Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Horizons marins dans la littérature exemplaire. La Vita de saint Clément : du naufrage maternel au tombeau maritime

Marie-Anne Polo de Beaulieu

Texte intégral

1Je remercie Chantal Connochie-Bourgne de m’avoir invitée à ces rencontres auxquelles j’avais déjà participé en 1991 autour du thème du cœur. Le caractère interdisciplinaire de ces journées est un fait assez rare pour qu’on le souligne et que l’on s’en félicite.

2Réfléchir au thème de la mer dans la littérature exemplaire n’a pas été une affaire simple et le choix du sujet ne s’est pas imposé d’emblée tant la matière s’est avérée riche.

3On se souviendra que les exempla sont des anecdotes exemplaires ou plutôt le résultat d’un processus d’« exemplification » appliqué à toutes sortes de matériaux textuels : extraits de chroniques, épisodes de vies de saints, parole ou acte ascétique d’un Père du Désert, fables, etc. Les exempla circulent dans toute la littérature didactique médiévale avec le statut de preuve par l’exemple, ce qui leur confère une autorité moindre que celle des citations bibliques ou patristiques, mais une indéniable autorité, liée à leur pouvoir de persuasion et de mémorisation. C’est pour ces deux qualités que les prédicateurs ont fait un large usage des exempla dans leurs sermons, surtout les Frères mendiants adonnés à une prédication de masse. Les recueils d’exempla ont donc fleuri entre le xiiie et le xve siècle, parmi une panoplie d’instruments de travail mis à la disposition des prédicateurs aux côtés des concordances bibliques, des recueils de distinctiones, des encyclopédies et des recueils de vies de saints rangées dans l’ordre du calendrier liturgique.

4Un nouvel instrument de recherche permet de se repérer dans cette abondante littérature exemplaire : le ThEMA (Thesaurus Exemplorum Medii Aevi) disponible en cinq langues gratuitement sur Internet. Une simple interrogation a fait apparaître des miracles maritimes de type christique, tel dominicain aurait marché sur la mer, ou des visions merveilleuses sur ses eaux, sans compter nombre de tempêtes et de naufrages que l’on trouvera en annexe de cette communication.

5Mais nous avons préféré concentrer notre attention sur une Vita éminemment maritime et romanesque, celle de saint Clément. En effet, ce pape des premiers temps du christianisme, subit de nombreuses tribulations maritimes. Sa mère, partie de Rome pour se rendre à Athènes, fit naufrage. Elle se trouva séparée de ses deux fils Faustus et Faustinus, qu’elle crut noyés dans la tempête. Elle vécut des années difficiles sur une île isolée tandis que Clément, resté à Rome, perdit son père parti à la recherche de son épouse durant vingt ans. Clément fut converti par saint Pierre et le suivit dans ses périples maritimes qui l’amenèrent à retrouver les siens. Après diverses péripéties, miracles et poursuites en Méditerranée, il subit le martyre : jeté dans la Mer Noire, son corps fut préservé dans un tombeau sous marin miraculeusement découvert par les eaux à intervalles réguliers.

6Nous avons donc décidé de suivre les traces de cet extraordinaire saint dans les sources hagiographiques, encyclopédiques et exemplaires. Ce faisant, nous resterons cantonnés dans un milieu essentiellement dominicain et dans une période limitée aux xiiie et xive siècles.

Un saint atypique, décrit par des sources diverses

  • 1 Il est difficile de « dater » le Liber Pontificalis, d’abord simple liste des papes élaborée vers l (...)

7En effet, ce successeur de Pierre à la tête de l’Église naissante (de 92/93 à 98/100, selon la chronologie d’Eusèbe de Césarée), a eu une vie extrêmement agitée avant de succomber au martyre si l’on en croit les sources du ve siècle : Rufin (vers 400) et le pape Zosime († 418), tandis que le Liber Pontificalis1 entérine sa canonisation. Dès le ve siècle une Passion circule, qui est enrichie par la suite de continuations et d’une translation rédigée par Léon d’Ostie († 1115).

8De plus, on attribue à saint Clément lui-même des ouvrages en bonne partie autobiographiques comme deux Lettres aux Corinthiens, deux Epîtres aux Vierges (probablement du iiie siècle) et surtout les Reconnaissances définies comme le premier grand « roman chrétien ». La trame romanesque est rythmée par les séparations (dues à des naufrages) et les retrouvailles des membres de la famille de saint Clément et de lui-même avec sa mère après une longue séparation. Saint Pierre permet à chacun de reconnaître, qui un frère, qui un fils ; d’où le titre de « Reconnaissances ». Ce roman à rebondissements est profondément inscrit dans des horizons marins compris entre Rome, Athènes et des îles dont celle d’Antadaros. Cet ouvrage est connu par deux versions en grec du ive siècle, dont la seconde fut traduite en latin par Rufin, au début du ve siècle, avec un succès immense : 115 manuscrits en sont conservés.

Le dossier hagiographique de la Vita de saint Clément

9Nous envisagerons le dossier hagiographique de saint Clément au travers de la plume de deux hagiographes majeurs du xiiie siècle : Jean de Mailly et Jacques de Voragine, qui, tout en appartenant au même ordre mendiant, ont opéré des choix radicalement différents dans les sources disponibles sur saint Clément.

  • 2 A. Dondaine (trad.), Abrégé des gestes et miracles des saints, Paris, éd. du Cerf, 1947, chap. 175, (...)

10Dans l’Abrégé des gestes et miracles des saints, écrit vers 1225-1230, Jean de Mailly2 ignore délibérément les Reconnaissances pour focaliser sa notice sur saint Clément seul. Il accomplit des miracles positifs : il guérit un aveugle et fait jaillir une source. Il met également ses pouvoirs thaumaturgiques au service de miracles négatifs : il rend aveugle et sourd Sisinius, époux païen d’une femme, Théodora, qu’il a convertie ; il trouble la vue des esclaves chargés de l’emprisonner. Le dominicain insiste également sur le martyre de Clément et les prodiges et miracles liés à son tombeau sous marin, préparé par Dieu lui-même. Son but est d’offrir aux prédicateurs un instrument de travail commode et synthétique, qui ne vise pas l’exhaustivité.

  • 3 Nous renvoyons ici à la traduction de La Légende dorée dirigée par A. Boureau, parue dans La Biblio (...)
  • 4 On observe des relations fortes entre les sermons composés par Jacques de Voragine lui-même (réunis (...)

11Avec des choix narratifs différents, la Légende dorée de Jacques de Voragine3 (1226/1228-1298) a diffusé très largement la Vie de saint Clément. En effet, cette somme hagiographique est un véritable « best seller » du Moyen Âge juste après la Bible en nombre de manuscrits (un millier conservés), mais également en nombre de traductions et adaptations. On retrouve un exemplaire de cette Légende dorée dans toutes les bibliothèques ecclésiastiques de l’Occident médiéval, des plus savantes aux plus modestes. Les prédicateurs ont en fait un usage intensif dans la mesure où l’ordre liturgique choisi par Jacques de Voragine, rendait commode l’utilisation de cette somme hagiographique pour les sermons, notamment les sermons de sanctis4.

  • 5 Sur ces problèmes de succession pontificale, voir A. Boureau, Introduction à la traduction de La Lé (...)

12L’archevêque de Gênes, contrairement à son confrère, s’est largement inspiré des Reconnaissances qui constituent l’essentiel de sa notice avec moult détails. De longues digressions évoquent les tribulations de Faustus et Faustinus, qui ont dû changer de nom après avoir été vendus comme esclaves à la suite de leur naufrage et de leur capture par des pirates. Ils furent ensuite instruits dans la philosophie, associés à Simon le Magicien avant de se convertir au christianisme. Une autre longue digression évoque le désespoir du père, Faustinianus, devenu un vieillard désabusé qui ne croit pas à la providence mais interprète tous les malheurs de sa famille en fonction de l’horoscope de son épouse. L’affrontement avec Simon le Magicien à coup de prodiges et miracles est présenté, mais assorti d’une note critique de Jacques de Voragine, signalant que l’épisode est apocryphe, et donc peu digne de foi. En revanche, il place Clément comme successeur direct de Pierre, désigné par lui-même (suivant en cela la tradition de Tertullien et Jérôme), alors que le Liber Pontificalis atteste la présence d’un intermédiaire entre les deux papes, nommé Lin5.

  • 6 Léon d’Ostie Translatio Clementis, dans De origine beati Clementis dans l’Excerpta ex Clementinis r (...)

13À côté de ces développements, les quelques lignes consacrées aux rares miracles accomplis par saint Clément de son vivant font pâle figure (faire jaillir une source et tromper ses poursuivants qui saisissent des colonnes en croyant se saisir de lui). Le martyre est rapidement brossé (Clément jeté dans les vagues un ancre pendue à son cou) car l’accent est mis sur le miracle du tombeau sous-marin (en mer Noire) construit par les anges pour abriter la dépouille du saint. Chaque année à la fête du saint, les flots se retirent pour laisser les pèlerins venir se recueillir sur ce sanctuaire, où une femme oublia son enfant qu’elle retrouva indemne une année plus tard. Jacques de Voragine précise tout de même que ce phénomène maritime extraordinaire ne se produit plus depuis que des barbares ont envahi la région. Cette perspective historique semble propre à la Légende dorée, qui la rattache à la Translatio Clementis de Léon d’Ostie6.

14Les compilateurs d’exempla et les prédicateurs disposaient d’un autre instrument de travail très efficace : les encyclopédies qui fleurissent au xiiie siècle.

L’encyclopédie

  • 7 Vincent de Beauvais, Speculum historiale, éd. de Douai, 1613, liv. X, chap. 22-37. Il est possible (...)

15La littérature encyclopédique a relayé cette diffusion, grâce au Miroir historial du dominicain Vincent de Beauvais7 réalisé en plusieurs étapes dans les années 1244-1259 dans le cadre d’un projet encyclopédique de grande ampleur : le Speculum majus, héritier des Étymologies d’Isidore de Séville et de l’élargissement des champs du savoir au xiie siècle et de sa réorganisation par les chanoines de l’abbaye parisienne de Saint-Victor. Cette vaste encyclopédie comprend trois specula : doctrinale, naturale et historiale.

  • 8 A. Boureau, Introduction à la traduction de la Légende dorée, op. cit., p. XXI.

16Alain Boureau8 a souligné l’importance des chapitres hagiographiques (900 chapitres sur 3800) dans le Speculum historiale. Il consacre pas moins de quinze chapitres à la vie de saint Clément qu’il décrit de façon extrêmement détaillée. Le livre X du Speculum historiale a une coloration très antiquisante, il décrit le règne de Néron et les débuts du christianisme au travers des vies des apôtres Pierre, Paul et Jacques. Il revient à plusieurs reprises sur les conflits entre Pierre et Simon le Magicien qui ressurgissent dans la vie de saint Clément. Il semble évident que Vincent de Beauvais a utilisé les Reconnaissances de Clément comme source principale, reprenant le texte autobiographique écrit à la première personne du singulier (« Ego, inquit, Clemens, in urbe Roma, ex prima etate natus… »). Dans les copieux chapitres qui lui sont consacrés, l’essentiel de la narration est prise en charge par Clément lui-même racontant ses malheurs à saint Pierre (le naufrage de sa mère et de ses frères, la disparition de son père, sa formation en philosophie). Une autre partie de cette longue et complexe saga familiale est narrée par la mère de Clément, Macidiana, qui justifie son départ brusque de Rome avec ses deux plus jeunes fils, par la nécessité d’échapper aux tentatives de séduction de son beau-frère. Les sources invoquées par Vincent de Beauvais sont l’Itinerarium Petri critiqué comme apocryphe par Jacques de Voragine, qui s’est en partie inspiré du Speculum historiale pour rédiger sa Légende dorée. De nombreux détails ne se trouvent que dans le Speculum historiale comme le baptème de Macidiana puis de Faustinianus, les parents de Clément, après une laborieuse conversion de Faustinianus, à la suite de nombreuses et longues disputes sur le déterminisme astral contre la providence.

  • 9 Speculum historiale, Liv. X, chap. 29 : « Postea die Petrus mane assumptis fratribus meis et me, de (...)

17Les objectifs des divers voyages maritimes entrepris par Clément sont plus variés que ce que l’on aurait pu attendre dans un texte hagiographique : il suit Pierre dans ses tournées de prédication (chap. 24), puis sa mère et enfin son père sont invités à se joindre à la troupe des disciples de Pierre. Mais on trouve également une visée « touristique » d’un voyage : Pierre décide de se rendre avec Clément dans l’île où se trouve Macidiana pour voir une œuvre d’art étonnante : d’immenses colonnes de verre (chap. 26). Enfin, un curieux passage évoque des bains de mer de Pierre et ses disciples pour se laver avant de prier dans un lieu retiré et secret (chap. 29)9. S’agit-il d’un rituel de purification ?

18Vincent de Beauvais achève ce résumé des Reconnaissances par l’installation à Rome de Clément comme successseur de Pierre. Son exil, son martyre, les miracles opérés de son vivant et après sa mort n’apparaissent pas dans le Speculum.

19Des choix originaux démarquent donc La Légende dorée et le Speculum historiale, deux sources fondamentales pour la littérature exemplaire.

La littérature exemplaire

  • 10 L’Index exemplorum de F. C. Tubach (Helsinki, 1969, FFC 204), consacre quatre notices à divers épis (...)

20Les recueils d’exempla ont assez peu abordé la vie de saint Clément. Nous en livrons ici la trace repérée dans trois recueils du xive siècle10, sans souci d’exhaustivité.

  • 11 G. Blangez (éd.), Ci nous dit, Paris, SATF, 1979 et 1986 n° 777, p. 247 et notes p. 414.

21Le Ci nous dit est un recueil anonyme composé dans les années 1311-1330 dans le nord de la France, peut-être aux environs de Soissons, sans doute par un frère mendiant. Sa dernière partie évoque en suivant le calendrier liturgique un choix de saints. C’est dans ce cadre que le Ci nous dit restitue un bref résumé de la vie de saint Clément insistant particulièrement sur la fin de sa vie : le miracle d’une source qu’il fit jaillir et son martyre : jeté dans la mer avec une ancre autour du cou. L’auteur anonyme termine comme Jacques de Voragine sa courte notice par la mention du prodige annuel de reflux de la mer pour laisser aux pèlerins la possibilité de se rendre au tombeau du saint. Il rappelle enfin, le miracle de l’enfant oublié une année sur place et retrouvé indemne l’année suivante par sa mère11.

Ci nous dit conment saint Climent, li quars pape de Rome, fu envoiez en essil pour la foy Nostre Segneur. Et y trouva bonnes gens crestiens qui n’avoient point d’yaue ; et fist Nostre Sires une fontaine a sa proiere. Quant li emperieres sout qu’il confortoit les crestiens, si conmanda qu’il fust jeté en mer, une ancre de fer au col. Et en l’eure li fist faire Nostre Sires une chapelle par ses angres ; et de illec parti la mer chascun an au jour de sa feste et les octaves. Une fame oublia son enfant et au chief de l’an l’en ramena tout sein. Et fist Nostre Sires cel miracle pour hennourer saint Climent. Et dist li enfes que saint Climent l’avoit gardé.

  • 12 C. Ribaucourt (éd.), Arnoldus Leodiensis, Alphabetum narrationum, Turnhout, Brepols, sous presse.
  • 13 Fin de l’exemplum n° 147 : « Hoc etiam valet ad castitatem, Dei ordinationem sive providentiam ».

22L’Alphabetum narrationum est l’œuvre d’un autre dominicain, Arnold de Liège12, qui composa cet alphabet des récits entre 1297 et 1302. Ce volumineux recueil compte pas moins de 819 exempla amarrés à une rubrique thématique classée dans l’ordre alphabétique de Abbas à Zelotipa. L’exemplum n° 147 dans la rubrique intitulé « Clementis », résume l’essentiel du récit des reconnaissances successives des différents membres de la famille de Clément au gré des voyages et retrouvailles. Cependant la fin de la vie de Clément est passée sous silence et de même que toutes les discussions théologiques, qui d’une certaine manière sont indirectement évoquées par les renvois multiples qui viennent clôturer le récit : « Ce récit est également valable pour la chasteté et la providence divine13 ».

  • 14 A. Hilka (éd.), Das Viaticum narrationum des Heumannus Bononiensis, Berlin, 1935, n° 26.
  • 15 M. Schmitt (éd.), Der grosse Seelentrost. Ein niederdeutsches Erbauungsbuch des 14. Jahrhunderts, C (...)

23C’est dans la Scala coeli de Jean Gobi le Jeune, composé dans le couvent dominicain de Saint-Maximin vers 1327-1330, que nous avons trouvé les développements les plus importants sur saint Clément, opérant une sorte de synthèse entre le Speculum historiale et La Légende dorée (dont les auteurs sont cités dans le prologue comme sources). Jean Gobi évoque à deux reprises le saint, dans deux rubriques différentes : la chasteté et le pèlerinage. Dans la première, c’est la chasteté de sa mère, Macidiana, qui est placée au cœur du récit, véritable résumé des Reconnaissances, mais à la troisième personne du singulier. Dans la seconde occurrence, c’est le miracle post-mortem du saint qui est mis en scène : l’enfant oublié au sanctuaire marin de Clément et retrouvé indemne. Nous avons affaire à une sorte d’hagiographie sans saint, pour le moins originale. Il est fort probable que la Viaticum narrationum ait repris de Jean Gobi sa version des Reconnaissances de saint Clément14. On en retrouve la trace dans des compilations tardives germaniques et suédoises : le Grosse Seelentrost et le Tröst15.

24Ajoutons que tous les débats, parfois fort savants (citant Platon) sur l’immortalité de l’âme, la providence et le déterminisme zodiacal très développés dans la source et chez Vincent de Beauvais, ont disparu d’un récit destiné à la prédication « ad populum », simplifiant au maximum la doctrine.

Traduction de Scala coeli, n° 183 (rubrique De la chasteté)

25Quatrièmement la chasteté console.

26On lit dans l’Histoire des Romains que vivait jadis à Rome une femme du nom de Macidiana, mère de saint Clément. Or, comme elle était très belle et trop parée, elle fut sollicitée par le frère de son mari pour commettre l’adultère. Elle refusa et pour éviter d’être une occasion de scandale, elle fit croire qu’un songe l’obligeait à s’absenter de cette contrée pour quelques temps. Elle déclara à son mari : « Un jeune homme resplendissant m’est apparu et m’a ordonné de quitter ce pays avec mes deux fils Faustus et Faustinus sous peine de mort subite. » Son époux crédule lui donna l’autorisation de partir et il l’envoya à Athènes avec une grande suite, gardant avec lui Clément. Durant la traversée, le bateau fit naufrage, la mère perdit ses fils qu’elle crut noyés. Elle réussit à atteindre un rivage et s’installa sur la terre voisine. La douleur d’avoir perdu ses fils la rendit paralytique.

27De son côté, son mari avait envoyé au bout d’une année des émissaires à Athènes et n’ayant plus de nouvelles de sa femme et de ses enfants, il laissa Clément à la garde d’un tuteur et s’embarqua sur un navire. Durant trente années il sillonna les mers sans obtenir de nouvelles de son épouse et de ses enfants.

28Clément, qui avait six ans au moment du départ de son père, s’attacha à saint Pierre et lui raconta ce qui était arrivé à ses parents et à ses frères. Saint Pierre pleura. Au cours de leurs tournées de prédication, Pierre et Clément arrivèrent dans la région où se trouvait Macidiana, mère de Clément. Pierre lui parla, la bénit et la guérit. L’ayant prise par la main, il lui dit : « Viens, et je vais te montrer ton fils Clément ».

29Clément, voyant venir Pierre tenant une femme par la main, se mit à rire, mais celle-ci lâchant Pierre, se jeta au cou de son fils et le couvrit de baisers passionnés. Comme celui-ci la repoussait comme un femme insensée, Pierre lui dit : « Que fais-tu, O mon fils Clément ? Tu ne dois pas repousser ta mère ! »

30À ces mots, Clément, en larmes, se précipita vers sa mère et commença à la reconnaître. C’est alors que deux disciples demandèrent à Pierre qui était cette femme, Clément répondit : « C’est ma mère ». Pierre leur expliqua toutes les mésaventures et on découvrit que ces deux disciples étaient Faustus et Faustinus. Ils honorèrent à leur tour leur mère avec une grande joie. Puis, avec la permission de Dieu, le père les retrouva et ils le servirent dans une sainteté parfaite et dans la consolation.

Traduction de Scala coeli, n° 848 (rubrique Du pélerinage)

Deuxièmement [le pélerinage] libère de la mort.
On lit qu’une femme oublia son enfant dans le tombeau maritime (in habitaculo maris) de saint Clément. Revenant l’année suivante, elle le trouva endormi au même endroit où elle l’avait laissé. Elle lui demanda où il avait été durant cette année, il répondit « nulle part », car il avait dormi jour et nuit.

31La mer constitue donc l’horizon privilégié de la Vita de saint Clément quelque soit le type de texte qui la diffuse au sein de milieux divers : religieux (les Vitae sont lues au réfectoire durant les repas), prédicateurs (dans leurs sermons) et fidèles. Elle est le lieu par excellence de la mise à l’épreuve du chrétien au travers de tribulations souvent violentes : tempêtes, naufrages, séparations dramatiques. Mais la mer constitue également le lieu de la pénitence, de la quête, des retrouvailles, de la prédication itinérante et de la conversion. La vie de siant Clément mérite bien sa réputation de roman chrétien, plein de rebondissements, de cris et de larmes.

32Il serait utile de le comparer avec le roman Apollonius de Tyr, dont la genèse est contemporaine des Reconnaissances de saint Clément. En effet, l’Historia Apolloni Regis Tyrii a été composé aux alentours des ve-vie siècles (peut-être à partir d’un original grec). Son succès considérable est attesté par les soixante manuscrits conservés. Au xiie siècle, le roman est traduit en français et versifié ; il est traduit au xive siècle dans diverses langues vernaculaires et toujours largement diffusé par des manuscrits, puis par les premières éditions (6 éditions au xvie siècle).

  • 16 Tubach, Index exemplorum, op. cit., n° 2422 ; renvoie à : A. M. Espinosa, Cuentos populares espanol (...)

33Le personnage de la reine déchue pour préserver sa chasteté, ici Macidiana, a connu un succès durable dans la littérature et le folklore. Boccace évoque en la personne de Madona Beritola une femme très proche de Macidiana (Décameron, 2e nuit). Des chants espagnols évoquent cette figure féminine héroïque que l’on retrouve dans l’Index des motifs narratifs16. L’enquête sur les textes parallèles ne fait que commencer et réservera certainement bien des surprises sur la perméabilité des frontières entre ouvrages didactiques latins, prédication et littérature dite profane.

Annexes

ANNEXES

15 exempla correspondent au(x) critère(s) :
Mot(s) du résumé : mer
Mot(s)-clé(s) : mer

15 exempla correspondent au(x) critère(s) : Mot(s) du résumé : merMot(s)-clé(s) : mer

Notes

1 Il est difficile de « dater » le Liber Pontificalis, d’abord simple liste des papes élaborée vers la fin du iie siècle, il est l’objet d’ajouts biographiques de plus en plus développés jusqu’en 1431.

2 A. Dondaine (trad.), Abrégé des gestes et miracles des saints, Paris, éd. du Cerf, 1947, chap. 175, p. 490-493. À ne pas confondre avec Clément, évêque de Metz. Une édition latine de l’Abbreviatio in gestis et miraculis sanctorum est en cours de réalisation par Giovanni Paolo Maggioni.

3 Nous renvoyons ici à la traduction de La Légende dorée dirigée par A. Boureau, parue dans La Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 2004 d’après l’édition de G.-P. Maggionni, Iacopo da Varazze, Legenda aurea, Florence, 1998, rééd. corr. 1999, chap. 166, p. 961-973, notes, p. 1461-1465.

4 On observe des relations fortes entre les sermons composés par Jacques de Voragine lui-même (réunis sous le titre factice de Sermones aurei) et sa Légende dorée.

5 Sur ces problèmes de succession pontificale, voir A. Boureau, Introduction à la traduction de La Légende dorée, p. XXXIV.

6 Léon d’Ostie Translatio Clementis, dans De origine beati Clementis dans l’Excerpta ex Clementinis recognitionibus a Tyrannio Rufino traslatis, éd. G. Orlandi, Milan-Varese, 1968, I, p. 455.

7 Vincent de Beauvais, Speculum historiale, éd. de Douai, 1613, liv. X, chap. 22-37. Il est possible d’obtenir en ligne le texte du Speculum historiale sur Internet sur le site de l’ARTEM de l’Université de Nancy 2.

8 A. Boureau, Introduction à la traduction de la Légende dorée, op. cit., p. XXI.

9 Speculum historiale, Liv. X, chap. 29 : « Postea die Petrus mane assumptis fratribus meis et me, descendit ad portum ut in mari lavaremur, et post hoc ad locum quendam orationiis gratia secessimus ».

10 L’Index exemplorum de F. C. Tubach (Helsinki, 1969, FFC 204), consacre quatre notices à divers épisodes de la vie de saint Clément : n° 1093 (Clemens, St.) ; n° 3138 (Clemens, St., father of) ; n° 1094 (Clemens, St., and brothers) ; n° 2422 (Clemens, St., mother).

11 G. Blangez (éd.), Ci nous dit, Paris, SATF, 1979 et 1986 n° 777, p. 247 et notes p. 414.

12 C. Ribaucourt (éd.), Arnoldus Leodiensis, Alphabetum narrationum, Turnhout, Brepols, sous presse.

13 Fin de l’exemplum n° 147 : « Hoc etiam valet ad castitatem, Dei ordinationem sive providentiam ».

14 A. Hilka (éd.), Das Viaticum narrationum des Heumannus Bononiensis, Berlin, 1935, n° 26.

15 M. Schmitt (éd.), Der grosse Seelentrost. Ein niederdeutsches Erbauungsbuch des 14. Jahrhunderts, Cologne, 1959 n° 18, 27 et Ivar Thorén, « Studier över Själens Tröst », Nordiska Texter och undersökningar, 1942, n° 26, 5.

16 Tubach, Index exemplorum, op. cit., n° 2422 ; renvoie à : A. M. Espinosa, Cuentos populares espanoles, Madrid, 1947, II, p. 399 ; Stith Thompson, Motif Index of Folk-Literature, Copenhague, 1955-1958, 6 vols., motif : K 2112.

Table des illustrations

Titre 15 exempla correspondent au(x) critère(s) : Mot(s) du résumé : merMot(s)-clé(s) : mer
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteur

Centre de recherches historiques École des hautes études en sciences sociales, Paris

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540