Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Aperçu sur le vocabulaire nautique du texte de Marco Polo

Philippe Menard

Texte intégral

  • 1 Voir Marco Polo, Le Devisement du monde, publié sous la direction de Philippe Ménard, t. I, éd. pa (...)

1Rappelons en ouverture que le voyageur a quitté la Chine par bateau (dans une flotte ramenant une épouse au roi de Perse) sans doute au cours de la mousson d’hiver de l’année 1290-91. Il a dû parvenir au port d’Ormuz en Perse au printemps 1293. Il est arrivé à Venise en 1295. Le texte franco-italien a été rédigé en 1298, la version française vers 1310-13111.

2Que nous apprend l’œuvre de Marco Polo sur le vocabulaire nautique ? L’auteur parle un peu des choses marines : quelques allusions fugitives çà et là, quelques mots sur la flotte de 14 navires chinois pourvus de 4 mâts où il s’embarque pour revenir en Occident (18, 12) et sur le temps de navigation (3 mois pour atteindre Sumatra (18, 21), puis 18 mois de mer (18, 26) ; un développement sur les navires arabes à un mât, à la coque cousue, entrevus à Ormuz (36, 33-50) ; enfin un chapitre entier sur les bâteaux de l’Inde (157) qui évoque les grosses nefs à 4 mâts, avec deux autres mâts démontables, pourvues d’un équipage de 200 matelots et de cabines pour les marchands, utilisant aussi de grosses rames (manoeuvrées par 4 marins), pouvant transporter 6 000 grands paniers de poivre à travers l’Océan Indien, suivies par deux barques plus petites et par des canots.

3Je laisserai de côté ici les noms des mers, de l’Océan, qui selon la croyance médiévale entoure la terre, et aussi des continents. J’écarte l’expression terre ferme, haulte mer, golfe ou gouffre (c’est le même mot), isle, car nous sommes là aux frontières du sujet. Le temps manque pour parler des tempêtes, des pirates, des étoiles, des vents ou des moussons.

  • 2 Storia delle parole marinaresche italiane passate in francese, Firenze, 1939 et Prestito, espansio (...)
  • 3 Le texte imprimé par Fr. J. Carmody (Li Livres dou Tresor de Brunetto Latini, Berkeley, 1948, p. 9 (...)
  • 4 Voir par ex. Le Portulan de Mario Sanudo du xive siècle in Konrad Kretschmer, Die italienische Por (...)
  • 5 C’est la soixantième partie d’un degré de latitude du méridien.
  • 6 Le nœud (de la ligne de loch) est la vitesse correspondant à un mille marin par heure. Le mot n’es (...)

4Un mot sur les distances marines. Elles sont indiquées en mille. Le mot vient de la marine italienne, bien qu’il ait été oublié par un bon connaisseur du sujet, B. E. Vidos2. Il y en a beaucoup d’attestations dans le Devisement du Monde. Un exemple du Tresor de Brunet Latin est cité par Tobler-Lommatzch (VI, 53) : li Ytalien ne dient pas liues, mais dient milles3. Il s’agit ici de déplacements sur terre. Les Instructions Nautiques italiennes utilisent couramment le terme4. Le mille, qui équivaut à 1 852 m5, correspond à la distance parcourue en mer lors du déplacement d’une minute d’angle sur le méridien6.

La navigation

  • 7 J. Monfrin, in Etudes de langue et de littérature du Moyen Âge offertes à Félix Lecoy, Paris, 1973 (...)
  • 8 La version franco-italienne ne parle pas de faire voile. Elle dit se mistrent en la mer (éd. G. Ro (...)
  • 9 J. Monfrin, op. cit., p. 448.
  • 10 J. Monfrin, op. cit., p. 451.

5D’abord quelques notations relatives au départ. Pour l’idée de « s’embarquer » le texte dit soi recueillir ens es nez (18, 19). L’expression est employée aussi par Joinville7. L’expression faire voile « hisser les voiles, quitter le rivage » est attestée une fois (158), seulement dans la version française8. Il est dit : si monterent en leur navie, firent voile et s’en partirent (158). L’expression se rencontre chez Joinville, qui achève son texte en octobre 13099. Le Tobler-Lommatzsch ne cite que trois exemples (XI, 645). Il n’est pas vrai que Joinville soit le premier à employer l’expression, comme l’a soutenu J. Monfrin10. Le Tobler-Lommatzsch relève une attestation dans le roman de Sone de Nansay, que l’on date du dernier tiers du xiiie siècle, peut-être des années 1270-1280. La version française de notre texte est aussi une des premières à l’utiliser.

  • 11 Voir TLF, t. 16, p. 1237. L’emprunt à l’ancien bas-allemand *wogon « balancer », altératation de w (...)
  • 12 Voir Vidos, Prestito, espansione e migrazioni, p. 165, qui soutient, que le terme, n’est pas un it (...)
  • 13 Pierre Badel a eu tort de lire nongier, dans son éd., p. 376.
  • 14 Sur ces sigles voir le t. I de notre édition, Genève, 2001, p. 40-50.
  • 15 Prestito, espansione e migrazioni, p. 163-168.
  • 16 Le sens de « naviguer » donné au mot chez Villehardouin par le TLF (t. XVI, p. 1237) est erroné. L (...)

6Pour l’idée de « naviguer » Marco Polo emploie le terme courant de nagier (161, 164), issu de navigare, seul mot que l’on rencontre dans son texte. Le vocable voguer, d’étymologie discutée11, a un autre sens : « avancer à force de rames12 ». Il apparaît dans la version française (157) sous la forme vaugier (ms. B1, f° 118 b), vougier (B3 et B413), mais ramer dans les familles A et C14. Le texte franco-italien disait vuogent. (éd. G. Ronchi, p. 530). La version toscane emploie le même mot (éd. V. Bertolucci Pizzorusso, Milione, Milano, 1975, n. éd., 1994, p. 134), mais non la vénitienne qui dit e vano con remi (éd. Barbieri et Andreose, Milione veneto, Venise, 1999, p. 220). La famille de ms. français B (celle que nous éditons) est plus fidèle au mot utilisé à l’origine. Le mot vogare est ancien en italien (Cortelazzo-Zolli, op. cit., p. 1448). Il est peu fréquent en ancien français. Le T-L en cite seulement deux exemples : un de Villehardouin et un de Simon d’Anglure à la fin du Moyen Âge (t. XI, p. 617). B. E. Vidos croit qu’il ne s’agit pas d’un italianisme15. À mon avis il a tort. L’emploi du mot chez Villehardouin ne signifie pas que le terme soit forcément français. Le chroniqueur a pu emprunter des termes nautiques aux marins italiens qui le transportaient à Constantinople16. Le texte de Marco Polo ajoute un exemple instructif aux rares occurences connues.

  • 17 Les ms. B1 (f° 132) dit currieure « le cours », forme non relevée par les dictionnaires.

7Il est question une fois, à propos de la région de Zanzibar, d’un courant marin, la courance de l’eau (185) dans les ms. de la famille A et de la famille B de la version française17. La famille C dit le cours de l’yaue qui court si fort vers miedi (éd. A. Overbeck, Literarische Skripta in Ostfrankreich, Trier, 2003, p. 406). La rédaction franco-italienne use d’un verbe (la mer hi cort si ver midi, éd. G. Ronchi, p. 594). De même, la version toscane (percio che’l mare si corre forte verso il mezzodì ch’a pena si ne potrebbe tornare (éd.

8V. Bertolucci, p. 288) et la vénitienne (per chaxion che’l mar chore si forte verso mezodì che lle nave a gran pena pò tornar indriedo, éd. Barbieri et Andreose, p. 241). Marco Polo se réfère à des informateurs : cil qui la ont esté conterent a messire Marc Pol (185). Il n’a pas dû aller là. Cette notation relative au flux irrésistible de l’eau est, toutefois, intéressante. Elle témoigne d’un authentique savoir nautique.

Les divers types de navires

  • 18 Voir l’introduction d’A. Limentani à son éd. des Estoires de Venise de Martin da Canal (Florence, (...)
  • 19 La barge est une chaloupe attachée à une nef, servant d’embarcation auxiliaire (G. Gougenheim, op. (...)

9Passons aux navires. Le vocabulaire de Marco Polo est à peu près équivalent en nombre à celui de Villehardouin (huit mots : barge, batel, galie, galion, nef, salvation, uissier, enfin vaissial), de Robert de Clari (six mots : barge, dromon, galie, nef, uissier, vaissel), plus réduit que celui de Martin da Canal (11 termes : barche, chalandre, galie, galiote, nef, grand plat, sandals, seitie, tarite, vaissau, vaquete)18. Il est à peu près du même ordre que celui de Joinville (7 termes : nef, galie, galion, vessel, barge de cantier19 coursier, petite barge). Je trouve chez notre auteur six termes : nef, navies, galie, barge, bateaux, lein Il n’use pas de mots orientaux en ce domaine.

  • 20 J. Monfrin, op. cit., p. 447. Voir Karl Kemna, Der Begriff « Schiff » im französischen, Marburg, 1 (...)
  • 21 Cortelazzo-Zolli, Dizionario etimologico della lingua italiana, Bologna, 1988, p. 1415. Toutefois (...)
  • 22 Op. cit., p. 14.
  • 23 Op. cit., p. 311-132.
  • 24 Sur ces navires voir J. Dars, « Les jonques chinoises de haute mer sous les Song et les Yuan », in (...)

10Notons l’absence du terme vessel, présent chez Villehardouin, Robert de Clari et Joinville20, sans doute parce que vascello (même sous la forme ancienne de vasello) est peu utilisé en italien21. Le terme général nefs est répandu chez Marco Polo (18, 11, 16, 19 ; 36, 34, 49 ; 157). K. Kemna a justement remarqué qu’à côté de l’emploi général au sens de « navire » nef prend une valeur particulière par opposition à galie, galee. Il a alors le sens de « navire rond, navire à voile, navire de transport » (« Rund-Segel-, Transporschiff ») et, par opposition à vaisseau, parfois la valeur de « petit navire22 ». G. Gougenheim avait noté que nef désignait des navires de transport, des navires marchands23. Dans le texte de Marco Polo il s’applique d’abord, aux grosses jonques chinoises à quatre mâts24, ensuite aux petits bâteaux arabes à un seul mât vus à Ormuz, enfin aux grands navires indiens de haute mer, pourvus de quatre mâts et aussi de grosses rames. Le qualificatif grans leur est donné (157). Habituellement nef désigne des navires importants.

11Le mot navire est plus rare : une seule occurence au pluriel désignant les bateaux de guerre mongols attaquant le Japon (158). Le terme de navie au pluriel veut dire « navires » (158). Mais nefs est employé une fois dans ce chapitre pour désigner les mêmes embarcations.

  • 25 Das Meer und die Seefahrt, p. 33.
  • 26 Das Begriff « Schiff » im französischen, p. 109-111 (le mot s’applique à la fois à des navires imp (...)
  • 27 Cet emploi de batel se retrouve ailleurs : voir W. Frahm, Das Meer und die Seefahrt, p. 44. Le qua (...)

12Dans notre texte de granz barges suivent les nefs indiennes (157). Ce mot de barge désigne assez souvent des embarcations importantes, comme l’a bien relevé W. Frahm25. La dissertation de Karl Kemna montre que les barges sont plus petites que les nefs26. L’expression petiz batiaulx (157) s’applique à des chaloupes, à des canots au service des nefs et des barges. Le Supplément du Godefroy (VIII, 293) cite un exemple de barge tiré de la Chanson de Roland (2625). Il faut donc croire qu’il s’agit d’un terme français issu directement du latin barca. Il faut faire aussi une place à bateaux (157), qui désigne ici des embarcations plus petites que les nefs et même que les barges. Ils sont au service des nefs27. La flotte se dit navie (158). C’est un usage commun. Villehardouin et R. de Clari disaient aussi estoire, terme inconnu de Marco Polo.

  • 28 Pour Vidos le terme est d’origine italienne, Storia delle parole marinaresche, p. 420 ; B. E. Vido (...)
  • 29 Voir une image dans le Nouveau Glossaire nautique d’Augustin Jal, p. 729, fig. 51.
  • 30 Das Meer und die Seefahrt, p. 36-38.

13La galie28 apparaît une seule fois (11, 11). Il s’agit d’un navire de guerre rapide, pourvu de voiles latines, mais aussi de rameurs (parfois 80 hommes29). Le terme armer au sens de « équiper » est employé ici (11, 11). Le nouveau Glossaire nautique d’Augustin Jal traduit armer « munir un navire de tout ce qui lui est nécessaire pour mener à bien une entreprise militaire ou commerciale » (Paris, 1988, p. 39). On n’en disconviendra pas. Mais à en croire le TLF (III, 508), l’évolution du mot a dû être d’abord « munir d’armes offensives ou défensives », puis « équiper un navire en hommes », enfin « équiper un navire en matériel ». Cette dernière acception daterait selon le TLF de 1395. Au vu de la douzaine d’attestations concernant galee citées dans la dissertation de W. Frahm30 et aussi des nombreux exemples présents dans le Nouveau Glossaire nautique d’Augustin Jal (Paris, 1989, p. 725-727), on comprend que la galee ou galie est toujours un navire de guerre.

  • 31 Le ms. franco-italien dit leign (éd. G. Ronchi, p. 328). Le mot est absent de la version toscane e (...)
  • 32 Storia delle parole marinaresche, p. 592.
  • 33 L’étymologie donnée par le FEW, V, 332 est lignum. Il traduit « espèce de navire, surtout sur la M (...)
  • 34 Voir le fascicule L, Paris, 2002, p. 1119.
  • 35 Le mot est présent dans le ms. franco-italien, qui dit leign (éd. G. Ronchi, p. 328). Les versions (...)

14Un autre navire, utilisé par les Génois pour naviguer sur la mer Caspienne (22, 49), est désigné sous le nom de lein31. Le terme serait-il un italianisme ? C’est vraisemblable, bien que B. E. Vidos ne le considère pas comme tel32. La dissertation de K. Kemna, Der Begriff « Schiff » lui consacre un développement (p. 189). Il s’agit d’un navire à rames, à bords peu élevés « Bezeichnung der niedrigbordigen Ruderschiffe », plus léger que la galee. Il apparaît dans les textes à côté de la galee. Le mot français vient peut-être de l’italien legno, issu de lignum, qui par métonymie a pris le sens de « navire33 ». Les exemples attestés dans le Nouveau Glossaire nautique d’Augustin Jal datent pour la plupart du xive siècle, sauf une attestation de 129934. Le passage de Marco Polo nous donne une des premières occurences en français35.

La structure et le gréement des navires

  • 36 Les cables occupent beaucoup de place dans l’énumération des parties du navire du contrat de locat (...)
  • 37 H. E. Keller, op. cit., p. 224.
  • 38 Himanschu Prabha Ray, éd. de Archaeology of Seafaring, Delhi, 1999, p. 59.
  • 39 Goerge F. Hourani, Arab Seafaring in the Indian Ocean in Ancient and Early Medieval Times, Princet (...)
  • 40 Clifford W. Hawkins, dans son étude classique Les boutres, derniers voiliers de l’Océan Indien (La (...)

15Pas de mot désignant la proue ou la poupe. Rien sur la coque, sur les ancres, sur les antennes, les voiles, les cordages et cables36, mentionnés à plusieurs reprises par Wace37. À propos des navires de l’Inde, qu’il a examinés de près, il déclare qu’ils sont faits en bois de sapin (157). Il s’est, sans doute, trompé. En Orient on utilise d’autres bois. Les Indiens ont utilisé du teck, bois très dur, imputrescible38, également du cocotier39, etc.40

16Pour l’idée d’équiper un navire ou bien de le réparer (aujourd’hui nous disons radouber) on trouve le simple adouber (157), et aussi appareillier (18, 16). Ce dernier mot est employé au moment de la mise en état de la flotte chinoise qui doit partir vers la Perse. Le terme adouber est utilisé lorsqu’on fait en Inde des réparations annuelles aux navires. Y a-t-il une différence sémantique entre les deux termes ? On ne saurait le dire.

17Les planches des navires sont désignées par le mot tables (157), transposition de l’italien tavola, qui signifie « pièce de bois, planche ». Le ms. franco-italien use aussi de table (éd. G. Ronchi, p. 530). La version toscane et la version vénitienne également. Marco Polo nous apprend que les nefs indiennes sont faites de deux planches l’une sur l’autre (eles ont .II. tables l’une sus l’autre). Il fait remarquer que chaque année on ajoute une autre table. Lorsqu’elles ont six planches, on ne les envoie plus en haute mer. Le sens nautique de table n’a pas été relevé dans le dictionnaire de Tobler-Lommatzsch (X, 8-15). Il a été oublié aussi par Vidos. Parmi les ms. français seule la famille B use de table. Les familles A et C utilisent le mot estage « épaisseur de planches, rangée de planches ». Elles ont donc déformé le texte original.

  • 41 Voir B. E. Vidos, Storia delle parole marinaresche, p. 346.

18Les navires arabes vus à Ormuz, sont sans pont. Ils ont la coque cousue et non cloutée. Ils ne sont pas calfatés. Un mot d’origine italienne est alors utilisé : empeescier au sens de « enduire de poix un navire ». La version française déclare Leur nes ne sont pas empiecees, mais il les oingnent d’uile de poisson (36, 68-69). Le ms. franco-italien use aussi du participe passé (éd. G. Ronchi, p. 349). La version toscane dit impecciate (éd. V. Bertolucci, p. 52). Le terme vient de l’italien impecciare, fait sur pece « la poix », tirée du latin pix la poix41. En vénitien on use d’un autre terme, impegolar, fait sur pegola signifiant la poix, tiré du latin tardif picula, issu de pix. La version vénitienne déclare e non è impegolate de pegola (éd. Barbieri et Andreose, p. 220). Dans un contrat vénitien de 1310, publié par Alfredo Stussi dans ses Testi veneziani, p. 71), il est question d’une galia qui est calchada et inmpegolada da novo. Comprenons qu’elle a été calfatée avec de la chaux (calchada veut dire « rendue étanche avec de l’étoupe trempée dans de la chaux et mise dans les interstices des planches »), puis enduite de poix.

19Lorsqu’il est question du calfatage en Inde l’auteur parle de chaucier (157) « enduire de chaux ». Le ms. franco-italien dit sunt calquee, qui a la même valeur (éd. G. Ronchi, p. 530). La version toscane abrège, mais la vénitienne a le mot et sono chalchate (éd. Barbieri et Andreose, p. 220). Au lieu d’employer le mot français poix, les ms. de la famille B disent pech (157), terme proche de la forme italienne. Le ms. franco-italien se sert, en effet, de pece (éd. G. Ronchi, p. 530). La famille française A a francisé en poix (éd. Pauthier, p. 535). La famille C dit poi (sic, éd. Overbeck, p. 373). Elles adaptent le mot à notre langue.

  • 42 B. E. Vidos, Prestito, espansione e migrazioni, p. 308.
  • 43 W. Frahm, Das Meer und die Seefahrt, p. 69-70. Le mot est déjà attesté chez Wace dans le Brut, v. (...)
  • 44 B. E. Vidos, Storia delle parole marinaresche, p. 558-559.
  • 45 Le mot albero est utilisé en ce sens : voir Cortelazzo-Zolli, Dizionario etimologico italiano, p. (...)
  • 46 Cortelazzo-Zolli, op. cit., p. 1339 (timone est employé en italien à date ancienne, dès le milieu (...)
  • 47 Voir les emplois du terme dans le livre de W. Frahm, Das Meer und die Seefahrt, p. 57. Il est atte (...)
  • 48 Le Dictionnaire de Tobler-Lommatzsch (X, 309) ne cite qu’un exemple de la seconde moitié du xiiie (...)

20Pour les rames les manuscrits divergent : la famille A et la famille C parlent d’avirons (157), la famille B de rins, terme issu du latin remus, connu en ancien français42. Le texte franco-italien dit en son langage elle allent « elles avancent » con avrons « avec des avirons », ce est cun remes « c’est-à-dire avec des rames » (éd. G. Ronchi, p. 530). Le mot aviron n’est pas fréquent43. Quant à reme, il vient de l’italien remo44. Pour désigner le mât, Marco Polo utilise le mot arbre (18, 11 ; 36, 41 ; 157) et non mast comme Joinville. C’est assurément un italianisme45. Pour le gouvernail il emploie timon (36, 42), terme toujours utilisé en italien46, et non gouvernail47. Marco Polo est un des premiers à s’en servir en français, après Brunet Latin48.

  • 49 Voir Les aspects internationaux de la découverte océanique aux xve et xvie siècles, Actes du Cinqu (...)

21Autre précision sur le gouvernail. Le texte signale que près d’une île d’Indonésie où les fonds marins n’ont pas plus de quatre pas de profondeur il faut relever le gouvernail (164). Un article de J. Needham « Les contributions chinoises à l’art de gouverner les navires » apporte des précisions à ce sujet49. Le long aviron est utile pour des navires de taille modeste dans des rivières rapides (p. 114). En revanche ces avirons (de 15 mètres et plus) risquent d’être fracassés dans les tempêtes que doivent affronter les jonques de haute mer. On se sert donc d’un gouvernail d’étambot, sans doute de 2 à 3 mètres de long (p. 117). Needham note que les gouvernails chinois dépassaient souvent le tirant d’eau du navire (p. 117). Il y avait des guindeaux et un appareillage pour lever et abaisser le gouvernail. Une fois encore le témoignage de Marco Polo est confirmé par les experts.

  • 50 Dans le TLF (XVI, 261) le sens nautique de tirer n’est pas mentionné. L’expression tirant d’eau es (...)

22D’autre part, une allusion est faite au « tirant d’eau », c’est-à-dire à la profondeur de l’immersion d’un navire dans l’eau de la ligne de flottaison jusqu’à la quille. Le verbe tirer (164) est employé au sens de « avoir un tirant d’eau50 ».

  • 51 Voir par ex. Sabbatini-Coletti, Dizionario della lingua italiana, Rizzoli-Larousse, 2002, p. 606 ( (...)

23Pour le pont du navire on emploie normalement en ancien français le mot pont. Le Devisement du Monde utilise le terme de couverture (36, 42) et aussi celui de couverte (157). Ce sont des transpositions de l’italien coperta, encore vivant aujourd’hui en italien51.

  • 52 J. Monfrin, op. cit., p. 448.

24Le mot de chambres sert à désigner les cabines des gros navires indiens (157), au nombre de 50 ou 60, où logent les marchands. Joinville l’utilise52, comme Marco Polo.

  • 53 J. Monfrin se trompe en déclarant (op. cit., p. 450) que Joinville est le premier à introduire en (...)
  • 54 Notons aussi le mot nol (156) dans le chapitre consacré au port de Quanzhou, oublié par Vidos, qui (...)

25Concluons en quelques mots. Marco Polo est un des premiers à introduire des termes nautiques dans la langue française, le début de rédaction de son texte étant de 129853. Il transpose directement plusieurs mots italiens comme arbre « le mât » (italien albero) coverte ou couverte « le pont » (italien coperta), table « planche » (italien tavola). Quelques-uns de ces termes (par exemple timon) n’avaient pas été relevés par Vidos54. La langue nautique de notre pays s’enrichit donc en cette fin du xiiie siècle.

  • 55 Voir « Marco Polo und Rustichello da Pisa », in Philologica romanica, Erhard Lommatzsch gewidmet, (...)
  • 56 Le mot nolo n’est pas considéré par Cortelazzo-Zolli (p. 807) comme un terme d’origine proprement (...)
  • 57 Op. cit., p. 140. Il soutient que coverte viendrait du vénitien coverto. Mais le gros Dizionario d (...)

26Y aurait-il des mots proprement vénitiens dans notre texte ? Serait-ce le cas du terme nol « le fret ». Il n’a pas été relevé par C. Th. Gossen, ni comme mot vénitien ni comme terme italien55. Il pourrrait avoir été utilisé dans la plupart des ports italiens au Moyen Âge56. Gossen a soutenu que coverte serait vénitien57. Je n’en suis pas sûr. Aucun mot proprement venitien ne semble figurer dans le vocabulaire maritime de notre auteur. Pas de mot arabe, chinois, indien ou malais non plus pour désigner des navires ou des parties du gréement.

27Le narrateur n’est pas un poète. Il ne nous donne aucune idée des mers équatoriales, des chaudes nuits tropicales, des typhons redoutables, des pluies diluviennes. Aucun adjectif chargé de mystère, aucun frémissement dans son style énumératif.

28Quelques détails techniques sont donnés çà et là. En Inde, le calfatage se fait non avec de la poix comme en Occident, mais avec de la chaux, du chanvre (il doit s’agir de filasse issue du cocotier) et de l’huile tirée d’un arbre (157). Marco Polo paraît bien informé des conditions de navigation. Il signale le tirant d’eau des bateaux et aussi les hauts-fonds d’Indonésie, notations rares.

  • 58 J. Dars, La Marine chinoise du Xe au xive siècle, Paris, p. 116 (il applique à la marine chinoise (...)

29Nous entrevoyons les navires arabes, indiens et chinois, si différents des nefs occidentales. Un détail suffit (quatre mâts et douze voiles, ce qui représente une surface portante considérable) pour évoquer les grosses jonques chinoises. Quelques traits évoquent les frêles embarcations arabes, promptes à faire naufrage ou les lourds bateaux de commerce indiens. Le témoignage du Devisement est confirmé par les érudits modernes58.

  • 59 U. Bertuccioli a eu tort d’intituler une étude « Marco Polo uomo di mare », Ateneo Veneto, t. 140, (...)

30Le voyageur ne semble vraiment pas un homme de mer59. Il s’intéresse aux marchés où se vendent les épices et les produits exotiques Il reste un terrien. Pour lui la mer n’est qu’un moyen de transport vers des terres lointaines. Sur les journées de traversée, sur la vie en mer il ne nous dit quasiment rien. Les silences du texte sont révélateurs. Le Devisement du Monde est à la fois un document intéressant et insuffisant pour l’étude de la mer, de ses espaces infinis, des typhons d’Asie, des vents de moussons, des équipages. Il nous parle surtout des lieux d’escale. Cela dit, l’étude du vocabulaire nautique montre la prodigieuse expansion de la langue italienne. Elle fait découvrir un peu les horizons nouveaux de l’Extrême-Orient, si l’on navigue lentement dans le texte et si on le sonde sans perdre pied.

Notes

1 Voir Marco Polo, Le Devisement du monde, publié sous la direction de Philippe Ménard, t. I, éd. par M. L. Chênerie, M. Guéret-Laferté et Ph. Ménard, Genève, 2001, p. 24-28. Nous donnons ici les références à la version française en cours de publication aux éd. Droz, t. I, 2001, t. II, 2003, t. III, 2004 avec indication du paragraphe et de la ligne. Pour la suite du texte nous renvoyons à l’éd. de P. Y. Badel (Paris, Livre de Poche, Lettres gothiques, 1997) en indiquant seulement le paragraphe puisque l’éditeur ne numérote pas les lignes.

2 Storia delle parole marinaresche italiane passate in francese, Firenze, 1939 et Prestito, espansione e migrazioni dei termini tecnici nelle lingue romanze e non romanze, Firenze, 1965.

3 Le texte imprimé par Fr. J. Carmody (Li Livres dou Tresor de Brunetto Latini, Berkeley, 1948, p. 95) dit milliers de terre, car il n’a pas la même leçon que la vieille édition publiée par Chabaille (P. Chabaille, Li Livres dou Tresor) en 1863. Mais ici la meilleure leçon est celle du ms. suivi par Chabaille.

4 Voir par ex. Le Portulan de Mario Sanudo du xive siècle in Konrad Kretschmer, Die italienische Portolane des Mittelalters, Berlin, 1909, reprint 1962, Hildesheim, Olms Verlag, p. 237.

5 C’est la soixantième partie d’un degré de latitude du méridien.

6 Le nœud (de la ligne de loch) est la vitesse correspondant à un mille marin par heure. Le mot n’est pas médiéval. Il apparaît au xviiie siècle. Voir TLF, t. XII, p. 179.

7 J. Monfrin, in Etudes de langue et de littérature du Moyen Âge offertes à Félix Lecoy, Paris, 1973, p. 448.

8 La version franco-italienne ne parle pas de faire voile. Elle dit se mistrent en la mer (éd. G. Ronchi, Milione, Milano, Mondadori, 1982, p. 533). Texte identique dans la version toscane.

9 J. Monfrin, op. cit., p. 448.

10 J. Monfrin, op. cit., p. 451.

11 Voir TLF, t. 16, p. 1237. L’emprunt à l’ancien bas-allemand *wogon « balancer », altératation de wagen, de même sens, paraît peu vraisemblable. Le mot français provient certainement de l’italien vogare, attesté dès le début du xiiie siècle. D’où vient vogare ? du latin vocare « appeler », d’où « crier pour donner le rythme aux rameurs » ? Mais il n’y a pas en italien de mot populaire descendant de vocare. Serait-ce par métaphore du grec * Baukao « bercer, balancer » ? Cette hypothèse expliquerait les formes de l’Italie du Sud, voculiare « balancer, basculer », vocula « berceau, bascule », voka « bercer », voca « bascule », vocare « ramer ».

12 Voir Vidos, Prestito, espansione e migrazioni, p. 165, qui soutient, que le terme, n’est pas un italianisme puisqu’il est attesté chez Villehardouin (§ 469).

13 Pierre Badel a eu tort de lire nongier, dans son éd., p. 376.

14 Sur ces sigles voir le t. I de notre édition, Genève, 2001, p. 40-50.

15 Prestito, espansione e migrazioni, p. 163-168.

16 Le sens de « naviguer » donné au mot chez Villehardouin par le TLF (t. XVI, p. 1237) est erroné. Le passage (et voguerent cele par tuit d’un front, § 459, 1) a été mal traduit par E. Faral « et ils voguèrent de ce côté sur un seul front ». Le sens de « ramer » est évident ici, car peu avant il est dit au sujet de la flotte qu’elle avance à force de rames (Ensi alerent a force de rimes, § 467, 1). Il ne faut donc pas croire que le sens de « ramer » soit attesté seulement à partir de 1278, comme l’affirme le TLF. Le TL dans le fascicule 91 rédigé par Hans Helmut Christmann (Wiesbaden, 1995, p. 617) a bien compris le sens du passage de Villehardouin et traduit justement rudern.

17 Les ms. B1 (f° 132) dit currieure « le cours », forme non relevée par les dictionnaires.

18 Voir l’introduction d’A. Limentani à son éd. des Estoires de Venise de Martin da Canal (Florence, 1972), p. CCXXX et aussi « Elementi di vita marinara veneziana nel lessico di Martino da Canal », Bolletino dell’Atlante Linguistico Mediterraneo, t. 8-9, 1966-1967, p. 93-111. Je remercie Alvaro Barbieri d’avoir bien voulu m’en procurer un exemplaire. Pour Villehardouin et Robert de Clari je renvoie à G. Gougenheim, « Notes sur le vocabulaire de Robert de Clari et de Villehardouin », in Etudes de grammaire et de vocabulaire français, Paris, 1970, p. 311-315.

19 La barge est une chaloupe attachée à une nef, servant d’embarcation auxiliaire (G. Gougenheim, op. cit., p. 312). Le mot cantier vient peut-être du vénitien cantier « chantier naval ». Voir G. Boerio, Dizionario del dialetto veneziano (Venezia, 1856, repr., Milano, 1971, p. 130).

20 J. Monfrin, op. cit., p. 447. Voir Karl Kemna, Der Begriff « Schiff » im französischen, Marburg, 1901, p. 38-39 ; W. Frahm, Das Meer und die Seefahrt, Göttingen, 1914, p. 27 ; Tobler-Lommatsch, t. XI, p. 92-93.

21 Cortelazzo-Zolli, Dizionario etimologico della lingua italiana, Bologna, 1988, p. 1415. Toutefois vaissau est connu de Martin da Canal.

22 Op. cit., p. 14.

23 Op. cit., p. 311-132.

24 Sur ces navires voir J. Dars, « Les jonques chinoises de haute mer sous les Song et les Yuan », in Archipel, t. 18, 1979, p. 41-55.

25 Das Meer und die Seefahrt, p. 33.

26 Das Begriff « Schiff » im französischen, p. 109-111 (le mot s’applique à la fois à des navires importants et à de petites chaloupes).

27 Cet emploi de batel se retrouve ailleurs : voir W. Frahm, Das Meer und die Seefahrt, p. 44. Le qualificatif de petit se rencontre dans plusieurs exemples (Fouques de Candie, Doon, Jourdain de Blayes). Le mot peut aussi désigner un vaisseau important.

28 Pour Vidos le terme est d’origine italienne, Storia delle parole marinaresche, p. 420 ; B. E. Vidos, Prestito, espansione e migrazioni, p. 108-121.

29 Voir une image dans le Nouveau Glossaire nautique d’Augustin Jal, p. 729, fig. 51.

30 Das Meer und die Seefahrt, p. 36-38.

31 Le ms. franco-italien dit leign (éd. G. Ronchi, p. 328). Le mot est absent de la version toscane et de la vénitienne, qui abrègent.

32 Storia delle parole marinaresche, p. 592.

33 L’étymologie donnée par le FEW, V, 332 est lignum. Il traduit « espèce de navire, surtout sur la Méditerranée ».

34 Voir le fascicule L, Paris, 2002, p. 1119.

35 Le mot est présent dans le ms. franco-italien, qui dit leign (éd. G. Ronchi, p. 328). Les versions toscane et vénitienne ont omis ce détail intéressant.

36 Les cables occupent beaucoup de place dans l’énumération des parties du navire du contrat de location d’une galia à Venise en 1310. Voir l’éd. d’A. Stussi dans ses Testi veneziani del Duecento e dei primi del Trecento, Pisa, 1965, p. 71. Plusieurs termes sont employés : canavo « cable de chanvre », prodese « cable de mouillage », resto « cable de sparte et de jonc », gripia « cable de l’ancre », sartia « cable tenant les mâts ».

37 H. E. Keller, op. cit., p. 224.

38 Himanschu Prabha Ray, éd. de Archaeology of Seafaring, Delhi, 1999, p. 59.

39 Goerge F. Hourani, Arab Seafaring in the Indian Ocean in Ancient and Early Medieval Times, Princeton, 2e éd. revised and expanded by John Carswell, Princeton, 1995, p. 90-91.

40 Clifford W. Hawkins, dans son étude classique Les boutres, derniers voiliers de l’Océan Indien (Lausanne, Edita, 1981), parle de « bois de jungle » à plusieurs reprises. Il mentionne aussi des bois indiens comme le jackwood, le babul pour la coque, le teck, le venteak pour le bordage, le punnai pour le mât et les espars, p. 58.

41 Voir B. E. Vidos, Storia delle parole marinaresche, p. 346.

42 B. E. Vidos, Prestito, espansione e migrazioni, p. 308.

43 W. Frahm, Das Meer und die Seefahrt, p. 69-70. Le mot est déjà attesté chez Wace dans le Brut, v. 1052, éd. I. Arnold, Paris, 1938. Voir H. E. Keller, Etude descriptive sur le vocabulaire de Wace, Berlin, 1953, p. 113. L’étymologie du mot n’est pas claire. Le substantif serait-il tiré du verbe avironner ? Viendrait-il du verbe virer, comme le soutient le FEW (XIV, 393) ? Il est difficile de se prononcer.

44 B. E. Vidos, Storia delle parole marinaresche, p. 558-559.

45 Le mot albero est utilisé en ce sens : voir Cortelazzo-Zolli, Dizionario etimologico italiano, p. 34.

46 Cortelazzo-Zolli, op. cit., p. 1339 (timone est employé en italien à date ancienne, dès le milieu du xiie siècle).

47 Voir les emplois du terme dans le livre de W. Frahm, Das Meer und die Seefahrt, p. 57. Il est attesté depuis le Roman de Troie.

48 Le Dictionnaire de Tobler-Lommatzsch (X, 309) ne cite qu’un exemple de la seconde moitié du xiiie siècle emprunté à Brunet Latin (lui aussi un Italien), et ensuite un exemple tardif tiré du Voyage à Jérusalem du Seigneur d’Anglure. L’étude de B. E. Vidos, Storia delle parole marinaresche, a omis de relever timon.

49 Voir Les aspects internationaux de la découverte océanique aux xve et xvie siècles, Actes du Cinquième colloque international d’histoire maritime (Lisbonne, 1960) publié à Paris en 1966, p. 113-134.

50 Dans le TLF (XVI, 261) le sens nautique de tirer n’est pas mentionné. L’expression tirant d’eau est daté du xviie siècle (TLF, XVI, 250).

51 Voir par ex. Sabbatini-Coletti, Dizionario della lingua italiana, Rizzoli-Larousse, 2002, p. 606 (« ponte principale, scoperto della nave »).

52 J. Monfrin, op. cit., p. 448.

53 J. Monfrin se trompe en déclarant (op. cit., p. 450) que Joinville est le premier à introduire en français, des mots comme garbin (vent de sud-ouest) ou biscuit. Ils apparaissent déjà chez Polo.

54 Notons aussi le mot nol (156) dans le chapitre consacré au port de Quanzhou, oublié par Vidos, qui mentionne seulement noliser (Storia delle parole marinaresche, p. 489), qu’il croit d’origine génoise. Le terme nol dans le passage (Les nes prennent de nol de marchandises soutilz XXX par santenar) désigne ce que nous appelons aujourd’hui le fret, c’est-à-dire le prix de transport de marchandises par mer. Le texte de Marco Polo distingue les marchandises légères (soutilz), par exemple les perles ou les pierres précieuses, qui paient 30 % et les lourdes (grosses), comme le bois d’aloès ou de santal, qui paient 50 %. Pour le transport du poivre il faut payer, nous dit-il, un prix de 64 %. Le mot nol vient assurément de l’italien nolo « prix du transport par mer », attesté au début du xive siècle (Cortellazo-Zolli, p. 807). Pour la forme noli, nolit, connue au xve siècle, le TLF croit à une origine catalane par le truchement de l’occitan (t. 12, p. 188). Il est sans doute impossible de le démontrer. Les hypothèses compliquées sont souvent les moins assurées. La présence du mot nol chez Marco Polo est la référence la plus ancienne pour les mots de cette famille. S’agit-il d’un mot vénitien venant ici du parler de Marco Polo ? Peut-être. Il est difficile de se prononcer. Rappelons que Rustichello a une origine pisane.

55 Voir « Marco Polo und Rustichello da Pisa », in Philologica romanica, Erhard Lommatzsch gewidmet, hrsg. von M. Bambeck und H. H. Christmann, München, 1975, p. 134-143.

56 Le mot nolo n’est pas considéré par Cortelazzo-Zolli (p. 807) comme un terme d’origine proprement vénitienne.

57 Op. cit., p. 140. Il soutient que coverte viendrait du vénitien coverto. Mais le gros Dizionario del dialetto veneziano de Giuseppe Boerio (Venezia, 1856, n. éd. Milano, A. Martello, 1976, p. 205) ignore ce sens. Le terme de coverto serait-il propre à la seule ville de Venise ? Point d’exemples dans les Testi veneziani del Duecento e dei primi del Trecento éd. par A. Stussi. Le dictionnaire de Cortelazzo-Zolli renvoie au texte de Polo pour la première attestation de coperta (op. cit., p. 282), sans considérer le terme comme proprement vénitien.

58 J. Dars, La Marine chinoise du Xe au xive siècle, Paris, p. 116 (il applique à la marine chinoise ce que Polo dit des nefs de l’Inde) ; Georges F. Hourani, Arab Seafaring, p. 93-96.

59 U. Bertuccioli a eu tort d’intituler une étude « Marco Polo uomo di mare », Ateneo Veneto, t. 140, 1955, p. 23-40.

Auteur

Université Paris-Sorbonne – Paris IV

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540