Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Le thème descriptif de l’embarquement dans le Roman de Brut de Wace et la Vie de saint Gilles de Guillaume de Berneville1

Françoise Laurent

Texte intégral

  • 1 Les citations renvoient, pour le Brut de Wace, à La Geste du roi Arthur, selon le Roman de Brut de (...)
  • 2 On connaît dans les « romans antiques », les descriptions de personnages ou de lieux (tentes, tomb (...)
  • 3 Si dès le début du xiie siècle, la mer joue un rôle important dans la Navigation de saint Brendan, (...)
  • 4 Joël Grisward, « À propos du thème descriptif de la tempête chez Wace et chez Thomas d’Angleterre  (...)

1De toutes les techniques sollicitées par la « mise en roman », la description se taille, on le sait, une place importante. Occasion d’une amplificatio, elle est l’illustration d’un savoir et d’un savoir-faire, l’espace par excellence d’une imitation-émulation où, d’une œuvre à l’autre, les auteurs s’exercent à l’art de la variante et rivalisent de prouesses2. Parmi les nombreux exemples de cette pratique constitutive et fondatrice de l’écriture « en roman », l’évocation de l’univers marin devient très tôt un sujet de prédilection, en particulier dans ce qu’il est coutume d’appeler l’espace Plantagenêt. Quelles que soient les raisons alléguées : nature insulaire de la Grande-Bretagne, familiarité des Normands avec le monde de la navigation, échanges maritimes nombreux entre la Normandie et l’Angleterre, surtout après la conquête, les œuvres normandes et anglo-normandes du xiie siècle3 font de la mer un locus, au sens rhétorique du terme, qui suscite et condense un certain nombre de « clichés romanesques », dont le plus célèbre est celui de la nef prise dans la tempête. Dans un article déjà ancien mais qui a fait date4, Joël Grisward a montré qu’il s’agit là d’un véritable « motif littéraire » que les œuvres de Wace ont contribué très tôt à alimenter.

  • 5 La Vie de saint Gilles qui est un témoignage exemplaire des nombreuses passerelles existant entre (...)
  • 6 Les deux motifs sont étroitement liés, et l’un comme l’autre devaient sans doute constituer un mom (...)

2Mais les auteurs normands et anglo-normands ont trouvé dans la mer d’autres occasions d’exprimer leur créativité. Il en est ainsi de la description de l’embarquement et de la navigation où Wace, une fois de plus, a été l’un des premiers à s’illustrer. La fécondité du thème se traduit par sa présence dans des textes qui n’ont pas pour vocation première de divertir par les artifices de la fiction. La Vie de saint Gilles composée dans le dernier tiers du xiie siècle par un chanoine anglais, Guillaume de Berneville, en offre un exemple probant5. Des nombreuses descriptions qui suspendent le fil de la narration, l’une des plus remarquables est celle d’un navire marchand dont l’équipage vient d’essuyer une tempête6 et qui appareille avec saint Gilles à son bord. Elle l’est par l’ampleur donnée au motif et par la maîtrise de l’hagiographe à user d’un vocabulaire nautique spécialisé dont la présence ne peut que surprendre dans une hagiographie, même si l’univers marin, dans le prolongement des saintes Écritures, a pu être investi par l’interprétation chrétienne qui a irrigué l’imaginaire médiéval.

  • 7 J. Grisward, art. cit., p. 377.

3Bien que Guillaume de Berneville exerce pleinement à cette occasion sa liberté créatrice – la Vita dont il s’inspire n’offre pas de développement de cette nature –, ses compétences en la matière doivent sans doute beaucoup à la description de l’embarquement d’Arthur dans le Roman de Brut, qui compte pour reprendre les termes de J. Grisward, « au nombre des ‘classiques’qui ont dû faire partie de la culture d’un lettré de la seconde moitié du xiie siècle7 ». Il ne s’agit pas de voir dans ce récit la « source » du passage du Saint Gilles, mais, par la confrontation de deux « écritures » de « l’embarquement », de peser simplement une influence afin d’en déterminer la nature, et d’éclairer les enjeux rhétorique et didactique de la mise en œuvre d’un même motif.

Situation des passages

  • 8 Voir les Actes des apôtres, 20, 13-16 ; 21 1-7.

4Dans le Roman de Brut comme dans le Saint Gilles, le motif s’inscrit dans la logique de l’action narrative. C’est pour mener en Gaule une guerre contre les Romains qu’Arthur s’embarque avec toute son armée au port de Southampton, et la description de sa flotte est déjà par sa longueur une démonstration du prestige et de la puissance de ce glorieux conquérant. C’est pour se rendre à Rome auprès du souverain pontife que Gilles quitte la Grèce, et son voyage par mer, qui pourrait démarquer un épisode de la vie de l’apôtre Paul parti à Jérusalem à bord d’un navire marchand8, est appelé par le simple déplacement du personnage.

  • 9 Gérard Genette, Figure II, Paris, Seuil, 1969, p. 58.

5Toutefois, contrairement au thème de la nef prise dans la tourmente, la description de l’appareillage des navires n’intervient pas à proprement parler comme un procédé littéraire. La tempête en effet est toujours un moyen de créer une péripétie nouvelle ou un suspens. Elle peut jouer – les Tristan en sont le meilleur exemple – un rôle d’actant à part entière et constituer un élément essentiel de l’action dramatique ; elle peut aussi avoir une fonction de faire valoir – c’est notamment le cas dans le passage du Saint Gilles qui précède le départ – en permettant au saint, qui la calme par ses prières, de donner la preuve de ses grandes vertus. Le motif de l’embarquement en revanche ne revêt dans nos deux textes aucune fonction diégétique9 : avec lui, le récit s’enlise, en quelque sorte, dans les eaux calmes des ports et des mouillages. Suspendant provisoirement le fil de la narration (il se déploie sur 46 vers dans le Brut, 31 dans le Saint Gilles), il s’offre comme un tableau au cadre bien circonscrit.

6Son insertion est clairement marquée dans le Brut par les nombreuses formules épiques de visualisation, « veissiez », qui introduisent la peinture des navires et ponctuent l’évocation de l’activité des marins. Dans le Saint Gilles, les vers 876 et 877 : « La mer fud bel, le solail cler / la mer fud paisible e le vent », qui rappellent par leur construction et leur densité les vers descriptifs formulaires des chansons de geste, annoncent un changement de registre référentiel, une distance narrative, où la description de la nef marchande va venir s’insérer et se donner à voir. De même, la clôture du thème est signalée dans les deux cas par une sorte d’échappée poétique qui célèbre, pour l’un, l’intrépidité des Argonautes qui furent les premiers à prendre la mer :

Mult fud hardiz, mult fu curteis,
cil ki fist nef premierement,
e en mer se mist aval le vent
terre querant qu’il ne vëeit,
e rivage qu’il ne saveit ! (v. 2408-2412)

7pour l’autre, la douceur d’une traversée placée sous le contrôle de Dieu :

Lur aire vunt od la mer pleine,
Kar issi veit cil ke Deus aime.
(v. 905-906)

8Enfin, le retour au récit est de part et d’autre ménagé par l’évocation, une fois le navire en pleine mer, de l’endormissement des deux héros :

[…] Arthur prist e sumeilier ;
endormi sei, ne pot veillier.
(v. 2417-18)

Gires se dort, car mult fud las,
od l’estreman lez le windas.
(v. 907-908)

  • 10 E. Baumgartner, « Sur quelques marines médiévales », L’Eau au Moyen Âge. Symboles et usages, sous (...)

9Mais ce qui démarque le plus nettement les deux passages, ce qui les sature totalement et les unifie, est la présence d’un vocabulaire maritime très étendu et nuancé, composé de mots rares et précis, « à la limite, écrit Emmanuèle Baumgartner à propos du Brut, du décryptage pour un marin d’eau douce10 ». Aussi ce lexique, spécifique aux hommes de la mer, mérite-t-il dans un premier temps d’être relevé et étudié avant que soit abordée l’étude de la mise en œuvre du motif qu’il sous-tend.

Un lexique spécialisé

  • 11 Sur le lexique des différents cordages, voir le FEW, XXIII, 95 b.
  • 12 On peut trouver aussi dans les textes le mot atoivre.

10Il n’est pas possible, dans le cadre de cette étude, de s’attarder sur chaque terme technique, mais on notera, à partir de quelques exemples, le souci de nuances et la précision qui caractérisent l’évocation du gréement des navires11, désigné dans le Saint Gilles par le mot « grei », du vieux norrois (g)reidi, et par son synonyme funain12.

  • 13 Antoine Thomas, « Étymologies françaises », Romania, XXIX, 1900, p. 160-208.
  • 14 Augustin Jal, Archéologie navale, Paris 1840, t. I, 151, 188.
  • 15 A. Thomas contredit Charles de la Roncière (Histoire de la marine française I, p. 117, n° 7) pour (...)
  • 16 Studding-sail signifie en anglais « bonnette en étui ».
  • 17 A. Thomas, art. cit., p. 172-174.

11Ainsi, dans le champ notionnel de la voilure, à côté des mots voile ou tref, s’ajoute aussi l’estoins, chez Wace, l’estuïnc (graphie anglo-normande) chez Guillaume13, qui, suivant la définition de l’Archéologie navale d’Augustin Jal, est une petite voile de toile légère que l’on ajoute aux grandes afin d’offrir, comme la « misaine » dont elle se rapproche, plus de surface à l’impulsion du vent et accélérer la marche du navire14. Ce type de voile s’appelait encore étuine au xixe siècle et porte aujourd’hui le nom de « bonnette » ou « bonnette en étui ». Il ne faut pas voir dans le mot « étui » qui compose la locution nautique une forme de voile particulière15. L’origine d’estuinc, qui est sans doute une altération par étymologie populaire de *etoin, forme normale de l’ancien français estoinc16, doit être cherchée, pour Antoine Thomas17, dans l’islandais stod « support », stoda ou stydia « étayer » : d’où son sens de « voile qui s’ajoute à une autre ».

  • 18 Voir le FEW XVI 477b.
  • 19 Voir A. Jal, Archéologie navale, Paris, 1842, t. II 178.
  • 20 Voir A. Jal, op. cit., t. I, 179.
  • 21 « Lof » a aussi ce sens dans le syntagme « torner le lof » qui définit, plus loin dans le Saint Gi (...)
  • 22 C’est le sens donné par le Dictionnaire anglo-normand.

12Dans le même registre, il convient de s’arrêter sur le mot « lof » qui n’a pas, semble-t-il, la même acception dans les deux passages18. Issu du scandinave loef, qui signifie « tourné vers le vent », il désigne, selon A. Jal, la partie du navire frappée par le vent. Tel est vraisemblablement son sens dans le Brut où Wace distingue les manœuvres des marins. Les uns sont aux windas – du vieux norrois vindass, le « pieu » –, c’est-à-dire qu’ils actionnent les « guideaux », treuils de bois à axe horizontal, servant à lever les ancres19. Les autres sont aux betas – mot de l’ancien norrois beitiass désignant les drisses20 – pour hisser les voiles, c’est-à-dire qu’ils se tiennent pour ce faire du côté du vent21. Mais sa signification est différente dans le Saint Gilles où le terme apparaît dans le syntagme « le lof cloé ». Lof désigne ici le point inférieur d’une voile et les poulies qui y sont placées pour servir à l’amurer, à la carguer, et qu’il faut clouer en cas de gros temps pour assurer la sécurité du navire22.

  • 23 Voir le FEW, XVII, 430b.

13En matière de gréement, ce sont principalement les cordages qui donnent aux écrivains l’occasion de faire montre de leur savoir et de jouer de nuances subtiles. À partir de ces deux passages, on pourrait dresser la liste quasi exhaustive des termes qui les désignent, même s’il n’est pas toujours facile de fixer la signification et l’origine de chacun. Sont cités les plus importants, ceux qui servent à assujettir et à soutenir le mât, à le « winder », le « guinder23 », pour reprendre un verbe du Saint Gilles : les « haubans » placés par l’arrière et par le travers, et les « estais », « estrens » chez Wace – c’est la traduction du Godefroy – par l’avant. Les deux termes sont systématiquement associés dans les textes :

Estr [ens tr] aire, hobens fermer
(v. 2382)

Fort ert l’estai e li hobens
(v. 893)

  • 24 Voir A. Thomas, art. cit., p. 174-175.
  • 25 Voir l’anglais string, l’allemand strang.

14Si A. Jal rapproche estrens de estroins et considère qu’ils sont l’un comme l’autre des altérations d’un hypothétique estrive, tiré de l’espagnol estribo, étrier, A. Thomas fait de estrens le pluriel de estrenc24, forme française correspondant à celle du norrois streng qui signifie « corde » dans tous les idiomes scandinaves et germaniques25.

  • 26 Il se rencontre dans le Tristan de Thomas (v. 2874) au moment de la tempête : « Rumpent bolines et (...)
  • 27 Il se rencontre aussi dans le Troie de Benoît de Sainte-Maure sous la forme utage. Voir A. Jal, op (...)
  • 28 Itaga en basque, ostaga en espagnol.
  • 29 Voir l’allemand tau, l’anglais tog.

15Les autres cordages nommés dans les deux textes servent à carguer, à « fermer » les voiles : les escotes sont destinées à tendre et à fixer le point inférieur de la voile qui se trouve sous le vent ; les boeslines ou beëlines, du vieux norrois boglina, maintiennent la voilure de biais pour lui faire prendre le vent de côté26. Mais on s’interroge en revanche sur le type de cordage que dénomme le mot hutaignes du Brut ou utanges du Saint Gilles. L’« itague » est-il utilisé, comme le veut A. Jal, pour hisser les vergues de hune ou sert-il à prendre les empointures de ris, ou encore à lever les fardeaux à l’aide d’un palan fixé à l’une de ses extrémités27 ? Il est difficile de préciser sa fonction exacte. Son étymologie elle-même est obscure. Pour W. Frahm, il s’agirait d’une transformation de l’ancien breton itak28, pour le FEW (417a) ce mot, dont l’emploi est restreint à l’ère géographique normande et anglo-normande, aurait une origine nordique. Tout en n’excluant pas l’influence du néerlandais hyschtakel (« le treuil »), le dictionnaire étymologique suppose l’existence d’un mot composé de la préposition upp et de la racine taug (« le cordage29 »). La problématique réduction de « au » à « a » pourrait s’expliquer par les altérations subies par le mot lors des nombreux échanges maritimes de part et d’autre de la Manche.

  • 30 Voir A. Jal, op. cit., t. II, 619.
  • 31 A. Thomas, « Nouvèles variétés étimolojiqes », Romania, t. XLIV, 1915-1917, p. 347-348.
  • 32 Voir le FEW, XVI, 193 b.

16On ignore aussi quelle est l’origine exacte des mots nodras, scolaringe et helenger du Saint Gilles. Du néerlandais *noodra, nodra serait, selon le FEW (XVI, 601b), formé des mots nood « la détresse, le besoin », et de ra « la vergue », et signifierait donc une « vergue de fortune ». Quant à scolaringe, il proviendrait, selon Gaston Paris et Alphonse Bos, de l’ancien allemand hringa, signifiant « anneau » ; mais selon Tobler, qui suppose l’existence d’un scolaruige ou escolaruige, il serait issu de bagorduige. Ce terme attesté, dans les deux textes, sous la forme gordinges ou bagordinges, qu’on trouve dans l’allemand gording, désigne les « cargues-fonds », c’est-à-dire les cordes qui servent à retrousser une voile sur elle-même quand on veut la soustraire à l’action du vent ou la serrer30. Enfin, pour ce qui est du verbe helenger, deux interprétations sont proposées. Il pourrait s’agir d’une altération de elinguer, dérivé de élingue, étymologiquement slyngva, désignant un cordage servant à entourer un objet pour le hisser à l’aide d’un palan. Gaston Paris et Alphonse Bos voient en lui un doublet de « traire », auquel il est associé dans le passage, et proposent de le traduire par « haler », « tirer », signification acceptée sans réserve par le dictionnaire Godefroy. Une seconde hypothèse a été avancée par A. Thomas 31 qui fait dériver ce verbe du substantif hel, issu lui-même du scandinave helm, « la barre du gouvernail, le timon32 », et qui suggère de lire « hel enger » en deux mots. Le verbe enger, engier, ongier signifiant couramment « hanter », « enger le hel » pourrait donc vouloir dire « tenir sans relâche la barre du gouvernail », comme il est nécessaire de le faire quand la mer est mauvaise. La présence de cette forme verbale dans le Saint Gilles pourrait être dûe à une mauvaise lecture du copiste.

  • 33 Voir E. Baumgartner, art. cit., p. 20.
  • 34 Wilhelm Frahm, Das Meer und die Seefahrt in der altfranzösischen Literatur, Inaugural-Dissertation (...)
  • 35 J. Grisward, art. cit., p. 388-389.
  • 36 H. E. Keller, Étude descriptive sur le vocabulaire de Wace, Berlin, 1953.

17À l’exception de ces trois derniers termes qui font figure d’hapax, le fonds lexical du Saint Gilles est donc globalement le même que celui du Brut qui, nous y reviendrons, est plus étoffé et plus rigoureux encore. Par delà l’étonnement que suscite l’utilisation d’un vocabulaire aussi spécialisé dans un texte religieux, il est par ailleurs remarquable que Guillaume, qui écrit sans doute plus de vingt ans après Wace, l’ait retenu, alors que Benoît de Sainte-Maure, par exemple, et surtout Chrétien de Troyes 33 en useront, à la même époque, avec plus de modération. Peut-être faut-il voir dans son maintien le conservatisme de l’écriture hagiographique sur l’écriture romanesque ? Peut-être faut-il y voir aussi l’expression d’une culture spécifiquement insulaire et la mise en œuvre d’un topos typiquement anglo-normand ? Issus pour la plupart, on l’a vu, d’idiomes scandinaves, apportés en Normandie par les Vikings34, les termes de navigation reflètent fidèlement en effet la culture maritime des mers du nord et accusent l’origine culturelle et linguistique de nos deux auteurs qui prennent un égal plaisir à faire usage de mots rares, comme pour revendiquer leur appartenance à un univers qui leur appartient bien en propre et témoigner de l’existence d’une identité nationale. En raison même de son extrême spécialisation, le vocabulaire qu’ils emploient est sans doute aussi l’indice d’une probable influence du Roman de Brut sur le Saint Gilles. Si on peut penser que son usage dans le Brut est imputable à la familiarité de Wace, né, comme on le croit, à Jersey, avec la civilisation maritime des mers septentrionales, on ignore en revanche si le chanoine Guillaume de Berneville fut lui aussi un homme de la mer. Sans doute ses connaissances sont-elles en la matière de seconde main, et qu’à l’instar de Thomas d’Angleterre qui, pour décrire sa tempête, a utilisé les ouvrages de Wace comme un glossaire35, a-t-il a su tirer de l’œuvre de son devancier la matière première de sa description36. Le passage maritime du Saint Gilles est un bon exemple de l’art des écrivains du xiie siècle qui, comme l’écrit J. Grisward,

  • 37 J. Grisward, art. cit., p. 389.

« est à envisager d’abord comme un art de l’adaptation : l’œuvre vaut par la manière de l’adaptateur et non par un matériel qui n’est que soustrait à un répertoire commun37 ».

18Le traitement que l’hagiographe fait subir au thème confirme, me semble-t-il, cette hypothèse, et ce, paradoxalement, en raison de l’écart qu’il s’ingénie à creuser entre sa propre version de l’embarquement et celle de son devancier. Les différences qui les opposent les lient plus étroitement encore que les seuls emprunts lexicaux. Guillaume a été un lecteur de Wace et un très bon lecteur qui, prenant le Brut pour référent culturel et littéraire, a su adapter avec finesse le motif de l’embarquement au dessein religieux qu’il poursuit dans son œuvre.

Mise en œuvre du motif

  • 38 Desherneschier, le contraire de herneskier/herneschier : housse pour plier les voiles. Selon A. Ja (...)

19C’est en spectateur averti et en spécialiste des choses de la mer et de la navigation que Wace représente la scène de l’embarquement dont son écriture épouse étroitement le déroulement, depuis la mention des conditions favorables à la navigation – la « tide », la marée, et le vent permettent la sortie du port –, jusqu’à l’évocation finale du navire sur la mer. La description s’ouvre sur une longue période ponctuée d’infinitifs qui traduisent l’intense activité et l’ardeur des marins dont toutes les manœuvres sont successivement exposées lors de l’appareillage du navire : amarres larguées, mât assuré, voilure déployée – le texte emploie le verbe technique desherneschier38 pour signaler qu’on a ôté les cordes qui tiennent les voiles serrées avant de les border. La précision du vocabulaire le dispute à l’observation attentive. La peinture, fixée d’abord sur le « maistre estierman », donne des indications sur l’art de diriger, de « guverner », un bateau pour suivre la direction choisie. Parlant du gouvernail, l’écrivain prend soin de préciser :

avant le helt si curt senestre
ensus le helt pur curre a destre.
(v. 2391-92)

  • 39 Le plus souvent, la voile est oblique par rapport à la quille, de telle sorte qu’un côté est tourn (...)
  • 40 Il s’agit d’un cordage cousu autour des bords d’une voile. Voir A. Jal, op. cit., t. I, 184.
  • 41 Les brailes, ou peut-être braiols, sont du menu cordage servant à carguer ou trousser les voiles q (...)

20Et la suite du passage, où dominent les subordonnées de but, se mue en une démonstration à visée pédagogique, comme s’il s’agissait pour Wace d’offrir à son public un véritable manuel de navigation. Ainsi, le règlage du navire, où chaque geste est expliqué et où chaque terme apporte son lot de notations concrètes, n’a pas de mystère pour l’écrivain qui connaît le nom et la fonction exacte de chaque cordage : les liproz, c’est-à-dire « les lés de proue39 », servent à placer les voiles en oblique par rapport à la quille du bateau, les « ralingues » à les fortifier contre l’action du vent40, les « boulines » à les fixer, les brailes41, ou breuils, à les carguer et à les trousser au mât afin de contrôler et maintenir la vitesse du bâtiment, que le texte, en guise de conclusion, ne manque pas de relever aussi : « A dous ris curent u a treis ».

  • 42 J. Grisward parle, à propose de la tempête décrite dans le Roman de Brut et dans le Roman de Rou, (...)

21La description si pittoresque de Wace, qui réalise là un « embarquement-type42 », est vraisemblablement une peinture assez fidèle des techniques nautiques pratiquées à son époque. L’auteur normand s’y montre soucieux de coller au plus près de la réalité maritime et, sans doute dans le même temps, comme l’attestent les nombreux « veissiez » enthousiastes, exprime son vif intérêt pour les progrès de la marine à voile et les perfectionnements que les marins y ont apportés au fil du temps. C’est dans ce sens, sans doute, qu’il faut comprendre la référence à la légende de la nef Argo et de son équipage intrépide qui clôt le passage. Depuis les Argonautes, le savoir-faire des marins a beaucoup évolué, et Wace le montre magistralement dans une description qui ne peut qu’emporter l’adhésion et la conviction de son public.

  • 43 L’anglais dit to strike sail, l’allemand das Segel streichen, pour abaisser la voile. C’est pour T (...)

22Or cette dimension est absente de la Vie de saint Gilles où l’évocation de l’appareillage du navire marchand, dont rend compte le seul verbe eschiper d’origine germanique ou norroise, signifiant « carguer les voiles43 », tourne court et où le spectacle du départ est escamoté. Le traitement du motif prend même dans le récit hagiographique l’exact contre-pied de celui de Wace.

23Là où, à grand renfort de verbes, les marins étaient décrits en plein effort, l’élément proprement humain est gommé, supplanté par des formes impersonnelles qui se succèdent en une syntaxe élémentaire – « estoet », « i out », « estre mester de » – ou par les seuls auxiliaires « être » et « avoir ». Là où la description des manœuvres de l’équipage était organisée suivant une progression savante et minutieuse et une présentation logique et chronologique, Guillaume de Berneville fige la scène de l’embarquement en un tableau formé de deux panneaux indépendants l’un de l’autre.

24Le premier est rythmé par trois vers de type formulaire référant aux conditions météorologiques : « Le jur fud bel, le solail clair », « Bons fud li venz e la mer quieie », « tute fud queie la marine », sous la dépendance desquels s’insère la sèche accumulation des termes techniques. L’énumération est certes un mode descriptif que recouvre le terme descripcion au Moyen Âge, mais les manœuvres et les techniques nautiques dont Guillaume dresse l’inventaire ne réfèrent à rien de concret ni de tangible. En dépit de leur grande précision et de leur spécialisation, ils ne nous apprennent rien en effet, contrairement à leur emploi dans le Brut, de l’activité des hommes d’équipage, si ce n’est par défaut, énoncés qu’ils sont dans une modalité strictement négative :

ne lur estoet muver lur greie,
ne n’i out la nuit lof cloé,
estuïnc trait ne tref gardé,
ne n’i out halé bagordinge,
ne escote ne scolaringe,
ne fud mester de boesline.
(v. 884-889)

25La concomitance entre les négations et le lexique spécialisé dénonce, me semble-t-il, à elle seule le « cliché littéraire ». Mais le terme « dénonce » doit être en l’occurrence pris dans sa double acception, car la formulation négative est révélatrice de l’attitude ambiguë de l’hagiographe face à son sujet. Tout en manifestant son savoir et en montrant qu’il est apte à traiter d’un thème maritime, il prend ses distances, et peut-être une distance critique, avec une littérature qui se complaît à ce type de description et dont il dénoncerait ainsi la vanité. D’autre part, suivant un effet de prétérition, il cède à l’attrait d’employer ce vocabulaire, pour le seul effet de son énonciation, en poète séduit peut-être par le charme et la saveur de mots rares et savants. Quoi qu’il en soit, son but n’est pas de renvoyer, sur le modèle du Brut, à une réalité extérieure, mais de construire une variation sur le thème de l’embarquement posé comme pur motif descriptif. Sa description ne présume aucune référentialité, si ce n’est peut-être l’existence d’un pré-texte, celui de Wace sans doute, sorte de clin d’œil discret à un public averti des choses de la mer ou familier de la littérature romanesque.

26Le tableau du monde marin vaut pour lui-même et non pour ce qu’il désigne, et le traitement du thème s’élabore dans un espace qui est celui de la seule écriture, d’une écriture travaillée par un jeu habile de reprises et de modulations à forte densité poétique qui s’épanouit dans le second panneau du diptyque au moment de la description de la nef. Inscrite entre deux vers qui se font écho : « ne lur estut pas estricher » (v. 891) et « ne lur estut muver funain » (v. 903), elle se construit sur la répétition des adjectifs « fort » et « bon », mis en relief en début de vers. Le premier, deux fois répété, introduit la mention des principaux cordages qui soutiennent le mât :

Fort ert l’estai e li hobent
ki fermé furent vers le vent,
et d’autre part, devers le bort,
sunt li nodraz e li bras fort.
(v. 893-896)

27Contrastant avec l’énumération précédente où techniques et manœuvres étaient confondues dans un même désordre, ce quatrain présente une unité à la fois thématique, rythmique et musicale. Les différents éléments qui composent le gréement y sont répartis suivant une stricte ordonnance, fondée sur une série d’oppositions : celle des deux compléments circonstanciels : « vers le vent » vs « devers le bort » que redouble celle des temps (passé vs présent), et que soulignent la locution « d’autre part » et la construction en chiasme.

28La même harmonie caractérise la suite du passage où la description est relancée par l’adjectif « bon » qui qualifie successivement les itagues, la voile, et le vent. La répétition du qualificatif, alliée aux données temporelles peu à peu introduites, scande le tableau de la marche continue du navire qui fait corps avec tout l’univers, avec l’eau, l’air et le ciel : « Tute la nuit, précise le texte, les marins « current a la lune / le tref windé tresk’a la hune ». Guillaume réussit à donner à ses vers un équilibre mimétique de la douceur de la navigation, et à rendre palpable, par le rythme qu’il leur imprime, le calme recouvré après la violente tempête que les marins viennent de subir. Désormais, « lur aire vunt od la mer pleine ». Et il n’est pas jusqu’à la construction du verbe « aller » à objet interne, qui ne confirme, en raison de l’aspect progressif du procès, la facilité de la traversée.

29Les qualités littéraires du passage sont indéniables, mais faut-il pour autant ne voir dans le thème de l’embarquement qu’un « lieu » purement rhétorique ? Ce serait sous-estimer la nature d’un récit qui, tout en exploitant un sillon romanesque, ne perd jamais de vue sa vocation didactique et pastorale. Or la description du navire, par la coexistence de deux isotopies : celle, technique, de la navigation et celle du sacré, participe efficacement de cette mission.

  • 44 Jean Larmat, « L’eau dans la Navigation de saint Brandan de Benedeit », L’Eau au Moyen Âge, Senefi (...)

30Dans l’imaginaire chrétien, la mer est un espace ambivalent, traversé de forces contradictoires. Elle est un univers trouble et inquiétant, le lieu par excellence du déséquilibre, des fluctuations, de la perte de repères et du chaos. Pour les mystiques, elle symbolise le siècle présent et les valeurs terrestres ainsi que les passions du cœur. Elle incarne l’image du monde où s’agitent les hommes et où ils peuvent se noyer lors de cette navigation transitoire qu’est leur existence. Pour traverser la mer et arriver à bon port, en d’autres termes, pour vivre en bon chrétien et faire une bonne fin, il faut donc une embarcation solide, capable d’affronter les périls de la vie terrestre. Telle est la mission de l’Église, qui est, suivant le commentaire de saint Cyprien, « arche de salut ». Consacrée par la présence de Jésus, la barque de l’apôtre Pierre en est le symbole : c’est à son bord que les chrétiens doivent prendre place pour combattre les embûches du monde et les tempêtes des passions, la navigation figurant le pèlerinage de l’âme vers Dieu à travers les épreuves de la vie44.

31Le texte de Guillaume de Berneville autorise cette interprétation tropologique : c’est poussé par le désir de rencontrer Dieu que Gilles va s’embarquer pour Marseille, et sa longue quête spirituelle sera balisée de paliers depuis l’île-escale au milieu de la Méditerranée jusqu’au monastère qu’il fondera dans la forêt de Septimanie. La solidité de la nef qui l’accueille – la répétition des adjectifs « fort » et « bon » le dit à l’envi, il n’y eut jamais de meilleure embarcation – peut être interprétée comme l’illustration, par métonymie, de sa propre perfection. C’est bien sa présence qui la sanctifie, lui que sa foi fortifie et dont l’âme n’est pas ballotée dans le siècle comme peut l’être le navire dans la tempête.

32Le navire de saint Gilles est sûr, mais le texte suggère aussi que sa capacité à affronter la mer ne réside pas uniquement dans la robustesse de ses matériaux. Contrairement à Wace qui célèbre, on l’a vu, les progrès techniques de la navigation, Guillaume de Berneville s’en remet, à la fin du passage, à la divine Providence, touchant là au second aspect de la symbolique marine :

Lur aire vunt od la mer pleine,
kar issi va cil ke Deus aime.
(v. 905-906)

33Car la mer est perçue aussi comme un instrument de Dieu et le révélateur de sa toute-puissance :

Ceux, dit le Psaume, qui partent en mer sur des navires et exercent leur métier sur les grandes eaux, ceux-là virent les œuvres du Seigneur et ses miracles en haute mer.
(Psaume 107, 23)

34S’embarquer, c’est donc s’en remettre à Dieu, et les paroles du même Psaume conseillent à ceux qui se livrent au commerce maritime de remercier Yahvé de les préserver de la tempête :

Ils crièrent au Seigneur dans leur détresse, il les a tirés de leurs angoisses : il a réduit la tempête au silence, et les vagues se sont tues. Ils se sont réjouis de ce retour au calme et Dieu les a guidés au port désiré. (Psaume 107, 28)

35Tel est aussi le discours du Saint Gilles où l’insistance à signaler le calme de la mer, le gommage systématique de l’élément humain, la présence des formes impersonnelles et des tournures passives révèlent en creux la présence constante de Dieu et disent la passivité de l’âme soumise à l’amour divin qui la dépasse souverainement et qui l’illumine. Dans cette perspective, les techniques que les hommes mettent en œuvre pour naviguer ne leur servent à rien. En cas de tempête, dit encore le Psaume, « les marins roulent et tanguent comme l’ivrogne et toute leur adresse est engloutie » (107, 27). Elle est inutile aussi dans le Saint Gilles où les méthodes de navigation ne sont pas convoquées, les marins n’ayant ni à carguer les voiles ni à tenir constamment le gouvernail, ni…, ni… Les négations qui affectent le vocabulaire naval désavouent une navigation requérant une technique sophistiquée, et peuvent être lues comme autant d’expressions de piété réitérées.

36Que Dieu pourvoie à tout, la description de la nef le répète aussi sous une autre forme. Contrastant avec l’accumulation des termes spécialisés qui précèdent, la peinture du navire est simple, réduite à ses composantes essentielles. Deux lignes la composent : une ligne horizontale d’abord, celle des vergues soutenant le mât, puis une ligne verticale celle du « tref », c’est-à-dire du mât avec toutes ses voiles « windé tresk’a la hune ». De leur union naît l’épure d’une croix dont la vision glorieuse s’impose sur la mer désormais apaisée.

37Dans la Vie de saint Gilles, le motif de l’embarquement s’est christianisé, ou plutôt ce qui pourrait n’être qu’un cliché littéraire, un simple thème « décoratif », s’est ajusté au dessein religieux qui sous-tend l’œuvre tout entière. Mais pour le réaliser, l’hagiographe a rompu les amarres avec la tradition hagiographique latine, il a emprunté les voies plus périlleuses de l’écriture romanesque, passant précisément par la mer et la navigation pour coller au plus près de la réalité culturelle et de l’horizon d’attente de son public laïque qu’il mène ainsi en douceur jusqu’au port de la moralité.

Annexes

ANNEXES

ANNEXE I

Mult veïssiez nefs aturner,
nefs atachier, nefs äancrer,
nefs asecchier e nefs floter,
nefs chevillier e nefs cloer,
funains estendre, maz drescier,
punz mettre fors e nefs chargier,
healmes, escuz, halbers porter,
lances drescier, chevals tyrer,
chevaliers e serjanz entrer,
e l’un ami l’autre apeler ;
mult se vunt entresalüant
li remanant e li errant.
Quant es nefs furent tuit entré,
e tide orent e bon oré,
dunc veïssiez ancres lever,
estr [ens tr] aire, hobens fermer,
mariniers saillir par ces nefs,
desherneschier veilles e trefs ;
li un s’esforcent as windas,
li altre al lof e al betas ;
detriés sunt li guvernëur,
li mestre estierman, li meillur,
chascun de guverner se peine
al guvernail ki la nef meine :
avant le helt si curt senestre
ensus le helt pur curre a destre.
Pur le vent es trés acuillir
funt les lisproz avant venir
e bien fermer as räalinges ;
tels i ad traient les gordinges,
e alquant abaissent lu tref
pur la nef curre plus süef ;
estoïns ferment e escutes,
e funt sachier es cordes tutes :
hutaignes laschent, trefs avalent,
bëelines sachent e halent ;
es venz gardent e es esteiles,
sulunc l’oré portent lur veilles ;
les brailes funt lacier al mast
que li venz par desuz ne past ;
a dous ris curent u a treis.
Mult fud hardiz, mult fu curteis,
cil ki fist nef premierement,
e en mer se mist aval le vent
terre querant qu’il ne vëeit,
e rivage qu’il ne saveit !

La Geste du roi Arthur, selon le Roman de Brut de Wace v. 2367-2412 (éd. E. Baumgartner et I. Short)

ANNEXE II

Le jur fud bel, le solail cler.
la mer fud paisible e le vent ;
a la nef vunt ignelement ;
lez sunt del bel tens ke il unt.
Traient lur ancres. si s’en vunt.
A plein se astent d’eschiper,
kar mult coveitent le passer.
Bons fud li venz c la mer quieie
ne lur estoet muver lur greie,
ne n’i out la nuit lof cloé,
estuïnc trait ne tref gardé,
ne n’i out halé bagordinge,
ne escote ne scolaringe,
ne fud mester de boesline :
tute fud queie la marine ;
ne lur estut pas estricher,
ne tendre tref ne helenger.
Fort ert l’estai e li hobent
ki fermé furent vers le vent
e d’autre part, devers le bort,
sunt li nodraz e li bras fort ;
bones utanges out el tref,
meillurs n’estot a nule nef ;
bons fud li tref e la nef fort,
e unt bon vent ki tost les port.
Tute noit current a la lune,
le tref windé tresk’a la hune :
ne lur estut muver funain
trestute nuit ne l’endemain.
Lur aire vunt od la mer pleine,
kar issi veit cil ke Deus aime.

Guillaume de Berneville, La Vie de saint Gilles, v. 876-906 (éd. F. Laurent)

Notes

1 Les citations renvoient, pour le Brut de Wace, à La Geste du roi Arthur, selon le Roman de Brut de Wace et l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth, présentation, édition et traductions par Emmanuèle Baumgartner et Ian Short, Paris, U. G. E. 10/18 « Bibliothèque médiévale », 1993 ; pour La Vie de saint Gilles de Guillaume de Berneville, à l’édition bilingue traduite, présentée et annotée par Françoise Laurent, Paris, Champion classique, 2003. Les deux passages que nous étudions sont donnés en annexe.

2 On connaît dans les « romans antiques », les descriptions de personnages ou de lieux (tentes, tombeaux ou boucliers, par exemple).

3 Si dès le début du xiie siècle, la mer joue un rôle important dans la Navigation de saint Brendan, dans le Cligès de Chrétien de Troyes, par exemple, les nombreux embarquements du héros ne font pas l’objet d’une description. Il faudra attendre les croisades pour les hommes, en majorité terriens, fréquentent la mer. Voir M. G. Gougenheim, « Notes sur le vocabulaire de Villehardouin et de Robert de Clari », Romania, t. 88, 1944-45, p. 401 sq.

4 Joël Grisward, « À propos du thème descriptif de la tempête chez Wace et chez Thomas d’Angleterre », Mélanges de langue et de littérature du Moyen Âge et de la Renaissance offerts à Jean Frappier, t. I, Paris, Droz, 1971, p. 375-389.

5 La Vie de saint Gilles qui est un témoignage exemplaire des nombreuses passerelles existant entre la culture profane et la culture religieuse, retravaille les données fournies par la Vita dont l’hagiographe s’inspire pour exploiter une veine proprement romanesque.

6 Les deux motifs sont étroitement liés, et l’un comme l’autre devaient sans doute constituer un moment attendu du public médiéval.

7 J. Grisward, art. cit., p. 377.

8 Voir les Actes des apôtres, 20, 13-16 ; 21 1-7.

9 Gérard Genette, Figure II, Paris, Seuil, 1969, p. 58.

10 E. Baumgartner, « Sur quelques marines médiévales », L’Eau au Moyen Âge. Symboles et usages, sous la direction de B. Ribémont, Orléans, Paradigme, 1996, p. 11-22 ; ici, p. 15.

11 Sur le lexique des différents cordages, voir le FEW, XXIII, 95 b.

12 On peut trouver aussi dans les textes le mot atoivre.

13 Antoine Thomas, « Étymologies françaises », Romania, XXIX, 1900, p. 160-208.

14 Augustin Jal, Archéologie navale, Paris 1840, t. I, 151, 188.

15 A. Thomas contredit Charles de la Roncière (Histoire de la marine française I, p. 117, n° 7) pour qui estoinc, issu du vieux norrois stödingar désignant un article de gréement, est un cordage qui soutient le mât d’avant en arrière. Cette interprétation, qui fait d’estoinc l’exact synonyme d’estai (du vieux norois stag) est démentie par l’emploi du mot dans la Vie de saint Gilles. D’une part, estai y est logiquement mentionné avec les haubans, d’autre part, estoinc y figure au moment où l’hagiographe évoque le lof. A. Thomas, art. cit., p. 160-208

16 Studding-sail signifie en anglais « bonnette en étui ».

17 A. Thomas, art. cit., p. 172-174.

18 Voir le FEW XVI 477b.

19 Voir A. Jal, Archéologie navale, Paris, 1842, t. II 178.

20 Voir A. Jal, op. cit., t. I, 179.

21 « Lof » a aussi ce sens dans le syntagme « torner le lof » qui définit, plus loin dans le Saint Gilles, le fait de « virer de bord » : Cele part unt le lof turné : a l’ysle vunt, sigle levé, (v. 925-26).

22 C’est le sens donné par le Dictionnaire anglo-normand.

23 Voir le FEW, XVII, 430b.

24 Voir A. Thomas, art. cit., p. 174-175.

25 Voir l’anglais string, l’allemand strang.

26 Il se rencontre dans le Tristan de Thomas (v. 2874) au moment de la tempête : « Rumpent bolines et hobens ». Voir A. Jal, op. cit., t. I, 187.

27 Il se rencontre aussi dans le Troie de Benoît de Sainte-Maure sous la forme utage. Voir A. Jal, op. cit., t. I, 187.

28 Itaga en basque, ostaga en espagnol.

29 Voir l’allemand tau, l’anglais tog.

30 Voir A. Jal, op. cit., t. II, 619.

31 A. Thomas, « Nouvèles variétés étimolojiqes », Romania, t. XLIV, 1915-1917, p. 347-348.

32 Voir le FEW, XVI, 193 b.

33 Voir E. Baumgartner, art. cit., p. 20.

34 Wilhelm Frahm, Das Meer und die Seefahrt in der altfranzösischen Literatur, Inaugural-Dissertation zur Erlangung der Doktorwürde der Hohen Philosophischen Fakultät der GeorgAugust-Universität zu Göttingen, Göttingen, 1914.

35 J. Grisward, art. cit., p. 388-389.

36 H. E. Keller, Étude descriptive sur le vocabulaire de Wace, Berlin, 1953.

37 J. Grisward, art. cit., p. 389.

38 Desherneschier, le contraire de herneskier/herneschier : housse pour plier les voiles. Selon A. Jal, les deux verbes sont dérivés de harnais, mot d’origine celte : harn.

39 Le plus souvent, la voile est oblique par rapport à la quille, de telle sorte qu’un côté est tourné vers la proue. Ce côté, selon A. Jal, est appelé lisproz. Traduit par « les lés de proue ». Voir A. Jal, op. cit., t. I, 184 sq.

40 Il s’agit d’un cordage cousu autour des bords d’une voile. Voir A. Jal, op. cit., t. I, 184.

41 Les brailes, ou peut-être braiols, sont du menu cordage servant à carguer ou trousser les voiles qui servent à dresser les voiles. Le mot viendrait du verbe breuiller, forme voisine de brouiller, lui-même d’origine incertaine.

42 J. Grisward parle, à propose de la tempête décrite dans le Roman de Brut et dans le Roman de Rou, de « tempête-type », art. cit., p. 382.

43 L’anglais dit to strike sail, l’allemand das Segel streichen, pour abaisser la voile. C’est pour Thomas le sens du mot dans la Vie de saint Gilles. Estricher : estricher le tref, le terme viendrait du germanique strîkan, carguer les voiles. Issu de *strîkan, qui aurait donné estriquer/estricher : « carguer les voiles ». Voir le FEW 17, 260a. On trouve ce verbe aux vers 9 868 et 13 077 du Roman de Brut. Mais H.-E. Keller donne pour traduction « charger une bateau », op. cit., p. 222.

44 Jean Larmat, « L’eau dans la Navigation de saint Brandan de Benedeit », L’Eau au Moyen Âge, Senefiance n° 15, Publication du CUER Ma, Université de Provence, 1985, p. 235-246. Souvent menacés au cours de leur navigation et toujours sauvés par l’intervention de Dieu, les occupants du curragh devenaient un exemple privilégié de l’action immédiate de la Providence en faveur des « pieux ».

Auteur

Université Paul-Valéry – Montpellier III

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540