Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

La mer et la mort dans la matière de Bretagne

Anna Elżbieta Korczakowska

Texte intégral

1Dans l’imagination de l’homme la mer est toujours liée au danger. Élément incontrôlable, dont la puissance inspire une peur profonde, elle se place aux antipodes de tout ce qui lui est familier. La mer arrache l’homme à la terre ferme et le livre à un destin inconnu contre lequel il n’a pas d’autre recours que la prière. Enfermé dans la coque fragile d’un bateau, sans attache et sans l’aide de ressources extérieures en cas de besoin, il est contraint d’affronter le danger omniprésent et ultime de la mort. Dès lors son imagination se met à former des fantasmes et à se nourrir de superstitions censées diminuer sa perplexité, expliquer l’inexplicable et parfois conjurer le sort.

2Dans la présente communication, nous allons étudier les relations entre la mer et la mort à partir de deux lais de Marie de France – Éliduc et Guigemar, tout en proposant des rapprochements avec d’autres œuvres du domaine arthurien. Nous montrerons que, dans l’imaginaire médiéval, la mer et la mort sont unies par des liens étroits qui dépassent le cadre concret du danger physique pour s’étendre aux niveaux social et symbolique.

3Dans l’Éliduc au cours de la scène de la tempête marine qui a lieu lorsque le héros éponyme tente d’emmener son amie dans les terres, où il a laissé son épouse légitime nous trouvons un exemple de la perplexité humaine face aux flots déchaînés :

  • 1 Toutes les citations des Lais de Marie de France proviennent de l’édition : Lais de Marie de France(...)

815

Mes quant il durent ariver,

une turmente ourent en mer,

e uns venz devant els leva

ki luin del hafne les geta ;

lur verge bruisa e fendi

820

e tut lur sigle desrumpi.

Deu recleiment devotement,

Seint Nicholas e seint Clement.

e madame seinte Marie

que vers sun fiz lur querge aïe,

825

qu’il les guarisse de perir

e qu’al hafne puissent venir.

Une hure ariere, une altre avant

issi alouent costeiant.

Mult esteient pres de turment1.

4La conjonction ouvrant ce passage – « mes » – suggère une modification de situation importante : dès lors l’homme n’agit plus – c’est la tempête (« uns venz »), sujet de tous les verbes d’action, qui est le maître des événements. La mer devient un obstacle dans les desseins humains. L’homme ne fait que subir. La seule action possible consiste à prier Dieu et les saints traditionnellement invoqués dans la circonstance, mais les prières restent inefficaces. Alors un des matelots identifie sans hésiter la cause du péril – c’est l’adultère d’Éliduc :

830

Uns des eschipres haltement

s’est escriëz : « Que faimes nus ?

Sire, ça enz avez od vus

cele par qui nus perissuns.

Ja mes a terre ne vendruns !

835

Femme leial espuse avez

e sur celi altre en menez

cuntre Deu e cuntre la lei,

cuntre dreiture e cuntre fei.

Laissiez la nus geter en mer,

840

si poüm sempres ariver. »

  • 2 Cf. Lais de Marie de France, op. cit., p. 311 n. 4 et Philippe Ménard, Les lais de Marie de France, (...)

5La loi divine a été enfreinte, ce qui est mis en relief par l’amplification des vers 837-8. Un péché a été commis et dès lors il n’y a pas cent solutions pour échapper à la mort. Dans l’imaginaire médiéval la tempête marine est toujours punitive2 – il faut donc identifier le coupable et le sacrifier pour sauver les autres. Rien de plus logique que ce ‘diagnostic’du marin. Éliduc s’y oppose mais la jeune fille – effrayée par la tempête et choquée d’apprendre à cette occasion que son ami a déjà une épouse légitime – sombre dans la léthargie ; ses compagnons d’infortune la considèrent comme morte :

Desur son vis cheï pasmee,

tute pale, desculuree.

855

En la pasmeisun demura,

qu’el ne revint ne suspira.

Cil ki ensemble od lui l’en porte

quidot pur veir qu’ele fust morte.

  • 3 Philippe Ménard, op. cit., p. 173 :

6Ainsi la mort exigée par le matelot semble-t-elle se produire mais la tempête ne s’apaise pas pour autant. Rien de surprenant : Guilledun était innocente dans son ignorance – le pécheur à bord c’est Éliduc. Marie de France n’aurait pourtant pas pu sacrifier son personnage principal et la mort de la jeune fille, bien qu’elle semble n’avoir rien résolu, lui permet d’opérer un habile déplacement de la faute et, par conséquent, d’épargner Éliduc. Sa faute – l’adultère – s’efface en effet devant un péché plus grave – le meurtre : les paroles du matelot sont la cause directe de la mort d’une innocente. On assiste alors à une « sorte de substitut du rite traditionnel3 » – qui suffit néanmoins à tirer l’équipage de l’embarras : Éliduc jette le matelot par dessus bord et réussit à naviguer jusqu’au port. Le sacrifice réclamé par les flots déchaînés a été officié. La mer a eu sa victime. Le danger est éloigné.

7Mais ce n’est pas seulement le danger physique qui doit être affronté au cours d’un voyage maritime. Chacun s’affronte aussi à lui-même, comme ici Éliduc, et par là le voyage maritime devient un voyage initiatique par excellence. Et même si c’est à un niveau différent, c’est toujours de mort qu’il s’agit, car si chaque initiation suppose un éveil – une renaissance, elle implique tout d’abord une mort.

  • 4 Guigemar fu forment blesciez.
    De ceo qu’il ot est esmaiez.
    Comença sei a purpenser
    En quelle terre pur (...)

8C’est le cas du héros éponyme d’un autre lai de Marie de France, Guigemar. Blessé par une flèche qui a rebondi après avoir blessé la biche blanche, Guigemar s’entend prédire par celle-ci qu’il ne pourra pas être guéri avant d’apprendre à aimer. Aussitôt il se met à exécuter les paroles de la biche. Edgard Sienaert remarque que « C’est bien d’une invitation au voyage qu’il s’agit – ce sera bientôt, en effet, la haute mer. L’appel est net, le tracé impérieux, Guigemar n’avait pas le choix, c’était partir ou mourir (vv.123-128)4. » En fait, c’est partir et mourir. Il envoie son serviteur chercher ses compagnons et en profite pour s’éclipser – geste qui traduit sa volonté de vivre, mais en fait, dans la dimension sociale, il s’agit bien d’une mort. Le fait que Guigemar s’embarque sur une nef sans pilote qui est nettement identifiable comme un objet merveilleux ne fait que souligner cet effet. Et cette nef, par là même, s’apparente à une nef funèbre.

  • 5 Béroul, Le Roman de Tristan, dans : Tristan et Iseut. Les poèmes français. La Saga norroise. Présen (...)

9Car aller outre-mer équivaut toujours à une mort sociale. Dans le Tristan de Béroul5, quand l’entremise de l’ermite aboutit à la réconciliation du couple royal, Tristan rend Yseut à son époux et promet à Marc :

2611

Jamais n’oras de moi parler

Passerai m’en outre la mer.

  • 6 Mort Artu, éd. J. Frappier.

10Si c’est « outre la mer » que Tristan promet de se rendre c’est qu’un tel départ est beaucoup plus qu’un simple départ. La séparation physique de Tristan du royaume de Marc se trouve renforcée par les masses d’eau qu’il introduit entre eux. La simple distance spatio-temporelle acquiert une dimension émotionnelle – la barrière maritime rend l’absence beaucoup plus définitive. Et c’est une telle absence et cette même barrière qui permettent à Mordret de prétendre Arthur mort au cours de l’expédition de celui-ci en Gaule, à la poursuite de Lancelot6. Il sait que pour retourner, Arthur devra attendre un temps opportun, un vent favorable et espérer que les conditions météorologiques ne changeront pas au cours du voyage. Car on s’embarque sans jamais savoir si l’on pourra accoster. Du point de vue de ceux qui restent, on est bien mort jusqu’à la preuve du contraire.

11Dans Éliduc la mer devient à ce titre un élément structurant qui divise l’espace de l’action en deux, deux femmes, deux royaumes, deux vies différentes. Brouillé avec son seigneur, Éliduc :

Ne vuelt el païs arester,

ainz passera, ceo dit, la mer ;

el reialme de Loegre ira

70

e une piece deduira.

12La seule raison de choisir Logres pour le lieu de son exil est cette frontière aquatique qui le séparera d’une manière plus définitive de son seigneur, dont l’attitude l’a profondément blessé. Et avec chaque traversée il meurt pour le monde qu’il quitte afin de renaître dans l’autre.

  • 7 Lais féeriques des xiie et xiiie siècles, éd. A. Micha, Paris, GF-Flammarion, 1992.

13Une mort sociale donc, motif que l’on retrouve aussi dans le lai de Mélion7, même s’il y prend un autre aspect. Voulant satisfaire le désir de sa femme, celui de manger de la viande d’un cerf particulier, il lui confie son secret – il peut être transformé en loup-garou – et il met son sort entre ses mains lui faisant confiance pour qu’elle le retransforme en homme une fois le cerf atteint. Or sa femme trompe sa confiance. Désormais, au plan social, ayant perdu son humanité, Mélion n’existe plus. Et la mer vient sceller cette mort – la traîtresse s’embarque pour rentrer chez elle, en Irlande. Mélion devra désormais entreprendre lui-même la traversée dangereuse et risquer sa vie afin de renaître à la vie humaine.

14Pour en revenir à Guigemar, la coupure est tellement explicite qu’on est presque tenté de dire qu’il faut être mort pour prendre la mer. Il trouve la nef et monte sans se poser de questions :

165

Il vait avant, si descent jus ;

a grant anguisse munta sus.

  • 8 Edgard Sienaert, op. cit., p. 53.

15Comme le remarque Edgard Sienaert : « La coupure de ce distique est significative : Guigemar descend de cheval, abandonnant ainsi le dernier lien qui le rattache à son monde familier8 ». Il s’agit bien d’une mort – Guigemar meurt à ce qu’il a été jusque là. Sauf qu’en suivant aveuglement le destin tracé par la biche, il en ignore le sens. Quand il se rend compte qu’il est en pleine mer, il est pris d’une peur panique, mais se résigne à l’aventure. Et c’est toujours d’un désir de vie qu’il s’agit :

200

A Deu prie qu’en prenge cure

qu’a sun poeir l’ameint a port

e sil defende de la mort.

El lit se colche, si s’endort.

16Pour le lecteur il s’agit d’un voyage initiatique mais pour Guigemar il ne s’agit que de trouver la guérison de sa blessure, de ne pas mourir. Or c’est justement ce qu’il est en train de faire et on est tenté de dire qu’il en a eu le pressentiment ou, du moins, qu’il l’a réalisé a posterori, car une fois arrivé au port, il raconte son départ comme suit :

328

En un hafne ceste nef vi,

dedenz entrai, si fis folie ;

od mei s’en est la nes ravie.

17La nef s’est arrachée à la terre, comme une âme s’arrache au corps. Sauf qu’à ce moment là Guigemar n’en a rien senti ! Et quand il arrive à sa destination c’est bien un mort que trouve la suivante venue inspecter la nef qui vient d’accoster dans le port de la prison de sa dame :

275

Cele part vunt grant aleüre.

Sun mantel oste la pucele,

entre en la nef ki mult fu bele.

N’i trova nule rien vivant

fors sul le chevalier dormant.

280

Arestut sei, si l’esgarda ;

pale le vit, mort le quida.

Ariere vait la dameisele ;

hastivement sa dame apele,

285

Tute l’aventure li dit,

mult pleint le mort que ele vit.

18La dame, elle, trouve cette conclusion trop hâtive :

287

Respunt la dame : « Or i aluns !

Se il est morz, nus l’enforruns ;

nostre prestre nus aidera.

Si vif le truis, il parlera. »

19C’est en fait à elle de décider et d’opérer l’éveil/le réveil de Guigemar. Dans Éliduc, Guilledun, laissée pour morte dans un ermitage, est trouvée et réveillée par l’épouse du héros éponyme. Elle aussi arrive dans un monde qui pour elle est autre et, même si c’est sans le savoir, elle y arrive afin de s’y imposer. Elle devra attendre passivement – en état de mort apparente – que celle qui y règne, la femme d’Éliduc, la réveille, l’accepte et lui cède sa place. Il en est de même pour Guigemar : comme le veut son destin, il arrive à l’autre monde afin de connaître l’amour et donc afin de ravir quelque chose, ou plutôt quelqu’un, à ce monde qui n’est pas le sien. Et lui aussi, il devra attendre passivement l’accord de celle qui y règne. En plaçant sa main sur la poitrine du chevalier endormi et en le réveillant par ce geste, la dame de l’autre monde consent à ce que le destin du héros s’accomplisse et opère sa résurrection pour la vie dans son monde à elle. Il s’agit en fait d’une transgression – les séjours dans l’autre monde sont un motif fréquent, cependant tenter d’y rester, tenter d’y refaire sa vie n’est possible qu’après la mort. Et c’est précisément le dessein de Guilledun quand elle quitte Logres avec Éliduc. En ce qui concerne Guigemar, il est vrai que son seul désir est initialement de trouver la guérison :

Mes amurs l’ot feru al vif ;

380

ja ert sis quers en grant estrif,

kar la dame l’a si nafré,

tut ad sun païs ublié.

20Malgré ses intentions conscientes, puisqu’il était prévu qu’il tombe amoureux, il était aussi prévu qu’il tente de rester. Il ne songe pas à repartir et s’il part c’est parce qu’il y est forcé.

21D’un autre côté, en s’éveillant à l’amour, Guigemar accomplit son initiation, il doit donc retourner dans son monde, c’est-à-dire renaître, mais à cette fin il doit d’abord mourir une nouvelle fois. En effet, les amants sont bientôt découverts et Guigemar doit affronter le mari jaloux :

tute li dist la destinee

de la bisse ki fu nafree

e de la nef e de sa plaie.

610

Ore est del tut en sa manaie.

Il li respunt que pas nel creit,

e s’issi fust cum il diseit,

si il peüst la nef trover,

il le metreit giers en la mer :

615

s’il guaresist, ceo li pesast,

e bel li fust, se il neiast.

Quant il l’a bien aseüré,

al hafne sunt ensemble alé.

La barge truevent, enz l’unt mis :

620

od lui s’en vet en sun païs.

22La mer (à travers la nef) revient dans le récit à chaque fois que la menace de la mort réapparaît et elles s’entremêlent dans l’incrédulité et le vœu du mari. Il veut Guigemar mort – et tout naturellement il le rend à la mer, qui l’a amené jusque là. C’est pour qu’il meure qu’on l’y remet. Mais c’est aussi en prenant la mer qu’il échappe à la mort. Et, en même temps, c’est en prenant la mer qu’il achève son initiation car dans le schéma initiatique ce voyage équivaut à la renaissance. Un renversement curieux a alors lieu : au cours de son premier voyage, presque mort, Guigemar cherchait à survivre. À présent, la traversée qui le rapproche de la renaissance, s’accompagne d’un fort désir de mort.

La nes eire, pas ne demure.

Li chevaliers suspire e plure ;

la dame regrete sovent,

e prie Deu omnipotent

625

que il li doinst hastive mort

e que ja mes ne vienge a port,

s’il ne repuet aveir s’amie,

qu’il desire plus que sa vie.

Tant a cele dolur tenue,

630

que la nes est a port venue

u ele fu primes trovee.

  • 9 Ibid., p. 58.

23À son retour (v. 632-654) tout est comme s’il n’était jamais parti. Comme si le moment de sa disparition et celui où son serviteur le retrouve était le même. Pas d’allusion à son absence prolongée. La seule chose qui a changé c’est que la blessure a été remplacée par le nœud de la chemise – signe de reconnaissance imposé par son amie. Mais cela non plus n’est pas expliqué. Sinon la vie continue comme si rien ne s’était passé9.

  • 10 Folie Tristan d’Oxford dans : Tristan et Iseut. Les poèmes français. La Saga norroise, op. cit.

24Nous retrouvons la même trame d’événements dans la Folie Tristan d’Oxford10, dans le récit de Tristan-Tantris concernant les suites de son combat contre Morholt :

335

Malement i fu je navrés,

Kar li bran fu envenimés.

L’os de la hanche m’entamat

Et li fors venins eschauffat ;

En l’os n’aerst, nercir le fist

340

En tel dolur puis i assist

Ki ne poüt mire guarir,

Si quidai ben murir.

En mer me mis, la voil murir,

Tant par m’ennuat le languir.

345

Li venz levat, turment out grant

E chaçat la nef en Irlant.

25Tout comme Guigemar, Tristan s’est embarqué pour un voyage dans une nef qu’il était incapable de contrôler. Le vent l’a porté en Irlande où il ne pouvait s’attendre qu’à la mort mais où il a été guéri.

26Si dans le cas de Guigemar il n’y a pas de doute qu’il accoste bien dans un autre monde (le récit renvoie sans équivoque à la tradition celtique de l’echtra), pour Tristan et Éliduc il ne s’agit que d’un monde de l’autre côté de la mer, un monde qui est étranger pour le premier et familier mais altéré pour le second. Le Moyen Âge place volontiers l’autre monde sur une île – il suffit de songer à Avalon – et, par extension, tout territoire placé outre mer prend des marques plus ou moins pertinentes de l’autre monde. C’est qu’un monde localisé outre la mer est nécessairement autre.

  • 11 Thomas, Le Roman de Tristan, dans : Tristan et Iseut. Les poèmes français. La Saga norroise, op. ci (...)

27Lieu mouvant où le péril de la mort réelle est toujours présent, lieu privilégié de passage pour une mort initiatique, frontière entre ce monde et le monde autre, la mer devient un espace où l’on se trouve entre la vie et la mort et où les questions de la vie et de la mort se décident. Impossible d’arriver au port avant que les choses soient fixées. Pour Guigemar, comme pour Tristan, c’est la mer qui décide de leur survie les exposant à un danger de mort imminente mais les faisant naviguer vers la guérison. La nef portant Yseut au secours de Tristan blessé ne peut parvenir à la terre tant que Tristan est en vie – d’abord une tempête la secoue, puis le calme plat l’en empêche11. C’est encore sur la mer que Tristan et Yseut boivent le philtre, événement qui décide de leur vie et de leur mort. Leur destinée se referme ainsi entre deux voyages maritimes – l’amertume de l’amour et celle de la mort s’entremêlent dans l’amertume de la mer. Dans le lai de Mélion, après un séjour prolongé en Irlande, toujours dans la peau du loup-garou, le héros voit enfin une chance d’être sauvé – l’arrivée du roi Arthur chez le père de son épouse traîtresse. Or un vent défavorable ne permet pas au navire royal d’accoster dans le port de destination et il est forcé de descendre à terre ailleurs, dans un endroit plus opportun pour les desseins de Mélion, qui saisit sa chance. Par conséquent, sa renaissance à la vie humaine est décidée, même si non encore accomplie, quand Arthur réussit enfin à arriver à sa destination. Il est vrai que ce dernier voyage, de l’endroit d’accostage au port de destination se fait par la voie terrestre. Il n’en reste pas moins que c’est la mer qui a causé le détour offrant ainsi à Mélion le temps nécessaire pour entrer dans les faveurs du roi.

  • 12 Mélion, v.284, dans : Les Lais féeriques…, op. cit.

28L’association intime de la mer et de la mort dépasse ainsi le cadre du voyage maritime. Bien souvent le messager porteur des mauvaises nouvelles approche du destinataire en venant de la mer. Au cours de son séjour en Irlande, Mélion – loup-garou, pris dans une meute de loups, se livre à la destruction et à la mort. N’oublions pas que c’est la mer qui l’y a mené. De plus, quand on parvient enfin à tendre un piège où tous ses compagnons-loups périssent, l’auteur précise bien que cela a lieu « sor .I. tertre lés la marine12 ». Cette précision renvoie à la peur instinctive de ce que la mer apporte, comme si elle allait recracher la mort sur les rivages. Cela se voit bien dans la réaction de la future amie de Guigemar, quand la mer apporte la nef du héros au port de sa prison :

Guardent a val vers la marine ;

la nef virent al flot muntant,

ki el hafne veneit siglant ;

ne veient rien ki la cunduie.

270

La dame vuelt turner en fuie :

se ele a poür, n’est merveille ;

tute en fu sa face vermeille.

29Néanmoins, c’est la curiosité qui l’emporte. La curiosité, qui est l’autre face de la peur. Ce qui effraie fascine.

30C’est en mer que la mort se décide. C’est la mort qu’on craint en mer. Mais en même temps, c’est là qu’on cherche la mort et la mer devient alors une matrice, celle des eaux originelles, l’endroit du repos ultime pour le cœur tourmenté.

  • 13 Philippe Ménard, op. cit., p. 217.

31Une fois Guigemar parti, son amie, dans une prison encore plus difficile, sombre dans le désespoir. Comme l’a écrit Philippe Ménard : « Ce sont alors les plus basses eaux, les eaux noires de la souffrance. Tout s’effondre en elle, jusqu’au jour où elle réussit à s’échapper et où les forces lui manquent pour se noyer. Nous sommes dans une civilisation chrétienne où l’on ne met point fin à ses jours. Ayant échappé à l’emprise de son mari, elle ne trouve pas pour autant la paix13. »

« Guigemar, sire, mar vus vi !

Mielz vueil hastivement murir

670

que lungement cest mal sufrir !

Amis, si jeo puis eschaper,

la u vus fustes mis en mer

me neierai ! »

32Nous retrouvons le même motif dans le dénouement du roman de Thomas, dans le monologue d’Yseut au cours de la tempête qui l’empêche de rejoindre Tristan.

Car, se jo dei neier ici,

E vus, ço crei, devez neier,

Uns peissuns poust nus dous mangier ;

Eissi avrum par aventure,

1660 Bels amis, une sepulture,

Tel hum prendre le purra

Ki noz cors i reconuistra

E fra en puis si grant honur

Cume covent a nostre amur.

33Pour Yseut, comme pour l’amie de Guigemar, l’union désirée est impossible dans le monde organisé et figé où chacune d’elles est liée à un autre. Par contre la mer, avec le mouvement désordonné de ses eaux où tout se mélange, représente un lieu dans lequel il est possible d’espérer la libération des contraintes de la société. Dans le désespoir, ce qui est impossible sur terre devient possible dans la mer. Ce qui est impossible dans la vie devient possible dans la mort. C’est donc tout naturellement que le désir de rejoindre son ami dans la mort mène la dame désespérée à la mer :

Dunc lieve sus ;

tute esbaïe vient à l’us ;

675

n’i trueve clef ne serreüre,

fors s’en eissi par aventure.

Unques nuls ne la desturba.

34Elle ne trouve aucun obstacle, personne pour l’arrêter, mais n’est-on pas toujours seul en face de la mort ? Seule la mer qui offre un moyen de mourir est présente et, même si la dame ne trouve pas assez de force pour passer à l’acte, elle n’en meurt pas moins à son monde en s’embarquant pour un autre.

Al hafne vint, la neif trova ;

atachiee fu al rochier,

680

u ele se voleit neier.

Quant el la vit, enz est entree ;

mes d’une rien s’est purpensee

qu’iluec fu sis amis neiez.

Dunc ne put ester sur ses piez :

685

se desqu’al bort peüst venir,

el se laissast defors chaïr.

Asez suefre travail e peine.

La nes s’en vet, ki tost l’en meine.

En Bretaigne est venue al port

690

suz un chastel vaillant e fort.

  • 14 Edgard Sienaert, op. cit., p. 59.
  • 15 Ibid. : Il la saisist par le mantel ;
    od lui l’en meine en sun chastel
    .

35Nous ignorons l’état de la dame (éveil/dormition) au moment de l’arrivée au port. Il n’en reste pas moins que le voyage « s’effectue sans doute hors de sa conscience (v.684), et de nuit – c’est le matin que Meriaduc, tôt levé parce qu’il est en guerre contre son voisin, aperçoit du haut de son château, la nef qui cingle vers le port14. » Elle aussi doit attendre d’être acceptée dans ce monde qui pour elle est autre – cette fois-ci cependant il ne s’agit pas d’un réveil mais d’une saisie au sens légal du terme15 (v. 705-6).

36Dans les cas de parcours initiatique la renaissance est impliquée et nécessaire et donc la mort est accomplie et dépassée. Mais il en est de même pour chaque voyage maritime : on affronte le danger de mort et si on réussit à survivre, si on réussit à revenir, on surmonte la mort. Dans ce sens, chaque voyage maritime est initiatique. On ne revient pas le même après une telle expérience. Partir c’est mourir un peu, même si l’on revient. De plus, chaque mort maritime est en même temps un dépassement de la mort – l’absence d’une tombe matérielle permet de l’éviter. Arthur n’attend-il pas toujours pour revenir un jour ?

37Se confronter à la mer c’est faire face à la mort et le monde marin en revêt un caractère presque morbide. En même temps la logique initiatique y est très présente et atténue cet effet tout en le soulignant. La mer devient un espace entre la vie et la mort, une frontière entre le monde familier et le monde autre. Dans l’imaginaire médiéval elle représente aussi bien la mort que son dépassement. Voyager outre la mer c’est voyager outre la mort.

Notes

1 Toutes les citations des Lais de Marie de France proviennent de l’édition : Lais de Marie de France, traduits, présentés et annotés par Laurence Harf-Lancner, texte édité par Karl Warnke, Lettres Gothiques, Paris, Librairie Générale Française, 2002 (1990 pour la première édition).

2 Cf. Lais de Marie de France, op. cit., p. 311 n. 4 et Philippe Ménard, Les lais de Marie de France, Paris, PUF, 1979 p. 162.

3 Philippe Ménard, op. cit., p. 173 :

4 Guigemar fu forment blesciez.
De ceo qu’il ot est esmaiez.
Comença sei a purpenser
En quelle terre purra aller
Pur sa plaie faire guarir ;
Kar ne se volt laissier murir.
Cf. Edgard Sienaert, Les Lais de Marie de France. Du conte merveilleux à la nouvelle psychologique. Paris, Champion, coll. Essais, 1984, p. 53.

5 Béroul, Le Roman de Tristan, dans : Tristan et Iseut. Les poèmes français. La Saga norroise. Présentés, traduits et commentés par Daniel Lacroix et Philippe Walter. Lettres Gothiques, Paris, Librairie Générale Française, 2001 (1989 pour la première édition).

6 Mort Artu, éd. J. Frappier.

7 Lais féeriques des xiie et xiiie siècles, éd. A. Micha, Paris, GF-Flammarion, 1992.

8 Edgard Sienaert, op. cit., p. 53.

9 Ibid., p. 58.

10 Folie Tristan d’Oxford dans : Tristan et Iseut. Les poèmes français. La Saga norroise, op. cit.

11 Thomas, Le Roman de Tristan, dans : Tristan et Iseut. Les poèmes français. La Saga norroise, op. cit.

12 Mélion, v.284, dans : Les Lais féeriques…, op. cit.

13 Philippe Ménard, op. cit., p. 217.

14 Edgard Sienaert, op. cit., p. 59.

15 Ibid. : Il la saisist par le mantel ;
od lui l’en meine en sun chastel
.

Auteur

Université de Provence et Université Marie-Curie – Sklodowska, Lublin, Pologne

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540