Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Nostre roy saint Looÿs au péril de la mer dans la Vie de saint Louis de Joinville

Huguette Legros

Texte intégral

1En 1244, Louis IX décide de se croiser ; commence alors une longue préparation matérielle et spirituelle et le 15 août 1248, il embarque pour Chypre où il fera une escale avant de rallier l’Égypte. Jean de Joinville relate, dans la Vie de saint Louis, les préparatifs de cette expédition maritime avant de raconter le voyage lui-même ; mais, parce qu’il est un terrien, le sénéchal de Champagne s’intéresse moins à l’aspect technique de la navigation qu’à ses dangers qui sont bien réels et dont les causes sont diverses ; cependant les récits des réactions du roi permettent aussi à Joinville de poursuivre son projet encomiastique et hagiographique ; c’est que les aspects réalistes de sa narration cachent une autre vision du voyage maritime, plus symbolique, voire plus allégorique.

2Après avoir raconté les préparatifs et l’embarquement à Chypre de la flotte royale, Joinville relate quatre traversées : son voyage de Marseille à Chypre, celui des croisés de Chypre à Damiette, leur retour d’Acre à Hyères et entre ces deux voyages, le trajet de Damiette à Acre ; ce sont les trois derniers qui nous intéresseront plus particulièrement dans la mesure où le roi n’est pas présent lors de la traversée que Joinville effectue de Marseille à Chypre ; Louis IX est parti quelques mois auparavant et le sénéchal de Champagne ne dit rien de cette navigation dont il a pourtant, très certainement, entendu parler ; c’est que le véritable départ de la flotte royale se fait de Chypre et que c’est seulement à partir de ce moment que Louis IX est au centre de l’action et donc du récit.

  • 1 L’édition utilisée est celle de Jacques Monfrin, Paris, Dunod, 1995, coll. « Classiques Garnier ».(...)
  • 2 À propos du voyage de retour, Joinville précise : « après ce que nous eumes esté .X. semaines en l (...)
  • 3 « trouva l’en le fourment et l’orge aussi frez comme se l’en l’eust maintenant batu » (131).
  • 4 Nous pourrions citer le § 649 : « Seneschal, je vous comment que… » ; nous reviendrons sur ce poin (...)
  • 5 « De l’ille de Cypre nous partimes puis que nous eumes pris en l’ille de l’yeaue fresche et autres (...)
  • 6 Il semble qu’alors on ne craignait pas d’embarquer des lapins sur les navires.

3Le roi de France doit organiser la traversée et Joinville, qui insiste sur la nécessité de bien préparer la navigation1, laisse transparaître son admiration pour les précautions prises par Louis IX ; le voyage durant longtemps2, il est nécessaire d’embarquer de la nourriture et de l’eau ; Joinville mentionne les provisions que le roi a fait préparer : « trouvames grant foison de la pourveance le roy, c’est a savoir les celiers le roy et les deniers et les garniers » (§130), la répétition du mot « roy » permet au sénéchal de Champagne de souligner le rôle joué par Louis IX, ainsi présenté comme un bon gestionnaire ; ensuite Joinville décrit les tonneaux de vin empilés qui ressemblent à des granges et les meules de froment et d’orge qui sont si hautes « que il sembloient que ce feussent montaignes » (§131) ; les hyperboles, comme les précisions concernant la conservation des céréales3 sont autant de louanges détournées à la capacité d’organisation dont fait preuve le roi. Au moment du départ, le roi ordonne que « les nez refeussent chargiees de vins et de viandes » (§146) ; nous pouvons remarquer que contrairement à ce qui se passe à terre où les ordres du roi sont au passif ou au factitif, dès qu’ils prennent la mer, ses interventions sont directes : le roi est alors au cœur de l’action et il prend les décisions4. Cependant, malgré ces précautions, toutes les occasions sont bonnes pour renouveler l’eau et pour embarquer des aliments frais ; ainsi au retour, la flotte s’arrête d’abord à Chypre5, puis à Lampeduse « la ou nous preimes tout plein de connins6 » ; plus tard la reine, en vue de Pantelleria, demande à son époux d’envoyer « .III. galies pour prendre du fruit pour ses enfans » (§ 640) ; le roi accepte et ce sera comme nous le verrons l’occasion d’une péripétie qui permettra à Joinville de parfaire le portrait de Louis IX.

  • 7 Il s’agit de la flotte composée par les navires des barons de Louis IX : cf. § 146 et 147. ; au re (...)
  • 8 Cf. § 146 ; notons que cette comparaison laisse transparaître un sentiment de nostalgie : Joinvill (...)

4Au départ la flotte royale se compose de dix-huit cents vaisseaux7 ; l’embarquement donne lieu à un tableau qui montre que Joinville n’est pas insensible à la beauté du spectacle qui s’offre à ses yeux : « le samedi fist le roy voille et touz les autres vessiaus aussi, qui moult fu belle chose a veoir, car il sembloit que toute la mer tant comme l’en pooit veoir a l’ueil feust couverte de touailles des voilles des vessiaus8 » ; mais, au-delà de cette impression personnelle, l’image souligne l’importance de la flotte commandée par Louis IX.

  • 9 Cf. § 150 à 160.
  • 10 Nous y reviendrons ci-dessous.

5Joinville qui, pour le voyage aller donne peu de détails sur la navigation en haute mer, raconte, en revanche, avec précision le débarquement des troupes chrétiennes à Damiette, devant « trestout le pooir du soudanc » qui se trouve « sur la rive de la mer ». Il souligne les difficultés rencontrées et le caractère aléatoire de l’opération qui se déroule dans une relative confusion9 ; mais au-delà de la véracité et du réalisme de ce témoignage, ces développements mettent en valeur par contraste, le courage et l’assurance du roi10.

6Le voyage de retour est ponctué d’« aventures de mer » et le récit des périls auxquels ils doivent faire face va être l’occasion pour Joinville de faire un portrait louangeur du roi ; nous ne retiendrons que ceux qui vont susciter une réaction de sa part.

7Les dangers auxquels ils sont confrontés sont nombreux et variés.

  • 11 Voir : La Méditerranée médiévale. Perceptions et représentations, sous la direction de Hatem Akkar (...)

8L’absence d’instruments nécessaires à la navigation en haute mer oblige les navires à pratiquer le cabotage, or la Méditerranée11 est alors une mer « sarrasine », aussi le péril est-il grand d’être capturé ; ainsi, au retour, alors que les galères envoyées sur l’île de Pantelleria ne sont pas au rendez-vous, l’équipage du navire royal suppose immédiatement que « les Sarrasins avoient pris sa gent et les galies » et ils conseillent à Louis IX de ne pas les attendre « car vous estes entre le royaume de Cezile et le royaume de Thunes qui ne vous aimment gueres ne l’un ne l’autre » (§ 641) ; les marins, et ce sera mentionné à plusieurs reprises, sont donc soucieux de la vie du roi ; conscients des enjeux, ils redoutent sa capture par les ennemis de la Chrétienté.

9La fragilité des navires et les lacunes dans l’art de la navigation sont d’autres causes d’accident ; toujours au retour, la nef royale s’échoue devant Chypre parce que les marins se croyant en pleine mer naviguent sans précaution alors qu’ils sont près des côtes : « et pour ce cuiderent nos mariniers que nous feussions plus loing de l’ille de Cypre que nous n’estions, pour ce que ils veoient la montaigne par desus la bruine, et pour ce firent nager habandonnement, dont il avint ainsi que nostre nef hurta a une queue de sablon qui estoit en la mer » (§ 618) ; le lendemain, ils constatent qu’ils ont échappé à un péril plus grand encore :

  • 12 Voir aussi le § 622.

Or advint ainsi que se nous n’eussions trouvé ce pou de sablon la ou nous hurtames, nous eussions hurté a tout plein de roches qui estoient couvertes, la ou nostre nef eus testé toute esmiee et nous touz perillez et noez.
(§ 61812)

  • 13 Comme celui qui a induit les marins en erreur devant Chypre : « Celi samedi leva une bruine de la (...)
  • 14 Les marins sont obligés de jeter cinq ancres « encontre le vent » pour résister à la tempête (§ 63 (...)

10Les conditions météorologiques sont, elles aussi, un facteur de risque. Les marins redoutent plus particulièrement le brouillard13 et les vents soudains et contraires. Ainsi la flotte royale subit à plusieurs reprises des avanies dues au vent. À la Pentecôte 1249, Louis IX qui vient de prendre la mer s’arrête à la pointe de Limassol pour entendre la messe ; pendant ce temps : « un vent grief et fort qui venoit de vers Égypte leva en tel maniere que, de .II. Mille et .VII.C. chevaliers que le roy mena en Égypte, ne l’en demoura que .VII. cenc que le vent ne les eust dessevrés de la compaignie le roy et menez en Acre et autres terres estranges » ; au retour, le navire du roi vient tout juste de reprendre la mer après son échouage devant Chypre lorsque le vent : « leva si fort et si orrible car il nous batoit a force sus l’ille de Chypre » et Joinville explique comment les marins purent, avec difficulté, arrêter le bateau14.

11La navigation peut aussi être rendue dangereuse par l’imprudence des hommes ; Joinville raconte comment une des béguines de la reine mit le feu à sa cabine, risquant de déclencher un incendie qui se serait étendu à tout le navire, faisant périr les voyageurs par l’eau ou par le feu, situation apocalyptique s’il en est :

Un autre avanture nous avint en la mer avant que nous venissions a terre, qui fu tele que une des beguines la royne, quant elle ot la royne couchée si ne prist garde, si jeta sa touaille de quoy elle avoit sa teste entorteillée au chief de la paielle de fer ou la soigne la royne ardoit. Et […] la chandelle ardi tant que le feu se prist en la toaille, et de la toaille se prist a telles dont les dras la royne estoient couverts.
(§ 645)

  • 15 Comme le souligne Monique Santucci, « Peur, Prouesse, Prud’homie. La voix de Joinville dans la Vie (...)

12Chacun de ces périls suscite la peur, mais si Joinville raconte volontiers les réactions apeurées des marins, il minimise ses propres craintes15 et évite de parler de celles que peut ou pourrait éprouver le roi. En revanche, il relate les décisions qu’il prend pour faire face à ces dangers et préserver la vie de ses hommes ; sur mer comme sur terre, Louis IX exerce sa fonction royale avec diligence et rigueur. Nous distinguerons ce qui relève des décisions ponctuelles prises par le roi et précisément rapportées par le narrateur et ce qui, plus largement, concourt à édifier son portrait.

13À deux reprises, Louis IX est amené à prendre des dispositions pratiques ; le lendemain de l’échouage devant Chypre, des plongeurs sont envoyés pour constater les dégâts et « quant il revenoient, le roy et les mestres nothoniers les oyoient l’un après l’autre, en tel maniere que l’un des plungeurs ne savoit que l’autre avoit dit » ; ainsi le roi fait preuve de circonspection et ne se contente pas de donner des ordres : il tient à entendre lui-même les plongeurs avant de prendre sa décision. Après le début d’incendie qui s’était déclaré dans la chambre de la reine, le roi donne à Joinville l’ordre : « que vous ne vous couchiez des or en avant tant que vous aiés tous les feus de céans estains […]. Et sachiez que je ne me coucherai jeusques a tant que vous reveignez a moy » (§ 649) ; à nouveau, nous constatons que Louis IX s’implique dans les mesures de sécurité qu’il recommande ; il est présenté par Joinville comme celui qui veille sur les passagers de la nef royale. Néanmoins, il ne s’agit là que de décisions liées à la vie quotidienne à bord, d’autres sont plus révélatrices de l’exercice de la fonction royale.

  • 16 « Et je vous tesmoing que il disoient voir, car je vi la femme et l’enfant en l’ostel au conte de (...)
  • 17 Pierre le Chambellan, messire Gilles le Brun, connétable de France, messire Gervaise d’Escrennes, (...)
  • 18 Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996, p. 542.
  • 19 Je me permets de renvoyer à mon article : « Le « cors le roy » dans la Vie de saint Louis de Joinv (...)

14Ainsi Louis IX prend à plusieurs reprises conseil, non seulement de ses barons, mais de manière plus étonnante des marins. Lorsqu’il arrive devant Damiette, « le roy manda ses barons pour avoir conseil que il feroit » ; la plupart de ses proches lui conseille d’attendre l’arrivée des navires qui ont été dispersés devant Limassol, mais Louis IX craint que la même mésaventure se produise devant Damiette qui ne possède pas de port abrité, aussi décide-t-il de débarquer « le vendredi avant la Trinité » (§ 149-150). Après l’échouage devant Chypre, c’est aux marins que le roi s’adresse d’abord : « Lors appela le roy les mestres nothonniers devant nous et leur demanda quel conseil il donroient du cop que sa nef avoit receu » ; à leur avis, il doit débarquer du navire parce que celui-ci ne supportera pas le choc des vagues lorsqu’il sera en pleine mer et ils rappellent au roi ce qui est arrivé à une nef lors du voyage aller : « quant elle vint en la haute mer, elle ne pot soufrir les cops des ondes, ainçois se desrompi, et furent touz periz quant que il estoient en la nef fors que une femme et son enfant » (§ 625), ce que confirme Joinville16 ; avant de prendre sa décision, Louis IX demande leur avis à ses proches17 qui lui suggèrent que « de toutes choses terriennes l’en devoit croire ceulz qui plus en savoient : donc nous vous loons, devers nous, que vous faciez ce que les nothonniers vous loent » (§ 626) ; ce souci de l’opinion des marins peut étonner alors que l’on sait, par ailleurs, quelles furent les réticences du roi à leur égard18, mais, en fait, il reflète bien la méconnaissance des choses de la mer qui est celle des barons et du roi lui-même : la mer est un lieu inconnu et par conséquent hostile qui suscite le désarroi des terriens ; suivant le conseil de ses proches, le roi interroge à nouveau les marins ; il leur demande ce qu’ils feraient si « la nef feust vostre » ; les marins avouent qu’ils ne débarqueraient pas « car il ameroient miex mettre leur cors en avanture de noier que ce que il achetassent une nef qui leur cousteroit. III.M. Livres et plus », mais ils comprennent que la vie du roi et de sa famille n’a pas de prix : « » or ne argent ne peut esprisier le cors de vous, de vostre femme et de vos enfans qui sont seans ; et pour ce ne vous loons nous pas que vous metez ne vous ne eulz en aventure » ; cette remarque est importante : le « cors le roy », même pour ces marins incultes, n’est pas seulement la personne physique de Louis, il représente la fonction royale, voire le royaume19. Finalement, malgré ces avis convergents, Louis IX décide de rester à bord ; en fait, s’il prend les avis éclairés des marins, et le conseil de son entourage, dans les cas les plus importants, il décide seul ; sur mer, il est le seul maître à bord et il échappe en quelque sorte aux obligations de la monarchie féodale : la mer n’appartient à personne, sauf à Dieu ; cependant, il explique les raisons de sa décision : s’il aborde à Chypre « il y a ceans tiex .V.C. persones et plus qui demorront en l’ille de Cypre pour la poour du peril de leur cors […] et qui jamez par aventure en leur païs ne renterront » (§ 628) ; Joinville souligne la lucidité du roi en racontant ce qui est arrivé à Olivier de Termes qui n’a pas osé rester à bord et qui a éprouvé tant de difficultés pour rentrer en France qu’il n’est revenu qu’au bout d’un an et demi, alors même que c’était « grand home et riche home » (§ 629) ; ainsi Louis IX fait preuve de lucidité et de courage, mettant sa vie en péril pour ne pas causer « tel doumage a ci grant peuple comme il a ceans » (§ 628). À l’imitation de Jésus Christ qui « mist son cors pour son peuple sauver », le (saint) roi protège ceux qui dépendent de lui.

  • 20 §642
  • 21 §162
  • 22 Ibid.
  • 23 § 153. Jacques Le Goff, op. cit., p. 490, pense que le silence de Joinville est réprobateur, ce qu (...)

15De même il choisit d’exposer sa vie plutôt que d’abandonner ses hommes, peut-être tombés aux mains des Sarrasins ; aux marins qui lui conseillent de ne pas attendre les galères qui ont débarqué sur l’île de Pantelleria, Louis répond : « je ne vous en croirai ja que je lesse ma gent entre les mains des Sarrazins que je n’en face au moins mon pouer d’eulz delivrer. Et vous commant que vous tounez vos voueles et leur alons courre sus20 » ; en la circonstance, Louis adopte la même attitude que celle qu’il eut durant la croisade ; il se comporte comme le garant, le soutien de ses hommes. La bravoure du roi est encore évidente lors du débarquement à Damiette ; Joinville raconte comment, entendant dire que l’enseigne de saint Denis était à terre, Louis « sailli en la mer, dont il fu en yaue jusques aus esseles » ; Joinville esquisse un portrait insolite du roi qui semble surgir des flots « l’escu au col et le heaume en la teste et le glaive en la main21 », véritable figure du croisé pressé d’en découdre : « en li dit que c’estoient Sarrazins. Et il mist le glaive desous s’esselle et l’escu devant li, et eust couru sus aus Sarrazins se ses preudeshomes qui estoient avec li li eussent souffert22 » ; la scène montre la hardiesse du roi ; le combattant est aussi le miles christi qui veut affronter « la gent païenie » ; or cette manière de se jeter à l’eau, quasi au sens propre, est d’autant plus remarquable que Joinville a raconté précédemment comment un de ses hommes est mort noyé en voulant sauter de la grande nef dans une chaloupe23.

  • 24 On le sait, Louis IX multiplie les édits interdisant le jeu.

16Roi guerrier, Louis IX est aussi un roi justicier et s’il est capable de clémence, il peut se montrer rigoureux ; ainsi lorsqu’il apprend que le retard des galères est dû à « des filz de borjeois de Paris » qui mangeaient des fruits dans les jardins de l’île de Pantelleria, il les punit sévèrement : ils sont condamnés à aller dans une chaloupe « ou en met les murtriers et les larrons » (§ 643) ; malgré les interventions de la reine et du sénéchal, le roi ne faiblit pas et ils « y demourerent tant que nous feumes a terre », précise Joinville ; or la condamnation morale se double d’une sévère punition physique puisque « quant la mer grossoioit, les ondes leur voloient par desus la teste, et les convenoit asseoir que le vent ne les emportast en la mer » (§ 644) ; de même durant la traversée entre l’Égypte et Acre, Louis IX montre, malgré sa faiblesse physique, sa volonté de faire respecter sur son navire les principes moraux qui l’animent et qui guident sa politique24 :

« Un jour il [le roi] demanda que le conte d’Anjou faisoit, et on li dit que il jouoit aus tables a mon seigneur Gautier d’Anemoes ; et il ala la tout chancelant pour la flebesce de sa maladie, et prist les dez et les tables, et les geta en la mer »
(§ 405)

17Les circonstances semblent aggraver encore, dans l’esprit du roi, la faute commise par son frère, selon la croyance qu’un seul pécheur à bord peut mettre le navire en danger ; cette anecdote fait écho aux propos de Joinville qui servent de conclusion au récit de son embarquement à Marseille : « Et ces choses vous moustré je, que celi est bien fol hardi qui se ose mettre en tel peril […] en pechié mortel, car l’en se dort le soir la ou en ne scet se l’en se trou-verra ou fons de la mer au matin » (§ 127).

18En effet, si Joinville campe l’image d’un roi protecteur de ses hommes, plein de bravoure et soucieux de justice, il n’oublie jamais qu’il parle de « nostre roy saint Looÿs » et le récit des navigations va être l’occasion de montrer sa piété.

  • 25 La Genèse, I, 21.
  • 26 Op. cit., p. 541.
  • 27 Benedeit, Le Voyage de saint Brendan, texte et traduction de Ian Short, 10/18, bibliothèque médiév (...)
  • 28 Cet aspect religieux est développé dans d’autres articles de ce volume, aussi ne fais-je que l’esq (...)

19Pour saint Louis, comme pour Joinville, la mer est un espace symbolique, connoté religieusement ; dans la Genèse, la mer est présentée comme le monde du chaos où « Dieu créa les grands monstres marins25 » ; dans le livre d’Isaïe, au chapitre 27, Yahvé fait disparaître les monstres qui ont survécu au chaos originel : « En ce jour là, Yahvé sévira avec son glaive dur, grand et fort, contre Léviathan, le Serpent fuyard, contre Léviathan, le Serpent tortueux, et il tuera le Dragon qui est dans la mer » ; et ces monstres réapparaissent dans l’Apocalypse de Jean où il est dit que Dieu détruira la mer pour apporter aux hommes la tranquillité ; la mer est alors mise en relation avec la mort : « Et de mer il n’y en a plus » (21, 1), « Et de mort il n’y en aura plus » (21, 4) ; la mer est donc le monde de la peur, sauf pour celui qui a la foi, comme en témoigne dans le Nouveau Testament l’épisode du lac de Tibériade. Dans les récits hagiographiques, les tribulations maritimes sont un lieu commun ; citons dans La Légende Dorée, les vies de Marie-Madeleine, de Nicolas, de Clément, etc. ; or comme l’écrit Jacques Le Goff « le topos du péril de la mer s’applique particulièrement aux croisés, ces héros pénitentiels qui entreprennent le plus dangereux des pélerinages, celui qui, par le “passage” maritime, conduit aux régions que définit si bien le terme d’“outre-mer26” » ; d’autres textes, comme La Navigation de saint Brendan, racontent des navigations d’îles en îles dont certaines présentent des caractères pré-paradisiaques27 ; enfin, certains motifs iconographiques nous renseignent sur l’imaginaire partagé par les chrétiens d’occident : la nef de saint Pierre sur une mer houleuse qui représente les dangers et les difficultés de la vie humaine, les naufrages de saint Paul de Tarse, etc.28

20Cet imaginaire influence Louis IX et Joinville qui raconte les « aventures de mer » qu’ils ont subies comme autant d’épreuves et qui se souvient de certains motifs hagiographiques.

  • 29 Cf. § 638, « Le roy et nous alames juesques au chief du courtil… »

21Ainsi un épisode du récit de Joinville rappelle ces îles où abordent les élus ; sur la route du retour, le roi et quelques membres de son entourage se rendent sur l’île de Lampedouse où ils trouvent : « un hermitage ancien dedans les roches […], les courtilz que les hermites qui y demouraient anciennement avoient fait » ; or ce verger a des traits paradisiaques : « Oliviers, figuiers, seps de vingne y avoit », dans la mesure où la végétation méditerranéenne a des connotations particulières pour les hommes du nord que sont le roi et ceux qui l’accompagnent ; enfin un détail renforce cette idée de paradis : « le ru de la fonteinne couroit parmi le courtil » ; or, le roi est descendu à terre29 (ce qui semble exceptionnel) et, lorsqu’ils arrivent au bout du jardin, se trouve « un oratoire en la premiere voute blanchi de chaus, et une croix vermeille de terre » et sous la seconde les corps de deux hommes, couchés vers l’orient, signes de la fragilité de la vie humaine ; l’île est, dans l’instabilité des flots, une invitation à la vie érémitique (de fait, deux marins y restent pour consacrer leur vie à la prière) et le rappel que le seul havre est à trouver en Dieu.

  • 30 Nous ne parlerons dans cet article que des réactions de Louis IX, mais il est important de noter q (...)

22De fait, face aux périls de la mer, la seule protection qui vaille est le recours à Dieu. À chaque fois que le danger est important, Louis IX prie avec ferveur ; ainsi lorsque la nef royale heurte le fond devant Chypre : « Le roy sailli de son lit tout deschaux, car nuit estoit, une cote sanz plus vestue, et se ala mettre en croiz devant le cors Nostre Seigneur, comme cil qui n’atendoit que la mort » (§ 39) ; ce récit qui figure dans la première partie qui « si devise comment il se gouverna tout son tens selonc Dieu et selon l’Église et au profit de son regne » est repris dans la seconde qui « si parle de ses granz chevaleries et ses granz faiz d’armes » ; Joinville ajoute alors deux détails : le roi est face contre terre et tout échevelé ; les précisions concernant son habillement et sa coiffure montrent la précipitation du roi et sa peur de mourir sans sépulture, sans funérailles, perspective horrible pour un chevalier ; quant à sa position, elle est révélatrice de son humilité devant la toute puissance de Dieu et sa foi dans Son intervention ; dans le récit de Joinville, suit immédiatement la constatation que l’incident aurait pu être pire s’ils avaient heurté les rochers qui se trouvent devant eux : ne suggérerait-il pas que la nef royale bénéficie, malgré les aléas de la navigation, de la protection divine30 ?

  • 31 Op. cit., p. 541.
  • 32 Jacques Le Goff, o.p. p. 753.

23De même, il est intéressant de noter que la flotte royale fut le théâtre d’un miracle : l’écuyer de Dragonet de Montauban tombe à la mer ; ceux qui sont dans la nef royale croient qu’il s’agit d’un ballot parce que « celi qui estoit cheu en l’yaue ne metoit nul conseil en li » ; quand il est finalement recueilli par une des galères du roi, Joinville lui demande pourquoi « il ne metoit conseil en li de garantir, ne par noer ne par autre maniere » et Dragonet répond : « que il n’estoit nul mestier ne besoing que il meist conseil en li, car si tost comme il commença a cheoir, il se commenda a Nostre Dame de Vauvert et elle le soustint par les espaules des que il cheï jusques a tant que la galie le roy le requeilli » (651) ; belle preuve de confiance et de foi qui impressionne suffisamment le sénéchal de Champagne pour qu’il fasse représenter ce miracle dans sa chapelle de Joinville et sur les vitraux de Blécourt31. Or ce miracle intervient juste avant le débarquement en Provence ; il clôt le récit du voyage de retour et de ses vicissitudes, tout se passe comme s’il s’agissait d’un signe de Dieu pour signifier que le roi, responsable de ses hommes, avait su triompher de ces tribulations qui apparaissent comme autant de mises à l’épreuve de sa foi ; en effet, le récit de voyage de Damiette à Hyères relève plus de l’hagiographie que du témoignage ; dans cette partie, plus qu’ailleurs, la mer apparaît comme un espace religieux et symbolique ; lieu des frayeurs les plus ataviques, elle devient celui des miracles, et la protection divine qui s’exerce en faveur de Louis IX et des croisés participe du discours hagiographique de Joinville ; Jacques Le Goff rappelle que le pape Boniface VIII a donné comme preuve de la sainteté de Louis la façon dont il affronta la mer pour la croisade32.

  • 33 Ibid., p. 753
  • 34 Jacques Monfrin précise, dans les notes, qu’il n’a rien trouvé de semblable dans les œuvres de sai (...)
  • 35 On pense à la nef de saint Pierre, symbole de l’Église, en ce monde fluctuant.

24Le roi lui-même tire les enseignements de cette expérience ; Joinville rapporte à deux reprises le discours que lui tient Louis IX ; le premier passage se situe dans la première partie de l’œuvre (§ 39 à 41), le second (§ 634 à 637) dans le récit de la traversée du retour ; il s’agit d’un discours didactique et d’une réflexion sur les rapports entre Dieu et les hommes ; Louis IX a compris leur mésaventure (l’échouage devant Chypre) comme un avertissement de Dieu et il réfléchit au sens qu’il faut lui donner ; il souligne le fait qu’ils ont failli être victime d’« un de ses petiz venz, qui est si petit que a peinne le sceit on nommer » et l’énumération qui le désigne lui et sa famille oppose la puissance temporelle du « roy de Franc, ses enfans et sa femme et ses gens » à la répétition de l’adjectif « petit » pour qualifier le « garbin » qui, comme le précise Joinville « n’est mie des .IIII. Mestres venz ». Cet « enseignement » est révélateur de la religion de saint Louis qui se fonde sur une foi qui est d’abord amour de Dieu ; c’est ainsi que le second passage insiste sur « la grant amour de Dieu » qui agit ainsi pour « nous esveiller » et le roi ne manque pas de remercier Dieu ; la leçon est complétée par une action de grâce : « Or li devons gré et grace rendre du peril dont il nous a delivrez » ; mais pour autant Louis IX craint Dieu, même si « sa religion n’est pas une religion de la peur33 ». Il explique à Joinville que Dieu ne menace pas les hommes « pour [son] preu ne pour [son] avantage », mais le fait « pour nostre profit » et Louis en conclut que cet avertissement est un encouragement à se corriger et à s’amender ; de fait, comme l’écrit Jacques Le Goff : « Il adhère pleinement à la doctrine chrétienne du mal, châtiment de Dieu pour le bien des hommes qui savent l’entendre34 ». Pour Louis IX, si l’homme refuse de comprendre la leçon, Dieu peut comme le bon maître punir l’impénitent « car après la menace, quant le mauvais serjant ne se veut amender, le seigneur le fiert ou de mort ou de autres greingneurs mescheances, qui piz valent que mort » ; en fait cette comparaison montre bien que Louis conçoit sa relation à Dieu sur le modèle de la relation vassalique. Pour exposer ses idées de manière très didactique, le roi imagine un dialogue entre saint Anselme35 et Dieu, qu’il rapporte à son interlocuteur, au style direct, ce qui confère une vivacité certaine aux propos. Deux idées sous-tendent le discours du roi ; d’une part celle d’une Providence à laquelle chacun doit être attentif ; d’autre part la croyance selon laquelle la tempête peut être l’expression de la colère de Dieu ; alors seul l’homme capable de se repentir, de « regarde[r] […] que il n’i ait chose qui li desplaise », de louer Dieu et de se soumettre à Lui (« et se nous trouvons chose qui luy desplaise que nous n’ostions hors »), triomphe de la mort physique et spirituelle ; en effet, Louis IX fonde sa dévotion sur le sens du péché et parce qu’il croit à l’infinie bonté de Dieu, il espère le salut s’il se repent. Au terme d’une croisade difficile, Louis IX pense la mer comme un espace de pénitence ; sa nef est ballottée, mise en aventure de mer36, mais Dieu veille et, face aux fluctuations du monde, la foi est une force inébranlable.

25Ainsi, les traversées maritimes révèlent les qualités d’organisateur du roi, son sens des responsabilités, son courage et son attachement à la foi chrétienne ; la mer est l’espace de tous les dangers et celui des épreuves morales et spirituelles ; elle est aussi celui de la pénitence et de la révélation, révélation du péché et de la contrition, révélation de Dieu aux hommes.

Notes

1 L’édition utilisée est celle de Jacques Monfrin, Paris, Dunod, 1995, coll. « Classiques Garnier ».
De nombreuses expressions insistent sur cet aspect de la croisade : « quant la chose fu bien aree… » (§146) ; « fist arreer le roy ses nef pour revenir en France », « les nefs et les galies furent atirees en tel manière que… » (§ 616).

2 À propos du voyage de retour, Joinville précise : « après ce que nous eumes esté .X. semaines en la mer arrivâmes a un port » (§ 652).

3 « trouva l’en le fourment et l’orge aussi frez comme se l’en l’eust maintenant batu » (131).

4 Nous pourrions citer le § 649 : « Seneschal, je vous comment que… » ; nous reviendrons sur ce point.

5 « De l’ille de Cypre nous partimes puis que nous eumes pris en l’ille de l’yeaue fresche et autres choses qui besoing nous estoient » (§ 638).

6 Il semble qu’alors on ne craignait pas d’embarquer des lapins sur les navires.

7 Il s’agit de la flotte composée par les navires des barons de Louis IX : cf. § 146 et 147. ; au retour, il n’y aura plus que treize « nefs que galies ».

8 Cf. § 146 ; notons que cette comparaison laisse transparaître un sentiment de nostalgie : Joinville au moment de quitter la terre ferme se souvient des champs couverts de toiles multicolores mises à sécher par les lavandières champenoises.

9 Cf. § 150 à 160.

10 Nous y reviendrons ci-dessous.

11 Voir : La Méditerranée médiévale. Perceptions et représentations, sous la direction de Hatem Akkari, éd. Maisonneuve et Larose,

12 Voir aussi le § 622.

13 Comme celui qui a induit les marins en erreur devant Chypre : « Celi samedi leva une bruine de la terre et descendi de la terre sur la mer ; et pour ce cuiderent nos mariniers que nous feussions plus loing de l’ille de Cypre que nous n’estions » (§ 618).

14 Les marins sont obligés de jeter cinq ancres « encontre le vent » pour résister à la tempête (§ 630).

15 Comme le souligne Monique Santucci, « Peur, Prouesse, Prud’homie. La voix de Joinville dans la Vie de saint Louis », Jean de Joinville : de la Champagne aux royaumes d’outre-mer, Etudes réunies par Danielle Quéruel, Dominique Guéniot éditeur, 1998, p. 147 à 150.

16 « Et je vous tesmoing que il disoient voir, car je vi la femme et l’enfant en l’ostel au conte de Joingny en la cité de Baffe, que le conte nourissoit pour Dieu » (§ 625)

17 Pierre le Chambellan, messire Gilles le Brun, connétable de France, messire Gervaise d’Escrennes, l’archidiacre de Nicosie et Joinville.

18 Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996, p. 542.

19 Je me permets de renvoyer à mon article : « Le « cors le roy » dans la Vie de saint Louis de Joinville », La figure du roi, t. 2, Bien dire et bien aprandre, n° 18, p. 43 à 56.

20 §642

21 §162

22 Ibid.

23 § 153. Jacques Le Goff, op. cit., p. 490, pense que le silence de Joinville est réprobateur, ce qui ne me semble pas évident ; il me semble, au contraire que le sénéchal de Champagne a une certaine admiration pour le roi guerrier, particulièrement dans ce contexte de la croisade.

24 On le sait, Louis IX multiplie les édits interdisant le jeu.

25 La Genèse, I, 21.

26 Op. cit., p. 541.

27 Benedeit, Le Voyage de saint Brendan, texte et traduction de Ian Short, 10/18, bibliothèque médiévale, n° 1652 ; je pense en particulier à l’île d’Ailbe et à l’île de Paul l’Ermite.

28 Cet aspect religieux est développé dans d’autres articles de ce volume, aussi ne fais-je que l’esquisser ici.

29 Cf. § 638, « Le roy et nous alames juesques au chief du courtil… »

30 Nous ne parlerons dans cet article que des réactions de Louis IX, mais il est important de noter qu’alors que le vent s’est levé dangereusement, la reine vient demander au roi de promettre « aucun pelerinage, ou a ses sains, par quoy Dieu nous delivrast de ce peril » (§ 631) ; Joinville lui conseille alors de promettre « la voie a mon seigneur saint Nicolas de Warangeville » ; la reine n’ose décider seule et accepte finalement de promettre en son nom « une nef d’argent de .V. mars » ; elle quitte le sénéchal et, raconte-t-il, un court moment plus tard, elle revint à nous et dit « Saint Nicolas nous a garantis de cest peril, car le vent est cheu » ; ainsi seule la foi en l’aide de Dieu et ses saints garantit contre les périls de la mer.

31 Op. cit., p. 541.

32 Jacques Le Goff, o.p. p. 753.

33 Ibid., p. 753

34 Jacques Monfrin précise, dans les notes, qu’il n’a rien trouvé de semblable dans les œuvres de saint Anselme. Dans le second récit, il s’agit de « le saint ».

35 On pense à la nef de saint Pierre, symbole de l’Église, en ce monde fluctuant.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540