Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Face à la mer, le champ aride des Aymerides : la mer dans la Chanson de Guillaume

Valérie Naudet

Texte intégral

1Plus et mieux que n’importe quel autre héros épique, Guillaume est l’homme des marches, régions du « regne » dangereuses parce qu’au contact direct de l’ennemi sarrasin sur lequel elles n’ont été que récemment conquises. Le cycle d’Orange chante inlassablement cette lutte de tous les instants : à chaque avancée des Aymerides répond une contre-attaque des Sarrasins. Sous les rayons ardents du soleil, les hommes combattent pour ces terres arides.

  • 1 C’est ainsi que dans la Chevalerie Vivien, le héros et ses hommes sont avertis de l’approche par l (...)

2Ces marches défendues pied à pied sont bordées de côtes aisément accessibles par mer. Qu’il s’agisse de la Méditerranée ou de l’Atlantique, les trouvères ne le précisent pas. Peu importe la précision géographique d’ailleurs, il suffit que les bateaux accostent et que l’ennemi débarque. Dans tout le cycle d’Orange1, la mer amène les envahisseurs, sans que la réciproque soit vraie : jamais les Aymerides ne s’embarquent pour porter le combat en terre « estrange ». Le vecteur est à sens unique et la mer reste le domaine exclusif et dangereux des Sarrasins. Seule l’eau douce, source de vie, est favorable aux chrétiens.

  • 2 Toutes nos citations et nos références renvoient à l’édition-traduction de Fr. Suard, Paris, Borda (...)

3Le plus ancien poème du cycle, la Chanson de Guillaume met déjà en place cette représentation. Il faut y reprendre aux Sarrasins débarqués de la mer des terres à peine (re)conquises et pour Guillaume, même à trois cent cinquante ans passés2 (v. 1334-1335), il ne saurait être question de repos ni de paix dans Orange ou Barcelone. Face à la mer, la lutte est âpre et constante pour tenir les terres reprises, car sans cesse les flots amènent des hordes de païens. Il s’agira de voir comment la Chanson pour dire ce danger perpétuel, construit grâce à l’élément marin la figure collective des ennemis et donc par ricochet celle des Aymerides et en particulier celle de Rainouart.

4Pour le trouvère du Guillaume, le monde sarrasin est avant tout marin. Surgissant des ondes, les païens forment un flot que rien, ou presque, ne peut endiguer.

5Mais si les armes brillent au soleil, si leurs destriers sont richement harnachés, ce qui fait qu’ils sont de redoutables guerriers, c’est leur maîtrise de la navigation. C’est, en effet, par la mer qu’ils arrivent sur les terres chrétiennes et ils prendront soin de ne jamais vraiment s’éloigner de leur lieu d’accostage, comme si leurs forces leur venaient du contact avec l’eau. Dès l’ouverture du chant, leur force guerrière apparaît liée à la mer plutôt qu’à l’occupation de terres ou de villes fortes ; elle est ce qui fait d’eux non des hommes, appartenant à une civilisation, une religion ou une famille, mais des soldats. Ainsi Cordres est-elle à peine nommée et l’armée sarrasine n’est pas composée d’échelles à cheval sur terre, mais de bateaux couvrant la mer :

  • 3 Ce toponyme a fait l’objet de discussions entre critiques (Gironde le fleuve ou Gérone la ville ?) (...)

Reis Deramed, il est issu de Cordres,
En halte mer en ad mise la flote ;
Amund Girunde3 en est venu par force.
(v. 12-15)

6Ces vers seront répétés dans deux reprises épiques fondant le chant sur le départ de cette flotte. Si tout est parti de la mer, tout y revient, une fois les terres razziées, les sanctuaires violés et les hommes vaincus. L’aboutissement des ravages sarrasins, qui à partir des marches menacent l’intérieur du royaume, ce sont les « barges » ennemies (v. 967), le lieu de la captivité des chevaliers francs.

7La chanson insiste sur le rôle des bateaux, à la fois moyen de transport, armurerie et prison. Ils sont le lieu, clos, secret, interdit au regard des Francs (seuls les captifs, puis Rainouart y entrent), où les Sarrasins puisent leur force : entre deux batailles, ils en sortent de quoi manger (CXIV) ; surpris par Guillaume, ils y courent pour s’armer :

Cil crient « Muntjoie ! », si vont od els juster.
Mais li paien nel poieient endurer,
Car il n’unt armes pur lur cors garder ;
Coillent fuie vers la grant eve de mer,
Saillent as salandres e a barges e as niefs,
Pernent lur armes, si sunt conreiez.
(v. 1102-1107)

8Loin de la rive, hors des bateaux, la vulnérabilité des hommes, incapables d’« endurer ». Mais que « la grant eve de mer » les accueille et les voici « conreiez ». Dans les cales des « salandres, barges et niefs », les hommes deviennent des guerriers. C’est le creuset de la transformation. Il agit d’ailleurs à l’inverse pour les chrétiens : des chevaliers combattaient à terre, ce sont des vaincus, enchaînés et humiliés que l’on traîne à fond de cale :

Estreit les unt liëz Sarazins e Persant,
Veant le cunte les meinent as chalans,
Que unques de rien ne lur poet estre garant.
(v. 1724-1726)

9En fait se dessine autour des bateaux et sur la rive une géographie propre au poème. L’eau est très souvent celle de la haute mer (v. 13, 39, 1701…) ou la « grant eve de mer » (v. 1105). Il n’y a pas pour notre trouvère de plage en pente douce, d’eau peu profonde. On passe directement de la haute mer à la terre. Avant la « terre certeine » (v. 229 et passim), celle qui est stable sous les pieds des hommes et les sabots des chevaux, celle sur laquelle on combat et que l’on défend, se dégage un espace intermédiaire, le « graver ». Apparenté à la mer, il est le lieu où les Sarrasins prennent le pas sur les chrétiens : ils y traînent de force jusqu’à leurs bateaux les chevaliers captifs, Guillaume y sera désarçonné et sérieusement menacé (v. 1813-1815) ; Vivien y perdra la vie (v. 855 et 925). Mais cette mince frange de sable mouillé n’est pas un lieu complètement sûr, même pour ces gens de mer que sont les païens. Attendent-ils un vent favorable pour repartir, leurs forfaits accomplis ? Ils cherchent un endroit agréable pour se restaurer et évitent la plage :

Mais les demeines e les seignurs e les pers
Tere certeine alerent esgarder,
Une grant liwe lez le graver de la mer.
(v. 1095-1097)

10Le « graver », dont l’hétérogénéité dit au Moyen Âge le caractère néfaste, ne saurait être autre chose qu’un lieu de passage, une frontière que l’on franchit, dans les deux sens lorsque l’on est Sarrasin, et non un lieu où l’on s’installe. La franchir, quand on est chrétien, est impossible de son plein gré : c’est signe de défaite et de déshonneur pour les chevaliers que les païens emmènent en captivité.

  • 4 On ne la trouve que cinq fois (et jamais prise en charge par le narrateur) : trois fois dans la bo (...)

11Cependant l’affinité des païens avec l’immensité salée est telle qu’ils en sont presque le prolongement, ils incarnent le monde marin. Significativement l’expression « paiens d’ultre la mer », si fréquente dans la chanson de geste, n’est que peu employée dans le Guillaume4. De fait, indiquant que la « gent averse » est bien d’une terre, située au-delà des mers, elle empêche une véritable assimilation entre ce peuple et l’eau. Car ils sont l’eau, montante et envahissante, recouvrant les terres, noyant hommes et paysages :

Garde Tedbald vers la lasse de mer,
Vit la coverte de barges e de nefs,
E de salandres e granz eschiez ferrez ;
Mire le ciel, ne pot terre esgarder.
(v. 185-188)

  • 5 Même les guerriers sarrasins ne contestent pas la prééminence de Dieu. Ce qu’ils remettent en caus (...)

12Tout est conquis, la terre a disparu, dérobée aux regards par la multitude des embarcations. Il ne reste plus que le ciel, dernier espace inviolé car inviolable5. Jolie manière de dire peut-être que c’est du ciel seul, et non de ceux qui peuplent la terre, que peut venir le secours face à un telle vague ennemie. Un autre indice signale le lien entre la mer et les païens. Leurs demeures sont leurs bateaux, ce qui leur permet d’être au plus près de cet élément dont ils tirent leur force, dont ils nourrissent leurs vies. L’imbécile qu’est Tiébaut de Bourges, certes, se trompe en prenant les enseignes flottant en haut des mâts pour celles d’un campement de tentes, mais il n’en énonce pas moins une vérité :

Tedbald garde es haltes eigues ;
De vint mil niefs i ad veü les vernes.
Ço dist Tedbalt : « Ore vei jo lur herberges ! »
(v. 150-152)

  • 6 Pour une approche complète des différentes théories qui ont vu le jour au sujet de ce toponyme, on (...)

13Ne vont-ils pas jusqu’à changer la terre en mer, comme l’indique le nouveau toponyme du champ de bataille ? Depuis les études de Rita Lejeune6, on sait que Larchamp doit être la contraction de l’expression « l’are champ » (< aridus campus), le champ aride, brûlé à la chaleur de l’été. Tant que les Sarrasins n’y ont pas fait leur œuvre de mort, le théâtre des combats est appelé « Larchamp » (ou « Archamp ») et même au vers 725 « Archamp sur erbe ». Le champ, campagne ou terrain agricole, fait partie du monde terrien. Mais dès que l’avantage bascule du côté païen, dès que Vivien est touché à mort, alors le lieu est immédiatement rebaptisé en « Larchamp sur mer » (v. 833). C’est l’agonisant lui-même qui reconnaît par ce changement de nom le changement de nature du champ : il s’agit désormais d’une terre sarrasine, marquée par la mer. La précision marine, « sur mer », associe l’endroit aux Sarrasins : ils ont vaincu, les Francs et la terre, la mer a gagné, y compris dans le langage.

  • 7 Sur le sujet, voir l’étude de D. Collomp, « Vue sur le cycle d’Orange : être à la fenêtre, du moti (...)
  • 8 Le lien entre la terre et l’homme est tissé dès la Genèse (2,17) et explicité, entre autres, par I (...)

14Face à la mer, face à ces hommes de l’eau, la chanson présente les Aymerides en fils de la terre. Tout en eux, leur acharnement à la conquérir et la défendre, leur façon de l’intégrer à leur propre nom, cette prédilection qu’ils ont pour les situations en hauteur d’où ils peuvent l’embrasser d’un regard jaloux7, rappelle le lien, étymologique selon le Moyen Âge8, qui unit l’homme à cet élément terrien dont il a été pétri. Guillaume, figure emblématique du lignage, révèle même une sorte d’exacerbation de ce lien : vide-t-il les étriers sous les coups ennemis sur ce « graver », infranchissable et même mortifère ?

15La terre qui le compose se creuse alors, l’enveloppant comme pour amortir le choc de la chute :

Encuntre terre mistrent le chevaler,
Tote la forme repert el graver.
(v. 1812-1813)

16Ces guerriers chtoniens, confrontés à l’eau sarrasine, insinuante, corrosive ou déferlante, ne peuvent rester indemnes : la mer n’est pas un adversaire contre lequel on lutte efficacement.

  • 9 Voir les laisses CLXXIV et CCIV de la Chanson de Roland, éd. C. Segre, Genève, Droz, 2003.
  • 10 Sur les deux versions de la mort de Vivien, on se reportera à J. Frappier, Les Chansons de geste d (...)

17La nature même de leur ennemie explique qu’une bonne partie des batailles des Aymerides se déroule à proximité des côtes : le péril sarrasin c’est avant tout le péril des rivages pour Guillaume et les siens. Ainsi à Girart venu lui demander au nom d’un Vivien épuisé de l’aide à Larchamp sur mer, le héros « au corb nez » oppose la fatigue qui est la sienne à la suite d’une récente bataille à « Burdele sur mer » (v. 1018). Et lorsque Vivien, comprenant qu’il va mourir, tourne son regard sur ce qu’a été sa vie, ce qui lui vient à l’esprit, c’est la prise d’un « grant port al rivage de mer » (v. 652) ou la mort d’un certain « Tedbalt l’esturman » (v. 668 et 676) dont le titre, marin (« le timonier »), contient tout ce que l’on saura du personnage. Mais bien plus que les ports de jadis, ce sont les rivages de Larchamp qui seront fatals au jeune homme. Ce parfait chevalier, incarnant à l’image d’un Roland un héros solaire, ne pourra résister à la force de la vague sarrasine, s’écroulant sous le nombre des ennemis. Symboliquement, le lieu de sa chute sera ce fameux « graver » (v. 855 et 925), cette frange de sable imprégnée d’eau et de sel. Fidèle à son serment de ne jamais reculer dans une bataille, il va mourir au plus près de l’élément ennemi, avancée supplémentaire pour un ultime défi. Mais il ne connaît pas, dans la première partie du poème, la mort glorieuse et « cunquerant9 » de Roland à qui il est donné de mettre en scène son trépas. Vivien meurt fauché en pleine action, se débattant jusqu’au bout contre des adversaires de plus en plus nombreux. Ceux-ci ne s’y méprendront pas : les derniers pas du chevalier sur la grève sont une intrusion dans leur domaine propre. En effet, s’ils emportent la dépouille à l’écart, « car il ne voldreient qu’il fust trové de crestiens » (v. 928), ne faut-il pas plutôt voir dans cette hâtive expulsion, leur volonté de rendre ce territoire qui est le leur vierge de toute présence adverse ? Ce faisant, inconsciemment, ils rendent Vivien à la poussière dont il était sorti, le déposant à même la terre, au pied d’un arbre dont les racines profondément enfouies dans le sol assurent au corps du héros un lien avec cet élément matrice, tandis que la ramure, embrassant les cieux, guide son âme vers son Créateur. Le rapiéçage grossier de l’unique manuscrit à nous avoir transmis la Chanson de Guillaume permet à Vivien de connaître une seconde fin10. C’est un agonisant et non un cadavre que les païens ont éloigné de leurs nefs et ils l’ont déposé

… sur un estanc,
A la funteine dont li duit sunt bruiant,
Desuz la foille d’un oliver mult grant.
(v. 1988-1990)

18Toujours l’arbre, mais dont l’essence est désormais précisée, car en l’occurrence évocatrice de paix et de sérénité et surtout le sentier poudroyant a cédé la place aux eaux douces de l’étang et de la source murmurante, comme s’il avait fallu, dans un mouvement apaisant après les horreurs sans complaisance du premier poème, éliminer les brûlures dues au sel marin, morsures de la mer sur les blessures ouvertes. Vivien n’est finalement pas mort sur le rivage, léché par les vagues marines, il a pu rejoindre, in extremis, les eaux pures, celles du repos, irrigant les frais pâturages du Seigneur.

  • 11 Péché stigmatisé dans l’une des injures les plus fréquemment lancées aux païens : gloton.
  • 12 Voir le pain de la communion apporté par Guillaume dans la seconde partie du poème (v. 2049-2050).

19Outre les Sarrasins venus du large, les chevaliers chrétiens ont à endurer de la mer un autre danger, moins visible car sournois et insinuant. L’eau de mer est corruptrice, grignotant peu à peu les êtres et les choses au point de les dénaturer ou de les empoisonner. Ainsi en est-il de Tiébaud de Bourges. Par deux fois, Vivien le qualifie de comte « mult honuré des meillurs homes de rivages de mer » (v. 51-52 et 169-170). Cela pourrait faire du personnage un « marchis » à l’instar de Guillaume. Mais il semblerait que la trop grande proximité des étendues marines (et tant pis pour la géographie physique !) ait irrémédiablement entamé son honneur chevaleresque : entre gourmandise11 (son ivrognerie en est un indice certain) et orgueil, vantardise et couardise, il ne reste plus rien de digne d’un chevalier franc. Comme rongé par l’atmosphère délétère des rivages qu’il hante, Tiébaud n’est plus qu’une armure vide : Girart a beau jeu de le dépouiller de ses armes (XXX) pour rejoindre les combats. La connivence de Tiébaut avec la mer l’oppose à Vivien qui ne tolère que l’eau la plus pure, la nourriture la plus sainte12. C’est pourquoi, malgré la soif qui est la sienne durant son interminable agonie, le héros ne peut garder ce qu’il n’a pu s’empêcher de boire, « l’eve salee del gué » (v. 852-853) sourdant d’une « roche ben prof de la mer » (v. 848). Autant que l’eau sale et salée, Vivien vomit cette parcelle du monde sarrasin qu’il a ingérée, refusant ainsi toute corruption, même dans ces moments de faiblesse qui précèdent la mort. Il mourra certes de cette rencontre avec l’ennemi, mais en vrai chevalier, des blessures reçues dans le combat et non d’un sournois empoisonnement.

20Pourtant, autour de lui, tout semble touché par l’action corrosive de l’eau de mer dont le sel, autant que la chaleur de ce jour d’été, a joué un rôle destructeur.

21L’eau de mer dessèche autant qu’elle mouille. La dessiccation saline a rendu Larchamp sur mer foncièrement inhospitalier pour les chrétiens : ils n’y trouvent rien de ce qui est nécessaire à la vie, eau pure et nourriture. Vivien (v. 838-841), mais aussi Girart (v. 709-713) et plus tard Guiot (CXVI et CXVII) souffrent de la faim et de la soif au point de ne plus pouvoir assumer leur rôle de chevalier et continuer le combat. On verra donc Girart jeter l’une après l’autre les pièces de son armure pour compenser la faiblesse qui le prend (LIX à LXIII) ou Guillaume cesser un temps de se battre pour trouver de quoi sustenter le petit Gui (CXVII). « Deus, que ore n’ad pain e vin Willame », se demande le poète au vers 1760. La réponse tient dans le fait que sur « l’are champ » rien ne pousse. Seuls les Sarrasins, plus à l’aise que les chrétiens dans cet univers de bord de mer, s’avèrent capables de survivre comme en témoigne le repas qu’ils organisent en attendant que le vent tourne pour repartir (v. 1689 et 1770-1774). Cela suffit à confirmer que la sécheresse de Larchamp est bien un effet du monde marin : elle est défavorable aux chrétiens mais favorable aux païens.

22Quand tout, les êtres et les choses, les hommes et la nature, se ligue contre un lignage, fût-il celui des Aymerides, on comprend que rien ne puisse y faire ; Vivien essuie donc une défaite, puis Guillaume deux autres et les Sarrasins sont toujours là. Pour venir à bout de ce fléau, il faudra l’intervention d’un personnage fondamentalement différent de Guillaume et de ses neveux, Rainouart au tinel.

23La seconde partie de la Chanson de Guillaume est presque entièrement centrée sur Rainouart, chantant l’émergence d’un héros d’un nouveau type à travers lui. D’emblée le jeune géant apparaît comme un personnage de l’entredeux, appartenant par sa naissance et ses origines au monde païen, mais au monde chrétien par sa volonté profonde. La chanson présente un héros en cours de qualification, à la frontière entre l’univers païen dont il vient et celui de la vraie foi auquel il aspire. C’est dire sa nature double, mêlant des éléments de l’un et l’autre monde. C’est dire aussi que son rapport à la mer ne saurait être le même que celui des Aymerides.

  • 13 C’est un coup de vent, aussi violent que providentiel, qui arrache l’embarcation au rivage et l’en (...)
  • 14 La violence de ce premier contact entre le jeune païen et le monde chrétien – l’embarcation de Rai (...)

24Effectivement, les grandes étapes de son existence mouvementée sont marquées par des franchissements de mer. C’est un bateau qui l’enleva miraculeusement13 à ses parents (v. 3518-3519) avant de se fracasser contre le « chalanz » des marchands (v. 3522-3525) livrant l’enfant à ces hommes peu scrupuleux14. C’est donc par la mer qu’il passe de sa « paienie » natale à la cour de France. De la mer sarrasine à la terre chrétienne. Pour lui-même, le monde sarrasin reste lié à cet au-delà des mers d’où il est venu. Lorsque, au soir de la victoire, Guillaume rentre dans Orange en oubliant Rainouart, à qui il doit pourtant d’avoir vaincu, cet oubli rend furieux le héros du jour qui menace de revenir d’où il vient, la « paienie » :

« Si ferai dunc de crestiens altretel
Cum ore ai fait de paiens de ultre mer. »
(v. 3371-3372)

25Un second passage aquatique amènera, sept ans plus tard, le jeune homme hors des cuisines sur le champ de bataille aux côtés de Guillaume. Cette fois, il s’agit d’un gué. L’obstacle de l’eau douce ne suppose pas un changement d’univers : il symbolise seulement la difficulté du passage d’un adolescent à l’âge adulte et une accession à la condition de chevalier, permise par la naissance de Rainouart, mais compromise par l’histoire de l’enfant et du jeune homme. On sait que le départ de Laon n’est pas facile : Rainouart s’est laissé enivrer la veille au soir, des coquins lui ont dérobé son tinel. Il se lève précipitamment au son des trompettes de Guillaume et, l’esprit encore engourdi, part en oubliant son arme. Au premier gué, il entre dans l’eau :

Devant Franceis començat a tenter,
De l’ewe freide ad sun vis lavé ;
De l’ewe freide del vin a desenivrer.
(v. 2725-2727)

26L’eau froide le rappelle à lui-même.

  • 15 Le baptême se trouve aux vers 3481-3502 et le récit de Rainouart aux vers 3504-3548.

27Chaque étape essentielle dans la construction du personnage est donc marquée par une frontière aquatique, réelle ou symbolique. C’est dire l’affinité profonde que Rainouart entretient avec cet élément. Pourtant on peut voir une évolution : les eaux qui se proposent devant lui sont de moins en moins marines, de plus en plus douces voire pures, jusqu’à être bénies. Elles métaphorisent le cheminement de l’enfant païen vers le chevalier chrétien, scandant chacune de ses mutations internes. Il est donc normal que la dernière eau ne soit pas un obstacle à franchir, mais un présent offert : il s’agit des eaux du baptême, une grande cuve où « Willame le tint e Guiburc sa moiller » (v. 3493). Comme pour mieux mesurer l’immensité du chemin parcouru le chant juxtapose à cette scène de fête le récit que fait Rainouart de son involontaire départ de ses rives natales15. De la mer sarrasine à l’eau de vie chrétienne.

28Toutefois le baptême n’intervient que dans les tout derniers vers du poème. C’est un personnage encore au seuil de la chrétienté, dans un entre deux entre le monde sarrasin et le monde franc, qui se lance sur le champ de bataille. Il est probable que la victoire qu’il donne à Guillaume ce jour-là soit justement le fait de sa nature duelle. En effet il va réussir là où les deux meilleurs chevaliers, Vivien puis Guillaume, ont échoué. Mais ces hommes-là étaient des fils de la terre. Ainsi, la bataille est-elle tout d’abord indécise. Elle va basculer en faveur de Guillaume lorsque Rainouart, attiré par la mer, va cesser de se battre comme un Franc, sur la terre, pour porter le combat au cœur du monde sarrasin, sur la mer. Alors que Vivien était arrêté « al graver », Rainouart va y évoluer tout à son aise. Le sable, couche mortuaire de l’un, devient l’allié de l’autre, lorsqu’il s’agit de soutenir son tinel :

Enz al graver ad sun bastun fichez.
(v. 3064)

29Il est même capable de franchir cette frontière interdite aux chrétiens pour monter à l’abordage des navires afin d’y délivrer les prisonniers des trois batailles précédentes tout en massacrant nombre de païens :

Enz en la nef al fort rei Ailré,
Iloec trovad set cent paiens armez ;
Tuz les ad morz, ocis e agraventez.
(v. 3023-3025)

30Ce faisant il prive ses ennemis de bien plus qu’un refuge, il coupe leur lien matriciel avec la mer. Alors ils vont commencer de perdre. Cela sera confirmé quelques moments plus tard, quand Rainouart, aidé de Bertrand à qui son séjour à fond de cale comme prisonnier a donné le temps de réfléchir à ses méthodes de combat, entreprend la destruction des navires. On retrouve alors l’idée que seul un élément du monde sarrasin peut venir à bout de ce dernier : c’est donc à l’aide d’un lourd « dromund » (v. 3059) que les deux hommes vont briser les autres bateaux. Finalement les actions de Rainouart sur le champ de bataille auront eu deux effets principaux. Tout d’abord il aura rendu à la terre les hommes que les Sarrasins lui avaient enlevés : à peine délivre-t-il Bertrand,

Si l’enporta a la frecche herbe al pré.
(v. 3049)

31On peut noter au passage la métamorphose de « l’are champ » en pré verdoyant : l’action desséchante et corruptrice de l’eau de mer semble avoir disparu. Rainouart a remis de l’ordre dans le cosmos. Par ailleurs, coupant le lien entre la mer et les païens, il a rendu la première impuissante à protéger les seconds. Quand les derniers combattants, épouvantés par le géant, se résignent à la fuite, ils s’écrient :

« Fuium nus ent en mer, en cel abisme. »
(v. 3336)

32C’est la première fois que la « halte mer » révèle à ceux qu’elle a toujours favorisés jusques là les horreurs de ses profondeurs. Bien plus, elle les envoie à la mort, les livrant au tinel de Rainouart qui a brisé leurs navires. Condamnés à la terre, ils savent plus que mourir :

Fuiënt paiens, Reneward ne fine de oscire.
(v. 3340)

33Finalement en Rainouart, fils de Déramé et d’Oriabel, mais frère de Guibourc, « la raïne converte » (v. 3454), se mêlent pour le meilleur les deux mondes en présence dans la chanson de geste. C’est cette alliance, qui dans la Chanson de Guillaume va sauver les Aymerides : au plus proche des païens par ses origines, l’homme au tinel s’avère le seul capable de les combattre efficacement. Car le monde marin, allié des Sarrasins, ne lui est pas interdit. Contrairement aux Aymerides et à Vivien en particulier, il lui est possible d’approcher l’eau de mer. C’est là l’effet de sa double nature.

34Cependant dans le creuset desséchant et brûlant de chaleur qu’est Larchamp, Rainouart n’est pas le seul à opérer une mutation qui l’éloigne progressivement de son monde marin originel. Avec Vivien, est mort le dernier des anciens Aymerides. Sous l’impulsion de Rainouart, comprenant qu’il faut changer pour survivre face à des Sarrasins toujours plus forts et plus nombreux, le lignage va évoluer en profondeur. Ainsi Bertrand se fait-il marin (v. 3057-3058). Et Guillaume, ébloui par un des beaux coups de Rainouart sur le champ de bataille, l’accueille dans sa « maisnie », avant même de savoir qu’il est le frère de son épouse :

« Aincui verrum al chef e en la cue
Quele est la geste Naimeri de Nerbune !
Unc n’en vit un en terre ne en crutes,
Ainz sunt oscis a gransz batailles dubles. »
(v. 3166-3169)

35On assiste là une sorte de redéfinition de ces hommes pour lesquels le retour à la terre ne sera plus jamais le même. La geste Aymeri de Narbonne, c’est la famille de ceux qui pour mieux lutter contre les Sarrasins ont su apprivoiser le monde marin ; la geste Aymeri de Narbonne, ce sont les exploits qu’ils accomplissent face à la mer, aux marches du royaume ; la geste Aymeri de Narbonne, c’est, enfin, le chant beau mais aride des Aymerides.

Notes

1 C’est ainsi que dans la Chevalerie Vivien, le héros et ses hommes sont avertis de l’approche par la mer des païens par le bruissement des gréements de la flotte de Déramé et la voix claire des cors et buisines des guerriers (éd. D. McMillan, Senefiance 39, Aix-en-Provence, 1997, v. 306-327). À l’ouverture du Siège de Barbastre, les amiraux d’Espagne et de Cordoue s’apprêtent à fondre sur la Gascogne puis Narbonne et par terre et par mer (éd. B. Guidot, Paris, Champion, 2000, v. 63). Faut-il prêter main forte à Arragon dans Orange dont Guillaume, plein du désir d’Orable, a forcé la porte ? On envoie chercher Tiébaut d’Afrique par la mer et c’est de même qu’il revient avec sa troupe (La Prise d’Orange, éd. Cl. Régnier, Paris, Klincksieck, 1986, laisse XLII).

2 Toutes nos citations et nos références renvoient à l’édition-traduction de Fr. Suard, Paris, Bordas, 1991.

3 Ce toponyme a fait l’objet de discussions entre critiques (Gironde le fleuve ou Gérone la ville ?) dont on trouvera l’essentiel dans J. Wathelet-Willem, Recherches sur la Chanson de Guillaume, Paris, Belles Lettres, 1975, t. I, p. 610-612. Dans ce passage, il ne semble toutefois pas y avoir de doute et c’est bien à l’estuaire fluvial qu’il est fait allusion.

4 On ne la trouve que cinq fois (et jamais prise en charge par le narrateur) : trois fois dans la bouche de Rainouart (v. 2875, 3357, 3372), un personnage à part par rapport à cette problématique marine, et les deux autres (v. 1911 et 1918) figurent dans un dialogue entre Guillaume et Guiot.

5 Même les guerriers sarrasins ne contestent pas la prééminence de Dieu. Ce qu’ils remettent en cause, c’est la répartition du monde : à Mahomet le règne sur l’ici-bas, à Dieu le ciel. Voir Le Couronnement de Louis, éd. E. Langlois, Paris, Champion, 1984, v. 838-840 et D. Hüe, « La chrétienté au miroir sarrasin », La chrétienté au péril sarrasin, Senefiance 46, Aix-en-Provence, 2000, p. 90.

6 Pour une approche complète des différentes théories qui ont vu le jour au sujet de ce toponyme, on peut se reporter à J. Wathelet-Willem, op. cit., p. 603-609.

7 Sur le sujet, voir l’étude de D. Collomp, « Vue sur le cycle d’Orange : être à la fenêtre, du motif rhétorique à une thématique structurante », Par la fenestre, Senefiance 49, Aix-en-Provence, 2003, p. 87-103.

8 Le lien entre la terre et l’homme est tissé dès la Genèse (2,17) et explicité, entre autres, par Isidore de Séville au livre XI des Étymologies : Homo dictus, quia ex humo est factus.

9 Voir les laisses CLXXIV et CCIV de la Chanson de Roland, éd. C. Segre, Genève, Droz, 2003.

10 Sur les deux versions de la mort de Vivien, on se reportera à J. Frappier, Les Chansons de geste du cycle de Guillaume d’Orange. I- La Chanson de Guillaume, Aliscans, La Chevalerie Vivien, Paris, SEDES, 1955, p. 192-197 et p. 208-214 et M. de Combarieu du Grès, L’Idéal humain et l’expérience morale chez les héros des chansons de geste des origines à 1250, Aixen-Provence, 1979, p. 607-617.

11 Péché stigmatisé dans l’une des injures les plus fréquemment lancées aux païens : gloton.

12 Voir le pain de la communion apporté par Guillaume dans la seconde partie du poème (v. 2049-2050).

13 C’est un coup de vent, aussi violent que providentiel, qui arrache l’embarcation au rivage et l’entraîne en haute mer. On retrouve là le motif de la navigation mystique, ce qui permet de dire que Rainouart est appelé par Dieu dans le camp chrétien.

14 La violence de ce premier contact entre le jeune païen et le monde chrétien – l’embarcation de Rainouart depeçat en peces plus de cenz (v. 3523) –, ne doit pas étonner : elle est celle inhérente à toute rencontre entre les deux parties dans la chanson de geste.

15 Le baptême se trouve aux vers 3481-3502 et le récit de Rainouart aux vers 3504-3548.

Auteur

Université de Provence – Aix-Marseille I

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540