Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

Relectures de l'epopée

William kibler

Texte intégral

1Le titre qui m'a été communiqué l'an dernier par le comité scientifique autorise bien sûr de multiples interprétations. J'aimerais désabuser dès le début tous ceux qui s'attendent à de nouvelles méthodes ou à de nouvelles approches "à l'américaine" de nos chansons de geste. Pour moi, il ne s'agit pas d'une relecture, personnelle, au singulier, mais de relectures, au pluriel. Voici en effet ce que le comité m'a suggéré : "on peut envisager ... les divers types de relectures à laquelle l'épopée a été soumise (remaniements en vers, mises en prose, parodies diverses, transformations et influences, etc)". Dans cette vaste matière, j'ai décidé de privilégier ce que j'appellerai par la suite la "chanson d'aventures", c'est-à-dire, la chanson de geste telle qu'on la trouve aux xive et xve siècles.

  • 1 Lion de Bourges, poème épique du xive siècle (Textes littéraires français, 285) Genève : Droz, 1980

2Il y a vingt ans, étant plus jeune, plus ambitieux, et beaucoup plus naïf, j'ai conçu le projet d'écrire une thèse de doctorat sur l'évolution et le développement de la chanson de geste française aux xive et xve siècles. Je me suis vite aperçu qu'une telle étude serait impossible dans l'état qui était alors de nos connaissances, celui des textes tant, en large partie, inédits. Découragé, je n'ai pas pour autant abandonné complètement le champ : j'ai décidé qu'il fallait commencer par le commencement, c'est-à-dire par éditer un des textes inédits. C'est ainsi que je me suis mis au travail sur Lion de Bourges, dont j'ai publié en 1980, après plus de dix ans de travail, une édition en collaboration fructueuse avec deux collègues américains, Jean-Louis Picherit et Thelma S. Fenster1.

  • 2 Cf. G. Paris, L'Histoire poétique de Charlemagne (Paris : Franck, 1865), p. 300, n. 4.
  • 3 Tristan de Nanteuil, in Histoire littéraire de la France, XXVI, pp. 268-9.
  • 4 Que l'on ferait mieux d'intituler Dieudonné de Hongrie, selon L.-F. Flutre, "Dieudonné de Hongrie, (...)
  • 5 Gautier, Les Epopées françaises, II, p. 467.
  • 6 Etude sur Baudouin de Sebourc (Paris : Droz, 1940, pp. 139-40).
  • 7 "Quelques notes sur Dieudonné de Hongrie, chanson de geste inédite du xive siècle". Neophilologus, (...)

3Entre le moment où, il y a vingt ans, j'ai conçu le projet d'une étude d'ensemble de l'épopée aux xive et xve siècles et aujourd'hui, les choses n'ont guère changé : il reste toujours des textes à éditer ; mais il reste aussi des études à entreprendre. Nous ne sommes malheureusement pas très loin de l'époque où Gaston Paris écrivait à propos de Tristan de Nanteuil. Il a [...] un certain prix par le nombre d'allusions qu'il contient ; mais ces quelques renseignements utiles sont noyés dans un océan d'aventures sans fin, sans intérêt et sans esprit..."2. Ou pis encore, ce commentaire de Paulin Paris à propos du même poème : "C'est une oeuvre monstrueuse, informe, abondante en redites, en contradictions, en fantaisies désordonnées et confuses ... A tout prendre, la chanson de Tristan de Nanteuil n'est pas seulement le dernier mot des gestes consacrées à la famille de Doon de Maience, c'est encore le dernier écho de la chanson de geste française. L'auteur ne s'adresse plus, on le voit, à des auditeurs disposés à prendre ses récits au sérieux.."3. Les premiers érudits à avoir étudié l'épopée des xive et xve siècles ne lui ont assigné que des qualificatifs négatifs ; pour eux, elle était informe, prolixe, illogique, perverse, en un mot : monstrueuse. Léon Gautier, qui a fait plus que n'importe qui pour s'assurer que ces épopées tombent dans l'oubli, a dit à propos de Charles le Chauve4. "Dans Charles le Chauve, il y a dix chansons qui se suivent et sont à peine reliées l'une à l'autre. Le personnage principal change dix fois, et le lecteur, effaré, ne sait plus où fixer son regard.."5. La plupart des critiques modernes, n'ayant jamais lu ces oeuvres, continuent à les vouer à un discrédit sans appel. Edmond René Labande qui, pourtant, a écrit une des meilleures études sur Baudouin de Sebourc, caractérise ainsi l'auteur du poème qu'il étudie : le poète, dit-il, "n'a aucun sens de l'unité d'action : les aventures s'enchevêtrent de telle façon qu'on perd aisément le fil du récit. Mais son but n'est pas de faire un récit suivi et coordonné ; son but est d'intéresser, d'émerveiller, de faire rire, il est de captiver l'attention. Voilà pourquoi le tableau change fréquemment.."6 En ceci, Labande fait écho à L. F. Flutre, lecteur plutôt bien disposé à l'égard de Dieudonné de Hongrie : "l'auteur avait pour but essentiel moins de faire un récit simple et facile à suivre que d'intéresser et d'émerveiller ses auditeurs, de captiver et retenir leur attention. Pour cela, il a multiplié les épisodes, tâché de renouveler sans cesse l'intérêt par l'alternance des scènes, la diversité des personnages et des lieux, la variété des tons ; et, somme toute, il n'y a pas trop mal réussi"7.

4Ces critiques, nourris du roman réaliste français depuis Flaubert, avec sa vision sceptique de la condition humaine et son souci de réalisme, cherchent tous une unité et une beauté classiques. Et, dans le domaine de la littérature médiévale, ils persistent à comparer ces épopées tardives à la chanson de geste dite "traditionnelle", représentée presque toujours en fait par la seule Chanson de Roland du manuscrit d'Oxford.

  • 8 (Paris : Preses universitaires de France, 1983). On trouve aussi La Belle Hélène de Constantinople,(...)
  • 9 Hindley, Alan, and Levy, Brian J. The Old French Epic : An Introduction. (Ktemata, 8). Louvain : Pe (...)
  • 10 Dans la section 5, "Later Development of the Old French Epic", il s'agit surtout des poèmes du xiii(...)
  • 11 Le Moyen Age, I. Des Origines à 1300 (Paris : Arthaud, 1970), p. 135.
  • 12 William Calin, "Rapport introductif", Essor et Fortune de la Chanson de geste dans l'Europe et l'Or (...)

5Le titre qui m'a été proposé pour la leçon de ce matin - "relectures de l'épopée" - comporte, tel que je le conçois, du moins, une forte part d'ironie, car personne de nos jours ne lit ni ne relit l'épopée des xive et xve siècles. Ceux qui écrivent des histoires littéraires passent celle-ci sous silence ou bien se contentent de répéter les opinions de leurs prédécesseurs. Le nouveau Précis de littérature française du moyen Age,8 publié en 1983 sous la direction de Daniel Poirion, un des plus grands érudits qui se soit jamais intéressé aux xive et xve siècles et qui compte parmi les défenseurs les plus avisés du moyen âge finissant, n'accorde aux chansons qui nous intéressent qu'une courte mention de Baudouin de Sebourc, la seule parmi ces chansons à avoir échappé à la condamnation générale que lui a infligée le xixe siècle. Hindley et Levy, dans un ouvrage publié également en 1983 et qui se proclame par son titre même une introduction à l'épopée française9, ne font aucune allusion à la permanence de la chanson de geste aux xive et xve siècles10. Et un critique aussi averti que le regretté Jean-Charles Payen déplore la décadence de l'épopée bourrée d'éléments romanesques, quand il écrit : "le xive siècle sera désastreux pour la pauvre chanson de geste abâtardie en roman de chevalerie"11. Mais, comme William Calin l'a fort bien remarqué dans son "Rapport introductif" au dernier Congrès Rencesvals, "un des grands services que les organisateurs de Congrès rendent à la Profession, c'est de proposer des sujets de recherche quelque peu négligés auparavant"12.

6Il n'est guère besoin de vous rappeler l'oubli profond dans lequel est tombée la chanson de geste de la fin du moyen âge. Combien d'entre nous, spécialistes de l'épopée romane, peuvent nommer plus de trois ou quatre de ces poèmes ? Combien d'entre nous, spécialistes de l'épopée romane, peuvent se vanter d'en avoir lu en entier plus d'une ou deux ? Pourtant ces épopées, que nous dédaignons tant aujourd'nui sans bien les connaître, ont été fort goûtées, sous une forme ou une autre, par plusieurs générations au cours des xive, xve, et même xvie siècles, et n'ont été complètement abandonnées qu'à l'âge des lumières.

7Afin de procéder à une réhabilitation éventuelle des chansons de geste du bas moyen âge, je me suis donné cinq tâches aujourd'hui :

  1. dresser une liste aussi complète que possible des chansons en question ;

  2. proposer un nom qui distinguerait ces poèmes des chansons de geste dites "traditionnelles" ;

  3. insister sur la valeur populaire à la fin du moyen âge de cette littérature ;

  4. passer en revue les diverses études qui ont été consacrées à nos poèmes depuis à peu près cent ans ;

  5. soulever une série de questions qui suggéreront, je l'espère, des champs de recherches encore très fertiles.

  • 13 Tout comme la chanson de geste, qui a été lancée par le chef-d'œuvre qu'est la Chanson de Roland, l (...)

8Commençons donc par la liste des chansons connues. Pareille liste devrait comprendre toutes les chansons dont il subsiste des manuscrits entiers ou fragmentaires, mais exclurait en revanche les poèmes dont on n'a fait que supposer l'existence d'après leur seule mention dans un autre texte. On exclura de même les chansons composées dans des langues autres que le français - par exemple l'espagnol, l'occitan, et le franco-italien. Par contre, nous considérerons le remaniement en alexandrins d'un poème original en décasyllabes comme une nouvelle composition. Nous nous limiterons expressément aux chansons composées ou remaniées au cours des xive et xve siècles, tout en reconnaissant que plusieurs poèmes qui possèdent les caractéristiques de ce que nous désignerons bientôt comme "les chansons d'aventures" avaient déjà vu le jour au xiiie siècle13.

  • 14 Voir notre Appendice A.
  • 15 Floovant, Huon de Bordeaux, Doon de Maience, Les enfances Doon de Maience, Gaufrey, Gui de Nanteuil (...)
  • 16 2e ed., tome II (Paris : Welter, 1892), pp. 447-51 ; voir notre Appendice B.
  • 17 "L'épopée française tardive (XIVe - XVe s)" in Etudes de Philologie Romane et d'Histoire Littéraire (...)

9La première liste de ces poèmes a été dressée entre 1869 et 1873 par Paulin Paris dans les tomes 25 et 26 de l'Histoire littéraire de la France14. Il y a fait le résumé de 23 chansons de geste qu'il attribuait à des poètes du xive siècle. Sa liste comporte 11 chansons que l'on convient d'attribuer aujourd'nui au xiie ou au xiiie siècle15, et par contre un certain nombre de chansons dont Paulin Paris ignorait l'existence n'y figurent pas. Une seconde liste, établie par Léon Gautier dans Les Epopées françaises16, beaucoup plus correcte, comporte 28 titres, dont un Meurvin connu seulement par une allusion dans un des manuscrits d'Ogier le danois. Mais la liste la plus récente et la plus correcte, et celle qui a servi de point de départ à cette étude, se trouve dans un article du professeur François Suard, paru en 198017. Elle comporte les 24 titres suivants :

Ami et Amile, remaniement en alexandrins du xve s.

Le Bâtard de Bouillon

Baudouin de Sebourc

Charlemagne (de Girart d'Amiens)

Charles le Chauve

Le Chevalier au Cygne et Godefroy de Bouillon

Ciperis de Vignevaux

Les Enfances Garin de Monglane

Florence de Rome

Florent et Octavien

Garin le Lorrain

La Geste des ducs de Bourgogne

La Geste de Liège

Le Roman de la geste de Monglane

Girart de Roussillon

Hugues Capet

Huon de Bordeaux et ses continuations

Jourdain de Blaives

Lion de Bourges

Ogier le Danois

Renaut de Montauban et son prologue, Maugis d'Aigremont

Théséus de Cologne

Tristan de Nanteuil

La Vie de Bertrand du Guesclin

10Cette liste diffère relativement peu de celle donnée presque cent ans plus tôt par Gautier. Suard ajoute le remaniement d'Ami et Amile et la Geste des Ducs de Bourgogne, mais omet le Meurvin, Brun de la Montagne, Jehan de Lanson, et la Reine Sibille ; il indique Le roman de la geste de Monglane plutôt que Galiens li restorés, et englobe ainsi Girart de Vienne qui précède Galiens dans le manuscrit Cheltenham ; et il préfère le titre Renaut de Montauban aux Quatre Fils Aymon.

  • 18 Vernay, Philippe, éd. Maugis d'Aigremont. Chanson de geste. Edition critique avec introduction, not (...)

11De la liste ainsi établie par le professeur Suard, je retirerais volontiers trois poèmes qui, bien qu'ils aient pris la forme traditionnelle de la chanson de geste, la laisse monorime, devraient plutôt être classés parmi les chroniques en vers : il s'agit de la Geste des Ducs de Bourgogne, de la Geste de Liège, et de la Vie de Bertrand du Guesclin. Il faut retirer de même Maugis d'Aigremont, que son éditeur le plus récent, Philippe Vernay, date de la première moitié du xiiie siècle18.

12Par contre, plusieurs titres de la liste du professeur Suard cachent des épopées quasi-indépendantes qui servent de prologues ou de suites aux épopées mères, et qu'il conviendrait d'indiquer séparément. Nous avons ainsi :

Hernaut de Beaulande

Renier de Germes

Girart de Vienne

et Galiens li restaurés,

qui sont compris par M. Suard sous le titre global du Roman de la Geste de Monglane. De même, le prologue et quelques continuations de Huon de Bordeaux méritent une mention à part :

Auberon

Esclarmonde ; Clarisse et Florent ; Yde et Olive

Godin

Huon, roi de féerie ; le Combat contre les géants ;

Huon le desvey.

  • 19 "La Tradition épique aux xive et xve siècles". Revue des Sciences Humaines, 183 (1981-83), 95-107 ( (...)
  • 20 Notre liste se trouve dans l'Appendice D. Le cas de Brun de la Montagne est particulièrement diffic (...)

13Si on ajoute aussi à la liste établie par M. Suard l'histoire de la Belle Hélène de Constantinople, que M. Suard lui-même, dans un article paru une année plus tard, compte parmi les épopées tardives19, on arrive au total impressionnant de 29 chansons de geste composées ou remaniées au cours des xive et xve siècles20.

14La liste une fois établie, on croirait être en mesure de procéder directement à l'étude de ces poèmes. Mais nous sommes confrontés, presque aussitôt, à notre seconde tâche, qui pourrait d'abord paraître de peu d'importance, mais qui aura une signification profonde pour celui qui veut juger le mérite de ces poèmes : c'est celui de leur classification générique.

  • 21 "Theséus de Cologne". Le Moyen Age, 65 (1959), 97-133, 293-320, 539-77.
  • 22 "'Méchants romans' et Epopée française : pour une philologie profonde". L'Esprit Créateur, 23 (1983 (...)
  • 23 "Le caractère oral de la chanson de geste tardive," in Langue et littérature françaises du moyen âg (...)
  • 24 Suard, 1980.

15Les rares critiques qui les ont lus et étudiés, même ceux qui sont les mieux disposés à leur égard, ne peuvent pas se mettre d'accord sur la terminologie à employer. Léon Gautier, dans son oeuvre magistrale, Les Epopées françaises, préférait les nommer les "derniers romans en vers" ou, plus péjorativement, "les épopées de la décadence" ; Robert Bossuat, qui pourtant a écrit quelques-unes des études les plus originales sur ces chansons, n'a jamais su comment les désigner. Dans son article sur Theséus de Cologne21, par exemple, il les appelle parfois des "chansons de basse époque" (p. 107, 540), parfois des "romans d'aventures" (p. 564), une fois des "romans d'aventures travestis en chansons de geste," (p. 575) une autre fois des "épopées agonisantes" (p. 577) et des "compositions pseudo-épiques" (p. 307). Robert Cook22 et Nico van den Boogaard23 semblent préférer la désignation "chanson de geste tardive", tandis que François Suard24 emploie de préférence "épopée tardive".

  • 25 Cf. Robert F. Cook, art. cit, p. 72, qui a reconnu le même problème, mais il n'a pas proposé de cla (...)

16Pouvoir nommer une chose, c'est un premier pas vers la compréhension de cette chose. Tant qu'on ne saura pas bien nommer et classer ces poèmes, on ne pourra jamais les apprécier et, comme on l'a vu, les dénominations techniques adoptées jusqu'è présent par la critique manquent de l'absolue justesse qu'on souhaiterait voir en ce domaine. Selon de nombreux critiques, tels Philippe Van Tiéghem, Jonathan Culler, ou Hans Robert Jauss, le genre fait figure de modèle. C'est en rapportant un texte a son modèle générique que l'on parviendra à le comprendre et à le juger25. Qualifier ces poèmes du xive et xve siècles de chansons de geste, ou même d'épopées tardives, risque de les faire juger de manière défavorable par rapport aux chansons de geste des première et deuxième générations, c'est-à-dire aux chansons de geste des xiie et xiiie siècles. Encore pis, l'épithète "tardive" s'applique de nos jours assez souvent à des poèmes du xiiie siècle, voire même de la fin du xiie.

  • 26 W. W. Kibler, "La 'chanson d'aventures'" in Essor et Fortune de la Chanson de geste dans l'Europe e (...)
  • 27 J'ai pu remarquer par la suite que l'éditeur de Florence de Rome, A. Wallensköld, s'était déjà serv (...)
  • 28 Essai de poétique médiévale (Paris : Seuil, 1972), p. 70 : "Un examen comparatif des textes montre (...)
  • 29 Kibler, op. cit., p. 510.

17Pour éviter ce parti-pris et cette confusion, j'ai proposé dans ma communication faite au Congrès Rencesvals de Padoue26, le nom de "Chansons d'aventures" pour les poèmes qui nous concerneront27. Ce nom implique d'une part que le genre dérive de la chanson de geste et se prête, comme celle-ci, à une présentation orale. Dans ce que Paul Zumthor a appelé leurs "micro-contextes"28 - versification, laisses, emploi de formules, motifs, etc. - ces oeuvres s'apparentent à la chanson de geste traditionnelle. Pourtant, le deuxième terme de la dénomination proposée - aventures - implique qu'au niveau de l'organisation des ensembles (leurs "macro-contextes"), ces poèmes s'avèrent très indépendants du poème épique classique29.

18J'ai cru montrer que même au niveau des micro-contextes, ces oeuvres ne respectent plus pleinement les règles du genre : en particulier, leurs laisses deviennent beaucoup plus longues et sont organisées narrativement plutôt que thématiquement. Au niveau profond de l'organisation du récit, le centre d'intérêt n'est que rarement le récit d'une victoire militaire, mais plutôt la suite des aventures de héros multiples.

19Nous pouvons rapprocher l'épopée de la fin du moyen âge du roman populaire ("romance"), tel que le définit Northrop Frye dans The Secular Scripture :

  • 30 The Secular Scripture, A Study of the Structure of Romance. (Cambridge, Mass. : Harvard Univ. Press (...)

In the (...) romances we find stories of mysterious birth, oracular prophecies about the future contor-tions of the plot, foster parents, adventures which involve capture by pirates, narrow escapes from death, recognition of the true identity of the hero and his eventual marriage with the heroine30.

20Mutatis mutandis, voilà précisément le thème de la plupart de nos épopées du moyen âge finissant. Si ces chansons ont été mal vues et peu appréciées jusqu'à nos jours, c'est parce qu'on a voulu les mesurer selon des critères qui ne leur sont guère appropriés. Depuis Platon, la critique littéraire a cherché un message social, politique, ou moral dans la littérature. La chanson de geste française a été assimilée ainsi à l'épopée primitive, qui chantait l'histoire et les mythes du peuple. C'est cette insistance sur l'historicité et la vérité de la chanson de geste qui a poussé plusieurs générations de médiévistes à chercher les origines de l'épopée, à essayer de mesurer l'apport historique de celle-ci, et à tâcher de combler le "silence des siècles".

  • 31 Kibler, op. cit. pp. 513-15.
  • 32 Cf. William Calin, In Défense of French Poetry (à paraître).

21Faute de trouver des points de repère historiques, faute de trouver l'unité classique de l'ensemble ; voulant, en somme, mesurer ces longues chansons d'aventures selon des critères inappropriés, les critiques ont fini par avilir et déclasser entièrement ces oeuvres. Ces poèmes méritent, pourtant, un nouveau regard car, comme je vais bientôt le démontrer, ils n'ont cessé de plaire pendant presque six siècles ! Il ne s'agit pas d'une littérature sérieuse, morale, figée dans des formes stériles, mais d'une littérature populaire dans le meilleur sens du mot. Bien qu'en butte à l'incompréhension des critiques littéraires depuis plus de deux millénaires, cette littérature franchement populaire n'a jamais cessé d'exister. Heureusement, le peuple a toujours pu reconnaître ce qui lui plaisait et a toujours su ignorer les édits des critiques31. Et je tiens à souligner que par "le peuple" je comprends ici non seulement la bourgeoisie naissante, mais aussi l'aristocratie provinciale, car la littérature populaire était l'apanage de ces deux groupes au moins jusqu'è l'époque de Louis XIV. Nos chansons, tout comme les oeuvres littéraires des époques baroque et rococo, s'adressaient et plaisaient à un vaste public contemporain32.

  • 33 Cf. F. Suard, 1980. Tout en les appelant des "épopées tardives", Suard reconnait l'urgence de les c (...)

22C'est pour faire sortir ces épopées françaises du bas moyen âge de l'ombre projetée sur elles surtout par la Chanson de Roland que j'ai proposé de les nommer "chansons d'aventures" plutôt que "chansons de geste tardives"33. Comme je l'ai dit à Padoue :

  • 34 Kibler, op. cit. p. 515.

Une fois que nous aurons accepté une telle classification, nous aurons la possibilité d'étudier ces chansons en et pour elles-mêmes, de reconnaître et d'énumérer leurs motifs narratifs et leurs thèmes affectifs, et de les réévaluer d'après leur propre système de valeurs. La forme seule ne suffit pas pour classifier de telles oeuvres ; c'est d'après l'organisation des aventures que nous pouvons les reconnaître. Et ces aventures doivent être appréciées en dehors de tout message politique ou social. Ce qui doit nous intéresser, c'est la fiction même, la suite des aventures. Libérés de nos préjugés critiques, nous devons nous ouvrir enfin à la fiction, à l'aventure34.

  • 35 Une étude d'ensemble de la mise en prose des chansons de geste se trouve dans la contribution de Fr (...)

23Il s'agit donc d'une littérature populaire, c'est-è-dire d'une littérature composée pour plaire au grand public plutôt qu'à la critique littéraire. Au moyen âge, d'abord, ces chansons étaient récitées devant un public souvent tumultueux et peu attentif ; à l'époque où la prose et la lecture privée remplaçaient peu à peu la présentation publique et orale, ces textes ont été dérimés et souvent reproduits dans les premiers imprimés en langue française35 ; plus tard, quelques épopées fortunées ont été renouvelées encore pour le vaste public qui achetait et lisait les petits textes de la Bibliothèque Bleue.

24Toute comme la chanson de geste, qui a été lancée par le chef-d'oeuvre qu'est la Chanson de Roland, la chanson d'aventures a débuté par son chef-d'oeuvre incontesté, Huon de Bordeaux. Plusieurs autres chansons d'aventures, telles Vivien de Monbranc et Maugis d'Aigremont, remontent au xiiie siècle, mais la plupart de nos chansons datent des xive et xve siècles, et nous ne prenons en compte aujourd'hui que les poèmes que les critiques s'accordent pour dater après 1300.

  • 36 (Société de publications romanes et françaises, 42) Genève : Droz, 1954. Les chiffres cités dans le (...)
  • 37 L'histoire de Renaut, en deux versions différentes, est représentée par au moins 10 MSS et 27 impri (...)

25En étudiant les articles de l'importante Bibliographie des romans et nouvelles en prose française antérieurs à 1500 de Brian Woledge36, on peut facilement constater que les chansons de gestes, et en particulier les chansons d'aventures, comptent parmi les écrits en langue française les plus largement diffusés à cette époque, si on peut en juger d'après le nombre important de manuscrits et d'éditions anciennes de ces textes. Trente-huit des cent quatre-vingt-dix articles (soit exactement 20 %) traitent de proses issues de poèmes épiques. Et les oeuvres de loin les plus répandues étaient celles qui avaient été écrites ou remaniées en vers aux xive et xve siècles : Ami et Amile a connu 10 éditions anciennes ; le deuxième cycle de la Croisade, sous le nom du Chevalier au cygne, est représenté par un manuscrit et 10 imprimés ; Ogier le Danois, par 16 éditions ; Huon de Bordeaux a connu 11 éditions imprimées entre 1513 et 1586 ; Galiens li restorés a été imprimé 19 fois entre 1500 et 1589. Même des chansons très méprisées aujourd'hui, comme Ciperis de Vignevaux, Théséus de Cologne, ou le remaniement de Jourdain de Blaives (ces deux derniers n'ont même pas trouvé d'éditeur moderne !), ont vu respectivement quatre, trois, et six éditions anciennes. Mais les plus populaires des adaptations de chansons de geste à la fin du moyen âge sont le Fierabras en prose de Jean Baignon, qui n'a pas connu moins de 28 éditions entre 1478 et 1588, et le Renaut de Montauban qui, avec ses continuations37, est connu par plus de 50 éditions anciennes ! Ces deux livres-là ont été parmi les vrais "best-sellers" du xvie siècle.

  • 38 Micha a recensé 93 MSS dans son article, "Les Manuscrits du Lancelot en Prose", Romania, 81 (1960), (...)

26Ces chiffres sont encore plus remarquables si on les compare à ceux de la production romanesque. Le Lancelot en prose et le Tristan en prose ont connu une grande diffusion entre le xiiie et le xve siècle, à en juger d'après le nombre énorme de manuscrits qui subsistent38. Mais, chose curieuse, la littérature arthurienne est assez mal représentée parmi les premières éditions imprimées : il n'existe que 8 éditions du Lancelot en prose et 8 du Tristan. D'autres oeuvres arthuriennes sont représentées par des éditions anciennes moins nombreuses encore : 2 pour l'Histoire du Saint Graal, 2 pour Perceforest, une seule pour Perceval le Gallois. Le roman arthurien qui a jouit du plus grand succès était le Petit Artus de Bretagne, un remaniement tardif qui montre très peu de rapports avec les romans de la Table Ronde. Plus goûtés que les romans arthuriens étaient les romans qui avaient quelque rapport avec l'antiquité grecque ou romaine, tels le Roman d'Alexandre (12 éditions) et le Roman de Troie (25 éditions entre 1480 et la fin du xvie siècle). Ceci n'est pas pour nous étonner à une époque qui s'est vantée d'avoir redécouvert la littérature classique. D'autres romans de chevalerie ont connu un grand succès aussi : nous comptons 24 éditions des deux versions de Robert le Diable, 27 éditions du roman de Pierre de Provence et la Belle Maguelonne, et 20 éditions de Mélusine.

  • 39 Pickford, C. E. "Les éditions imprimées de romans arthuriens en prose antérieures à 1600." BBSIA, 1 (...)
  • 40 Pickford, Ibid., compte 79 éditions anciennes de proses arthuriennes ; j'ai compté 204 éditions anc (...)
  • 41 C'est le numéro 576 du Catalogue descriptif de la Bibliothèque Bleue de Troyes d'Alfred Morin (Hist (...)
  • 42 Morin, op. cit., articles 577, 591-603.
  • 43 Ibid, articles 578-589.
  • 44 Ibid, articles 459-468.
  • 45 Ibid, articles 694-701, 700 bis.

27Bien qu'on ait pu dire à juste titre que le roman arthurien "approchait de sa fin" déjà à l'époque de l'imprimerie39, ce n'est pas du tout le cas pour l'épopée. Non seulement on a publié aux xve et xvie siècles plus de deux fois plus de proses tirées des chansons anciennes que de mises-en-prose des romans arthuriens40, mais les derniers avatars de la chanson de geste figuraient encore dans les volumes de la Bibliothèque Bleue. Parmi les titres de cette collection, on ne trouve qu'un seul roman "arthurien", une édition d'Artus de Bretagne, datée de 162841. Par contre, la tradition épique est bien représentée par 14 éditions de l'Histoire des Quatre Fils Aymon, Très-Nobles et Très-Vaillants Chevaliers, qui s'échelonnent entre 1630 et 172842 ; par 12 éditions de l'Histoire des nobles proüesses et vaillances de Galien restauré fils du noble Olivier le Marquis entre 1606 et 172843 ; par dix éditions de l'Histoire de Huon de Bordeaux, Pair de France et Duc de Guienne44, et 9 du Livre second de Huon de Bordeaux, Pair de France et Duc de Guienne45. On trouve également de multiples éditions de La Conqueste du Grand Charlemagne, d'Ogier le danois, et de l'Histoire de Morgant le géant et de plusieurs autres Chevaliers et Pairs de France.

28Il est sûr qu'è l'époque de la Renaissance les premiers imprimeurs produisent beaucoup plus de livres en latin, voire en grec, qu'en prose française, mais ce sont précisément ces livres en français qui nous renseignent sur les préférences de lecture de l'homme moyen : celui qui savait lire et écrire sa langue maternelle, mais qui ne faisait pas lui-même partie de l'élite intellectuelle. Et ce que cet aperçu très sommaire nous indique, c'est que l'homme moyen de la fin du moyen âge jusqu'à l'orée de l'âge des lumières aime lire surtout des histoires d'aventures, en vers et en prose. Il s'agit donc d'une littérature vraiment populaire, d'une littérature qui souffre, certes, de la comparaison avec l'importante production artistique de l'époque, mais aussi d'une littérature qui mérite d'être comprise et appréciée selon des critères qui lui seraient appropriés.

  • 46 L'analogie avec la série télévisée a été formulée avant nous par le regretté N. van den Boogaard, 1 (...)

29Notre propos ici n'est pas d'énumérer toutes les mises en prose ni toutes les éditions anciennes des chansons de geste et chansons d'aventures. Nous voulons suggérer tout simplement, par ce survol rapide, que la chanson d'aventures, qui seule nous intéresse aujourd'hui, fait partie intégrante d'une littérature populaire qui n'a cessé de fleurir et qui vit toujours sous d'autres formes à l'époque actuelle. On a comparé la chanson de geste, débitée en tranches, au roman feuilleton, mais la chanson d'aventures s'approche plutôt de la série télévisée, dans laquelle on trouve une multitude d'intrigues menées simultanément, des personnages unidimensionnels qui entretiennent toutes sortes de relations surtout familiales, un ensemble extrêmement long mais divisé en tranches par les exigences de la présentation sériale et journalière, des techniques de transition et de rappel très stéréotypées, et surtout une forme "littéraire" qui s'adresse à la femme ou à l'homme "moyen", plutôt qu'aux savants et aux critiques littéraires46.

30Mais depuis la fin du moyen âge, cette littérature, tout comme la plus grande partie de la littérature médiévale, a été dédaignée par la critique. A l'époque romantique, on a de nouveau apprécié certaines oeuvres du moyen âge, reconnues désormais comme les chefs-d'œuvres de l'époque : la Chanson de Roland pour l'épopée, les romans de Chrétien de Troyes, les lais de Marie de France, le Roman de la Rose, la poésie de Villon. Ces oeuvres, consacrées par la critique du xixe siècle, sont entrées depuis longtemps dans les anthologies littéraires. D'autres oeuvres, connues et parfois éditées au xixe siècle, ont dü attendre le xxe siècle pour être vraiment réhabilitées et appréciées : les romans antiques, les fabliaux, le Tristan, le Lancelot en Prose, Froissart, Machaut, et tant d'autres. Mais la vaste littérature populaire, représentée par les récits hagiographiques, par les mises en prose des romans et des chansons de geste, et justement par la chanson d'aventures, reste à découvrir.

  • 47 Je laisse de côté, de propos délibéré, les deux éditions des poèmes de la Geste de Monglane par Dav (...)

31Les éditions consacrées à nos chansons d'aventures sont relativement peu nombreuses, et d'une valeur très inégale. Des 29 chansons répertoriées, six cherchent encore un premier éditeur moderne : le Charlemagne de Girart d'Amiens, Dieudonné de Hongrie (connu également sous le nom de Charles le Chauve), Théséus de Cologne, et les remaniements en alexandrins d'Ami et Amile, de Jourdain de Blaives, et d'Ogier le danois. La plupart des autres ont été éditées au xixe siècle d'une façon insuffisante et dans des éditions qui sont maintenant introuvables. En somme, il n'y a guère qu'Aubéron, le Bâtard de Bouillon, Ciperis de Vignevaux, Florence de Rome, Godin, Lion de Bourges, et Tristan de Nanteuil qui aient été publiés dans des éditions à peu près correctes et encore disponibles47. Des éditions modernes de Baudouin de Sebourc, de Florent et Octavien, de La Belle Hélène de Constantinople et des remaniements de Huon de Bordeaux du MS B.N. f. fr. 1451 et du Renaut de Montauban du MS B.N. f.fr. 764 (R) sont annoncées ou en préparation.

32Dans le domaine des études consacrées à nos chansons, les progrès ont été lents. Après les analyses fort sommaires et souvent très inexactes de Paulin Paris dans l'Histoire littéraire de la France et celles de Léon Gautier dans Les Epopées françaises, une série considérable de travaux a été entreprise en Allemagne, à Greifswald et à Marburg surtout, par des étudiants d'Hermann Suchier dans les années qui vont de la Guerre franco-prussienne à la Guerre de 14-18. Il n'est guère de chanson d'aventures qui n'ait été étudiée au moins une fois, et le plus souvent plusieurs fois, par ces jeunes érudits d'outre-Rhin en quête de sujets de thèse. Plusieurs de ces études restent fort utiles aujourd'hui, mais la plupart n'offrent que peu d'intérêt.

  • 48 "Uber den Verfasser dreier der letzten chansons de geste". Zeitschrift für romanische Philologie, 4 (...)
  • 49 "Philippe le Bel et la légende des trois fleurs de lis". Mélanges A. Thomas, 1927, pp. 383-88 ; "La (...)
  • 50 "The Date of Ciperis de Vignevaux". Modem Language Notes, 49 (1934), 255-60 ; "Tristan de Nanteuil" (...)
  • 51 Labande, Edmond René. Etude sur Baudouin de Sebourc, chanson de geste. Légende poétique de Baudouin (...)

33Entre les deux guerres mondiales, je ne compte que huit études dédiées aux chansons qui nous intéressent : celle de Hermann Breuer en 1923, qui voudrait attribuer Hugues Capet, Baudouin de Sebourc, et le Bâtard de Bouillon au même auteur48, trois articles d'Emile Roy sur le Cycle de la Croisade,49 et quatre études d'A.H. Krappe50, sur Tristan de Nanteuil, La Belle Hélène de Constantinople, Florent et Octavien, et sur la datation de Ciperis de Vignevaux. Roy se borne à résumer les poèmes du cycle de la croisade. Krappe, folkloriste, s'est efforcé de montrer les rapports entre les chansons qu'il étudie et des contes orientaux, représentés en France surtout par la légende de St. Eustache. C'est en 1940, en pleine guerre, qu'une nouvelle époque dans l'étude de nos chansons s'annonce avec la publication de la thèse magistrale d'Edmond René Labande sur Baudouin de Sebourc51.

  • 52 "La Chanson de Hugues Capet", Romania, 71 (1950), 450-81 ; "Florent et Octavien, chanson de geste d (...)
  • 53 Flutre, L. F. "Dieudonné de Hongrie, chanson de geste du xive siècle (alias Roman de Charles le Cha (...)
  • 54 (Bibl. de la Fac. de phil. et lettres de L'Univ. de Liège, fasc. 120) Paris, 1951.

34Mais ce n'est vraiment qu'à partir de 1950, avec la série d'études de première importance du regretté Robert Bossuat, que l'on commence à redécouvrir ces chansons abandonnées depuis si longtemps. Bossuat a en effet étudié Hugues Capet, Florent et Octavien, Dieudonné de Hongrie (qu'il persiste à appeler Charles le Chauve), et Théséus de Cologne52. Les articles de Bossuat étaient complétés par une étude importante de L.F. Flutre sur Dieudonné de Hongrie et une étude de Mlle. Claude Badalo-Dulong sur Ciperis de Vignevaux53. C'est aussi au début des années cinquante que le regretté Jules Horrent a publié sa thèse intitulée La Chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au moyen âge54, dans laquelle il traite longuement de la geste de Monglane, et en particulier de Galien li restorés.

  • 55 art. cit. (1952), p. 398.
  • 56 Cf. Breuer, 1923 ; Roy, 1929.
  • 57 Cf. Cook, Le Bâtard de Bouillon (Genève : Droz, 1972), pp. lxiii-lxiv ; Sinclair, Tristan de Nanteu (...)

35Les articles de Bossuat, de Flutre et de Badalo-Dulong ont été écrits surtout dans l'intention de dater et de localiser les poèmes en question. L'étude de Flutre est, en effet, l'introduction à l'édition de Dieudonné de Hongrie qu'il n'a jamais publiée. Après une étude approfondie de la langue et du vocabulaire du texte, il fixe la date de son poème entre 1350 et 1359 et estime qu'il a été composé par un poète picard, "originaire d'une région comprise entre Lille, Arras, Cambrai, Maubeuge, Mons et Tournai"55. De même, Badalo-Dulong croit pouvoir attribuer Ciperis de Vignevaux à un rimeur normand de l'abbaye de Foucarmont, au début du xve siècle. Les quatre études de Bossuat sont nettement apparentées, car elles s'attachent toutes à démontrer que les épopées envisagées ont été composées dans la région parisienne, par des jongleurs travaillant en équipe, qui se sont employés à justifier les droits de la dynastie royale française face à l'invasion étrangère et à la guerre civile, en rattachant la famille des Valois au roi Dagobert, fondateur de l'abbaye de Saint-Denis. En fixant la patrie de Dieudonné de Hongrie à Paris dans les années 1373-74, Bossuat s'inscrit en faux contre la datation et la localisation proposées naguère par Flutre. Mais il faut convenir que les articles de Bossuat, basés surtout sur des rapprochements factices entre l'intrigue des poèmes qu'il étudie et quelques événements politiques des années 1356-1374, procèdent du parti pris et ignorent ou rejettent d'importantes données linguistiques. Nos propres recherches sur la langue et la patrie de Lion de Bourges, ainsi que les recherches de Sinclair pour Tristan de Nanteuil, de Labande pour Baudouin de Sebourc, de Cook pour le Bâtard de Bouillon, confirment l'opinion de Flutre, qui voyait une étroite parenté entre Dieudonné de Hongrie, Hugues Capet, Baudouin de Sebourc, et le Bâtard de Bouillon56. À ce groupe de chansons d'aventures "franco-picardes" du xive siècle, nous croyons pouvoir maintenant ajouter les chansons de Lion de Bourges, de Tristan de Nanteuil, et du Chevalier au Cygne et Godefroy de Bouillon57. Tous ces poèmes paraissent être sortis d'un atelier très actif vers le milieu du xive siècle dans la région comprise entre Lille, Arras, Mons, et Tournai.

  • 58 "Charles le Chauve". Les Lettres romanes, 7 (1953), 108. On aperçoit un élargissement des sensibili (...)
  • 59 "Charles le Chauve". Les Lettres romanes, 7 (1953), 124.

36Bien qu'on ne puisse plus accepter toutes les conclusions de Bossuat quant à la localisation des chansons qu'il a étudiées, il est le premier à ne pas avoir dédaigné totalement ces poèmes, le premier à avoir essayé de les saisir sur le vif et de comprendre le milieu dans lequel ils ont été écrits et le but dans lequel ils ont été composés. Comme Flutre et bien d'autres avant lui, Bossuat est frappé par la multiplicité des épisodes et leur enchevêtrement. Mais au lieu de s'en irriter, il cherche à découvrir leur raison d'être, leurs matériaux, leur processus de création, et leur public. Il affirme, et ici nous sommes pleinement d'accord : "Nous sommes en présence de documents qui ont été lus, recopiés, remaniés, parfois même imprimés, dont la composition répondait sans doute à un besoin, qui ne sont pas isolés, mais forment, si on les rassemble, un genre particulier qui n'a de l'épopée que l'apparence, et du roman d'aventures que l'invraisemblance et la variété"58. Comme nous, il assimile les chansons qu'il étudie au genre du roman populaire que nous préférons appeler par son nom anglais "romance" pour éviter toute confusion possible. Ainsi écrit-il : "la règle du genre veut que les membres dispersés de la famille cherchent à se rejoindre et la reconnaissance finale doit fournir la conclusion. Ces quêtes successives ou simultanées, dont les fils s'entremêlent, servent de prétexte à des aventures où le merveilleux côtoie le réel. C'est le principe essentiel du roman courtois, le secret du roman populaire de tous les temps"59.

  • 60 Flutre, ZrPh, 68 (1952), 363-64.

37Flutre estimait beaucoup moins que Bossuat le poème qu'il étudiait et qu'il caractérisait ainsi : "le poème de Dieudonné est une sorte de mosaïque faite de thèmes, de situations, de types littéraires, de procédés, de mots, qu'on retrouve tantôt dans l'une tantôt dans l'autre de nos épopées ... L'expression est stéréotypée comme l'étaient la plupart des éléments constitutifs, caractères, situations et thèmes"60. De là à citer constamment et en les approuvant les opinions esthétiques de Gautier, il n'y a qu'un pas ! Mais Flutre innove aussi, et dans une direction qu'on ferait bien de suivre, en étudiant les thèmes et motifs, les chevilles, les sentences et proverbes, et les personnages stéréotypés employés par l'auteur de Dieudonné de Hongrie.

  • 61 De Garin de Monglane, Galiens li restorés, Aubéron, Godin, Lion de Bourges, Tristan de Nanteuil, l' (...)
  • 62 Duparc-Quioc, Suzanne, Le cycle de la Croisade (Bibliothèque de l'Ecole des Hautes Etudes, Sciences (...)

38Mais c'est surtout pendant les trente dernières années, depuis à peu près 1955, quand Keith V. Sinclair a commencé à s'intéresser à Tristan de Nanteuil, Suzanne Duparc-Quioc au Chevalier au Cygne et Godefroi de Bouillon, et Jacques Thomas au remaniement de Renaut de Montauban, que l'on peut noter une véritable éclosion d'études portant sur la chanson d'aventures. Cette éclosion n'a pour ainsi dire touché jusqu'à présent que Tristan de Nanteuil, Lion de Bourges, les continuations de Renaut de Montauban, et les quelques poèmes du cycle de la Croisade, mais elle a déjà produit une cinquantaine d'articles, neuf éditions de textes61, et trois livres importants62.

  • 63 Op. cit. 1978. Joseph Duggan touche au même sujet, mais de façon plus sommaire, aux pages 394-95 de (...)
  • 64 L'Esprit Créateur, 23 (1983), 64-74.
  • 65 Ibid., pp. 72-73.

39J'ai compté cinquante-trois articles publiés entre 1955 et 1985 qui s'occupent de nos chansons d'aventures ; plus de la moitié de ces articles - trente et un en l'occurence - ont parus dans les dix dernières années. Trente-neuf des cinquante-trois articles recensés traitent de Tristan de Nanteuil, de Lion de Bourges, de Renaut de Montauban, ou du Deuxième Cycle de la Croisade, mais quatre autres sont des études générales de première importance et constituent les premiers travaux d'ensemble à être consacrés à la chanson d'aventures. Le regretté Nico van den Boogaard, puisant ses exemples uniquement dans Tristan de Nanteuil, a néanmoins atteint des résultats de portée plus générale, qu'annonce le titre de son étude : "Le caractère oral de la chanson de geste tardive"63. Robert F. Cook, dans un article important paru dans l'Esprit Créateur en 1983, "Méchants romans" et Epopée française : pour une philologie profonde,"64 a fait écho à Bossuat en plaidant pour une plus grande largeur de vues et pour une étude sérieuse des textes méprisés par la philologie traditionnelle. Au lieu de condamner ces dernières chansons sans vraiment les connaître, Cook exige une "philologie profonde" qui s'interroge sur ces textes oubliés pour nous les faire comprendre, tout comme les philologues d'autrefois s'interrogeaient sur la Chanson de Roland ou sur les romans de Chrétien de Troyes. "L'histoire nouvelle", écrit Cook, "en auscultant le document muet, cadastre, rôle de taille, photo aérienne, a bousculé bien des habitudes. Le nouveau philologue, en examinant sous un jour littéraire et culturel au sens large de nombreux textes "laids", triviaux, didactiques, remaniés, tardifs, stéréotypés, opaques, prendra ces caractéristiques comme des points de départ et non comme la confirmation de catégories préalables ... "65.

  • 66 Dans Etudes de Philologie romane et d'histoire littéraire offertes à Jules Horrent. Ed. Jean Marie (...)

40Deux articles remarquables de François Suard, parus ces cinq dernières années, rassemblent des données importantes pour attester la survie de la chanson de geste aux xive et xve siècles. Dans "L'épopée française tardive (xive-xve s),"66 parue en 1980, M. Suard identifie les caractéristiques essentielles de ces chansons :

  • elles sont de "dimensions généreuses" et présentent l'histoire complète de nombreux personnages, offrant ainsi une trame narrative incroyablement complexe ;

  • elles mettent en scene des héros nouveaux, qui mêlent à la prouesse des traits non chevaleresques ;

  • elles font beaucoup de cas des éléments folkloriques et merveilleux.

  • 67 Suard, 1981.

41M. Suard s'interroge ensuite sur la raison de leur succès. Pour lui, elles affirmeraient une vérité traditionnelle en face d'une civilisation en pleine crise de valeurs. Dans un second article, "La tradition épique aux xive et xve siècles,"67 il étudie la permanence des chansons tardives dans les mises en proses du xve siècle.

***

42A la suite de ce survol des études consacrées à la chanson d'aventures, on peut bien s'apercevoir que l'on n'a pas toutes les réponses et que l'on est toujours très loin de s'être posé toutes les questions !

  • 68 Voir, par exemple, la critique de Cook de l'édition princeps du Bâtard de Bouillon, par Scheler, "E (...)

43Une tâche indispensable reste à accomplir : éditer les textes qui en ont besoin. Non seulement il faut éditer pour la première fois les six poèmes qui n'ont encore trouvé personne pour s'y intéresser, mais il est nécessaire de pourvoir d'une édition critique la multitude de textes qui ont fait l'objet, au dix-neuvième siècle, voir au vingtième, d'une édition ne correspondant plus à nos besoins. Ces éditions, établies parfois non sur le manuscrit mais à partir de copies faites par des élèves68, font preuve plutôt de l'enthousiasme des éditeurs que de leur science.

  • 69 (Genève : Droz, 1980), pp. lviii-lxii.
  • 70 Sinclair, 1983.

44Il faut établir dès que possible une liste complète des thèmes et motifs littéraires et folkloriques utilisés dans les chansons d'aventures, ne serait-ce que pour éviter aux chercheurs de comparer des textes qui en réalité sont très différents. Nous avons pour notre part commencé à établir une telle liste dans l'introduction à notre édition de la chanson de Lion de Bourges69 ; et, sans connaître notre travail, le professeur Keith Sinclair a procédé de la même façon, mais avec beaucoup plus de détails, dans son étude récente sur les sources et thèmes analogues de Tristan de Nanteuil70. Sinclair identifie ainsi ce qu'il estime être la source immédiate des vingt-cinq thèmes principaux qu'il relève dans son poème. Mais, sans connaître tous les textes dans lesquels se trouvent ces thèmes - il ignore notamment Lion de Bourges qui, nous l'avons montré, a des points communs importants avec Tristan de Nanteuil - comment être sûr de savoir qui imite, et qui est imité ? Pourquoi ne pas entreprendre d'ores et déjà l'établissement d'une telle liste, en se servant des éditions existantes et des manuscrits des quelques poèmes qui restent à éditer ? Cette liste rendrait des services inestimables aux futurs éditeurs de chansons d'aventures.

45Une étude comparative des héros principaux qui paraissent dans les chansons d'aventures confirmerait sûrement l'observation de M. Suard, qui voit paraître un nouveau type de héros, peu respectueux de la tradition chevaleresque et de l'autorité établie, et de plus enclin à séduire les filles. (Notre Lion de Bourges met au monde dix bâtards ; Hugues Capet fait des conquêtes innombrables ; et le saint croisé Baudouin de Sebourc compte une trentaine de bâtards). Non seulement le portrait du héros principal se modifie, mais on assiste à l'introduction ou au développement inoui d'autres types de personnages qui paraissent rarement ou y sont peints autrement (dans les chansons de geste) : il s'agit du traître, de l'espion, du pèlerin, du nain, du géant, de la fée, de l'enchanteur, de l'adjuvant merveilleux, etc.

46Et maintenant, en guise de conclusion, j'aimerais vous rappeler quelques problèmes soulevés autrefois par Robert Bossuat, mais qui restent toujours à résoudre :

    • 71 Cf. Cook, Le deuxième cycle de la croisade, p. 46, qui cite, en les approuvant, les opinions de Bos (...)

    Ces poèmes ont-ils été composés en équipe plutôt que par un jongleur ou un poète unique ? La composition de ces longs poèmes a dû être assez rapide, et la répétition des motifs et formules d'un poème à l'autre suggère l'application d'une technique toute faite et très efficace par une équipe de jongleurs travaillant en atelier. C'est, du moins, l'opinion de Bossuat, de Labande, et de Cook71.

  • Comment ces poèmes ont-ils été livrés au public ? Oralement, mais en se servant du manuscrit, comme le croient la plupart des critiques récents ? Ou bien ont-ils été lus par un nouveau public avide de lectures ?

  • Où ont-ils été composés ? Bossuat croyait avoir identifié un petit cycle "mérovingien" composé à Paris pour répondre à l'actualité politique des années 1356-73, mais nous avons vu que des études plus récentes de phonologie et de vocabulaire suggèrent plutôt un centre littéraire franco-picard (osera-t-on dire bourguignon ?) dans la région Lille-Arras-Mons-Tournai.

    • 72 Suard, 1980, p. 457.

    Pour quel public ont-ils été écrits ? Bossuat penchait pour un public bourgeois, tandis que Suard estime que les destinataires de toutes ces chansons étaient des nobles, car plusieurs des manuscrits qui nous restent se trouvaient autrefois dans des collections princières72. Pourquoi ne pas accepter le témoignage de la plupart des manuscrits, qui s'adressent pareillement aux bourgeois et aux nobles ? Lion de Bourges débute ainsi :

Signour, or faite paix, chevaillier et baron,
Bourgeois et clerc et prestre, gens de religion,
Et je vous chanterait une bonne chanson (1-3)

  • 73 Cf. Cook, vv. 6543-46.

47Et le poète anonyme du Bâtard de Bouillon annonce à la fin de son poème73 :

Or vous traiés en cha, chevalier et baron,
Bourgoises et bourgois, gent de religion,
Istoire vous dirai, se il vous vient a bon,
Noblement ordenee et de gente fachon.

48Ceci suggère que ces poèmes non seulement cherchaient, mais trouvaient le grand public ; qu'ils étaient appréciés non seulement dans la rue ou à la foire, mais également au château, car le sens esthétique du seigneur n'a pas dû être beaucoup plus élevé que celui du bourgeois de l'époque.

49– Pourquoi ont-ils été composés ? L'explication de propagande politique préférée par Bossuat semble être confirmée par Suard, qui estime qu'il y a une liaison naturelle entre la forme poétique de la chanson et la vérité. Mais ne pourrait-on pas suggérer beaucoup plus simplement que ces poèmes ont été écrits pour répondre chez le grand public à un besoin d'histoires susceptibles d'exciter son imagination et de satisfaire à un certain appétit d'aventures dans une vie qui en était le plus souvent dépourvue ? Cette littérature populaire n'avait pas d'autre raison d'être que de plaire aux masses. Le grand public de toutes les époques a recherché une littérature en dehors de celle consacrée par la critique intellectuelle, une littérature qui traduirait non seulement ses angoisses mais aussi ses espérances, une littérature qui serait le reflet des complexités de la vie quotidienne. Cette littérature populaire, méprisée par la critique, a néanmoins été lue, relue, recopiée, et constamment renouvelée à travers les siècles. A la chanson d'aventure des xive et xve siècles correspondent, mutatis mutandis, les vastes romans héroïques du xviie siècle, tels les 10 volumes du Grand Cyrus des Scudéry ou les 12 volumes du Cléopâtre de la Calprenède, les romans d'aventure d'un Alexandre Dumas ou d'un Eugène Sue au xixe siècle, le roman généalogique d'un James Michener au xxe et les romans sensationnels d'un Harold Robbins ou d'un Guy des Cars au xxe siècle, les romans fleuves d'un Jules Romains, et surtout la série télévisée. Ces oeuvres, qui nous renseignent longuement sur les goûts et les préférences de l'homme moyen d'aujourd'hui, sont - on le sait très bien -presque aussi méprisées par la critique actuelle que le sont les chansons d'aventures par les philologues et les historiens de la littérature.

  • 74 Je tiens à remercier mes collègues Jean-Louis Piche-rit, Jean-Pierre Cauvin et François Suard d'avo (...)

50Le temps est venu de jeter un regard nouveau sur cette vaste production littéraire. Bien qu'elle ne corresponde pas à l'esthétique des chercheurs sophistiqués des xixe et xxe siècles, elle forme une catégorie esthétique parfaitement légitime. Il s'agit d'un art naïf et sans prétentions, un art qui ne cherche pas à cacher ses effets et qui tient à tirer le meilleur parti d'une vie difficile en rendant celle-ci plus belle et plus passionnante qu'elle ne l'était en réalité74.

Annexes

Appendice A

Liste de Paulin Paris

Tome XXV (xive siècle)
Auteurs anonymes, Chansons de geste renouvelées de la Première Croisade

Le Chevalier au Cygne
Les Enfances Godefroi de Bouillon
La Chanson d'Antioche
Les Chétifs
Baudouin de Sebourg
Le Bâtard de Bouillon

Tome XXVI (xive siècle)
Chansons de geste

Floovant
Cipéris de Vignevaux
Huon de Bordeaux
Charles de Chauve
Hue Capet
Doon de Maience
Les enfances Doon de Maience
Gaufrey
Gui de Nanteuil
Tristan de Nanteuil
Otinel
Gui de Bourgogne
Florent et Octavian
Florence de Rome
L'entrée en Espagne
La guerre en Espagne
Macaire

Appendice B

Liste de Leon Gautier

Bastars de Buillon
Bauduin de Sebourc
Brun de la Montagne
Charlemagne
Charles le Chauve
Le Chevalier au Cygne
Chronique de Bertrand Duguesclin
Ciperis de Vignevaux
Enfances Garin de Montglane
Florence de Rome
Florent et Octavian
Galiens li restorés
Garins li Loherains
Geste de Liège
Girart de Viane
Girart de Roussillon
Hugues Capet
Huon de Bordeaux
Jehan de Lanson
Jourdain de Blaives
Lion de Bourges
Maugis d'Aigremont
Meurvin
Ogier le Danois
Quatre Fils Aimon
Reine Sibille
Theseus de Cologne
Tristan de Nanteuil

Appendice C

Liste de François Suard

Ami et Amile, remaniement en alexandrins du xve s.
Le Bâtard de Bouillon
Baudouin de Sebourc
Charlemagne (de Girart d'Amiens)
Charles le Chauve
Le Chevalier au Cygne et Godefroy de Bouillon
Ciperis de Vignevaux
Les Enfances Garin de Monglane
Florence de Rome
Florent et Octavien
Garin le Lorrain
La Geste des ducs de Bourgogne
La Geste de Liège
Le Roman de la geste de Monglane
Girart de Roussillon
Hugues Capet
Huon de Bordeaux et ses continuations
Jourdain de Blaives
Lion de Bourges
Ogier le Danois
Renaut de Montauban et son prologue, Maugis d'Aigremont
Théséus de Cologne
Tristan de Nanteuil
La Vie de Bertrand du Guesclin (par Cuvelier)

Appendice D

Notre Liste

Ami et Amile, remaniement en alexandrins du xve s.
Le Bâtard de Bouillon
Baudouin de Sebourc
Belle Hélène de Constantinople
Charlemagne (de Girart d'Amiens)
Le Chevalier au Cygne et Godefroy de Bouillon
Ciperis de Vignevaux
Dieudonné de Hongrie (Charles le Chauve)
Les Enfances Garin de Monglane
Florence de Rome
Florent et Octavien
Garin le Lorrain (fragments d'une rédaction en alexandrins).
La Geste de Monglane
Girart de Vienne
Hernaut de Beaulande
Renier de Gennes
Galïens li restorés
Girart de Roussillon (remaniement en alexandrins, xive s.)
Hugues Capet
Huon de Bordeaux (remaniement en alexandrins, xve s.)
Aubéron
Esclarmonde, Clarisse et Florent, Yde et Olive Godin
Huon, roi de féerie, Combat contre les Géants,
Huon le Desvey
Jourdain de Blaives (remaniement en alexandrins, xve s.)
Lion de Bourges
Ogier le Danois (remaniement en décasyllabes, xive s. en alexandrins, xve s.).
Renaut de Montauban (remaniement en alexandrins, xve s.)
Théséus de Cologne
Tristan de Nanteuil

Notes

1 Lion de Bourges, poème épique du xive siècle (Textes littéraires français, 285) Genève : Droz, 1980.

2 Cf. G. Paris, L'Histoire poétique de Charlemagne (Paris : Franck, 1865), p. 300, n. 4.

3 Tristan de Nanteuil, in Histoire littéraire de la France, XXVI, pp. 268-9.

4 Que l'on ferait mieux d'intituler Dieudonné de Hongrie, selon L.-F. Flutre, "Dieudonné de Hongrie, chanson de geste inédite du xive siècle (alias Roman de Charles le Chauve)", "Zeitschrift für romanische Philologie, 68 (1952), 321-400.

5 Gautier, Les Epopées françaises, II, p. 467.

6 Etude sur Baudouin de Sebourc (Paris : Droz, 1940, pp. 139-40).

7 "Quelques notes sur Dieudonné de Hongrie, chanson de geste inédite du xive siècle". Neophilologus, 31 (1947), 107.

8 (Paris : Preses universitaires de France, 1983). On trouve aussi La Belle Hélène de Constantinople, mais dans la section sur la mise en prose des romans.

9 Hindley, Alan, and Levy, Brian J. The Old French Epic : An Introduction. (Ktemata, 8). Louvain : Peeters, 1983.

10 Dans la section 5, "Later Development of the Old French Epic", il s'agit surtout des poèmes du xiiie s. Le seul Hugues Capet est cité parmi les poèmes qui chantent l'histoire carolingienne.

11 Le Moyen Age, I. Des Origines à 1300 (Paris : Arthaud, 1970), p. 135.

12 William Calin, "Rapport introductif", Essor et Fortune de la Chanson de geste dans l'Europe et l'Orient latin. Actes du IXe Congrès International de la Société Rencesvals pour l'Etude des Epopées Romanes. 2 vols. Modena : Mucchi Editore, 1984 ; II, pp. 407-424.

13 Tout comme la chanson de geste, qui a été lancée par le chef-d'œuvre qu'est la Chanson de Roland, la chanson d'aventures a débuté par son chef-d'œuvre incontesté, Huon de Bordeaux. Plusieurs autres chansons d'aventures, telles Vivien de Monbranc et Maugis d'Aigremont, datent du xiiie siècle, mais la plupart de nos chansons datent des xive et xve siècles.

14 Voir notre Appendice A.

15 Floovant, Huon de Bordeaux, Doon de Maience, Les enfances Doon de Maience, Gaufrey, Gui de Nanteuil, Otinel, Gui de Bourgogne, L'entrée en Espagne, La guerre en Espagne, Macaire.

16 2e ed., tome II (Paris : Welter, 1892), pp. 447-51 ; voir notre Appendice B.

17 "L'épopée française tardive (XIVe - XVe s)" in Etudes de Philologie Romane et d'Histoire Littéraire offertes à Jules Horrent (Liège, 1980), pp. 449-460 (désormais = Suard, 1980) ; la liste complète se trouve à la note 10 aux pages 458-59 (= notre appendice C).

18 Vernay, Philippe, éd. Maugis d'Aigremont. Chanson de geste. Edition critique avec introduction, notes et glossaire. (Romanica Helvetica, 93) Berne : Francke, 1980, pp. 55-56.

19 "La Tradition épique aux xive et xve siècles". Revue des Sciences Humaines, 183 (1981-83), 95-107 (désormais = Suard, 1981).

20 Notre liste se trouve dans l'Appendice D. Le cas de Brun de la Montagne est particulièrement difficile. Gautier le comptait déjà parmi les épopées tardives, et ce poème, écrit en alexandrins et en laisses monorimés, s'approche également par son contenu de chansons comme Ogier le Danois, Lion de Bourges, et Tristan de Nanteuil. Nous croyons, néanmoins, que Suard a fait bien de l'éliminer, car le ton est entièrement celui du roman féérique : l'action se passe près de la forêt de Brocéliande ; la fée Morgue y joue un rôle important et le sort du héros est comparé à celui de Tristan ; le poète dans son prologue s'adresse à "Qui veult aprendre honneur et suivre courtoisie", et indique que son poème a été composé "pour toujours essaucier fleur de chevalerie". Par contre, il n'y a aucune mention des thèmes principaux de l'épopée tardive : la guerre contre les païens, le voyage en Terre Sainte, la recherche de la famille, etc.

21 "Theséus de Cologne". Le Moyen Age, 65 (1959), 97-133, 293-320, 539-77.

22 "'Méchants romans' et Epopée française : pour une philologie profonde". L'Esprit Créateur, 23 (1983), 64-74.

23 "Le caractère oral de la chanson de geste tardive," in Langue et littérature françaises du moyen âge : Etudes réunies par R.E.V. Stuip. Assen/Amsterdam : Van Gorcum, 1978 ; pp. 25-38.

24 Suard, 1980.

25 Cf. Robert F. Cook, art. cit, p. 72, qui a reconnu le même problème, mais il n'a pas proposé de classification nouvelle : "L'étude du méchant roman d'aventures, avatar et métonyme de la chanson de geste, peut avoir des incidences évidentes sur la critique générique. Il ressort de ce qui précède que la saisie générique pour la chanson de geste a été imparfaite ... La rançon de cette restriction du genre principal est un sous-produit difficilement traitable, une masse de textes qui, s'ils ne sont pas des chansons de geste, ne sont pas positivement quelque chose d'autre. Il est impossible de les classer avec les membres d'un genre reconnu".

26 W. W. Kibler, "La 'chanson d'aventures'" in Essor et Fortune de la Chanson de geste dans l'Europe et l'Orient latin, op. cit., II, 509-515.

27 J'ai pu remarquer par la suite que l'éditeur de Florence de Rome, A. Wallensköld, s'était déjà servi du terme dans le titre de son édition pour la SATF : Florence de Rome, chanson d'aventure du premier quart du xiiie siècle 2 vols. Paris, 1907-09.

28 Essai de poétique médiévale (Paris : Seuil, 1972), p. 70 : "Un examen comparatif des textes montre que le facteur d'invention personnelle peut intervenir efficacement au niveau de l'organisation des ensembles (macro-contextes), mais qu'il reste très faible et diffus au niveau des micro-contextes".

29 Kibler, op. cit., p. 510.

30 The Secular Scripture, A Study of the Structure of Romance. (Cambridge, Mass. : Harvard Univ. Press, 1976), p. 4.

31 Kibler, op. cit. pp. 513-15.

32 Cf. William Calin, In Défense of French Poetry (à paraître).

33 Cf. F. Suard, 1980. Tout en les appelant des "épopées tardives", Suard reconnait l'urgence de les considérer d'un oeil nouveau : "il ne s'agit pas de reprendre des critères valables pour les poèmes anciens, et parfois pour le seul Roland d'Oxford. Replacés dans leur perspective propre, ces textes, une fois édités, se feront apprécier d'eux-mêmes" (p. 458).

34 Kibler, op. cit. p. 515.

35 Une étude d'ensemble de la mise en prose des chansons de geste se trouve dans la contribution de François Suard, 1981. L'oeuvre de base, bien sûr, reste toujours celle de Georges Doutrepont, Les Mises en prose des Epopées et des Romans chevaleresques du xive au xve siècle. (Mémoires de l'Académie royale de Belgique, 40) Bruxelles : Palais des Académies, 1939.

36 (Société de publications romanes et françaises, 42) Genève : Droz, 1954. Les chiffres cités dans les paragraphes suivants ont été corrigés d'après le Supplément 1954-1973. (Genève : Droz, 1975). En fait, ce supplément comporte beaucoup de corrections et de renseignements bibliographiques supplémentaires, mais ajoute très peu d'éditions anciennes à la liste établie en 1954.

37 L'histoire de Renaut, en deux versions différentes, est représentée par au moins 10 MSS et 27 imprimés. La première continuation, Maugis d'Aigremont, tirée de la chanson tardive du même titre, est représentée par 8 éditions anciennes. Les deux autres continuations, Mabrian et La Conqueste de Trebisonde, ne semblent pas descendre de chansons anciennes.

38 Micha a recensé 93 MSS dans son article, "Les Manuscrits du Lancelot en Prose", Romania, 81 (1960), 145-187, 84 (1963), 28-60, et 85 (1964), 478-517 ; Woledge, 1954, pp. 71-79, qui recensait aussi les MSS contenant l'Estoire del S. Graal, le Merlin, la Queste, et la Mort Artu, avait porté le total à 200 MSS et fragments. Selon Woledge, 1954, pp. 122-25, il nous reste au moins 71 MSS du Tristan.

39 Pickford, C. E. "Les éditions imprimées de romans arthuriens en prose antérieures à 1600." BBSIA, 13 (1961), pp. 99-110 ; voir surtout à la p. 104.

40 Pickford, Ibid., compte 79 éditions anciennes de proses arthuriennes ; j'ai compté 204 éditions anciennes des proses épiques dans la Bibliographie et Supplément de Woledge.

41 C'est le numéro 576 du Catalogue descriptif de la Bibliothèque Bleue de Troyes d'Alfred Morin (Histoire et Civilisation du Livre, 7) Genève : Droz, 1974.

42 Morin, op. cit., articles 577, 591-603.

43 Ibid, articles 578-589.

44 Ibid, articles 459-468.

45 Ibid, articles 694-701, 700 bis.

46 L'analogie avec la série télévisée a été formulée avant nous par le regretté N. van den Boogaard, 1978.

47 Je laisse de côté, de propos délibéré, les deux éditions des poèmes de la Geste de Monglane par David M. Dougherty et Eugene B. Barnes, La Geste de Monglane (Eugene, Oregon, 1966) et Le Galien de Cheltenham (Amsterdam, 1981), qui sont tout à fait insuffisantes. Voir, parmi d'autres, les comptes rendus de Félix Lecoy, Romania, 88 (1967), 561-62 ; et de W. W. Kibler, Speculum, 58 (1983), 1033-35. Je n'ai pu consulter l'édition par J.-M. Paquette des Enfances Garin de Monglane, Thèse de 3e cycle, Poitiers, CESM, 1968.

48 "Uber den Verfasser dreier der letzten chansons de geste". Zeitschrift für romanische Philologie, 43 (1923), 578-86.

49 "Philippe le Bel et la légende des trois fleurs de lis". Mélanges A. Thomas, 1927, pp. 383-88 ; "La Versification et le style de Hugues Capet, de Baudoin de Sebourc et du Bastart de Bouillon (Rimes, métrique, flexion, syntaxe, vocabulaire, et style)" in A la mémoire d'Emile Roy. (Publications de l'Université de Dijon, 2) Paris : Picard, 1929 ; pp. 1-19. "Les poèmes français relatifs à la Première Croisade. Le poème de 1356 et ses sources". Romania, 55 (1929), 411-68.

50 "The Date of Ciperis de Vignevaux". Modem Language Notes, 49 (1934), 255-60 ; "Tristan de Nanteuil", Romania, 61 (1935), 55-71 ; "La Belle Heleine de Constantinople," Romania, 63 (1937), 324-53 ; "Florent et Octavien", Romania, 65 (1939), 359-73. L'article des Modem Language Notes a provoqué une discussion avec A. Steiner qui a continué dans les pages de la même revue jusqu'en 1935.

51 Labande, Edmond René. Etude sur Baudouin de Sebourc, chanson de geste. Légende poétique de Baudouin II du Bourg, roi de Jérusalem. Paris : Droz, 1940.

52 "La Chanson de Hugues Capet", Romania, 71 (1950), 450-81 ; "Florent et Octavien, chanson de geste du xive siècle", Romania, 73 (1952), 289-331 ; "Charles le Chauve, étude sur le déclin de l'épopée française", Les lettres romanes, 7 (1953), 107-32, 187-99 ; "Théséus de Cologne". Le Moyen Age, 65 (1959), 97-133, 293-320, 539-77.

53 Flutre, L. F. "Dieudonné de Hongrie, chanson de geste du xive siècle (alias Roman de Charles le Chauve)". Zeitschrift für romanische Philologie, 68 (1952), 321-400 ; idem. "Quelques notes sur Dieudonné de Hongrie, chanson de geste inédite du xive siècle". Neophilologus, 31 (1947), 106-110 (bien que paru cinq ans avant, cet article ne fait que résumer de façon sommaire l'important article de 1952) ; Claude Badalo-Dulong, "Ciperis de Vignevaux," Romania, 71 (1950), 66-78.

54 (Bibl. de la Fac. de phil. et lettres de L'Univ. de Liège, fasc. 120) Paris, 1951.

55 art. cit. (1952), p. 398.

56 Cf. Breuer, 1923 ; Roy, 1929.

57 Cf. Cook, Le Bâtard de Bouillon (Genève : Droz, 1972), pp. lxiii-lxiv ; Sinclair, Tristan de Nanteuil (As-sen : Van Gorcum, 1971), pp. 57-60 ; Kibler, Picherit, Fenster, Lion de Bourges (Genève : Droz, 1980), pp. cxvii-cxix.

58 "Charles le Chauve". Les Lettres romanes, 7 (1953), 108. On aperçoit un élargissement des sensibilités depuis 1950, date à laquelle il a écrit : "Hugues Capet n'est pas un chef d'œuvre et il serait oiseux de le prétendre. Mais il représente honorablement la littérature populaire telle que la concevait le xive siècle et la tendance de plus en plus marquée chez les écrivains à suivre les mouvements de l'opinion, parfois même à les diriger. La poésie narrative de cette époque, souvent dépourvue de valeur esthétique, ne doit pourtant laisser indifférents ni le philologue, ni l'historien, ni l'archéologue, mais elle doit être replacée par eux dans le milieu qui la vit naître". Romania, 71 (1950), 480-81.

59 "Charles le Chauve". Les Lettres romanes, 7 (1953), 124.

60 Flutre, ZrPh, 68 (1952), 363-64.

61 De Garin de Monglane, Galiens li restorés, Aubéron, Godin, Lion de Bourges, Tristan de Nanteuil, l'épisode ardennais de Renaut de Montauban (Ms. R et B), le Bâtard de Bouillon, et Les Enfances Garin de Monglane. Pour les deux premières éditions citées, voir la note 35 ; je n'ai pas pu consulter l'édition des Enfances Garin.

62 Duparc-Quioc, Suzanne, Le cycle de la Croisade (Bibliothèque de l'Ecole des Hautes Etudes, Sciences hist. et phil., 305) Paris : Champion, 1955 ; Cook, Robert F. et Larry S. Crist, Le Deuxième cycle de la Croisade : Deux études sur son développement (Genève : Droz, 1972) ; Sinclair, K.V., Tristan de Nanteuil : Thematic infrastructure and Literary Creation (Beihefte zur Zeitschrift fur romanische Philologie, 195) Tübingen : Max Niemeyer, 1983.

63 Op. cit. 1978. Joseph Duggan touche au même sujet, mais de façon plus sommaire, aux pages 394-95 de son étude, "Die zwei Epochen der Chansons de geste", dans Gumbrecht, H. U. et U. Link-Heer, éds. Epochenschwellen und Epochenstrukturen im Diskurs der Literatur- und Sprachhistorie. Suhrkamp, 1985, pp. 389-408. Duggan est aussi beaucoup plus indulgent envers les épopées qui nous intéressent et cherche à situer leur structure profonde par rapport a celle des chansons de geste traditionnelles, pp. 401-04.

64 L'Esprit Créateur, 23 (1983), 64-74.

65 Ibid., pp. 72-73.

66 Dans Etudes de Philologie romane et d'histoire littéraire offertes à Jules Horrent. Ed. Jean Marie d'Heur et Nicoletta Cherubini. Liège, 1980 ; pp. 449-460.

67 Suard, 1981.

68 Voir, par exemple, la critique de Cook de l'édition princeps du Bâtard de Bouillon, par Scheler, "Edition précédente", dans Le Bâtard de Bouillon (Genève : Droz, 1972), pp. civ-cvii.

69 (Genève : Droz, 1980), pp. lviii-lxii.

70 Sinclair, 1983.

71 Cf. Cook, Le deuxième cycle de la croisade, p. 46, qui cite, en les approuvant, les opinions de Bossuat et de Labande.

72 Suard, 1980, p. 457.

73 Cf. Cook, vv. 6543-46.

74 Je tiens à remercier mes collègues Jean-Louis Piche-rit, Jean-Pierre Cauvin et François Suard d'avoir bien voulu contrôler mon style.

Auteur

(The University of Texas at Austin)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540