Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

"Renaut de Montauban" : Tradition manuscrite et traditions paralleles.

Jacques Thomas

Texte intégral

1La première question fondamentale que soulève le Renaut de Montauban demeure celle du texte de référence, et, en tant qu'éditeur, je ne puis m'empêcher de lui accorder la priorité. Plaidoyer pro domo, puisque j'achève en ce moment la mise au poind de D ? Peut-être, mais aussi plaidoyer pour la chanson, car utiliser L, c'est un peu comme si on lisait le Roland dans quelque version autre que celle d'Oxford.

  • 1 J'ai cru pouvoir me contenter de ce signalement sommaire pour des publications connues ou aisément (...)

2Le recours à L est sans doute compréhensible dans une certaine mesure, puisque c'est le seul manuscrit édité de bout en bout, par Castets (1909 ; réimpr. 1974)1. On comprend moins que d'aucuns s'y fient encore sans réserve. On comprend moins aussi le regain d'intérêt dont bénéficie parfois le travail de Michelant (1862 ; réimpr. 1966), qui propose un texte composite, où L est abandonné à la fin au profit de C : le procédé est passé de mode, et la reconstitution en cause est d'ailleurs discutable. Ces deux ouvrages sont en outre dépourvus de glossaire et d'index onomastique, et leurs notes sont soit fort parcimonieuses, soit peu systématiques et assez inégales.

3Les "dissertations" de Greifswald (1913-25) n'ont pas abouti à une remise en cause de l'histoire du texte : elles respectent la hiérarchie des manuscrits proposée par Castets et, c'est symptomatique, lorsqu'elles utilisent D, le citent toujours en dernier lieu. Mais elles ont au moins l'avantage de fournir un relevé plus ou moins systématique des variantes, qui garantit le bien-fondé des groupements.

4C'est l'édition synoptique de l'épisode ardennais (1962 ; = Ard. infra) qui m'a convaincu de la primauté de D ; j'ai été conforté ensuite dans cette opinion par les trois autres synoptiques partielles inédites réalisées à Gand, et enfin par l'édition complète de D même. Pourtant, par la force des choses, ce dernier travail m'a rendu plus attentif aux défauts de D qu'à ses qualités, car il s'agissait évidemment de donner un texte critique. Pour ce faire, ne pouvant collationner toute la tradition, j'ai dû limiter les moyens de contrôle. Deux manuscrits s'imposaient : P, parce qu'il est seul indiqué pour réparer la perte du premier cahier, et N, parce que lui seul concorde avec D à la fin de la chanson. Ni l'un ni l'autre, ni aucun, ne contient cependant une version en tout semblable à D. En trouver un troisième eût dès lors été bien embarrassant, et j'y ai renoncé. En revanche, je me suis servi des éditions disponibles dans la mesure où elles concordaient, ce qui m'a permis d'atteindre, fût-ce de manière indirecte et parfois théorique, tous les témoins accessibles du texte de base pour une bonne moitié de la chanson. J'ai utilisé enfin la prose du manuscrit Sloane (éd. M.-H. Noterdaeme, Gand 1973), dont la version est similaire à D sur toute la ligne.

  • 2 Sont donc ignorés : Matthes (1876) et Erdmann (1913). H ne contient que des fragments, et son intér (...)
  • 3 Pour la fin de M, cfr ses Recherches ... de 1887. Les autres fragments sont dispersés (introductio (...)
  • 4 Conventions. Chiffres romains : I = prologue, II = épisode ardennais (au sens strict), III = épisod (...)

5Bien que ce ne fût point là ma préoccupation, le moment est peut-être venu de se demander si on verra maintenant plus clair dans l'histoire du texte, car les propositions faites dans Ard. doivent naturellement être ajustées. Au premier abord, la confusion paraît grande, et un simple bilan de ce que j'ai vu, ou aurais pu voir, s'il est réalisable, relève ici de l'utopie : j'ai essayé ! Dès lors, négligeons même des phénomènes constatés à bonne source pour établir un schéma réduit des éditions des manuscrits traditionnels, en excluant d'ailleurs notamment H, sauf pour ce qui figure dans une synoptique gantoise2, et les très nombreux fragments donnés par Castets, sauf la fin de M3 ; là où une synoptique fait défaut, nous retiendrons C d'après Michelant. Ce qu'on peut échafauder sur de telles bases est forcément sujet à caution, mais voyons toujours s'il s'en dégage quelques idées simples et claires qui pourraient être précisées ultérieurement4.

  • 5 Les notes de Castets contiennent des variantes de M pour III 2, et de AM pour III 3.

6Traduisons. Un prologue très différencié (3 à 6 versions) précède un tronc commun formé de l'épisode ardennais et peut-être du début de l'épisode gascon. Celui-ci se scinde ensuite en deux familles, dès III 25, bipartition qui se maintient dans les épisodes suivants, avec certains mouvements en V et une nouvelle tendance à diverger dans la seconde famille, où, pour SR, on a successivement AOL -ø, AOLCP, et AO-LCP. Il est quasi évident qu'une explication globale est impossible en dehors de l'hypothèse, non envisagée dans Ard., que des copistes ont fabriqué des textes composites bien avant les philologues du 19e siècle.

  • 6 Voici les différentes leçons : N 93 d Le (sic) filz Aimon m'a il de ma prison geté ; P 93 a Il a le (...)

7Touchant le prologue, j'ai soutenu que L, ou son modèle, avait écarté l'épisode de l'emprisonnement des frères de Renaud propre à O-V et à NC. J'ignorais alors que le vers 5231 de Castets contenait une allusion à leur délivrance par Maugis et pouvait donc étayer mon raisonnement. Or, cette allusion, absente de D, se retrouve non seulement dans N, ce qui est normal, mais aussi dans PA6 ; pour le reste, mon information fait défaut. D'où que P et A ont sans doute greffé un prologue de type archaïque (D) sur une version plus évoluée. Les proses traditionnelles (hors Sl) peuvent nous aider à mieux admettre une telle opération : 5 d'entre elles n'ont pas le prologue - à l'instar d'une version rimée perdue peut-être ? - et, dans la seule qui l'ait (Ar), c'est une greffe inspirée de Z sur un tronc dont le début fait songer à PAOV (NC). Pour A, on s'explique ainsi son accord avec D dans le prologue d'une part, et d'autre part avec O sur des détails de l'épisode ardennais et à la fin du texte. Comme PAL se trouvent dans la seconde famille à partir de III 4 au moins, il semble légitime de la soupçonner tout entière a priori de ne pas refléter l'original.

8Si nous posons en principe qu'une version composite n'est pas indiquée comme texte de référence, nous pouvons donc éliminer P et A, lequel est d'ailleurs abrégé. Quoi encore ? N assurément, dont la version propre et élargie de TS contient des éléments des deux familles, et cela après une appartenance à la seconde à partir de III 4 au moins ; on se demande d'ailleurs s'il ne combinerait pas plus de deux modèles ; son manque d'unité s'accentue encore du fait qu'il abrège beaucoup en I-II, mais ne le fait pas en IV. V aussi, apparenté à O par son prologue et par des détails de II, mais qu'on retrouve dans la première famille à partir de III 2 ; le changement d'aile devrait donc s'opérer dans la zone III 1. C encore, qui bifurque pour SR, après avoir suivi le groupe de D depuis III 2. Quant à N et L, leur parenté au début de l'oeuvre et leur place dans des familles différentes à partir de III 2 impliquent que l'un des deux au moins est composite. L'hypothèse la plus simple et peut-être la plus vraisemblable - même si le détail reste à préciser, - serait que L procède par dérivation, et que N combine des modèles différents. Mais qu'importe : outre PAMVC, il y a au bas mot un sixième manuscrit composite, sur un total de neuf effectivement disponibles, et, de toute manière, l'état du prologue dans O/N/L, de l'épisode ardennais dans NC, ainsi que l'appartenance de OL à la seconde famille à partir de III 4 ou 2 sont autant de critères d'exclusion.

9Z étant détruit et son prologue d'ailleurs remanié, H ne contenant que des fragments et relevant d'ailleurs de la seconde famille en IV, il reste, dans un splendide isolement, D, à première vue non composite et ainsi reconfirmé comme prétendant au statut de texte de référence. Sans doute est-il entaché de certaines contradictions internes, mais où n'y en aurait-il pas ? Sans doute ne correspond-il pas toujours exactement à ses manuscrits frères, mais là encore, il faudrait pouvoir prouver que c'est lui qui innove. Et même s'il le faisait, on ne saurait oublier tous les autres arguments qui plaident en sa faveur. Pour moi, sa supériorité est plus évidente que jamais.

10On sait depuis longtemps que notre chanson de geste est liée à des traditions parallèles, notamment au culte de saint Renaud à Dortmund et en Rhénanie. Il est douteux, hélas ! que la mise en valeur d'une version méconnue projette ici quelque lumière. Sans doute y trouvons-nous en finale une référence aux usages régionaux, dans le vers 14306 de DN :

  • 7 Figure dans un extrait publié par Castets, p. 910, et a son équivalent dans R : En le cité de Treao (...)

Saint Renaut a a non en icele regné7.

  • 8 Cfr Fiebig (1956), p. 127-8 et planche 52.

11Sans doute aussi vénère-t-on de longue date un saint Renaud dans cette contrée, puisqu'au 10e siècle déjà on a ajouté reginoldi et reginoldo dans l'oraison et la postcommunion de la messe en l'honneur d'un martyr figurant dans un missel du 9e siècle de la cathédrale de Cologne8. Mais ce qui nous intéresse devrait être plus spécifique, et on ne saurait du reste isoler impunément le vers cité de son contexte.

  • 9 Mystères indirectement soulignés par l'explication controuvée de R, où, lors du départ de Montauban (...)
  • 10 Suite à la récente discussion de Mario PAGANO, Rinaldo in paradiso : proposte di rimozione, dans Me (...)

12J'ai dit ailleurs que les mystères du passage de Montauban à Trémoigne, qui caractérisent toutes les versions traditionnelles9, s'expliqueraient fort bien si l'épisode rhénan avait été conçu en fonction de l'ultime transfert miraculeux du corps saint ; j'ai même plaidé pour une emprise plus grande encore de la sanctification10. Or, si, arrivant une première fois à Trémoigne, Renaud y est reçu comme chez lui, si de surcroît

Les escheles sonerent par trestuit li mostier,
Quer venu est Renaut le fiz Aymon le fier,

  • 11 Les vers cités sont D 12233-4, qu'on trouve aussi dans NCV, mais non dans la seconde famille de mss (...)
  • 12 Cfr. Hans LINDEMANN e. a., St. Reinoldi in Dortmund, Dortmund 1956, p. 19. Ce petit ouvrage est dép (...)
  • 13 Fiebig (1956), p. 66, sous le titre Stadtpatron von Dortmund (p. 60 sv.).
  • 14 "On constate un fait singulier : que le plus ancien monument de ce culte propre au diocèse de Colog (...)

13comme elles sonneront à l'approche de la dépouille mortelle11, cela suppose pratiquement que saint Renaud était déjà le patron de la ville. Mais voilà qui fait difficulté, même si on s'en tient à la date présumée du manuscrit (milieu du 13e siècle, peut-être première moitié), sans spéculer sur celle de la rédaction : il n'y a pas de preuve ancienne de ce patronage. Selon Diermanse (1939) comme selon Bédier, la première mention d'une ecclesia beati Reinoldi à Dortmund serait de 1238, mais des ouvrages locaux plus récents ne remontent même pas jusque là : selon l'archiviste Luise von Winterfeld, la première preuve diplomatique de l'existence d'une telle église daterait de 126212, et Fiebig, sauf erreur, se contente de signaler qu'"au milieu du 13e siècle, on semble avoir enregistré occasionnellement des donations ou transactions in choro beati Reynoldi"13. C'est dire que la chanson de geste pourrait bien être le premier témoin de ce qui est censé lui servir de source ; Bédier l'avait déjà proclamé de façon plus nette14. D'autre part, les textes non littéraires un peu explicites, à commencer par les quelques lignes souvent citées d'Aubri de Trois-Fontaines (1232-41), sont influencés par l'épopée, ce qui a d'ailleurs éveillé très tôt la suspicion des hagiographes (Fiebig). Le noeud étant inextricable, je préfère m'en tenir à ces constatations élémentaires, en ajoutant toutefois qu'à mes yeux, le second hémistiche de D 14306 implique aussi que Renaud n'est pas connu, ou du moins pas réputé comme saint hors du domaine rhénan : son auteur aurait déjà conscience d'une célébrité géographiquement sélective, ce qui nous ramène aux traditions parallèles.

  • 15 Cfr son étude sur Le cheval Bayard, monture des Quatre Fils Aymon…, dans Rom. Gand., t. XVIII, 1981 (...)
  • 16 Tout mon propos suit ici de près celui de José MATTOSO, Le Monachisme ibérique et Cluny. Les monast (...)

14Tournons-nous vers autre chose et, après M. Piron15, interrogeons l'image des quatre fils Aymon sur le cheval Bayard. Ici aussi, nous avons un document fort ancien mais énigmatique, dont il ne semble pas encore avoir été question parmi les philologues. Au Portugal, dans le district de Porto, à Paço de Sousa, près de Penafiel, se trouve le tombeau d'un des seigneurs de Riba-Douro, la famille patronale du monastère : soit Egas Moniiz († 1146), soit son fils Menendus († 1137), la question est discutée. Ce tombeau est orné de bas-reliefs demeurés inexpliqués jusqu'au jour où une figure équestre mit le P. José Mattoso sur la piste des fils Aymon. L'identification est incertaine, car les autres scènes du bas-relief ne rappellent aucun épisode connu du Renaut ; en outre, il s'agirait de savoir combien d'hommes porte le cheval : trois ou quatre ? Ils sont assis perpendiculairement à la monture, et, pour quatre bustes, il n'y a que trois paires de jambes. J'inclinerais cependant à croire que l'intention du sculpteur était d'en mettre quatre, comme il y en a quatre dans un même lit vers la droite. La date et le lieu sont aussi une surprise, mais, parmi les arguments avancés pour étayer l'hypothèse, relevons que les seigneurs de Riba-Douro sont probablement d'origine gasconne et que la tradition épique a laissé d'autres traces dans l'art roman portugais. Tout cela ne fait sans doute pas preuve, et la conclusion du P. Mattoso demeure prudente : "le tombeau de Paço de Sousa garde peut-être la plus ancienne représentation iconographique des Quatre Fils Aymon"16. Mais voilà un témoignage pour le moins troublant, et qui devrait être la source de recherches complémentaires. S'il se révèle pertinent, quelle perspective pour l'histoire de notre chanson de geste ! Et même s'il ne l'était pas, - de quoi s'agit-il alors ? - nous aurions dans la figure équestre une sorte de précurseur inattendu d'une image familière, mais peu banale.

  • 17 A est dans Castets ; N, O, A, B dans Ard. ; N, Am (retour à Dordonne) et l'incunable dans Rom. Gand (...)

15Quoi qu'il en soit, et pour rester dans le domaine de l'iconographie, on sait que Bayard monté par les quatre frères fait quasiment irruption plus au nord dès le début du 14e siècle, dans les miniatures de N (± 1300) et de O (Paris, 1333) et dans le sceau gantois de 1313 ; dès la seconde moitié du siècle, on le trouve aussi dans des enseignes (M. Piron). Il restait à observer que les miniatures se classent en deux catégories : les images emblématiques, où le motif est dépourvu de tout contexte, comme dans le sceau, et les images narratives, où le motif est un élément d'une scène ou d'une suite de scènes. Les premières sont les plus anciennes : N, O et la lettrine de A (vers 1400) ; les secondes viennent plus tard : B (vers 1450), Am et Pm (1462) avec deux spécimens, fuite de Paris et retour à Dordonne, et enfin, le bois gravé ornant l'incunable lyonnais de l'Université de Liège (peu après 1480)17. Il y a là un phénomène curieux au regard de l'hypothèse que l'image serait issue de l'évolution des textes. En outre, l'emplacement des miniatures emblématiques est plus remarquable qu'il n'y paraît. Dans O, l'illustration est en tête de l'œuvre. Dans N, elle figure avant le vers 5361 de D (5130 de L Castets), endroit correspondant à une coupure matérielle importante dans DNL, et que N a pris pour le début de la chanson proprement dite, comme en témoigne la formule Explicit du duc Buef d'Aigremont et commence de Renaut et de ses frères. Dans A, elle figure en tête de l'épisode ardennais, qui doit aussi avoir été considéré comme le début de la chanson proprement dite, à en juger par le blanc important qui le sépare du prologue. En somme, dans les trois cas, l'image semble symboliser l'oeuvre, à l'instar d'un titre.

  • 18 Cfr d'ailleurs Ard., t. I, p. 36.
  • 19 D'autant plus que le même sujet est traité autrement dans Am Pm. - Pour plus de détails cfr infra.
  • 20 Comparer M. Piron, p. 158, à propos de discordances entre texte et iconographie : "La main du copis (...)

16Il en va curieusement de même pour deux images narratives. Celle de B, la plus grande du volume, précède le texte. Elle représente à gauche l'intérieur d'un palais où se déroulent la partie d'échecs et le meurtre de Bertholet, à droite les fils Aymon fuyant sur Bayard dans la nature, au loin, l'esquisse partielle de murailles qui pourraient figurer Montessor. Comme elle est en outre éloignée du passage qu'elle illustre, elle cumule sans doute avec sa fonction narrative une fonction emblématique dont le support ne peut être que le motif équestre18. C'est pareil pour le bois de l'incunable, qui représente au premier plan et de gauche a droite Charlemagne franchissant au galop la porte de Paris, à la poursuite des fils Aymon sur Bayard ; à l'arrière-plan à droite, perchée sur une montagne, une forteresse qui ne peut être que Montessor. La similitude est frappante et fait même songer à une parenté19 ; mais ici, le motif ne correspond pas au texte, comme l'a montré M. Piron. Plus généralement, le recours à l'image de Bayard portant les fils Aymon pour symboliser l'oeuvre n'est pas conforme à l'usage de la plupart des copistes : DPLCA ont une formule variable parlant du seul Renaud, VRB n'ont rien, M seul (première moitié du 14e siècle, sans illustration) parle d'un romans des .iiij. fix Aymon ; peut-être y a-t-il un pas dans cette direction dans l'incipit de N cité plus haut, et dans l'explicit de O, qui énumère les noms, avec celui de Maugis en sus. L'image, que ne pouvaient à mon avis ignorer les copistes des livres en cause20, témoignerait-elle, en marge de l'écrit et sans doute avant M, d'une autre manière de désigner la chanson ?

  • 21 Conventions : fr = frères ; ho = hommes ; (M. P.) = cité par M. Piron ; ? = lecture douteuse ou con (...)

17Il faut donc en revenir aux rapports que l'iconographie entretient ou non avec les textes. Pour une meilleure vue d'ensemble, suivons la chronologie du récit, et dressons d'abord un bref inventaire des données utiles, ou toutes les références sont données d'après Ard., sauf quand ce n'est pas possible21.

181. Déplacement vers la quintaine.
L 154-6 : 4 fr ?

192. Fuite de Paris (< 3).
L 252-3 // N 194-6 / C 207-8 : 4 fr ?
> - R 365-6 ; 4 fr / B* 376-9 : 4 fr → 5 > Lf Am* Pm*
(M.P.) : 4 fr // David Aubert (M.P.) : 4 fr.
- incunable* (M.P.) : Ø 4 fr !

203. A Senlis, lors de la poursuite.
D 226-7 : → 2 fr (Re + Al) / P 241-5 : → 4 fr / A 196-7 → 2/4 fr ? ; D 241, P 260 et A 208 : 3 fr (Re + Ri & G) > - Sl XI, 54 sv. (f° 9 v°) : 4 fr.
- Z 348-9 : 2 fr (Re + Ri) > (O 151 : 3 ho / V 462 : 2 ho) (OV non localisés).

214. Fuite de Montessor.
(N 1237-8 4 C 1271-2 : 4 ho).

225. Combat contre Aymon.
D 1303-11 + 1314-7 : 2 fr (Re + Al) = PAMOVLNC & Sl XV, 16 sv. (f° 14 r°), mais H 754-5 et V 2277-8 : + → 4 fr.

236. Hivernage en forêt.
D 1456 : 7 ho sur 4 chevaux = PAOVLNC, mais + PVL : 4 ho/ AO : 3 ho / NC : 3 4 ho.
> - Sl XVI (f° 15 r°) : 7 ho jamais tous sur 4 chevaux.
- Ar La (M. P.) : 4 fr.
- R 1375 & 1412 : 4 fr (seuls avec Bayard).

247. Retour à Dordonne (< 6).
M 845 // R 1500-1, 1508, 1519-20, 1524 > Lf Am* Pm* // David Aubert (M.P.) : 4 fr.

258. Récit de Renaut à sa mère.
P 2058 : 4 fr.

269. Conseil de Richard à Renaud avant Vaucouleurs.
L Castets 6514 : → 4 fr (ø D, = N passage ø P).

2710. Après l'évasion de Maugis avec les épées et la couronne.
D Thomas 10558-9 / N f° 133 d & P f° 129 c / L Castets 11712-4 : Renaud, qui guettait le retour de son cousin, l'installe sur la selle et monte lui-même en croupe.

28Rappelons pour clore qu'il n'y a rien d'autre à relever ni en D ni en L ni d'ailleurs en R d'après Ph. Verelst.

29Y a-t-il moyen de tirer au clair les passages controversés de 1 et 2 ? Mea culpa, j'ai cru voir la clef de 2 en N 194-6 et commis sans doute une erreur d'analyse dans Ard. ; voici ces vers, avec une ponctuation modifiée :

S'en est issuz Renaus desor Baiart le fier,
Aalars et Guichars et Richars le guerrier ;
Chascuns en va fuiant a esfors d'un destrier.

  • 22 Ce cas est moins embarrassant qu'il n'y paraît : d'une part, en racontant la quintaine, L peut avoi (...)
  • 23 Cfr Ard., où j'ai postulé qu'un hypothétique ms i, ancêtre de L, supprimait de y-y' l'épisode de l' (...)

30J'avais pris un pour un article indéfini alors qu'il est presque sûrement adjectif numéral, et que l'unique destrier est Bayard : le seul problème est de savoir si cette relecture est compatible avec le sujet chascuns. C a transformé le troisième vers, qui concerne désormais les poursuivants ; il lui reste donc les deux premiers, non contestés, du moins explicitement. Ils auraient cependant pu l'être à l'égal de L 252-3, car il s'agit chaque fois d'une phrase ayant le même patron que N 194-5, patron que suit aussi 1 L 154-6, comme l'a bien vu M. Piron. Affaire de syntaxe donc, et qui revient exactement à ceci : dans la citation de N, Aalars et Guichars et Richars sont-ils des sujets postposés du seul verbe est issuz, ou du verbe avec le complément desor Baiart ? Il me paraît difficile d'exclure la seconde possibilité, même en 1 L 154-622. Si on se tourne vers le contexte, nouvel embarras ! Selon NC, les poursuivants perdent la trace et se font tancer par Charlemagne, ... quand Naimes annonce que les frères de Renaud ont été faits prisonniers ; c'eût été difficile s'ils chevauchaient ensemble Bayard. Selon L 254-7, la fuite de Paris à Dordonne se déroule sans incident, et ma lecture ne rencontre pas d'obstacle. Or L représente probablement ici un stade antérieur à NC, car la manifeste bizarrerie de ceux-ci trahit sans doute une nouvelle interpolation de la capture et de l'emprisonnement23 ...

31Il m'importe peu qu'il y ait ainsi quelques manuscrits traditionnels de plus pour "nous montrer la performance même" (M. Piron), ce qui demeure autrement l'apanage de 7 N 845 :

Renaus et ses .iij. frères sunt sus Baiart montés.

32Mais il faut s'entendre. La performance est aussi montrée en 6 PVL,Baiars em porte .iiii., même si l'identité des chevaliers n'est pas précisée. Et n'est-elle pas au moins suggérée dans 6 N 1751-2 par exemple ?

Baiars en porte .iii., ja n'en ert encombrez,
Et se li quars i monte bien en sera portez.

33Un lecteur du 15e siècle a en tout cas franchi le pas, en écrivant en marge : nota de equo qui portabat .iiii. or homines. Il me semble que l'image est nécessairement évoquée partout où l'on dit que Bayard portera, porterait ou a porté les fils Aymon ou quatre hommes. J'irais même plus loin : dans la mesure où de tels passages ne reposent pas sur un autre qui montre la chose, il est possible, sinon probable, qu'ils renvoient à une réalité hors texte bien connue. P offre un bel échantillonnage avec en 3 une possibilité non réalisée (→ 4 fr), en 6 une performance montrée (4 ho), en 8 un passé :

"Et moi et mes .iii. freres a maintes foiz portez".

34En stricte logique, ce vers ne peut renvoyer qu'à 6, mais entre les deux passages il y a un manque d'harmonie qui n'est peut-être pas inexplicable. Si les allusions textuelles ne sont pas légion, si certaines sont fragiles, n'oublions pas les miniatures de NOA ; en fait, parmi les versions rimées, seuls D et Z ignorent apparemment la prouesse de Bayard. Celle-ci est attestée pour la première fois dans P, qui est le second manuscrit en ancienneté (± 1275). Notre inventaire montre aussi que les initiatives individuelles sont très clairsemées (1, 4, 8, 9), et absentes de RB et de ses dérivés, ceci sous bénéfice d'inventaire : la nouvelle rédaction systématise sans doute le recours au topos, mais elle ne fait qu'exploiter des données antérieures.

35On y trouve pourtant des nouveautés de détail à épingler. Ainsi, la prose Lf Am Pm, citée par M. Piron, vante comme étonnante et inouïe la prouesse de Bayard. Mais elle le fait après une allusion à des représentations figurées, et à une époque où celles-ci sont déjè bien répandues dans le folklore. "Etonnement" bien tardif ! L'exploit de Bayard était-il donc considéré d'abord comme allant plus ou moins de soi ? Il y a une autre curiosité dans la surenchère hypothétique de 2 B 377-9 :

Montent les quatre frères sur Baiart le destrier ;
S'il en y eüst cinq n'en donast ung denier
De courir aussi tost comme vole esprevier.

36Variation plaisante, mais sur un air connu, car elle rappelle formellement les vers de 6 NC cités dans l'alinéa précédent. Elle nous aide peut-être aussi à comprendre a contrario leur portée. Du moment que le motif est attesté ne fût-ce que dans le texte, il ne peut s'agir de surenchère ; dès lors, 6 NC, ou 5 MV, et déjà 3 P sont plutôt les manoeuvres décep-tives, évocation et refus à la fois. De tels jeux supposent information et complicité du public.

37Venons-en à D, l'exception majeure, dont on croirait facilement, vu sa primauté, qu'il représente un stade antérieur à l'existence du motif. Il reste acquis, je pense, que tous les vers attribuant à Bayard quatre cavaliers relèvent probablement d'additions ou de retouches, quand ce n'est pas d'un remaniement. Mais D doit être relu de plus près, comme le montre notre inventaire : sans parler de 6, où la charge est indéterminée mais peut aller de 1 à 4, hommes ou frères, Bayard porte successivement : en 3, Renaud, Richard et Gui-chard, en 5, Renaud et Allard, en 10, Renaud et Maugis. Ce dernier trait complète les précédents et s'en distingue tout à la fois, et par la situation, et par la première place laissée à l'enchanteur. Cela ressemble fort à un système et appelle donc un examen plus serré.

38En 3, ce sont les trois frères de Renaud qui vont être à la merci des poursuivants, à cause de l'épuisement de leurs destriers.

"Hé ! Dex, ce dist Renaut, coment nos contendron ?
"Se mes freres i lais, jamais enor n'avron".
Aalart apela si li dist sa raison :
"Beau frere, dist Renaut, montez ci a bandon".
Et il a respondu : "Se Dex plest, non feron". (224-8)

  • 24 Dans D Thomas 2237, Ard. D 238 est corrigé d'après PA en Le cheval alla prendre.

39Arrive un Français, le défi à la bouche ; Renaud l'attaque, le tue, prend son cheval24, et

Aalart le bailla sanz nule aresteison,
Et il i est montez sans fere lonc sermon,
Et Richart et Guichart sor Bayart l'arragon.
Or s'en tornent li frere qui Dex face pardon.
Quant Bayart se senti si chargié des baron,
Il a bessié le col et escos le crepon ;
Adonc ne se tenist a lui esmerillon. (239-45)

40Aux vers 226-7, Renaud oublie-t-il les deux autres, ou les inclut-il in petto dans l'offre adressée a son interlocuteur privilégié ? Vaine question sans doute, et la lecture la plus simple nous suffit : l'invité refuse, et les deux autres acceptent. Avec une triple charge, Bayard manifeste une allégresse qui serait bien significative dans la perspective qu'on devine. - Pour 5, lisons a partir du vers 1278. Le cheval d'Allard est tué, et l'aîné des Aymon eût été pris ou tué sans la protection de ses frères, qui ne réusissent cependant pas à lui conquérir une nouvelle monture. Accablé par son équipement comme par les attaques subies, Allard va succomber, quand Renaud l'invite à monter en croupe.

Cil sailli sor la roche, tant s'est esvertuez,
Et saut derier le conte qui fu bien acesmez ;
Et quant Bayart se sent des .ij. barons trossez,
Il a la teste escosse, les flans et les costez,
Bien pres de .iiij. piez s'est desoz elx levez ;
Adonc fu plus isnelx que devant n'iert assez.
Seignors, ce sachiez vos que ce fu veritez,
Atot les .ij. barons donc il ert enconbrez,
Fist Renaut .iiij. jostes as chevaliers armez.
(1303-11 )

41La complémentarité des deux passages est manifeste ; on dirait même qu'Allard "paie" dans le second son refus antérieur, ou plutôt que 5 est une compensation pour le lecteur à la fois aguiché et frustré par 3. C'est dire que D pratiquerait déjà un jeu déceptif renvoyant implicitement à l'image des fils Aymon sur Bayard, jeu dont relèverait aussi le vers de 6, où il s'engage le moins possible :

Donc montent-il tuit .vij. es chevaux abrivez (1456).

42Et comment cette image était-elle connue sinon par une tradition parallèle, forcément déjà bien ancrée ? On voit qu'il n'y aurait pas antinomie entre D et le bas-relief portugais.

  • 25 Cfr les textes cités supra, D 243-5 (id. PA) et D 1305 sv. etc. - On imagine mal que 2 B 378-9, cit (...)

43La parfaite complémentarité entre les passages 3 et 5 selon D illustre bien la qualité du manuscrit ; elle contribue en outre à montrer que son prologue, où se situe 3, est le meilleur et le plus ancien, entre autres parce qu'il est le seul à utiliser le motif doublement fonctionnel de la réaction de Bayard25. On peut même s'expliquer que la pièce maîtresse du système apparaisse en 3 : c'est la première occasion raisonnable de multiplier la charge du destrier. Il me paraît significatif que l'on tende ensuite à le faire plus tôt, en 2, et même en 1, qui est évidemment l'extrême limite ; mais dans ces cas-là, la justification se perd. Tout cela ne rappelle-t-il pas la place privilégiée des miniatures en NOA et ne fonctionne-t-il pas comme un signal analogue ? D fait alors patienter son public avant de lui offrir la compensation de 5, suivie de près par la suggestion-dérobade globalisante de 6. Et puis, si nous mettons 10 hors cause, c'est le silence : pourquoi ? Il était facile d'exploiter d'autres situations, ou d'en créer, notamment dans les combats. Compte tenu de ce que nous venons de voir, il semble normal que l'auteur n'aille pas plus loin, et, dans l'état actuel des connaissances, il serait risqué de croire que la tradition parallèle en cause ait eu un caractère régional.

44Après cette mise au point, on comprendra sans doute mieux les mouvements en sens divers qui se manifestent dans la tradition manuscrite :

451° Le passage 5 demeure très stable, et c'est normal : il fait partie de l'épisode ardennais, et il n'aura guère attiré l'attention avec seulement deux frères sur Bayard. Seuls V et M y vont d'une suggestion peut-être latente dans le texte de base ; citons M 754-5, plus original que l'hypothèse de V :

Barons, tel fu Baiart, chen dist l'autorités,
Pour que li .iiij. frere fussent sus li montez.

46Pourtant, ce passage perd au fond sa valeur là où le motif s'estompe (3 Z ? // OV) comme là où il se réaliserait pleinement (2 L // NC). La disparition de 5 en R est donc logique, même si elle a sans doute une autre cause : R simplifie le récit.

472° Le passage 6 demeure aussi à l'abri des bouleversements : les anciennes versions rimées procèdent à des ajouts dans la direction attendue (3 / 3-4 / 4 hommes), mais sans jamais franchir le pas décisif, comme s'il s'agissait d'un tabou. Sl est en recul par rapport à D ; les proses classiques citées par M. Piron et R sont les premiers à parler ici des quatre frères. - Un manuscrit perdu l'aurait-il fait, ouvrant ainsi la voie à 7 M ? Mais 7 M pourrait aussi être une invention nouvelle, compensant en quelque sorte 6, qu'on voulait laisser intact.

483° Le passage 3-2, point capital de toute l'affaire, a subi maintes retouches, dont certaines sont liées aux remaniements du prologue :

49a. – Dans P 241-5, Renaud s'adresse à ses trois frères, ce qui est dans la logique de la situation, mais leur refus collectif n'est plus en harmonie avec la suite :

Aalart apella si l'a mis a reson :
"Or tost, fet il, biaus frere, montez tost de randon,
"Et Richars et Guichars derriere en chevauçon,
"Car bien nos portera Baiarz li arragon."
Et cil ont respondu : "Se Deu plest, non feron".

50– L'abrégé de A 194-7 contient une apostrophe (196) dont on se demande si c'est un singulier ou un pluriel :

"Elas ! ce dit Regnaus, comment nous contenrons ?
"Se mes freres i lais jamais honnour n'avrons.
"Biax frerez, dit Regnaus, montés ci darrier nous.
– Certez, dit Aalars, ce Dieu plaist, non ferons".

51– Dans Sl, XI, 54 sv., après la conquête d'un cheval pour Allard :

Et encore les enchasoit le roy, et pour ce que les chevaulx des trois freres estoient lassez et qu'ilz ne pouaient plus aller, Regnault les fist monter avecquez luy sus Baiart, et dempuis qu'ilz furent tous trois montez sur Baiart, Regnault fist deux joustez et abatit deux chevalliers tous mors a terre.

52Que le récit simplifié accueille le motif des quatre fils Aymon sur Bayard n'a rien d'extraordinaire, mais les deux joustez m'intriguent : si ce détail provenait de 5, cité plus haut, Sl aurait peut-être tiré parti de la complémentarité des deux passages.

53b. – En Z 348-9, Renaud prend en croupe le seul Richard : c'est qu'après avoir obtenu un nouveau cheval, Allard imite l'exploit de Renaud au bénéfice de Guichard. Recul du motif, ou renforcement de la manoeuvre déceptive ?

54c. – O 157 / V 469 précisent, explicitement ou non, que chacun des frères monte son propre cheval ; dès lors, la parenthèse disant que Bayard peut porter 3/2 hommes semble compenser la modification du récit.

55d. – Le passage 2 L/NC a déjà fait l'objet d'un examen, et nous n'y reviendrons pas : ni leur source présumée, une version de type O/V, ni leurs dérivés probables, R et apparentés, ne peuvent montrer comment il faut comprendre L/NC.

  • 26 Vu le contexte trop réduit, je n'ose insister sur la suite : et Regnault est sur Bayart et son cous (...)
  • 27 La discordance entre texte et image a sans doute provoqué la transformation de celle-ci dans l'incu (...)

56e. – L'incunable paraît doublement étrange. D'abord dans son texte. Les premiers imprimés sont considérés comme issus des proses traditionnelles, et il faudrait donc savoir ce qu'il y a dans Ar, seul spécimen pourvu d'un prologue, lequel semble, pour le reste, inspiré de Z. Mais le début de la brève citation donnée par M. Piron (Or sont les trois freres nouvellement montés ...) suffit peut-être pour entrevoir que la modification introduite par 3 Z a sans doute été poursuivie et menée à terme, soit en Ar, soit ici26. Cette fois, il ne s'agit sûrement plus d'un jeu, puisque l'ombre même de notre motif est gommée en 6, contrairement à ce qui se fait partout, y compris dans les proses traditionnelles, du moins si Ar La, cités par M. Piron, sont représentatifs de l'ensemble. Curieux rejet ! Serait-ce une tentative de retrouver la "vraie histoire" en l'expurgeant d'une donnée invraisemblable ? Qui nous dira ce qui s'est passé ? En tout cas, l'affaire est d'autant plus insolite que le livre accueille d'autre part un bois avec le motif équestre, dont la présence ne s'explique évidemment que de l'extérieur : influence d'un autre texte, du folklore, ou plutôt héritage d'une illustration mieux adaptée au récit ? On n'en connaît malheureusement qu'un seul exemple, celui de B/Bm, à la fois ressemblant et différent27 ...

57Quoi qu'il en soit, pour ce qui nous occupe, l'incunable transmet une version vraiment unique dans notre tableau. Elle n'est cependant que la première en son genre, si, comme le conjecture M. Piron d'après des coups de sonde, la prouesse de Bayard est également ignorée ensuite des éditions populaires, qui auraient ainsi pu circuler "sans référence écrite au motif légendaire que, pour sa part, l'imagerie se chargeait de populariser". De ce divorce contre nature, nous tenons peut-être ici une explication différente : au commencement était l'image, ou du moins une tradition parallèle dont elle est aujourd'hui le seul vestige ; le premier Renaut conservé, D, semble bien y renvoyer par jeu et dans une mesure limitée ; tous ses successeurs lui emboîtent à peu près le pas, dans des allusions qui peuvent être plus ou moins ouvertes ou fréquentes selon les manuscrits ; et, alors que le motif s'incruste dans R et ses dérivés, il est rayé dans une branche sur ce point déviante de l'arbre généalogique des textes.

Notes

1 J'ai cru pouvoir me contenter de ce signalement sommaire pour des publications connues ou aisément identifiables grâce à la bibliographie de Philippe Verelst (dans Romanica Gandensia, XVIII, 1981).

2 Sont donc ignorés : Matthes (1876) et Erdmann (1913). H ne contient que des fragments, et son intérêt est ainsi secondaire. - Je renonce aussi au travail de synthèse de Korte (1914).

3 Pour la fin de M, cfr ses Recherches ... de 1887. Les autres fragments sont dispersés (introduction, notes, appendices et ... Maugis d'Aigremont). En outre, Castets attribue parfois une version donnée à des mss qui ne l'ont pas, ou considère comme propre à L un passage qu'on trouve aussi ailleurs.

4 Conventions. Chiffres romains : I = prologue, II = épisode ardennais (au sens strict), III = épisode gascon, IV = épisode rhénan, V = épilogue ; chiffres arabes : subdivisions liées à des changements de distribution ; TS = Terre Sainte, CF = combat des fils, SR = saint Renaud. S : une synoptique couvre la partie indiquée ; (S) : idem partiellement. Les numéros des vers de ma future édition se trouvent à gauche de D ; ceux des vers de Castets à droite de L. () : en I 1, mss dont les variantes sont publiées à Greifswald ; ailleurs, mss utilisés pour l'édition de D, sans qu'il y ait nécessairement correspondance parfaite. [ ] : mss n'ayant en principe pas servi dans une édition, et restant donc à explorer ; lorsque cette zone d'ombre est décentrée, accord probable dans le sens indiqué, au-delà de ≠. * = ms. de base d'une dissertation de Greifswald ; – = correspondance partielle.

5 Les notes de Castets contiennent des variantes de M pour III 2, et de AM pour III 3.

6 Voici les différentes leçons : N 93 d Le (sic) filz Aimon m'a il de ma prison geté ; P 93 a Il a les filz Aymon de ma prison geté ; L Castets 5231 Les / Le (Mich.) fil Aymon m'a i de ma cartre jeté ; A (note Castets) Les filz Aymon scet il de ma chartre geter.

7 Figure dans un extrait publié par Castets, p. 910, et a son équivalent dans R : En le cité de Treaongne saint Regnaut l'apiell'on (éd. Verelst, v. 26305, mais aussi dans Castets, p. 240). - Dans la seconde famille de mss, le second hémistiche n'est plus un complément de lieu (LCA) ou le vers entier a disparu (PO) : cfr Castets, v. 18478 et note, et l'éd. synoptique de S. D'Haene.

8 Cfr Fiebig (1956), p. 127-8 et planche 52.

9 Mystères indirectement soulignés par l'explication controuvée de R, où, lors du départ de Montauban, Yon cède à Renaud et Clarisse son fief de Trémoigne : cfr éd. Verelst, v. 7226-7 et note.

10 Suite à la récente discussion de Mario PAGANO, Rinaldo in paradiso : proposte di rimozione, dans Medioevo Romanzo, t. X, 1985, p. 61-76, je reconnais que certains de mes arguments sont peut-être faibles en eux-mêmes, tout en restant convaincu que l'oeuvre s'ouvre au sacré bien avant la sanctification du héros.

11 Les vers cités sont D 12233-4, qu'on trouve aussi dans NCV, mais non dans la seconde famille de mss. Pour l'autre passage, il s'agit de DN 14281-3, dont une autre version figure dans LCP (Castets 18371), mais non dans AO, où l'affaire se termine à Ceoigne/Coogne.

12 Cfr. Hans LINDEMANN e. a., St. Reinoldi in Dortmund, Dortmund 1956, p. 19. Ce petit ouvrage est dépourvu de références, mais l'auteur en cause est docteur et "Archivdirektorin".

13 Fiebig (1956), p. 66, sous le titre Stadtpatron von Dortmund (p. 60 sv.).

14 "On constate un fait singulier : que le plus ancien monument de ce culte propre au diocèse de Cologne est un roman français". (Légendes épiques, 3e éd., t. IV, p. 252).

15 Cfr son étude sur Le cheval Bayard, monture des Quatre Fils Aymon…, dans Rom. Gand., t. XVIII, 1981, p. 153 sv.

16 Tout mon propos suit ici de près celui de José MATTOSO, Le Monachisme ibérique et Cluny. Les monastères du diocèse de Porto de l'an mille à 1200, (Université de Louvain, Recueil de travaux d'histoire et de philologie, 4e série, fascicule 39), Louvain, 1968, p. 324-6, avec planche.

17 A est dans Castets ; N, O, A, B dans Ard. ; N, Am (retour à Dordonne) et l'incunable dans Rom. Gand., XVIII. Au sujet d'autres incunables, cfr M. Piron, p. 163, note.

18 Cfr d'ailleurs Ard., t. I, p. 36.

19 D'autant plus que le même sujet est traité autrement dans Am Pm. - Pour plus de détails cfr infra.

20 Comparer M. Piron, p. 158, à propos de discordances entre texte et iconographie : "La main du copiste étant indépendante de celle de l'enlumineur, ce dernier pouvait s'inspirer d'un motif connu antérieurement au livre qu'il illustrait. (...) S'il n'est pas douteux que ce motif imagé soit d'inspiration littéraire, il a fort bien pu vivre et circuler en dehors de notre chanson de geste ..."

21 Conventions : fr = frères ; ho = hommes ; (M. P.) = cité par M. Piron ; ? = lecture douteuse ou contestée ; -→ = possibilité, p. ex. sous forme hypothétique ; / = séparation de variantes ; // = séparation de versions, apparentées ou non ; () pour une référence de type (O 151) = dans une parenthèse sur Bayard ; * = image narrative. Le reste va de soi.

22 Ce cas est moins embarrassant qu'il n'y paraît : d'une part, en racontant la quintaine, L peut avoir "oublié" que les frères étaient tous sur Bayard ; d'autre part, qu'y aurait-il là de plus gênant qu'une participation aux combats avec une double ou quadruple charge ? Cfr respectivement 5 et 3 Sl.

23 Cfr Ard., où j'ai postulé qu'un hypothétique ms i, ancêtre de L, supprimait de y-y' l'épisode de l'emprisonnement restauré ensuite par son dérivé i', ancêtre de NC.

24 Dans D Thomas 2237, Ard. D 238 est corrigé d'après PA en Le cheval alla prendre.

25 Cfr les textes cités supra, D 243-5 (id. PA) et D 1305 sv. etc. - On imagine mal que 2 B 378-9, cités aussi, puissent faire écho à 3 D : comment le détail aurait-il survécu aux vicissitudes du passage ? Une réinvention est plus probable.

26 Vu le contexte trop réduit, je n'ose insister sur la suite : et Regnault est sur Bayart et son cousin Maugis, qui tant il amoit, derriere luy. Que faut-il entendre par là ?

27 La discordance entre texte et image a sans doute provoqué la transformation de celle-ci dans l'incunable de 1497, où chacun des fils Aymon a son propre cheval : cfr M. Piron, p. 163, note.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3926/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

Auteur

(Université de Gand)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540