Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

La tesi di bedier e le prospettive attuali della storiografia sui pellegrinaggi

II Les pèlerins et leurs routes

Giulia Barone

Texte intégral

1"La thèse de Bédier et les perspectives actuelles de l'historiographie sur les pèlerinages" c'est un défi passionnant pour un historien ; cela veut dire se confronter è la théorie sur l'origine même des Chansons de geste, cette "question homérique" du Moyen Age occidental. Or, et peut être vous vous en doutiez déjà, l'historien n'a aucune chance de pouvoir vous apporter des arguments décisifs pour ou contre l'hypothèse de Bédier. Le vrai problème, à mes yeux, ou, pour mieux dire, les vrais problèmes ne sont pas liés à une connaissance plus ou moins exhaustive du réseau routier médiéval ou de la génèse des grands pèlerinages, mais à la possibilité, du point de vue de l'histoire littéraire et de la philologie, de concevoir une Chanson de Roland qui surgit de la tête de son créateur, le poète, déjà parfaite, vraie Athéna qui, toute armée, sort de la tête de son père ; ces problèmes dépendent aussi d'une connaissance plus poussée de ces mystérieux jongleurs, de leur culture, de leur rôle dans la société et, enfin, d'une réflexion, à laquelle cette fois les historiens pourraient offrir leur collaboration, sur "le public des Chansons de geste". En somme, à mes yeux se pose surtout un problème d'évaluation du niveau culturel où se situe cette superbe création qui est la Chanson de Roland. Mais je ne veux pas me soustraire ma tâche, si difficile soit-elle, et je reviens aux pèlerinages.

  • 1 Cf. J. Bédier, La Chanson de Roland commentée par J. B., Paris 1927, p. 30 ; a ce célèbre passage (...)

2Comme chacun sait, la théorie de Bédier se résume, dans sa forme classique, dans une phrase pleine de suggestion : "Au commencement était la route, la route jalonnée de sanctuaires"1. Le long de ces routes de pèlerinage, et surtout en parcourant les chemins qui mènent à Compostelle, le jongleur aurait recueilli des traditions locales, pieusement conservées, ou sur lesquelles parfois on avait brodé pour des raisons qui n'avaient rien de spirituel, comme la sauvegarde ou l'agrandissement des biens du monastère. Dans mon exposé je vais aborder deux sujets, qui sont évidemment parallèles mais qui ne coïncident pas entièrement : qui étaient ces pèlerins et quelles routes suivaient-ils ?

A. Les pèlerins

  • 2 Cf. E.R. Labande, Recherches sur les pèlerins dans l'Europe des xie et xiie siècles, dans "Cahiers (...)
  • 3 Il faut citer, dans le volume cité à la note précédente, au moins deux articles : Eléments d'une e (...)
  • 4 R. Oursel, Pèlerins du Moyen Age, Paris 1978, dans cet exposé je citerai le travail de m. Oursel d (...)
  • 5 J. Sumption, Pilgrimage. An image of mediaeval religion, Londres 1975, trad. italienne, Monaci, sa (...)
  • 6 P. A. Sigal, Les Marcheurs de Dieu. Pèlerinages et Pèlerins au Moyen Age, Paris 1974.
  • 7 J. Chélini-H. Branthomme, Les chemins de Dieu. Histoire des pèlerinages chrétiens des origines à n (...)

3Avant d'entrer dans le détail, il faut que je souligne que le sujet pèlerinage, encore très mal connu il y a vingt-cinq ans, comme remarquait alors M. Labande2, a connu après un gros succès non seulement auprès des historiens, mais aussi chez le grand public. Sans compter les études de M. Labande, qu'ont peut lire depuis quelques années dans un volume du Variorum reprints3, nous avons aujourd'hui les synthèses de MM. Oursel,4 Sumption5 et Sigal6, et le tout récent travail collectif, publié sous la direction de MM. Chélini et Branthomme7. Mais il faut dire aussi que nos sources, si riches sur ce thème à la fin du Moyen Age, sont insuffisantes et d'interprétation malaisée jusqu'à la fin du xie siècle.

  • 8 Wallfahrt kennt keine Grenzen, edd. L. Kriss-Retten-beck-G. Möhler, Munich-Zurich 1984.
  • 9 Itinerarium burdigalense, dans Itineraria et alia geographica, dans Corpus Christianorum, vol. 175 (...)
  • 10 Itinerarium Egeriae, dans Itineraria et alia geographica, dans Corpus Christianorum, vol. 175 (196 (...)
  • 11 Voir à ce propos les remarques de Labande, Enquête .., et de J. Zettinger, Die Berichte über Rompi (...)
  • 12 R. Oursel, ouvrage cité, passim, et notamment aux pages 45-7.
  • 13 Voir a ce propos la belle mise au point de C. Vogel, Le pèlerinage pénitentiel, dans Pellegrinaggi (...)

4Comme vous savez, le pèlerinage ne constitue pas une nouveauté chrétienne. Les religions orientales le connaissaient déjà et il existait une longue tradition hebraïque, que la nouvelle religion n'a fait que reprendre à son compte, en y ajoutant, naturellement, d'autres buts. C'est bien cette diffusion et persistance du phénomène pèlerinage dans le monde chrétien jusqu'à nos jours le sujet de la grande exposition de Munich de l'été passé, "Le pèlerinage n'a pas de frontières, " dont je vous signale le beau catalogue8. Mais, si la visite de la terre où le Christ avait vécu, était mort et ressuscité a été dès l'origine un des plus ardents désirs des chrétiens, ce n'est qu'après la "paix constantinienne" qu'on peut parler d'une véritable diffusion des pèlerinages à Jérusalem. Sur ces déplacements de la fin de l'Antiquité et du très Haut Moyen Age nous sommes très bien renseignés et des sources comme l'Itinéraire du pèlerin de Bordeaux, au ive s.9 et dans une moindre mesure le plus tardif itinéraire d'Egèrie10, témoignent au même temps de la vogue du pèlerinage en Terre Sainte et de la facilité avec laquelle on pouvait l'accomplir : le réseau routier romain était alors en parfait état, reliant entre eux tous les centres d'une quelque importance dans l'Empire, en assurant aussi aux voyageurs de nombreux relais pour leurs chevaux et des structures d'accueil assez bien organisées. La fin du monde antique, les invasions, mais surtout la conquête arabe ont bouleversé totalement ce cadre. Nous connaissons, entre le Ville et le xe siècle des voyageurs qui ont eu l'audace suffisante pour affronter une entreprise si difficile et dangereuse, mais il s'agit presque exclusivement de clercs, de moines surtout, pour lesquels le martyre n'a rien d'effrayant11. Ce sont d'ailleurs les difficultés et la longueur des voyages, qui ont convaincu M. Oursel du fait que, au moins jusqu'à l'âge roman on ne peut attribuer au pèlerin d'autre but que la recherche de la perfection spirituelle. Des simples "curieux" - selon lui - n'auraient jamais osé affronter tant de péripéties12. Une preuve indirecte des dangers présentés par le pèlerinage nous est fournie par l'usage, très répandu au Haut Moyen Age - comme l'a bien montré M. Vogel - mais qui fut adopté par les autorités communales de l'Europe du Nord au xive et xve siècles, du pèlerinage pénitentiel, un pèlerinage qui n'a pas un but dévotionel, mais représente une forme d'expiation et de châtiment pour des fautes particulièrement graves13.

  • 14 Voir R. Aronstam, Penitential pilgrimages to Rome in the Early Middle Ages, dans "Archivum Histori (...)
  • 15 O. Bertolini, Roma e i Longobardi, Rome 1972, pp. 40-2.
  • 16 D'ailleurs, selon son biographe, Charles aurait toujours visité Roma en pèlerin, cf. Einhardi Vita (...)
  • 17 Le caractère mi-sacre mi-profane des guides pour les pèlerins est perceptible, à mon avis, déjà da (...)
  • 18 Ce caractère "humaniste" est très net surtout dans une petite oeuvre, d'origine probablement angla (...)
  • 19 Sur l'importance des "scholae" déjà au début du ixe siècle voir C. d'Onofrio, Castel S. Angelo e B (...)
  • 20 Il s'agit du Chronicon di Bencoletto, monaco di S. Andrea del Soratte, ed. G. Zucchetti, dans Font (...)
  • 21 Selon M. Sumption l'intérêt pour le pèlerinage à Rome aurait continué à faiblir jusqu'è la fin du (...)
  • 22 Sur la fréquence des pèlerinages en Orient au cours du xie siècle cf. S. Runciman, A History of th (...)
  • 23 Cf. P. Alphandéry e A. Dupront, La Chrétienté et l'idée de Croisade, Paris 1954-59 et A. Dupront, (...)
  • 24 F. Cardini, "Nella presenza del Soldan superba". Bernardo, Francesco, Bonaventura e il superamento (...)
  • 25 Cf. J. Sumption, ouvrage cité, pp. 228-36.
  • 26 E. Delaruelle, L'idée de croisade chez Saint Louis, dans E. Delaruelle, L'idée de croisade au Moye (...)
  • 27 G. Miccoli, La Crociata dei fanciulli del 1212, dans "Studi Medievali", Ser. III, 2 (1961), pp. 40 (...)

5Tout autre caractère a eu, dès le début, le voyage à Rome. La ville éternelle peut vanter les tombeaux de Pierre et de Paul, les nombreux cimetières extra-muraires où reposent les corps des martyres, mais elle est aussi, et parfois on dirait surtout, l'ancienne capitale de l'Empire, la ville merveilleuse, qui, même après les cruelles destructions du ve et vie siècle exerce un charme hors de pair sur les voyageurs. Elle est aussi, et elle sera surtout après Grégoire le Grand, le siège du successeur de Saint-Pierre, le centre, à partir du huitième siècle de la Chrétienté occidentale et, a partir de la moitié du xie siècle, le coeur d'une Papauté reformée qui se veut de plus en plus instance suprême en matière de droit. Nous connaissons, en conséquence, des centaines de voyageurs qui, en utilisant encore ce qui reste des routes romaines, affluent de tous côtés en direction de Rome. Mais dans cette foule de voyageurs, il est malaisé de reconnaître le vrai pèlerin, c'est-a-dire celui qui fait ce long voyage pour prier sur le tombeau des apôtres, du clerc qui a quelques affaires à débrouiller à Rome, du laïc qui y vient pour être absous d'un pêché dont le Saint-Siège se réserve l'absolution14, du grand de ce monde - roi ou empereur - qui vient è Rome pour ceindre une couronne ou affirmer sa puissance. On ne peut pas oublier que la descente de Liutprand à Rome en 72915, une vraie expédition militaire a été présentée par ce même roi comme un pèlerinage et que c'est en veste de pèlerin que Charlemagne fête à Rome Noël de l'an 80016. Les itinéraires pour les pèlerins ont pourtant toujours eu une allure de guide touristique17, caractère qui va s'accentuer encore après que la "Renaissance du xiie siècle", selon l'heureuse formule de M. Haskins, eut donné une nouvelle impulsion à la connaissance de l'Antiquité classique et fait renaître le goût pour la beauté18. Rome est la seule ville du Haut Moyen Age qui puisse offrir à ses nombreux visiteurs des gîtes, gérés par les célèbres scholae, qui accueillent Francs, Saxons et Frisons19. Et pourtant cette route de pèlerinage, cette Via Francigena - la route des Francs - jalonnée par tant de sanctuaires, cette route que Charlemagne avec son armée et sa famille a plusieurs fois parcourue, cette grande route de la Chrétienté n'a pas engendré les Chansons de geste. Ce n'est pas un argument contre Bédier. L'épopée carolingienne avait écrit quelques belles pages en Italie, au temps des guerres contre les Lombards ; c'est dans une chronique italienne, celle du monastère du Soratte, qu'on peut retrouver la trace la plus ancienne du légendaire voyage de Charlemagne à Jérusalem20, mais ce n'est pas ici que la Chanson de geste a vu le jour. Peut être ce qui manquait en Italie était bien le climat épique. Il est vrai aussi que le pèlerinage romain, à ce qu'il paraît, a connu précisément entre la fin du xie et la première moitié du xiie siècle un de ses rares moments de décadence ; la lutte entre la Papauté et l'Empire, l'exil de Grégoire VII et, après lui, d'Urbain II, et encore le Schisme de 1130 ont vraisemblablement contribué à un certain faiblissement de l'intérêt pour Rome21. Il est vrai aussi que cette période est celle des grands pèlerinages en Orient, qui se font plus fréquents à la moitié du xie siècle. Pour ne citer qu'un exemple très connu : c'est en 1064 que quelques 6-7 mille Allemands, conduits par l'évêque de Bamberg Gunther un grand seigneur de l'Empire, gagnent la Terre Sainte22. Ces pèlerinages de clercs et de chevaliers ne sont pas encore des Croisades, car ils n'emploient pas les armes, mais nous montrent que quelque chose a changé. La Croisade, d'ailleurs, ne se substitue pas au pèlerinage. La première Croisade - c'est bien connu par les travaux de MM Alphandéry et Dupront - a vu le triomphe éphémère des chevaliers bien armés et organisés et l'épouvantable déroute de cette Croisade des pauvres, c'est-à-dire des gens sans armes et sans pouvoir, qui, dans un climat d'attente eschatologique, et dans une totale désorganisation s'en vont à Jérusalem en pèlerinage et meurent par milliers le long des routes23. Et même après cette fin tragique, il y aura toujours des pèlerins qui iront prier sur le tombeau du Christ sans armes, comme le François d'Assise si cher à M. Cardini24. Ce sont eux qui, après la chute de Jérusalem et de S. Jean d'Acre seront les clients de cette espèce de "voyage tout compris", selon la description de M. Sumption25, que les armateurs vénitiens organiseront à la fin du Moyen Age. A côté d'une historiographie florissante sur les Croisades au sens propre du terme, il faut pourtant signaler les travaux du chanoine Delaruelle sur S. Louis, croisé et pèlerin26, et surtout le bel article de M. Miccoli sur la Croisade des Enfants de 1212, un de ces thèmes qui avait déjà charmé Alphandéry et qui suscite encore pas mal de discussions27.

  • 28 Le Guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle a été édité par Mlle J. Vielliard, Macon 19633(...)
  • 29 L. Vâzquez de Parga-J.M. Lacarra- J. Urla Riu, Las Peregrinaciones a Santiago de Compostela, 3 vol (...)
  • 30 Ibid., vol. I, pp. 41-42.
  • 31 Vita Johannis abbatis Gorziensis, dans M.G.H. SS., IV (1841), pp. 370 ss. Le voyage aurait eu lieu (...)
  • 32 Cf. E. Delaruelle, Essai sur la formation de l'idée de croisade, dans, E. Delaruelle, L'idée de cr (...)
  • 33 Vâzquez de Parga-Lacarra, ouvrage cité, pp. 292-4.
  • 34 R. Oursel, ouvrage cité, pp. 71-73.
  • 35 Sur S. Christine, Ibid., pp. 69-70.
  • 36 M. Durliat, Pèlerinages et architecture romane, dans "Les dossiers de l'archéologie" 20 (1977), pp (...)
  • 37 H.J. Hüffer, Sant-Jago, Entwicklung und Bedeutung des Jakobuskultes in Spanien und dem Römisch-Deu (...)
  • 38 G. Jugnot, Les chemins de pèlerinage dans la France médiévale, dans l'Homme et la route en Europe (...)

6Après Jérusalem et Rome, Santiago. On peut même affirmer que le pèlerinage de Compostelle est celui qui, grâce au Guide du pèlerin28, a connu le plus de succès auprès des médiévistes. Après le monumental ouvrage de Vâzquez Parga et Lacarra29, d'il y a presque 40 ans, on aurait pu croire résolus tous les problèmes. Or rien n'est moins vrai. En fait nous sommes encore très mal renseignés sur le tracé et la consistance du pèlerinage au xie siècle. On invoque toujours le voyage de l'évêque du Puy à la moitié du xe siècle comme preuve de la renommée déjà internationale de Santiago30. Mais, quelques années après, Jean de Gorze, l'ambassadeur d'Othon I auprès du Califfe de Cordoue, ne paraît pas intéressé au pèlerinage compostellan ; il suit d'ailleurs un itinéraire presque entièrement par voie d'eau (le Rhône jusqu'à la Méditerrannée et une traversée par mer jusqu'à Barcelone), qui n'a rien a voir avec la route de S. Jacques que nous connaissons31. D'ailleurs c'est une route dangereuse ce chemin de Compostelle au xie siècle, si bien que le Pape Alexandre II, en 1063, dans sa bulle célèbre, ne parle pas de pèlerinage mais promet une large indulgence aux chevaliers chrétiens venus combattre pour la foi en Espagne, s'exposant ainsi à la mort des martyrs32. Selon les travaux de M. Uria entre 950 et 1050 le long du 'camino francés' il n'y aurait eu au maximum que cinq petits hospices, ce qui semble indiquer une faible affluence de pèlerins33. En plus M. Oursel se déclare convaincu que, jusqu'è la fin du xie siècle la route de Roncevaux, une ancienne route romaine encore en usage au temps de Charlemagne, aurait été délaissée au profit du col du Somport34. L'hopital de St. Christine est sûrement antérieur à celui de Roncevaux, fondé en 113235 ; sur le lieu célèbre de la bataille il n'y aurait eu, avant cette date, qu'une petite chapelle, ne datant d'ailleurs, que du début du xiie. Même si je sors du domaine de l'historiographie au sens propre, je ne peux pas ignorer que la thèse de Bédier a connu un énorme succès auprès des historiens de l'art. On a même parlé d'un style des chemins de pèlerinage, d'un lien très fort entre les églises bâties le long des routes qui mènent à Compostelle. Un très bon panorama de la question est celui que M. Durliat36 a dressé dans un volume des dossiers de l'archéologie de 1977. A présent on ne parle plus d'un style unique, de copies du modèle de l'église de Toulouse ou de Compostelle. On a découvert trop de variantes locales le long de ces mêmes routes et on a interprété les frappantes analogies entre les plans de S. Martin de Tours, St. Foy de Conques, S. Sernin de Toulouse, S. Martial de Limoges et S. Jacques de Compostelle, églises à peu près contemporaines, comme un développement analogue de données architecturales présentes dans l'art de la période immédiatement précédente. En somme, nous sommes sûrs du boom du pèlerinage de Compostelle dès la fin du XIe et la première moitié du xiie siècle, surtout après que -selon la théorie de M. Hüffer37 - le roi Alphonse VII de Léon-Castille aurait bâti son idéologie impériale à l'aide de la renommée du pèlerinage, qu'il favorise pourtant par tous les moyens. Mais le siècle qui a vu naître la Chanson de Roland présente encore pas mal d'obscurités. D'ailleurs même autour de 4 routes en territoire français, décrites par le Guide du pèlerin, les opinions ne concordent pas toujours. M. Jugnot38, par exemple, en 1980, a bien montré que, si nous étudions les itinéraires et les compte-rendus de pèlerinages réellement accomplis, nous découvrons que seulement la Via Turonensis et la Via Tolosana ont connu un véritable succès. Les deux routes qui traversaient le Massif Central ont certainement existé mais ont été sûrement bien moins fréquentées. Mais le but de l'auteur du Guide ne réside pas seulement dans la description de routes réelles (on ne comprendrait de ce point de vue l'oubli de S. Martial de Limoges) ; il veut aussi faire oeuvre de propagande en faveur d'un certain nombre de sanctuaires, comme celui de S. Gilles.

  • 39 E. Delaruelle, La spiritualité du pèlerinage à Saint-Martin de Tours du ve au xe siècle, dans Pell (...)
  • 40 L. Pietri, Le pèlerinage martinien de Tours à l'époque de l'évèque Grégoire, dans Gregorio di Tour (...)
  • 41 A. Petrucci, Aspetti del culto e del pellegrinaggio di S. Michele Arcangelo sul Monte Gargano, dan (...)
  • 42 R. Foreville, Le Jubilé de saint Thomas Becket du xiie au xve siècle, (1220-1470), Paris 1958.
  • 43 F. Rapp, Les pèlerins dans la vie religieuse de l'Occident Médiéval aux xive et xve siècles, dans (...)
  • 44 Millénaire Monastique du Mont Saint-Michel, 3 voll., Paris 1971.
  • 45 Le livre des Miracles de Notre-Dame de Rocamadour, Rocamadour 1973.
  • 46 Le pèlerinage (Cahiers de Fanjeaux, 15), Toulouse-Fan-jeaux 1980.
  • 47 F. Garrisson, A propos des pèlerins et de leur condition juridique, dans Etudes d'histoire du droi (...)

7A côté de ces grands pèlerinages internationaux, le Moyen Age a connu un nombre presque infini de pèlerinages locaux, dont la renommée a été plus ou moins grande, plus ou moins durable. L'historiographie des dernières décennies s'est attachée surtout à l'étude de ces pèlerinages, dont il est plus aisé de comprendre les liens avec la situation locale, politique et religieuse. Le dépouillement des recueils de miracles a même permis, dans des cas favorables, de cerner avec une bonne exactitude le rayonnement de certains sanctuaires. Tous connaissent les travaux du chanoine Delaruelle39 et de Mme Pietri40 sur Tours et le pèlerinage martinien, le bel article de M. Petrucci sur S. Michele al Monte Gargano41, de Mlle Foreville sur le pèlerinage de Cantorbéry42, les pages que M. Rapp a consacré aux pèlerinages alsaciens43, les grands ouvrages collectifs consacrés au Mont Saint-Michel44, a Notre-Dame de Rocamadour45, au pèlerinage en pays d'oc46, pour ne citer que des travaux récents. Ce qui est en train de se développer, ces dernières années, est une sorte de sociologie du pèlerinage, qui ne peut que déplacer l'intérêt des chercheurs vers le Bas Moyen Age, bien plus riche en témoignages qui puissent être utilisés à ce fin. Si les conditions de déplacement du pèlerin, qui intéressent tant M. Labande sont encore très mal connues à l'époque romane, après l'étude de M. Garrisson47, nous savons tout l'essentiel sur le statut juridique des pèlerins, protégés non seulement par l'église mais aussi par les autorités civiles. Et cela pourrait expliquer le silence, à première vue surprenant du Décret de Gratien, la grande codification du droit canonique de la moitié du xiie siècle. S'il n'y a pas de rubrique consacrée spécialement aux peregrini, c'est bien parce qu'ils étaient déjà très bien sauvegardés par les pouvoirs laïcs. Pour ma part j'ai quelques doutes qu'on puisse arriver à des résultats définitifs sur les conditions de déplacement. Certes, on peut dépouiller tout le matériel hagiographique, mais je ne crois pas qu'il puisse nous offrir un apport substantiel à ce sujet. Un très grand nombre de saints a accompli des pèlerinages mais rarement l'hagiographe en connaît les détails ou se montre intéressé à nous les raconter. Les recueils de miracles nous informent sur la provenance de ceux dont les prières ont été exaucées dans tel ou tel sanctuaire, mais difficilement ils décrivent dans les détails l'itinéraire du voyage, les conditions du déplacement. Surtout, vu le caractère aristocratique de l'hagiographie de tout le Haut Moyen Age occidental, et la permanence de ce caractère dans tous les pays du Nord de l'Europe même au Bas Moyen Age, ces saints voyageurs que nous connaissons à travers les récits hagiographiques risquent d'appartenir toujours à une élite très restreinte.

B. Les routes

  • 48 G. Jugnot, ouvrage cité, p. 59.
  • 49 Vézquez Parga-Lacarra, ouvrage cité, p. 34.

8Il nous reste à présent à dire quelques mots sur les routes. Certes, nous avons déjà dit pas mal de choses ; ce n'était pas possible de parler des pèlerins en faisant abstraction des chemins qu'ils suivaient. Mais on ne peut pas oublier que, selon M. Jugnot, "les pèlerins n'étaient pas seuls sur la route et jamais aucun chemin ne leur a été réservé"48. C'est bien pour cela qu'il est possible de trouver des informations précieuses du point de vue de l'histoire du pèlerinage médiéval dans des articles qui, apparemment, n'ont aucun lien avec ce problème. Je veux donner un seul exemple à ce propos. M. Lacarra a retrouvé les premières traces de la légende de la présence du corps de S. Jacques en Espagne dans des manuscrits de la moitié du ixe siècle, contenant le Martyroge de Florus, conservés dans trois abbayes lotharingiennes49. A mon avis il est à peu près certain que la nouvelle de cette merveilleuse retrouvaille a suivi la même route marchande qui unissait l'Espagne à Verdun, le plus grand marché d'esclaves du Haut Moyen Age.

  • 50 P.H. Bautier, Recherches sur les routes de l'Europe médiévale, II. Le grand axe routier est-ouest (...)
  • 51 Th. Szabo, Strassenbau und Strassensicherheit im Territorium von Pistoia (12. -14. Jh.), dans "Que (...)
  • 52 G. Sergi, Potere e territorio lungo la strada di Francia : da Chambéry a Torino tra x e xiii secol (...)

9Il est vrai aussi que, comme faisait remarquer il y a vingt-cinq ans, M. Bautier50, il est très difficile, sinon impossible, de reconstruire le tracé des chemins médiévaux avant 1200 ; il faut des sources d'archives très importantes pour pouvoir recueillir des données suffisantes. En Italie, la situation est peut-être meilleure, vu l'abondance des actes notariaux et l'intérêt précoce démontré par les statuts communaux en matière de circulation routière. Mais, si on fait abstraction des travaux de M. Szabo sur la Toscane51 et de M. Sergi52 sur le Piémont, notre connaissance des routes italiennes du Moyen Age est encore à parfaire.

  • 53 M. Rouche, L'héritage de la voirie antique dans la Gaule du Haut Moyen Age (ve-xie siècle), dans L(...)
  • 54 E. Griffe, La Razzia sarrasine de 793 en Septimanie, dans "Annales du Midi" 53 (1941), pp. 225-236
  • 55 R.H. Bautier, Recherches sur les routes de l'Europe médiévale. I. De Paris et des foires de Champa (...)

10On a eu longtemps la tendance à croire - et Bédier était encore de cet avis - que le réseau routier médiéval coïncidait presque parfaitement avec le tracé romain. Or, il est de plus en plus clair qu'on se trompait grossièrement. Selon M. Rouche53, les grandes routes romaines pourraient être définies comme les "autoroutes de l'Antiquité". Bâties pour des exigences militaires et pour faciliter les voyages des courriers, ces chemins en droite ligne, reliaient entre eux les centres administratifs et commerciaux de l'Empire, en ignorant les bourgades dispersées dans les campagnes. Ce réseau, déjà endommagé au cours du Haut Moyen Age, s'effondre entre le ixe et le xe siècle. A partir de la fin du xie - début xiie se met en place un nouveau réseau, qui est manifestement plus conforme à la réalité parcellaire du monde féodal. Et ce nouveau réseau est peut-être plus proche à la situation routière d'avant la conquête romaine, vu que pas mal d'agglomérations moyennageuses ne font que continuer des habitats précédents. Pourtant, quand dans un document du Sud de la France du xie-xiie siècle on trouve l'expression chemin romieu ou, en latin, caminus peregrinorum, il ne faut penser tout de suite ni à une route qui suive le tracé de l'ancienne Via Domitia ni à une route bâtie en fonction des pèlerins. La défaite que le duc Guillaume essuya près de Carcassonne en 793, selon M. Griffe54, aurait eu pour théâtre un tracé, connu par la suite comme chemin romieu, mais qui, vraisemblablement remontait à une époque bien antérieure. Un cas très intéressant nous est fourni par la route Regordane. Cette route nord-sud, qui traversait le Massif Central, en reliant le Val de Loire avec la Méditerranée était peut être une route très ancienne, mais assez peu utilisée à l'époque romaine. Elle a connu son moment le plus glorieux lorsque, entre la fin du xiie et le xive siècle, les rois de France ont voulu en faire la route marchande par excellence, reliant les foires de la Champagne aux ports méditerranéens. M. Bautier55 est convaincu qu'il a fallu tout le poids de l'autorité royale pour faire accepter ce trajet dangereux et pénible qui, par surcroît n'était pas plus court que la grande route rhodanienne, qui avait le défaut de traverser des terres d'Empire.

  • 56 K. Kloocke, Joseph Bédiers Theorie über den Ursprung der Chansons de geste, Gbppingen 1972, p. 498

11Avec ces quelques remarques, qui relient l'histoire de l'épopée à celle du commerce, j'achève mon exposé. Je crois avoir tenu ma promesse de ne pas prendre parti d'une façon univoque pour ou contre Bédier, mais de vous fournir toutes les suggestions que j'ai pu retrouver dans une historiographie sur les pèlerinages qui, ces dernières années, n'a fait que s'accroître. Quand même je voudrais terminer en vous exprimant ma pensée profonde sur la théorie de Bédier. Je partage la conviction de M. Kloocke, auquel on doit une très belle mise au point de la discussion sur la thèse de Bédier jusqu'en 196856 ; le lien entre pèlerinages et Chansons de geste n'a à présent pas d'importance pour l'origine des Chansons, mais pour l'histoire de leur diffusion et de leur capacité d'influencer d'autres textes.

Notes

1 Cf. J. Bédier, La Chanson de Roland commentée par J. B., Paris 1927, p. 30 ; a ce célèbre passage on peut ajouter le non moins célèbre : "Les véritables créateurs [des chansons sont] maints clercs et maints jongleurs, et maints chevaliers et maints marchands, tous ceux qui passèrent par ces routes, émus des mêmes pensées", dans J. Bédier, Les légendes épiques. Recherches sur la formation des chansons de geste, 4 voll. Paris 1926-293, vol. III, p. 100.

2 Cf. E.R. Labande, Recherches sur les pèlerins dans l'Europe des xie et xiie siècles, dans "Cahiers de civilisation Médiévale" 1 (1958), à présent, avec d'autres essais du même auteur dans E.R. Labande, Spiritualité et vie littéraire de l'Occident, xe-xive siècles, Londres (Variorum Reprints) 1974, pp. 159-69 et 339-347.

3 Il faut citer, dans le volume cité à la note précédente, au moins deux articles : Eléments d'une enquête sur les conditions de déplacement du pèlerin aux xe et xie siècles, pp. 97-111 et "Ad limina" : le pèlerin médiéval au terme de sa démarche, pp. 283-91.

4 R. Oursel, Pèlerins du Moyen Age, Paris 1978, dans cet exposé je citerai le travail de m. Oursel d'après la traduction italienne, Pellegrini del Medio Evo. Gli uomini, le strade, i santuari, Milan 19802.

5 J. Sumption, Pilgrimage. An image of mediaeval religion, Londres 1975, trad. italienne, Monaci, santuari, pellegrini, Rome 1981.

6 P. A. Sigal, Les Marcheurs de Dieu. Pèlerinages et Pèlerins au Moyen Age, Paris 1974.

7 J. Chélini-H. Branthomme, Les chemins de Dieu. Histoire des pèlerinages chrétiens des origines à nos jours, Paris 1982.

8 Wallfahrt kennt keine Grenzen, edd. L. Kriss-Retten-beck-G. Möhler, Munich-Zurich 1984.

9 Itinerarium burdigalense, dans Itineraria et alia geographica, dans Corpus Christianorum, vol. 175 (1965), pp. 1-26.

10 Itinerarium Egeriae, dans Itineraria et alia geographica, dans Corpus Christianorum, vol. 175 (1965), pp. 27-90.

11 Voir à ce propos les remarques de Labande, Enquête .., et de J. Zettinger, Die Berichte über Rompilger aus dem Frankenreiche bis zum Jahre 800, dans "Römische Quartalschrift", Supplementheft 11, Rome 1900, pp. 1-112. Il faut lire aussi l'article de H. Leclercq consacré aux pèlerinages dans le Dictionnaire d'Archéologie chrétienne et de liturgie, XIV (1939), coll. 164-176.

12 R. Oursel, ouvrage cité, passim, et notamment aux pages 45-7.

13 Voir a ce propos la belle mise au point de C. Vogel, Le pèlerinage pénitentiel, dans Pellegrinaggi e culto dei santi in Europa fino alla I Crociata, (Convegni del Centro di studi sulla spiritualità medievale, IV), Todi 1963, pp. 37-94. Ce volume, bien que un peu daté reste fondamental.

14 Voir R. Aronstam, Penitential pilgrimages to Rome in the Early Middle Ages, dans "Archivum Historiae Pontificiae", 13 (1975), pp. 65-83.

15 O. Bertolini, Roma e i Longobardi, Rome 1972, pp. 40-2.

16 D'ailleurs, selon son biographe, Charles aurait toujours visité Roma en pèlerin, cf. Einhardi Vita Karoli Magni, dans M. G. H., Scriptores Rerum Germanicarum in usum scholarusm. 25 (19116), chap. 27 : "... intra 47 annorum quibus regnaverat spatium, quater tantum illo [Rome] votorum solvendorum seu supplicandi causa profectus est".

17 Le caractère mi-sacre mi-profane des guides pour les pèlerins est perceptible, à mon avis, déjà dans le soi-disant Itinéraire d'Einsiedeln, dans Codice Topografico della citta di Roma, edd. R. Valentini-G. Zucchetti, dans Fonti per la Storia d'Italia, 88 (1942), pp. 155-207.

18 Ce caractère "humaniste" est très net surtout dans une petite oeuvre, d'origine probablement anglaise, Magister Gregorius, Narracio de mirabilibus urbis Romae, ed. R.B.C. Huygens, Leiden 1970, mais donne le ton à tout le xiie siècle : "Humaniste, il ne l'est pas seulement par son admiration de la grandeur antique, il l'est aussi par son effort pour individualiser l'objet esthétique", cf. H. Taviani, Les voyageurs et la Rome légendaire au Moyen Age, dans Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales, "Sénéfiance" 2 (1976), p. 21.

19 Sur l'importance des "scholae" déjà au début du ixe siècle voir C. d'Onofrio, Castel S. Angelo e Borgo tra Roma e Papato, Rome 1978, pp. 128-30.

20 Il s'agit du Chronicon di Bencoletto, monaco di S. Andrea del Soratte, ed. G. Zucchetti, dans Fonti per la storia d'Italia, 55 (1920), pp. 112-16 ; voir à ce propos G. Fasoli, Carlomagno nelle tradizioni storicoleggendarie italiane, dans Karl der Grosse, IV, Dusseldorf 1967, p. 358. Les chansons de geste qui ont comme décor l'Italie et le pèlerinage à Rome sont d'ailleurs tardives ; et même dans ce cas on peut parler d'un succès italien pour ces chansons, pas d'une origine italienne ; voir notamment l'introduction à La chevalerie d'Ogier de Danemarche, ed. M. Eusebi, Milan-Varese 1963.

21 Selon M. Sumption l'intérêt pour le pèlerinage à Rome aurait continué à faiblir jusqu'è la fin du xiiie siècle, cf. J. Sumption, ouvrage cité, pp. 282-83.

22 Sur la fréquence des pèlerinages en Orient au cours du xie siècle cf. S. Runciman, A History of the Crusades, trad. italienne Storia delle Crociate, Turin 1966, pp. 42-45 ; sur le pèlerinage de 1064, voir Sumption, ouvrage cité, p. 226.

23 Cf. P. Alphandéry e A. Dupront, La Chrétienté et l'idée de Croisade, Paris 1954-59 et A. Dupront, La spiritualité des croisés et des pèlerins d'après les sources de la première croisade, dans Pellegrinaggi e culto dei santi in Europa fino alla I Crociata, cit., pp. 449-83.

24 F. Cardini, "Nella presenza del Soldan superba". Bernardo, Francesco, Bonaventura e il superamento spirituale dell'idea di crociata, dans "Studi Francescani" 71 (1974), pp. 199-250.

25 Cf. J. Sumption, ouvrage cité, pp. 228-36.

26 E. Delaruelle, L'idée de croisade chez Saint Louis, dans E. Delaruelle, L'idée de croisade au Moyen Age, Turin 1980, pp. 189-207.

27 G. Miccoli, La Crociata dei fanciulli del 1212, dans "Studi Medievali", Ser. III, 2 (1961), pp. 407-443. Un premier article de P. Alphandéry avait paru déjà en 1916, Les Croisades d'Enfants, dans "Revue de l'Histoire des Religions" 73 (1916), mais au même sujet est consacré un chapitre du déjè cité La Chrétienté et l'idée de croisade, pp. 115-48. Je voudrais signaler aussi un très beau travail de V. Gabier, Die Kinder-wallfahrten aus Deutschland und der Schweiz zum Mont-Saint-Michel (1456-59), dans "Zeitschrift für schweizerische Kirchengeschichte" 63 (1969), pp. 221-31.

28 Le Guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle a été édité par Mlle J. Vielliard, Macon 19633.

29 L. Vâzquez de Parga-J.M. Lacarra- J. Urla Riu, Las Peregrinaciones a Santiago de Compostela, 3 voll., Madrid 1948-49.

30 Ibid., vol. I, pp. 41-42.

31 Vita Johannis abbatis Gorziensis, dans M.G.H. SS., IV (1841), pp. 370 ss. Le voyage aurait eu lieu en 953.

32 Cf. E. Delaruelle, Essai sur la formation de l'idée de croisade, dans, E. Delaruelle, L'idée de croisade au Moyen Age, cit., p. 78.

33 Vâzquez de Parga-Lacarra, ouvrage cité, pp. 292-4.

34 R. Oursel, ouvrage cité, pp. 71-73.

35 Sur S. Christine, Ibid., pp. 69-70.

36 M. Durliat, Pèlerinages et architecture romane, dans "Les dossiers de l'archéologie" 20 (1977), pp. 22-35 et M. Durliat, Le "camino francés" et la sculpture romane, ibid., pp. 58-72.

37 H.J. Hüffer, Sant-Jago, Entwicklung und Bedeutung des Jakobuskultes in Spanien und dem Römisch-Deutschen Reich, München 1957, surtout aux pages 33-4.

38 G. Jugnot, Les chemins de pèlerinage dans la France médiévale, dans l'Homme et la route en Europe occidentale au Moyen Age et aux teaps Modernes, (Colloques du Centre culturel de l'abbaye de Flaran, 2), Auch 1982, pp. 57-83.

39 E. Delaruelle, La spiritualité du pèlerinage à Saint-Martin de Tours du ve au xe siècle, dans Pellegrinaggio e culto dei santi in Europa fino alla I Crociata, ci., pp. 199-243.

40 L. Pietri, Le pèlerinage martinien de Tours à l'époque de l'évèque Grégoire, dans Gregorio di Tours (Convegni del Centro di studi sulla spiritualità medievale, 12), Todi 1977, pp. 95-139.

41 A. Petrucci, Aspetti del culto e del pellegrinaggio di S. Michele Arcangelo sul Monte Gargano, dans Pellegrinaggi e culto dei santi in Europa fino alla I Crociata, cit., pp. 145-180.

42 R. Foreville, Le Jubilé de saint Thomas Becket du xiie au xve siècle, (1220-1470), Paris 1958.

43 F. Rapp, Les pèlerins dans la vie religieuse de l'Occident Médiéval aux xive et xve siècles, dans Les pèlerinages de l'Antiquité biblique et classique à l'Occident médiéval, Paris 1973, pp. 117-160, surtout aux pages 139-160 pour les pèlerinages alsaciens à la fin du Moyen Age.

44 Millénaire Monastique du Mont Saint-Michel, 3 voll., Paris 1971.

45 Le livre des Miracles de Notre-Dame de Rocamadour, Rocamadour 1973.

46 Le pèlerinage (Cahiers de Fanjeaux, 15), Toulouse-Fan-jeaux 1980.

47 F. Garrisson, A propos des pèlerins et de leur condition juridique, dans Etudes d'histoire du droit dédiées à G. Le Bras, II, Paris 1965, pp. 1165-1189. Voir aussi H. Gilles, Lex peregrinorum, dans Le pèlerinage, cit., pp. 161-189.

48 G. Jugnot, ouvrage cité, p. 59.

49 Vézquez Parga-Lacarra, ouvrage cité, p. 34.

50 P.H. Bautier, Recherches sur les routes de l'Europe médiévale, II. Le grand axe routier est-ouest du Midi de la France, dans "Bulletin philologique et historique" 1961, pp. 277-308.

51 Th. Szabo, Strassenbau und Strassensicherheit im Territorium von Pistoia (12. -14. Jh.), dans "Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken" 57 (1977), pp. 88-137 ; Idem, Die Verkehrsgeschichte der Toskana : alte Probleme und neue Fragen, dans "Annali dell'Istituto storico italo-germanico in Trento", 7 (1981), pp. 443-52 et idem, Les routes toscanes du xie au xive siècle, dans L'Homme et la route, cit., pp. 267-74.

52 G. Sergi, Potere e territorio lungo la strada di Francia : da Chambéry a Torino tra x e xiii secolo, Napoli 1981, idem, Lungo la via Francigena da Chambéry a Torino alla fine dell'xi secolo : sul problema dei poteri regionali di strada nel Medio Evo, dans "Bollettino storico-bibliografico subalpino" 76/2 (1978), pp. 397-433.

53 M. Rouche, L'héritage de la voirie antique dans la Gaule du Haut Moyen Age (ve-xie siècle), dans L'Homme et la route, cit., pp. 13-32.

54 E. Griffe, La Razzia sarrasine de 793 en Septimanie, dans "Annales du Midi" 53 (1941), pp. 225-236.

55 R.H. Bautier, Recherches sur les routes de l'Europe médiévale. I. De Paris et des foires de Champagne à la Méditerranée par le Massif central, dans "Bulletin philologique et historique" (1960), pp. 99-143, notamment aux pages 139-40.

56 K. Kloocke, Joseph Bédiers Theorie über den Ursprung der Chansons de geste, Gbppingen 1972, p. 498.

Auteur

(Université de Rome)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540