Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Les euues qui de la mer issent vont et viennent… Présence(s) maritime(s) dans le cycle du Lancelot-Graal

Ollivier Errecade

Texte intégral

  • 1 Voir M. Vergé-Franceschi, La Mer, Paris, Éditions du Félin, 1997, p. 122.
  • 2 F. Lot, Étude sur le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1918 (2e éd. 1954), p. 279.
  • 3 Lancelot, roman en prose du xiiie siècle, éd. A. Micha, Paris-Genève, Droz, 1978-1983, 9 tomes ; L (...)

1Charpentiers, cartographes et marins du xvie siècle se sont emparés des espaces marins comme d’un vaste champ d’investigation scientifique et culturel, à l’image d’un Ptolémée et des savants antiques1. Le Moyen Âge appréhende les mondes marins comme un espace dans lequel se développent et se cristallisent ses imaginaires, ses symboles, ses terreurs, mais aussi sa foi. D’Isidore de Séville à Bartélémi l’Anglais, encyclopédistes, philosophes et théologiens la décrivent et l’écrivent. Au besoin, les romanciers du Moyen Âge classique, nourris de ces littératures savantes et sacrées, restituent dans leurs œuvres ces visions de la mer, qui se mêlent à celles qu’ont élaborées les plus anciennes cultures populaires. C’est le cas de l’auteur anonyme du cycle du Lancelot-Graal, que F. Lot a défini comme l’œuvre littéraire la plus caractéristique du Moyen Âge français2. Cette vaste somme3 constitue en effet la synthèse des thèmes et des légendes appartenant à la matière arthurienne, elle apparaît comme le point focal des imaginaires et des savoirs du xiiie siècle. Ainsi la mer et les mondes marins y occupent une place de choix. En s’appuyant sur leurs aspects culturels, historiques et religieux, l’auteur les utilise pour organiser l’espace, structurer les développements narratifs du cycle et en ordonner la senefiance.

  • 4 Placides et Timéo ou Li secrés as philosophes, éd. C. Thomasset, Paris-Genève, Droz, 1980, p. 33-3 (...)

2Ne composant pas une somme encyclopédique mais romanesque, l’auteur ne s’intéresse pas à la nature des eaux, qu’elles soient douces ou salées. Il ne cherche pas à démontrer, à l’image du maître de Placidés, que l’eau n’a pas d’âme mais un corps4. Il l’utilise en revanche comme une matière première, primordiale, de sa géographie. Avant lui, Chrétien de Troyes, Marie de France ou Wace avaient fait entrer dans la littérature les paysages marins, se détournant des espaces généralement telluriques de la chanson de geste. Mais il est le premier à fonder une géographie reposant systématiquement sur l’eau. Fidèle à la leçon biblique qui ordonne le monde de la Genèse autour des quatre fleuves, il utilise pour ce faire de nombreux cours d’eau. Mais il s’inspire également de l’art de la cartographie qui, depuis le viiie siècle, accorde une importance égale aux fleuves et à la mer. Les cartes en TO s’organisent en effet autour de deux fleuves (le Don et le Nil) et de deux mers (la Méditerranée et l’Océan circulaire). Cette conscience selon laquelle les eaux dessinent le monde est partagée par l’auteur du Lancelot. Cherche-t-il à situer une terre, c’est par l’intermédiaire d’une rivière ou d’une mer qu’il le fait, comme on le voit pour la Forêt des Darnates qui marchist la mer de Cornouaille (t. VII, p. 43). La mer initie également nombre de descriptions géographiques, à l’image de celle du Sorelois :

[…] chou estoit la plus delitable terre qui fust sor les illes de la mer de Bertaigne et la plus aaisie des boines rivieres et de bones forés et de plentiveuses terres […]. Li roialmes de Sorelois par devers la terre le roi Artu estoit toz clos d’une seule aigue qui moult estoit grans et roide et parfonde, si estoit apelee Assurne ; et de l’autre part estoit toute avironee de la mer et aprés avoit chastiax et chités fors et delitables et de murs et de bois et de montaignes, et d’autres iaues avoit assés en la terre dont le plus caoit en Assurne et cele caoit en la mer […].
(t. VIII, p. 128)

3Cette méthode, ou cette rhétorique, est déjà celle qu’utilise le moine Gildas dans la plus ancienne description recensée de la Britannia (vers 640) :

  • 5 Présentation et traduction par M. Bridges, « Discours du réel, discours de l’imaginaire : cours et (...)

De toutes parts elle (l’île) est fortifiée par un vaste pourtour de mer […]. Elle bénéficie des estuaires de nombreux fleuves, dont deux, la Tamise et la Severn, particulièrement célèbres […]. Elle est ornée de vingt-huit villes […]. Pour arroser, l’île possède des sources limpides […]. Elle possède aussi des rivières scintillantes […] ainsi que des lacs débordant de frais flots d’eau vive5.

4Cette description débute par la mention de la mer qui protège l’île, à l’image de l’océan circulaire des cartes en TO. Puis nous pénétrons à l’intérieur des terres en remontant les fleuves. Ce n’est qu’alors qu’apparaît la mention des villes, des rivières et des lacs. La description du royaume de Galehot ne fonctionne pas autrement (voir la description du Sorelois dans la citation ci-dessus, cf. t. VIII, p. 128).

5Pour autant, on observe que l’auteur du cycle ne donne jamais de nom à la mer quand cela n’apparaît pas comme une nécessité.

  • 6 La qualité de l’eau est de ne pas en avoir. Elle s’imprègne de ce fait de toutes les couleurs. Voi (...)

6Ces silences fréquents dénotent une vision particulière des espaces marins. L’homme ne peut nommer aisément que ce qu’il possède et maîtrise. Or, son emprise est faible sur les vastes étendues liquides, objets de grandes peurs, lieux de perdition, d’exil et de mort, mais aussi espaces de Dieu. En ce sens la mer est un « monstre » sans nom (et sans couleur6) qui, étymologiquement, ne peut qu’être montré.

7On remarque toutefois que l’auteur du Lancelot utilise cet anonymat pour évoquer les limites du monde. En faisant son apparition à la cour, la fausse Guenièvre cherche à rendre crédible le récit mensonger qu’elle vient y prononcer. Elle prend pour cela à témoin un chevalier répondant au nom de Bertolais li Viels :

« […] li plus esprovés chevaliers de son aage qui soit en totes les isles de mer. »
(t. I, p. 23)

8Ces derniers mots ont pour but de souligner la vaillance et la qualité du vieux chevalier. Pour cela, la fausse Guenièvre use d’une hyperbole qui vise à le rendre unique : sa réputation va au-delà des terres habitées et connues, elle s’étend également sur toutes les îles, sur toutes les mers. L’absence d’article défini devant le mot mer marquerait du reste cette volonté d’exprimer la totalité et la globalité du monde.

9Lancelot reprend une formule identique pour répondre aux calomnies de Claudas :

« Et s’il est si hardiz qu’il m’atande, bien sache il que je nel lairai en mer ne en terre ne an leu ou li hom puist aler […]. »
(t. VI, p. 11)

10La mention de la mer (associée à la terre) marque la volonté d’exprimer l’immensité de tous les espaces de ce monde.

  • 7 La mer frontière se trouve déjà dans le texte biblique où il est dit, par exemple, que la Terre Pr (...)

11Il arrive pourtant que la mer reçoive un nom. Les limites qu’elle marque ne sont alors plus celles du vaste monde, mais elles deviennent des frontières humaines, politiques7.

12Ainsi le voit-on à travers le discours d’Hélie de Toulouse, laissant apparaître que c’est la mer qui délimite le royaume :

« […] kar je cuit qu’il ait saiens des meillors clers et des plus preudomes qui soient jusqu’a la mer de Bretaigne et des plus esprovés de bone vie et de clergie. »
(t. I, p. 41-42)

13Dans la même perspective, Claudas fait mention de la mer pour indiquer cette fois les limites du continent sur lequel se trouve son royaume :

« […] et qui prandroit toutes les terres qui sont deça la mer de Grece dusque a la mer en Flandres, il ne trouveroit païs dont tuit li home ne soient en vostre conmandement, tant avez fait vers les Roumains. »
(t. VI, p. 40)

14La Méditerranée ne fait pas partie de l’univers arthurien. Elle est de ce fait rarement mentionnée, si ce n’est pour matérialiser la frontière entre deux continents et surtout entre deux civilisations. Un reclus parle en ces termes d’un ermitage :

« […] si l’apele on l’hermitage de la Crois, car la ou il est, che dient li anchien home, fu assise la premiere crois qui onques fust en la Grant Bertaigne ne en toutes les contrees qui sont decha la grant mer. »
(t. VIII, p. 326)

15Le chevalier Marés, vaincu aux armes par Ségurade, désire partir en croisade :

« Et si je aloie outre meir sour les destruseors de la crestienté, il me seroit a bien jugié […]. »
(t. VIII, p. 329)

16Il désire se rendre outre-mer, au-delà de la Méditerranée, pour y affronter les pires ennemis : « les destructeurs de la chrétienté ».

  • 8 Le célèbre et très complet portulan réalisé par Angelino Dulcert à Majorque en 1339 ne livre pas e (...)

17La grant mer s’avère donc la plus importante frontière maritime du monde médiéval. Pourtant, de toutes les mers, la « Manche » (qui ne porte pas encore de nom au Moyen Âge8, et que le texte confond avec la mer de Bretagne) est, naturellement, celle qui apparaît le plus souvent dans le cycle.

18Elle est tout à la fois une frontière physique et une frontière politique. Faute d’avoir traversé cette mer pour secourir ses vassaux (Ban de Benoyc et Bohort de Gaunes), le jeune Arthur ne peut s’opposer à leur dépossession au profit de Claudas. N’ayant pas franchi cette frontière physique, cette dernière est devenue une frontière politique.

  • 9 Voir t. VI, p. 135.

19On note qu’il ne suffit pas, comme chez Chrétien de Troyes, d’harnacher son destrier pour chevaucher de Carduel en petite Bretagne, mais qu’il faut au contraire huit semaines pour se rendre de Londres à Gaunes9. Les traversées de la « Manche » sont souvent aisées, mais elles sont (régulièrement) mentionnées. Lorsque Lancelot quitte le Lac pour être adoubé par Arthur, de l’autre côté de la mer, le texte précise :

Tant ont chevauchié c’a la mer vienent, si entrent ens et sont arivé en la Grant Bertaigne a un diemenche au soir au port de Floudehueg.
(t. VII, p. 259)

20L’évocation du franchissement des flots permet de souligner le changement de terre qui offre au jeune héros l’éloignement nécessaire pour accomplir son destin d’homme.

  • 10 Voir t. II, p. 264 ; t. V, p. 152 ; p. 162 ; t. VI, p. 37 ; p. 64 ; p. 156 ; p. 170 ; MA, p. 167 ; (...)
  • 11 T. VI.

21Tout le long du cycle, les traversées de cette mer se multiplient10, ce qui, progressivement, estompe la frontière qu’elle constitue, jusqu’au moment où Arthur et les chevaliers de la Table Ronde chassent Claudas11. Mais l’échec de la QSG et celui, crépusculaire, de la MA annihilent leurs efforts. Arthur découvre l’adultère de Guenièvre et Lancelot. Il invite alors son ancien chevalier à passer la mer :

« Laissiés ma terre par deça la mer et alés en la vostre par dela […]. »
(MA, p. 159)

22Redevenue frontière, elle signale ainsi un retour au début du cycle, qui était marqué par la division et les conflits féodaux. Son franchissement renvoie Lancelot à l’époque où il n’était pas encore chevalier, pas encore l’amant de Guenièvre. C’est ici une façon de l’exiler, et surtout, de le nier.

23Limite du monde, limite des continents et des cultures, l’espace maritime marque donc également une limite, voire une séparation, entre les espaces politiques et entre les hommes.

  • 12 Voir J. Le Goff, « Le Désert-Forêt dans l’Occident médiéval » dans Un Autre Moyen Âge, Paris, Quar (...)
  • 13 L’expression est de F. Dubost dans « Insularités imaginaires et récit médiéval : l’insularisation  (...)
  • 14 Nous rencontrons également la présence d’une abbaye au bord de la mer dans QSG, p. 194. Voir égale (...)

24C’est précisément cette séparation, cet éloignement, que les ermites celtes et nordiques ont recherché en se lançant sur les mers pour trouver le désert12. Pour réel qu’il fût ce déplacement en insularité13 resta cependant limité. On le remarque dans le cycle qui préfère mettre en scène la plupart de ses ermites au cœur des forêts, même si la présence d’un cours d’eau, ou bien la mention d’un nom, tel celui de l’ermitage Sains Pierres en la mer (t. I, p. 63 ; pourtant situé au sommet d’une montagne), sont là pour rappeler le souvenir du lien existant entre la mer et le désert14.

  • 15 Estoire del Saint Graal, dans The Vulgate Version of the Arthurian Romances, edited from manuscrip (...)
  • 16 La Bible française du xiiie siècle, Édition critique de la Genèse, éd. M. Quereuil, Genève, Droz, (...)

25Mais progressivement le texte situe les hommes de religion toujours plus loin du monde et du siecle, plus loin de la mer qui les symbolise. Boèce, Bernard Silvestre (ou de Chartres) ou encore Pierre Bersuire dans son Repertorium l’affirment et le répètent, tout comme l’auteur de L’Estoire del Saint Graal qui fait dire au Christ que « par la meir [il faut] entendre le monde15 ». La mer fait partie de ces eves [qui] senefient les cuers des homes et de fames qui ne sunt pas estables16, et Grégoire le Grand n’exprime rien d’autre lorsqu’il écrit, à propos de son entrée au monastère, qu’il s’échappait ainsi au naufrage de la vie.

26Si les saints hommes s’élèvent vers l’âpreté de la roche sauvage, les hommes de la cour, les chevaliers, ne connaissent évidemment pas le même parcours. Du moins, pour l’immense majorité d’entre eux.

27Leurs aventures, longtemps terriennes, ne les poussent pas vers la mer. En effet, le temps de la traversée maritime, durant laquelle l’homme d’armes et d’action, l’homme de la terre, doit s’en remettre au maistre maronier (MA, p. 167), apparaît comme un temps mort. Le plus souvent, rien ne s’y passe, nul ne peut y gagner en los et en pris. La mention de la mer et du lieu de l’embarquement n’alimente alors que le nombre des « petits faits vrais » qui rythment l’œuvre.

28Mais ce refus de la mer repose également sur la peur qu’elle suscite dans le cœur des hommes, aussi hardis et preux qu’ils puissent être sur les chemins de l’errance.

  • 17 M.-L. Chênerie, Le Chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des xiie et xiiie siècles, (...)

29M.-L. Chênerie note que, dans les romans arthuriens en vers des xiie et xiiie siècles, les qualificatifs du danger et de la peur sont beaucoup plus nombreux pour l’eau que pour la forêt ou le relief17. Ce qui est valable pour les textes en vers vaut, sur ce point, pour ceux qui furent composés en prose.

  • 18 Ainsi Properce écrit-il par exemple : Ah ! que périsse celui qui le premier arma et gréa un navire (...)
  • 19 Nous avons traversé la mer d’Irlande, cruelle et dangereuse entre toutes […], écrit par exemple Sy (...)

30Si les eaux tumultueuses des rivières ou les eaux mortes des marais inspirent une terreur légitime, ce sont celles de la mer qui apparaissent les plus dangereuses. Le cycle s’inscrit en cela dans une tradition séculaire qui fait de la mer un espace de malédiction18 et de cruauté19. Une tradition que perpétue Rabelais en chérissant le sain plancher des vaches :

  • 20 François Rabelais, Le Quart Livre, chap. 18.

Ô que troys et quatre foys heureulx sont ceulx qui plantent chous !.. Ha ! pour manoir déifique et seigneurial, il n’est que le plancher des vaches20.

31Ou Shakespeare :

  • 21 William Shakespeare, La Tempête, Paris, Pléiade, t. 2, 1965, p. 1476-1477.

À cette heure, je donnerais bien mille arpents de mer pour une acre de terre stérile21.

32Chrétien de Troyes avait également associé l’eau coulant sous le Pont de l’Épée à la mer pour la rendre plus felenesse et espoantable :

  • 22 Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la charrette, Paris, Champion, 1990 (CFMA 86), v. 3009-3016.

Et voient l’eve felenesse,
[…]
Et tant perilleuse et parfonde
Qu’il n’est riens nule an tot le monde,
S’ele i cheoit, ne fust alee
Aussi com an la mer salee22.

  • 23 Voir par exemple le récit de pèlerinage de Félix Fabri qui évoque tous les dangers multiples et im (...)

33La mer est incontestablement dangereuse. Si le cycle n’y représente pas le danger pourtant réel des pirates et des tempêtes23, il n’en reste pas moins qu’Arthur interdit à la fausse Guenièvre malade de rentrer dans son pays par voie de mer :

« Dame, fet il, ce n’est pas chose que vos puissiés fere legierement, kar se vos soffriés l’aller par eve dolce, por ce ne porriés vos pas la mer soffrir. »
(t. I, p. 161)

  • 24 MA, p. 166.

34Une traversée ne s’improvise jamais. Arthur le sait parfaitement, lui qui fait toujours appareillier sa voie (t. I, p. 134) avant de traverser la Manche, lui qui doit parfois attendre le retour de la belle saison pour la franchir24 ; parce qu’il s’agit d’éviter de traverser la mer par le mauvais temps d’hiver :

Et cil s’em partent et oirrent tant que a la mer vindrent et i furent grant tans avant qu’il i poïssent passer, car li vanz est si maux et si anuiex conme ou cuer d’yver : si n’estoit nus si hardiz mariniers qui adonc osast entrer en mer.
(t. V, p. 162)

35Et d’attendre que les conditions météorologiques soient propices :

« Sire, quant il vos plera, vos porroiz entrer en vostre nef, car nos avons apareillié tout ce qu’il nos couvient ; et li venz est levez bons et forz et bien portanz. »
(MA, p. 213).

  • 25 Apocalypse d’Isaïe, 27, 1.

36La mer est aussi et surtout la patrie du Léviathan, le « dragon de la mer25 ». C’est au-dessus des flots marins que le cheval diabolique emporte Perceval avant d’y disparaître en y faisant la plus male fin dou monde. S’il ne s’était signé de la croix, le jeune chevalier i eust sanz faille lessié chaoir et einsit poïst estre noïez et periz, si eust perdu et cors et ame (QSG, p. 93). Il y aurait ainsi connu cette laide mort (t. VII, p. 90) redoutée par le Moyen Âge face aux abîmes de la mer et des flots en général.

37Cette présence diabolique se lit encore dans l’une des nombreuses Vie de l’Antéchrist que le xve siècle publie. Les quatre premiers signes de la fin du monde y concernent la mer :

  • 26 B. N. Paris, rés. Z 855 et rés. D. 4722. Cité par M. Vergé-Franceschi, La Mer, op. cit., p. 76.

Le premier desditz XV signes précédens le jour du grand jugement général sera quand la mer se eslèvera XV coudéz par dessus les plus hautes montaignes du monde. Le IIe signe sera quand la mer descendra en l’abisme concavité e profunde de la terre, si bas que à peine la pourra-t-on veoir. Le IIIe signe sera que les poissons et monstres de la mer apparoistront sur la mer en faisant moult grant cris. Le IVe signe sera que la mer et toutes les eaux des autres rivières ardront et brusleront au feu du ciel26.

  • 27 Ibid, p. 88.

38Au xviie siècle encore, on a vu les Bordelais prendre peur au récit de voyageurs leur déclarant qu’une armée de diables se dirigeait par la mer vers leur port27.

39Les îles de la mer sont également redoutables. C’est là que Perceval connaît la tentation, mais c’est aussi en ces terres coupées du reste du monde et de l’œkoumène que vivent les géants, tel Galehot, originaire des Estraignes Illes et fils de la Bele Jaiande. Il n’est pas rare que les personnages insulaires soient doués d’une démesure qui s’exprime au travers de l’orgueil et de la violence guerrière, à l’image de Brandis des Îles, le seigneur de le Douloureuse Garde. Si elles se révèlent aussi le lieu où vivent les fées et les enchanteurs (Avalon est la dernière demeure de Morgue et l’Ille des Mervelles abrite le lit de Merlin ou nus ne se couche qui ne perde le sens et le memoire ; t. VI, p. 55), les îles sont des prisons redoutables. C’est sur l’une d’elles que Lohot li fiex le roi Artu qu’il engendra en la bele damoisele qui avoit non Lisanor […] prist il le mal de la mort […] (t. VII, p. 347). C’est sur l’Île de Joie la mal nommée que Lancelot passe plusieurs années d’un exil volontaire dans le duel, la painne et les travaux que il por amor soufroit (t. VI, p. 232).

40La mer est donc un espace redoutable. Les hommes la craignent et s’y perdent souvent. S’y orienter est le signe d’une grande sagesse ou de l’élection divine. C’est précisément le cas des élus du Graal.

41Les aventures celestielles de la QSG opposent les chevaliers qui perpétuent les vieilles errances en quête d’une gloire incertaine à ceux qui savent se livrer à la mer, pour y accomplir la volonté divine. La question pour nous est d’observer comment et plus encore pourquoi elle devient cet espace situé entre Dieu et l’homme, ainsi que l’écrit le cistercien Aelred de Rielvaux.

42La QSG débute sur l’aventure du perron de marbre qui arrive à Camaalot en descendant la rivière. Une épée y est enfoncée qui désignera li mieudr(e) chevalie (r) del monde (p. 5), le nouveau maître de la Table Ronde, Galaad. Cette découverte est confirmée par l’arrivée d’une demoiselle montee sor un pallefroi blanc (p. 12) qui affirme, tout en pleurant, que Lancelot n’est plus le meilleur chevalier.

43Cette double péripétie montre à quel point Camaalot n’est plus, désormais, la capitale des aventures. On observe en effet que le perron descend la rivière, flottant sur une eau qui ne fait que passer au pied de la cité pour rejoindre la mer. Elle montre la direction que les meilleurs vont devoir suivre. L’arrivée de la messagère confirme cet indice, puisqu’elle parvient à la cour contreval la rive (p. 12), en descendant le courant, comme si, elle aussi, indiquait la nouvelle direction à prendre, vers la mer, le nouvel espace de l’aventure.

  • 28 The Continuations of the Old French Perceval of Chrétien de Troyes, ed. William Roach, t. 5, Phila (...)

44À l’image des quêteurs du Graal dans la Première Continuation, les élus de la QSG se rendent au bord des eaux originelles de la mer28. Elles offrent dès lors un lieu où se perçoit le souffle divin. Là s’effacent les entrelacs des quêtes en forêts, dans lesquelles se perdent tout autant le lecteur que les autres personnages, auxquels Julien Macho traduisant Le Miroir de vie humaine pouvait penser en écrivant :

  • 29 Le Miroir de vie humaine fait par Rodorique, hispaignol…, Lyon, 1477. Cité par J. Batany, « Un est (...)

Car qui vouldroit bien Dieu prier, si se boute sur la mer29.

  • 30 Le texte de la QSG précise : En cele nef demora Lancelot et Galaad bien demi an et plus […] (p. 25 (...)
  • 31 Ibid.
  • 32 P. 200 sq. et p. 273 sq.
  • 33 Les nefs jouent un rôle majeur dans la QSG, que je ne développe pas. On se reportera pour cela au (...)

45Là, réapparaît une chronologie30. La mer donne ainsi un sens à la Quête et à la narration. Elle fait sens elle-même. Le père et le fils s’y retrouvent et s’y découvrent l’un l’autre31, les élus s’y réunissent32 et embarquent ensemble pour une sainte navigation33.

  • 34 Sanchez Arevalo, Speculum humanae vitae, première édition de 1468, puis Paris, 1473, conservée à l (...)

46La mer est résolument présentée comme symbole de la soumission des hommes envers leur Créateur. Dans le Speculum humanae vitae, Sanchez Arevalo écrira que si la mer abrite les pires brigands, elle est également le lieu où l’on peut connaître une vie innocente, puisque le Christ et ses apôtres s’y sont rendus sur des bateaux. On y est alors à l’abri des tentations des villes et du monde34, et d’autant plus dévoué à Dieu qu’on est plus près des périls qui lui sont propres.

47Ce dernier aspect est essentiel. L’auteur prend ainsi garde de ne pas faire de la mer un espace qu’il suffit de gagner pour s’élever à la sainteté. Au contraire, la fréquentation des espaces maritimes par les élus démontre toute la confiance qu’ils ont en Dieu. On peut alors affirmer qu’avec l’avènement des aventures celestielles, la mer c’est la nouvelle forêt, dans le sens où elle se révèle espace transitoire de la nouvelle chevalerie.

48Le choix du monde marin comme espace de l’élection et des aventures du Graal dénote une préoccupation, théologique, plus forte que celles que nous avons pu évoquer. La mer est en effet un espace privilégié de la lutte entre Dieu et le diable.

49On sait que dans son extrême jalousie l’ennemi ne cesse de vouloir imiter Dieu pour tromper l’homme. Pour cela, il voudrait maîtriser les éléments, dont la mer. Lorsque la demoiselle tentatrice parvient sur l’île de Perceval, cela se fait come se toz li venz dou monde la chaçassent ; et devant venoit uns estorbeillons qui fesoit la mer movoir […]. Et quant il voit ce, si se merveille mout que ce est : car li estorbeillons li toloit la veue de la nef (QSG, p. 104). L’utilisation de nombreux modalisateurs montre que le diable n’est que le prince de l’illusion. Il peut tout au plus affecter le regard des hommes, mais en aucun cas les mouvements de la mer, qui est absolument soumise à Dieu.

  • 35 L. Bureau, « La Nuit liquide », art. cit., p. 149.

50Certes les abîmes chaotiques et ténébreux préexistaient à la création. Mais en séparant au second jour les eaux d’en bas des eaux d’en haut, l’action organisatrice du Verbe ordonne ce qui appartenait à l’in-créé, à l’in-ordonné, voire à l’in-classable35. La menace que constituait l’élément liquide sur la création à venir s’est éloignée sous la lumière éclatante du jour, et la mer est devenue une promesse continuellement féconde, soumise au seul vouloir d’un créateur.

Notes

1 Voir M. Vergé-Franceschi, La Mer, Paris, Éditions du Félin, 1997, p. 122.

2 F. Lot, Étude sur le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1918 (2e éd. 1954), p. 279.

3 Lancelot, roman en prose du xiiie siècle, éd. A. Micha, Paris-Genève, Droz, 1978-1983, 9 tomes ; La Queste del Saint Graal, A. Pauphilet, Paris, Champion, 1923 (CFMA 33) ; rééd. 1967 (titre que j’abrège en QSG) ; La Mort le roi Artu, J. Frappier, Paris, 1936 (TLF 58) ; rééd. Genève, Droz, 1956 (MA).

4 Placides et Timéo ou Li secrés as philosophes, éd. C. Thomasset, Paris-Genève, Droz, 1980, p. 33-34 et 43.

5 Présentation et traduction par M. Bridges, « Discours du réel, discours de l’imaginaire : cours et étendues d’eau dans la Descriptio Britanniae médiévale », Sources et fontaines du Moyen Âge à l’Age Baroque, Paris, Champion, 1998, p. 13-30, p. 17-18.

6 La qualité de l’eau est de ne pas en avoir. Elle s’imprègne de ce fait de toutes les couleurs. Voir M.-Th. Lorcin, « Humeurs, bains et tisanes : l’eau dans la médecine médiévale », L’Eau au Moyen Âge, Senefiance n° 15, Aix-en-Provence, Publications du CUER MA, 1985, p. 259-273, p. 262.

7 La mer frontière se trouve déjà dans le texte biblique où il est dit, par exemple, que la Terre Promise s’étend depuis […] le désert et le Liban jusqu’au grand Fleuve, le fleuve Euphrate (tout le pays des Hittites), et jusqu’à la Grande mer […] (Josué 1, 4). Cette vision se perpétue aisément jusqu’au Moyen Âge. Le seul chapitre de l’Europe du Livre des Propriétés des Choses l’atteste. Pas moins de quatre mers y marquent les limites du continent. Voir la mise en français moderne et l’édition par B. Ribémont, Paris, Stock/Moyen Âge, 1999, p. 239.

8 Le célèbre et très complet portulan réalisé par Angelino Dulcert à Majorque en 1339 ne livre pas encore son nom.

9 Voir t. VI, p. 135.

10 Voir t. II, p. 264 ; t. V, p. 152 ; p. 162 ; t. VI, p. 37 ; p. 64 ; p. 156 ; p. 170 ; MA, p. 167 ; p. 213 ; p. 253.

11 T. VI.

12 Voir J. Le Goff, « Le Désert-Forêt dans l’Occident médiéval » dans Un Autre Moyen Âge, Paris, Quarto Gallimard, 1999, p. 495-510.

13 L’expression est de F. Dubost dans « Insularités imaginaires et récit médiéval : l’insularisation », dans L’Insularité, thématique et représentation, Paris, l’Harmattan, 1995, p. 48.

14 Nous rencontrons également la présence d’une abbaye au bord de la mer dans QSG, p. 194. Voir également p. 194.

15 Estoire del Saint Graal, dans The Vulgate Version of the Arthurian Romances, edited from manuscripts in the British Museum, tome 1, ed. H. O. Sommer, Washington, Carnegie Institution, 1909, p. 139.

16 La Bible française du xiiie siècle, Édition critique de la Genèse, éd. M. Quereuil, Genève, Droz, 1988, p. 92.

17 M.-L. Chênerie, Le Chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des xiie et xiiie siècles, Genève, Librairie Droz, 1986., p. 177.

18 Ainsi Properce écrit-il par exemple : Ah ! que périsse celui qui le premier arma et gréa un navire et fit un chemin, malgré elle, sur les gouffres de la mer (I, 17, 13-14), cité par L. Bureau, dans « La Nuit liquide », L’Eau, mythes et réalités, édition de l’Université de Dijon (E. U. D.), 1992, p. 147-157, p. 149.

19 Nous avons traversé la mer d’Irlande, cruelle et dangereuse entre toutes […], écrit par exemple Symon Semeonis à propos de la mer d’Irlande. « Le Voyage de Symon Semeonis d’Irlande en Terre sainte », traduit du latin par C. Deluz, dans Croisades et pèlerinages, récits, chroniques et voyages en Terre sainte, xiie-xvie siècles, Paris, Robert Laffont, Bouquins, 1997, p. 958-995, p. 964.

20 François Rabelais, Le Quart Livre, chap. 18.

21 William Shakespeare, La Tempête, Paris, Pléiade, t. 2, 1965, p. 1476-1477.

22 Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la charrette, Paris, Champion, 1990 (CFMA 86), v. 3009-3016.

23 Voir par exemple le récit de pèlerinage de Félix Fabri qui évoque tous les dangers multiples et imprévus de la mer. Les Errances de Frère Félix, pèlerin en Terre sainte, en Arabie et en Égypte (1480-1483), texte latin, traduction, introduction et notes sous la direction de J. Meyers et N. Chareyron, tome 1, Montpellier, Université Paul-Valéry, Publications du CERCAM, 2000, p. 50-59.

24 MA, p. 166.

25 Apocalypse d’Isaïe, 27, 1.

26 B. N. Paris, rés. Z 855 et rés. D. 4722. Cité par M. Vergé-Franceschi, La Mer, op. cit., p. 76.

27 Ibid, p. 88.

28 The Continuations of the Old French Perceval of Chrétien de Troyes, ed. William Roach, t. 5, Philadelphie, 1983, v. 13525 sq.

29 Le Miroir de vie humaine fait par Rodorique, hispaignol…, Lyon, 1477. Cité par J. Batany, « Un estat trop peu estable : Navigation maritime et peur de l’eau », L’Eau au Moyen Âge, Senefiance n° 15, Aix-en-Provence, Publications du CUER MA, 1985, p. 23-42., p. 34. Un vieux proverbe danois dit également : Qui ne sait pas prier doit aller à la mer.

30 Le texte de la QSG précise : En cele nef demora Lancelot et Galaad bien demi an et plus […] (p. 251) ; puis : Si erra bien un mois entier par mi la mer […] (p. 252) ; et encore : […] car il voldra aller ou roiaume de Logres, ou il ne fu bien a passé un an (p. 261).

31 Ibid.

32 P. 200 sq. et p. 273 sq.

33 Les nefs jouent un rôle majeur dans la QSG, que je ne développe pas. On se reportera pour cela au chapitre que je leur consacre dans ma thèse : Par devers l’eve. Images et lagnage de l’eau dans le cycle du Lancelot-Graal (à paraître aux éditions Honoré Champion, Babelania). Je me contenterai seulement de souligner que tant dans ses symboles que dans son sémantisme, la nef renvoie à l’Église, le lieu où se réunissent les fidèles et où vivent les saints pour donner leur cœur et leur regard à l’orient.

34 Sanchez Arevalo, Speculum humanae vitae, première édition de 1468, puis Paris, 1473, conservée à la BnF, Rés. R. 582 ; cité par J. Batany, « Un estat trop peu estable », art. cit., p. 34-35.

35 L. Bureau, « La Nuit liquide », art. cit., p. 149.

Auteur

Université du Sud – Toulon-Var

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540