Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Le Graal en archipel : Perlesvaus et les « illes de mer »

Anne Berthelot

Texte intégral

  • 1 C. W. Bruce, The Arthurian Name Dictionary, New York, Garland, 1998.
  • 2 G. D. West, An Index of Proper Names in French Arthurian Prose Romances, Toronto, University of To (...)
  • 3 On peut même rappeler ici la nature marine du château-fée de Tintagel, qui dans la Folie d’Oxford (...)
  • 4 Voir Perlesvaus. Le Haut Livre du Graal, ed. William A. Nitze and T.A. Jenkins, 2 volumes, Chicago (...)

1S’il y a un lieu qui est associé avec la légende arthurienne, c’est bien la forêt, dont les méandres obscurs favorisent le mouvement centrifuge des chevaliers en quête d’aventure ; techniquement, le royaume de Logres est largement composé de forêts, au milieu desquelles s’ouvrent parfois des clairières ou des landes plus spacieuses, appropriées pour les joutes et les combats singuliers, et que ponctuent en quelque sorte les « villes » royales, ou les châteaux où se tiennent les cours et où se racontent les aventures qui se sont déroulées ailleurs – dans la forêt précisément. Il suffit de consulter le dictionnaire de Christopher Bruce1 ou les Index des Noms propres de West2 pour mesurer l’importance de la forêt au cœur de l’espace arthurien. Parallèlement, la mer, si elle est présente, l’est souvent en sa capacité de frontière séparant le monde des mortels de l’Autre Monde (dans les lais féeriques ou dans la majorité des romans en vers), ou de manière plus terre-à-terre, si j’ose dire, en tant qu’obstacle précis qu’il convient de franchir pour quitter la Grande-Bretagne en direction du continent, et de la consécration impériale qui signifie une victoire sur les Romains. La seule branche de la littérature « bretonne » où la mer joue dès l’origine un rôle essentiel est celle qui a trait à l’histoire de Tristan et Yseut, du fait du triple jeu de mots célèbre sur la mer, l’amer et l « amer », mais aussi en raison de la polarisation du récit d’abord entre Cornouaille et Irlande, puis entre Cornouaille et Petite-Bretagne3. Or, Perlesvaus : le haut livre du Graal4, en cela comme en bien d’autres choses, se révèle un roman atypique, qui d’une certaine manière inverse la proportion traditionnelle entre mer et forêt, ou en tout cas modifie en profondeur le rapport du monde arthurien à la mer.

  • 5 « Joesphes nos tesmoigne que les samblanches des isles se muoient por les diverses aventures qui p (...)
  • 6 Si l’on part du principe que le Perlesvaus est antérieur à L’Estoire du Graal en prose, et même à (...)
  • 7 Si l’on ajoute à cela l’ouverture du roman, qui met en scène un roi Arthur en situation de faibles (...)

2Ce n’est pas à dire que la forêt soit absente du Perlesvaus, puisque c’est même dans ce texte qu’on découvre la raison pour laquelle la géographie des bois et des landes se modifie en permanence, de sorte qu’un chevalier ne saurait y retrouver son chemin5. Mais en un sens cette désinvolture elle-même vis-àvis des exigences minimales d’une narration réaliste signale d’emblée à quel point l’espace dans le Haut livre du Graal est de nature symbolique, et s’embarrasse peu des contraintes logiques. De ce point de vue, la mer constitue indubitablement un matériau plus « ouvert », d’une part parce qu’il a été jusqu’alors peu utilisé dans un cadre romanesque6, d’autre part parce que, en dépit de la souplesse du savoir géographique de l’époque et du genre, le royaume d’Arthur est doté sur la terre ferme d’un certain nombre de points focaux dont on ne peut faire l’économie et dont on ne peut pas trop modifier les positions respectives, Caerlion, Carduel, Camaalot sont des villes et des places fortes situées à l’intérieur des terres, et dans l’ensemble la topographie de Logres, ou de la Grande-Bretagne, est désagréablement solide, même si dans le cas de Camaalot, le Perlesvaus se permet d’emblée une liberté déconcertante, en expliquant tranquillement qu’il y en a deux en fait, le palais de prédilection du roi Arthur, et le manoir principal de la mère de Perlesvaus, ce qui contribue à faire de celui-ci un rival (sur le plan spirituel ?) du souverain de la Table Ronde7 :

Seignor, ne cuidiez mie que ce soit cil Camaalos donc cil conteor content, la o li rois Artus tenoit si sovent sa cort. Cil Camaalos qui fu a la Veve Dame seoit au cief de la plus sauvaje isle de Gales, pres de la mer, devers Occident.
(Branche X, ll. 7280-84)

  • 8 Échec qui n’est jamais présenté comme rédhibitoire : il s’agit plutôt du signe d’une élection, dif (...)

3De façon analogue, on peut considérer que le basculement de l’espace romanesque de la forêt vers la mer procède d’un désir de substituer la logique chrétienne à laquelle ressortit le lignage de Perlesvaus à la traditionnelle logique chevaleresque que représentent en priorité Gauvain et Lancelot dans le roman. Dans cette optique, il importe de noter que pendant les sept premières branches de l’œuvre, bien qu’il soit fréquemment question du « Bon Chevalier » et de son échec devant le Graal8, le récit se focalise sur les deux autres membres de ce qui apparaît comme une Trinité chevaleresque originale, après avoir rompu avec tous les usages en faisant d’Arthur lui-même le héros de la première aventure. Ces branches présentent d’ores et déjà un certain nombre d’éléments déviants par rapport à la Vulgate arthurienne – bien qu’il faille se souvenir qu’à l’époque de la rédaction probable du Perlesvaus, cette Vulgate est sans doute en majorité limitée aux romans en vers, et donc notablement moins systématisée qu’elle ne le sera dès l’élaboration des premiers volets du Lancelot-Graal. Mais ce n’est qu’avec l’entrée en scène de Perlesvaus Par-lui-fet que le point pivotal du récit se déplace du labyrinthe des forêts vers « la rive de mer », le rivage – et les îles.

4En effet, le corollaire inévitable de la substitution d’un espace maritime à un espace forestier est la mise en place d’un véritable archipel, mosaïque de lieux où l’aventure, chevaleresque aussi bien que spirituelle, peut se produire (l’aventure se produit par la rencontre, et la mer en tant qu’espace nu n’est pas propice à la rencontre) ainsi que l’apparition de multiples nefs et vaisseaux capables de rapprocher ces « îlots » de senefiance épars. On assiste de facto à une invasion progressive de l’imaginaire marin dans le cours du Perlesvaus. Dans un premier temps, c’est simplement, pour ainsi dire, le personnage éponyme qui est associé à la mer, sans qu’il soit possible de déterminer pour quelle raison ; ensuite, très curieusement, c’est l’univers arthurien traditionnel qui est envahi par la mer, transformé lui-même en une série d’îles improbables, comme si le niveau des eaux avait soudainement monté, ne laissant émerger que les sommets du royaume de Logres. Cette prégnance d’une vision insulaire du monde culmine enfin dans la onzième et dernière branche, où Perlesvaus accomplit une série d’aventures, non tant qualifiantes que conclusives, à bord d’une nef magique qui le promène d’île en île.

  • 9 « Sire, fet cil qui le gouvernail tenoit, sofrez vos un petit… » (VIII, l. 4097) Le personnage est (...)
  • 10 D’une certaine façon, l’aventure de la nef magique arrivant à la cour avec à son bord un chevalier (...)

5L’une des premières apparitions du Bon Chevalier dont on a tant parlé se fait sur le mode de l’irruption du surnaturel dans la trame narrative, par le biais d’une variation sur un motif sans doute très célèbre à l’époque, mais qui n’est pas habituellement associé à Perceval : le héros arrive de nuit à la cour d’Arthur à bord d’un vaisseau que l’on qualifierait volontiers de féerique, s’il ne se trouvait à bord un pilote9 dépeint comme le détenteur d’un savoir non seulement pratique (diriger la nef), mais romanesque (fournir au roi Arthur les indications de régie indispensables au bon déroulement de la séquence). C’est la thématique du « chevalier au cygne », quoique dans ce cas le cygne brille par son absence10, et que l’élément surnaturel soit limité au fait que la nef se déplace apparemment toute seule, sans avoir besoin d’autre nautonier que le vieillard qui insiste sur la banalité totale de l’événement. Perlesvaus est à bord de cette nef, là où fréquemment repose soit un chevalier soit une demoiselle, mort(e) : lui est bien vivant, mais endormi d’un sommeil profond, qu’il a bien mérité en raison des nombreuses épreuves qu’il a subies :

… si est venuz en la grant nef, et troeve.i. chevalier qui gisoit toz armez sor une table d’ivoire, et avoit mis son escu a son chevez. Il ardoit a son chief .ii. granz tor teiz de chandoiles en .ii. chandelabres d’or, et a ses piez autresi, et avoit ses mains croisies desor son piz […] « Sire, fet li mestres, il avra ançois esté en cele sale il a esté molt travelliez et se repose ».
(VIII, ll. 4098-4102, 4108-09)

  • 11 « Li filz a la Veve Dame s’en vait come cil qui ne puet vivre sanz paine et sanz travaill. » (XI, (...)

6Ce commentaire du pilote contribue encore à accentuer la normalité de la scène, en même temps bien sûr qu’il souligne l’élection de Perlesvaus, dont il est dit à plusieurs reprises au cours du roman qu’il est appelé à vivre dans les épreuves sans jamais pouvoir connaître le repos11. Il en va de même pour le détail du « batel » que le vieillard envoie à terre afin de permettre au roi Arthur de monter à bord – avant de le renvoyer en lui intimant l’ordre d’attendre le réveil de Perlesvaus. Celui-ci, à vrai dire, ne fait qu’un très bref passage à la cour, pour s’emparer du bouclier qui lui est destiné en lui substituant le sien, et pour être reconnu par le petit chien que sa sœur avait amené avec elle précisément dans l’espoir d’une telle scène de reconnaissance. Il repart très vite à bord de son vaisseau merveilleux, laissant le roi Arthur si médusé par cette apparition onirique (toute la scène se passe pendant la nuit, ce qui est relativement rare dans un roman arthurien) qu’il en oublie le message dont la malheureuse Dandrane l’avait chargé à l’intention du chevalier qui viendrait chercher le bouclier :

Il est rentrez dedenz la nef et li brachez avecques lui. Li mestre traist le batel dedens, si s’en partent del havre et eslloignent le chastel. Li rois Artu est demorez a Pennevouiseuse et est molt dolanz del chevalier qui si tost s’en vait.
(VIII, ll. 4127-30)

7En fait, cette séquence est emblématique du traitement que le roman réserve à Perlesvaus, dont on peut dire qu’il est tout autant l’objet de la quête des autres chevaliers de la Table Ronde que le Graal, qui semble en contrepartie remarquablement accessible : dans cet univers à géographie ostensiblement et explicitement variable, le Château des Âmes est celui qu’on le moins de mal à trouver, que le visiteur soit Gauvain, Lancelot, le Roi du Chastel Mortel qui s’en empare en définitive sans coup férir, avant d’être à son tour supplanté par Perlesvaus, ou encore, après que la nouvelle de cette victoire est parvenue à la cour d’Arthur, le roi lui-même qui vient en pèlerinage avec la plus grande partie de ses compagnons. Ce qui est d’habitude au cœur des romans du Graal passe au second plan – est en fait totalement escamoté, puisque Perlesvaus ne réussit jamais l’épreuve, ne pose jamais les bonnes questions, et ne l’emporte même pas sur son oncle par sa prouesse chevaleresque, le Roi du Chastel Mortel se suicidant tout simplement à l’annonce de l’arrivée du héros. Par conséquent le centre de gravité de l’œuvre se déplace, littéralement, du Château du Roi Pêcheur caché au fond des forêts vers les mirages du rivage où Gauvain et Lancelot s’efforcent en vain de suivre les traces du Bon Chevalier.

8La rage d’incognito qui conduit Perlesvaus à changer ses armes à chaque occasion n’est pas absolument inédite dans l’univers arthurien ; bien que dans la majorité des romans en prose ce soit Lancelot qui multiplie les déguisements de ce genre, il semble probable que le motif vient en fait, a contrario, de l’insistance de Gauvain à affirmer haut et clair qu’il ne dissimule jamais son identité, topos que l’on rencontre dès les premiers textes arthuriens en vers. Ce qui est plus étonnant dans le cas de Perlesvaus, c’est qu’il échappe systématiquement à ses poursuivants en se réfugiant dans un château situé sur une île, et que l’épisode de la nef magique est répété avec quelques variantes à plusieurs reprises : lorsque Gauvain et/ou Lancelot sont/est sur le point de rejoindre leur insaisissable compagnon, celui-ci s’embarque sur un vaisseau dont la provenance et la nature de l’équipage sont inconnus :

Il chevauchierent tant qu’il vindrent au chief de la forest. Il choisirent la mer, qui lor estoit assez prochaine. Il virent a l’entree des nés que il i aveit grant chapleïz… […] si connurent que ce estoit Perlesvaus, a son escu e a ses armes ; mes ançois que il i venissent, se fu la nef eschipee en la mer, en quoi il s’estoit embatus par son grant hardement. (XI, ll. 9397-9405)

9De même, le Roi du Chastel Mortel réside sur une île d’où il sort régulièrement pour venir commettre ses exactions sur le rivage – quoique dans certains cas, ses victimes résident elles-mêmes sur une île, d’où leur champion a besoin d’une « galie » afin d’aller à la rencontre de son adversaire :

… et s’en cort quanqu’il puet grant aleüre vers sa galie, et sailli enz tantost. Il s’es quipa en la nef isnellement. Perceval le sieut jusc’a la rive. […] Li rois s’en vet, qui n’a cure de retorner, et Perceval s’en revient ariere en la galie au chastel.
(VIII, ll. 3986 sq.)

  • 12 Il s’agit de la veuve du peu connu Calobrutus et de son fils Calobrus, tels qu’ils apparaissent da (...)
  • 13 Salman Rushdie, Haroun and the Sea of Stories, Londres, Penguin Books, 1980.
  • 14 Voir Robert de Boron, le Roman du Graal, éd. B. Cerquiglini, Paris, UGE 10/18, « bibliothèque médi (...)

10On ne saurait dire plus clairement que Perlesvaus, et avec lui l’essentiel de son lignage, représenté d’abord par le Roi du Chastel Mortel, puis par une tante et plusieurs cousins12, ne sont pas de ce monde ; le manoir de la Veuve Dame ainsi que le Château des Âmes sont par force situés dans l’espace arthurien terrestre – mais le défenseur de la « Nouvelle Loi » ainsi que son pire ennemi viennent d’ailleurs. La mer, comme le suggère subtilement le titre du roman de Salman Rushdie, Haroun et la mer des histoires13, fonctionne comme un réservoir de matériau narratif non encore stabilisé ; alors que Le haut livre du Graal est en quelque sorte limité par son statut inavoué et revendiqué à la fois de « continuation » du Conte du Graal, l’ouverture symbolique du texte sur un espace marin non balisé lui permet d’échapper aux contraintes narratives inhérentes au genre du roman arthurien. Contrairement aux autres continuations, dont la forme, analogue à celle du texte-source, garantit pour ainsi dire la conformité au modèle, le Perlesvaus est le seul à envisager un monde, et un texte, après le Graal. Il faut plus de 30 000 vers pour amener le récit du Graal à sa conclusion – et lorsqu’enfin on en est arrivé là, il n’est pas question d’aller plus loin. La trilogie en prose du Pseudo-Robert de Boron14 traite le problème de la même manière : l’avènement de Perceval comme roi du Graal coïncide avec la chute et la mort d’Arthur, mais il n’est pas question de l’avenir terrestre de Perceval. La fin traditionnelle d’un roman, qu’il soit du Graal ou pas, reste le plus souvent de l’ordre du « Il tint la terre et le roiaume lonc tens en pais » qui clôt, brièvement, fugitivement, et vainement, le Merlin en prose. Le Perlesvaus, lui, va au-delà, et la mer, qui lui sert d’abord à doter son héros atypique d’un arrière-plan politique et romanesque différent, devient dans les dernières branches le nouveau principe unificateur qui à la fois rapproche le royaume d’Arthur du modèle de l’archipel chrétien et assure au parcours du Bon Chevalier une rigueur allégorique que les chemins tortueux de la forêt ne sauraient lui procurer.

11Comme je l’ai dit plus haut, on a l’impression que dans l’épilogue du roman (si l’on appelle épilogue la très longue cauda narrative relatant aussi bien les démêlés d’Arthur avec ses deux sénéchaux félons, l’ancien – Keu – et le nouveau au nom ô combien significatif – Brien des Illes – que le marathon de Perlesvaus achevant à un rythme effréné toutes les aventures laissées en suspens depuis le début du roman, plus quelques autres qui apparaissent soudainement), la mer envahit le territoire arthurien, transformant un espace terrestre, plus ou moins quadrillé, en un archipel composé de multiples petites îles, et de quelques autres de plus grandes dimensions. En fait, tout devient île dans le roman, y compris les lieux les plus traditionnellement reconnus comme non insulaires ; de manière répétée, le royaume d’Arthur est assimilé à une série d’îles, et des royaumes inféodés de dimensions clairement plus considérables comme Oriande ou l’Albanie sont également désignés comme des îles :

… et quant il les avra destriuz en la Grant Bretaige e es autres illes… (X, l. 7949)
car Madaglans conquerroit de ses illes et de sa terre grant partie… (X, l. 8494)
d’Oriande et d’Arbanie e des autres illes qui a vos sunt apendanz… (X, l. 8583)
Il erra tant d’une ille en autre que il vint en Arbanie… (X, l. 8529)
… li rois d’Oriandes estoit mors et les illes aquitees. (X, l. 8531)

  • 15 « … il est venuz a l’avespree en.i. grant valee, o il avoit forest e d’une part e d’autre, e dure (...)

12Par certains côtés, le sommet est atteint avec la description de l’Isle d’Avalon, qui se situe bien sûr dans la ligne de la propagande arthurienne et arimathéenne de Glastonbury, et qui accumule toutes sortes de détails soulignant la valeur « continentale » de cette île (vallée, montagne)15. Mais même les guerres de Madaglan, ou de Claudas, contre Arthur sont perçues géographiquement en terme d’invasion maritime, avec une insistance troublante sur la manière dont Lancelot base toute sa stratégie sur la destruction de la « navie » ennemie, privant ainsi efficacement une armée d’invasion de son moyen de retraite, exactement comme Uter et Pendragon sont censés le faire sous la gouverne de Merlin vis-à-vis des Saxons :

  • 16 Notons que ce passage montre bien qu’il s’agit d’îles au sens moderne du mot, ce dont on pourrait (...)

[Lancelot] est venuz en un’ille la ou li rois Madaglans estoit. Ançois que il seüst sa venue, li ot il despecie tote sa navie, e les cordes coupees e les mas peçoiez e les voiles rompues… […] Li rois se quida retraire vers sa navie a garison, si com il soloit, mes il la trova mal aparelliee. Lanceloz l’en chaça dusque vers la mer.
(X, ll. 8518-2316)

  • 17 IX, ll. 6279-80.

13Il est probable que cette fragmentation de l’espace reflète l’émiettement du pouvoir d’Arthur, roi impuissant, privé d’héritier et de reine, en butte aux attaques d’ennemis variés dont l’origine, toutefois, est commune : ils viennent des « îles de mer », que ce soit Madaglan, le frère de la reine aveugle Jandrée, ou que ce soit Brien, dont les motivations sont moins claires. Mais à un niveau plus profond, l’effet de cette transformation du monde connu en un nouvel univers où les frontières traditionnelles sont effacées correspond au changement radical que provoque l’avènement de la Nouvelle Loi ; dans la mesure où le Perlesvaus est le seul roman arthurien qui place explicitement le règne d’Arthur trois courtes générations après la Passion du Christ, la christianisation de la (Grande-) Bretagne y est présentée comme un phénomène relativement récent, et un objectif encore extrêmement actuel. La « montée des eaux » qui parcellise l’espace que l’on croit connu lui restitue sa dimension d’étrangeté originelle, et signale une « mutation de fortune » aussi spectaculaire que l’apparition des deux soleils à Camaalot17. Par surcroît, et à plus long terme, cette soudaine efflorescence insulaire tend à unifier l’espace total du texte, à la fois dans sa dimension arthurienne romanesque et dans sa dimension « percevalienne » allégorique.

14Paradoxalement, alors même que toute la topographie devient insulaire, le texte établit toutefois une distinction nette entre ces îles innombrables, de tous les jours pour ainsi dire, et les véritables « illes de mer », plus éloignées des lieux habituels de la fiction arthurienne, auxquelles Perlesvaus parvient au terme d’un voyage de durée indéterminée, à bord d’une nef (une de plus) qui fonctionne cette fois comme celles qui « passent » décidément le héros de lais comme Guigemar ou Eliduc dans l’Autre Monde. Le pilote, seul survivant des païens que le Bon Chevalier a mis à mort en s’emparant de son vaisseau (cette figure psychopompe sur le paganisme de laquelle le texte insiste rappelle évidemment Barinthus, autre dénomination de Manannan mac Llyr, le dieu de la mer celte qui conduit de main de maître le chariot des chevaux marins, et qui s’est déjà recyclé dans la Vita Merlini en passeur et pilote christianisé, sinon chrétien), reconnaît lorsqu’on l’interroge qu’il n’a aucune idée de l’endroit où il se trouve puisque les étoiles ont changé :

La nés a tant coru e par jor e par nuit, si com a Dieu plot, que il virent.i. chastel en.i. isle de mer. Il demanda a son marinier se il savoit quel chatel ce ert. « Certes, sire, fet il, ge non, quar nos avon tant coru que ge ne conois la mer ne les estoiles. »
(XI, ll. 9543-46)

15La série d’îles que visite alors Perlesvaus à un rythme forcené présente quelques caractéristiques déconcertantes ; si l’une ou l’autre des étapes de ce parcours parenthétique, dont on ne voit pas a priori l’utilité à ce stade du récit, reprend très nettement des séquences analogues de la Navigatio sancti Brendani ou de ses versions vernaculaires – ainsi l’île des ermites ou celle du « Château de la Baleine » (notons d’une part que celle-ci, à part son nom, n’offre aucune ressemblance avec la véritable île-baleine des textes antérieurs, et d’autre part que quelques variantes subtiles suggèrent « Babiloine » à la place de « Baleine ») –, d’autres sont beaucoup moins nettement allégoriques et mettent en scène des personnages improbablement apparentés à ceux que Perlesvaus a laissés derrière lui (par exemple le Chevalier Malade, parent de l’ami infidèle que Lancelot a contraint au mariage), ou faisant partie de sa propre famille (la veuve de son oncle et ses cousins), placés dans des situations narratives on ne peut plus traditionnelles. La pertinence de la topographie insulaire paraît donc limitée dans ces épisodes où la structure en archipel, plus gênante qu’autre chose, est dans la mesure du possible atténuée, de façon presque comique, par l’insistance du récit et des actants à préciser qu’entre une île et sa voisine il n’y a qu’un bras de mer, ou qu’une barque peut faire la navette chaque jour sans la moindre difficulté :

« Est sa terre pres de ci, dame ? fet il. – Sire, il n’i a c’un bras de mer a passer… »
(XI, ll. 9715-16)

« … la fille au Chevalier Malade, qui maint en une isle ci pres, m’envoie chacun jor en.i. batel viande… »
(XI, ll. 9748-50)

16En fait, pourtant, cette « échappée belle » vers la haute mer vient couronner la restructuration symbolique à laquelle se livre le Perlesvaus par le biais de son traitement de la spatialité. L’éparpillement du monde arthurien traditionnel en une poussière d’îles justifie et facilite la coupure épistémologique au terme de laquelle Perlesvaus, connoté dès son entrée sur la scène du roman d’une familiarité atypique avec la mer, s’embarque pour un circuit initiatique qui le fait passer du modèle chevaleresque au modèle hagiographique et visionnaire. Cette translatio d’un nouveau genre n’est jamais complète : le périple de Perlesvaus présente bien sûr des étapes mystiques immédiatement placées sous le « patronage » de Dieu qui guide la nef en fonction de la valeur du personnage et de sa mission rédemptrice :

La nef s’encort a grant esploit, quar ele avoit assez a corre, mes Damedez le faisoit tant esploitier com il voloit, qu’il savoit bien la bonté e la tres grant valor dellaial chevalier qui dedenz estoit.
Diex a tant la nef e conduite e menee e jor e nuit que sa volenté fu adés qu’ele ariva en un isle ou il avoit.i. chastel molt ancien…
(XI, ll. 9665-70)

  • 18 Voir La Queste del saint Graal, édition Albert Pauphilet, Paris, Champion, « CFMA », 1923. Le Graa (...)
  • 19 Comme le fait remarquer Hélène Bouget dans sa communication, ces deux îles reflètent en miroir la (...)
  • 20 Voir Gérard Genette, Discours du récit, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1979.
  • 21 En effet, loin de mourir au terme de sa quête, comme Galaad, Perlesvaus rejoint pour ainsi dire to (...)

17Mais après sa visite prophétique à ces hauts lieux de senefiance qui recentrent le roman sur sa « dreite voie » anagogique, le retour vers le monde connu s’effectue efficacement sous couvert d’une phrase discrète, et la nef revient dans les eaux balisées d’îles que l’on pourrait appeler « de terre », pour lesquelles l’interprétation allégorique cède le pas à l’exigence de cohérence sémantique. Toutefois, c’est bel et bien l’enchevêtrement des deux registres de la narration et de l’exégèse qui réussit en définitive à réunir les deux mondes – celui du roman arthurien, celui de la quête spirituelle – sous le masque de l’insularité. Et c’est cette interpénétration, ou cette surimpression, de deux modèles spatiaux se rencontrant à mi-chemin qui permet la distanciation finale et la restitutio ad integrum des conventions narratologiques sévèrement mises à mal par le télescopage chronologique des cadres d’énonciation. Perlesvaus en effet, de longue date familiarisé avec l’espace maritime qui s’est insinué au cœur de la forêt des histoires, s’embarque pour la dernière fois à bord de la nef qui lui a été promise après que les ermites angéliques venus à sa rencontre ont chanté une ultime « messe du Graal », entérinant l’Assomption du « saint vessel » et le désenchantement du Château des Âmes. Le recours à l’imaginaire de l’archipel a pour effet d’effectuer la séparation entre le « ici et maintenant » et le « jadis et ailleurs » que le reste du Perlesvaus tend à rapprocher dangereusement. Au type de logique verticale exclusive qui se figera dans la Queste del saint Graal18, où le Graal ainsi que ses élus quittent le monde humain sans espoir de retour, le Perlesvaus préfère une logique de l’horizontalité et de la juxtaposition. Le retour aux « îles des mer » pour élargir le champ de l’aventure facilite l’instauration d’un « monde parallèle », où des lieux allégoriques comme l’Île Plantureuse et l’Île Souffreteuse répondent à des sites qui ne le sont guère moins, comme le Château du Noir Ermite19. Le lignage du Graal peut y co-exister, à une saine distance prophylactique tout de même, avec l’espace contemporain marqué par le tassement de la chronologie qui accomplit la quasi coïncidence du temps du récit avec celui du discours20. Ainsi la mer fonctionne comme réservoir d’aventures dont la dimension « célestielle » est plus marquée que chez celles de la forêt, et comme lieu de réserve où déplacer, sans être contraint de le mettre à mort, le héros du Graal21. La mer recouvre la forêt comme l’allegoria recouvre, ou découvre, la littera : les deux éléments s’associent dans une improbable synthèse que Perlesvaus : le Haut livre du Graal est le seul à accomplir.

Notes

1 C. W. Bruce, The Arthurian Name Dictionary, New York, Garland, 1998.

2 G. D. West, An Index of Proper Names in French Arthurian Prose Romances, Toronto, University of Toronto Press, 1978, et An Index of Proper Names in French Arthurian Verse Romances, ibid., 1969.

3 On peut même rappeler ici la nature marine du château-fée de Tintagel, qui dans la Folie d’Oxford apparaît et disparaît sur le rivage au rythme des solstices ou des équinoxes (Tristan et Yseut. Les premières versions européennes, éd. Christiane Marchello-Nizia, Paris, Gallimard, coll. « Pléiade », 1995).

4 Voir Perlesvaus. Le Haut Livre du Graal, ed. William A. Nitze and T.A. Jenkins, 2 volumes, Chicago, The University of Chicago Press, 1932.

5 « Joesphes nos tesmoigne que les samblanches des isles se muoient por les diverses aventures qui par le plaisir de Deu i avenoient, e si ne plot mie as chevaliers tant la queste des aventures se il nes trovassent diverses, car quant il avoient entré en. in. forest e en une isle o il avoient trové aucunne aventure, se il revenoient autre foiz si troveroient il recés e chasteaus e aventures d’autre maniere, que la peine ne li travax ne lor anuiast, e por ce que Dex voloit que la terre fust confermee de la Novele Loi. » (IX, ll. 6615-6622)

6 Si l’on part du principe que le Perlesvaus est antérieur à L’Estoire du Graal en prose, et même à La quête du saint Graal, où l’imaginaire insulaire va prendre un nouvel essor. Voir à ce propos Michelle Szkilnik, L’Archipel du Graal. Etude de « L’Estoire del saint Graal », Genève, Droz, 2001.

7 Si l’on ajoute à cela l’ouverture du roman, qui met en scène un roi Arthur en situation de faiblesse, incapable de remplir ses fonctions et déserté par ses chevaliers, on se rend compte à quel point l’« invention » d’un autre Camaalot ébranle les fondations mêmes de l’univers arthurien. Notons au passage que le manoir de la Veuve Dame est situé sur une île, et est entouré d’eau, ce qui au cœur du Pays de Galles fait problème.

8 Échec qui n’est jamais présenté comme rédhibitoire : il s’agit plutôt du signe d’une élection, différée peut-être, mais qui n’en est pas moins éclatante.

9 « Sire, fet cil qui le gouvernail tenoit, sofrez vos un petit… » (VIII, l. 4097) Le personnage est aussi appelé « mestres », ce qui confirme son statut d’autorité, à défaut de garantir son appartenance au monde des hommes.

10 D’une certaine façon, l’aventure de la nef magique arrivant à la cour avec à son bord un chevalier « merveilleux » fait partie de la thématique du Graal, comme le confirmera quelques années plus tard La queste del saint Graal, où les vaisseaux de ce type abondent. Cependant, le héros de l’aventure n’est pas nécessairement Perceval-Perlesvaus : il s’agit de son fils cadet chez Wolfram von Eschenbach, et de Guerrehés, l’un des frères de Gauvain dans la Première Continuation du Conte du Graal (éd. W. Roach, trad. A.-C. van Coolput-Storms, Paris, Livre de Poche, coll. « Lettres gothiques », 1993). L’analogie d’aventures entre Loheraingrin et Perlesvaus rappelle que dans le Parzival comme dans notre texte, le royaume du Graal est de ce monde et le demeure, même si c’est dans un espace parallèle peu accessible ou peu exploré, île de mer ou mont d’Orient (Muntsalvaetsche).

11 « Li filz a la Veve Dame s’en vait come cil qui ne puet vivre sanz paine et sanz travaill. » (XI, ll. 9037-38)

12 Il s’agit de la veuve du peu connu Calobrutus et de son fils Calobrus, tels qu’ils apparaissent dans l’un des épisodes finaux, lors du périple maritime de Perlesvaus (voir plus loin).

13 Salman Rushdie, Haroun and the Sea of Stories, Londres, Penguin Books, 1980.

14 Voir Robert de Boron, le Roman du Graal, éd. B. Cerquiglini, Paris, UGE 10/18, « bibliothèque médiévale », 1981.

15 « … il est venuz a l’avespree en.i. grant valee, o il avoit forest e d’une part e d’autre, e dure bien la valee.x. grans liues galesches. Il esgarde a destre desor la montaigne de la valee, e voit.i. chapele… […] Iles salua puis lor demanda quel liu c’estoit iluec, e il li distrent que c’ert l’Isle d’Avalon. » (X, ll. 7569-72, 7585-86) La fin du roman procure une information supplémentaire à propos de ce lieu, qui permet peut-être la synthèse entre mer et forêt : l’Île d’Avalon en effet y est située « au chef des Marés Aventureus ». Or le marais n’est-il pas par excellence l’espace où la terre et l’eau se confondent et s’assemblent ?

16 Notons que ce passage montre bien qu’il s’agit d’îles au sens moderne du mot, ce dont on pourrait parfois douter dans le cours du texte en voyant les lieux les moins insulaires qualifiés de la sorte ; il y a une distinction entre les îles « proches », péninsules ou presqu’îles dirait-on, et les « illes de mer », mais c’est bien un imaginaire d’archipel qui domine les dernières branches du roman.

17 IX, ll. 6279-80.

18 Voir La Queste del saint Graal, édition Albert Pauphilet, Paris, Champion, « CFMA », 1923. Le Graal après un bref séjour à Sarraz – déjà de fait à l’autre bout du monde, et pour ainsi dire « hors du monde », arthurien en tout cas – remonte au ciel, Galaad meurt à sa demande, et Perceval lui-même ne lui survit que peu de temps.

19 Comme le fait remarquer Hélène Bouget dans sa communication, ces deux îles reflètent en miroir la structure allégorique qui se surimprime sur la géographie romanesque traditionnelle dès le début du roman. L’interpénétration et l’interchangeabilité de la forêt et de la mer assurent une sorte de familiarité prémonitoire avec un royaume du Graal que son déplacement « latéral » vers l’espace permet de maintenir dans le temps historique de la narration, « maintenant » puisque « ailleurs ». Le fait que les habitants largement connotés de surnaturel de l’Île aux Quatre Cors viennent chercher Perlesvaus au Château des Âmes confirme la continuité entre les deux mondes et rend encore plus facile la translatio – au sens où l’on parle de translatio des reliques d’un monastère à l’autre.

20 Voir Gérard Genette, Discours du récit, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1979.

21 En effet, loin de mourir au terme de sa quête, comme Galaad, Perlesvaus rejoint pour ainsi dire tout vivant la sphère angélique, à l’instar du prophète Elie – sauf que dans son cas c’est la nef emblématique de ce roman « maritime » qui se substitue au char de feu de l’Ancien Testament.

Auteur

University of Connecticut, Storrs, Etats-Unis

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540