Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Traverser la mer, descendre l’enfer : la navigation dans L’Enfer de Dante

Leigh N. Smith

Texte intégral

1La Divine Comédie de Dante représente un des voyages littéraires les plus cités dans l’histoire de la littérature. Le Florentin raconte non seulement le voyage de son protagoniste en tant que pèlerin mais aussi son propre voyage en tant que poète. La grande métaphore du voyage sert de fil conducteur dans les errances du protagoniste et du poète en partant des dangers mortels dans la descente de l’enfer jusqu’à la vision béatifique de Dieu au Paradis.

  • 1 L’ensemble de The Two Dantes de Kenelm Foster parle en détail des perspectives variées du poète et (...)

2Il faut préciser que dans cette œuvre, Dante est tantôt le pèlerin et tantôt le poète. Ces deux rôles se mélangent régulièrement1. Bien que le voyage à travers L’Enfer soit un voyage poétique pour Dante le poète et un voyage moral et spirituel pour Dante le pèlerin, les références fréquentes au langage qu’accomplit le pèlerin et l’élément évidemment spirituel de la langue pour le poète indique que parfois un rôle l’emporte sur l’autre. Néanmoins, il faut faire une distinction entre le pèlerin et le poète, faisant référence à deux voyages parallèles mais séparés.

3Les références à la navigation commencent dés les premières lignes de L’Enfer et terminent dans le dernier chant du Paradis à la fin de La Divine Comédie, suggérant l’ouverture et la fermeture du fil conducteur narratif et poétique. Evidemment, à l’ouverture de son récit, le poète va raconter les expériences de son protagoniste, ayant la connaissance de ce qui s’est déjà passé. Au début de L’Enfer Dante écrit :

E come quei che con lena affannata,
uscito fuor del pelago a la riva,
si volge a l’acqua perigliosa e guata :
Così l’animo mio, ch’ancor fuggiva,
si volse a retro a rimirar lo passo
che non lasciò già mai persona viva.
(Inf. 1, 22-27)

[Et comme celui qui hors de haleine,
sorti de la mer au rivage,
se retourne vers l’eau périlleuse et regarde,
ainsi mon âme, qui fuyait encore,
se retourna pour regarder le pas
qui ne laissa jamais personne en vie.]
(Trad. Risset, 25)

4Dante met la situation de son protagoniste dans le contexte d’un marin de retour d’un voyage périlleux. Autant « son âme… fuyait, » autant il était tiré à regarder les eaux qui n’ont jamais laissé personne en vie. Ce passage rappelle l’arrivée d’Enée sur les rives de Libye et son désespoir lorsqu’il se tournait vers la mer pour voir si sa flotte arrivait. Pour Dante, en tant que poète, il est clair que son point de départ se basera sur la métaphore du marin qui aborde les rives suite à un voyage tempétueux et dangereux. À partir de ce point, le lecteur suivra l’évolution du poète en parallèle avec l’évolution du protagoniste à travers la navigation dans les trois Chants de la Commedia.

5Au dernier chant du Paradis, Dante, maintenant poète et protagoniste tout à la fois, résume la merveille de la vision béatifique en faisant référence à Neptune au moment de l’« ammirar l’ombra d’Argos » (Par. 33, 96). En comparant son ultime vision avec le légendaire premier voyage marin de l’Argos, Dante achève la narration de sa navigation jusqu’à sa vision de Dieu. Il montre que le voyage marin offre des merveilles comme dans l’exemple de la comparaison de la vision du Tout-puissant avec la merveille de Neptune en témoignant le voyage de l’Argos. En revanche, vue de son passage dans l’enfer, l’aventure de la traversée de la mer présente également des risques mortels. Dante, en tant que poète ou protagoniste, entame son voyage au début de la Commedia avec la peur et redoute les dangers qui existent en parallèle avec les merveilles du voyage marin.

  • 2 Junon, ayant proclamé sa haine pour les Troyens, incite Aeolus à créer une tempête afin de faire c (...)

6Tout comme son modèle Enée, qui dans la tempête du livre I de l’Énéide se demande, en prenant les dieux à témoin, pourquoi il devrait mourir dans un naufrage et pas dans la bataille, Dante le protagoniste de L’Enfer doit affronter plusieurs fois les possibilités de sa mort lors de son voyage au plus profond des cercles infernaux2. Dante le poète s’inspire de la métaphore de la navigation en tant que fil conducteur de son voyage littéraire et du voyage spirituel du protagoniste. Avec Virgile comme guide du premier chant de La Divine Comédie jusqu’au trentième chant du Purgatoire, Dante le poète rend évidente l’importance de son « Maestro » en tant que prédécesseur de la composition de La Commedia.

7Néanmoins, même avant la parution du poète romain dans le premier chant de L’Enfer, Dante évoque les expériences marines de son héros troyen.

8En effet, ce n’est pas simplement l’apparition de Virgile qui place La Commedia dans les traces de L’Enéide. Plus précisément, c’est l’expérience d’Enée en affrontant la possibilité de sa propre mort sur la mer qui fournit le point de départ pour le poète toscan lors de la préparation de son propre voyage littéraire. En rappelant le voyage marin du héros troyen de Virgile, le poète évoque son prédécesseur avant même son apparition dans L’Enfer I, marquant l’importance de l’idée de la navigation marine en tant que métaphore de sa descente en enfer.

  • 3 Suite à sa sortie de l’enfer, le pèlerin et Virgile se trouvent au pied de Mont Purgatoire.
    Annonça (...)

9Tout au long de La Divine Comédie Dante fait référence à la navigation, mais en marquant la différence établie entre sa réaction dans le premier chant de L’Enfer et le dernier chant du Paradis on constate que dans L’Enfer la métaphore de la navigation va souligner la présence du danger et du risque. Le voyage de l’Argos rappelle le sens de l’aventure merveilleuse tandis que le voyage parcouru par Enée en subissant la haine de Junon montre la mer en tant que symbole de la noyade et ainsi de la mort. Tout au long de L’Enfer les passages sur l’eau trouvent le pèlerin dans un danger pas seulement physique, mais également moral et spirituel3.

10En examinant les deux épisodes des rencontres avec Filippo Argenti dans L’Enfer VIII et avec Ulysse dans L’Enfer XXVI, nous voyons le pèlerin dans deux passages marins où il affronte deux personnages avec lesquels il aura une relation particulière. Ce sont deux épisodes où le protagoniste se trouve face à un problème qui lui est dangereusement proche. De ce fait, le protagoniste est lui-même impliqué. Ce premier épisode, qui porte sur le passage de la rivière Styx, préfigure l’épisode d’Ulysse puisqu’il s’agit d’un voyage en mer terminé par un naufrage.

  • 4 Les éléments poétiques ainsi que les éléments historiques qui caractérisent le passage du Styx son (...)

11Traversant le Styx avec son « duca » Virgile, Dante le pèlerin, entame son deuxième passage fluvial4. Dans le premier passage sur l’Achéron le pèlerin s’évanouit et traverse la rivière dans l’inconscience. Par contre, sur le Styx le protagoniste devient beaucoup plus actif par rapport à ses expériences dans les chants précédents. Il est moins le personnage qui s’est évanoui en traversant l’Achéron ou en écoutant la tragédie de Paolo et Francesca. Dans le passage du Styx où il rencontre Filippo Argenti, nous voyons un protagoniste plus engagé face aux condamnés, montrant non seulement une évolution, mais aussi sa participation dans la condamnation.

12Dans ce chant Virgile et le pèlerin se trouvent dans le cinquième cercle de l’enfer parmi les coléreux. En traversant la rivière dans un bateau conduit par Phlegyas, Argenti tente furieusement de monter dans la barque. Virgile le repousse et la dernière image d’Argenti se tournant « contre soi, à coups de dents » (trad. Risset, 85). Argenti était un contemporain de Dante le poète, mais

  • 5 Selon Boccace dans Decameron 9.8, Filippo Argenti venait de la famille Adimari (une famille dénonc (...)

13il faisait partie des Guelphs noirs qui étaient ennemis de la faction des Guelphs blancs de la famille Alighieri5. Il était connu pour son arrogance et sa colère.

14Plutôt qu’un simple observateur, face à Filippo Argenti le protagoniste s’exprime avec une colère telle qu’il semble lui-même impliqué :

E io a lui : « Con piangere e con lutto,
spirito maladetto, ti rimani ;
ch’i’ti conosco, ancor sie lordo tutto. »
(Inf. 8, 37-39)

[Et moi à lui : « Reste avec les pleurs,
avec le deuil, esprit maudit ;
je te connais, bien que tu sois tout embourbé. »]
(Trad. Risset, 85)

15Le pèlerin semble prendre part à la condamnation d’Argenti. Plus important, il semble condamner Argenti avec la même colère dont les pécheurs de ce cinquième cercle sont condamnés. En disant « con piangere e con lutto […] ti rimani », le pèlerin affirme le sort de son ennemi politique. Ce personnage figure parmi les proches du poète et la réaction virulente dans cet épisode indique l’implication du protagoniste vis-à-vis d’un condamné.

16Dans le cas de Filippo Argenti, le protagoniste explique sa colère en disant « ch’i’ti conosco, » une reconnaissance du personnage et une indication qu’il est impliqué dans l’histoire du pèlerin. Le fait que le condamné soit du même milieu du poète mais politiquement ennemi indique que Argenti représente l’autre face de la société d’où venait Dante le poète. Le mépris du pèlerin pour Argenti prend une intensité qu’on ne retrouve que dans sa rencontre avec les papes dans L’Enfer XIX.

17D’un coté, la colère du pèlerin se justifie par le principe de bona ira (indignation juste) décrit par saint Thomas d’Aquin, une colère qui sert à reconnaître et à condamner le mal. Par contre, vu la proximité historique entre le poète et Filippo Argenti, son protagoniste risque de s’engager dans la même ire du condamné qui essaie de monter dans le bateau. Plus tard il dit à Virgile,

E io : « Maestro, molto sarei vago di vederlo attuffare in questa broda prima che noi uscissimo del lago. »
(Inf. 8, 52-54)

[Et moi : « Maître je voudrais tant le voir plonger dans le bouillon avant que nous soyons sortis du lac. »]
(Trad. Risset, 85)

18Le poète avait sûrement l’intention de laisser la question ambiguë. Il est clair que dans la traversée du Styx, le poète indique que l’équilibre entre la bona ira et la mala ira présente une difficulté poétique ainsi que pour le pèlerin une difficulté morale et spirituelle.

19Le cas d’Argenti prépare l’épisode de L’Enfer XXVI quand le protagoniste rencontre Ulysse. Si ce premier s’est présenté lors d’un passage fluvial, Ulysse représente l’exemple du voyageur de haute mer. Un épisode clé de L’Enfer met le protagoniste en scène avec le grec légendaire, ce qui n’est pas conforme à l’histoire telle qu’elle a été écrite par Homère. Avant d’examiner cette rencontre, il faut d’abord voir les différences que Dante emploie par rapport à l’histoire telle que le Florentin et ses contemporains l’auraient certainement connue.

20Dans L’Enfer XXVI, Ulysse raconte qu’en essayant de continuer son voyage vers le mont Purgatoire, il tente de passer le détroit de Gibraltar. Ce passage dépasse les limites imposées par Dieu, et une tempête s’élève. Ulysse et son équipage meurent dans un naufrage. Les spécialistes de Dante sont d’accord pour dire qu’à l’époque l’Odyssée n’était pas traduite. Même si le florentin ne savait pas lire le grec, lui comme tous ses contemporains aurait entendu et connu l’histoire d’Ulysse. Il aurait su qu’Ulysse ne meurt pas dans un naufrage mais qu’il retourne à Ithaque. Néanmoins, cette histoire n’est pas celle que le personnage d’Ulysse raconte dans L’Enfer XXVI en parlant de sa fin. Il est évident que Dante le poète a modifié l’histoire du marin grec afin de satisfaire ses besoins poétiques.

21Nous avons déjà mentionné ce genre d’aventure où un personnage entame un passage marin mortel. L’audace d’Ulysse réside dans le fait de naviguer dans un passage qui menait vers le « mondo sanza gente ». Cela rappelle ce que Dante annonce au début de L’Enfer quand il fait face à l’expérience qu’il va raconter : son « animo… si volse a retro a rimirar lo passo/che non lasciò già mai persona viva » (Inf. 1, 25-27).

22Dans L’Enfer XXVI Ulysse se présente comme un aventurier qui cherche des expériences extraordinaires promises par le voyage marin. Au niveau du caractère, le personnage que Dante crée n’est peut-être pas très éloigné du personnage d’Ulysse de l’Odyssée, mais son histoire justifie son emplacement parmi les conseillers perfides. Et voilà pourquoi Dante le protagoniste (et, par extension, le poète) se trouve le plus en danger. N’ayant pas encore rencontré

Che non mi facci de l’attender niego
Fin che la fiamma cornuta qua venga :
vedi che del disio ver’lei mi piego !
(Inf. 26, 67-69)

[Ne me refuse pas d’attendre ici
que la flamme fourchue se rapproche ;
vois comme, de désir, vers elle je m’incline !]
(Trad. Risset, 241)

23Donc, au début de cette rencontre, le protagoniste indique une attirance forte envers le personnage d’Ulysse. La force de son désir le pousse à s’incliner dans cet épisode et cela montre clairement l’attraction d’un personnage tel qu’Ulysse. Déjà la fascination soulevée par un grand voyageur est inhérente dans les échanges entre deux êtres, mais le cas d’Ulysse est particulièrement attirant pour le pèlerin car, comme dans le cas de Filippo Argenti, le pèlerin est impliqué dans les dangers qu’Ulysse a affrontés.

24L’histoire que le personnage d’Ulysse raconte assume l’auctoritas du poète. La conviction du marin grec, et le désir de « canoscenza » qu’il partage avec le pèlerin, réduit le poète, ainsi que son guide, au silence. Le récit est complètement dominé par Ulysse, comme si le héros d’Homère était devenu le poète de L’Enfer. En plus, pas un mot de jugement n’est prononcé ni par Virgile ni par Dante et le discours d’Ulysse n’est pas réfuté. Lors de la rencontre avec le voyageur condamné, leur présence est remplacée par la voix d’Ulysse et, par conséquent, leurs rôles sont subsumés par sa conviction.

25Robin Kirkpatrick, dans Dante’s Inferno : Difficulty and Dead Poetry, écrit, « le personnage central de L’Enfer XXVI est l’aventurier intellectuel, Ulysse ; et le chant termine, fait révélateur, sans commentaire ni de Virgile ni de Dante en tant que protagoniste […] » (ma traduction, 324). Cet épisode présente une des rares occasions où un chant se termine sans commentaires ni de Virgile, ni du pèlerin, et, encore plus important, pas plus du poète. En fait, c’est Ulysse qui a le dernier mot. Au lieu d’une évaluation du discours d’Ulysse, Virgile et Dante le protagoniste disparaissent de la scène, cédant la parole à Ulysse. Il raconte :

« […] né dolcezza di figlio, né la pieta
del vecchio padre, né ‘l debito amore
lo qual dovea Penelopè far lieta,
vincer potero dentro a me l’ardore
ch’i’ebbi a divenir del mondo esperto
e de li vizi umani e del valore. […] »
(Inf. 26, 94-99)

[« […] ni la douceur de mon enfant, ni la piété
pour mon vieux père, ni l’amour dû
qui devait faire la joie de Pénélope,
ne purent vaincre en moi l’ardeur
que j’eus à devenir expert du monde
et des vices des hommes, et de leur valeur. […] »]
(Trad. Risset, 241)

26Même les devoirs familiaux ne peuvent pas empêcher l’aventurier dans sa quête de la connaissance interdite. Dans son aventure marine, le désir d’Ulysse à « divenir del mondo esperto » reflète un désir présent dans le pèlerin pour la connaissance des vizi umani lorsqu’il voyage à travers l’enfer.

27La logique du voyage à travers l’enfer dépend de la passion pour la connaissance. En plus, la tentative d’Ulysse d’affirmer son droit en tant qu’être humain reflète non seulement le voyage spirituel et moral du pèlerin mais aussi le voyage narratif de Dante le poète :

« O frati, dissi […]
non vogliate negar l’esperïenza,
di retro al sol, del mondo sanza gente.
Considerate la vostra semenza :
fatti non foste a viver come bruti,
ma per seguir virtute e canoscenza. »
(26 : 112-20)

[« O frères, dis-je, […]
ne refusez pas l’expérience,
en suivant le soleil, du monde inhabité.
Considérez votre semence :
vous ne fûtes faits pour vivre comme des bêtes
mais pour suivre vertu et connaissance. »]
(Trad. Risset, 243)

28Il est difficile de résister à l’appel d’Ulysse. Ce qu’il dit n’est pas discutable. Les hommes ne sont pas faits pour « viver come bruti, ma per seguir virtute e canoscenza ». Mais dans le cas d’Ulysse la question reste : jusqu’à quel point ? Jusqu’à quel point Dante, dans son voyage par le « mondo sanza gente », s’engage-t-il dans les risques qui ont condamné les pécheurs à l’enfer ? Ni Dante ni Virgile ne font le moindre commentaire au sujet du témoignage d’Ulysse, et le chant se termine avec son discours homérique.

29Ulysse joue un rôle symbolique intégral dans la Commedia, tel que son personnage est cité dans Purgatoire XIX dans un rêve de Dante où la sirène lui rappelle le chemin du marin et aussi dans Paradis XXVII. Dans ce dernier, Dante aperçoit le « varco folle d’Ulisse » (82-83) (tracé ou parcours fou d’Ulysse), en faisant référence à la fois au sens du voyage marin et au folle volo (vol fou) qu’il décrit dans L’Enfer XXVI.

30Le personnage d’Ulysse représente l’autoglorification plutôt que le modèle chrétien d’un pèlerin comme, par exemple, saint Paul. Dante dessine un parallèle dangereux entre son propre concept du voyage et le voyage qu’entame Ulysse. Dans les deux cas, le voyage implique la recherche de la connaissance, mais plus précisément la connaissance « du monde inhabité, » au-delà des limites fixées par Dieu.

31En réclamant son droit à la connaissance interdite, le récit d’Ulysse défie les idéaux de la soumission à la volonté divine, et Dante le poète ne réfute pas ses convictions. Il est clair que la nouvelle version de la légende où le voyage finit par un naufrage reflète la justice divine, mais le manque d’indignation de la part du poète suggère également que le discours d’Ulysse était dangereusement séduisant.

32Dans la réaction contre Filippo Argenti, le pèlerin se met dans une colère telle qu’il risque de se rendre coupable du même péché que les condamnés. Le silence vis-à-vis d’Ulysse indique une tentation envers l’aventure entamée par le marin grec. Grand voyageur, le héros homérique symbolise en partie l’appel à la haute mer et à la découverte des merveilles que cela représente. Malgré ces merveilles, que Dante affirme dans le dernier chant du Paradis, la haute mer symbolise également la mort. Pendant la traversée fluviale, il s’approche du péché d’une façon engagée, mais face à l’aventure en haute mer, il n’a pas de réponse à l’appel de l’aventure. Dans les deux cas, Dante cède la place aux condamnés, mettant en évidence la force de cet appel marin et le danger inhérent.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alighieri Dante, éd. G. Petrocchi, La Commedia secondo l’antica vulgata, Milan, Mondadori, 1966-1967.

Alighieri Dante, Inferno, éd. et trad. Robert M. Durling, notes et introd. Ronald L. Martinez et Robert M. Durling, vol. 1 de The Divine Comedy of Dante Alighieri, New York, Oxford University Press, 1996.

Alighieri Dante, La divine comédie, L’Enfer, trad., introd. et notes Jacqueline Risset, Paris, Flammarion, 1985.

Alighieri Dante, La divine comédie, Le Purgatoire, trad., introd. et notes Jacqueline Risset, Paris, Flammarion, 1988.

Bosco Umberto, éd, Enciclopedia dantesca, Deuxième Edition, Rome, Instituto della Enciclopedia Italiana, 1984.

Chandès Gérard, « Recherches sur l’imagerie des eaux dans l’œuvre de Chrétien de Troyes », Cahiers de civilisation médiévale, Poitiers, Université de Poitiers, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, XIXe année, n° 2, Avril-Juin 1976, p. 151-64.

Chevalier Jean et Gheerbrant Alain, Dictionnaire des symboles, Paris, Robert Laffont/Jupiter, collect. Bouquins, 1982.

Combarieu du Grès (de) Micheline, « L’Eau et l’aventure dans le cycle du Lancelot-Graal », L’Eau au Moyen Âge, Senefiance n° 15, Aix-en-Provence, Publications du CUER MA, 1985, p. 111-147.

Foster Kenelm, The Two Dantes, Berkeley, California, University of California Press, 1977.

Goubert Jean-Pierre, La Conquête de l’eau, Paris, R. Laffont, 1986.

Guillerme André, « Eaux vives et eaux mortes entre Moyen Âge et Renaissance » Le Grand Livre de l’eau sous la direction de J. Auboin, Paris, La Manufacture, 1990.

Hawthorn Jeremy, Multiple Personality and the Disintegration of Literary Character : From Oliver Goldsmith to Sylvia Plath, Londres, Edward Arnold, 1983.

Iversen Eric, « A Double of the Pilgrim : Filippo Argenti », Lectura Dantis, Charlottesville, Virginie, Université de Virginie, Italian Program, n° 10, printemps 1992, p. 80-90.

Keppler, C.F., The Literature of the Second Self, Tucson, The University of Arizona Press, 1972.

Kirkpatrick Robin, Dante’s Inferno : Difficulty and Dead Poetry, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

Kleinheinz Christopher, « Inferno VIII », Lectura Dantis, Charlottesville, Virginie, Université de Virginie, Italian Program, n° 6, printemps 1990, p. 93-109.

Lansing Richard, éd. The Dante Encyclopedia. New York, Garland Publishing, 2000.

Le Goff Jacques, L’Imaginaire médiéval, Un Autre Moyen Âge, Paris, Quarto Gallimard, 1999, p. 421-755 (première édition, 1985).

Le Goff Jacques, La Naissance du Purgatoire, Un Autre Moyen Âge, Paris, Quarto Gallimard, 1999, p. 771-1225 (première édition Paris, Gallimard, 1981).

Miller Karl, Doubles : Studies in Literary History, Oxford, Oxford University Press, 1985.

Virgilius Publius Maro, Aeneidos, éd. avec introduction et commentaire de F.G. Pottier dans Virgilius, vol. 1, Apud Malepeyre, Bibliopolam, Paris, 1823, collection Auctorum Latinorum.

Méditerranée, l’espace et l’histoire (La), sous la direction de Fernand Braudel, Paris, Champs Flammarion, 1985.

Naufrage (Le), Actes du colloque tenu à l’Institut catholique de Paris, 28-30 janvier 1998, textes réunis sous la direction de Christian Buchet et de Claude Thomasset, Paris, Champion, 1999.

Notes

1 L’ensemble de The Two Dantes de Kenelm Foster parle en détail des perspectives variées du poète et du protagoniste.

2 Junon, ayant proclamé sa haine pour les Troyens, incite Aeolus à créer une tempête afin de faire couler la flotte d’Enée. Bousculé par les vents et à bout de ses forces, Enée tombe à genoux en criant,
… « O terque quaterque beati,
Quis ante ora patrum Trojae sub moenibus altis
Contigit oppetere ! O Danaum fortissime gentis
Tydide ! mene Iliacis occumbere campis
Non potuisse, tuaque animam hanc effundere dextra ? »
(Aeneidos I, 94-98).

3 Suite à sa sortie de l’enfer, le pèlerin et Virgile se trouvent au pied de Mont Purgatoire.
Annonçant sa liberté de la morta poesì, Dante écrit,
Per correr miglior acque alza le vele
Omai la navicella del mio ingegno,
Che lascia dietro a sé mar sì crudele,
(Purg. 1, 1-3)
[Pour courir meilleure eau elle hisse les voiles à présent la nacelle de mon génie qui laisse derrière soi mer si cruelle,]
(trad. Risset, 17)

4 Les éléments poétiques ainsi que les éléments historiques qui caractérisent le passage du Styx sont basés sur le passage d’Enée dans l’Enéide 6.

5 Selon Boccace dans Decameron 9.8, Filippo Argenti venait de la famille Adimari (une famille dénoncé par Dante dans Par. 16, 115-20). L’épisode dans lequel il figure, son personnage représente l’exemple du mauvais caractère et manque de sang froid. Il y a très peu de renseignements sur le personnage sauf quelques commentateurs de l’époque qui disent que son frère avait acquis de la propriété de la famille de Dante après son exil de Florence (Durling, Martinez, 136).

Auteur

University of North Carolina at Chapel Hill, États-Unis

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540