Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

L’idée d’un monde marin parallèle du monde terrestre : émergence et développements

Jacqueline Leclercq-Marx

Texte intégral

  • 1 Bref commentaire et superbes reproductions photographiques dans E. Murbach, Zillis. Images de l’un (...)
  • 2 Actuellement, le plafond de l’Hôtel du Voué est déposé au Musée de la Cour d’Or à Metz. Descriptio (...)
  • 3 E. Poeschel, op. cit., p. 13.
  • 4 Gervais de Tilbury, Otia imperialia, 3, 63 (tr. et comm. A. Duchesne, Paris, Les Belles Lettres, 1 (...)

1La croyance en une contrepartie marine de certains aspects du monde terrestre – sa faune notamment – filtre ici et là, tant dans la littérature que dans l’art du Moyen Âge. On notera à cet égard l’existence de deux ensembles exceptionnels constitués par le plafond peint de l’église Saint-Martin de Zillis (Rhétie)1, et par celui de l’ancien hôtel canonial de Metz2 (Lorraine), dont les décors ont été respectivement réalisés vers 1160 et 1220. Dans le premier cas, le plafond dont le centre est occupé par des scènes religieuses, comprend plus de quarante panneaux ornés d’animaux à queue de poisson : quadrupèdes familiers – cervidés, chiens, loups, chevaux… (fig. 1) –, exotiques – éléphants –, ou d’essence monstrueuse – sirènes, licornes et centaures –, sans oublier les oiseaux. Pour ce qui est du plafond de Metz, on y retrouve à côté d’autres, certains hybrides déjà cités (fig. 2) auxquels s’ajoutent des figures anthropomorphes. Bien que les étranges créatures de Zillis, situées en bordure du plafond, aient été parfois présentées comme une allégorie de l’« Océan primordial3 », cette faune ichtyomorphe ne semble pas devoir s’interpréter de manière symbolique. On y verrait davantage l’écho d’une idée bien dans l’air du temps, comme en témoigne Gervais de Tilbury au début du xiiie siècle, et même s’il localise le prodige de manière précise : « il n’y a pas d’être vivant habitant sur notre terre dont on ne puisse observer l’image ressemblante chez les poissons de la mer d’Angleterre4 ». À noter que l’expression ab umbilico superius, difficilement exprimable en français, rend bien l’idée que dans les contreparties marines d’espèces terrestres, le haut du corps reste inchangé, à l’inverse du bas qui présente invariablement une forme de poisson. Ce n’est rien d’autre que l’on constate dans les transpositions peintes qu’on vient d’évoquer.

  • 5 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 9, 2 (éd., tr. et comm. E. de Saint-Denis, Paris, Les Belles L (...)
  • 6 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 9, 5 (ibid., p. 40) :… Tritonem qua noscitur forma. [Et] Nerei (...)
  • 7 La formation du vocabulaire relatif aux poissons par la translatio a similitudine a été formulée p (...)
  • 8 Elien, De natura animalium, 16, 18 (éd. et tr. angl. A. F. Scholfield, Londres, Loeb, t. 3, 1959, (...)
  • 9 Megasthènes, Indica (éd. E. A. Schwanbeck, Bonn, 1848, Frg. LIX).
  • 10 Strabon, Géographie, XV, 1, 15 (éd. A. Meineke, Leipzig, Teubner, 1866, t. 3, p. 962 ; tr. A. Tard (...)

2Si l’idée d’un monde marin symétrique du monde terrestre est donc attestée dans l’art du Moyen Âge, il serait toutefois faux de croire qu’elle en est une création. En effet, on en trouve déjà les prémices dans l’Antiquité. Ainsi y a-t-il dans l’art gréco-romain des représentations de triton(e)s et d’icthyocentaures, notamment dans les thyases marins et dans les scènes évoquant la naissance de Vénus. Mais il faut bien reconnaître que la contrepartie marine du bestiaire antique est assez limitée dans le domaine de l’iconographie. Par contre, on relève plusieurs fois – sous l’une ou l’autre forme – l’idée d’un monde marin symétrique au monde terrestre dans la littérature latine de basse époque. À en croire Pline l’Ancien, il s’agirait même là d’un topos, puisqu’il affirme, après avoir évoqué la prodigieuse fécondité de la mer en matière de monstres : « ainsi se vérifie l’opinion commune que tous les êtres naissant dans une partie quelconque de la nature se trouvent aussi dans la mer5 […] ». Ce qui est déconcertant à cet égard, est que son Histoire naturelle fait seulement état de deux véritables contreparties marines, des hybrides d’homme de surcroît, puisqu’il s’agit du triton « conformé comme l’on sait » et de la néréide hérissée d’écailles « même dans la partie où elle a figure humaine6 ». Pour le reste, les « éléphants », « béliers », « veaux », « lièvres » ou « hirondelles »… de mer désignent des poissons dont l’aspect, le comportement ou bien encore le cri analogues à ceux d’espèces terrestres leur ont valu ces noms, à l’instar des singes des mers et autres poissons-léopards cités un peu plus tard par Elien7. Par contre, c’est bien à des monstres marins dérivés d’animaux terrestres que ce dernier fait allusion quand il évoque les poissons à tête de lion et de léopard, de loup et de bélier qui peuplent la mer entourant l’île de Taprobane8. À la place des pattes, dit-il, ils ont des griffes et des nageoires, en plus d’une longue queue souple. C’est par ailleurs avec celle-ci qu’ils secouent les palmiers-dattiers dont ils apprécient les fruits, quand ils accostent la nuit pour se nourrir, après avoir brouté l’herbe des champs « comme le bétail et les corbeaux ». Cette assertion, sans doute inspirée de Megasthènes9, trouve un écho chez Strabon qui l’impute toutefois à Onésicrite : « Voici, par exemple, ce qu’Onésicrite nous apprend au sujet de Taprobane […]. Il ajoute […] qu’enfin il y a dans ses eaux un grand nombre de cétacés amphibies qui ressemblent ou à des bœufs, ou à des chevaux, voire à d’autres animaux terrestres10 ».

  • 11 Chapitre 50 (tr. A. Zucker d’après l’éd. de F. Sbordone, Grenoble, J. Million, 2004, p. 258-260).
  • 12 Ibid., p. 261-263.
  • 13 X. Muratova, « I manoscritti miniati del Bestiario medievale : origine, formazione e sviluppo dei (...)
  • 14 Isidore de Séville, Étymologies 12, 6, 9 cite encore les chevaux marins (éd. J. André, op. cit., p (...)
  • 15 V. F. Brunhölzl, Histoire de la littérature latine du Moyen Âge (tr. H. Rochais, compl. bibliog. J (...)
  • 16 Liber monstrorum, II, 32 (éd. et tr. A. Orchard, Pride and Prodigies. Studies in the Monsters of t (...)

3Quant à la deuxième collection du Physiologus grec, rédigé à la fin du iie siècle, et ancêtre de tous les Bestiaires médiévaux, il y est fait état d’un cheval d’eau, mi-cheval, mi- » énorme poisson11 ». Mais cet animal étrange, inséré dans un chapitre composite inspiré en partie d’un passage d’Hérodote (Enquêtes, 2, 93) sur la migration des poissons du Nil, n’est en rien mis en relation avec un monde parallèle : il sert uniquement à symboliser le chemin de la vraie foi en tant que guide des autres poissons12. Il n’en reste pas moins qu’on sait qu’il fut représenté en tant que tel dans les plus anciens cycles d’illustration contemporains de sa formation, si l’on se réfère à des manuscrits italo-grecs tardifs qui en conservent le souvenir. Pour Xénia Muratova, le cheval marin entouré de poissons qui est peint dans le ms. gr. IV. 35, f° 18 v° de la Biblioteca Marciana à Venise, dériverait ab origine de dessins contenus dans des cahiers de modèle destinés aux peintres et aux mosaïstes devant représenter des sujets marins ou nilotiques13. Il est encore question de ce même « cheval d’eau14 » – à ne pas confondre donc avec l’hippocampe – dans le Liber monstrorum, composé entre le milieu du viie siècle et le début du siècle suivant « dans les environs de la Manche15 ». Mais ce qui nous intéresse encore davantage dans ce traité de tératologie non moralisé, est le passage dans lequel son auteur répète, sans doute à la suite de Pline – quoiqu’il soit explicitement question de « fables des Grecs » – que toutes les bêtes (bestias) et animaux (animalia) terrestres y compris plusieurs espèces de monstres (monstrorum) et de bêtes sauvages (beluarum) se retrouvent dans la mer tyrrhénienne16. On relèvera à cet égard l’utilisation de quatre termes différents pour qualifier ces monstres dont il est dit, tout de suite après, qu’ils possèdent « deux pieds » (binis pedibus) et un corps écailleux de la poitrine jusqu’à la queue, avant qu’il soit plus précisément question de « lions marins, tigres, panthères, onagres, lynx et léopards ainsi que toutes sortes de bêtes sauvages et d’animaux qui sont passés (transierint) de leur région d’origine (proprias regiones) à la mer ». On notera également que ces derniers sont en quelque sorte des transfuges puisqu’ils ont quitté leur élément naturel pour s’établir dans l’eau, ce qui a induit leur métamorphose en poisson. Enfin, on retiendra encore que pour la première fois, cette mer accueillante aux contreparties d’animaux terrestres, est individualisée puisque le phénomène est censé se passer exclusivement dans la mer tyrrhénienne (in mari Tyrrheno).

  • 17 V. supra, passim et n. 4.
  • 18 Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, 6, 1 (éd. H. Boese, Berlin-New-York, de Gruyter, 1973, (...)
  • 19 Mais il est encore question d’un lièvre à queue de poisson dans le chapitre relatif aux poissons d (...)
  • 20 Respectivement Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, 6, 18 ; 6, 46 et 6, 34 (ibid., p. 239, (...)
  • 21 Albert le Grand, De animalibus, 26,1, 85 (éd. H. Stadler, Munster, Aschendorff, 1920, p. 1540).
  • 22 Voir la notice « Fragment eines Kapitell », Die Skulpturen vom 12. bis 18. Jahrhundert (dir. G. Fa (...)
  • 23 Johannis Pistorius, Chronicon, 1, 28 (éd. B. G. Struvius, Germanicorum scriptorum 2, Ratisbonne, 1 (...)
  • 24 H.-J. Cotte, Poissons et animaux aquatiques au temps de Pline. Commentaires sur le Livre IX de l’H (...)

4Pour Gervais de Tilbury, qui écrit vers 1210, c’est par contre dans la mer d’Angleterre (in mare Britannico) qu’il intervient17. Et cette fois, comme il le proclame, tous les êtres vivants « habitant sur notre terre » sont concernés, affirmation qu’il illustre ensuite par une énumération où le chien et le porc des mers, rapprochés ensuite du dauphin, précèdent un poisson-roi « portant sa couronne », un chevalier « tout armé » chevauchant sa monture et un poisson moine « revêtu d’écailles monacales ». Un peu plus tard, Thomas de Cantimpré, reprendra cette assertion dans son introduction au chapitre sur les monstres marins qui, par ailleurs, sont présentés comme des créatures créées par Dieu, et non le fruit d’accouplements adultérins18. Cette fois encore, et en flagrante contradiction avec le titre du chapitre, la suite du texte fait peu état de contreparties véritables19. Nous y avons seulement relevé la présence d’un cheval ichtyomorphe en plus de la sirène – présentée à la fois comme femme-poisson et comme femme-oiseau, – et du moine marin20 dont la description inspira un peu plus tard celle d’Albert le Grand21. C’est ce même monachus marinus qui est sculpté sur un relief rhénan, d’avant 120022 (fig. 3) où l’on discerne bien sa tonsure, ainsi que le capuchon servant de hotte à poissons qui le caractérisait déjà chez Godefroid de Viterbe, chroniqueur germanique du xiie siècle : « Là vit le poisson-moine ou en forme de moine, et il porte dans les profondeurs de la mer sa tête encapuchonnée23 ». On voit toute la distance qui sépare le phoca monachus – phoque dont le nom évoquait le moine sous lequel on le désignait parfois à cause des couleurs de son pelage24 — et le monachus marinus, mi-homme tonsuré, mi-poisson que les encyclopédistes précités localisaient eux aussi « dans la mer de Bretagne », et dont ils décrivaient le caractère enjoué mais dangereux pour l’homme. On le reconnaît encore dans l’Hortus sanitatis, livre d’Histoire naturelle, publié par Meydenbach à Mayence en 1491, où il est mentionné en même temps que d’autres contreparties marines d’espèces terrestres (fig. 5). Il y apparaît même deux fois : d’abord dans le frontispice du chapitre consacré aux poissons ensuite comme illustration de la notice qui lui est consacrée (fig. 4). Mais en dépit des apparences, le moine marin apparaît peu chargé symboliquement, et dénué de tout rapport avec un ailleurs mythique où il jouerait quelque rôle.

  • 25 D’après H. Kraemer, L’Univers et l’Humanité. Histoire des différents systèmes appliqués à l’étude (...)
  • 26 L’idée d’inventer le tournoi en regardant des poissons se battre entre eux se trouve déjà dans le (...)
  • 27 Éd. J. Taylor, Genève, Droz, t. 1, 1979, p. 167 – 168 (Textes littéraires français, 279). Sur ces (...)
  • 28 Éd. G. Roussineau, Genève, Droz, 1991, p. 273-274 (Textes littéraires français, 409). Lire aussi l (...)
  • 29 Ibid., p. 274-285.
  • 30 Une exception par rapport à ces chevaliers modèles : le redoutable chevalier de mer du Chevalier a (...)

5Par contre, les « chevaliers marins » et autres « poissons chevaliers » y sont clairement associés – on le verra bientôt – ce qui ne les a pas empêchés de se voir parfois attribuer une certaine réalité, puisqu’un chroniqueur breton, lié au milieu hennuyer, relate la découverte, en 1308, sur la côte hollandaise, d’un homme marin armé comme un chevalier25. Mais tout en se situant dans la tradition du Roman d’Alexandre, c’est l’auteur du Roman de Perceforest qui leur donnera leurs lettres de noblesse – si l’on peut dire – en les associant non seulement à la naissance de l’institution du tournoi26 mais aussi à l’enseignement des vertus chevaleresques27. Curieusement, leur apparition y est précédée par celle de poissons « tresmerveilleux » à tête de bœufs, de « moutonscornus », de cerfs et d’ours paissant l’herbe et mangeant les racines et les feuilles des arbres avant de retourner dans l’eau28, comme cela est dit de manière très proche chez Elien – ce qui pose évidemment le problème des intermédiaires. Mais ce qu’on notera surtout, est que cet étrange prologue a manifestement la fonction d’introduire l’idée d’un monde marin symétrique du monde terrestre, et de préparer l’arrivée, le lendemain, des poissons-chevaliers29. Malheureusement, on ne sait rien de plus sur le monde auquel ils appartiennent ni sur les rapports qu’ils entretiennent avec le nôtre. Une seule chose est sûre : ils ont des leçons à donner aux humains, et ces leçons sont des leçons de chevalerie30.

  • 31 Cette cheminée, ainsi que celle du château d’Écaussinnes-Lalaing, citée plus bas, sont reproduites (...)
  • 32 J.-B. Rietstap, Armorial général illustré par V. et H. Rolland, Lyon, Sauvegarde historique, [1954 (...)
  • 33 Olivier de La Marche, Mémoires (éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, Paris, Renouard, 1885, t. 3, p. 1 (...)
  • 34 Antoine de la Sale, La Salade (éd. F. Desonay, Liège, 1935, p. 134) : « On y voit poissons monstru (...)

6Comme on pouvait s’y attendre, l’art de la fin du Moyen Âge associera souvent chevaliers marins et noblesse à travers d’étonnantes mises en scène. Ainsi, un chevalier marin et une sirène encadrent les armes de Charles Quint, tout en jouant le rôle de tenants d’armoirie, sur une cheminée anversoise du début du xvie siècle31. Et sans doute n’est-ce pas un hasard si le blason de plusieurs familles de Flandre, des Pays-bas et d’Allemagne accueille la silhouette d’un chevalier marin32. Par ailleurs, on note sa présence, aux côtés de sirènes, dans plusieurs mascarades liées à la Cour de Bourgogne, et notamment lors de l’une des entrées de Philippe le Bon à Bruges33. Manifestement, ces hybrides d’apparence pourtant grotesques semblent avoir assez largement incarné l’idéal chevaleresque dans les régions citées auxquelles on peut sûrement associer le Hainaut. On rappellera à cet égard, que l’auteur du Roman de Perceforest est très vraisemblablement un clerc d’origine hennuyère, et qu’une cheminée monumentale au décor proche de celui qu’on vient d’évoquer, domine la salle d’armes du Château d’Écaussinnes-Lalaing, sis en Hainaut. Un certain nombre d’éléments convergent donc pour faire de ces chevaliers marins des créations « nordiques », à l’instar d’ailleurs des autres hybrides d’animaux terrestres et de poissons qui, à partir de la fin du xiie siècle, sont significativement situés dans la « mer de Bretagne », ou en Islande, comme le fait un peu plus tard Antoine de la Sale34. Un peu comme si l’héritage antique et méditerranéen transmis par Pline et Elien avait fécondé un imaginaire germano-celtique tout prêt à le recevoir et à l’enrichir.

  • 35 T. P. Cross, Motif Index of early Irish Literature, Bloomington, Indiana University, 1939, p. 231, (...)
  • 36 Ibid., motif 133.3 et not. Ch. Plummer, Vitae Sanctorum Hiberniae partim hactenus ineditae, Oxford (...)
  • 37 T. P. Cross, op. cit., motifs B 71 f, B. 181, 3, B. 182.2.0.2.
  • 38 Navigatio Sancti Brendani Abbatis, [21] (éd., intr. et n. C. Selmer, Notre-Dame, 1959, p. 5758), e (...)
  • 39 « The Voyage of Mael Duin’s Boat this » (Immram Curaig Mailduin inso), éd. et tr. W. Stokes, Revue (...)
  • 40 Gautier Map, De Nugis Curialium, 4, 13. Analyse et contextualisation de l’histoire par M. Possamai (...)
  • 41 J. Leclercq-Marx, op. cit., p. 69-91 (§ Du viie au xe siècles. Concepts anciens. Formes nouvelles)
  • 42 Repr. dans M. R. James, The Bestiary. Being a Reproduction in full of the Ms. li.4.26 in the Unive (...)
  • 43 D. James-Raoul, op. cit., p. 209.

7Et de fait, le folklore et la littérature irlandaise comportent maintes références à des mondes marins parallèles, et notamment à une contrepartie marine du monde terrestre en rapport ou non avec un au-delà imaginé comme sous-marin35. On y trouve ainsi la transplantation pure et simple d’une réalité terrestre sous l’eau, comme l’évocation de villes et de monastères sous-marins36, mais aussi la mention, dans l’hagiographie, de chevaux, de vaches et de chats à queue de poisson37. Il est par ailleurs certains passages d’immrama où l’on observe une étonnante « circulation » entre mondes marin et terrestre. Ainsi, dans la Navigatio Sancti Brandani Abbatis, et dans le texte anglo-normand qui en a été tiré, il est question de poissons monstrueux (bestie) qui surgissent des fonds marins pour accompagner les chants que Brandan entonne en l’honneur de saint Pierre38 ! Quant au Voyage de Mael Duin, il met en scène une île peuplée de « bêtes de feu » et d’oiseaux « nageant sur les vagues », qui n’est pas sans évoquer l’île de Taprobane où Elien situait ses poissons à avant-corps de quadrupèdes39. On note une même facilité à passer du monde terrestre au monde marin dans le domaine anglosaxon. L’histoire de Nicolas Pipe, contée par Gauthier Map, est tout à fait emblématique à cet égard40. Cette évidence est encore renforcée par des constats en matière d’iconographie : l’art insulaire est particulièrement riche en monstres marins, et apparaît impliqué dans la métamorphose de la sirène-oiseau en sirène-poisson41. Sans doute n’est-ce pas un hasard non plus si c’est uniquement dans deux Bestiaires anglais – le ms. Cambridge, University Library Ii.4.26, du xiie siècle42, et le Bestiaire d’Alnwick, du milieu du xiiie siècle (fig. 6) notamment – que sont peints des quadrupèdes ichtyomorphes au seuil de la partie consacrée aux poissons. Ce parti manifeste à l’évidence « une volonté d’exhiber l’extraordinaire, l’hybride, même si celui-ci emprunte à une réalité terrestre bien connue43 […] ».

  • 44 Voir à ce sujet, en ce qui concerne précisément la faune marine, les commentaires éclairants de D. (...)
  • 45 C’est également la conclusion à laquelle arrive S. Douchet, op. cit., p. 310.
  • 46 Évocation des plus anciennes versions de cet épisode dans D. J. A. Ross, Alexander and the faithle (...)

8Il reste à s’interroger sur les raisons de la faveur dont a joui, au Moyen Âge, le concept de monde marin parallèle du monde terrestre, au point de se transformer en motif littéraire, et en thème artistique. Pour ce qui est de la littérature encyclopédique, le poids de la tradition antique est sans doute prépondérant, mais il ne faut pas sous-estimer l’influence de la pratique séculaire de l’étymologie, ni celle de la scholastique qui favorisa la confusion entre le mot et la chose44. En tout état de cause, les espadons au nez en forme d’épée (gladius) et autres poissons-scies dont la morphologie rappelait des pièces d’arme, ont été une des sources de l’élaboration des chevaliers poissons45. Qu’on découvre ces derniers dans la littérature romanesque n’a rien d’étonnant, vu la perméabilité d’un genre à l’autre. On a également fait état de l’au-delà germano-celtique lié à l’eau, et riche en merveilles, et d’un folklore nordique accueillant à l’idée d’un monde parallèle sous la mer. Il faut encore réserver une place à part à certaines versions du Roman d’Alexandre qui semblent avoir joué un rôle déterminant, tant dans la définition du chevalier de mer comme paradygme du bon chevalier que dans la diffusion du concept de monde marin symétrique du monde terrestre. En effet, dans certaines d’entre elles, le monde aquatique que découvre le héro macédonien lors de son voyage sous les mers46, est habité par une faune mi-réelle mi-fantastique, ou encore par une faune identique à celle qui se rencontre sur la terre. C’est notamment le cas de la version en prose en ancien français, éditée par Alphonse Hilka :

  • 47 Der altfranzösiche Prosa Alexanderroman nach der Berliner Bilderhandschrift nebst dem Lateinischen (...)

Illuec vit il les diverses samblances des poissons et lor diverses colors et les grans balaines et plusiors autres poissons qui avoient forme de bestes qui sont sor terre et vont sor lour piés ou fons de la mer, coeillant les fruis des arbres qui i croissent. […] Il vit aussi tant de merveilles que por ce qu’elles ne sunt creables as houmes, ne le volt il descouvrir a nullui. Mais tant en descouvri que il dist que il i avoit veü poissons qui avoient samblance d’oume et de feme et aloient sor lor piés au fons de la mer et se norissoient aussi des autres poissons comme li houme font en cestui monde des autres bestes47.

  • 48 Voir not. D. J. A. Ross, op. cit. ; eod., Illustrated Medieval Alexander-Books in Germany and the (...)
  • 49 Discussion à propos de l’archétype dans E. G. Millar, A Thirteenth Century Bestiary in the Library (...)

9Très logiquement cette faune se retrouve dans l’illustration de cette version et de ses dérivés, mais parfois elle en est indépendante48. Et le peintre a souvent pris la liberté de représenter sous les flots des êtres dont il n’est pas question dans le texte. Ainsi, voit-on deux tritons devisant et deux poissons-chevaliers en train de s’affronter, sur une miniature provenant d’un manuscrit copié dans le nord de la France, à la fin du xiiie siècle49 (fig. 7). Quant à celle qui illustre un exemplaire réalisé à Mons en 1448, elle présente significativement, outre les poissons et les crustacés, une sirène-poisson ainsi que des hommes en armes et des quadrupèdes évoluant sur le fond sablonneux (fig. 8).

  • 50 F. Dubost, Aspects fantastiques de la littérature médiévale, Paris, Champion, 1991, p. 230.
  • 51 Cl. Kappler, op. cit., p. 229.

10Pour ce qui est des explications de type anthropologique et cosmologique, nous dirons, à la suite de Francis Dubost, que nos monstres marins, comme les autres créatures monstrueuses d’ailleurs, s’inscrivent à contre-courant de la pensée dominante, soit pour ramener à la surface des idées anciennes appartenant à la « pensée sauvage », soit pour constituer, sur les vestiges d’une autre culture, un domaine réfractaire à l’explication50. On a vu qu’ils jouissaient d’un statut encyclopédique qui ne sera pas remis en cause avant longtemps. Nous rappellerons aussi, dans le sillage de Claude Kappler que « les monstres par ressemblance manifestent, comme « signatures », une homologie générale ». Car le monde médiéval était perçu comme « formé d’étages qui, chacun, contenaient et reflètaient l’ensemble de l’univers. Chaque microcosme était l’image du macrocosme, et, comme dans un jeu de miroirs, les images se renvoyaient mutuellement à l’infini51 ». Il n’est pas étonnant dès lors, qu’on ait cru que la mer contenait exactement les mêmes êtres que la terre, mais adaptés à leur milieu. Et il était inévitable que l’art et la littérature du Moyen Âge soient imprégnées par ce qui n’est sans doute pas un concept structuré, mais une idée sous jacente à la théologie et à la cosmographie de l’époque, au confluent de plusieurs cultures.

Figure 1 : Saint-Martin de Zillis (Rhétie). Plafond peint, c. 1160. Cervidé et canidé icthyomorphes (dét.). (D’après E. Murbach, Zillis. Images de l’univers roman, p. 42.)

Figure 2 : Ancien hôtel canonial de Metz (Lorraine). Plafond peint, c. 1220 (Musée de la Cour d’Or, Metz). Phoque et canidé ichtyomorphes (dét.). (D’après La Cour d’Or : trésors du Musée de Metz – Texte M. Sary ; photos Ch. Legay –, Metz, 1988, fig. 58.)

Figure 3 : Fragment de chapiteau. Rhénanie, avant 1200. (Musée du Rhin moyen, Coblence). Moine marin. (D’après Bestandskataloge des Mittelrhein-Museum Koblenz, t. 3, p. 14.)

Figure 8 : Ms. Paris, BnF, ms. fr. 9342, f. 182 (Mons, Hainaut, 1448). L’aventure marine d’Alexandre. (D’après Dans l’eau, sous l’eau…, dir. D. James-Raoul et Cl. Thomasset, photo de couverture.)

Figure 4 : Hortus sanitatis, f° 353 v°. Mayence, 1491. Huîtres, paon et lièvre marins. © Bibliothèque royale, Bruxelles.

Figure 5 : Hortus sanitatis, f° 352 v°. Mayence, 1491. Moine marin et unicorne. © Bibliothèque royale, Bruxelles.

Figure 6 : Bestiaire d’Alnwick. The Conway Library. Ancienne Collection du Duc de Northumberland, Alnwick Castle, ms. 447, f° 48 (Nord de l’Angleterre, 1250-60). Page précédant le chapitre consacré aux poissons. (D’après N. Reed Kline, Maps of Medieval Thought… Woodbridge, 2001, fig. 4. 10.)

Figure 7 : Ms. Londres, British Library, Royal 20. A. v. f° 71 v°. (Nord de la France, fin du xiiie siècle). L’aventure marine d’Alexandre. (D’après D. J. A. Ross, Alexander and the faithless Lady…, fig. 2.)

Notes

1 Bref commentaire et superbes reproductions photographiques dans E. Murbach, Zillis. Images de l’univers roman (tr. de l’all. G. Duplain), Zurich, éd. de Fontainemore, 1967 ; étude iconographique dans E. Poeschel, Die romanischen Deckengemälte von Zillis, Zürich, Rentsch, 1941.

2 Actuellement, le plafond de l’Hôtel du Voué est déposé au Musée de la Cour d’Or à Metz. Description et bibliographie dans Ch. de Mérindol, La maison des chevaliers de Pont-Saint-Esprit, t. 2, Les décors peints. Corpus des décors monumentaux peints et armoriés du Moyen Âge en France, Pont-Saint-Esprit, Musée d’art sacré du Gard, 2001, notice 202, p. 277-278 (avec bibliographie).

3 E. Poeschel, op. cit., p. 13.

4 Gervais de Tilbury, Otia imperialia, 3, 63 (tr. et comm. A. Duchesne, Paris, Les Belles Lettres, 1992, p. 75). Pour le texte, voir l’édition récente de S. E. Banks et J. W. Binns, Gervase of Tilbury. Otia Imperialia. Recreations for an Emperor, Oxford, Oxford University Press, 2002 : [Quisquis marini fluctus inuestigator extitit aut ipsius maris explorator, audiat et constanter] affirmet nullam in nostra habitatione terrena repertam cuiusuis animantis effigiem cuius similitudinem non liceat in piscibus occeani Britannici ab umbilico superius speculari (p. 678).

5 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 9, 2 (éd., tr. et comm. E. de Saint-Denis, Paris, Les Belles Lettres, 1955, p. 38) :… vera ut fiat uolgi opinio, quicquid nascatur in parte naturae ulla, et in mari esse […].

6 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 9, 5 (ibid., p. 40) :… Tritonem qua noscitur forma. [Et] Nereidum […], squamis modo hispido corpore etiam qua humanam effigiem habet. À noter que Pline évoque tout de suite après « l’homme marin absolument semblable à un humain par tout le corps ».

7 La formation du vocabulaire relatif aux poissons par la translatio a similitudine a été formulée par Varron (De lingua latina, 5, 77), mais c’est chez Isidore de Séville (Étymologies 12, 4-6) qu’on trouve le plus de catégories lexicales, sans parler des noms qui diffèrent, ce qui exclut tout emprunt direct (éd. et tr. J. André, Paris, CUF, 1986, p. 182, n. 321)

8 Elien, De natura animalium, 16, 18 (éd. et tr. angl. A. F. Scholfield, Londres, Loeb, t. 3, 1959, p. 282-287).

9 Megasthènes, Indica (éd. E. A. Schwanbeck, Bonn, 1848, Frg. LIX).

10 Strabon, Géographie, XV, 1, 15 (éd. A. Meineke, Leipzig, Teubner, 1866, t. 3, p. 962 ; tr. A. Tardieu, Paris, Hachette, t. 3, 1880, p. 200).

11 Chapitre 50 (tr. A. Zucker d’après l’éd. de F. Sbordone, Grenoble, J. Million, 2004, p. 258-260).

12 Ibid., p. 261-263.

13 X. Muratova, « I manoscritti miniati del Bestiario medievale : origine, formazione e sviluppo dei cicli di illustrazioni. I Bestiari miniati in Inghilterra nei secoli xii-xiv », L’uomo di fronte al mondo animale nell’alto medioevo, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 1985, p. 1320-1321, et fig. 2 (Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 31).

14 Isidore de Séville, Étymologies 12, 6, 9 cite encore les chevaux marins (éd. J. André, op. cit., p. 188-189) : Equi marini, quod prima parte equi sunt, postrema soluuntur in piscem. Quant à Hugues de Saint-Victor, Descriptio mappe mundi XV, 390-392, il décrivait l’une des deux espèces d’hippopotame dont il faisait état, sous la forme d’un cheval à queue de poisson. Voir P. Gautier Dalché, La « Descriptio mappe mundi » de Hugues de Saint-Victor, Paris, Études augustiniennes, 1988, p. 147.

15 V. F. Brunhölzl, Histoire de la littérature latine du Moyen Âge (tr. H. Rochais, compl. bibliog. J.-P. Bouhot), Turnhout, Brepols, 1990, t. I, 1, p. 148. Notice entière et bibliog. p. 148-150 et p. 274.

16 Liber monstrorum, II, 32 (éd. et tr. A. Orchard, Pride and Prodigies. Studies in the Monsters of the Beowulf – Manuscripts, Cambridge, 1995, p. 304-305).

17 V. supra, passim et n. 4.

18 Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, 6, 1 (éd. H. Boese, Berlin-New-York, de Gruyter, 1973, p. 232).

19 Mais il est encore question d’un lièvre à queue de poisson dans le chapitre relatif aux poissons de mer et de rivières (Nat. rer.7, 47. Ibid., p. 264) suivant Pline et Isidore.

20 Respectivement Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, 6, 18 ; 6, 46 et 6, 34 (ibid., p. 239, p. 246 et p. 243). J. Leclercq-Marx, La Sirène dans la pensée et dans l’art de l’Antiquité et du Moyen Âge. Du mythe païen au symbole chrétien, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1997, p. 69-91 (§ Du viie au xe siècles. Concepts anciens. Formes nouvelles).

21 Albert le Grand, De animalibus, 26,1, 85 (éd. H. Stadler, Munster, Aschendorff, 1920, p. 1540).

22 Voir la notice « Fragment eines Kapitell », Die Skulpturen vom 12. bis 18. Jahrhundert (dir. G. Fabian). Bestandskataloge des Mittelrhein-Museum Koblenz (éd. K. Weschenfelder), Coblence, t. 3, 1993, p. 15-17.

23 Johannis Pistorius, Chronicon, 1, 28 (éd. B. G. Struvius, Germanicorum scriptorum 2, Ratisbonne, 1726, p. 29).

24 H.-J. Cotte, Poissons et animaux aquatiques au temps de Pline. Commentaires sur le Livre IX de l’Histoire naturelle de Pline, Gap, Louis Jean, 1944, p. 35.

25 D’après H. Kraemer, L’Univers et l’Humanité. Histoire des différents systèmes appliqués à l’étude de la nature (tr. A. Schalck de la Faverie), Paris, Bong & Cie, s.d., t. 4, p. 279, cité par Cl. Kappler, Monstres, démons et merveilles à la fin du Moyen Âge, Paris, Payot, 1980, p. 96, et C. Ferlampin-Acher, Fées, bestes et luitons. Croyances et merveilles dans les romans français en prose (xiiie-xive siècles), Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2002, p. 299 sq.

26 L’idée d’inventer le tournoi en regardant des poissons se battre entre eux se trouve déjà dans le Roman d’Alexandre. Voir infra, passim.

27 Éd. J. Taylor, Genève, Droz, t. 1, 1979, p. 167 – 168 (Textes littéraires français, 279). Sur ces poissons-chevaliers dans leur rapport ambigu à l’humain, cf. Ch. Ferlampin-Acher, « Aux frontières du merveilleux et du fantastique dans Perceforest », Revue des langues romanes, 101-102, 1997, p. 96-99.

28 Éd. G. Roussineau, Genève, Droz, 1991, p. 273-274 (Textes littéraires français, 409). Lire aussi les commentaires y afférant, p. XXIII-XXVI.

29 Ibid., p. 274-285.

30 Une exception par rapport à ces chevaliers modèles : le redoutable chevalier de mer du Chevalier au Papegau – centauroïde par ailleurs – qui a été finement étudié par S. Douchet, « La peau du centaure à la frontière de l’humanité et de l’animalité », Micrologus, 13, 2005, p. 295 sq.

31 Cette cheminée, ainsi que celle du château d’Écaussinnes-Lalaing, citée plus bas, sont reproduites dans J. Leclercq-Marx, « Entre Archéologie et Histoire matérielle. Prolégomènes à une étude du décor des cheminées médiévales », Du métier des armes à la vie de cour, de la forteresse au château de séjour. xive-xve siècles (dir. J.-M. Cauchies et J. Guisset), Turnhout, Brepols, 2005, p. 36-54, fig. 23 et 29.

32 J.-B. Rietstap, Armorial général illustré par V. et H. Rolland, Lyon, Sauvegarde historique, [1954], 2, pl. VI et CLXXVIII.

33 Olivier de La Marche, Mémoires (éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, Paris, Renouard, 1885, t. 3, p. 111 et 198) et Jean Sire de Haynin et de Louvignies, Mémoires (éd. D. D. Brouwers, Liège, D. Cormaux, 1906, t. 2, p. 60).

34 Antoine de la Sale, La Salade (éd. F. Desonay, Liège, 1935, p. 134) : « On y voit poissons monstrueux qui sont tresmerveilleux ; car en la partie devant ilz ont figures de chevaulx, les aultres de beufz, les aultres de cerfz, les aultres de chevres, les aultres de chiens, et les aultres semblances de hommes et de femmes de la ceinture en sus, et de la cienture en jus ont escailles de poissons ».

35 T. P. Cross, Motif Index of early Irish Literature, Bloomington, Indiana University, 1939, p. 231, motif F. 133,1.

36 Ibid., motif 133.3 et not. Ch. Plummer, Vitae Sanctorum Hiberniae partim hactenus ineditae, Oxford, Clarendon Press, 1968 (éd. anast. 1910), p. cxlix et cxxvii.

37 T. P. Cross, op. cit., motifs B 71 f, B. 181, 3, B. 182.2.0.2.

38 Navigatio Sancti Brendani Abbatis, [21] (éd., intr. et n. C. Selmer, Notre-Dame, 1959, p. 5758), et Le voyage de saint Brandan par Benedeit (éd. et tr. I. Short, intr. et n. B. Merrilees, Paris, Union générale d’édition, 1984, p. 83-85)

39 « The Voyage of Mael Duin’s Boat this » (Immram Curaig Mailduin inso), éd. et tr. W. Stokes, Revue Celtique, 9, 1888, p. 474-475 ; « La Navigation de la barque de Maelduin », trad. F. Lot d’après l’éd. de W. Stokes, dans H. d’Arbois de Jubainville, Cours de littérature celtique, 5, Paris, Thorin, 1892, p. 467-468.

40 Gautier Map, De Nugis Curialium, 4, 13. Analyse et contextualisation de l’histoire par M. Possamai-Perez, dans le présent volume.

41 J. Leclercq-Marx, op. cit., p. 69-91 (§ Du viie au xe siècles. Concepts anciens. Formes nouvelles).

42 Repr. dans M. R. James, The Bestiary. Being a Reproduction in full of the Ms. li.4.26 in the University Library of Cambridge, Oxford, Roxburghe Club, 1928.

43 D. James-Raoul, op. cit., p. 209.

44 Voir à ce sujet, en ce qui concerne précisément la faune marine, les commentaires éclairants de D. James-Raoul, « Inventaire et écriture du monde aquatique dans les Bestiaires », Dans l’eau, sous l’eau. Le monde aquatique au Moyen Âge (dir. D. James-Raoul et Cl. Thomasset), Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2002, p. 200-202.

45 C’est également la conclusion à laquelle arrive S. Douchet, op. cit., p. 310.

46 Évocation des plus anciennes versions de cet épisode dans D. J. A. Ross, Alexander and the faithless Lady : a submarine Adventure, Londres, Birbeck College, 1967, p. 3-18 (surtout p. 3-7). Voir aussi S. Douchet, op. cit., p. 310, n. 103 qui renvoie à C. Gaullier-Bougassas, « La réécriture inventive d’une même séquence : quelques versions du voyage d’Alexandre sous les mers », Bien dire et bien aprandre, 14, 1996, p. 7-19, et ead., « Alexandre le Grand et la conquête de l’Ouest dans les Romans d’Alexandre du xiie siècle, leurs mises en prose au xve siècle, et le Perceforest », Romania, 1118, 2000, p. 81-104 et p. 394-430. À noter qu’un passage du Perlesvaus s’inspire de l’aventure marine d’Alexandre, mais à notre connaissance il n’y est jamais question de contreparties marines d’espèces terrestres.

47 Der altfranzösiche Prosa Alexanderroman nach der Berliner Bilderhandschrift nebst dem Lateinischen original der Historia de preliis (Rezension J2) (éd. A. Hilka, Genève, Slatkine Reprints, 1974, p. 231-232). (éd. orig. Halle, 1920).

48 Voir not. D. J. A. Ross, op. cit. ; eod., Illustrated Medieval Alexander-Books in Germany and the Netherlands. A Study in comparative Iconography, Cambridge, The Modern Humanities Research Association, 1971, figs 64, 74, 159, 174, 276., et également Alexander Historiatus. A Guide to medieval illustrated Alexander Literature, Francfort, Athenäeum, 1988 (2e éd.).

49 Discussion à propos de l’archétype dans E. G. Millar, A Thirteenth Century Bestiary in the Library of Alnwick Castle, Oxford, The Roxburghe Club, 1958, p. 14-15.

50 F. Dubost, Aspects fantastiques de la littérature médiévale, Paris, Champion, 1991, p. 230.

51 Cl. Kappler, op. cit., p. 229.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Saint-Martin de Zillis (Rhétie). Plafond peint, c. 1160. Cervidé et canidé icthyomorphes (dét.). (D’après E. Murbach, Zillis. Images de l’univers roman, p. 42.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3845/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 2 : Ancien hôtel canonial de Metz (Lorraine). Plafond peint, c. 1220 (Musée de la Cour d’Or, Metz). Phoque et canidé ichtyomorphes (dét.). (D’après La Cour d’Or : trésors du Musée de Metz – Texte M. Sary ; photos Ch. Legay –, Metz, 1988, fig. 58.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3845/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Figure 3 : Fragment de chapiteau. Rhénanie, avant 1200. (Musée du Rhin moyen, Coblence). Moine marin. (D’après Bestandskataloge des Mittelrhein-Museum Koblenz, t. 3, p. 14.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3845/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Figure 8 : Ms. Paris, BnF, ms. fr. 9342, f. 182 (Mons, Hainaut, 1448). L’aventure marine d’Alexandre. (D’après Dans l’eau, sous l’eau…, dir. D. James-Raoul et Cl. Thomasset, photo de couverture.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3845/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 4 : Hortus sanitatis, f° 353 v°. Mayence, 1491. Huîtres, paon et lièvre marins. © Bibliothèque royale, Bruxelles.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3845/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Figure 5 : Hortus sanitatis, f° 352 v°. Mayence, 1491. Moine marin et unicorne. © Bibliothèque royale, Bruxelles.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3845/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Figure 6 : Bestiaire d’Alnwick. The Conway Library. Ancienne Collection du Duc de Northumberland, Alnwick Castle, ms. 447, f° 48 (Nord de l’Angleterre, 1250-60). Page précédant le chapitre consacré aux poissons. (D’après N. Reed Kline, Maps of Medieval Thought… Woodbridge, 2001, fig. 4. 10.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3845/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Figure 7 : Ms. Londres, British Library, Royal 20. A. v. f° 71 v°. (Nord de la France, fin du xiiie siècle). L’aventure marine d’Alexandre. (D’après D. J. A. Ross, Alexander and the faithless Lady…, fig. 2.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3845/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

Auteur

Université libre de Bruxelles, Belgique

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540