Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

L’exploration sous-marine d’Alexandre : un miroir de chevalerie1

Hélène Bellon-Méguelle

Texte intégral

  • 1 J’aimerais adresser mes remerciements à Olivier Collet, Danièle James Raoul et Cécile le Cornec po (...)

1Profondeur ténébreuse, espace non maîtrisé et inquiétant, la mer au Moyen Âge inspire l’effroi. Elle est perçue comme inhospitalière et radicalement autre. Pourtant, lorsqu’à bord d’un vaisseau de verre Alexandre s’aventure dans ses tréfonds, l’abîme s’en trouve illuminé et se révèle étrangement familier. L’éclairage des lampes de son bathyscaphe est redoublé métaphoriquement par le surplus de sens qu’apporte l’explorateur. De fait, celui-ci tire un enseignement de son observation, les mœurs des poissons l’informent des comportements humains. Ce récit, qui ouvre la branche III du Roman d’Alexandre d’Alexandre de Paris et qui amorce les aventures indiennes du conquérant et sa bataille contre Porus, outre l’entreprise hors du commun qu’il relate, déconcerte par le traitement littéraire qu’en fait son auteur. Ce périple emblématique de la démarche d’Alexandre, illustration de son rapport au monde, n’a pas été inventé par l’auteur français ; il est le fruit d’une tradition littéraire complexe dont nous tenterons de débrouiller l’écheveau. Quant à la surprise qu’éprouve le lecteur, elle provient paradoxalement de l’absence d’étonnement ressenti. De façon inattendue, le spectacle auquel assiste Alexandre avec satisfaction, peut paraître fort décevant, ne jouant en rien sur les représentations merveilleuses qui pouvaient naître au Moyen Âge de l’évocation du monde subaquatique. Cet épisode, s’il nous déconcerte, a également décontenancé certains lecteurs médiévaux. Nous pourrons le constater par l’étude des modifications apportées par ses remanieurs. Enfin l’exploration d’Alexandre illustre le caractère hybride de l’œuvre d’Alexandre de Paris et la multiplicité de ses enjeux.

Dans les méandres de la tradition littéraire

  • 2 Nous renvoyons pour la littérature arabe aux études d’Angelo Piemontese et de François de Polignac (...)
  • 3 L’Épitomé de Julius Valerius est très proche du manuscrit A, seul témoin de la recension α du Pseu (...)
  • 4 Aucun texte grec appartenant à cette tradition ne nous est parvenu. Cependant Léo dans son prologu (...)
  • 5 Voir Paul Meyer, Alexandre le Grand dans la littérature…, II, p. 164 et Albert Henry, « Étude sur (...)
  • 6 J1 date de la fin du xie siècle ; J2 du milieu du xiie siècle. Cette deuxième adaptation constitue (...)

2L’exploit inédit du Macédonien a particulièrement frappé les imaginations et a inspiré durablement les auteurs et les enlumineurs médiévaux en Europe comme dans les pays arabes2. Dans cette étude, nous nous intéresserons donc à la version qu’en donne Alexandre de Paris vers 1185. À l’instar de l’œuvre dont il est tiré, cet épisode est le fruit d’une filiation littéraire compliquée. Le roman, dans ses grandes lignes, dérive de l’Épitomé de Julius Valerius, cependant cette traduction latine du début du ive siècle repose sur le texte de l’adaptation grecque la plus ancienne du Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène, la recension α 3 qui ne contient pas le récit de l’expédition sous-marine d’Alexandre. On le retrouve en revanche dans une traduction ultérieure de l’œuvre grecque, la Nativitas et victoria Alexandri Magni regis, réalisée par l’Archiprêtre Léo de Naples au xe siècle d’après une adaptation grecque du Roman du Pseudo-Callisthène appartenant à la recension* δ4. Cette traduction latine fut remaniée par trois fois entre la fin du xie et les premières années du xiiie siècles5. Ces trois adaptations latines sont plus connues sous l’appellation de Historia de preliis dont on distingue les rédactions J1, J2 et J36.

3Dans le texte grec, Alexandre raconte son aventure dans une lettre qu’il envoie à sa mère Olympias, et explique comment il descendit sous la mer dans l’espoir de ramener des perles – les mêmes que lui et ses hommes venaient d’extraire du corps d’un crabe géant trouvé sur le rivage. Cette entreprise qu’il mena à bord d’un tonneau de verre renforcé par une cage en fer s’interrompit lorsqu’il fut avalé avec son submersible par un poisson gigantesque qui finit par le recracher sur le rivage.

4Les versions latines, que ce soit la traduction de Léo ou les différentes versions de l’Historia de preliis, modifient la motivation d’Alexandre qui n’est plus mû par la convoitise mais par la curiosité. Celle-ci sera assouvie grâce à la réalisation d’un bathyscaphe – par des astrologues et des géomètres dans le texte de Léo qui deviendront des maîtres verriers dans les différentes rédactions interpolées comme chez Alexandre de Paris.

  • 7 « Vidi ibi diversas figuras piscium atque ex diversis coloribus ; vidi ibi et alias bestias habent (...)
  • 8 « Viditque ibi diversas figuras piscium ex diversis coloribus, seu et beluas habentes imagines bes (...)
  • 9 Il est à signaler cependant l’existence d’un manuscrit de J2 datant du xiiie siècle (M1 : München, (...)

5Dans la traduction de Léo, une fois sous l’eau, Alexandre découvre différentes espèces de poissons de diverses couleurs ainsi que des créatures ressemblant aux animaux terrestres déambulant sur le sol sous-marin tels des quadrupèdes7. L’auteur de J1 ajoute à cette description que les animaux marins mangent les fruits des arbres poussant sous la mer8. Alexandre assiste à un spectacle identique dans les adaptations J2 et J3 ; leurs auteurs, dans cet épisode, respectent scrupuleusement leur source9.

  • 10 Alexandre de Paris s’écarte toutefois de sa source latine par l’ajout de deux détails : il descend (...)

6Alexandre de Paris, s’il emprunte à l’Historia de preliis les éléments de la narration situés en amont de l’expédition10, modifie sensiblement la teneur de celle-ci en innovant quant au spectacle qu’Alexandre découvre dans les profondeurs marines. En effet, l’auteur français fait le choix de s’écarter de sa source latine en n’exploitant pas le merveilleux qui reposait sur une transposition des créatures terrestres sous la mer, procédé de l’étrange sur lequel nous reviendrons.

  • 11 La leçon qu’Alexandre tire de son expérience sous les mers est commentée par Alexandre Neckham dan (...)

7Au début de la branche III, Alexandre, arrivé à l’orée du désert indien et de ses merveilles, mais toujours insatisfait de ses conquêtes, désire voir les créatures qui vivent sous la mer. Il demande aux meilleurs artistes verriers de lui construire un bathyscaphe qui lui permettra de mener à sa guise ses observations. Malgré les protestations de ses compagnons qui craignent de ne le voir revenir, il embarque, accompagné de deux de ses hommes, et découvre le spectacle de gros poissons dévorant les petits. Ces derniers, lorsqu’ils parviennent à échapper aux prédateurs, se font piéger par la ruse des premiers. L’innovation la plus remarquable d’Alexandre de Paris est l’ajout des commentaires du Macédonien sur ses propres observations11. Ceux-ci comportent deux aspects. Le premier est la déploration de la loi du plus fort et de la convoitise, deux forces qui régissent le monde marin comme le monde terrestre et qui les vouent à leur perte :

[…] tous cis siecles est et dampnés et perdus ;
Covoitise nos a tous sorpris et vaincus,
Certes par avarisse est li mons confondus.
Je vi as grans poissons devorer les menus, Ainsi as povres homes est li avoirs tolus.
(III, v. 507-511)

8Le second est l’admiration d’Alexandre pour la stratégie militaire mise en œuvre par les poissons qu’il entend bien appliquer lors de ses prochains combats :

Car molt i ai apris sens de chevalerie,
Comment guerre doit estre en bataille establie
Aucune fois par force et autre par voisdie.
(III, v. 529-531)

9Cette double leçon peut paraître contradictoire et méritera d’être analysée plus longuement. Mais d’abord, il nous faut nous intéresser à l’expérience elle-même et la replacer dans le projet d’ensemble du conquérant.

Emprise d’Alexandre sur la totalité du monde

  • 12 Nous reprenons ici le titre de l’article de François de Polignac : « Alexandre maître des seuils e (...)
  • 13 Cette descente dans les fonds sous-marins sera complétée par l’ascension d’Alexandre transporté ju (...)
  • 14 Le pothos nage historique comme légendaire du Macédonien. Cf. Gilles Bounoure dans son introductio (...)

10Alexandre le Grand, s’il vise à avoir la main haute sur la totalité de l’espace habité, aspire également à appréhender l’univers par la connaissance. Sa maîtrise se veut complète, elle doit relever à la fois des armes et du savoir, de la chevalerie et de la clergie. Pour accomplir son dessein, aucun espace de la création ne doit se soustraire à sa vue, il veut aller le plus loin possible, embrasser le monde dans ses confins. « Maître des seuils et des passages12 », il s’aventure aux limites de l’humainement connu, voire au-delà. Ainsi, presque au terme de sa conquête vers l’Est, parvenu en Inde, pays fabuleux dont les déserts, les montagnes et les forêts sont peuplés de monstres et de créatures surnaturelles, Alexandre décide de compléter l’horizontalité du parcours accompli par la verticalité d’une exploration du fond des mers13. La terre est trop petite pour satisfaire son ambition démesurée et sa curiosité insatiable14. La mer constitue donc un espace encore vierge à conquérir :

Assés ai par la terre et venu et alé,
De ciaus de la mer voil savoir la vérité
Ja mais ne finerai si l’avrai esprové.
(III, v. 396-398)

11Dans la pensée médiévale, l’océan borde la terre, constituant la frange de l’espace habité. Cette représentation cosmographique particulière est présente à plusieurs reprises dans l’œuvre d’Alexandre de Paris où la terre est décrite comme étant enclose par la mer. Sur l’un des pans de la tente du Macédonien est ainsi peinte la totalité de la création :

Veïssiés mapamonde enseignier et mostrer
Ensi comme la terre est enclose de mer.
(I, v. 2021-2022)

  • 15 La Prise de Defur et le Voyage d’Alexandre au Paradis terrestre, ed. by L. P. G. Peckham et M. S. (...)

12En descendant dans l’abysse, Alexandre côtoie donc l’extrême limite comme il le fera lorsqu’il voudra aller au-delà des bornes d’Hercule ou encore lorsqu’il décidera de rejoindre le paradis terrestre15.

  • 16 Lors de la prise de Tyr, Alexandre et ses compagnons sont au prise avec une tempête lorsque surgit (...)
  • 17 Cf. Bernard Teyssèdre, Naissance du Diable…, p. 46-59.

13Les compagnons d’Alexandre sont terrorisés par son entreprise qu’ils jugent des plus périlleuses. Ils lui reprocheront à son retour d’avoir mis sa vie en danger et ainsi de les avoir rendus vulnérables. Ils pensent qu’Alexandre ne reviendra pas vivant d’un voyage inconcevable que nus penser n’ose (III, v. 400). Leur peur est le reflet du sentiment commun qu’inspire la mer au Moyen Âge, cet espace mystérieux que l’on imagine rempli de créatures hostiles. Cette conception est d’ailleurs confirmée dans le roman qui évoque à plusieurs reprises des poissons géants et dévorateurs16, souvenir du monstre qui engloutit Alexandre dans le Pseudo-Callisthène, de la baleine de Jonas ou encore du Leviathan dont la gueule, gouffre sans fond, symbolise la porte des enfers17. En outre, toute descente dans les profondeurs est une expérience qui oriente traditionnellement la quête d’un héros vers l’espace infernal, dont la référence principale pour le Moyen Âge est la catabase d’Énée. Cet intertexte apparaît en filigrane dans l’extrait. En effet, Alexandre descend pour aller chercher une verité (III, v. 397), ses hommes craignent que son voyage soit sans retour possible et enfin il découvre, par comparaison avec les créatures marines qu’il rencontre, que le monde terrestre est et dampnés et perdus (III, v. 507). Cet intertexte esquissé attire l’attention du lecteur sur l’importance des enjeux de la révélation qu’Alexandre a sous la mer.

  • 18 La peur des créatures marines peut être sous entendue dans la traduction latine de l’archiprêtre L (...)

14Malgré ce contexte, lorsque Alexandre se retrouve sous l’eau, la peur n’est pas du côté du plongeur mais des poissons18. L’inversion est signalée dès les premiers vers de la description ; en effet le texte indique étonnamment que ce sont les poissons qui regardent Alexandre et non pas le contraire :

Assés fu li touniaus des poissons esgardés,
Ains n’i ot si hardi n’en fust espoëntés
Por la grant resplendor dont n’iert acostumés.
(III, v. 441-443)

15L’observateur observé devient objet de surprise et de crainte. Pour le lecteur également, c’est l’intrépide Alexandre dans son ingénieux submersible nimbé de lumière, résultat d’une grande prouesse technique soigneusement décrite, qui, plus que les poissons, est digne d’intérêt et provoque l’admiration.

16Merveille prodigieuse et inquiétante, l’explorateur impressionne et tient en respect les créatures marines, prouvant une nouvelle fois la maîtrise qu’il exerce sur le monde et sur l’élément marin en particulier. Dans le roman, il existe en effet un précédent lors de la prise de Tyr (branche II). Face à la citadelle ceinte par la mer, Alexandre parvient à dompter les flots déchaînés par une tempête en faisant frapper la surface de l’eau par ses hommes :

Li rois ot commandé la mer a laidengier,
Et li Grieu i ferirent por les ondes baissier,
Adont les veïssiés durement apaisier.
(I, v. 2766-2768)

17Dans son périple sous-marin, Alexandre affronte l’abysse, non pour accroître ses conquêtes militaires, mais afin de mettre au jour une réalité qui lui échappe. Sourd aux recommandations de ses compagnons, cet esprit curieux met sa vie en jeu dans l’espoir d’étendre ses connaissances.

Le monde marin, un miroir de chevalerie

  • 19 Catherine Gaullier-Bougassas, « La réécriture inventive… », p. 11.
  • 20 Marie-Françoise Notz, « Regard et découverte… », p. 95.
  • 21 Ainsi David J.A. Ross juge la version qu’Alexandre de Paris donne de l’expédition sous-marine d’Al (...)

18Cet enseignement, pour lequel Alexandre est prêt à risquer sa vie, peut néanmoins paraître par trop limité. Ainsi Catherine Gaullier-Bougassas note qu’Alexandre « n’acquiert aucune connaissance scientifique nouvelle19 ». Marie-Françoise Notz se demande : « Fallait-il vraiment descendre au fond des mers pour apprendre cela20 ? ». De fait, la constatation que les gros poissons mangent les petits ne constitue pas en elle-même une découverte capitale. Le lecteur du Roman d’Alexandre est enclin à s’attendre à une révélation plus extraordinaire, plus inédite. Mais Alexandre de Paris opte pour la simplicité dans sa description de la faune marine alors qu’il pouvait aisément jouer sur le sensationnel, provoquer l’effroi ou l’étonnement. Le merveilleux n’aurait nullement détonné dans le contexte de la branche III consacrée à l’exotisme indien et il aurait pu tout simplement être emprunté à l’Historia de preliis. La déception que nous avons décelée chez les critiques modernes21 fut partagée par certains lecteurs médiévaux. Nous pouvons la déduire du traitement que les adaptateurs en prose de la fin du Moyen Âge proposèrent de cet épisode.

19L’auteur de l’Alexandre en prose du milieu du xiiie siècle reprend, pour décrire la descente du héros sous la mer, de nombreux éléments empruntés au roman en alexandrins, notamment les récriminations des compagnons du Macédonien contre les risques auxquels il s’est sciemment exposé et la leçon de morale et de politique qu’Alexandre donne à ces derniers à son retour. Mais, contrairement à Alexandre de Paris, il choisit de représenter l’espace marin comme le repaire de créatures monstrueuses. Pour ce faire, non seulement il se réfère à sa source latine, J2, dans laquelle le Macédonien découvre des poissons multicolores ainsi que des créatures comparables par leur aspect aux animaux terrestres mais il juge aussi bon d’ajouter d’autres éléments fantastiques comme des baleines gigantesques ou des poissons humains chassant comme ils le feraient sur la terre.

  • 22 Le Roman de Perceforest, chap. XXV, 3643-3665.

20Au milieu du xive siècle, l’auteur du Roman de Perceforest, s’il reste fidèle dans ses grandes lignes à la version d’Alexandre de Paris lorsqu’il relate l’exploration sous-marine d’Alexandre dans le cadre d’une rêverie du héros – réminiscences des exploits passés relatés dans l’œuvre du xiie siècle – pousse l’analogie anthropomorphique plus loin en décrivant des chevaliers de mer, qui ont les testes façonnees a maniere de heaulme et au dessus tenant une espee par le pumel et par dessus le dos ung escu. Le souvenir de ces chevaliers ichtyomorphes suscite chez le Macédonien l’idée d’instaurer en Angleterre la pratique du tournoi22.

  • 23 L’épisode se situe au chapitre LX, juste après celui consacré à l’exploration aérienne du conquéra (...)

21Jean Wauquelin, au xve siècle, lorsqu’il reprend dans son roman en prose23 l’exploration sous-marine de son héros, réintroduit à son tour un bestiaire monstrueux comparable à celui de l’Alexandre en prose. Nous pouvons supposer que l’adaptateur bourguignon n’a pas été satisfait non plus par la sobriété de la peinture des fonds marins que proposait l’auteur du roman en vers et qu’elle lui est apparue comme une incongruité esthétique et thématique.

22Pour les deux prosateurs de l’Alexandre en prose et des Faicts et Conquestes d’Alexandre le Grand, comme pour celui du Perceforest, même si de façon un peu différente, l’ajout de l’étrange, du bizarre correspond à la transposition des êtres terrestres dans le milieu aquatique. Est à l’œuvre ici l’idée selon laquelle un faisceau de correspondances existerait entre le monde terrestre et le monde marin touchant à la morphologie des êtres. Cette théorie est ancienne, elle est déjà présente dans l’Antiquité, en particulier dans l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien. Chez ce naturaliste, elle découle de l’idée selon laquelle les principes générateurs viennent du ciel et tombent sur la terre ou dans la mer donnant naissance dans les deux milieux à des créatures similaires.

  • 24 « […] ainsi se vérifie l’opinion commune que tous les êtres naissant dans une partie quelconque de (...)

[…] Uera ut fiat uolgi opinio, quicquid nascatur in parte naturae ulla, et in mari esse praeterque multa quae nusquam alibi24.
(Histoire naturelle, IX, 2)

23Cette conception sera relayée au Moyen Âge par les encyclopédistes. Elle se retrouve notamment chez Gervais de Tilbury, clerc britannique de la deuxième moitié du xiie siècle qui écrivit vers 1210 les Otia Imperialia pour divertir l’Empereur Othon IV de Brunswick. À propos des dauphins il déclare :

  • 25 Gervase of Tilbury, Otia Imperialia. Recreation for an Emperor, ed. by S.E. Banks and J.W. Binns, (...)

Quisquis marini fluctus inuestigator extitit aut ipsius maris explorator, audiat et constanter affirmet nullam in nostra habitatione terrena repertam cuiusuis animantis effigiem cuius similitudinem non liceat in piscibus occeani Britannici ab umbilico superius speculari. Illic piscis monachus ad medium uentrem squama monachali piscem tegit ; illic rex piscis est coronatus ; illic miles armatus equitat ; illic canis, rictum oris aperiens ; illic porcus, quem dalfinum nominant, quem de genere militum esse uulgus auctumat, porcina sibi inter fluctus maris transmutata latenter effigie25.
(Otia imperialia, III, 63)

24L’analogie ainsi affirmée entre les mondes terrestre et marin sert le plus souvent à expliquer les merveilles du fond des océans : les hommes marins, les quadrupèdes qui, tels des cochons, évoluent sur le sol de la mer, les arbres qui portent des fruits. Le danger est que le lecteur séduit s’arrête à son étonnement et se contente du plaisir qu’il éprouve au récit de ces bizarreries sans pousser plus avant sa réflexion.

25L’historien grec du iie siècle, Arrien, lorsqu’il écrivit l’histoire d’Alexandre, fut conscient du risque de superficialité que comporte le récit des mirabilia et voulut s’en garder lorsqu’il décrivit le pays des Indiens :

Dans le présent ouvrage d’histoire, je n’ai pas mentionné les lois qu’ils observent, ni les animaux étranges que produit leur pays, ni la taille ou l’espèce des poissons ou des monstres aquatiques que produisent l’Indus, l’Hydaspe, le Gange ou d’autres fleuves indiens, ni les fourmis qui extraient l’or pour elles-mêmes, ni les griffons qui montent la garde, ni quantité d’autres choses qui sont plutôt forgées pour distraire que pour décrire la réalité.
(Anabase, V, 4, 3-4)

26Cette méfiance des historiens vis-à-vis du merveilleux est un lieu commun. Treize siècles plus tard, nous le retrouvons encore chez Vasque de Lucène, traducteur de l’histoire d’Alexandre de Quinte Curce :

  • 26 Cet extrait de l’œuvre de Vasque de Lucène (1468) encore inédite fut retranscrit par Paul Meyer da (...)

Si ne trouverez pas ici, mon tres redoubté seigneur, que Alexandre ait volé en l’air atout quartiers de mouton, ne vagué par dessoubz mer en tonneaux de voirre, ne parlé aux arbres du soleil, ne autres fables faintes par hommes ignorants la nature des choses, non cognoissans tout ce estre faulx et impossible, et memes non entendans que quant Alexandre seroit eslevé en air ou vagueroit par dessoubz mer, si ne consivrait il point la fin de son entente, car lui eslevé en l’air ne verroit nés que d’une tour, obstant la fragilité de nostre veue, et dessoubz mer le tonneau romproit, se le voirre estoit tendre, et se espés estoit, il ne verroit goutte26.

27Il existe une permanence de la prévention des auteurs aux prétentions scientifiques ou historiques vis-à-vis de l’expédition sous-marine d’Alexandre. Celle-ci est suspecte, difficilement croyable. Elle dépasse l’entendement, les capacités physiques et techniques de l’homme et ne peut qu’être de l’ordre de la fable, de la séduction mensongère.

  • 27 Cf. Danièle James-Raoul, p. 209.

28Dans une certaine mesure, Alexandre de Paris se garde du spectaculaire. L’anthropomorphisme laisse sa place à l’analogie morale, ainsi le rapprochement qu’il met en œuvre est sensiblement différent de celui que nous avons relevé chez ses successeurs puisque, si les poissons sont à l’image des hommes, ils ne reproduisent pas leur apparence physique, ni leurs activités vitales de prédation, mais leurs comportements sociaux. Si les gros poissons dévorent les petits, cela répond non à leur besoin de se nourrir mais à leur exercice du pouvoir ; la dévoration signifie les rapports hiérarchiques, la capacité ou la volonté de certains à dominer les autres. L’auteur se situe alors davantage dans un registre clérical et moralisateur que dans le registre du merveilleux romanesque. Le même procédé est en effet utilisé dans les fables animalières au service de la satire sociale. Il est par ailleurs révélateur de constater que le traitement qu’Alexandre de Paris a réservé à la description du monde sous-marin correspond à celui des auteurs de littérature encyclopédique tels ceux des bestiaires. La dévoration des petits poissons par les gros y est un trait récurrent, une des caractéristiques essentielles de l’espèce illustrée fréquemment dans l’iconographie de ces ouvrages didactiques27. Le bestiaire latin du manuscrit Ashmole 1511 de la Bodleian Library datant du début du xiiie siècle propose une description des mœurs des poissons comparable à celle du Roman d’Alexandre :

  • 28 Le Bestiaire, p. 158.

Du moins eux non plus n’ont pas le pouvoir d’échapper à la violence, et sont esclaves de la cupidité des plus puissants. Ils sont soumis à la loi selon laquelle le plus faible est la proie du plus fort. Et chez les poissons, la plupart se repaissent au détriment d’un autre. Ainsi le plus petit sert de pâture au plus grand, et le plus grand à son tour est la proie d’un plus fort. Aussi, qui a dévoré est à son tour dévoré, et dévoré et dévorant se retrouvent tous deux dans le même ventre et les mêmes entrailles, et subissent le même sort de proie et de victime. Alors pour eux comme pour nous, le Mal ne fait que croître et s’amplifier. Pour les poissons, c’est un mal qui vient de la nature ; pour les hommes, c’est un mal qui prend racine dans la cupidité. Il est remarquable que les poissons, donnés à l’homme pour son usage, lui servent en fait de miroirs qui lui renvoient ses propres vices28.

  • 29 « Le monde aquatique n’échappe pas à la règle commune et l’animal devient un miroir tendu à l’homm (...)

29L’auteur de ce bestiaire a le sentiment, tout comme Alexandre de Paris, que le monde des poissons pouvait constituer pour les hommes un miroir de leurs dysfonctionnements. Son observation doit les conduire à un amendement29.

30Ainsi, Alexandre de Paris, en faisant l’économie du merveilleux, déplace l’attention du lecteur sur un autre phénomène que celui de la singularité des créatures qui peuplent la mer. L’intérêt de la découverte d’Alexandre ne concerne pas tant l’originalité de la réalité sous-marine que l’existence entre les mondes terrestre et marin d’affinités d’ordre social et moral qui permettent une compréhension du premier par une interprétation allégorique du second. Les poissons, à l’instar des hommes, se battent et adoptent une stratégie militaire pour accroître leur efficacité. Leur société s’organise selon une hiérarchie comparable à celle qui régente la société médiévale :

Autresi comme el siecle est chascuns justiciers,
Autresi vit il la lor prevos, lors voiers ;
Sor les petis tornoit tous jors li encombriers. (III, v. 473-475)

  • 30 Roman d’Alexandre, III, v. 2240-2295.

31Les hommes comme les poissons ne vivent donc pas sur un pied d’égalité ; la loi du plus fort détermine le sort de chacun. L’équilibre peut toutefois être rétabli si les dominants adoptent certaines règles de conduite. Observer les poissons permet alors à Alexandre de mieux prendre conscience des failles qui peuvent compromettre l’harmonie universelle, à savoir la convoitise et l’avarice, deux vices dont doivent à tout prix se garder les puissants, contre lesquels il mettra longuement en garde Porus30 et dont les dangers sont exposés dès le prologue du roman. Cette prévention contribue à établir les règles d’un bon gouvernement. Le souverain doit cultiver la largesse pour s’assurer la fidélité et l’amour de ses hommes. Il doit aussi savoir se montrer impitoyable envers ses ennemis, les mauvais chefs, les rois avers qui mettent en danger l’ordre du monde et compromettent la paix. Cette alliance entre largesse et intransigeance est présentée à l’orée de l’œuvre, elle constitue l’exemple que le livre veut transmettre :

Qui vers de riche estoire veut entendre et oïr,
Por prendre bon essample de proëce acueillir,
De conoistre raison d’amer et de haïr,
De ses amis garder et chierement tenir,
Des enemis grever q’uns n’en puist eslargir.
(I, v. 1-5)

32La coexistence de ces deux préceptes politiques, garder ses amis et grever ses enemis, se retrouve dans la glose qu’Alexandre propose à ses compagnons au retour de son expédition. Si l’examen du combat des poissons lui permet de constater que la convoitise et l’avarice compromettent la concorde et vouent le monde à la damnation, il lui enseigne également la façon de devenir invincible militairement et donc de ne laisser aucune chance aux mauvais souverains et à Porus en particulier. La difficulté vient du fait que les deux leçons s’élaborent à partir de l’étude d’un même phénomène. Or ces deux interprétations superposées peuvent sembler incompatibles.

33Alexandre devient donc le lien entre l’espace inconnu des fonds marins et ceux qui lassus sont (III, v. 491). Vecteur du sens, il permet de rendre intelligible aux hommes ce qui leur échappe. Quant à l’économie de l’œuvre, la présence du voyage subaquatique au début de la branche III, consacrée en grande partie aux merveilles de l’Inde, doit être interrogée. Peut-être cet épisode donne-t-il au lecteur les clés de l’interprétation qu’il doit appliquer aux monstres qui vont lui être exposés. Le spectacle du Dentirant, des nyctiorax, des couleuvres au visage de femme et autres chimères tout aussi étonnantes ne doit pas être pur divertissement. Ce programme de lecture incite à ne pas s’arrêter à la séduction du merveilleux mais à rechercher le sens qui s’y dissimule, à découvrir les connexions cachées qui peuvent exister entre les phénomènes étranges et la réalité humaine afin de comprendre les lois universelles de la création.

34La façon de décrire les fonds sous-marins par Alexandre de Paris nous montre la diversité des influences de son roman génériquement hybride. Cette œuvre totalisante et ambitieuse – à l’image de son héros – abolit dans une certaine mesure les antagonismes. En effet, l’entreprise du héros vise à assimiler ce qui est autre, à créer une unité où tout se tient. Les mondes les plus hétérogènes sont mis en relation et placés sous son autorité. De même qu’il unifie les peuples, qu’il fait le lien entre l’Orient et l’Occident, le conquérant démontre que le monde marin n’est pas un univers obscur et hostile. Il peut devenir miroir de notre monde, riche d’enseignement pour qui désire en prendre connaissance et pour qui est capable d’y porter la lumière.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Textes

Der Altfranzösische Prosa-Alexanderroman nach der Berliner Bilderhandschrift nebst dem lateinischen Original der Historia de Preliis (Rezension J2), hrsg. von Alfons Hilka, Halle, 1920 ; réimpression, Genève, Slatkine reprints, 1974.

Arrien, Histoire d’Alexandre. L’anabase d’Alexandre le Grand, trad. par Pierre Savinel et Flavius Arrien entre deux mondes par Pierre Vidal-Naquet, Paris, Les éditions de Minuit, 1984.

Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre. La vie et les hauts faits d’Alexandre de Macédoine, traduit et commenté par Gilles Bounoure et Blandine Serret, Paris, Les Belles Lettres, 1992 [La Roue à Livres].

Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, traduit du grec par Aline Tallet-Bonvalot, Paris, Flammarion, 1994 [GF].

Bestiaire, texte intégral traduit en français moderne par Marie-France Dupuis et Sylvain Louis. Reproduction en fac-similé des miniatures du manuscrit de Bestiaire Ashmole 1511 de la Bodleian Library d’Oxford. Présentation et commentaires de Xénia Muratova et Daniel Poirion, Paris, Philippe Lebaud, 1988.

Historia Alexandri Magni (Historia de preliis), Rezension J1, hrsg. von Alfons Hilka und Karl Steffens, Meisenheim am Glan, Verlag Anton Hain, 1979 [Beiträge zur klassischen Philologie ; 107].

Historia Alexandri Magni (Historia de preliis), Rezension J2, zwei Teile, hrsg. von Alfons Hilka, Meisenheim am Glan, Verlag Anton Hain, 1976 und 1977 [Beiträge zur klassischen Philologie ; 79 und 89].

Historia de preliis Alexandri Magni, Rezension J3, hrsg. von Karl Steffens, Meisenheim am Glan, Verlag Anton Hain, 1975 [Beiträge zur klassischen Philologie ; 73].

Jehan Wauquelin, Les Faicts et les Conquestes d’Alexandre le Grand, éd. par Sandrine Hériché, Genève, Droz, 2000 [TLF ; 527].

The Medieval French Roman d’Alexandre, 6 vol., Princeton, Elliot Monographs : t. 2 : « Version of Alexandre de Paris Text », ed. by E. C. Armstrong, D. L. Buffum, B. Edwards and L. F. H. Lowe, 1937 ; new edition, New York, Kraus Reprints, 1965.

Le Roman de Perceforest, première partie, éd. critique par Jane H. M. Taylor, Genève, Droz, 1979 [TLF ; 279].

Études

Gaullier-Bougassas, Catherine, « La réécriture inventive d’une même séquence : quelques versions du voyage d’Alexandre sous la mer », Bien dire et bien aprandre 14, 1996, p. 7-19.

Harf-Lancner, Laurence, « Alexandre Le Grand dans les romans français du Moyen Âge. Un héros de la démesure », Alexandre le Grand, figure de l’incomplétude. Actes de la table ronde de la Fondation Hugot du Collège de France, 31 mai 1997, textes réunis par François de Polignac, Rome, École française de Rome, 2000, p. 51-63 [Mélanges de l’École française de Rome (MEFRM), CXII, 2000-1].

Henry, Albert, « Étude sur les sources du Roman d’Alexandre de Lambert li Tors et Alexandre de Bernay. Importance de l’Historia de Preliis », Romania 62, 1936, p. 433-480 (part. p. 456-457).

Hériché, Sandrine, « Immersion et survivance dans Les Faicts et les conquestes d’Alexandre le Grand de Jehan Wauquelin (xve siècle) », Dans l’eau, sous l’eau. Le monde aquatique au Moyen Âge, éd. par Danièle James-Raoul et Claude Thomasset, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2002, p. 339-355 [Cultures et civilisations médiévales ; 25].

James-Raoul, Danièle, « Inventaire et écriture du monde aquatique dans les bestiaires », Dans l’eau, sous l’eau. Le monde aquatique au Moyen Âge, éd. par Danièle James-Raoul et Claude Thomasset, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2002, p. 175-226 [Cultures et civilisations médiévales ; 25].

Meyer, Paul, Alexandre le Grand dans la littérature française du Moyen Âge, 2 tomes, Paris, Vieweg, 1886.

Notz, Marie-Françoise, « Regard et découverte dans Le Roman d’Alexandre », Eidôlon 42, mai 1994, p. 91-99.

Piemontese, Angelo, « Le submersible Alexandrin dans l’abysse, selon Amir Khusrau », Alexandre le Grand dans les littératures occidentales et proche-orientales. Actes du Colloque de Paris, 27-29 nov. 1997, textes réunis par Laurence Harf-Lancner, Claire Kappler et François Suard, Université de Paris X- Nanterre, Centre des Sciences de la Littérature, 1999, p. 253-271.

Polignac, François de, « Alexandre maître des seuils et des passages : de la légende antique au mythe arabe », Alexandre le Grand dans les littératures occidentales et proche-orientales. Actes du Colloque de Paris, 27-29 nov. 1997, réunis par Laurence Harf-Lancner, Claire Kappler et François Suard, Université de Paris X- Nanterre, Centre des Sciences de la Littérature, 1999, p. 215-225.

Ross, David J.A., « Blood in the Sea : An Episode in Jourdain de Blaivies », Studies in the « Alexander Romance », Londres, The Pindar Press, 1985, p. 254-263.

Ross, David J.A., « Alexander and the Faithless Lady : A Submarine Adventure », Studies in the « Alexander Romance », Londres, The Pindar Press, 1985, p. 384-403. Tattersall, Jill, « Expedition, Exploration and Odyssey. Extended Voyage Themes, and their treatment, in some early French texts », Mélanges Woledge, Genève, Droz, 1987, p. 191-214.

Teyssèdre, Bernard, Naissance du Diable. De Babylone aux grottes de la mer Morte, Paris, Albin Michel, 1985.

Notes

1 J’aimerais adresser mes remerciements à Olivier Collet, Danièle James Raoul et Cécile le Cornec pour leurs conseils qui m’ont permis de compléter et d’amender mon travail. Que Peter Andersen soit également assuré de toute ma reconnaissance. Il a eu la générosité de me donner accès à la partie de sa thèse non publiée, L’Alexandre du Grosser Seelentrost ; l’Alexandre de Wernigerode ; l’Alexandre de Wichbolt : trois adaptations allemandes du Roman du Pseudo-Callisthène. Cette étude érudite m’a permis de mieux comprendre les liens de filiation entre les différentes versions du Roman grec et leurs adaptations latines. Enfin je tiens à exprimer ma gratitude à Mme Connochie-Bourgne et à M. Jean Subrenat pour l’accueil chaleureux qu’ils nous ont réservé. Ainsi ces rencontres aixoises furent, outre l’occasion d’échanges intellectuels fructueux, un moment fort convivial.

2 Nous renvoyons pour la littérature arabe aux études d’Angelo Piemontese et de François de Polignac mentionnées dans la bibliographie.

3 L’Épitomé de Julius Valerius est très proche du manuscrit A, seul témoin de la recension α du Pseudo-Callisthène. C’est le texte de ce manuscrit que traduit Aline Tallet-Bonvalot.

4 Aucun texte grec appartenant à cette tradition ne nous est parvenu. Cependant Léo dans son prologue mentionne le manuscrit grec qu’il aurait trouvé à Constantinople, recopié puis traduit en latin pour le duc Jean III de Campanie.

5 Voir Paul Meyer, Alexandre le Grand dans la littérature…, II, p. 164 et Albert Henry, « Étude sur les sources du Roman d’Alexandre… », p. 456-457.

6 J1 date de la fin du xie siècle ; J2 du milieu du xiie siècle. Cette deuxième adaptation constitue la source du Roman d’Alexandre en prose (milieu du xiiie siècle). J3 a été écrit à la fin du xiie ou au début du xiiie siècle. Les adaptateurs de J2 et J3 travaillèrent de façon indépendante à partir de la première rédaction J1.

7 « Vidi ibi diversas figuras piscium atque ex diversis coloribus ; vidi ibi et alias bestias habentes imagines terrenarum bestiarum ambulentes per fundum maris quasi quadrupedia » (Pfister, p. 126, 20 sq.)

8 « Viditque ibi diversas figuras piscium ex diversis coloribus, seu et beluas habentes imagines bestiarum terrarum, ambulantes per fundum maris cum pedibus sicuti bestie per terram, comedentes fructus arborum que nascuntur in profundum maris. » (Hilka, Steffens, 116, 812).

9 Il est à signaler cependant l’existence d’un manuscrit de J2 datant du xiiie siècle (M1 : München, Staatsbibliothek lat. 824) présentant Alexandre qui descend sous l’eau en compagnie d’un chien, d’un chat et d’un coq. Le sang du chien est censé permettre à Alexandre d’être rejeté par la mer au cas où ses hommes le laisseraient au fond de l’eau – nous retrouvons illustrée ici la croyance selon laquelle la mer ne tolère pas le sang – le chat est destiné à purifier l’air en filtrant le souffle d’Alexandre et le coq à indiquer l’heure par son chant. Cette version de l’épisode se retrouve dans plusieurs textes arabes, mais aussi dans des œuvres germaniques qui se distinguent par le récit d’un abandon d’Alexandre dû à une trahison de ses hommes ou encore à celle d’une femme. Voir à ce propos David J. Ross, « Alexander and the faithless lady… ».

10 Alexandre de Paris s’écarte toutefois de sa source latine par l’ajout de deux détails : il descend accompagné de deux chevaliers (détail qui apparaît dans le al-Ma’sudi et l’Ethiopian Alexander) et le bathyscaphe est scellé avec du plomb et non avec de la poix (élément qui se trouve dans le Pseudo-Callisthène, recension β livre II, chap. 38). Voir The Medieval french Roman d’Alexandre, ed. by Edward C. Armstrong, vol. VI, Princeton, 1976, « notes to branch III », p. 26-27.

11 La leçon qu’Alexandre tire de son expérience sous les mers est commentée par Alexandre Neckham dans son De Naturis rerum ainsi que dans la Laus Sapience divine.

12 Nous reprenons ici le titre de l’article de François de Polignac : « Alexandre maître des seuils et des passages : de la légende antique au mythe arabe ». Cf. bibliographie.

13 Cette descente dans les fonds sous-marins sera complétée par l’ascension d’Alexandre transporté jusqu’au ciel dans une nacelle par des griffons. (III, v. 4949-5078). Ces deux expériences de la verticalité ont souvent été mises en parallèle.

14 Le pothos nage historique comme légendaire du Macédonien. Cf. Gilles Bounoure dans son introduction au Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène, p. XXIX.

15 La Prise de Defur et le Voyage d’Alexandre au Paradis terrestre, ed. by L. P. G. Peckham et M. S. La Du, Princeton, 1935 [Elliott Monographs ; 35].

16 Lors de la prise de Tyr, Alexandre et ses compagnons sont au prise avec une tempête lorsque surgit des flots une puissance chtonienne à l’apparence de poisson : Lor vint une samblance en guise de poisson / Errant par mi la mer, fendant a esperon ; / La goule porte ouverte a guise de dragon / Et gete fu et flambe durement a bandon, Les nes et la cité enclot tout environ (II, v. 2755-2759). À l’orée de la forêt des filles fleurs se trouvent un pont orné de deux automates qui en empêchent le franchissement. Alexandre demande conseil aux deux vieillards qui l’accompagnent. Le plus vieux met un terme à l’enchantement en jetant un des automates à l’eau où un poisson l’engloutit et en faisant en sorte que des démons emmènent le deuxième (III, v. 3422-3448). Dans ces deux exemples, il faut relever le parallèle établi entre créatures marines et créatures infernales. Enfin, il est fait allusion à la baleine de Jonas à la branche IV du roman (IV, v. 1256-1258).

17 Cf. Bernard Teyssèdre, Naissance du Diable…, p. 46-59.

18 La peur des créatures marines peut être sous entendue dans la traduction latine de l’archiprêtre Léo ainsi que dans ses trois adaptations qui mentionnent l’approche puis la fuite des quadrupèdes marins (« Veniebant usque ad me et fugiebant », Pfister, p. 126).

19 Catherine Gaullier-Bougassas, « La réécriture inventive… », p. 11.

20 Marie-Françoise Notz, « Regard et découverte… », p. 95.

21 Ainsi David J.A. Ross juge la version qu’Alexandre de Paris donne de l’expédition sous-marine d’Alexandre en des termes sévères : « a very verbose and sententious account of the adventure inserted in the Old French verse Roman d’Alexandre by its final redactor Alexandre de Paris – a dreary piece of sermonising on the big fish eating the little ones ». Cf. « Alexander and the Faithless Lady… », p. 386.

22 Le Roman de Perceforest, chap. XXV, 3643-3665.

23 L’épisode se situe au chapitre LX, juste après celui consacré à l’exploration aérienne du conquérant. Les deux épisodes ont donc bien été sentis par le prosateur bourguignon comme devant être mis en parallèle. Ils n’encadrent en revanche plus les aventures indiennes mais sont insérés en leur sein. Il est à noter que cette succession immédiate des deux épisodes prévalait dans les adaptations grecques du Pseudo-Callisthène comme dans ses adaptations latines (texte de Léo, J1, J2 et J3).

24 « […] ainsi se vérifie l’opinion commune que tous les êtres naissant dans une partie quelconque de la nature se trouvent aussi dans la mer, sans compter beaucoup d’autres qui n’existent nulle part ailleurs. » Pline l’Ancien, Histoire naturelle, IX, 2, éd. par E. de Saint-Denis, Paris, Les Belles Lettres, 1955.

25 Gervase of Tilbury, Otia Imperialia. Recreation for an Emperor, ed. by S.E. Banks and J.W. Binns, Oxford, Clarendon Press, 2002, p. 679.
Que tous ceux qui ont sondé les ondes marines ou exploré le fond même de la mer entendent et sachent bien ceci : il n’y a pas d’être vivant habitant sur notre terre dont on ne puisse observer l’image ressemblante chez les poissons de la mer d’Angleterre, du nombril à la tête : ici le poisson moine se revêt d’écailles monacales jusqu’au milieu du ventre ; là le poisson roi porte couronne, là le chevalier tout armé chevauche sa monture ; voici le chien qui retrousse ses babines, et voilà le porc qu’on appelle dauphin : le peuple pense qu’il est de la race des chevaliers, ayant pris l’apparence porcine, caché parmi les vagues marines. (III, 63)
Gervais de Tilbury, Le Livre des merveilles, trad. par Annie Duchesne, Paris, Les Belles Lettres, 1992, p. 75 [La Roue à Livres].

26 Cet extrait de l’œuvre de Vasque de Lucène (1468) encore inédite fut retranscrit par Paul Meyer dans Alexandre le Grand dans la littérature du Moyen Âge, Paris, F. Vierweg, 1886, vol. 2, p. 379. Olivier Collet a donné une traduction de certains passage des Faictz et gestes d’Alexandre le Grant de Vasque de Lucène dans Splendeurs de la cour de Bourgogne. Récits et chroniques, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1995, p. 565-627. Nous renvoyons aussi l’étude de Marie-Françoise Notz mentionnée dans la bibliographie.

27 Cf. Danièle James-Raoul, p. 209.

28 Le Bestiaire, p. 158.

29 « Le monde aquatique n’échappe pas à la règle commune et l’animal devient un miroir tendu à l’homme pour qu’il puisse mieux connaître le monde et lui-même. », Danièle James-Raoul, p. 210.

30 Roman d’Alexandre, III, v. 2240-2295.

Auteur

Université de Genève, Suisse

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540