Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Les substances marines dans le Livre des simples médecines

Geneviève Dumas

Texte intégral

  • 1 Ernest Wickersheimer, « Les secrets et conseils de maître Guillaume Boucher et ses confrères », Bu (...)

1Dans le cadre de ce colloque, j’entends me pencher sur les substances marines que l’on trouve dans le Livre des simples médecines un herbier médiéval largement répandu et utilisé par tous les intervenants dans le milieu de la santé du Haut Moyen Âge. La moisson de ces substances n’a révélé qu’une poignée d’ingrédients marins, mais on les examinera, on verra l’évolution de leur utilisation pour enfin confronter les normes receptaires avec la pratique en utilisant une source intéressante et peu connue : les Secrets et conseils de Guillaume Boucher1, une compilation anonyme contemporaine de 129 cas de pratique médicale.

Dioscoride et le Livre des simples médecines

  • 2 En fait, le terme « herbier » désigne généralement un jardin d’herbes, mais le Moyen Âge a consacr (...)
  • 3 D’après l’ordre de présentation de Dioscorides (voir infra). Plus exactement : le nom, synonymes e (...)

2L’herbier, ou livre de simples, est un type de littérature très prisé au Moyen Âge. La preuve s’en trouve dans le grand nombre de manuscrits qui ont survécu et qui peuplent les rayons des fonds d’archives. Il s’agit d’un dictionnaire de ce qu’on appelle la matière médicale, du latin materia medica, et qui signifie tous les ingrédients de nature végétale, animale et minérale non mélangés à d’autres substances, d’où le terme « simple » par opposition à « composé » qui décrit des mixtures de plusieurs ingrédients. Les plantes ayant le rôle prédominant dans ce type d’œuvre, le nom d’herbier s’est imposé2. On y trouve, généralement par ordre alphabétique, le nom du simple, sa description, ses synonymes possibles, une classification rudimentaire, son origine, son habitat, ses nombreux usages et quelques recettes3.

  • 4 Voir Jerry Stannard, « The Herbal as a Medical Document », Bulletin of the History of Medicine, 43 (...)

3L’herbier médiéval est, en général, une œuvre évolutive et composite. Chaque fois qu’elle est recopiée, le scribe, qu’il soit médecin ou non, ne peut s’empêcher d’y ajouter un détail local ou une expérience ou même des éléments qu’il trouve ailleurs, ce qui rend la tradition manuscrite difficile à étudier au grand dam de l’historien des textes. En revanche, les historiens de la médecine s’en réjouissent puisqu’on y retrace aisément les aléas de l’évolution de la pharmacopée4.

  • 5 La démonstration de John Riddle qui soutient qu’elle l’était est convaincante mais controversée. V (...)
  • 6 Vienne, Osterreichische Nationalbibliothek, Cod. med. gr. 1. Le manuscrit avait été écrit pour la (...)
  • 7 Crataevas, botaniste du iie siècle, avait composé un herbier illustré que certains croient être la (...)
  • 8 Sur l’herbier médiéval, on peut consulter M. Collins, Medieval Herbals : The Illustrative Traditio (...)
  • 9 Carmélia Opsomer et Willam T. Stearn, Le livre des simples médecines, Translation and Commentary, (...)
  • 10 J. Riddle, « The Latin Alphabetical Dioscorides » in Actes du XIIIe Congrès International d’histoi (...)

4L’herbier le plus ancien et qui sert de base à tous ses successeurs est le De materia medica du grec Pédanios Dioscoride, un médecin des armées sous les empereurs Claude et Néron, né à Anazarba en actuelle Turquie autour des années soixante de l’ère chrétienne. On ne sait pas si l’œuvre originale était illustrée5, mais le plus vieux manuscrit complet connu, daté du vie siècle, comporte des illustrations à chaque page. Ce manuscrit qu’on appelle communément le Dioscoride de Vienne6 constitue déjà une adultération de l’original. D’abord, la présentation des rubriques a été modifiée pour adopter l’ordre alphabétique, plus facile à manipuler. De plus, il contient des additions tirées de Galien et Crataevas7. Il reste que les illustrations qu’on y trouve sont des plus utiles pour identifier les substances, lesquelles peuvent changer de nom ou d’aspect au gré des régions et des lieux. À partir de ce moment, l’herbier se trouve donc illustré dans une majorité de cas8. En raison de sa très grande popularité, l’œuvre de Dioscoride est devenue le modèle à suivre pendant plus de quinze siècles, et ce, même si elle a subi, au cours du Moyen Âge de nombreux ajouts9. Finalement, au xe siècle, l’ouvrage a été refondu. C’est cette version révisée, appelée Dioscoride alphabétique et comportant de nombreuses additions notamment d’auteurs arabes, qui est à la source de la plupart des herbiers médiévaux10.

  • 11 Carmélia Opsomer et William T. Stearn, Le livre des simples médecines, p. 11.

5Le Livre des simples médecines, pour sa part, est la traduction française du Circa instans de Matthaeus Platearius, un médecin de l’école de Salerne au xiie siècle. L’œuvre originale compte 273 ingrédients : 229 plantes, 14 substances animales, 28 minéraux, 2 préparations. La compilation se base sur les écrits de Dioscoride bien sûr, mais aussi sur ceux de Galien, d’Oribase, de Constantin l’Africain et de quelques médecins salernitains du xiie siècle tels que Gariopontus et un maître Salernus11.

  • 12 P. Dorveaux, Le livre des simples médecines tiré du manuscrit du xiiie siècle, Supplément du Bulle (...)
  • 13 Carmélia Opsomer et Willam T. Stearn, Le livre des simples médecines, p. 9.

6Cette œuvre clé, dont la plupart des grandes bibliothèques possèdent au moins un exemplaire latin, fut rapidement traduite en anglais, en allemand, en occitan, en hébreu et en français dès le début du xiiie siècle12. Mais, c’est au xve siècle que l’œuvre fut davantage reproduite, traduite et illustrée. On en trouve 23 manuscrits complets et d’innombrables extraits qui se présentent sous le nom de Traité des simples ou encore Les Secrets de Salerne, mais surtout le Livre des simples médecines. L’ouvrage fut imprimé à une dizaine de reprises entre 1488 et 1526, mais par la suite, il est tombé dans l’oubli. L’apport des découvertes du Nouveau Monde, l’application de l’alchimie à la médecine, ont fait en sorte que ce type de compilation a perdu de sa popularité à la période moderne. L’apport historique le plus notable du Livre des simples médecines est qu’il représente le résultat final d’une longue tradition de savoir pharmaceutique issue de l’Antiquité, revue et augmentée jusqu’à la Renaissance13.

  • 14 Carmélia Opsomer et Willam T. Stearn, Le livre des simples médecines, p. 20, note 16.
  • 15 Ibid., p. 13.

7Dans la traduction et la reproduction du Circa Instans seulement, l’œuvre peut passer des 273 articles originaux à 436 dans certains manuscrits, ce qui montre bien que l’herbier est une œuvre vivante. Pour sa part, le Livre des simples médecines compte quelque 500 articles dont la moitié provient du Circa instans. Le chaînon manquant entre cette dernière œuvre et le Livre des simples médecines a été identifié tardivement. Il s’agit du Tractatus de herbis de Barthélémy Mini de Sienne, conservé dans le manuscrit Egerton 747 de la British Library qui date du xive siècle. On en trouve aussi trois autres manuscrits à la Bibliothèque nationale, à Bâle et à Modène14. Barthélémy a conservé la structure du Circa Instans mais l’a complétée en utilisant entre autres l’Herbarius du Pseudo-Apulée, le De Virtutibus herbarum de Macer Floridus, et d’autres sources dont il sera question plus loin. Avant d’être traduit en français, le Tractatus de Herbis avait été augmenté aussi du Liber diaetarum universalium et particularium d’Isaac Israëli. La version française qu’est le Livre des simples médecines est basée essentiellement sur le manuscrit Egerton 747, mais le traducteur, encore une fois, n’a pu s’empêcher d’y ajouter des éléments tirés du Tacuinum Sanitatis d’Ibn Butlan, du Secret des secrets du Pseudo-Aristote ainsi que des recettes d’Avenzoar et de Gentile da Foligno15. Le résultat est évidemment un amalgame de matières très diverses dans le temps et dans l’espace.

  • 16 Ibid. Édition fac-similé.
  • 17 José M. Lopez Pinero, Le livre des simples médecines, codex of the National Library of Russia, Bar (...)
  • 18 Pierre Lieutaghi, Le livre des simples médecines d’après le manuscrit français 12322 de la Bilbiot (...)

8Je me baserai sur trois des vingt-trois manuscrits connus du Livre des simples médecines datant du xve siècle pour illustrer mon propos. Le Codex Brusselensis IV.1024 de la Bibliothèque royale de Belgique16, le manuscrit Fr. F.v.VI.1 de la Bibliothèque de Russie17 et le manuscrit français 12322 de la Bibliothèque nationale de France18.

  • 19 Sur cet imagier et le milieu humaniste de la cour d’Angoulême voir Anne-Marie Lecoq, François Ier (...)

9Le premier est reconnu pour montrer les illustrations parmi les plus réalistes comparées aux herbiers plus anciens, mais le style en est encore assez schématique et stylisé. Le manuscrit de Russie date de la toute fin du xve siècle. Le troisième est en fait un fac-similé du manuscrit de la Bibliothèque nationale de Russie. L’originalité des deux derniers tient au fait que les illustrations ne sont pas insérées dans le texte comme dans les herbiers précédents, mais présentées sous forme de planches hors-texte cumulant parfois plusieurs éléments. Le traitement des ingrédients en est très réaliste et dénote le style caractéristique d’un enlumineur connu qui travaillait pour Charles d’Angoulême, Robinet Testart19.

Les secrets et conseils de Guillaume Boucher

  • 20 Voir supra note 1.

10On confrontera à chaque fois les données du Livre des simples médecines avec un texte de la pratique dont il a déjà été question20. Il s’agit d’une compilation effectuée par un maître allemand venu à Paris y puiser expérience et savoir. Il assistait en tant qu’invité, ou on dirait aujourd’hui stagiaire, aux consultations médicales d’une équipe de médecins dont les deux principaux étaient Guillaume Boucher et Pierre d’Auxon, médecins du roi et maîtres régents de l’Université de Paris. Notre anonyme prend tout en note à partir de l’arrivée des patients, le diagnostic, le pronostic et les traitements y compris toutes les recettes. Ce type de source est très rare au Moyen Âge ; on trouve bien des traités de pratique en grande quantité, mais ils servent souvent de faire-valoir pour les médecins qui les écrivent. Loin de fournir des détails sur l’exercice de la médecine, ils présentent laconiquement les succès obtenus et les recettes éprouvées. Notre maître allemand n’a pas cette préoccupation puisqu’il décrit la pratique des autres. Il relate sans scrupules les aléas de la pratique : les tergiversations, les discordes, les échecs, mais aussi les quelques guérisons, les bons coups, les recettes fameuses. En bout de ligne, le document est un bon miroir d’une certaine pratique de la médecine à Paris au début du xve siècle.

Les substances

11Comme on l’a dit, le nombre des substances marines a de quoi étonner, tant il est réduit, comparé aux autres substances animales.

L’ambre gris

  • 21 Définition du dictionnaire Larousse.
  • 22 C’est, entre autres, la raison pour laquelle l’ambre gris se trouve au Livre des simples médecines(...)
  • 23 John Riddle, Amber and Ambergris in Materia Medica during Antiquity and the Middle Ages, Thèse de (...)
  • 24 L’ambre jaune ou succin est une résine fossile provenant de conifères.
  • 25 Chez le botaniste et médecin Ibn al-Baytar (c. 1240), on trouve l’ambre au numéro 1982 sous le nom (...)
  • 26 Sur ce médecin de Bagdad des viiie et ixe siècles, voir Danielle Jacquart et Françoise Micheau, La (...)
  • 27 Les Anciens croyaient, en effet, qu’il poussait sur les rochers. Voir Pierre Lieutaghi, Le livre d (...)
  • 28 Entre autres, un manuscrit du Theatrum Sanitatis datant du début du xve siècle, ainsi que plusieur (...)
  • 29 La question était encore débattue au xviiie siècle. Voir « Ambre gris » dans l’Encyclopédie, ou Di (...)

12« L’ambre gris est la concrétion intestinale du cachalot qui, après avoir flotté longtemps dans la mer, forme des blocs gris et poreux, faits de cristaux longs et enchevêtrés, et qui entre dans la composition des parfums21 ». Il a fallu néanmoins plusieurs siècles pour identifier correctement cette substance. Les Grecs, et plus tard les Romains, confondaient l’ambre jaune et l’ambre gris22. Par exemple, on remarque que Pline l’Ancien, en parlant de l’ambre, mentionne que celui-ci est un bon substitut pour l’encens. Il ne peut s’agir, ici, que de l’ambre gris dont les qualités aromatiques sont évidentes. Les botanistes anciens considéraient souvent l’ambre gris comme une catégorie d’ambre23. On confondait donc deux catégories d’ingrédients, un premier, d’origine végétale24 et un autre, d’origine animale. Au Moyen Âge, cette confusion s’accentua en raison des traductions arabes. En effet, les Arabes appelèrent l’ambre gris « ambra », même s’ils faisaient pourtant la différence entre l’ambre et l’ambre gris25. Mais, comme les Anciens, ils n’étaient pas certains de sa provenance. Ibn Masawaih26, le médecin arabe dont le chapitre sur l’ambre gris est le plus exhaustif, suppose qu’il s’agit soit d’une plante des fonds marins27, soit des excréments d’un animal marin, soit d’une excroissance de la mer. Visiblement, cette confusion s’estompe graduellement. À partir de la fin du xiiie siècle, de plus en plus de manuscrits montrent un poisson exsudant des boulettes représentant l’ambre gris28. L’illustration de l’ambre gris dans les deux manuscrits de Paris et de Russie représente un poisson qui ressemble beaucoup au cachalot29.

  • 30 Tel que décrit dans le Traité des simples d’Ibn al-Baytar, voir note 25. Cette description provien (...)
  • 31 La principale vertu des receptaires était justement de donner des avertissements sur les falsifica (...)
  • 32 Avicenne, Liber Canonis, Livre II, Tract. II, chap. LXIII, j’utilise l’édition fac-similé de Venis (...)

13« L’ambre est odorant, fortifie le cœur et le cerveau, est utile contre la paralysie, le tic facial et les maladies causées par la pituite grossière. C’est le roi des parfums30 ». Dans le Livre des simples médecines, on prévient que le noir n’est pas bon. Le meilleur est le gris et on donne même la recette pour le falsifier31. Il peut être contrefait de la façon suivante : un peu d’ambre mélangé avec du bois d’aloès, du storax, du calament, du laudanum, dilué dans de l’eau de rose et un peu de musc. Le contrefait se différencie du véritable parce qu’il se défait comme de la cire. Avicenne le fabrique avec du gypse, de la cire et du laudanum ; c’est plus simple et on retrouve plus souvent cette sophistication32.

  • 33 Sur ce médecin on possède très peu d’information. Il semble avoir vécu au xiiie siècle. Voir à ce (...)
  • 34 John Riddle, Amber and Ambergris… p. 68 et 145 passim.
  • 35 Dont une bonne vingtaine on été publiés par Karl Sudhoff dans les Archiv für Geschichte des Medizi (...)
  • 36 « … et ideo non laudo pomum ambre, ymmo foret ducis ad cor aerem corruptum », Karl Sudhoff, « Jaoh (...)
  • 37 John Riddle, Amber and Ambergris… p. 157-58.

14Dans la pratique du médecin parisien Guillaume Boucher, on l’emploie par deux fois dans des recettes pour favoriser la conception. Je n’ai pas trouvé de précédents à cet usage dans les textes consultés. L’ambre gris est souvent utilisé pour des problèmes gynécologiques, dont la suffocation de la matrice et la descente de la matrice, mais rien n’indique que l’ambre gris ait été conseillé pour encourager la fécondité. Par ailleurs, l’ambre gris a connu un succès certain à partir du milieu du xive siècle, car il était utilisé dans la fabrication des pommes d’ambre que l’on suspendait au cou pour se prémunir contre la peste. La première mention de cette pomme se trouve chez le Pseudo-Mesué33 qui en donne plusieurs recettes en spécifiant qu’elles sont bonnes contre les affections dues au froid34. On dénote également l’usage de ces boules portées au cou des matrones de l’Antiquité tardive. Mais à partir du xive siècle, l’usage, les vertus et la composition des pommes d’ambre se complexifient grandement. Les ingrédients les plus souvent utilisés sont l’ambre gris, le bois d’aloès, le camphre, le musc et l’ambre jaune (ce qui ne manquait pas d’ajouter à la confusion). Sa popularité comme remède contre la peste est attestée par sa présence dans la majorité des traités sur la peste35. Dans ces traités, on observe que, pendues au cou, elles sont bonnes pour vivifier les esprits, réconforter le cœur et renforcer le corps en général contre la maladie. Certains médecins, comme Jean Jacme à Montpellier, déconseillaient cette pratique parce qu’elle pouvait avoir l’effet inverse et attirer les vapeurs vers le cœur36, mais en vain, puisque les pommes d’ambre demeuraient très populaires malgré leur prix élevé37.

Les blattes de Byzance

  • 38 Pierre Lieutaghi, Le livre des simples médecines, p. 319.
  • 39 Avicenne, Liber Canonis, Liber II, tract. II, Cap. 82.
  • 40 Robert T. Gunther, The Greek Herbal of Dioscorides, p. 94-95. Cet anecdote est reproduit dans Ibn (...)
  • 41 Carmélia Opsomer et Willam T. Stearn, Le livre des simples médecines, p. 100. Il s’agit là d’une d (...)

15La blatte est l’opercule de la coquille d’un mollusque prosobranche marin du type du bigorneau, le Strombus lentignosus, qu’on croyait venir de Byzance. Appelées aussi « ongles odorants », les blattes étaient réputées anti-épileptiques depuis Dioscoride38. On les utilisait aussi pour faire venir les règles aux femmes et contre l’hystérie. Les blattes de Byzance provenaient du commerce international des épices et les représentations occidentales montrent bien qu’on ne savait pas toujours à quoi elles ressemblaient. Avicenne nous dit que les rouges sont bonnes mais que les noires qui proviennent des mers babyloniennes sont les meilleures39. On les récolte l’été quand les eaux se sont desséchées40, mais le Codex Brusselensis précise que les apothicaires en ont toujours en grande quantité et donc on les achetait probablement plutôt à l’officine41.

16Guillaume Boucher et ses confrères les utilisent dans onze cas. Fait plus intéressant, elles entrent dans des préparations pour soigner deux cas différents de cancer du sein. Cet usage ne provient pas du médecin italien Bruno de Longobardi dans son chapitre sur le cancer, nommément cité dans ce cas, il ne provient pas non plus de Guy de Chauliac, qui semble être la principale source théorique de Guillaume Boucher en matière de cancer, ce qui indique que le savoir pharmaceutique s’enrichit parfois de la pratique des médecins. Guillaume Boucher l’utilise sans doute pour ses qualités fortifiantes dans ce cas puisque la stratégie thérapeutique principale est d’appliquer ou d’administrer des choses froides pour empêcher que les chairs ne se consument davantage. Or, les blattes de Byzance sont chaudes et sèches.

Le corail

Le corail est chaud et sec au second degré. C’est une sorte de substance terreuse que l’on trouve dans les régions… et plus précisément dans les montagnes caverneuses qui sont en la mer. Le corail croît comme une sorte d’humeur gluante, qui adhère aux rochers. Par la chaleur de la mer, elle sèche et se transforme en une substance semblable à la pierre.

  • 42 Pierre Lieutaghi, Le livre des simples médecines, p. 248.

17Ainsi s’exprime le Livre des simples médecines à l’endroit du corail. On voit qu’on ne se prononce pas sur sa nature, végétale, animale ou minérale. Dans le Traité des simples d’Ibn al-Baytar, il est bien dit que c’est une plante qui, une fois sortie de l’eau, sèche et durcit. On sait aujourd’hui que le corail est d’origine animale. C’est une réunion de polypes vivant en société, mais encore là, il a fallu attendre des siècles pour le comprendre42.

18Du reste, le corail rouge est le meilleur ou, du moins, c’est celui que l’on doit utiliser dans les recettes lorsque ce n’est pas précisé. Le corail blanc n’est pas moins bon, mais on l’utilise surtout dans les recettes de crème pour le visage. Le corail n’est pas mentionné dans les Secrets et conseils de Guillaume Boucher. Était-il particulièrement difficile à obtenir ?

L’os de seiche

19On appelait os de seiche le cartilage poreux qu’on retrouve à l’intérieur des seiches ; c’est le petit os que l’on donnait aux oiseaux en cage. Il entrait dans la préparation de collyres et de traitements pour les yeux. Guillaume Boucher l’emploie dans un cas d’ophtalmie. Autrefois, il était aussi employé comme absorbant et dans la préparation de certaines poudres dentifrices.

Les perles

  • 43 Ibid, p. 324.
  • 44 Carmélia Opsomer et Willam T. Stearn, Le livre des simples médecines, fac simile, n° 277.

20Beaucoup de substances minérales entrent dans les préparations pharmaceutiques depuis l’Antiquité. Les perles, ou marguerites, étaient prisées pour leurs qualités antihémorragiques, contre les palpitations, les frayeurs et les angoisses. Voici, en substance, ce que nous en dit le Livre des simples médecines : « petites pierres que l’on trouve dans certains poissons, elles sont claires et il y en a deux sortes, percées et non percées. Les apothicaires s’en servent beaucoup43. » Les perles qui sont percées artificiellement ne sont ni pires ni meilleures, mais les bonnes sont percées naturellement. Cette observation peut apparaître un peu naïve, mais elle implique qu’on trouvait sur le marché médicinal des perles qui avaient peut-être déjà servi dans la joaillerie. Ibn Al-Baytar nous donne cette méthode de préparation44 :

D’après quelques-uns de nos savants, voici la manière de dissoudre les perles. On les triture, on verse dessus du suc acide de citron, on les met dans un vase et on les recouvre de pulpe de citron, puis on met ce vase dans un autre contenant du vinaigre et que l’on enterre pendant quatorze jours dans du fumier frais. Alors elles se dissolvent.

  • 45 Ibn al-Baytar, Traité des simples, n° 2046, t. III, p. 248.

21Chez Guillaume Boucher, conformément aux propriétés mentionnées plus haut, on s’en sert dans les cas de syncope et d’apoplexie. Mais, il faut savoir que les perles servent à fabriquer un composé générique très populaire dont on retrouve la recette dans l’Antidotaire de Nicolas : le dyamargariton45. Le médecin Guillaume Boucher emploie ce composé à neuf reprises. Ses vertus sont les mêmes que pour les perles simples ; il est bon pour les affections du cœur. Il s’agit encore là d’un ingrédient dispendieux et on ne devait pas le prescrire à tous.

Le spume de mer

  • 46 L’Antidotaire de Nicolas est un autre traité médicinal issu de la période salernitaine. Il s’agit (...)
  • 47 Pierre Lieutaghi, Le livre des simples médecines, p. 342.
  • 48 Robert T. Gunther, The Greek Herbal of Dioscorides, p. 644, aussi dans Ibn al-Baytar, Traité des s (...)
  • 49 Albucasis (Abu’l-Qasim al-Zharawi), Liber Servitoris, je me sers de la version imprimée, Venise, B (...)

22Le « spume de mer » est en fait la pierre ponce dont on se sert pour poncer et gratter les parchemins. C’est d’ailleurs la seule chose que nous en dit le Codex Brusselensis dont la rubrique est particulièrement brève. On signale uniquement que l’ingrédient est bon en médecine et en chirurgie. « La pierre ponce est une scorie volcanique légère, poreuse. Au xixe siècle, on l’appelait encore pumex (spume), nom qui rappelle que cette sorte d’écume était ramassée sur les rivages46 ». On la brûle trois fois sous les charbons, on l’éteint dans du vin aromatique et on s’en sert ensuite au besoin47. On peut aussi la cuire dans une patelle de terre bien fermée jusqu’à ce qu’elle durcisse, puis on la nettoie48. Dans les deux autres manuscrits du Livre des simples médecines, elle vaut pour la taie de l’œil et on suggère de la réduire en poudre pour ensuite la passer à travers une étoffe de soie et ainsi en retirer une poudre. Une anecdote de Dioscorides stipule qu’au dire de Théophraste, si on jette de la pierre ponce dans un tonneau rempli de vin et en ébullition, elle en calme à l’instant l’effervescence49. Cette anecdote se retrouve dans la majorité des herbiers par la suite. On voit pourtant mal comment ces circonstances pourraient être fréquentes et justifier un tel intérêt pour cette petite histoire.

L’éponge

  • 50 Robert T. Gunther, The Greek Herbal of Dioscorides, p. 644, aussi dans Ibn al-Baytar, Traité des s (...)

23L’éponge de mer, bien qu’elle fasse rarement partie des ingrédients d’une recette malgré ses propriétés coagulantes, a de nombreuses utilités dans le traitement des maladies. Avec le coton qui est souvent utilisé pour panser ou pour étendre des préparations, l’éponge sert à la friction, l’application de médecines et surtout aux divers types de nettoyages requis selon des traitements. C’est pourquoi on précise que les éponges doivent être fraîches à chaque fois et ne pas avoir été préalablement utilisées. Les éponges étaient utiles aux chirurgiens obligés de laver et de nettoyer plus régulièrement les plaies. On les retrouve donc beaucoup dans les traités de chirurgie, où il est indiqué qu’elles doivent être propres et lavées à l’eau chaude50.

  • 51 Voir, par exemple, dans la Chirurgie de Roger de Palerme pour un cas de traitement d’une blessure (...)

24On savait que les éponges provenaient de la mer sans toutefois connaître leur nature animale. Le Livre des simples médecines nous dit qu’il en existe deux sortes, les rouges, très chaudes et les blanches, moins chaudes. Pourtant, dans les Secrets et conseils de Guillaume Boucher, on trouve que lorsque le médecin prescrit l’utilisation des éponges, il spécifie toujours quand elles doivent être mâles ou femelles. Cette distinction se trouvait déjà chez Dioscoride même si celui-ci classait l’éponge parmi les substances minérales. On y lit qu’elles sont mâles lorsqu’elles sont pleines de petits trous et très épaisses, femelles lorsque c’est le contraire51. Il est étrange que les trois manuscrits du Livre des simples médecines ne reproduisent pas cette distinction qu’on retrouve bien dans le Traité des simples d’Ibn Al-Baytar, mais qui est absente chez Avicenne.

La pierre d’éponge

  • 52 Robert T. Gunther, The Greek Herbal of Dioscorides, p. 649.

25Il n’existe pas vraiment de pierres d’éponges. Le lapis spongie était sans doute les concrétions calcaires ou des fragments de corail que l’on trouvait pris dans les grosses éponges52.

  • 53 Pierre Lieutaghi, Livres des simples médecines, p. 34.
  • 54 Robert T. Gunther, The Greek Herbal of Dioscorides, p. 656.
  • 55 On trouve les informations sur les pierres d’éponges dans la même rubrique que les éponges de mer. (...)
  • 56 John Riddle, « Theory and Practice in Medieval Medicine », Viator, 5 (1974), pp. 157-184.

26Dioscoride nous dit déjà que : « Ce sont les graviers que l’on trouve dans l’éponge. Pris avec du vin, ils brisent les calculs engendrés dans la vessie53. » Et contrairement aux autres simples, cette description est demeurée sensiblement la même sans ajout depuis l’Antiquité, même chez Avicenne qui, lui, propose toujours quelques développements54. Guillaume Boucher ne se sert pas de cette substance et elle pourrait faire partie de ces ingrédients dont parle John Riddle qui sont inlassablement répétés dans les antidotaires, mais qui n’étaient jamais utilisés55. Cela peut aussi indiquer qu’on s’en sert très peu en médecine, mais qu’on le garde parmi les ingrédients possibles56.

Conclusion

27Que dire donc de cette étude sommaire des substances marines ? La véritable nature d’une bonne part des ingrédients médicaux provenant de la mer a été inconnue très longtemps. Que l’on pense à l’ambre gris qu’on croyait poussé sur les rochers, le corail qu’on n’arrivait à classer dans aucune des catégories végétale, animale ou minérale, les pierres d’éponges et l’éponge qu’on croyait d’origine minérale, la véritable nature des ingrédients demeurait théorique. Ce n’est qu’avec l’invention et l’utilisation du microscope que la nature de ces substances a pu être décelée. Avant le xviie siècle, l’œil nu était fourvoyé par l’apparence de « pierre » de la majorité de ces substances.

28Comme nous l’avons mentionné au départ, les ingrédients marins sont l’objet d’ajouts, de méprises et de rectifications dans les différentes versions des herbiers. C’est le cumul du savoir pharmaceutique qui permet d’obtenir au xve siècle une compilation plus globale des connaissances en pharmacopée depuis l’Antiquité. Par le biais de l’observation, on en vient à mieux comprendre la nature et la provenance de certains ingrédients marins. Par exemple, l’ambre gris a été défini de façon de plus en plus précise au cours du Moyen Âge. Par contre, d’autres substances ont plutôt subi un recul, si l’on pense à la distinction entre les éponges mâles et femelles, qui semble disparaître graduellement des descriptions et qui aurait pu mettre sur la voie de l’identification de l’éponge comme substance animale. Il reste que l’herbier médiéval demeure une source privilégiée pour comprendre les modalités pratiques et techniques de l’exercice de la médecine médiévale. Il est aussi un document essentiel pour comprendre l’univers mental qui encadrait les représentations du réel au Moyen Âge.

Notes

1 Ernest Wickersheimer, « Les secrets et conseils de maître Guillaume Boucher et ses confrères », Bulletin de la société française d’histoire de la médecine, 8 (1909), p. 199-205. On trouve une bonne analyse de ce texte dans Danielle Jacquart, La médecine médiévale dans le cadre parisien, Paris, Fayard, 1998, p. 501-09.

2 En fait, le terme « herbier » désigne généralement un jardin d’herbes, mais le Moyen Âge a consacré cet usage impropre du terme.

3 D’après l’ordre de présentation de Dioscorides (voir infra). Plus exactement : le nom, synonymes et illustrations, l’habitat, la description botanique, les propriétés et types d’action, les usages médicinaux, les contre-indications, les quantités et dosages, les méthodes de récoltes, préparation et entreposage, les méthodes de contrefaçon et les tests de détection, les usages vétérinaires. John Riddle, Dioscorides on Pharmacy and Medicine, Austin, University of Texas Press, p. 25-93.

4 Voir Jerry Stannard, « The Herbal as a Medical Document », Bulletin of the History of Medicine, 43 (1969), p. 212-220.

5 La démonstration de John Riddle qui soutient qu’elle l’était est convaincante mais controversée. Voir Ibid., p. 177 passim.

6 Vienne, Osterreichische Nationalbibliothek, Cod. med. gr. 1. Le manuscrit avait été écrit pour la princesse byzantine Anicia Julia d’où son autre nom Codex Anicia. On peut consulter la version traduite en anglais au xviie siècle et publiée par Robert T. Gunther, The Greek Herbal of Dioscorides, Illustrated by a Byzantine a.d. 512, Englished by John Goodyer a.d. 1655, Edited and first Printed a.d. 1933, Oxford, Oxford University Press, 1934.

7 Crataevas, botaniste du iie siècle, avait composé un herbier illustré que certains croient être la source des illustrations du codex Anicia mais cette théorie n’est pas entièrement satisfaisante. Voir John Riddle, Dioscorides on Pharmacy and Medicine, p. 187-227.

8 Sur l’herbier médiéval, on peut consulter M. Collins, Medieval Herbals : The Illustrative Traditions, Londres, British Library, Toronto, University of Toronto Press, 2000.

9 Carmélia Opsomer et Willam T. Stearn, Le livre des simples médecines, Translation and Commentary, Anvers, De Hutter, 1984, p. 10.

10 J. Riddle, « The Latin Alphabetical Dioscorides » in Actes du XIIIe Congrès International d’histoire des sciences, Moscou, 1974, p. 204-209.

11 Carmélia Opsomer et William T. Stearn, Le livre des simples médecines, p. 11.

12 P. Dorveaux, Le livre des simples médecines tiré du manuscrit du xiiie siècle, Supplément du Bulletin de la société française d’histoire de la médecine, t. XX, 1911.

13 Carmélia Opsomer et Willam T. Stearn, Le livre des simples médecines, p. 9.

14 Carmélia Opsomer et Willam T. Stearn, Le livre des simples médecines, p. 20, note 16.

15 Ibid., p. 13.

16 Ibid. Édition fac-similé.

17 José M. Lopez Pinero, Le livre des simples médecines, codex of the National Library of Russia, Barcelone, M. Moleiro, 2001. Édition fac-similé.

18 Pierre Lieutaghi, Le livre des simples médecines d’après le manuscrit français 12322 de la Bilbiothèque nationale de Paris, traduction et adaptation de Ghislaine Malandin ; étude codicologique de François Avril ; commentaire historique, botanique et médical de Pierre Lieutaghi ; glossaire botanique et médical de Ghislaine Malandin et Pierre Lieutaghi, Paris, Editions Ozalid, Bilbiothèque nationale, 1986. Édition fac-similé.

19 Sur cet imagier et le milieu humaniste de la cour d’Angoulême voir Anne-Marie Lecoq, François Ier imaginaire : symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, Macula, 1987. Voir aussi Anne-Marie Légaré, Bruno Roy et Françoise Guichard-Tesson, Le livre des échecs amoureux, Paris, Édition du Chêne, 1991.

20 Voir supra note 1.

21 Définition du dictionnaire Larousse.

22 C’est, entre autres, la raison pour laquelle l’ambre gris se trouve au Livre des simples médecines sous la rubrique « ambre ».

23 John Riddle, Amber and Ambergris in Materia Medica during Antiquity and the Middle Ages, Thèse de doctorat, Université de Caroline du Nord, 1964, p. 16 et p. 23.

24 L’ambre jaune ou succin est une résine fossile provenant de conifères.

25 Chez le botaniste et médecin Ibn al-Baytar (c. 1240), on trouve l’ambre au numéro 1982 sous le nom de Kehroba, qui veut succin ou ambre jaune. On trouve l’ambre gris au numéro 1587 sous le nom de A’nber, qui veut dire ambre gris. Cela ne veut pas dire qu’il n’y avait aucune confusion chez les Arabes au sujet des deux substances mais les deux termes recouvraient des matières différentes. J’utiliserai parfois cet ouvrage comme référence générale malgré le fait qu’il ne fut jamais traduit en latin. Il était donc inconnu du monde occidental, mais il a le mérite de compiler un grand nombre de sources anciennes, grecques, romaines et arabes. Ibn al-Baytar, Traité des simples, Traduction de Lucien Leclerc, Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale, Paris, Imprimerie nationale, 1877, Reprint de l’Institut du monde arabe, t. II, p. 469, t. III, p. 209.

26 Sur ce médecin de Bagdad des viiie et ixe siècles, voir Danielle Jacquart et Françoise Micheau, La médecine arabe et l’Occident médiéval, Paris, Maisonneuve-Larose, 1990, p. 46.

27 Les Anciens croyaient, en effet, qu’il poussait sur les rochers. Voir Pierre Lieutaghi, Le livre des simples médecines, p. 316.

28 Entre autres, un manuscrit du Theatrum Sanitatis datant du début du xve siècle, ainsi que plusieurs manuscrits de Dioscorides. Voir John Riddle, Amber and ambergris… p. 87.

29 La question était encore débattue au xviiie siècle. Voir « Ambre gris » dans l’Encyclopédie, ou Dictionnaire Raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers de Diderot et d’Alembert, 1 : 323.

30 Tel que décrit dans le Traité des simples d’Ibn al-Baytar, voir note 25. Cette description provient principalement d’Hunayn Ibn Ishaq. John Riddle, Amber and ambergris, p. 21.

31 La principale vertu des receptaires était justement de donner des avertissements sur les falsifications et, paradoxalement, les recettes pour y arriver.

32 Avicenne, Liber Canonis, Livre II, Tract. II, chap. LXIII, j’utilise l’édition fac-similé de Venise 1507, Georg Olms, Hildesheim, f° 94 v°. Ci-après Liber Canonis.

33 Sur ce médecin on possède très peu d’information. Il semble avoir vécu au xiiie siècle. Voir à ce sujet, Danielle Jacquart et Françoise Micheau, La médecine arabe… p. 214-216.

34 John Riddle, Amber and Ambergris… p. 68 et 145 passim.

35 Dont une bonne vingtaine on été publiés par Karl Sudhoff dans les Archiv für Geschichte des Medizin.

36 « … et ideo non laudo pomum ambre, ymmo foret ducis ad cor aerem corruptum », Karl Sudhoff, « Jaohannes Jacobis Steintraktat », Archiv für Geschichte des Medizin 17, 1925, p. 47.

37 John Riddle, Amber and Ambergris… p. 157-58.

38 Pierre Lieutaghi, Le livre des simples médecines, p. 319.

39 Avicenne, Liber Canonis, Liber II, tract. II, Cap. 82.

40 Robert T. Gunther, The Greek Herbal of Dioscorides, p. 94-95. Cet anecdote est reproduit dans Ibn al-Baytar, Traité des simples, n° 104, t. I, p. 95.

41 Carmélia Opsomer et Willam T. Stearn, Le livre des simples médecines, p. 100. Il s’agit là d’une des rares variantes de textes entre les trois manuscrits. On trouve cette petite phrase à la fin de la rubrique dans le cas du Codex Brusselensis mais elle ne se trouve pas dans les deux autres manuscrits.

42 Pierre Lieutaghi, Le livre des simples médecines, p. 248.

43 Ibid, p. 324.

44 Carmélia Opsomer et Willam T. Stearn, Le livre des simples médecines, fac simile, n° 277.

45 Ibn al-Baytar, Traité des simples, n° 2046, t. III, p. 248.

46 L’Antidotaire de Nicolas est un autre traité médicinal issu de la période salernitaine. Il s’agit d’un recueil de médicaments composés très utilisé par les apothicaires. En 1340, lorsque la Faculté de médecine de Paris exige des apothicaires qu’ils aient quelques livres, on trouve cet ouvrage en tête de liste. Voir Paul Dorveaux, L’antidotaire Nicolas ; deux traductions françaises de l’Antidotarium Nicolai, l’une du xive siècle suivie de quelques recettes de la même époque et d’un glossaire ; l’autre du xve siècle, incomplète, publiées d’après les manuscrits français 25,327 et 14,827 de la Bibliothèque nationale, Paris, Welter, 1896.

47 Pierre Lieutaghi, Le livre des simples médecines, p. 342.

48 Robert T. Gunther, The Greek Herbal of Dioscorides, p. 644, aussi dans Ibn al-Baytar, Traité des simples, n° 1865, t. III, p. 126.

49 Albucasis (Abu’l-Qasim al-Zharawi), Liber Servitoris, je me sers de la version imprimée, Venise, Bonetum Locatellum, 1510, f° 312 r°.

50 Robert T. Gunther, The Greek Herbal of Dioscorides, p. 644, aussi dans Ibn al-Baytar, Traité des simples, n° 1865, t. III, p. 126.

51 Voir, par exemple, dans la Chirurgie de Roger de Palerme pour un cas de traitement d’une blessure à la tête : « … Iceste chose soliun nos faire d’esponge marine bien lavee » et plus loin « … o esponge lavee en eve chaude ». J’utilise une traduction française de la British Library, Roger de Palerme, Chirurgie, British Library, Sloane 3525, f° 180.

52 Robert T. Gunther, The Greek Herbal of Dioscorides, p. 649.

53 Pierre Lieutaghi, Livres des simples médecines, p. 34.

54 Robert T. Gunther, The Greek Herbal of Dioscorides, p. 656.

55 On trouve les informations sur les pierres d’éponges dans la même rubrique que les éponges de mer. Avicenne, Liber Canonis, Livre II, Tract. II, chap. 602. Cette description provient de Galien selon Avicenne.

56 John Riddle, « Theory and Practice in Medieval Medicine », Viator, 5 (1974), pp. 157-184.

Auteur

Université de Sherbrooke, Canada

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540