Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

Avant-propos

François Suard

Texte intégral

1Ce n'est pas tout de suite que Strasbourg a pu prendre, pour les organisateurs de ce Congrès d'abord, pour les participants ensuite, la "forme d'une ville", pour reprendre le beau titre de J. Gracq. Car la dixième rencontre de la Société Rencesvals, ainsi en avait décidé l'Assemblée Générale de Padoue, aurait dû se tenir bien loin de là, sur l'autre rive de l'Atlantique. Mais, lorsque le voyage vers les Amériques apparut difficile, vint le temps de la quête, en France, d'un lieu propice aux travaux scientifiques et riche d'attraits touristiques. Serait-ce Rouen, Toulouse, Amiens, Tours ou, comme en 1973, Aix-en-Provence ? Grâce à Claude Buridant et au Centre de Philologie Romane, ce fut Strasbourg.

2Le choix de la ville était arrêté par le Bureau international dès l'été 1983 ; commencèrent, à partir du printemps 1984, les réunions du Comité de préparation pour lesquelles déjà Strasbourg - ville des routes, croisée des chemins -méritait son nom puisque de Milan, de Liège, de Neuchâtel ou de Lille, toutes les voies y conduisaient. Denses et paisibles rencontres, dans l'atmosphère studieuse de la Bibliothèque de Philologie romane, qui construisirent progressivement l'architecture de notre Congrès.

3Sur la suggestion de notre Président, C. Segre, qui anima la préparation du programme scientifique, trois domaines furent ainsi proposés aux fervents de l'épopée : les rapports entre la chanson de geste et l'histoire, qu'il s'agisse des problèmes généraux de la constitution du genre épique ou des relations entre une geste et une époque ou un milieu déterminés ; l'étude des transformations et des relectures de l'épopée ; enfin la question des échanges entre univers roman et monde germanique.

4A mesure qu'arrivaient les propositions de communications, des dominantes commençaient d'apparaître, que le Congrès, puis les Actes, confirment. En ce qui concerne le premier thème, seuls le rapport introductif de M. Arnaldi et la Table Ronde organisée par D. Poirion posèrent d'une manière générale les questions de génétique et de développement de l'épopée. Les communications s'organisèrent surtout autour de la problématique de certaines gestes, sans négliger les phénomènes de contacts et d'intertextualité. Plusieurs ensembles thématiques très denses apparurent de la sorte autour de Fierabras, de Renaut de Montauban, des épopées de croisade ou de la Chanson de Guillaume. Les textes que l'on pourra lire plus loin constituent souvent une sorte "d'état présent des travaux relatifs à telle ou telle geste" qui rendra, on l'espère, de grands services. Il faut encore souligner l'importance des contributions sur les problèmes de rhétorique, de langue et de versification.

5Le deuxième thème proposé suscita des travaux nombreux et cohérents ; de même que le Congrès de Padoue avait accordé une place importante à la question des contacts entre roman et chanson de geste, la rencontre de Strasbourg restera sans doute marquée par la multiplication des travaux relatifs à l'épopée tardive, que W. Kibler préfère appeler chanson d'aventures.

6Quant au troisième thème, à notre grande surprise, il fut nettement moins abordé que les deux premiers. Toutefois, outre les contributions remarquables qui s'y rattachèrent de façon spécifique, il convient de signaler que l'étude de certaines gestes, celle de Fierabras notamment, abordait aussi cette question, et que le problème des adaptations épiques aux Pays-Bas fit l'objet de plusieurs communications.

7Restait la question des modalités de publication des Actes de ce Xe Congrès, question toujours difficile, on le sait. Les recherches de Claude Buridant ne lui ayant pas permis, à son grand regret, de trouver une solution satisfaisante à Strasbourg, c'est Jean Subrenat qui, avec l'aide du C.U.E.R. M.A. accepta d'étudier le problème et sut trouver des conditions de publication rapides et heureuses à tous égards, qui permettent au lecteur de prendre connaissance de nos travaux.

8Que Jean Subrenat trouve ici l'expression de notre reconnaissance particulièrement chaleureuse pour le travail énorme qu'il a mené à bien, avec la discrétion qu'on lui connaît !

9Mais il faut aussi dire quelques mots de ce que les Actes, dans leur rigueur scientifique, ne peuvent communiquer, et qui mérite pourtant joyeuse et perpétuelle mémoire, c'est-à-dire le plaisir que procura ce Congrès à ceux qui eurent la chance d'y participer.

10Et d'abord, parce que, tel le Verbe et la Route, il était "au commencement", l'Olifant de Claude Buridant, cette trompe à la terrifiante sonorité, dont l'éclat rappelait au congressiste la fuite inexorable du temps, le rameutant vers les salles de travail ou les étapes ultérieures d'une excursion, affirmant qu'être en retard c'est ajouter au deuil pour la mort de Roland, fournissant enfin aux présidents de notre Société l'insigne qu'ils attendaient depuis toujours, et dont Gérard Brault fut le premier dépositaire.

11Mais aussi Strasbourg, cette ville animée et plaisante à vivre, que de chaleureux spécialistes surent nous faire aimer et - trop partiellement, hélas, vu le temps dont nous disposions, - découvrir. La cathédrale au tout premier chef, mais aussi le travail constant dont est entouré, grâce à l'Oeuvre Notre-Dame, l'admirable monument qu'aucune immobilité définitive ne pourra jamais figer : pour notre séjour, le soleil n'avait pas ménagé ses rayons et il nous fut possible de cheminer longuement, les yeux en aguet, ou, le soir, de contempler la ville depuis l'Ill illuminé.

12Dans ces conditions l'excursion qui, selon la règle, doit associer les joies de l'esprit et les plaisirs de la table, ne pouvait qu'être une réussite. 0 parfums capiteux des celliers de Beblenheim ! Mais aussi - c'était pourtant après le repas - ô Musée d'Unterlinden de Colmar, qui ne s'honore pas seulement de l'inoubliable retable de Mathias Grünewald, mais encore de nombreux trésors, telle cette Mélancolie nouvellement acquise ! Moment impressionnant enfin que la visite du Mont Sainte-Odile, pour la gloire duquel il suffirait bien qu'une femme - aveugle par surcroît - ait imposé silence à la force brutale.

13Mais parmi toutes les activités ou festivités qui furent offertes aux congressistes - et nous n'aurions garde d'oublier, sans doute, l'accueil si cordial de la Municipalité de Strasbourg, du Recteur d'Académie et du Président de l'Université - le souvenir le plus cher reste peut-être l'audition, dans l'Eglise Saint-Etienne, des choeurs de la Psalette grégorienne. Préparés par la contemplation des merveilleuses enluminures du Guta Sintram, que Mademoiselle Weis avait eu la gentillesse de nous présenter, quelques jours auparavant, nous étions sans doute disposés ce soir du 29 août, à goûter les béatitudes célestes. De fait cette présentation de chants grégoriens empruntés à la production de toute l'Europe au cours du Moyen Age fut, grâce à la qualité des voix d'hommes et de femmes, à la sobre maîtrise du chef de choeur, Benoît Neiss, à la beauté des costumes et du lieu, un moment de plaisir pur.

14Que Claude Buridant et toute son équipe du Centre de Philologie Romane ainsi que sa dévouée secrétaire Colette Legrand soient remerciés pour ces grandes heures rencesva-liennes, au cours desquelles nous avons eu la joie de voir à plusieurs reprises M. Straka, ancien directeur du Centre.

15Avant de clore cet avant-propos, notre dernière pensée ira à la mémoire d'A. Limentani qui, après avoir magnifiquement organisé le Congrès de Padoue en 1982, était présent à Strasbourg l'an dernier et fut élu vice-président international de la Société Rencesvals. Sa disparition brutale nous bouleverse, et nous sommes heureux que ces Actes aient recueilli l'une de ses dernières contributions.

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540