lui sont étroitement apparentés, et il a été utilisé par David Aubert. Le prosateur a translaté les dix chansons du cycle de Guillaume et les trois chansons narbonnaises Aimeri de Narbonne, les Narbonnais et le Siège de Barbastre, au départ d'un manuscrit du petit cycle d'Aimeri et d'un ou deux manuscrits du grand cycle ; (il lui arrive aussi d'emprunter quelque chose à Foucon de Candie et Guibert d'Andrenas et à d'autres chansons extérieures au cycle).

  • 26 M. TYSSENS, Le Roman de Guillaume d'Orange. Etude d'une mise en prose, dans Rencesvals, Proceeding (...)
  • 27 Id., p. 51.

62En dépit de ses protestations de fidélité, sa 'translation' n'est pas une simple transposition en prose. Il a porté jusqu'à un haut point d'achèvement le travail de tous les assembleurs qui l'ont précédé, depuis les assembleurs des premiers noyaux cycliques jusqu'aux compilateurs du grand cycle. Il élimine les dernières incohérences, mais surtout il unifie l'action : "chaque épisode de la guerre incessante que se livrent chrétiens et paiens trouve ses mobiles dans les épisodes précédents et se prolonge dans les suivants"26 ; les multiples paiens qu'affrontaient Aimeri et ses fils, sont intégrés ici au lignage de l'émir de Cordres Desramé : "Ainsi les guerres multiples contre un ennemi divers sont ramenées à une guerre unique que se livrent deux lignages, qui rebondit sans cesse, toujours alimentée de nouveaux griefs qui s'ajoutent aux griefs anciens"27.

  • 28 Fr. SUARD, op. cit., pp. 148.

63Néanmoins, il suit assez fidèlement ses modèles en vers en ce qui concerne le déroulement de l'action, gardant pourtant la liberté de condenser ou d'amplifier. On peut voir ainsi que les récits les plus romanesques ont sa préférence : le récit des enfances de Vivien ou de Guillaume, des épopées nuptiales comme la Prise d'Orange ou le Siège de Barbastre28.

64La belle et fine étude de M. Suard a mis en évidence les aspects thématiques et stylistiques de cette translation, et c'est à travers son analyse que nous appréhenderons l'ultime avatar de notre geste.

  • Le combat garde évidemment une place essentielle dans le récit : combats pour la foi mais aussi, plus fréquentes que dans le modèle, joutes motivées par l'amour. Les formes du combat collectif prennent le pas sur les affrontements individuels ; l'art de la guerre, l'adresse, la stratégie éclipsent la bravoure héroïque ; le point d'honneur remplace la démesure.
  • Les épisodes amoureux sont plus nombreux et plus développés que dans le modèle : l'observation psychologique est fine, la peinture de l'amour s'inspire des traditions courtoises, mais aussi des thèmes des recueils de nouvelles, point trop gaillards cependant. L'assimilation des influences courtoises rend quelquefois au héros Guillaume, une hauteur que des chansons paradoxales comme la Prise d'Orange lui avaient fait perdre.
  • La piété et la dévotion remplacent la foi fondamentale et la ferveur naïve ; le prosélytisme a parfois d'étranges finalités utilitaires ; le martyre qu'imposait l'esprit de croisade n'est plus que la conséquence de la fidélité aux préceptes chevaleresques.
  • Quant aux personnages, ils gardent pour l'essentiel le caractère et la fonction que leur avaient attribués les poètes. Mais ils ne sont plus chantés sur le mode de l'hyperbole ; la mesure évince la démesure. "Le héros - je cite M. Suard, - est désormais pourvu d'un ensemble de qualités guerrières, mondaines et amoureuses qui s'équilibrent et s'harmonisent les unes avec les autres (...) le personnage devient vraisemblable et par conséquent susceptible d'être imité". Le romancier propose à la caste aristocratique "des héros pourvus des qualités qu'elle revendique comme siennes"29.

65Mais ces conceptions nouvelles ne s'intègrent pas harmonieusement à un récit qui reste étrangement fidèle au modèle : la finesse nouvelle et la courtoisie du héros ne trouvent pas à s'employer dans une action qui demeure essentiellement guerrière ; le modèle aristocratique entraîne un nivellement des personnages masculins et féminins, chrétiens et paiens.

  • 30 id. p. 313.

66De même les scènes de combat, qui ont perdu la sauvage grandeur de l'épopée, n'atteignent pas "le mouvement d'une véritable chronique"30.

67Ce caractère hybride de l'entreprise est sensible aussi au plan du style et de la conduite du récit. Le romancier a trouvé un substitut au langage hyperbolique de l'épopée dans une prose nombreuse et oratoire qu'il veut "prolixement et bien aournée".

68En revanche, il s'est tiré gauchement du problème que lui posait l'affrontement entre la continuité narrative et la discontinuité fondamentale du texte épique constitué de strophes. D'une part, comme nous l'avons vu, il unifie, assure le développement logique du récit et renforce la continuité au travers des personnages, d'autre part, il découpe son récit en paragraphes calqués sur les laisses (sans que la distribution coïncide, naturellement). Mais l'abandon du jeu des reprises (qui fait se prolonger une laisse dans les suivantes) - le souci d'éviter au contraire toute redite, fait que le paragraphe apparaît comme une structure artificielle qui morcèle sans raison l'espace narratif.

69Ce caractère hybride - et donc décevant - explique peut-être en partie l'insuccès de cette mise en prose. Elle ne connaîtra pas les honneurs de l'imprimé : plus de Narbonnais dans les incunables, les imprimés du xvie, les livraisons populaires et la Bibliothèque bleue ; partant, pas de Narbonnais dans le répertoire des montreurs de marionnettes. Le destin du lignage le plus anciennement attesté par une oeuvre littéraire (pour ne pas parler de possibles ancêtres indo-européens), ce destin s'arrête en 1450.

Notes

1 J. FRAPPIER, Les chansons de geste du cycle de Guillaume d'Orange, Paris, 1965, t. II, p. 258.

2 M. TYSSENS, La geste de Guillaume d'Orange dans les manuscrits cycliques, Liège et Paris, 1967, pp. 157-158.

3 J. RYCHNER, Observations sur le Couronnement de Louis du manuscrit B.N. fr. 1448, dans Mélanges de Linguistique Romane et de Philologie médiévale offerts à M. Maurice Delbouille, Gembloux, 1964, t. II, pp. 635-652 - M. DELBOUILLE, La chanson de geste et le livre, dans La technique littéraire des chansons de geste. Colloque de Liège, 1957, Liège et Paris, 1959, p. 396 -Cl. REGNIER, Les rédactions en vers de la Prise d'Orange, Paris, 1966, pp. 28 et 83-85 - J. FRAPPIER, op. cit., t. I, p. 54. - D. McMILLAN, La Prise d'Orange dans le ms. Fr. 1448, dans Actes du VIe Congrès International de la Société Rencesvals, Aix-en-Provence, 1973, Aix-en-Provence, 1974, pp. 541-560.

4 J. FRAPPIER, op. cit., t. II, p. 75.

5 M. MANCINI, Società feudale e ideologia nel "Charroi de Nîmes", Firenze, 1972, pp. 168 et 1971.

6 Id., pp. 173 et 177.

7 Id., p. 186.

8 Thèse citée, pp. 82, 115, 382.

9 M. TYSSENS, Vestiges lexicaux dans le manuscrit D de la Prise d'Orange, dans Etudes de Philologie romane et d'Histoire littéraire offertes à J. Horrent, Liège, 1980, pp. 481-487.

10 J. FRAPPIER, op. cit., t. II, p. 257.

11 Id., p. 197.

12 Le texte de C est cité d'après l'édition de Y. G. LEPAGE, Les rédactions en vers du Couronnement de Louis, Paris et Genève, 1978.

13 O. JODOGNE, Le manuscrit de Boulogne du "Charroi de Nîmes", dans Coloquios de Roncesvalles Agosto 1955, Zaragoza, 1956, pp. 301-326.

14 Thèse citée, pp. 288-289.

15 Id., pp. 131 et 122.

16 B. WOLEDGE, Remarques sur la valeur littéraire du Moniage Guillaume, dans La technique littéraire des chansons de geste. Colloque de Liège 1957, Liège et Paris, 1959, pp. 27 et 28.

17 Id., p. 29.

18 A. TERRACHER, La tradition manuscrite de la Chevalerie Vivien, Paris, 1912, p. 36.

19 Cl. ROUSSEL Tradition épique et innovation romanesque : remarques sur deux versions de la Chevalerie Vivien, dans Les Lettres Romanes, 37, 1983, p. 5.

20 Id., p. 20.

21 G. DOUTREPONT, Les mises en prose des épopées et des romans chevaleresques du xive au xvie siècle, Bruxelles 1939, p. 650 (cité par Cl. Roussel, p. 20)

22 M. TYSSENS, Le style oral et les ateliers de copistes, dans Mélanges ... Maurice Delbouille, pp. 657-675.

23 G. CONTINI, La canzone della Mort Charlemagne, dans Mélanges ... Maurice Delbouille, pp. 105-126. - X. PAMFILOVA, Fragments de manuscrits de chansons de geste, dans Romania, LVII, 1931, pp. 504-547.

24 M. TYSSENS, Jean d'Outreaeuse et le cycle de Guillaume d'Orange, dans Guillaume d'Orange and the Chanson de Geste. Essays presented to Duncan McMillan, Reading, 1984, pp. 175-195.

25 Fr. SUARD, Guillaume d'Orange. Etude du roman en prose, Paris, 1979.

26 M. TYSSENS, Le Roman de Guillaume d'Orange. Etude d'une mise en prose, dans Rencesvals, Proceedings of the fifth conference Oxford 1970, Salford, 1977, p. 50.

27 Id., p. 51.

28 Fr. SUARD, op. cit., pp. 148.

29 Id. pp. 515 et 517.

30 id. p. 313.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3928/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

Auteur

(Université de Liège)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540