Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Les navigations dans le Joseph d’Arimathie et dans le Perlesvaus

Isabelle Olivier

Texte intégral

1Dans des romans intimement liés à l’histoire du Graal tels que la Queste del saint Graal, le Joseph d’Arimathie et le Perlesvaus, l’espace maritime occupe une place de choix. C’est en effet par la mer que le vase divin arrive en Grande Bretagne ou quitte le pays. Sans doute est-ce la raison pour laquelle cet espace ne s’ouvre, sauf exception, qu’aux élus. Toutefois, le transport du saint vase ne fournit pas l’unique occasion d’un voyage maritime et les héros prennent plusieurs fois la mer. On pourra donc s’intéresser au rôle et aux modalités de ces navigations dans les romans. Par ailleurs, les épisodes de navigation apparaissent pour la plupart comme une occasion privilégiée de tendre vers l’hagiographie. Nous avons choisi pour cet exposé de nous concentrer plus particulièrement sur le Joseph d’Arimathie et le Perlesvaus. Nous évoquerons les voyages maritimes des personnages concernés, leur importance dans leur parcours global et la manière dont s’opère – ou tente de s’opérer – la conversion du roman en récit hagiographique à ce moment-là.

Un itinéraire entre terre et mer

  • 1 Le Haut Livre du Graal : Perlesvaus, éd. W. Nitze et T. A. Jenkins, The University of Chicago Pres (...)

2Le monde maritime ne s’ouvre qu’à un seul personnage dans le Perlesvaus1 : il s’agit du héros éponyme. Cela paraît significatif : la mer correspond à l’espace privilégié des manifestations du divin, à un espace de révélation et seul l’élu qu’est Perlesvaus y a accès.

La mer, l’aventure et le sacré

  • 2 Ibid., vol. 1, p. 176-180.
  • 3 Gauvain, parti à la recherche du héros, l’apprend par un ermite, p. 187-188.

3Si l’on considère le parcours du héros dans son ensemble, on s’aperçoit qu’il est régulièrement ponctué d’épisodes maritimes dont le leit-motiv semble être la dimension christique du héros. Dans un premier temps, Perlesvaus, qui était en convalescence dans l’ermitage du roi Pellès, part pour quelques brèves aventures avant de revenir à son point de départ. Mais très vite il s’en va de nouveau et pénètre au royaume de Galles. Une première aventure marquante s’offre à lui : il s’agit d’aller combattre sur une île le roi du Château Mortel, l’un de ses oncles, qui assaille régulièrement le château maritime de la reine des Pucelles2. Perceval gagne l’île et accule son adversaire à la fuite après un âpre combat. On apprend par la suite que le héros s’est retiré sur l’île au moins une année3 : de là il sillonne les mers, pourchassant les mécréants.

  • 4 Perlesvaus, op. cit., vol. 1, p. 183-184.
  • 5 Trois demoiselles viennent à la cour d’Arthur le jour de la saint Jean pour y déposer le bouclier (...)

4Le récit semble alors pour un temps se détourner des aventures de Perlesvaus. Mais une nuit, alors qu’Arthur scrute la mer, il voit arriver une nef conduite par un très beau vieillard, sur laquelle se trouve un chevalier endormi4. Celui-ci se réveille le temps de prendre possession d’un bouclier et d’un petit chien promis au meilleur chevalier du monde selon une prédiction faite quelque temps auparavant, le jour de la saint Jean5. Le chevalier n’est autre que Perlesvaus. L’originalité de cette arrivée se double de son inscription dans un contexte calendaire hautement symbolique qui renforce la sacralisation du chevalier et son assimilation à la figure christique. Cette scène est fondatrice dans les aventures du héros.

  • 6 Perlesvaus, op. cit., vol. 1, p. 369 sq.

5Les aventures de Perlesvaus le mènent ensuite jusqu’aux vaux de Camaalot où il délivre sa mère et sa sœur de la tyrannie du seigneur des Marais, puis jusqu’au château du Graal qu’il reconquiert sur le roi du Château Mortel. Le héros revient encore une fois par la suite aux vaux de Camaalot auprès de sa mère et de sa sœur. Mais sa mission n’est pas achevée, car certaines contrées sont encore sous le joug de la Nouvelle Loi. Le héros pénètre dans le royaume d’Oriande où il provoque – il faut dire que l’épée est un argument de poids – de spectaculaires conversions6.

  • 7 Ibid., p. 387-398.
  • 8 Ibid., p. 387-391. L’île n’est pas nommée comme telle dans le récit, mais à chacun des angles de l (...)
  • 9 Ibid., p. 401-402.
  • 10 Ibid., p. 408.

6Mais sa mission évangélisatrice se poursuit par une navigation merveilleuse. En effet, Perlesvaus effectue un véritable circuit maritime qui part d’un lieu nommé la Tour Vermeille et qui y revient7. Ce périple est caractérisé par une étape sur une île mystérieuse, nommée l’île aux Quatre Cors8, où vivent de saints personnages, puis par des aventures au cours desquelles il secourt l’un de ses cousins, Calobrus, contre Gohart de la Baleine. Revenu au pied de la Tour Vermeille, Perlesvaus regagne le château du Graal après quelques aventures dont la plus décisive a pour issue sa victoire sur le Noir Ermite9, incarnation de l’Antéchrist. Perlesvaus mène une sainte vie au château du Graal où il s’est retiré. Mais un jour, une nef à la voile blanche et à la croix vermeille remplie d’une sainte compagnie vient le chercher au pied du château10. Le héros y monte en emportant le Graal ainsi que les corps de sa mère et du Roi Pêcheur, les reliques de Joseph et de Nicodème. Les aventures de Perlesvaus prennent fin sur ces paroles :

  • 11 Ibid., p. 408.

Josephes nos recorde que Perlesvaus s’en parti en tel maniere, ne onques puis ne sot nus hom terriens que il devint, ne li estoires n’en parole plus11.

Le bel endormi

7Nous proposons de revenir sur les différentes navigations du héros en tentant à la fois de dégager leur sens dans son parcours et de mettre en évidence des jeux de réécriture qui peuvent nous livrer quelques clés de lecture supplémentaires.

  • 12 Dans le lai de Guigemar, le héros, blessé par sa propre flèche au cours d’une chasse, monte dans u (...)
  • 13 La Queste del saint Graal, éd. A. Pauphilet, Paris, Champion, 1999 [1923] (CFMA 33), p. 275.

8La scène de l’arrivée de Perlesvaus dans une nef à Pennevoiseuse en évoque deux autres, mais elle semble les prendre à revers. En effet, Perlesvaus est tel Guigemar12 un bel endormi conduit par une embarcation magique ou pour le moins mystérieuse. Mais tandis que Guigemar est mené par une nef magique vers une dame-fée de l’Autre Monde, c’est inversement de l’au-delà que semble venir la nef de Perlesvaus, comme pour proclamer qu’il est de la même façon que le Christ un envoyé. Ce mystérieux au-delà, rétrospectivement, n’est pas sans faire songer à l’île aux Quatre Cors par l’intermédiaire de quelques indices : la présence du vieillard, l’ivoire de la table et l’or des chandeliers qui se trouvent dans la nef. Le sommeil de Perlesvaus est donc un sommeil mystique, qui s’apparente à celui de Galaad voguant vers Sarras dans la Quête13.

  • 14 The Continuations of the Old French Perceval of Chrétien de Troyes, éd. W. Roach, Philadelphia, 19 (...)
  • 15 Il semble difficile d’établir un rapport d’antériorité entre la Première Continuation et le Perles (...)
  • 16 J.-O. Signoret, Deo Gubernante. Navigations miraculeuses et miracles marins au Moyen Âge : l’union (...)
  • 17 The Continuations of the Old French Perceval of Chrétien de Troyes, op. cit., vol. 3 : The First C (...)
  • 18 J.-O. Signoret, Deo Gubernante, op. cit., p. 398. Pour ces exemples précis, voir p. 87-88 et 95 da (...)

9En ce qui concerne l’autre scène à laquelle fait songer l’arrivée de Perlesvaus à Pennevoiseuse, on peut parler de jeu de miroir. En effet, dans la dernière branche de la Première Continuation14, le corps d’un chevalier déposé dans une nef conduite par un cygne arrive de nuit sous les yeux d’Arthur, à Glomorgan15. La scène de la Première Continuation a sans doute été inspirée par le motif des nefs funèbres qui naviguent seules ou du transport miraculeux de reliques de l’hagiographie16. Mais le motif est en quelque sorte repaganisé : le chevalier est en effet un roi des îles tué par un ennemi et sa mère Brangespart est une fée qui règne sur une île merveilleuse17. La tonalité est celle des immrama, ces récits celtiques de voyages merveilleux qui chantent les délices de l’Autre Monde insulaire. Or dans Perlesvaus, la volonté de tendre vers le genre hagiographique semble maximale : le conducteur de la nef n’est pas un cygne mais un pieux vieillard ; Perlesvaus n’est pas étendu sur une couche luxueuse mais sur une table d’ivoire, que l’on peut comparer au discus de saint Martin ou du lépreux de saint Patrick18. Toutefois, le récit ne parvient pas à s’éloigner d’une tonalité féerique qui lui donne toute son ambiguïté.

De la Tour Vermeille à l’île aux Quatre Cors

  • 19 Navigatio sancti Brendani abbatis from Early Latin manuscripts, éd. C. Selmer, Notre Dame (Indiana (...)

10C’est la même chose en ce qui concerne la navigation de Perlesvaus depuis la Tour Vermeille. Elle commence de manière assez insolite : alors que Perlesvaus combattait des mécréants à bord de sa nef, celle-ci prend le large et le voyage commence. Ce dernier se présente comme un immram : ce type de récit de l’Irlande ancienne raconte les aventures maritimes d’un héros parti découvrir les merveilles de l’Océan. L’exemple le plus connu – et déjà très christianisé – en est la fameuse Navigation de saint Brendan19. Mais d’emblée, le voyage de Perlesvaus se présente comme la mise à exécution d’un dessein de la Providence. En effet, les formules indiquant que Dieu lui-même conduit la nef à bord de laquelle se trouve le héros abondent :

  • 20 Perlesvaus, op. cit., vol. 1, p. 387. C’est nous qui soulignons.
  • 21 Ibid., p. 391.

Perlesvaus esloigne la terre si que il ne voit se la mer non, e la nef s’en vet a grant esploit, e Damedex le conduit come celi qui le croit et aimme e sert de bon cuer. La nés a tant coru e par jor e par nuit, issi com a Deu plot, que il virent.i. chastel en.i. isle de mer20 […].
Li mariniers gouverne la nef, e Damediex les conduit e mainne. La nef s’en cort a grant esploit, quar ele avoit assez a corre, mes Damedex le faisoit tant esploitier com il voloit, qu’il savoit bien la bonté e la tres grant valor del laial chevalier qui dedenz estoit.
Diex a tant la nef e conduite e menee e jor e nuit que sa volenté fu atés qu’ele ariva en un isle ou il avoit.i. chastel molt ancien21 […].

  • 22 J. Holstein, « La peregrinatio pro Dei : la quête de l’idéal chez les saints irlandais et bretons  (...)
  • 23 Pour quelques exemples, voir B. Merdrignac, « Les navigations fabuleuses dans les Vies de saints b (...)
  • 24 Vie de saint Malo évêque d’Alet. Version écrite par le diacre Bili (fin du ixe siècle). Textes lat (...)
  • 25 Ibid., p. 73-79 (texte latin et traduction).

11C’est en somme le Deo Gubernante de l’hagiographie : le motif de la nef conduite par Dieu lui-même y est récurrent (dans l’hagiographie celtique notamment). Il est habituellement lié au thème de la peregrinatio22, lorsque le saint part en quête d’une terre d’exil où il puisse se consacrer à Dieu et éventuellement exercer une mission évangélisatrice23. En outre, l’hagiographie celtique a aussi exploité le genre de l’immram : saint Malo part par exemple pendant sept ans à la recherche de l’île d’Ima, incarnation du Paradis, mais cette quête reste vaine24. En compensation (semble-t-il), Malo a tout de même le privilège d’explorer une île où se trouve une fontaine merveilleuse et d’où il rapporte une ronce magique25. D’une certaine manière, Perlesvaus fait mieux que Malo, puisqu’il parvient sur l’île aux Quatre Cors, sorte de paradis chrétien à la mode celtique.

  • 26 Par exemple, un lieu pourtant situé dans l’espace terrestre est nommé l’île des Eléphants.

12Mais par la suite, la tonalité du récit change quelque peu, comme si ce dernier était tiraillé entre le récit hagiographique et le roman d’aventures. En effet, Perlesvaus est amené à secourir la veuve de l’un de ses oncles et ses enfants, aux prises avec Gohart de la Baleine. Cet épisode apparaît comme le symétrique de celui des vaux de Camaalot où Perlesvaus portait secours à sa mère et à sa sœur. D’une manière générale d’ailleurs, cette navigation apparaît comme le double concentré des aventures du chevalier dans l’espace terrestre : ce dernier n’a en effet cesse de parcourir les forêts et les illes – qui désignent dans ce contexte un lieu isolé – du Pays de Galles26. Ainsi, tous les châteaux et les lieux isolés qui jalonnent son parcours dessinent un espace « en archipel », au sein duquel le château du Graal apparaît comme le double terrestre de l’île aux Quatre Cors.

Le dernier voyage

  • 27 Perlesvaus, op. cit., vol. 1, p. 390.
  • 28 « La navigation de Bran fils de Fébal », trad. C.-J. Guyonvarc’h (d’après l’édition de A. G. van H (...)
  • 29 « L’aventure de Condle le beau », trad. C.-J. Guyonvarc’h (d’après le Lebor na hUidre, éd. Best-Be (...)

13L’ultime départ de Perlesvaus illustre de manière optimale la tension du récit entre le féerique et l’hagiographique. En effet, une nef blanche à la croix vermeille vient le chercher un jour alors qu’il s’est retiré au château du Graal, pour l’emmener définitivement vers une terre inconnue. La destination vers laquelle s’en va le héros n’est pas précisée mais avait été suggérée auparavant sur l’île aux Quatre Cors27 : il s’agirait de l’île d’Abondance. De toute évidence, cette scène constitue l’adaptation d’un genre de récit de l’Irlande ancienne, l’echtra, qui raconte l’incursion définitive ou temporaire d’un mortel dans l’Autre Monde, en général sur l’invitation d’un messager et surtout d’une messagère. On songe notamment à l’Echtra Brain28 et l’Echtra Conli29, qui évoquent le départ définitif d’un mortel invité ou emmené par une jeune femme sur une île bienheureuse.

  • 30 Vita sancti Albei archiepiscopi de Imlech, éd. C. Plummer, Vitae Sanctorum Hiberniae, Oxford, 1910 (...)
  • 31 J.-O. Signoret, Deo Gubernante, op. cit., p. 49.

14Or là encore, l’hagiographie a peut-être constitué un relais. En effet, la Vita d’Albe30, un saint gallois – comme Perlesvaus – du vie siècle raconte comment un bateau cuivré à l’intérieur duquel on entend chanter emmène le saint pendant plusieurs heures sur l’Océan, à la grande frayeur de ses disciples. Albe revient trois heures après avec un rameau à la main, qui laisse penser qu’il a visité le paradis. Mais comme le remarque Jean-Olivier Signoret, l’auteur « n’a fait aucun effort pour montrer le sens chrétien de l’aventure31 » et pour gommer le substrat païen qui est ici celui de l’echtra.

15Pour revenir au récit de Perlesvaus, ce dernier semble exactement comme dans la Vita d’Albe réutiliser le schéma de l’echtra en lui donnant une tonalité hagiographique :

  • à la musique envoûtante qui accompagne la messagère de l’Autre Monde se substitue le son d’un cor lors de l’arrivée de la nef à la croix vermeille ;
  • à la traditionnelle messagère de l’Autre Monde se substituent les hommes en blanc ;
  • à son bateau de verre se substitue la nef à la voile blanche et à la croix vermeille.

16Mais le seul nom de la destination de Perlesvaus – très probablement l’île d’Abondance – suffit à trahir la pieuse tonalité du récit et n’est sans doute pas prononcé pour cette raison. En effet, ce dernier se rapproche étrangement des îles ou des lieux bienheureux de la mythologie celtique : Plaine des Plaisirs, Terre des Jeunes, Terre des Femmes…

  • 32 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, Merlin, Les Premiers Faits du roi Arthur, sous la direct (...)

17Pour résumer, les navigations dans le Perlesvaus permettent de sacraliser le héros et de l’assimiler à la figure du Christ : la nef représente véritablement un instrument de sanctification. Toutefois, malgré sa tentative de conversion hagiographique, le récit ne peut éliminer tout à fait la féerie qui faisait partie du substrat qu’il exploite. On peut se demander ce qu’il en est pour le Joseph d’Arimathie32.

La mer, frontière entre Orient et Occident (Joseph d’Arimathie)

18Ce roman effectue un mouvement inverse de celui du Perlesvaus : il raconte le transfert du Graal d’Orient en Occident et l’évangélisation de la Grande-Bretagne constitue un aboutissement. Par définition, le monde marin qui représente le lieu de cette translation devait être crucial dans l’œuvre. Mais le récit ne se contente pas de raconter une bonne fois pour toutes une traversée mythique faite par des convertis qui transportent le Graal. Il démultiplie le récit de cette traversée, si bien qu’il y a autant de navigations qu’il y a de héros dans ce roman. La traversée vers la Grande-Bretagne est ainsi personnalisée ; par ailleurs, le récit exploite différents schémas narratifs pour raconter les unes et les autres.

Exils insulaires

  • 33 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 230.
  • 34 Ibid., p. 184.
  • 35 Ibid., p. 286.
  • 36 Label se trouve là suite à un naufrage : ibid., p. 287.

19En ce qui concerne les rois Nascien et Mordrain, anciennement Séraphe et Evalach, qui se sont convertis au christianisme par l’entremise de Josephé, la traversée jusqu’en Grande-Bretagne ne se fait pas d’une traite. On peut s’intéresser tout particulièrement à leurs itinéraires dont les débuts sont très parallèles, ainsi qu’au parcours de Célidoine, fils de Nascien. Suite à diverses péripéties, les trois personnages font tour à tour l’objet d’un enlèvement divin et sont posés chacun sur une île dans l’Océan : l’île Tournoyante pour Nascien33, la Roche de Port-Péril pour Mordrain34 et un rivage désert et hostile pour Célidoine35. Mais une première divergence apparaît : tandis que Mordrain et Nascien subissent des épreuves tout à fait parallèles, Célidoine fait figure d’apôtre puisqu’il convertit Label36, le roi des Perses à la religion chrétienne, d’ailleurs au grand mécontentement des compatriotes qui se trouvent avec lui.

  • 37 La Queste del saint Graal, op. cit., p. 98-99 (arrivée de la nef blanche) ; p. 104-105 (arrivée de (...)
  • 38 The Continuations of the Old French Perceval of Chrétien de Troyes, op. cit., vol. 5 : The Third C (...)

20Les épreuves subies par Mordrain et Nascien sont de nature physique mais aussi spirituelle : les personnages doivent faire face au doute et à la tentation du désespoir. La mer devient le terrain d’affrontement privilégié de Dieu et du diable. Des nefs surnaturelles, qui la sillonnent en tous sens, sont les armes de ce combat manichéen. En effet, à l’immobilité des personnages s’oppose l’agitation incessante de nefs surgissant à l’improviste, à bord desquelles se trouvent des messagers venus de l’au-delà pour les réconforter ou au contraire tenter de les perdre. Dans deux épisodes semblables de la Quête37 et de la Troisième Continuation38, Perceval voyait venir à lui une nef blanche avec à son bord un homme âgé qui le réconfortait, après avoir échappé de justesse au diabolique piège de la séduction tendu par la charmante occupante d’une nef toute en noir.

  • 39 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 185.
  • 40 L’Estoire del Saint Graal, op. cit., p. 197.
  • 41 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 187-188.
  • 42 L’Occident, par opposition à l’Orient, est ici connoté négativement, ce que renforce l’emploi du t (...)

21Le Joseph d’Arimathie démultiplie ces nefs qui s’opposent les unes aux autres par un jeu de contraste enfantin. Ainsi, une nef merveilleusement belle, avec un mât d’une blancheur de lis et à son bord un homme d’une grande beauté arrive jusqu’à Mordrain alors qu’il se désespère sur la Roche de Port-Péril39. La version longue du récit est plus éloquente encore : la nef vient d’Orient, elle est toute d’argent avec un mât d’or40. D’ailleurs, le luxe de cette nef occupée par Tout en Tout, messager divin, inquiète quelque peu Mordrain de prime abord. Il ne faudra pas moins que la vision d’une croix vermeille sur la voile blanche du bateau pour le rassurer. Cette nef est ensuite relayée par une autre toute noire41, venue devers galerne, c’est à dire d’Occident42, avec à son bord la plus belle dame qu’il ait jamais vue mais dont on devine les intentions perverses.

  • 43 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 278.
  • 44 Ibid., p. 368-369, p. 374, p. 378, p. 382.

22Nascien sur l’île Tournoyante et les messagers de Nascien sur l’île d’Hippocrate ne sont pas en reste. Nascien reçoit la visite d’un homme de grand âge dont la nacelle couverte de pierres précieuses, d’or et d’argent, rivalise avec celle de Tout en Tout43. Quant aux messagers, ils reçoivent la visite de deux nefs divines et deux nefs diaboliques44. Innovation, l’une des nefs diaboliques est gaste, conduite par un homme grant et merveillous de cors et espoentable a veoir. Le récit joue parfois avec les clichés qu’il exploite.

  • 45 Ibid., p. 281.

23Par l’intermédiaire de toutes ces nefs qui vont et viennent, la mer devient l’espace allégorique de la lutte qui oppose Bien et Mal. Cette interprétation est confirmée par un ermite qui déclare à Nascien que par la mer, il doit entendre le monde45.

La mer unificatrice

  • 46 Ibid., p. 319.
  • 47 J.-O. Signoret, Deo Gubernante, op. cit., p. 60-71 ; p. 252-261. Voir aussi M. E. Byrne, « On the (...)
  • 48 J.-R. Reinhard, « Setting adrift in mediaeval law and literature », PMLA 56 (Publications of the M (...)
  • 49 G. Milin, « La légende bretonne de sainte Azénor et les variantes médiévales du conte de la femme (...)
  • 50 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 320-321.
  • 51 Ibid., p. 321.
  • 52 Ibid., p. 325-326.
  • 53 Ibid., p. 384-385.

24Mais on peut se demander comment se soldent les aventures des uns et des autres. Les Perses mécontents du succès de Célidoine auprès de leur roi mettent ce dernier dans une embarcation aux côtés d’un lion46. Cette pratique paraît avoir un fondement historique et correspondait à une forme d’ordalie par la mer. Elle ressortait du domaine pénal47. Dans la littérature antique et médiévale, cela s’est traduit par le motif de l’exposition sur la mer48. Le motif de l’exposition d’un innocent apparaît dans de nombreux récits, comme en témoignent par exemple la légende de sainte Azénor et celle de la Manekine49. Dans le cas de Célidoine, le châtiment infâmant et cruel tourne à la gloire du jeune homme, puisque non seulement la bête ne lui fait aucun mal, mais encore la prestigieuse nef de Salomon vient se ranger contre la sienne afin qu’il y monte50. Cette nef se dirige ensuite jusqu’à l’île Tournoyante où Célidoine retrouve son père51. Puis les deux personnages rencontrent Mordrain en pleine mer, transporté lui aussi sur une nef merveilleuse52. Ils seront rejoints un peu plus tard par les messagers de Nascien, qui sont pour leur part montés dans la nef au lion précédemment abandonnée par Célidoine53.

  • 54 M. Szkilnik, L’archipel du Graal : étude sur l’Estoire del saint Graal, Genève, Droz, 1991, p. 56.
  • 55 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 388-389.

25Les nefs de Dieu sont selon l’expression de Michelle Szkilnik54 de véritables « ponts mobiles » qui permettent d’unifier l’espace et rassemblent la communauté dispersée ou encore, ce sont au sens propre et figuré des navettes, qui renouent ensemble les fils du texte… pour mieux les dénouer. En effet, un rebondissement se produit. Alors que les personnages s’apprêtent à rejoindre l’Orient, une nacelle avec à son bord un vieil homme arrive à toute vitesse pour prendre Célidoine et l’emmener directement en Grande-Bretagne55. Cette dernière divergence entre l’itinéraire du jeune homme et celui de Nascien et de Mordrain met en évidence sa perfection, qui lui permet d’aller droit au but.

  • 56 Ibid., p. 457. La tempête est due à la présence d’un personnage qui s’est parjuré, le châtelain de (...)

26Les faux-départs de Mordrain et de Nascien, tout en marquant leur élection divine, mettent l’accent sur la nécessité d’une initiation, d’un perfectionnement spirituel. Ainsi Mordrain et Nascien reviennent en Orient. Mais c’est pour mieux repartir. Chacun des personnages reçoit en effet un appel divin lorsqu’il est temps de faire la traversée vers la Grande-Bretagne. Tandis que Mordrain monte à bord d’une nef avec de nombreux compagnons et doit essuyer une tempête56, Nascien effectue seul pendant de nombreux mois un véritable immram, dont les aventures restent toutefois elliptiques :

  • 57 Ibid., p. 422. Cette navigation fait songer à celle de Lancelot jusqu’à Corbénic dans la Quête. Vo (...)

Et Nasciens qui tous seus fu remés erra toutes voies ensi come aventure le menoit, et ensi erra tout l’iver tresques a l’entree de l’esté tant que a un soir arriva si come a Dieu plot a un port entour mienuit57 […].

  • 58 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 422-425.

27Le narrateur semble sous-entendre par là que ce n’est plus la séduction de l’étrange qui prime mais que la vocation de cet immram est purement spirituelle. Au terme de cette errance maritime, le voyage s’accélère à l’image de ce qui se produit dans les immrama sur la fin du périple. Nascien, qui retrouve des compagnons de Josephé sur un rivage d’Orient, fait la traversée jusqu’en Grande-Bretagne en une nuit58.

Miracles marins

  • 59 Ibid., p. 210-211 (apparition de Saluste à Mordrain) ; p. 387 (apparition d’Hermoine à Nascien, Mo (...)

28Le récit reprend donc des schémas narratifs pré-chrétiens qu’il utilise séparément ou qu’il combine selon les besoins dans des perspectives religieuses et édifiantes. Toutefois, les plus saints ne naviguent pas… mais marchent sur les eaux. C’est le cas des ermites Saluste et Hermoine qui apparaissent en pleine mer aux personnages59, mais c’est aussi le cas des porteurs du Graal, compagnons de Josephé, lorsqu’ils se rendent d’Orient en Occident dans la nuit de Pâques :

  • 60 Ibid., p. 417.

Et cil se metent tout maintenant en la mer sans paour et sans doutance, et conmencent a aler par desor l’aigue tout ausi come se ce fust a plainne terre, et portoient tout adés par devant aus le Saint Graal60.

  • 61 M. Szkilnik, L’archipel du Graal, op. cit., p. 49-50.

29Le Graal, appelé escuele jusque là, est aussi dénommé dans cet épisode Saint Vaissel. Cette dénomination est riche de sens, car elle signifie que c’est par la force de cet objet divin que ceux qui le portent sont soutenus sur l’eau61. C’est pourquoi en arrivant, Josephé et ses compagnons n’ont trouvé ne nef ne galie et que Josephé a spécifié que les plus vertueux n’en auraient pas besoin :

  • 62 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 415-416. Dans la suite de son propos, Josep (...)

Li autre ont tous jours lor cuers envers Notre Signour […] ; cil passeront voirement sans nef et sans aviron ; et les soustenra la mer62.

  • 63 En réalité cent quarante-huit, car deux personnages qui s’apprêtent à rejoindre les autres coulent (...)
  • 64 J.-O. Signoret, Deo Gubernante, op. cit., p. 76-82. On peut aussi évoquer l’exemple de saint Albe (...)

30Quant à Josephé, il fait la traversée avec son père Joseph et cent cinquante élus63 sur le pan – giron – d’une chemise. Cette traversée a bien sûr des résonances bibliques, mais en outre, le motif de la traversée sur manteau apparaît à plusieurs reprises dans l’hagiographie celtique et méditerranéenne64.

  • 65 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 34-35.
  • 66 Ibid., p. 518-519.

31Il faudrait évoquer a contrario les navigations de deux autres personnages qui exploitent le motif archaïque de l’exposition sur la mer avec des perspectives différentes. La première est celle de Caïphe et correspond à un châtiment. En effet ce dernier, pour avoir emprisonné Joseph, est mis dans un bateau et confié au jugement divin65. Il disparaît dans les abîmes du monde marin et du récit. Un autre personnage, Pierre, malade d’une blessure, se fait déposer dans une barque afin que Dieu décide de son sort66. Son Iseut sera la fille du roi Orcauz, qui le cache et le guérit à l’insu de son père et qu’il finit par épouser. Il fallait que le voyage au pays de la fée véhiculé par le mythe tristanien ou le récit de Guigemar fût encore plein d’attraits pour que l’auteur d’un récit si édifiant cède à une telle dérive.

32Dans le Perlesvaus, les navigations confirment si besoin était la sainteté du héros et correspondent toujours à la manifestation des desseins de la Providence à son égard. C’est pourquoi les moments charnières de sa vie sont toujours associés à un voyage maritime à bord d’une nef guidée par la main divine. Toutefois, ces navigations ne se déparent pas d’une aura de féerie et ces épisodes mystiques reviennent toujours aux rivages du merveilleux. En ce qui concerne le Joseph d’Arimathie, aucune navigation n’échappe au regard divin non plus. Le voyage maritime est toujours abandon à Dieu, forcé ou librement consenti. Mais le récit se concentre davantage sur les outils de ces déplacements, à savoir les nefs, que sur les voyages en soi. C’est pourquoi les nefs se démultiplient dans le roman et quadrillent l’espace maritime : elles représentent le moyen par lequel les personnages s’abandonnent à Dieu ou reçoivent des révélations. C’est grâce à elles que les personnages se retrouvent ou que viennent à eux les émissaires de l’au-delà. Mais la nef n’est pas le seul instrument de traversée dans le roman, le suprême privilège étant la marche sur les eaux, à moins d’employer un moyen tout à fait inattendu comme le pan d’une chemise. Le Joseph d’Arimathie semble réussir la conversion du merveilleux en miraculeux et établir dans le sillage de la Quête le genre du roman hagiographique. C’est ensuite au lecteur de décider si aux rives de l’hagiographie, il préfère retourner ou pas vers celles que n’a pas tout à fait quittées le Perlesvaus : celle des fées et des îles bienheureuses.

Notes

1 Le Haut Livre du Graal : Perlesvaus, éd. W. Nitze et T. A. Jenkins, The University of Chicago Press, Chicago, 1932-1937, 2 vol. Nous abrégerons le titre sous la forme Perlesvaus.

2 Ibid., vol. 1, p. 176-180.

3 Gauvain, parti à la recherche du héros, l’apprend par un ermite, p. 187-188.

4 Perlesvaus, op. cit., vol. 1, p. 183-184.

5 Trois demoiselles viennent à la cour d’Arthur le jour de la saint Jean pour y déposer le bouclier et le petit chien et l’une d’elles fait cette prédiction, p. 48-49.

6 Perlesvaus, op. cit., vol. 1, p. 369 sq.

7 Ibid., p. 387-398.

8 Ibid., p. 387-391. L’île n’est pas nommée comme telle dans le récit, mais à chacun des angles de la tour du château situé sur l’île se trouve un homme avec une trompette d’airain. Sur cette île, Perlesvaus apprend qu’il est destiné à devenir le roi de l’île d’Abondance.

9 Ibid., p. 401-402.

10 Ibid., p. 408.

11 Ibid., p. 408.

12 Dans le lai de Guigemar, le héros, blessé par sa propre flèche au cours d’une chasse, monte dans une nef magique et s’endort pendant le trajet : Le lai de Guigemar par Marie de France, les Lais, éd. J. Rychner, Paris, Champion, 1978 [1966] (CFMA 93), v. 150-203.

13 La Queste del saint Graal, éd. A. Pauphilet, Paris, Champion, 1999 [1923] (CFMA 33), p. 275.

14 The Continuations of the Old French Perceval of Chrétien de Troyes, éd. W. Roach, Philadelphia, 1949-1983, vol. 3 : The First Continuation (ms. L), v. 8326-8402.

15 Il semble difficile d’établir un rapport d’antériorité entre la Première Continuation et le Perlesvaus, dont les dates sont très proches mais avec une marge d’incertitude. En s’appuyant sur une comparaison entre ces deux scènes, Nitze penchait pour l’antériorité de la Première Continuation : Perlesvaus, op. cit., vol. 2, p. 92-95. C’est donc l’auteur de Perlesvaus qui aurait réécrit la scène de la Première Continuation.

16 J.-O. Signoret, Deo Gubernante. Navigations miraculeuses et miracles marins au Moyen Âge : l’union des cultures païennes et chrétiennes. Thèse de Lettres Modernes présentée à l’Université de Paris-Sorbonne en avril 2000, diffusion Presses Universitaires du Septentrion, p. 262-280 et p. 451-452.

17 The Continuations of the Old French Perceval of Chrétien de Troyes, op. cit., vol. 3 : The First Continuation, (ms. L), v. 9329-9348.

18 J.-O. Signoret, Deo Gubernante, op. cit., p. 398. Pour ces exemples précis, voir p. 87-88 et 95 dans le même ouvrage.

19 Navigatio sancti Brendani abbatis from Early Latin manuscripts, éd. C. Selmer, Notre Dame (Indiana), University of Notre Dame Press, 1959.

20 Perlesvaus, op. cit., vol. 1, p. 387. C’est nous qui soulignons.

21 Ibid., p. 391.

22 J. Holstein, « La peregrinatio pro Dei : la quête de l’idéal chez les saints irlandais et bretons », Irlande et Bretagne. Vingt siècles d’histoire. Actes du colloque de Rennes (29-31 mars 1993), Rennes, Terre de Brume Éditions, 1994, p. 57-63.

23 Pour quelques exemples, voir B. Merdrignac, « Les navigations fabuleuses dans les Vies de saints bretons », Saint Mathieu de Fine-Terre à travers les âges, Actes du colloque des 23 et 24 septembre 1994, éd. B. Tanguy et M.-C. Cloître, Brest, 1995, p. 75-92.

24 Vie de saint Malo évêque d’Alet. Version écrite par le diacre Bili (fin du ixe siècle). Textes latin et anglo-saxon avec traductions françaises, éd. G. Leduc, Les Dossiers du CeRAA, n° B, 1979, p. 63-85 (texte latin et traduction).

25 Ibid., p. 73-79 (texte latin et traduction).

26 Par exemple, un lieu pourtant situé dans l’espace terrestre est nommé l’île des Eléphants.

27 Perlesvaus, op. cit., vol. 1, p. 390.

28 « La navigation de Bran fils de Fébal », trad. C.-J. Guyonvarc’h (d’après l’édition de A. G. van Hamel, p. 9-19), Ogam 9, 1957, p. 304-309.

29 « L’aventure de Condle le beau », trad. C.-J. Guyonvarc’h (d’après le Lebor na hUidre, éd. Best-Bergin, f° 120a, 3 ; 120b, 26, p. 302-304), Les Druides, 4e édition, Rennes, Ouest-France, 1986, p. 284-285.

30 Vita sancti Albei archiepiscopi de Imlech, éd. C. Plummer, Vitae Sanctorum Hiberniae, Oxford, 1910, vol. 2, p. 63.

31 J.-O. Signoret, Deo Gubernante, op. cit., p. 49.

32 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, Merlin, Les Premiers Faits du roi Arthur, sous la direction de Philippe Walter, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2001. Cette édition correspond à la version courte du texte (manuscrit de Bonn). La version longue a été éditée par J.-P. Ponceau d’après deux autres manuscrits : L’Estoire del Saint Graal, Paris, Champion, 1997, 2 tomes.

33 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 230.

34 Ibid., p. 184.

35 Ibid., p. 286.

36 Label se trouve là suite à un naufrage : ibid., p. 287.

37 La Queste del saint Graal, op. cit., p. 98-99 (arrivée de la nef blanche) ; p. 104-105 (arrivée de la nef noire) ; p. 112 (retour de la nef blanche).

38 The Continuations of the Old French Perceval of Chrétien de Troyes, op. cit., vol. 5 : The Third Continuation by Manessier, v. 38227-38238.

39 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 185.

40 L’Estoire del Saint Graal, op. cit., p. 197.

41 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 187-188.

42 L’Occident, par opposition à l’Orient, est ici connoté négativement, ce que renforce l’emploi du terme galerne, qui désigne un vent mauvais. Il faut en outre indiquer que l’Ouest est la direction du Paradis dans la tradition celtique, ce dernier s’apparentant à une terre où vivent des femmes. Le récit prend donc cette tradition à contre-pied : l’Occident et ce qui en provient est diabolisé.

43 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 278.

44 Ibid., p. 368-369, p. 374, p. 378, p. 382.

45 Ibid., p. 281.

46 Ibid., p. 319.

47 J.-O. Signoret, Deo Gubernante, op. cit., p. 60-71 ; p. 252-261. Voir aussi M. E. Byrne, « On the punishment on sending adrift », Eriu 11, 1932, p. 97-102.

48 J.-R. Reinhard, « Setting adrift in mediaeval law and literature », PMLA 56 (Publications of the Modern Language Association of America), 1941, p. 33-68.

49 G. Milin, « La légende bretonne de sainte Azénor et les variantes médiévales du conte de la femme calomniée : éléments pour une archéologie du motif du bateau sans voile et sans rame », MSHAB 67 (Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne), 1990, p. 303-320.

50 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 320-321.

51 Ibid., p. 321.

52 Ibid., p. 325-326.

53 Ibid., p. 384-385.

54 M. Szkilnik, L’archipel du Graal : étude sur l’Estoire del saint Graal, Genève, Droz, 1991, p. 56.

55 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 388-389.

56 Ibid., p. 457. La tempête est due à la présence d’un personnage qui s’est parjuré, le châtelain de la Colombe.

57 Ibid., p. 422. Cette navigation fait songer à celle de Lancelot jusqu’à Corbénic dans la Quête. Voir La Queste del saint Graal, op. cit., p. 246-253.

58 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 422-425.

59 Ibid., p. 210-211 (apparition de Saluste à Mordrain) ; p. 387 (apparition d’Hermoine à Nascien, Mordrain, Célidoine et les messagers dans la nef).

60 Ibid., p. 417.

61 M. Szkilnik, L’archipel du Graal, op. cit., p. 49-50.

62 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 415-416. Dans la suite de son propos, Josephé fait comme l’ermite rencontré par Nascien la comparaison entre la mer et le monde.

63 En réalité cent quarante-huit, car deux personnages qui s’apprêtent à rejoindre les autres coulent dans l’eau, signe de leur manque de foi.

64 J.-O. Signoret, Deo Gubernante, op. cit., p. 76-82. On peut aussi évoquer l’exemple de saint Albe qui se rend en Gaule sur son manteau, n’ayant trouvé d’autre moyen : Vita sancti Albei archiepiscopi de Imlech, op. cit., § 4, p. 48.

65 Le Livre du Graal I : Joseph d’Arimathie, op. cit., p. 34-35.

66 Ibid., p. 518-519.

Auteur

Université Stendhal – Grenoble III

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540