Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Le monde marin de Félix Fabri

Nicole Chareyron et Michel Tarayre

Texte intégral

1Le récit de voyage dérive d’une pratique, mais s’élabore sur un terreau de connaissances. L’Evagatorium de Félix Fabri illustre bien cette interaction. À ses frères d’Ulm, le Dominicain, qui a fait deux voyages en Orient (1480 et 1483), narre une expérience reposant sur ses émotions de passager en mer à l’occasion de sa traversée de Venise à Jaffa. Il puise aussi, dans sa vaste bibliothèque mentale, des textes consacrés au monde marin et à ses mystères, coud au sien ces intertextes avoués ou masqués, mêlant ainsi le savant au vivant pour donner sens à l’anecdote, associant le réel à l’imaginaire pour enseigner ou faire rêver. Grande est la diversité des options (narratives, descriptives) et des approches (scientifiques, théoriques, pragmatiques), dans sa somme aussi accueillante que généreuse. La mer apparaît donc comme un espace nouveau à faire connaître au lecteur sédentaire qui en ignore tout. Nous examinerons sous trois angles cette restitution du monde marin dans la prose des Errances de Frère Félix : la bibliothèque mentale, l’enquête intitulée « informations utiles pour comprendre un voyage en mer », l’expérience qui conduit le narrateur à une appréhension esthétique.

Les sources livresques

2Lorsque Félix Fabri se met en route pour son premier pèlerinage, il n’a jamais vu la mer mais il en a une connaissance théorique qui lui permet d’anticiper les craintes ordinaires qu’elle suscite :

  • 1 Félix Fabri, Les Errances de Frère Félix, pèlerin en Terre sainte, en Arabie et en Égypte (1480-14 (...)

J’étais en effet effrayé, je craignais pour ma vie, j’étais épouvanté par la mer, que je n’avais encore jamais vue et dont j’avais tant entendu parler1.

3Le Frère prêcheur s’est donc construit, à travers ses lectures, une représentation imaginaire passablement négative de la mer. L’affronter exige un courage qui n’est pas l’apanage du commun puisque certains renoncent à s’embarquer en découvrant les flots :

  • 2 Ibid., p. 20.

J’en ai même vu d’autres qui vinrent jusqu’à la mer, mais qui, quand ils virent les flots et se rendirent compte, en les entendant, de leurs dangers, firent demi-tour. Et, pire encore, j’en ai vu certains, amenés presque en pleine mer, qui firent demi-tour épuisés par le mal de mer. Certes, ils étaient sortis, mais faute d’avoir pris la route pleins de courage, ils ne sont pas partis. Voilà pourquoi on dit : « Sors, et pars2 ».

  • 3 Vincent de Beauvais (1190 ?-1264) est, grâce à l’extraordinaire succès de son œuvre, un acteur ess (...)

4La bibliothèque mentale de Fabri est vaste, et il n’est pas toujours aisé de s’y repérer. Toutefois, nous avons une idée de ses lectures et parfois quelques références explicites. Deux grandes sources émergent parmi d’autres : la Bible et le Speculum maius de Vincent de Beauvais. Fabri les connaît bien3. Ces deux ensembles ont nourri sa connaissance et sa réflexion. À travers l’immense encyclopédie de Maître Vincent, il a parcouru des textes multiples, issus d’encyclopédies antérieures (Isidore de Séville, par exemple) ou d’un grand nombre d’auteurs depuis l’Antiquité. Si l’on ajoute les mythes et récits glanés chez les auteurs antiques, nous aurons un ensemble de sources dont on peut dire qu’elles ont permis au voyageur d’élaborer des images mentales précédant l’appréhension directe du monde marin.

  • 4 Vincent de Beauvais, Speculum naturale, V, 17. Genèse, 6

5S’agissant de la Bible, le religieux remonte à Genèse I, v. 9-10, sonde les Psaumes. Les eaux précèdent la terre dans la Création, et ce n’est qu’au troisième jour que Dieu les sépare de la terre. Vincent le précise à l’instar de Guillaume de Conche : « Au début de la Création, la terre était entièrement recouverte par les eaux4 ». Fabri cite alors des versets en cascade :

  • 5 Op. cit., t. 1, p. 141.

Cette prééminence de la terre est évoquée, lorsqu’il est dit de son univers : « Il a Lui-même bâti la terre au-dessus des mers » (Ps. XXIX, 2), si bien qu’elle serait donc recouverte si les flots n’étaient contenus par la vertu du Créateur. D’où le Psaume : « Tu as fixé aux mers une limite à ne pas franchir, pour qu’elles ne viennent pas couvrir la Terre » (Ps. CIV, 9). De même, Job XXXVIII, 38, 8 : « Qui a fermé la porte à la mer quand elle sortait des profondeurs5 ? »

6Fabri rappelle que Dieu provoque les tempêtes pour châtier les hommes, leur fait rencontrer les monstres marins. C’est la leçon de l’histoire de Jonas (Jonas I, 4-16 et II, 1-2) ; c’est la mésaventure de l’apôtre Paul en route pour Rome (Actes XXVII, 13-44) qui a connu trois naufrages et ne devra son salut qu’à l’intervention divine. Fabri paraphrase encore l’Évangile en évoquant les disciples apeurés par la fureur des flots (Matthieu VIII, 23-27). Il multiplie les exemples. Si les hommes de la Bible ont subi les dangers de la mer, comment lui, humble moine, réussira-t-il à échapper à sa menace ? La mer est une source de méditation, et le moine se sent parfois le petit frère, indigne, des grands hommes de la Bible :

  • 6 Errances, I, p. 49.

Dans ces régions, on ne peut pas effectuer de navigation nocturne à cause des rochers, des récifs et des écueils. C’est ce danger que craignaient les marins qui conduisaient saint Paul, comme l’attestent les Actes des Apôtres, 27 v. 29. Moi aussi, j’ai souvent été confronté à ce danger6.

  • 7 Cf. Ribémont, Bernard, « L’établissement du genre encyclopédique au Moyen Âge », Etudes réunies pa (...)
  • 8 Sur l’influence et la réception des œuvres encyclopédiques du xiiie au xve siècle, cf. Chantal Con (...)

7Par ailleurs, Fabri fait valoir des connaissances scientifiques. Les encyclopédies qui avaient fleuri depuis le xiiie siècle, et les grands noms de la discipline faisaient partie de la bibliothèque des moines d’Ulm, à côté d’ouvrages de géographie. Et ces encyclopédistes, eux-mêmes des héritiers, n’ont-ils pas contribué à la modélisation d’autres œuvres, comme le remarque B. Ribémont7 ? Ces œuvres n’ont-elles pas subi des avatars littéraires comme Ch. Connochie-Bourgne en montre les effets8 ? Lorsque Fabri évoque les trois mers du monde connu, il a sans doute sous les yeux quelque carte d’une géographie de Ptolémée du xve siècle :

  • 9 Errances, t. 1, p. 142 f° 42B. Le Ptolemaeus Claudius Cosmographia ex recensione Nicolai Denis, Ul (...)

On l’appelle Méditerranée car elle s’étend au milieu de la terre, de l’Occident jusqu’à l’Orient, et elle est placée entre les principales parties du monde, à savoir l’Europe, l’Asie et l’Afrique qu’elle sépare et distingue les unes des autres grâce à son étendue et à ses bras de mer. En effet, elle baigne à l’Ouest et au Nord l’Europe, à l’Est l’Asie et vers le Sud l’Afrique9.

  • 10 Vincent de Beauvais, Speculum naturale, V, 8 (citation extraite d’un Liber vegetabilium, non ident (...)
  • 11 Vincent de Beauvais, Speculum naturale, V, 8 : la mer produit dans l’agitation, le salé, l’amer et (...)

8Digne épigone des savants médiévaux, il disserte sur la nature ou les propriétés des choses, et répète ce que d’autres ont dit avant lui sur les eaux amères, sans couleur fixe10, sur les causes de l’agitation des flots, sur la nocivité des eaux11. Il écrit par exemple :

  • 12 Ibid., t. 1, p. 144.

Cette mer, tout comme l’océan et toutes les autres mers qui en découlent, a des eaux salées, amères, insipides, malsaines et tout à fait impropres à la boisson : elles sont, tant pour les hommes que pour les bêtes, plus abominables que de l’urine. La cause de cette salinité est fort mystérieuse : cela saute aux yeux, vu l’abondance des travaux des philosophes antiques consacrés à la recherche de cette cause12.

  • 13 Ibid., t. 1, p. 145

9Fabri se lance alors dans un exposé laborieux sur les causes de cette salinité. Toutes les théories viennent se heurter, même celles qui sont qualifiées de « sottises », telle la légende du bloc enflammé qui aurait fait bouillir les eaux, menaçant d’assécher la mer en la solidifiant en un bloc de sel13. Mais, selon sa méthode affectionnée, l’auteur donne la parole à chaque parti avec le sentiment confortable de faire la synthèse :

  • 14 Ibid., I, p. 145-146.

Certains prétendent que la mer n’est que la sueur éternelle […] D’autres disent que toute la terre est salée et que l’eau de mer tire sa salinité de la terre […] D’autres disent que cette salinité provient de la vapeur chaude mélangée à une partie de l’eau […] D’autres disent que la substance de la mer est asséchée par l’embrassement du soleil […] D’autres attribuent à la salinité une cause plus théologique […] la salinité appartient à la nature de la mer14.

  • 15 Philosophe scythe du vie siècle av. J.-C., considéré comme précurseur des Cyniques.

10Les Anciens lui fournissent aussi matière à agrémenter son odyssée : Fabri philosophe avec Anacharsis 15 des plaisanteries de qui il se délecte :

  • 16 Op. cit., t. 1, p. 70. On trouve une source de texte dans Diogène Laerce, Vies et doctrines des ph (...)

Je songeai aux remarques du philosophe Anacharsis, selon lequel ceux qui naviguent ne doivent être comptés ni parmi les vivants ni parmi les morts. Il ajoute qu’ils ne sont qu’à une distance de quatre doigts de la mort, puisque quatre doigts, c’est l’épaisseur des parois d’un navire. Quand on lui demanda quels navires étaient les plus sûrs, il répondit : ceux qui sont sur terre, hors de la mer, affirmant qu’il n’y avait aucune sécurité en mer à cause des dangers multiples et imprévus16.

  • 17 Ibid., t. 1, p. 148.

11Aristippe, autre philosophe, lui fournit une anecdote, qui en dit long sur l’inutilité de la philosophie pour aguerrir le cœur de l’homme : interrogé par des marins, le sage justifiait sa peur par la haute qualité de sa personne17.

12Les dangers bithalasse et syrte, grâce à ceux qui les ont élucidés, n’ont plus de secrets pour lui :

  • 18 Ibid. t. 1, p. 151. Cf. Le Livre des propriétés des choses. Une encyclopédie au xive siècle, tradu (...)

Le danger bithalasse arrive quand deux mers se rejoignent et que ballotté par cette rencontre, le navire est en danger. Une zone syrte est un lieu qui présente des amas de sable et où le fond marin est accidenté, de sorte qu’en un endroit l’eau est profonde et, juste à côté, laisse voir le fond, ou bien c’est un lieu où se trouvent cachés dans la mer des rochers auxquels un navire peut se heurter lors de la traversée18.

13De même les écueils de Charybde et Scylla sont-ils bien connus des encyclopédistes ; pourtant, Fabri se tourne aussi vers les fables :

  • 19 Op. cit., t. 1, p. 151.

Charybde, selon les fables des poètes, fut une vieille dame très vorace. Parce qu’elle avait volé les bœufs d’Hercule, elle fut foudroyée par Jupiter et précipitée dans la mer, et aujourd’hui encore, elle déambule au fond de la mer et s’efforce de tirer vers le bas les navires qui passent près d’elle, afin de pratiquer ses pillages d’autrefois. Voilà pourquoi les zones où des navires sont engloutis et qui cachent des gouffres, par exemple les îles Gazopoli, comme on peut le voir au folio 13, sont appelées charybdes et on parle de danger charybde, du nom de la vieille Charybde qui, d’après les Anciens, attirait les navires dans ces zones dangereuses19.

14Le micro-récit vient avec bonheur faire dériver l’imagination du lecteur.

15Les monstres marins, plus nombreux dans les bestiaires que dans la mer, ont leur place. Fabri ajoute sa pierre aux affabulations déjà nombreuses en répétant ce qu’on raconte du poisson Troys. Il a pu en trouver la trace dans le récit d’un pèlerin du xive siècle, Ludolph de Sudheim :

  • 20 Op. cit., t. 1, p. 152. Cf. Ludolph de Sudheim, Le Chemin de la Terre Sainte, traduction par Ch. D (...)

Il y a encore un autre danger, nommé Troyp, du nom du poisson Troys : ce poisson, quand il sent des navires, émerge du fond et de sa gueule, il ronge et perfore le navire, car il possède une gueule en forme de tarière. Aussi, si on ne le repousse pas loin du navire, il le perfore. Mais on ne peut l’éloigner du navire qu’en l’observant sans trahir la moindre peur : il faut que quelqu’un, du haut du navire, se penche au-dessus de l’eau et regarde attentivement le poisson dans les yeux, sans détourner le regard que le poisson lui renvoie à son tour de façon terrifiante. Mais si l’examinateur tremble et entreprend de détourner le regard, la bête surgit aussitôt, l’attire soudain et l’engloutit sous les eaux20.

16L’appréhension de la mer est donc d’abord littéraire. La Bible, les encyclopédies, les écrits antiques sont un réservoir inépuisable dans lequel l’auteur trempe sa plume avec délectation. Toutefois, les approches théoriques, scientifiques, poétiques ou théologiques, ne vaudront jamais l’approche pragmatique que constitue l’enquête de terrain.

L’enquête de terrain : les gens de mer et la vie à bord

  • 21 Op. cit., t. 1, p. 148-152.

17Elle fait l’objet d’une division intitulée : « Quelques informations utiles pour comprendre un voyage en mer » : Fabri, à travers des chapitres bien ciblés veut faire connaître la vie en mer. Il se penche sur les multiples dangers de la navigation21 pour les énumérer dans l’ordre : naufrage, péril des vents, fragilité des navires, calme plat dont il a fait la cruelle expérience. Là, il se démarque des sources écrites, encyclopédiques ou autres :

  • 22 Ibid., I, p. 150-151.

Il y a un autre danger que l’on ne peut imaginer si on l’a pas vécu et qui ne figure pas dans les livres de ceux qui écrivent sur la mer. C’est cependant le plus terrible, bien qu’il se produise sans effroi, car il se présente lorsque tous les vents se taisent et que la mer devient muette et que règne partout la tranquillité22.

18L’enquête se poursuit avec les chapitres sur la nature et la taille de la galère, sur le système en vigueur qui évoque la hiérarchie du patron au rameur de base, la justice et le droit dans le microcosme de la galère, la célébration des offices. Point de sujets écartés : Fabri passe en revue les distractions, les repas, les nuits agitées, les difficultés pour aller au retrait accomplir ses besoins naturels, et, pour finir, il dresse une liste de consignes données au pèlerin pour sa protection : il discute sur l’utilité d’absorber ou non des médecines, conseille de ne pas se baigner en mer profonde, de ne pas mépriser les pauvres matelots qui peuvent s’avérer utiles ; ses conseils sont souvent introduits par la formule injonctive que le pèlerin prenne garde à. Mais la mise en garde contribue néanmoins à l’effet pittoresque. Par exemple :

  • 23 Ibid., p. 188.

Que le pèlerin prenne garde aussi à s’asseoir prudemment pour ne pas rester collé là où il est assis, car tout le navire est couvert de poix : lorsque celle-ci est liquéfiée par la chaleur du soleil, celui qui s’assoit dessus s’en retourne tout souillé23.

19Il conseille aussi de ne pas s’installer sur les cordages, vu le risque d’être projeté en l’air ; de bien tenir ses objets, lui-même a vu s’envoler son livre des Vigiles des morts, de ne pas laisser son argent sans surveillance, et lors des escales, de ne pas s’éloigner du groupe pour ne pas être enlevé, et de ne pas suivre des femmes dans les maisons. Avec son goût de la mise en scène, il émaille d’anecdotes tous ces avertissements.

20Son observation est sans sécheresse : Fabri donne ses impressions de son étude : je prendrai l’exemple des galeoti des rameurs dont personne ne parle jamais, dans les récits de pèlerinage, parce que les clients les voient à peine et qu’ils n’existent pas socialement à leurs yeux. Fabri lui va donner une description que ne renierait pas l’auteur des Misérables :

  • 24 Ibid., p. 162-163

En bas de l’échelle, il y a ceux qu’on appelle les galeotae ou galeoti, de la première ou deuxième déclinaison, qu’on nomme en latin remiges ou remices, et qui sont assis sur les bancs et actionnent les rames. Ils sont en grand nombre, et tous costauds, mais leur travail est un travail d’âne, et on les stimule avec des cris et des coups de fouets, des insultes ; ils sont comme des chevaux tirant un lourd chariot sur un chemin qui monte ; plus ils tirent fort, plus on les aiguillonne ; de même ces malheureux, eux aussi, quand ils mettent tous leurs efforts dans leur travail, reçoivent encore des coups pour qu’ils en fassent davantage. Cela me dégoûte de l’écrire et je suis horrifié en pensant aux tourments et aux châtiments que subissent ces hommes : jamais je n’ai vu de bêtes frappées de manière aussi atroces qu’ils sont battus. On les force souvent à laisser leurs tuniques et leurs chemises pendre à leur ceintures et à travailler bras, épaules et dos nus, pour qu’ils puissent être atteints par les courroies et les fouets. La plupart de ces galériens sont des esclaves achetés par les patrons, parfois ce sont des hommes de vile condition, des prisonniers, des gens qui ont fui leur domaine, ont été chassés ou exilés, ou des hommes si infortunés qu’ils ne peuvent vivre sur la terre et sont incapables de se nourrir. Quand on craint qu’ils ne s’enfuient, on les enchaîne sur leur banc. En général, ils sont originaires de Macédoine, d’Albanie, d’Achaïe, d’Illyrie ou de Slavonie, et il y a parfois parmi eux des Turcs et des Sarrasins mais qui dissimulent leurs coutumes24.

21Tout y est : métaphore poétique des galiots « chevaux tirant le chariot », malaise du souvenir qui produit les images, scènes cruelles, tissu social et condition de ces pauvres gens. Rien de compassé, mais un tableau saisissant que personne n’avait fait avant notre auteur, presque une fresque, avec ces scènes juxtaposées qui représentent plus qu’elles ne disent, car, chez Fabri, on l’a compris, le verbal naît du sentiment et de l’émotion. Quand on lit ces morceaux d’un style neuf, véritable plaidoyer en faveur d’une catégorie méprisée, sur des sujets ignorés de tous, on ne s’étonne plus du succès qu’a connu le livre : de telles pages rompent irrémédiablement avec la tradition littéraire bien pensante des topoï de tempêtes, par exemple, elles ouvrent l’esprit sur un humanisme encore inconnu.

La narration d’une expérience : du héros à l’esthète

22Fabri narre ses deux traversées, celle de 1480 et celle de 1483, mais ces deux récits sont de nature différente : le premier est une reconstitution dramatique dont le liant, le fil conducteur, est le sentiment de peur : peur des tempêtes, peur des Turcs, peur de l’engloutissement, morts, accidents, privations : quelques phrases résument l’esprit de notre héros dans sa croisière épique de 1480 :

  • 25 Ibid., p. 60-61.

Les tribulations, les privations que nous avions endurées depuis le port de Joppé en Terre sainte jusqu’alors, je ne saurais les énumérer… Ah si nous avions eu en ces jours-là une seule fois seulement par jour, je ne dis pas le régime de carême en abondance, mais la simple ration du Vendredi saint, avec plaisir nous eussions jeûné… Mais nous n’avions plus d’eau que croupie et puante, et si un marin avait de l’eau qui ne puait pas encore, les pèlerins la lui achetaient plus cher que le vin, bien qu’elle fût chaude, blanchâtre et pas du tout claire […] Je ne dis rien des pains pourris, des biscuits mangés aux vers, des viandes couvertes de mousse, de la cuisine abominable25.

23Quel art de la prétérition ! Et puis, non content de s’en tenir aux réalités déjà sombres, Fabri pratique constamment l’irréel du malheur ; le récit est plein de catastrophes évitées de justesse, s’ajoutant aux tribulations réelles. Par exemple à l’arrivée de Rhodes :

  • 26 Ibid., p. 63 et p. 69.

Il s’en fallut de peu que le navire ne heurtât de la proue les récifs du rivage qui faisaient saillie, que toute la galère ne fût brisée et détruite et qu’on n’y laissât la vie.
Nous nous attendions au plus grand péril car si le mât s’était cassé en une telle tempête, nous aurions été aussitôt entraînés et engloutis avec la galère26.

  • 27 Ibid., p. 64.

24Mais les distractions sont aussi au rendez-vous dans les pages de la grande chronique : chute d’un serviteur qui rate une marche et tombe à l’eau, observation d’un plongeur qui va réparer sous l’eau le gouvernail et dont l’apnée est stupéfiante27. Et même les lieux communs, comme les traditionnelles tempêtes suivies de voeux, sont traitées de manière plaisante dans des portraits attendrissants :

  • 28 Ibid., t. 1, p. 67.

C’était à la Saint-Michel, les secousses de la mer furent les plus horribles que j’aie jamais vues pendant tout ce périple. Certains qui, jusqu’à la nuit de la Saint-Michel, s’étaient empiffrés, firent voeu de passer cette vigile dans le jeûne pour le reste de leur vie28.

25Les scènes de panique à bord sont restituées en petits tableaux juxtaposés, des gros plans sur les uns, les autres, et, de l’image, on glisse à l’imaginaire métaphorique :

  • 29 Ibid., t. 1, p. 70.

Les matelots couraient de tous côtés en criant et en braillant, comme si on allait les transpercer avec des épées29.

26Certaines descriptions révèlent que la mer est en train de devenir pour Fabri un véritable objet esthétique. Sur les flots agités, mouvement, lumière, couleur, sentiment participent à une reconstitution grandiose de tempête :

Une terrible tempête se leva avec un effroyable bouleversement de l’air et de la mer. Des vents extrêmement puissants nous projetaient en l’air, des éclairs s’allumaient, d’horribles tonnerres grondaient, d’où s’abattaient des coups de foudre terrifiants : en maints endroits, la mer paraissait être en feu. La pluie ruisselait en telle quantité qu’on aurait cru que des nuages brisés et complètement vidés se déversaient. D’en haut, les bourrasques s’abattaient violemment sur la galère et la recouvraient continuellement, frappaient ses flancs avec une telle force qu’on aurait cru qu’on envoyait rouler contre les espars de grosses pierres précipitées du haut d’une montagne…

27Cependant, la réflexion finale du témoin étonnera :

  • 30 Ibid., p. 68.

… J’ai pris grand plaisir pendant les tempêtes à me tenir sur le pont assis ou debout et à voir les extraordinaires approches des bourrasques et les effroyables chocs des eaux30.

28Ce genre de réflexion surprendrait moins sous la plume d’un Chateaubriand.

29Au récit de 1483, la deuxième traversée, correspond une esthétique littéraire différente. En effet, ce n’est plus un ignorant apeuré qui prend la mer, mais un auteur avisé, désireux de tirer profit de toute l’expérience et d’en jouir pleinement. La mer est la grande héroïne du troisième traité. Fabri tient un véritable journal de bord où tout est consigné, et chaque jour s’ouvre sur un bulletin météorologique. La mer est l’agent qui cristallise une aventure collective (le nous l’emporte sur le je), l’espace-temps de la journée est censé apporter son lot de surprises et de spectacles toujours renouvelés. Et c’est la joie, et non la peur, qui préside au départ : ils quittent Venise « aussi joyeux que si nous étions arrachés à une prison » (II, 5). Le narrateur note tous les jours les coups de vent favorables ou hostiles, les maux. Chaque jour commence par un bilan sur l’état de la mer, le reste paraissant secondaire :

  • 31 Au cours de la discussion, J.-M. Pastré remarque que Fabri, au contraire de ses contemporains alle (...)

Le sixième jour le vent demeurait hostile…
Le septième jour, le temps n’était pas propice à une bonne navigation…
Le huitième jour, l’air restait sombre et le vent contraire 31

30La tonalité psychologique est constamment reliée à la mer, tonalité euphorique du 12 juin :

  • 32 Ibid., t. 2, p. 21.

Nous étions en mer loin de la terre, voguant avec bonheur […] Ce soir-là, nous étions très heureux, joyeux, chantant et jouant de la flûte jusqu’à ce qu’il fasse totalement noir. Et pendant toute la nuit nous eûmes un vent agréable32.

31Il semble bien qu’entre le premier voyage de découverte et le second, Fabri ait apprivoisé la mer : il la regarde désormais autrement. La crainte n’occulte plus le sentiment esthétique, comme dans ce coucher de soleil, près de Trévise :

  • 33 Ibid., t. 1, p. 104.

Contemplée du haut de la colline, la mer avait un aspect plutôt effrayant ; elle semblait toute proche et le soleil couchant éclairait la partie la plus proche de nous, mais le reste, dont nul ne peut voir la frontière, ressemblait à un brouillard qui montait, dense, sombre et fait d’un air de couleur noire33.

32Le moine de retour à Ulm en 1484 était-il devenu un vieux loup de mer ? En tous cas, il revient, nanti d’une expérience qu’il va faire à partager. Le mérite de son livre est de refléter la mer dans tous ses états. Certes, dans son montage du récit de voyage, il est resté fidèle à la tradition, d’une mer faite de tempêtes et de secours miraculeux, correspondant à l’horizon d’attente des lecteurs. Il a cherché des clefs de compréhension dans la Bible, et, dans son désir de communiquer un savoir total, il s’en rapporte aux théories glanées dans les encyclopédies. Mais il inaugure aussi un type de discours qui insère des paramètres neufs : il intègre la dimension de l’aventure vécue par un héros dont la curiosité s’exerce à l’égard des gens de mer : dans les traditionnels récits de pèlerins, ceux-ci n’avaient qu’une existence effacée. Avec Fabri, ils font partie de l’odyssée et contribuent aux effets dramatiques. Enfin, le moine d’Ulm découvre le potentiel esthétique de la mer. Par un retournement, il va passer de l’effroi ancestral à l’admiration, de la crainte à la jouissance : la mer, d’espace hostile, va devenir un lieu dont il apprécie la beauté. Fabri projettera d’ailleurs un troisième voyage qu’il n’aura pas l’heur d’accomplir.

Notes

1 Félix Fabri, Les Errances de Frère Félix, pèlerin en Terre sainte, en Arabie et en Égypte (1480-1483), Texte latin, traduction, introduction et notes sous la direction de J. Meyers et N. Chareyron, Montpellier, université Paul-Valéry, CERCAM, t. 1, p. 37. Pour le texte latin, se reporter aux mêmes pages de l’édition, établie d’après Fratris Felicis Evagatorium in Terrae Sanctae, Arabiae et Egypti Peregrinationem, Stuttgart, éd. Conrad Hassler, 1843.

2 Ibid., p. 20.

3 Vincent de Beauvais (1190 ?-1264) est, grâce à l’extraordinaire succès de son œuvre, un acteur essentiel du passage de la diffusion restreinte de textes à leur appropriation par un plus grand nombre. Il compose donc le Speculum maius, divisé en trois parties : Speculum naturale : miroir de la nature, Speculum doctrinale : miroir des sciences, Speculum historiale : miroir de l’Histoire. Les textes cités font référence à l’édition de 1624 du SPECVLVM MAIVS, dite édition de Douai, reproduite par procédé photomécanique à Graz (Autriche) en 1965 sous le titre : VINCENTIVS BELLOVACENSIS (VINCENT DE BEAUVAIS), SPECVLVM QVADRVPLEX siue SPECVLVM MAIVS, (Naturale/Doctrinale/Morale/ Historiale), Akademische Druck, u. Verlagsanstalt, Graz, Austria (1964-1965).

4 Vincent de Beauvais, Speculum naturale, V, 17. Genèse, 6

5 Op. cit., t. 1, p. 141.

6 Errances, I, p. 49.

7 Cf. Ribémont, Bernard, « L’établissement du genre encyclopédique au Moyen Âge », Etudes réunies par Jean Bouffartigue et Françoise Mélonio, Littérales, L’entreprise encyclopédique 21, 1997, Paris X, p. 203.

8 Sur l’influence et la réception des œuvres encyclopédiques du xiiie au xve siècle, cf. Chantal Connochie-Bourgne, « Quelques aspects de la réception d’une œuvre encyclopédique au Moyen Âge : le cas de l’Image du monde », L’entreprise encyclopédique Etudes réunies par Jean Bouffartigue et Françoise Mélonio, Littérales, 21, 1997, Paris X, p. 221-244. L’auteur étudie l’exemple de Gossuin de Metz, Image du monde (1246).

9 Errances, t. 1, p. 142 f° 42B. Le Ptolemaeus Claudius Cosmographia ex recensione Nicolai Denis, Ulm, Johannes Reger, 1486 dont la B.M. de Grenoble conserve un exemplaire [Res I, 25], est un incunable riche de cartes du monde connu, produit dans la proximité spatiale (Ulm) et temporelle (1486) de l’Evagatorium. Fabri a certainement disposé d’un exemplaire qui lui dicte son propos du folio 42B.

10 Vincent de Beauvais, Speculum naturale, V, 8 (citation extraite d’un Liber vegetabilium, non identifié) : « Dans l’eau, la terre se dessèche, se durcit selon la durée de la fixation de la terre et de l’existence de l’eau, et la boue se divise en infimes particules et se transforme en sable »

11 Vincent de Beauvais, Speculum naturale, V, 8 : la mer produit dans l’agitation, le salé, l’amer et les vents des orages. Sans cesse, elle gonfle et reflue, elle reçoit tous les fleuves, retient ce qui est vivant, rejette ce qui est mort ; elle est fétide, dangereuse, pleine de toutes sortes de monstres. Mais les eaux de la mer ne peuvent être bues ni par les bêtes ni par les hommes. Ces eaux très amères, bien loin de réconforter, donnent la mort à l’homme ou à l’animal qui les boit. La privation d’eau est la pire de toutes les souffrances que donne la mer.

12 Ibid., t. 1, p. 144.

13 Ibid., t. 1, p. 145

14 Ibid., I, p. 145-146.

15 Philosophe scythe du vie siècle av. J.-C., considéré comme précurseur des Cyniques.

16 Op. cit., t. 1, p. 70. On trouve une source de texte dans Diogène Laerce, Vies et doctrines des philosophes illustres, I, 103 ? ; 104 ? traduction française sous la direction de M.O. Goulet-Cazet, La Pochothèque, 1999, p. 140-141.

17 Ibid., t. 1, p. 148.

18 Ibid. t. 1, p. 151. Cf. Le Livre des propriétés des choses. Une encyclopédie au xive siècle, traduction par Bernard Ribemont, Paris, Stock Moyen Âge, 1999, p. 222 ? : Le De proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais nous donne un modèle encyclopédique probable ? : « Existe en mer un autre danger appelé bithalassum en grec ? : il s’agit de l’enlisement d’une nef chargée sur un fond limoneux, qui est si mouvant qu’on ne peut dégager le navire. La glose sur le vingt-huitième chapitre du livre des Faits des apôtres, dit que le bithalassum est une langue de terre qui s’étend dans la mer, environnée d’eau de toutes parts ? : bithalassum en grec signifie en latin « mer divisée en deux par la terre ». Quand un navire arrive en un tel lieu, il ne peut avancer ».

19 Op. cit., t. 1, p. 151.

20 Op. cit., t. 1, p. 152. Cf. Ludolph de Sudheim, Le Chemin de la Terre Sainte, traduction par Ch. Deluz, Croisades et Pèlerinages, Paris, Robert Laffont, p. 1038.

21 Op. cit., t. 1, p. 148-152.

22 Ibid., I, p. 150-151.

23 Ibid., p. 188.

24 Ibid., p. 162-163

25 Ibid., p. 60-61.

26 Ibid., p. 63 et p. 69.

27 Ibid., p. 64.

28 Ibid., t. 1, p. 67.

29 Ibid., t. 1, p. 70.

30 Ibid., p. 68.

31 Au cours de la discussion, J.-M. Pastré remarque que Fabri, au contraire de ses contemporains allemands, fait montre d’une science étonnante des vents marins.

32 Ibid., t. 2, p. 21.

33 Ibid., t. 1, p. 104.

Auteurs

Université Paul-Valéry – Montpellier III

Université Paul-Valéry – Montpellier III

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable