Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Les gemmes marines : au carrefour du lapidaire et du bestiaire

(d’après Phisice, une version du Lapidaire de Jean de Mandeville)

Valérie Gontero

Texte intégral

  • 1 Jean de Mandeville, Voyage autour de la terre, texte traduit et commenté par C. Deluz, Paris, Les (...)
  • 2 Voir l’article de Michel Salvat, « Du pectoral d’Aaron aux lapidaires médicaux : l’infini pouvoir (...)

1Au xive siècle, Jean de Mandeville relate dans ses Voyages « d’Outre-Mer1 » ses pérégrinations à travers le monde, et plus particulièrement en Orient. Ce récit de voyage est complété par un lapidaire en prose, tout aussi marqué du sceau de la merveille et de l’exotisme, remarquable par son ampleur – certains manuscrits traitent plus d’une centaine de gemmes – et par sa dimension synthétique. Le Lapidaire de Jean de Mandeville réunit en effet les trois types de lapidaires2 : la présence du zodiaque et des planètes le rapproche du courant magique ou astrologique ; la description des gemmes et de leur vertus le situe dans le courant scientifique ; les références aux pierres saintes, et aux douze gemmes du pectoral d’Aaron sont empruntées au lapidaire chrétien. Du Moyen Âge à la Renaissance, un grand crédit scientifique fut accordé aux ouvrages de Jean de Mandeville, imprimés jusqu’au xviie siècle.

  • 3 BnF, fr. 4836 ; BnF, fr. 9136 ; Bibl. de Bruxelles, ms. 11058, et peut-être BnF, fr. 14830. Voir l (...)
  • 4 Le lapidaire du quatorzième siècle, description des pierres précieuses et de leurs vertus magiques (...)

2Léopold Pannier recense trois manuscrits du Lapidaire de Jean de Mandeville, du xve au xviie siècle3. Un quatrième manuscrit est conservé à la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence4 : il s’agit de la version manuscrite la plus longue du lapidaire, précédée de trois pièces religieuses imprimées en 1562. À la même époque, en 1561, le Lapidaire de Jean de Mandeville fut imprimé à Paris ; cette édition, qui traite soixante-sept pierres, fut reproduite en 1862 par Isidore del Sotto :

  • 5 Il est convenu aujourd’hui de voir en Jean de Mandeville un personnage de papier. Pour la clarté d (...)

Le livre que nous présentons à nos lecteurs est un traité sur les pierres précieuses connues vers la seconde moitié du quinzième siècle, transcrit d’après les ordres et à l’usage du roi René, dit le bon roi, par un auteur inconnu, d’après l’ouvrage du chevalier Jean de Mandeville5.

3Il convient donc de distinguer trois époques : celle où Jean de Mandeville aurait rédigé son lapidaire (xive siècle) ; celle où le Roi René en commanda un exemplaire (xve siècle) ; celle où le lapidaire fut d’une part imprimé et d’autre part rédigé dans sa version manuscrite la plus ample (xvie siècle). Le manuscrit de la Bibliothèque Méjanes possède-t-il un lien de filiation avec le texte commandé par le roi René ? Ou bien s’agit-il d’une adaptation contemporaine du texte imprimé ? Dans l’état actuel de nos connaissances, ces questions demeurent sans réponse.

  • 6 Le texte décrit une liste de pierres blanches : alectoire, calcedoine et sardoine (p. 125-126) ; d (...)

4Le manuscrit du xvie siècle, intitulé Phisice6, ne fait en tout cas aucune mention du Roi René, pas plus que de Jean de Mandeville. L’incipit est laconique :

C’est le lapidaire selon la verité et l’oppinion des Ymdois des vertus et proprietez des pierres precieuses. (p. 117)

  • 7 Dans l’édition Del Sotto n’apparaissent pas les gemmes marines suivantes, sur lesquelles nous fond (...)

5S’il représente la version longue du lapidaire, avec cent dix articles, Phisice est cependant tronqué dans sa dernière partie, consacrée à la glyptique et aux douze gemmes du Pectoral d’Aaron dans les autres manuscrits. Les cent dix articles ne correspondent pas à cent dix gemmes – l’améthyste, l’hyacinthe, l’onyx et l’asiste sont en effet traitées deux fois. Ces redites traduisent l’absence d’organisation du texte, qui amorce parfois des regroupements par couleur ou par type7, pour retourner rapidement à une énumération sans logique apparente. L’étoffement du texte se fait par une augmentation du nombre de gemmes traitées, mais aussi par le double traitement de certaines gemmes – deux procédés courants pour allonger les lapidaires.

6Les notices s’attachent surtout aux couleurs et aux vertus des gemmes, donnant parfois des détails sur leur formation ; le traité utilise également l’étymologie, plus ou moins fantaisiste, dans la lignée d’Isidore de Séville, et précise les différentes dénominations de la gemme, comme pour la perle :

Margarite ou perle qui est appellé onyon car elle est de pluseurs vestemens et a pluseurs cotés, une aprés aultre, si comme ung oignon.
(p. 124)

  • 8 Sur la couleur bleue, voir André G. Ott, Etude sur les couleurs en vieux français, Paris, Librairi (...)

7Outre ces particularités formelles, Phisice se démarque des autres manuscrits du Lapidaire de Jean de Mandeville par la présence marquée de la mer8. Pourquoi écrire une nouvelle version de ce texte, alors qu’il circulait déjà sous forme imprimée ? Pourquoi étoffer la présence de la mer, selon quelles modalités et dans quelle optique ? Utilisée d’abord comme référent chromatique ou géographique, la mer s’affirme également comme une matrice qui donne naissance aux créatures que sont les gemmes. Récurrentes, ces gemmes marines infléchissent le sens du lapidaire pour l’orienter vers le bestiaire.

  • 9 Histoire naturelle, Livre XXXVII, texte établi, traduit et commenté par E. de Saint-Denis, Paris, (...)

8La mer, ou plus exactement l’eau de mer, est utilisée comme référent chromatique, pour imager la couleur de certaines gemmes. La chrysolite, comme chez Marbode, est « couleur d’eaue de mer verde resplendissant si comme or » (p. 127) ; le béryl en provenance d’Ynde « resemble eaue maryne » (id.) ; la colue « est pierre flave et clere si conme saphirs maiz elle est plus blanc de couleur et a esplendeur si conme d’eaue de mer » (p. 148). Afin de pallier la pauvreté lexicale du latin pour désigner les nuances de bleu, l’ancien français a eu recours à d’autres langues, tout en développant un vocabulaire chromatique issu de référents concrets – par exemple paonace suggère le bleu des plumes du paon ; violet la couleur de la fleur9. L’évocation de l’eau de mer résulte du même procédé ; elle enrichit la prose d’une image poétique qui crée un jeu de miroir entre les élements liquide et minéral.

9Référent géographique, la mer est souvent citée parmi les lieux où se trouvent les gemmes : l’achite apparaît « es rivaiges de la mer et des fleuves » (p. 132). Dans l’article sur la burtine, qui présente l’unique occurrence du pronom je, d’ordinaire camouflé derrière les pronoms nous et on, le narrateur mentionne son savoir tout en le modalisant, prenant le lecteur à témoin de sa volonté de dire le vrai :

Aucuns dient que c’est gome d’arbre, maiz je ne le sçay, touteffoiz bien sçay que on la trouve en la mer et en pluseurs aultres fleuves et eaues.
(p. 146)

  • 10 La réalité scientifique n’est pas moins étonnante que la description médiévale, puisque, comme le (...)

10Telle mer est parfois associée à telle gemme : ainsi l’adromande se trouve « en la Rouge mer » (p. 140), le jade « en la mer de Caldée » (p. 135). Les toponymes renforcent l’effet de réel et de dépaysement, et font écho à la géographie des Voyages. Alors que le lapidaire ne précise pas pourquoi ni comment les gemmes mentionnées ci-dessus se re/trouvent dans la mer, il notifie minutieusement comment d’autres pierres naissent dans les fonds marins10.

  • 11 Le lapidaire du quatorzième siècle, description des pierres précieuses et de leurs vertus magiques (...)

11Ces gemmes marines, qui entretiennent d’étroites relations avec les coquillages et les poissons, sont présentées comme des créatures. Le Moyen Âge continue à véhiculer les anciennes croyances des lapidaires grecs et latins, qui décrivent les gemmes comme des créatures sexuées, aptes à se reproduire. Elles occupent le sommet de la hiérarchie des créatures, comme l’atteste Pline l’Ancien qui clôture son Histoire Naturelle par le livre XXXVII consacré aux gemmae11. Si les pierres ont partie liée avec l’animalité, elles ont besoin d’une matrice pour se reproduire : le plus souvent la terre, parfois la mer. Ces deux espaces s’organisent en un diptyque, conception héritée de la Genèse. Au quatrième jour, Dieu accorde à la Terre et à la Mer le pouvoir de peupler la Création. Le texte biblique précise que la mer, à l’instar de la Terra Mater, re/produit les créatures en leur donnant la vie (Genèse, I, 20-21-22).

12Créature polymorphe, le corail fait traditionnellement le lien entre les mondes marin et terrestre. Il naît et grandit – le verbe croistre est utilisé à deux reprises dans la notice de Phisice – au fond de la mer, semblable à une herbe dont il a la couleur verte ; séché et mis au soleil, il devient rouge et se solidifie :

Coral est de deux manieres : rouge et blanc. Ilz croissent en la Mer Rouge et en la mer de Cipre, de Secille et aultres pluseurs lieux et croissent au fons de la mer en maniere de rays de herbe. Et quant on les trayt et on les met au souleil il endurcist en pierre et prent couleur.
(p. 130-131)

  • 12 Edition P. Meyer, « Les plus anciens lapidaires français », Romania, n° 38, Paris, 1909, p. 496 – (...)

13Cette métamorphose illustre le passage du règne végétal au règne minéral12, mais aussi de la nature à la culture : une fois sorti de l’eau, le corail devient une pierre, utilisée pour ses vertus prophylactiques ou bien comme parure.

  • 13 Pour la liste exhaustive des pierres animales, voir l’introduction de l’édition, op. cit., p. 99-1 (...)

14Si la mer occupe une fonction utérine et maternelle, la procréation des gemmes nécessite un élément second et masculin. Pour la pierre engendrée de l’escume de la mer (la pierre-ponce, p. 153), l’écume constitue la semence qui va féconder le milieu marin. L’utilisation du verbe engendrer souligne la répartition des rôles dans le processus de procréation. Alors qu’elle est appelée pumey13 dans l’édition de 1562, cette pierre est ici uniquement désignée par sa filiation avec la mer. La pierre de l’escume de mer est un exemple unique ; dans les autres cas, la gemme ne naît pas de la mer ni directement dans la mer, mais grandit dans un coquillage ou un poisson.

15La perle et la célonite naissent dans des coquilles, c’est-à-dire des huîtres. Pour la perle, l’huître-matrice est fécondée par la rosée – elle matérialise l’union de la mer et du ciel :

Elle est conchute en coquilles en rive de mer et aultres fleuves, de la rousée du ciel ; se la rousée est conchute en la matinée et la rousée soit pure et clere a doncques sont les parles blanches et cleres. Se la rousée est conchute au vespre et la rousée n’estoit mye pure, les perles sont troubles et mal coulourées. Ce mesme est compus au dyamant. Et se il tonne ou tempeste au temps de la conception des parles, elles se deffont et vont a neant.
(p. 124)

16Le participe passé conchute, utilisé à plusieurs reprises, ainsi que le nom conception, suggèrent une naissance animale, et non plus un processus minéralogique. La rosée, qui engendre la perle, intervient également dans la formation du diamant (p. 117). Pour la formation de la célonite, le lapidaire ne fournit que des indications succinctes :

Celonites est pierre atraicte d’une coquille des parties d’Ymde et couleur de pourpre et vayre […]
(p. 137)

17D’autres gemmes marines naissent dans des poissons, plus précisément dans leur tête, comme la breme et la crimodée.

Crimodée est pierre longue et espesse de couleur et ne luyt point et est tendre et en sont de deux manieres : l’une est de couleur subnoyr et remastre de couleur d’or. L’autre est de couleur subnoyr si conme loppe du saphirs. Et la treuve en es chiefs d’aucuns poissons qui entrent en la mer des fleuves de Paradiz, et ou les diz fleuves entrent en mer, la endroyt, trouve l’en ses poissons comunement.
(p. 148)

Breme est pierre de Venus, et en sont deux manieres en couleur : c’est assavoir blanche et rouge. Par le temps de tonnoyre celle pierre chiet des testes des lumacions de mer et sont trouvées au rivaige de la mer.
(p. 147)

  • 14 K. Ringger, « Bestiaire et lapidaire, un genre littéraire ? », Actes du XVIIIe Congrès internation (...)

18L’orage fait sortir la pierre de Vénus de la tête du limaçon de mer, sorte d’avortement qui rappelle l’expulsion des perles par les huîtres dans les mêmes conditions climatiques. La baleine, monstre marin, donne naissance à deux gemmes : l’une s’engendre à partir de son haleine ; l’autre est nez de ses excréments. La première pierre, appelée conte, rappelle la cymbra du Lapidaire alphabétique de Philippe de Thaon14.

Conte est une pierre palle, blanche ou cendrouse, jaune ou rouge, qui s’engendre de la halayne de la balayne et la trueve on a trespas des fleuves, au fons de la mer.
(p. 147)

19La pierre hanom résulte quant à elle d’un processus assez complexe :

Hanom est jaune poissons tres lait qui est nez de l’escroce de la balayne, celle ordure et fiente de la balaynne quant l’escrevisse de mer la trouve, elle le gloutist ; en telle maniere celle matiere endurcist en la grevice et devient pierre jaune et par le regart et precieuseté de ly l’appelle on hanom.
(p. 149)

20Des excréments de la baleine naît un poisson, qui, ingéré par l’écrevisse de mer, se transforme en pierre. Cette formation rappelle celle de l’ambre, née de l’urine de lynx (ligure, p. 131-132). Le hanom serait peut-être l’équivalent marin de l’ambre. Le Lapidaire de Jean de Mandeville établit de la sorte un réseau d’analogies entre des gemmes marines et terrestres.

  • 15 Voir Des animaux et des Hommes, textes présentés et traduits par M.-F. Alamichel et J. Bidard, Par (...)

21Les pierres qui naissent dans les coquilles et les poissons font pendant à celles qui grandissent dans les bestes. Phisice introduit un grand nombre de gemmes animales, empruntées à d’autres lapidaires ou bien imaginées par l’auteur : la dracomdes, plus connue sous le nom de dracontite et parfois assimilée à l’escarboucle, naît dans la tête du dragon (p. 152) ; le borraux ou pierre crapaudine dans celle du crapaud (p. 142-143), l’alectoire dans le ventre du chapon (p. 125-126) ; la célidoine dans celui de l’hirondelle (p. 128) ; le bezar vient de l’œil du cerf (p. 146) ; la pierre du serpent naît du souffle de plusieurs reptiles réunis (p. 153), etc.15 La gemme se trouve le plus souvent dans le tête de la créature, sans doute pour mieux s’imprégner de ses qualités et de sa nature. Fille de la beste, la pierre porte parfois le même nom qu’elle, comme la panthere ou la hyenne :

Panthere est pierre de pluseurs couleurs et est appelée amsi pour la panthere qui est beste de diverses couleurs.
(p. 136)

Hyenne est pierre qui est traicte des yeulx de la beste qui a ce nom mesme. […]
(p. 139)

22Il arrive que la gemme adopte un comportement animal, semblable alors à une beste. Par exemple le jade remonte des fonds marins pour s’accrocher aux bateaux :

Jades ou gayde vient du fons de la mer et se art aux nefz dessus luy trespassans et si tient si fort et si fermement que a grant peine peult elle estre ostée de la nefz et est verde de couleur de prelz […]
(p. 135)

23Ces gemmes aux caractéristiques animales font glisser le lapidaire vers le bestiaire, deux genres connexes souvent rédigés de concert par les clercs. Ainsi Philippe de Thaon écrivit au xiie siècle un Bestiaire, dans lequel il traite d’abord des bestes, puis des oisels, et enfin de quelques pierres – l’adamas, l’unio et les douze gemmes du Pectoral d’Aaron et de l’Apocalypse. L’épilogue traduit sa volonté de lier bestiaire, volucraire et lapidaire :

Mustré ai or de treis manieres
De bestes, d’oisels et de pieres.

24Kurt Ringger rappelle que chaque groupe de créatures correspond à une strate de sens, dont les symboles sont à déchiffrer :

  • 16 Voyage autour de la terre, op. cit., chap. XXIX, p. 198. Sur l’arbre wak-wak, voir J. Baltrusaitis(...)

L’épilogue du Bestiaire de Philippe de Thaon développera l’image qui n’est que simplement suggérée dans le prologue latin de l’ouvrage à savoir l’attitude inclinée des animaux qui dénote la « pueritia » de l’homme, l’envol des oiseaux vers les cieux qui désigne les hommes « caelestia meditantes », alors que dans l’immobile « natura lapidis » s’exprime « Deus ineffabilis », reflété dans la sagesse humaine16.

  • 17 « Bestiaire et lapidaire, un genre littéraire ? », art. cit., p. 144. Exception faite du Lapidaire (...)
  • 18 Les Cyranides de l’Antiquité grecque synthétisent ces données, comme le précise Robert Halleux : « (...)
  • 19 Id., p. 179-189., en particulier p. 184.
  • 20 Ibid., p. 187.

25Philippe de Thaon écrira par la suite deux lapidaires, Le Lapidaire apocalyptique et Le Lapidaire alphabétique, pour compléter son Bestiaire. De même Guillaume, dans son Bestiaire divin, consacre des articles aux gemmes mâles et femelles ainsi qu’au diamant17. Une démarche similaire s’observe dans les textes attribués à Jean de Mandeville. Les Voyages, qui décrivent les créatures orientales et les gemmes, sont doublement influencés par le bestiaire et par le lapidaire18. Le narrateur y décrit notamment l’arbre wak-wak, sur lequel poussent des agneaux ou des oiseaux, mettant ici en évidence la continuité entre les règnes végétal et animal19. Le diamant, qui se reproduit comme un animal, fait l’objet d’un long développement20, repris partiellement dans le Lapidaire. À l’instar de Philippe de Thaon et de Guillaume qui incluaient des gemmes dans leur bestiaire, Jean de Mandeville procède à des croisements génériques, en décrivant dans son lapidaire des gemmes qui naissent et se comportent comme des bestes.

  • 21 Les vertus des gemmes marines sont ainsi décrites :
    Corail : « Il procure paix et fuyt riotes et ap (...)
  • 22 Jurgis Baltrusaitis précise que « dès le xiiie siècle, ces conceptions sont étroitement liées à la (...)

26« Fables anagogiques », pour reprendre l’expression de Kurt Ringger21, les bestiaires et les lapidaires possèdent un double potentiel narratif, externe et interne. La littérature romanesque du Moyen Âge puise abondamment parmi ces écrits, qui s’autogénèrent en se copiant et en s’étoffant les uns les autres. Ainsi Phisice constitue une adaptation du Lapidaire de Jean de Mandeville : l’auteur de cette version a ajouté et inventé des gemmes, tout en respectant l’esprit et le style du texte. La rhétorique du lapidaire, voisine de celle du bestiaire, reste constante : une large place est dévolue à la description, qui use du présent gnomique et du pronom on, afin de présenter chaque article comme une vérité établie. Figure maîtresse, la comparaison permet de rapprocher l’inconnu du connu, l’exotique du familier. L’insistance sur les couleurs vise à frapper l’imagination. La semblance est le vecteur de la senefiance dans les bestiaires, mais pas dans les lapidaires22 qui font la part belle aux vertus médicales et magiques des gemmes.

  • 23 Ce mot est un hapax.
  • 24 La présence de la mer apparaît en filigrane des signes d’eau : « En quelque pierre que tu trouvera (...)

27Les bestiaires proposent en effet un enseignement, souvent édifiant, à partir de la faune ; les lapidaires et plantaires dévoilent quant à eux les vertus des gemmes et des herbes, pour aider et soigner l’homme23. Filles de la mer, les gemmes marines possèdent-elles des vertus liées à leur milieu d’origine ? On pourrait d’autant plus s’y attendre que la mer, qui fait figure à la fois de matrice et de dévoratrice, constitue un lieu de danger et de perdition pour l’homme médiéval, et plus particulièrement pour le marchand. Certains ouvrages traitent spécifiquement des gemmes qui permettent de se protéger des dangers de la mer, comme l’atteste le Lapidaire nautique, conservé dans des manuscrits des xive et xve siècles et qui marque, selon Robert Halleux, « le terme extrême de la tradition lapidaire grecque24 ». Ce texte court répertorie les huit « pierres qui arrêtent la trombe et la vague de la mer 25 » : l’anthrax ; la calcédoine ; le diamant ; le béryl ; le pierre dryope ; le corail ; la pierre du ventre de serpent et la pierre obsidienne.

28Dans Phisice, la plupart des gemmes marines possèdent des vertus variées, mais sans rapport avec la mer, ni avec le sel 26. Par exemple, les perles

[…] apaisent yre, tristesse ; elles valent a confortez le cuer et l’esperit, et contre le paralesin et la feiblesse de l’estomac, et contre toute fluxion de sang et d’autres humeurs, confortent le veue, procure concorde et repaire et ramayne la pansée et la memoyre.
(p. 124)

29Seule la breme, qui naît dans la tête de poissons, « oste le curps de la mer et des fleuves et garde de peril d’eaue » (p. 147).

30Paradoxalement, ce sont d’autres pierres que les gemmes marines qui présentent des vertus spécifiquement liées à la mer. Ainsi, la pierre de lune, « fait legierement cheminer ceulx qui vont par mer et garde de tempestes et de perilz » (p. 123-124). La jacinthe (p. 124-125), la calcédoine (p. 126) et le pris (p. 140) protègent eux aussi des périls d’eau, et notamment des tempêtes en mer. Certaines gemmes sont particulièrement recommandées pour les marins, comme le ceramon qui « garde les mariniers de tempeste, de fouldre et de perilz » (p. 133). Quant au jais, il préserve le navire d’un autre danger : les diables (p. 129). La pierre la plus utile aux marins est sans doute la magnétite, surnommée « pierre de ciel » ou « pierre de mariniers car par une aiguille elle leur demonstre les parties du ciel » (p. 129-130). Les vertus des gemmes sont parfois conditionnées par la glyptique, dont Le Lapidaire de Jean de Mandeville reflète le renouveau à partir du xiiie siècle. Il s’agit de graver une figure – animal, homme, signe du zodiaque, etc. – sur une gemme pour développer ou décupler ses pouvoirs 27. Pour la magnétite, le traité précise que

la figure de ceste magnete est homme armé.
(p. 130)

31De même pour la pierre appelée pris :

elle est en signe d’um honme armé pourtant ung arc et sayectes.
(p. 140)

32Les références à la glyptique apparaissent dans les premières notices de Phisice. Il est recommandé par exemple de graver un dragon sur l’escarboucle (p. 118) ; un bélier sur le saphir (p. 121) ; un faucon sur la topaze (p. 122) ; un ours sur l’amétiste (p. 123). Parmi les gemmes marines, le corail est associé à une figure humaine, « ung honme tenant en sa main une espée » (p. 131), alors que le breme « a ymaiges qu’on appelle camahuz 28 » (p. 147). Les pierres taillées, appelées « pierres d’Israël », sont énumérées dans la dernière partie du Lapidaire de Jean de Mandeville. Les figures elles-mêmes, indépendamment des gemmes qui les portent, sont alors associées à des pouvoirs et des vertus prophylactiques. Phisice s’interrompt au début de la présentation des pierres d’Israël, consacrée au zodiaque 29.

33Pourquoi le Lapidaire de Jean de Mandeville, qui franchit souvent la frontière du bestiaire, ne mentionne-t-il pas la senefiance morale et chrétienne des gemmes, sur le modèle de celle des bestes ? Postérieur au lapidaire chrétien, le Lapidaire de Jean de Mandeville s’écrit peut-être en contrepoint de ce texte, qui développe dans sa deuxième partie une glose complexe et austère 30. Fermé, le Lapidaire chrétien se limite aux douze gemmes du pectoral d’Aaron et de la Jérusalem céleste, alors que le Lapidaire de Jean de Mandeville est le parangon du texte ouvert, comme l’atteste Phisice, son amplificatio du xvie siècle. Alors que le lapidaire chrétien veut promulguer un enseignement moral, religieux et mystique, le Lapidaire de Jean de Mandeville fait sien l’adage docere et placere.

34Par ses emprunts aux différents types de lapidaires, le Lapidaire de Jean de Mandeville se lit comme une somme à la vocation totalisante, ce que corrobore l’écriture en prose, écho aux mises en proses des cycles arthuriens qui voient le jour au siècle précédent. Pour avoir choisi d’étoffer le lapidaire par des notations marines, l’adaptateur du xvie siècle était sans doute un amoureux de la mer ; il témoigne en tout cas de l’engouement de son époque pour les voyages maritimes. En brouillant les frontières entre les gemmes réelles et rêvées, les pierres et les bestes, Phisice se présente comme une célébration des créatures, de l’ornatus de la Création, et du Créateur, qui leur a conféré tant de vertus utiles aux hommes.

Notes

1 Jean de Mandeville, Voyage autour de la terre, texte traduit et commenté par C. Deluz, Paris, Les Belles Lettres, 1993 (La Roue à Livres). L’expression « outre-mer » est fréquemment employée, notamment dans le prologue.

2 Voir l’article de Michel Salvat, « Du pectoral d’Aaron aux lapidaires médicaux : l’infini pouvoir des pierres », dans Nature et Encyclopédies, Actes du Colloque d’Alençon, réunis et édités par D. Hüe, 6 – 7 avril 1991, 1991, p. 205 – 218.

3 BnF, fr. 4836 ; BnF, fr. 9136 ; Bibl. de Bruxelles, ms. 11058, et peut-être BnF, fr. 14830. Voir l’analyse de Léopold Pannier, Les lapidaires français du Moyen age des xiie, xiiie et xive siècles, Paris, 1882, Genève, Slatkine Reprints, 1973, Troisième partie. Le lapidaire attribué à Mandeville, p. 189-204. Il s’agit du manuscrit 1254 (1137), décrit dans le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements, tome XLV, 1915. La Bibliothèque Méjanes possède également un imprimé du Lapidaire de Jean de Mandeville (Rés. S. 24), contemporain de Phisice.

4 Le lapidaire du quatorzième siècle, description des pierres précieuses et de leurs vertus magiques d’après le traité du chevalier Jean de Mandeville, avec notes, commentaire et un appendice sur les caractères physiques des pierres précieuses à l’usage des gens du monde, Vienne, 1862, Genève Slatkine Reprints, 1974, introduction p. VII.

5 Il est convenu aujourd’hui de voir en Jean de Mandeville un personnage de papier. Pour la clarté de l’exposé, nous distinguerons le Lapidaire de Jean de Mandeville de Phisice, notre manuscrit de référence, qui a fait l’objet d’une édition dans le cadre d’une thèse de doctorat de 3e cycle : Mireille Escudero, Editions des lapidaires manuscrits de la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, Université de Provence, 1980 (thèse dactylographiée).

6 Le texte décrit une liste de pierres blanches : alectoire, calcedoine et sardoine (p. 125-126) ; des gemmes animales sont énumérées (p. 150-153) : quayndros, ponatades, dracomdes, pierre du serpent, pierre trouvée au chief de l’escoufle, pierre trouvée au genolx de l’escoufle.

7 Dans l’édition Del Sotto n’apparaissent pas les gemmes marines suivantes, sur lesquelles nous fonderons notre analyse : coral, celonites, breme, conte, crimodée, pierre de l’escume de mer. Seule la perle est traitée.

8 Sur la couleur bleue, voir André G. Ott, Etude sur les couleurs en vieux français, Paris, Librairie E. Bouillon, 1899, p. 89-101, ainsi que l’ouvrage de Michel Pastoureau, Bleu. Histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2003. L’existence de ces gemmes marines est mise en doute par certaines encyclopédies, comme Le Secret des secrets. Voir Ch.-V. Langlois, La vie en France au Moyen Âge du xiie au milieu du xive siècle, La connaissance de la nature et du monde d’après les écrits français à l’usage des laïcs, tome III, Genève, Slatkine Reprints, 1970, p. 108-109.

9 Histoire naturelle, Livre XXXVII, texte établi, traduit et commenté par E. de Saint-Denis, Paris, Les Belles Lettres, 1972.

10 La réalité scientifique n’est pas moins étonnante que la description médiévale, puisque, comme le rappelle François Poplin, le corail « est un dépôt minéral produit par un être vivant du groupe de l’hydre et de la méduse », cf. « Le corail : entre animal, végétal, minéral et au cœur de la matière », Corallo di ieri, corallo di oggi, Convegno a Ravello, 13-15 dicembre 1996, Ravello, Centro universitario europeo dei Beni Culturali, p. 265-275, en particulier p. 266.

11 Le lapidaire du quatorzième siècle, description des pierres précieuses et de leurs vertus magiques d’après le traité du chevalier Jean de Mandeville, op. cit., p. 117.

12 Edition P. Meyer, « Les plus anciens lapidaires français », Romania, n° 38, Paris, 1909, p. 496 – 522, cymbra, v. 615-638.

13 Pour la liste exhaustive des pierres animales, voir l’introduction de l’édition, op. cit., p. 99-100.

14 K. Ringger, « Bestiaire et lapidaire, un genre littéraire ? », Actes du XVIIIe Congrès international de linguistique et de philologie romanes, Tübingen, Niemeyer, 1988, p. 136-148, en particulier p. 137-138. Le Bestiaire divin de Guillaume clerc de Normandie, éd. par C. Hippeau, Genève, Slatkine Reprints, 1970, III. De deux pierres ; XXXVII. De l’aimant.

15 Voir Des animaux et des Hommes, textes présentés et traduits par M.-F. Alamichel et J. Bidard, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1998, p. 129-134.

16 Voyage autour de la terre, op. cit., chap. XXIX, p. 198. Sur l’arbre wak-wak, voir J. Baltrusaitis, Le Moyen Âge fantastique, Antiquités et exotismes dans l’art gothique, Paris, Flammarion, 1981 (Recherches et Idées), p. 114-128 et Voyage autour de la terre, op. cit., chap. XVII, p. 120-123.

17 « Bestiaire et lapidaire, un genre littéraire ? », art. cit., p. 144. Exception faite du Lapidaire chrétien, dont la seconde partie est consacrée à la senefiance des douze gemmes du Pectoral d’Aaron.

18 Les Cyranides de l’Antiquité grecque synthétisent ces données, comme le précise Robert Halleux : « ce livre énumère, dans l’odre alphabétique, un oiseau, un poisson, une plante, une pierre commençant par la même lettre, qui sont associés dans un usage médico-magique », R. Halleux, J. Schamp, Les Lapidaires grecs (Lapidaire orphique, Kérygmes lapidaires d’Orphée, Socrate et Denys, Lapidaire nautique, Damigéron-Evax), Paris, Les Belles Lettres, 1985, introduction, p. XXXVI.

19 Id., p. 179-189., en particulier p. 184.

20 Ibid., p. 187.

21 Les vertus des gemmes marines sont ainsi décrites :
Corail : « Il procure paix et fuyt riotes et apporte sapience et oste folie, les fentosmes met hors et les travaillés de l’ennemy. Il vault contre tempestes et peril de fleuves et de demoyne. Et se la pouldre du corail est semée en vigne ou aux champs aux quatre angles, tempeste ne gresle n’y nuira point, amçois en acroistront et habonderont les fruys. Et se il est pendu en arbre pourtant fruyt, il gardera le fruyt de maulvais air. Il donne aussi bon conmancement et bonne fin de toutes choses. Et vault contre la forte maladie ; et les diables doubtent moult celle pierre. Il garde les vertus du corps et le rouge lyé sur l’estomac malde en oste la douleur, et sa figure est ung homme tenant en sa main une espée. »
« Celonites est pierre atraicte d’une coquille des parties d’Ymde et couleur de pourpre et vayre, mise soubz la langue elle fait deviner. Et ce est la premiere heure du jour et l’eure de mydy, c’est assavoir en la VI° heure, la lune croissant, mais la lune prime et prone, sa vertu dure par tout le jour ; en la lune decroissant celle pierre n’a point de vertu se ce n’est a l’aube devant le jor. Elle donne grant foison de let es mamelles des femmes portant ; et se on la lye au trumel de la jambe d’une fenme qui est en paine d’enfanter, tantost le fait delivrer. Et les bestes qui la portent, elle les guerist de rongne et de la tigne et des aultres maladies. On ne la doit mye longuement tenir en la bouche car elle trouble la memoyre et nuyt aux sens. »
Crimodée : « Se on la met sur la langue, elle fait souvent dire les choses a venir ; et garde de fouldres et de tempeste et resiste aux causes adverses et contrayres. Ne cil qui celle pierre porte ne peult morir sans confession, car elle garde de mort subite ; pourquoy celles pierres sont appellées sainctes pierres. »
Hanom : « mise en une balance et couvert de terre poise si conme plomb et plus. Et se le met en la balance descouvert, il ne poise nulle chose selon sa quantité. Celle pierre rend honme invisible, garde la force du corps. Celle pierre veult adez gesir et soy morriz, en l’eaue tousdiz cu croist. »
« La pierre engendrée de l’escume de la mer lyée sur la cuisse de la fenme quant elle est en paine d’enfanter haste la delivrance de la feneme, et quant on la lye d’ung fil au col du enffant, elle assouaie la toux legierement. »
Phisice ne fait aucune référence au sel, ni dans l’évocation du monde marin, ni dans les vertus des gemmes.

22 Jurgis Baltrusaitis précise que « dès le xiiie siècle, ces conceptions sont étroitement liées à la doctrine astrologique et tolérées par l’Église même. Alliée à la planète par la couleur et la matière, la gemme, et, avec elle, l’image qu’elle porte, retransmettent son rayonnement et sa puissance », Le Moyen Âge fantastique, op. cit., p. 29.

23 Ce mot est un hapax.

24 La présence de la mer apparaît en filigrane des signes d’eau : « En quelque pierre que tu trouveras entaillié ou elevez l’escrevisse, le scorpion et les poissons, icelles pierres sont consacrées. Elles gardent de estre ethique et de fievres tiersaynes et acuent et enclinent honme n’estre borderes, menteur et injuste » (p. 156). Voir mon article « La glose dans le lapidaire chrétien (manuscrit 164 de la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-provence) », pour les journées d’étude sur « La glose et le commentaire » organisées par le groupe Lectures médiévales de l’Université de Toulouse-Le Mirail, mai 2004, à paraître.

Auteur

Université de Provence – Aix-Marseille I

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable