Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Des rivages d’Arthur à l’Île des quatre cors : Perlesvaus au gré des flots

Hélène Bouget

Texte intégral

  • 1 Les références renvoient à l’édition de Nitze W. A. et Atkinson Jenkins T., Le Haut Livre du Graal (...)

1Perlesvaus1 est un roman à part dans le corpus des œuvres arthuriennes. Difficilement datable, ce n’est ni une cinquième continuation du Conte du Graal, ni, malgré son apparent inachèvement, le fragment d’un cycle oublié. Pourtant, l’ouverture du récit suppose connu du lecteur l’échec de Perceval au château du Roi Pêcheur, et Perlesvaus travaillera longtemps au rachat de cette faute. Mais l’étrange atmosphère de violence du roman instaure une distance avec les autres œuvres du Graal, tandis que l’omniprésence des paysages maritimes et le rôle déterminant des navigations, des îles et des embarcations transforment la topographie habituelle du roman de chevalerie. Si l’identité du héros se forge au gré des flots, la mer empêche toutefois Perlesvaus de devenir Galaad. Elle reflète les contradictions d’un roman désormais fluctuant entre le monde de la merveille et le discours biblique et génère un jeu de miroirs au sein du récit.

La mer, la nef et l’île : clés pour l’identité du héros et la structure des aventures

Perlesvaus ou le chevalier des mers

2Perlesvaus n’entre réellement dans le récit qu’à la branche VII, quand il quitte le séjour du Roi Ermite. L’une des premières apparitions du personnage est significative : il se trouve au Château des Galies, en i chastel qui sooet desor la mer sor une haute roche (l. 3889-90), demeure de la Roïne des Puceles. Or ce château est assailli depuis une autre île par le Roi du Chastel Mortel, oncle de Perlesvaus, invention de l’auteur et antithèse diabolique du Roi Pêcheur. La mer métaphorise le danger de l’ennemi, que l’on peut voir par les fenestres de la sale, qui estoient vers la mer (l. 3936), la distance entre les adversaires et l’affrontement qui se prépare sous la forme d’une bataille navale : Perlesvaus se fait nagier vers son oncle (l. 3945-46), puis s’en revient ariere en la galie au chastel (l. 3993-94).

3Nous le quittons alors pour la cour d’Arthur où sa sœur Dandrane le cherche afin de lui remettre l’écu à la croix vermeille de Joseph d’Arimathie. L’épisode du Château des Galies s’avérerait anecdotique si notre dernière rencontre avec Perlesvaus n’avait eu lieu dans un bateau. La nuit qui suit l’arrivée de Dandrane, Perlesvaus aborde en effet mystérieusement aux rivages d’Arthur, à bord d’une nef merveilleuse. Pris d’insomnie, Arthur contemple l’eau de sa fenêtre d’où il voit venir molt loing autresi come clarté d’une chandoile parmi la mer (l. 4083-84). Cette nef semble née des flots, mais elle ne se dirige pas par hasard vers le château d’Arthur ; au contraire, elle navigue de grant ravine tres parmi la mer au plus droit qu’ele pooit vers le chastel (l. 4088-89). À son bord se trouvent un vieil homme et Perlesvaus, qui débarquera le temps de s’emparer du bouclier.

  • 2 Anne Berthelot, dans « Quête, guerres et voyages initiatique : le parcours du Bon Chevalier dans P (...)

4Or, cette étrange navigation de Perlesvaus suit directement l’expédition maritime du Château des Galies, comme si le personnage n’avait pas mis pied à terre depuis. Même si le changement de vocabulaire de la galie à la nef empêche de superposer les différentes embarcations, Perlesvaus s’affiche dès le début comme un chevalier marin. Il naît au roman et à l’aventure par la mer, dans la mesure où celle-ci l’amène à l’accomplissement des épreuves qui font de lui le Bon Chevalier, et permettent à la cour d’Arthur de l’identifier comme le héros du Graal. Bien plus, cet intermède maritime lance Lancelot et Gauvain à sa poursuite et nous permet de retrouver Perlesvaus sur une île aux environs du Château des Galies. Un ermite explique à Gauvain que depuis que Perlesvaus ot chacié son oncle de l’ille, n’entra il ou chastel la roïne c’une foiz, ainz a adés nagié par la mer et cechié totes les lles et plesiez toz les orguellex (l. 4207-10). C’est donc un véritable chevalier pirate2, et les propos de la Reine des Pucelles vont également en ce sens : depuis sa victoire sur son oncle, il nage plus par la mer qu’il ne vet par terre (l. 4233-34).

5En quelques pages, l’auteur associe Perlesvaus à la mer et le transforme en Roi des Îles conquérant. La perspective du voyage final à l’île merveilleuse des quatre cors et les victoires qu’il remportera dans cet archipel s’annoncent alors, tandis que sa domination sur les îles voisines du Château des Pucelles préfigure la royauté promise à l’Île Plenteüreuse. D’ailleurs, quand à la fin de l’épisode, un chevalier à l’écu d’or et à la croix verte, costumiers (l. 4263) de la mer, entre dans une nef, le lecteur identifie immédiatement Perlesvaus.

6Tout le lignage de Perlesvaus est en fait associé aux paysages maritimes. Le Roi du Chastel Mortel attaque le Château des Galies depuis la mer ; le château du Roi Pêcheur est avironé [e] de granz eves (l. 2267) et le château maternel seoit au cief de la plus sauvaje isle de Gales pres de la mer, devers l’Occident (l. 7282-83). Au retour de l’Île des quatre cors, Perlesvaus aborde dans des îles où vivent des membres de sa famille : sa tante vit sur une île et son cousin Calobrus est prisonnier d’une autre. Les tombes de son père et de ses oncles sont conservées sur une nouvelle île, tandis que l’on vénère sur l’Île aux quatre cors la mémoire de Joseph d’Arimathie, l’ancêtre de la lignée. La mer définit ainsi le lignage de Perlesvaus, le place hors de l’espace commun et terrestre, car c’est le lignage élu, mais elle engage aussi le héros dans un voyage qui abolit le temps et concentre en un même espace le passé par la présence des ancêtres et de leurs témoins, le présent et le futur : Perlesvaus est en effet assuré de retourner à l’Île des quatre cors et d’accéder à la royauté sur l’Île Plenteüreuse.

Lieux marins et structure du récit

  • 3 Michelle Szkilnik, dans L’archipel du Graal. Etude de l’Estoire del Saint Graal, Genève, Droz, 199 (...)
  • 4 Thomas E. Kelly, dans Le Haut Livre du Graal : Perlesvaus. A structural Study, Genève, Droz, 1974, (...)

7La mer structure de plus les aventures du personnage. La présence de Perlesvaus dans les îles du Château des Galies encadre la navigation mystérieuse au château d’Arthur. Mais en est-ce le point de départ en cette nuit étrange ? Une seule chose est sûre : un long moment, gueres plus d’un an (l. 4201), s’est écoulé depuis que Perlesvaus n’a touché terre. Cependant la galie sur laquelle naviguait le héros lors du combat contre son oncle, fait place maintenant à une nef, établissant un rapprochement lexical entre la mystérieuse embarcation nocturne et celle qui le mène désormais d’île en île. Le passage d’une embarcation à l’autre est significatif et annonce le départ du héros pour la quête du Graal qui se fait exclusivement à bord d’une nef3. L’épisode bipartite du Château des Galies encadre ainsi la navigation mystérieuse de Perlesvaus et structure l’évolution du personnage4.

8On retrouve avant le départ de Perlesvaus pour l’Île des quatre cors une situation inverse qui crée un effet de miroir avec le début de ses aventures. La branche XI relate le combat de Méliot et du Chevalier de la Galie qui hante en la mer (l. 9277-78), un païen qui commet des atrocités. Ce chevalier devient alors un double inversé de Perlesvaus : par son nom, il rappelle sans équivoque le Château des Galies, et l’expression hanter (en) la mer leur est commune. Mais leurs actions sont diamétralement opposées, si bien qu’une modification du vocabulaire s’impose alors pour désigner l’embarcation du héros. Le rapprochement n’est pas anodin, car Méliot et Gauvain, fuyant vers la mer les hommes du Chevalier de la Galie, atteignent un rivage où Perlesvaus se bat dans une nef. Or le récit a quitté précédemment Perlesvaus sans mentionner de bateau. Comment est-il arrivé sur ces bords ? Quel est ce navire ? De nouveau, le personnage apparaît dans une nef venue de nulle part, une embarcation ordinaire à première vue, peut-être conquise au chevalier de la Galie. Mais dès que Perlesvaus y monte, elle devient la nef merveilleuse qui le portera jusqu’à l’Île des quatre cors, comme celle qui le transportait aux rivages d’Arthur.

  • 5 Dans l’Estoire del Saint Graal, éd. Ponceau J.-P., Paris, Champion, 1996, 2 vol., les pirates païe (...)
  • 6 Matoré Georges, Le vocabulaire et la société médiévale, Paris, PUF, 1985, p. 172.
  • 7 Branche IV, l. 1214-1349.

9On observe à nouveau le dédoublement lexical entre galie et nef qui structurait l’évolution des premiers épisodes maritimes. La galie serait dotée d’une connotation négative par opposition à la nef. Le Château de la Reine des Pucelles, ou Château des Galies, est par exemple atteint d’une étrange paralysie depuis la première visite de Perlesvaus au château du Graal. La galie est aussi l’attribut du mauvais chevalier païen. C’est donc un terme employé en contexte guerrier et le navire de prédilection de personnages violents, ennemis de Perlesvaus et de Dieu5. En revanche, quand Perlesvaus conquiert son titre de Chevalier du Graal, il quitte la galie pour la nef, qui porte une connotation plus positive, plus chrétienne ou plus mystique, et n’est pas un bateau de guerre6. La nef qui l’emporte vers l’Île des quatre cors exclut les païens et Perlesvaus n’épargne un marin qu’à la condition qu’il se convertisse, tandis que cette nef devient une manifestation de la Providence. Si Perlesvaus, chevalier justicier, se déplace en galie, il ne peut accomplir la mission du Graal sur un tel navire. Les navigations merveilleuses qui sont autant d’étapes dans l’élection et le couronnement du Bon Chevalier ne trouvent leur chemin qu’à bord des nefs qui semblent affranchir leurs passagers des menaces du monde maritime. Dans sa réalité, la mer suscite en effet un univers dangereux peuplé d’êtres peu recommandables. Par un jeu d’association, le personnage de Marin le Jaloux qui tue sa femme au mépris de la courtoisie7, ne véhiculerait-il pas d’emblée, à travers son prénom, une négativité certaine ?

10Enfin le séjour de Perlesvaus dans l’Île des quatre cors prolonge la boucle ouverte par ses premières pérégrinations maritimes. D’une île à l’autre se dessine le parcours du personnage, et tout comme une nef merveilleuse l’avait mené à l’écu de Joseph, une autre le dépose sur une île où cet écu est vénéré par les habitants, et où il reçoit en échange un autre escu, blanc come nois negiee (1. 9659). C’est la dernière nef merveilleuse, celle qui le ramènera définitivement à l’Île des quatre cors, qui portera désormais la croix vermeille du Bon Chevalier. Un réseau de signes composé de la mer, des nefs et galies et de l’écu se tisse alors pour structurer les aventures de Perlesvaus et caractériser le personnage.

Navigations, christianisme et paganisme

  • 8 La navigation de Máel Dúin illustre ce processus : les voyageurs naviguent d’île en île où de nouv (...)

11La mer est traditionnellement dans les récits celtiques et arthuriens le signe de l’entrée dans l’Autre Monde, et les îles les lieux de la merveille, emblématiques de cet Autre Monde8. Or, les mondes marins visités par Perlesvaus empruntent à cette tradition, créant un effet de mythe qui semble résister à la christianisation et au leitmotiv du roman, selon lequel la Novele Loi (l. 2184) l’emporte sur l’Ancienne. Tandis que les aventures et les merveilles doivent désormais se lire en ces termes très chrétiens, les épisodes marins démentent cette interprétation. Perlesvaus n’est pas Galaad, et le Chevalier du Graal s’apparente davantage à un chevalier des îles merveilleux.

  • 9 Première Continuation de Perceval, éd. C.-A. Van Coolput-Storms, Paris, Le Livre de Poche, 1993, v (...)

12C’est d’abord son arrivée à la cour d’Arthur dans la nef merveilleuse qui confirme ce sentiment. Cette réécriture de la première Continuation de Perceval9 où un chaland transporte un chevalier mort, blessé d’un tronçon dans la poitrine, offre de nombreuses similitudes entre les deux romans : le contexte nocturne, l’insomnie du roi, le temps clair qui permet de voir la nef, sa clarté étrange, sa richesse, la beauté du chevalier couché et les quatre cierges qui l’entourent. La Continuation exploite le motif du chevalier enferré qui appelle la vengeance de celui qui retirera le tronçon. Le chevalier représente alors une aventure merveilleuse que la cour d’Arthur doit mener à bien, et dont l’identité relève de l’Autre Monde : il est le fils d’une fée et Rois fu des isles (v. 9458). Perlesvaus hérite de toutes ces connotations merveilleuses, et s’il n’est pas mort, on peut d’abord en douter : il gisoit toz armes sor une table d’ivoire et avoit ses mains croisies desor son pis (l. 4099-102), à la manière d’un gisant. Quant aux quatre cierges, ils entretiennent aussi la confusion en suggérant une veillée funèbre. Dans cette position, il rappelle aussi le chevalier de la chapelle, entouré de .iiii. estavauz […] ardant du rêve de Cahus et entre ainsi en résonance avec l’étrange ouverture du roman. Il n’est cependant qu’endormi, comme l’apprend à Arthur le vieil homme à bord, ancien et chanu et pourtant de molt tres grant beauté (l. 4090). À la manière du Roi des Îles, Perlesvaus constitue une énigme, il est celui de l’Autre Monde qui surgit à la cour et la bouleverse. D’ailleurs Arthur interroge son être, mais la réponse lui est refusée par le vieil homme, qui le prie de reculer pour ne pas réveiller Perlesvaus, marquant de cette façon la frontière entre le « réel » de la fiction et l’univers de la merveille. Cet emprunt à la Continuation tisse ainsi un lien entre le Roi des Îles enferré et Perlesvaus, autre chevalier des îles, inscrivant notre personnage dans un Autre Monde merveilleux. Le Bon Chevalier prend dès lors ses distances avec l’univers traditionnel de la quête du Graal où ni Perceval ni Galaad ne sont soumis à de tels traitements.

  • 10 Christine Ferlampin-Acher, « Fausse creance, mauvaise loi et conversion dans Perlesvaus », Le Moye (...)

13La navigation merveilleuse vers l’Île des quatre cors diffère aussi de celles de la Queste. Ici, le voyage maritime n’est pas une épreuve de la foi ni une manifestation de la grâce. Certes, les habitants de l’île sont les témoins de la Passion du Christ, mais le passage résiste à la vocation religieuse du texte, et la navigation est problématique. À l’aller comme au retour, il semble y avoir contradiction entre une direction humaine et divine. Lors du combat contre le chevalier de la Galie, Perlesvaus tue tous les ennemis restés sur le bateau fors celi qui le gouverne (l. 9539), bien que Damedex le conduit come celi qui le croit e aimme e sert de bon cuer (l. 9542-43), mais le narrateur précise ensuite : li mariniers gouverne la nef, e Damedex les conduit et mainne (l. 9664). Contrairement à la nef qui transporte les élus dans la Queste, celle-ci ne saurait s’en remettre seulement à Dieu : la navigation n’est pas totalement divine et le voyage n’a pas une vocation uniquement célestielle10.

  • 11 Nitze, W. A., « Le Bruiden, le Château du Graal, et la Lance-qui-saigne », Les Romans du Graal dan (...)
  • 12 Loomis R. S., Celtic myth and arthurian romance, New York, 1947, p. 91, cité par W. A. Nitze, op. (...)

14Un décalage se manifeste surtout entre le caractère historique des hommes de l’île, témoins des temps christiques, et leur environnement hérité des traditions païennes. La richesse hyperbolique des lieux et la jeunesse éternelle de ces hommes, blans de chevels e de barbe mais jone de viaires (l. 9557-58) évoquent l’image d’un paradis terrestre, mais renvoient aussi à un imaginaire non chrétien, tout en rappelant la figure du vieil homme de la première nef. Quant à l’île Plenteüreuse dont Perlesvaus doit être roi, elle s’inscrit davantage dans la lignée de l’Autre Monde celtique où la nourriture prolifère d’un chaudron magique, ancêtre païen du Graal11. Les hommes de l’île insistent en effet sur la nécessité de maintenir l’abondance, sous peine d’exil en l’île Souffreteuse, image de l’enfer. Faire tarir la corne d’abondance est en ces lieux le péché capital. Cette préoccupation fait d’ailleurs écho à l’épisode de la Gaste Cité où Lancelot doit se soumettre au jeu de la décapitation, et dans lequel R. S. Loomis voit l’héritage d’un mythe celtique de la restauration de la fertilité et de la prospérité12. Ainsi, tout un réseau de motifs à coloration païenne prend forme pour tracer le cadre décalé des aventures du Bon Chevalier.

  • 13 Stanesco Michel, « Une merveille bien énigmatique : le chevalier dans un tonneau de verre », Le Mo (...)
  • 14 « L’énigme dans les romans arthuriens (1200-1240) » constitue le sujet de notre thèse, en cours so (...)

15Enfin, l’énigmatique chevalier enfermé dans un tonneau de verre, dont M. Stanesco13 a montré le lien avec l’Autre Monde celtique et oriental, contribue essentiellement à cet effet. À son arrivée sur l’Île des quatre cors, Perlesvaus s’étonne de la présence de ce chevalier. Il est l’expression même de la merveille, le symbole d’une irréductible trace païenne, le signe que le roman ne peut renoncer au monde de l’imaginaire, pour obéir à une voix et une voie uniques, celles de L’Écriture sainte. La transparence du verre est illusoire : le chevalier semble accessible et la résolution de l’énigme14 – qui est-il ? – à portée de main ; pourtant la résistance est ferme. La navigation dans les eaux du christianisme et du sens unique donné d’avance selon lequel la Nouvelle Loi a vaincu l’Ancienne, échoue sur un iceberg de taille, tout comme le roman ne peut, par essence, renoncer à la pluralité des sens, à la fiction affichée comme telle, et donc au mensonge. Le retour de Perlesvaus vers la Grande-Bretagne devient d’ailleurs une véritable odyssée dans la tradition des îmmrama.

16Les épisodes maritimes, propices à la découverte de l’Autre Monde, empruntent donc à des traditions païennes sans essayer ou parvenir à les christianiser, et affranchissent ainsi le roman de la voix de l’ange supposé le dicter.

La mer, frontière perméable du Monde et de l’Autre Monde

17Si la mer marque le passage d’un univers à l’autre, elle efface aussi les frontières. Les parcours maritimes mettent en relation des lieux, des personnages, entretenant la confusion entre la « réalité » de la fiction et l’univers de la merveille.

18La mystérieuse île des quatre cors présente d’abord une proximité géographique troublante avec les îles que visite Perlesvaus lors du voyage du retour, lesquelles appartiennent cependant à un autre univers qui n’est plus hors du monde, et où la mort reprend sa place. La mer unifie les espaces et réunit les îles étranges, l’île de Calobrutus, celle des gardiens des tombes d’Alain le Gros et de ses frères, du Chevalier Malade et l’espace réel des isles de la Grant Bretaigne (l. 9856). Et si à l’aller le marinier avoue : ge ne conois la mer ne les estoiles (l. 9546), on ne note aucune observation de ce type au retour. Au contraire, plus Perlesvaus s’approche des rives de la Grande-Bretagne, plus les îles semblent inhospitalières, suggérant une proximité de plus en plus forte entre les lieux de l’Autre Monde et le monde connu. L’île où Calobrus est retenu prisonnier n’est qu’une roche roonde et estroite (l. 9736), tandis que la dernière étape, chez les douze ermites, se fait au milieu d’isles gastes et desertes (l. 9826-27). Des lieux ancrés dans un réel, comme Tintagel, sont aussi touchés par des muances étranges, propices à la superposition du réel et de l’imaginaire, mais qui procèdent ici de Dieu. Point n’est besoin de naviguer très loin pour connaître des îles merveilleuses, dans la mesure où celles-ci surgissent dans l’univers d’Arthur. Une nouvelle fois, le roman place sur le même plan les merveilleux païen et chrétien sans choisir entre les deux.

La mer, miroir des mondes

19Divers effets de miroir naissent de plus entre le monde marin et le monde terrestre. En quittant l’Île des quatre cors, Perlesvaus arrive en un isle ou il avoit i chastel molt ancien (l. 9670), dont la description note le caractère vétuste et la pauvreté des habitants qui s’opposent à leur noblesse. Outre le contraste flagrant avec la richesse de l’Île aux quatre cors, cette description rappelle le château du Povre Chevalier dont les filles sont aussi mal vêtues que celles de Calobrutus. De même, le Chevalier malade, dont Perlesvaus rencontrera le frère dès son retour sur la terre ferme, vit aussi sur une île voisine. Dès lors, les îles se présentent comme des doubles du monde terrestre, et l’Île aux quatre cors nous livre un condensé des aventures terrestres du roman, à travers un effet de loupe, comme si la mer jouait le rôle d’un miroir grossissant entre deux univers.

20Ainsi, les « jeunes vieillards » qui accueillent Perlesvaus rappellent certes le vieil homme de la première nef merveilleuse, mais ils ressemblent aussi étrangement aux compagnons du Roi Pêcheur : .xxii. chevaliers anciens toz chanuz [qui] […] avoit.c. anz ou plus, et si ne senbloit pas que chascun en eüst .xl. (l. 2414-17). Son château est lié au thème de l’abondance – avec lequel il entretient une relation problématique – comme l’Île Plenteüreuse à laquelle Perlesvaus est destiné : l’expression plenteüreuse de toz biens (l. 2268) relative aux terres du Roi Pêcheur établit bien un rapport entre ces lieux. Et si Perlesvaus doit à tout prix maintenir la prospérité dans l’île dont il sera roi, n’est-ce pas pour racheter son silence qui a fait tarir l’abondance chez le Roi Pêcheur ? Le péché capital dont le héros doit se préserver dans l’Île Plenteüreuse se comprend mieux en référence au malheur qui touche le Roi Pêcheur, et qui se manifeste à travers le motif de la Terre Gaste. Perlesvaus devrait, en son île, se préserver de la faute qu’il a commise une fois, et en position de roi, devient un double de son oncle, à travers le jeu de miroir inversé entre les deux espaces. Enfin, ce château, également appelé Edem (l. 7205), jouxte un fleuve du Paradis Terrestre mout beaus e mout plentious (l. 7199200), termes qui resserrent encore le lien avec l’Île promise à Perlesvaus

21De même, la fosse infernale, qui molt estoit hideuse a vooir (l. 9609), et d’où proviennent les cris de l’Île Souffreteuse, li plus grant cri e li plus dolereus que nus oïst onques (l. 9602-03), évoque les lieux infernaux rencontrés en milieu terrestre, notamment la diabolique Tor de Cuevre, qui laisse échapper un cri épouvantable. Les eaux du Paradis qui entourent le château du Roi Pêcheur, et donc implicitement l’Île des quatre cors et l’Île Plenteüreuse, s’opposent au flun d’infer à proximité de la Tour de Cuivre. La présence de la mer infernale et les cris de la Tour de Cuivre suggèrent ainsi, grâce à un subtil jeu de reflets, l’espace non décrit de l’Île Souffreteuse.

22Enfin, l’effet de miroir suscité par l’espace maritime se concentre au plus haut point dans l’épisode du chevalier dans le tonneau de verre. Tout d’abord, le questionnement sans réponse de Perlesvaus sur l’être de ce chevalier rappelle celui d’Arthur dans la nef merveilleuse au sujet de Perlesvaus. D’une mer et d’une nef à l’autre, le rôle du personnage s’inverse : lui qui était, pour Arthur, un énigmatique chevalier de l’Autre Monde se trouve au terme d’une navigation similaire face à un autre chevalier énigmatique que l’on peut désormais percevoir comme son double. Tout comme le vieil homme imposait à Arthur de maintenir une distance avec Perlesvaus, le tonneau de verre transparent constitue une frontière aussi invisible qu’hermétique. Le silence et le sommeil qui régnaient sur la nef se retrouvent ici : le chevalier du tonneau, coupé du monde, reste muet quand Perlesvaus s’adresse à lui, simplement peut-être parce qu’il n’entend pas. La précision du narrateur si le voit tot vif (l. 5973) implique d’ailleurs un doute, levé à ce moment, sur le chevalier – est-il mort ou vivant ? – de même que le sommeil de Perlesvaus, sa position de gisant et l’intertextualité avec la première Continuation pouvaient laisser croire qu’il était mort. Un dernier indice dans la description des deux chevaliers suggère une identité entre eux : Perlesvaus est, dans la nef aux rivages d’Arthur, toz armez (l. 4099), de même que le chevalier du tonneau est tout armé (l. 9572). Ce détail d’habitude insignifiant dans la description d’un chevalier prend peut-être sens dans ce tissu de ressemblances implicites qui sont autre chose que des coïncidences textuelles. En réalité, le verre du tonneau ne jouerait-il pas le rôle d’un miroir, où Perlesvaus perçoit l’image qu’il a lui-même renvoyée au regard d’Arthur ?

23Le voyage à l’Île des quatre cors nous présente un condensé du roman grâce à la réécriture sur le mode du reflet ou de l’inversion. Dès lors, la navigation des rivages d’Arthur aux diverses îles concentrerait les enjeux et contradictions du roman, pris entre la volonté d’être un Livre du Graal chrétien, et un fonds païen irréductible qui se manifeste sous la forme du merveilleux et de l’héritage celtique. Le voyage de Perlesvaus vers son passé devient alors voyage dans le passé des croyances, de l’imaginaire, vers l’origine du roman qui s’impose aussi comme son essence.

  • 15 Nitze a démontré le possible passage d’une île de verre celtique à Glastonbury, puis le glissement (...)

24La mer remplit donc une triple fonction dans l’œuvre. Elle participe à la construction du personnage et d’un récit fondé sur un substrat merveilleux qui, de fait, résiste, malgré les intentions affichées du roman, à la christianisation. Elle fait ainsi de Perlesvaus un chevalier du Graal original, et, par un jeu de miroirs, permet aux espaces insulaires de refléter les lieux et les aventures terrestres. Enfin, les îles et les paysages marins sont peut-être métaphoriquement le moyen pour l’auteur de revendiquer le lien qui unit le texte à Avalon et Glastonbury15. Avalon est l’île des fées où s’exile Arthur à la fin de la Mort Artu, mais aussi, dans le roman, une isle (l. 6378) où seront enterrés Lohot, Guenièvre et Arthur. Par la récurrence des paysages maritimes et insulaires, le roman ne revendique-t-il pas son origine ? Origine folklorique, celtique, du moins païenne, et origine géographique de la légende arthurienne qu’il veut transmettre.

Notes

1 Les références renvoient à l’édition de Nitze W. A. et Atkinson Jenkins T., Le Haut Livre du Graal : Perlesvaus, New York, Phaeton Press, 1972, 2 vol.

2 Anne Berthelot, dans « Quête, guerres et voyages initiatique : le parcours du Bon Chevalier dans Perlesvaus », Guerres, voyages et quêtes au Moyen Âge, études réunies par A. Labbé, D. W. Lacroix et D. Quéruel, Paris, Champion, 2000, qualifie le personnage d’« écumeur des mers », p. 21.

3 Michelle Szkilnik, dans L’archipel du Graal. Etude de l’Estoire del Saint Graal, Genève, Droz, 1991, démontre que dans la Queste et l’Estoire, « La nef est un espace non assignable, flottant, qui échappe à la réalité terrestre et peut donc métaphoriser les réalités célestes, voire constitue un espace céleste » (p. 48). La datation du Perlesvaus reste un problème et la connotation positive et mystique de la nef dans ce roman peut être antérieure à ces œuvres.

4 Thomas E. Kelly, dans Le Haut Livre du Graal : Perlesvaus. A structural Study, Genève, Droz, 1974, démontre que les lieux servent la structure du roman grâce à la technique récurrente du retour au point de départ (p. 66).

5 Dans l’Estoire del Saint Graal, éd. Ponceau J.-P., Paris, Champion, 1996, 2 vol., les pirates païens naviguent aussi à bord d’une galie (p. 188) et M. Szkilnik rappelle que c’est le sens du mot dans La Fille du Conte de Ponthieu p. 21 et p. 27 : « Galies de Sarrazins », op. cit., p. 36.

6 Matoré Georges, Le vocabulaire et la société médiévale, Paris, PUF, 1985, p. 172.

7 Branche IV, l. 1214-1349.

8 La navigation de Máel Dúin illustre ce processus : les voyageurs naviguent d’île en île où de nouvelles merveilles les attendent à chaque fois, The Voyage of Máel Dúin, ed. H. P. A. Oskamp, Wolters-Noordhff, Groningen, 1970. L’île est un lieu clos et isolé, « cadre idéal pour circonscrire l’espace fantastique », F. Dubost, Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale (xiie-xiiie siècles), Paris, Champion, 1991, p. 286.

9 Première Continuation de Perceval, éd. C.-A. Van Coolput-Storms, Paris, Le Livre de Poche, 1993, v. 8312-8496. Les citations renvoient à cette édition.

10 Christine Ferlampin-Acher, « Fausse creance, mauvaise loi et conversion dans Perlesvaus », Le Moyen Âge, 2004, t. III, p. 293-312, explique que « l’auteur de Perlesvaus, contrairement à celui de la Queste del Saint Graal use avec discrétion des miracles et ne nous invente pas de gracieuses nefs automobiles ». C’est en effet un « esprit positif [qui] prêche un idéal de croisade et d’action », p. 20.

11 Nitze, W. A., « Le Bruiden, le Château du Graal, et la Lance-qui-saigne », Les Romans du Graal dans la littérature arthurienne, Paris, CNRS, 1956.

12 Loomis R. S., Celtic myth and arthurian romance, New York, 1947, p. 91, cité par W. A. Nitze, op. cit., vol. II, p. 166-167.

13 Stanesco Michel, « Une merveille bien énigmatique : le chevalier dans un tonneau de verre », Le Monde et l’Autre Monde, textes réunis par D. Hüe et C. Ferlampin-Acher, Paradigme, Orléans, 2002, p. 359-68.

14 « L’énigme dans les romans arthuriens (1200-1240) » constitue le sujet de notre thèse, en cours sous la direction de Christine Ferlampin-Acher (Rennes 2).

15 Nitze a démontré le possible passage d’une île de verre celtique à Glastonbury, puis le glissement vers Avalon, op. cit., vol. II, p. 58.

Auteur

CTEM-CELAM, Université de Haute Bretagne – Rennes 2

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540