Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Le rôle de la mer comme élément structurant dans l’univers de Gottfried

Peter Hvilshøj Andersen

Texte intégral

  • 1 Vers l’ouest erre son regard ; vers l’est vogue le navire.

Westwärts
schweift der Blick ;
ostwärts
streicht das Schiff1.
(v. 1-4)

  • 2 Pour les personnages principaux, j’emploie les formes francisées.
  • 3 V. 22 : auf ruhiger See (sur une mer paisible).

1L’opéra de Wagner s’ouvre sur ces paroles d’un marin invisible. Yseut2 est dans sa cabine à l’avant du bateau que Tristan dirige vers la côte de Cornouailles. Le maître de Bayreuth a délibérément choisi de faire l’économie de tout ce qui précède ce voyage fatidique pour nous plonger in medias res, à savoir la scène centrale où les deux protagonistes vont consommer le philtre. En situant tout le premier acte sur le pont du bateau, Wagner réussit un coup de génie. Il a pleinement compris le profit qu’il pouvait tirer d’une mer en toile de fond bien qu’elle soit chez lui désespérément calme 3 au goût de l’héroïne qui conjure en vain les vents pusillanimes de se soulever :

  • 4 Arrachez à son sommeil cette mer qui rêvasse, réveillez dans l’abîme son avide impétuosité.

Treibt aus dem Schlaf
dies träumende Meer,
weckt aus dem Grund
seine grollende Gier4 !
(v. 47-50)

2À l’arrière du bateau, son futur amant scrute les flots d’air méditatif. Il se tient à tribord, donc près du gouvernail, lorsque Wagner nous le met pour la première fois sous les yeux. Il a alors les bras croisés. Pourtant, quelques instants plus tard quand, par l’intermédiaire de Brangaine, Yseut lui ordonne de venir, Tristan prétexte de ses responsabilités de timonier pour ne pas obtempérer à l’ordre de la princesse irlandaise. Cette analyse sommaire des premières scènes du livret de Wagner montre à l’évidence que la légende de Tristan ne réduit pas toujours la mer à une simple figurante. L’élément marin constitue bien plus qu’une toile de fond, il joue parfois un rôle de premier plan.

3Nous allons ici abandonner l’opéra de Wagner pour nous tourner vers le texte qui fait l’objet de la présente analyse : le Tristan de Gottfried de Strasbourg, écrit au début du xiiie siècle. Comme on le sait, l’adaptateur allemand s’est inspiré du poème de Thomas d’Angleterre dont il ne nous reste que quelque 3 000 vers représentant vraisemblablement à peu près un dixième de l’œuvre initiale. Pour mieux appréhender la technique d’adaptation de l’auteur allemand, nous en sommes réduits à comparer son texte aux autres versions issues de l’œuvre de Thomas, principalement la saga norroise du frère Robert dont le récit en prose abrège fortement la source anglo-normande.

4Gottfried semble suivre la trame générale de son modèle avec une fidélité certaine, mais le traitement du conflit témoigne d’une incontestable originalité. Comme sa source, l’œuvre allemande appartient au groupe des versions dites « courtoises » et Gottfried n’a visiblement pas connaissance des deux versions dites « communes », ni de celle de Béroul, ni de celle de son compatriote Eilhart von Oberg.

5Le Tristan de Gottfried est une œuvre inachevée. Aucun des manuscrits conservés ne relate ce qui se passe après la rencontre entre le héros et Yseut aux Blanches Mains. Les textes qui nous sont parvenus – une petite trentaine en comptant les fragments – représentent un total d’à peine 20 000 vers qui s’achèvent sur un long monologue où Tristan tente de se justifier par rapport à Yseut la Blonde (v. 19548).

6À la différence de Wagner qui s’est pourtant inspiré pour son livret de traductions modernes de l’auteur de Strasbourg, Gottfried ne présente pas la mer comme actrice potentiellement mortifère. La mer est un lieu de passage entre trois mondes distincts. Au milieu de l’univers gottfriedien se trouvent les terres du roi Marc qui règne sur la Cornouailles britannique et sur l’Angleterre. Il réside à Tintagel, mais convoque aussi un concile à Londres. Autour de ce pivot central, nous trouvons deux mondes périphériques : l’Irlande d’une part et la Parmenie d’autre part, le pays de Tristan et de son père Rivalin. Si les autres lieux nous sont familiers, on ignore où se trouve précisément cette étrange Parmenie où Gottfried localise une bonne partie de l’action initiale. Ce royaume se situe logiquement sur le continent européen et le nom est sans doute en dernier lieu une altération de l’Armorique. Néanmoins, ce pays s’insère mal dans la géographie réelle.

  • 5 V. 15348 : bischof von Thamise.

7On n’a pas manqué de critiquer les notions géographiques pour le moins approximatives de notre auteur allemand qui ne paraît pas décrire la topographie de son roman de visu. La Bretagne (Britanje) désigne tantôt une partie de la Grande-Bretagne (v. 434, 3834), tantôt la Bretagne continentale (v. 3097), connue longtemps sous l’appellation latine Britannia minor. Parfois, il est impossible de déterminer sa localisation (v. 7580, 18687). Lors du concile de Londres, un des participants est l’évêque de Tamise5. Le fleuve est visiblement pris pour un nom de ville ou de région. Gottfried évoque également à deux reprises (v. 3681, 8068) une ville du nom de Lut qui paraît se situer sur le continent, mais qui renvoie également à la ville de Londres. Un des descendants du Troyen Brutus, fondateur légendaire de la capitale anglaise, se serait en effet appelé Lud et c’est lui qui aurait renforcé les fortifications de la ville.

  • 6 Sneyd 1, v. 661, 736, 863 ; Douce, v. 834, 886, 938.
  • 7 Douce, v. 1313-1315 : Et riche veissele de Curs, vin de Peito, osisels d’Espaine (Curs est probabl (...)
  • 8 Douce, v. 1320 : Uit iurs et uit nuz i a curu (uit pour uint ?)
  • 9 Cordage qui servait à tenir une voile (de l’anglais bowline).

8Quoi qu’il en soit, les contours géographiques de l’univers gottfriedien restent extrêmement flous. Quel contraste avec son modèle anglo-normand ! Chez Thomas, les différentes évocations de la Bretagne 6 renvoient clairement à la Bretagne continentale, pays de Tristan. C’est surtout à la fin du roman que nous pouvons nous représenter la géographie de Thomas. Mortellement blessé, Tristan envoie son beau-frère Caherdin comme messager auprès d’Yseut la Blonde, seule personne susceptible de le guérir. Le poète précise que le messager se déguise en marchand et, pour ce faire, emporte de la vaisselle de Tours, du vin de Poitou et des oiseaux d’Espagne7. Il est même capable d’indiquer la durée de la traversée pour atteindre Londres : 8 jours8, peut-être une altération pour 20 jours. Dans ce cas, il s’agirait d’une amplification purement épique destinée à accroître le suspense, car Caherdin ne dispose que de 40 jours pour revenir, délai au-delà duquel Tristan se croit incapable de survivre (v. 1280). L’auteur anglo-normand décrit l’arrivée à Londres avec réalisme. Caherdin s’engage dans l’embouchure de la Tamise, remonte le fleuve et jette l’ancre dans un port avant de continuer dans une barque jusqu’au pont de Londres (Douce, v. 1372-1377). Yseut accepte bien entendu de voler au secours à son amant souffrant de l’autre côté de la Manche. La nuit, elle s’enfuit de la ville par une poterne, précisément au moment de la marée haute afin de pouvoir bénéficier du jusant lorsqu’elle descend la Tamise à la rame. La veinarde peut même profiter d’un vent favorable jusqu’à l’embouchure où le bateau l’attend. Après la traversée de la Manche, le navire atteint la côte française, passe devant les ports de Wissant, de Boulogne et du Tréport (Douce, v. 1535-1536) et longe la côte normande (Douce, v. 1539). Alors que la côte bretonne est en vue et que le canot de débarquement est déjà mis en mer, Thomas, le dramaturge démiurge, déclenche une tempête du diable. Un violent vent du Sud se lève, frappe la voile de plein fouet et déporte le navire. Les marins courent au lof (c’est-à-dire du coté d’où vient le vent) et même s’ils redressent la voile, ils sont impuissants devant le déchaînement des éléments. Les vagues se creusent, la mer devient noire, il se met à pleuvoir et à grêler, à telle enseigne que les boulines 9 et haubans se rompent. On finit par amener la voile et laisse dériver le bateau.

9Yseut profite de la situation dramatique pour déclamer un long monologue pathétique dans lequel elle interprète la tempête comme l’expression d’une volonté divine de lui causer la mort. Ce qui la chagrine n’est pas la mort en soi, mais le fait de mourir loin de son amant. Il reste un dernier espoir pour elle et son amant s’il vient se noyer avec elle :

  • 10 Un même poisson pourra nous dévorer ; ainsi aurons-nous par chance, mon amant, une même sépulture. (...)

Uns peissuns poust nus dous mangier :
Eissi avrum par aventure,
Bels amis, une sepulture ;
Tel hume prendre le purra,
Ki noz cors i reconuistra,
E fra en puis si grant honur,
Cume covent a nostre amur10.
(Douce, v. 1657-1663)

10Aux yeux de l’héroïne, la mer est certes mortifère, mais en même temps rédemptrice. Yseut a tout son temps pour se lamenter, car la tempête dure plus de 5 jours (Douce, v. 1698). Nous sommes au terme du délai de 40 jours et la côte bretonne est enfin en vue. On se dépêche de hisser la voile blanche annonciatrice pour le moribond de l’arrivée de la thérapeute irremplaçable. Or, soudain survient une canicule qui provoque le calme plat, la bonace. On ne peut gagner la côte, car le canot de débarquement a été détruit pendant la tempête. Yseut aux Blanches Mains est au courant du délai de 40 jours, car elle a épié la conversation entre son frère et Tristan (Douce, v. 1337-1339). Elle profite du retard de sa rivale pour annoncer à son mari que la voile est noire. En entendant ce mensonge, le malheureux rend l’âme.

  • 11 Douce, v. 1617-1619 : Deus ne volt pas que io tant vive / Que io Tristran mun ami veie : Neié em m (...)
  • 12 Cf. les tempêtes déclenchées par Junon dans l’Enéide (chant I) ou par Poséidon dans l’Odyssée (cha (...)

11Thomas transforme l’élément marin en un acteur à part entière. La mer sort de son rôle de décor statique et devient complice du meurtre final. Bien qu’Yseut s’imagine que la tempête est une punition divine11, la mer n’est pas explicitement instrumentalisée par une puissance supérieure au même titre que les tempêtes des épopées antiques12. La mer se déchaîne de façon autonome chez Thomas.

  • 13 V. 2409-2410 : dem winde, mer und elliu craft / bibende sint dienesthaft.

12Rien de tel chez Gottfried qui décrit pourtant plus d’une douzaine de voyages maritimes qui tous se déroulent très paisiblement, à une exception près. Il s’agit du baptême de mer du jeune héros, alors âgé de 14 ans seulement (v. 2131). Des marchands norvégiens accostent en Parmenie avec des faucons et autres oiseaux de chasse et éveillent ainsi la curiosité de Tristan qui obtient l’autorisation de Rual, son père adoptif, de se rendre sur le navire. Il y découvre un échiquier et engage aussitôt une partie avec son maître Kurvenal. Émerveillés par les capacités intellectuelles de leur jeune chaland, les Norvégiens décident de l’enlever, chose d’autant plus aisée que leur victime est tellement absorbée par le jeu qu’il ne s’aperçoit de rien jusqu’à la fin de la partie, mais le navire est alors à une lieue de la côte. On laisse Kurvenal repartir dans une barque. Au moment de quitter le navire, le maître confie le jeune homme à la protection de Dieu (v. 2397-2400) et c’est explicitement celui « à qui vents, mer et tous les éléments obéissent en tremblant13 » qui déclenche une tempête. La description de la houle n’a rien de très réaliste :

  • 14 Car il ne leur restait rien d’autre que de monter avec la mer déchaînée pour ainsi dire jusqu’aux (...)

wan ir dinges was nimê,
wan daz si mit dem wilden sê
ûf als in den himel stigen
und iesâ wider nider sigen
als in daz abgründe14.
(v. 2425-2429)

13La mer gottfriedienne se situe sur un axe vertical, à mi-chemin entre le ciel et l’enfer, entre le salut et la damnation. Au bout de huit jours, les ravisseurs se repentent du péché commis. À peine ont-ils décidé de libérer leur otage que la mer s’apaise au large de la côte de Cornouailles. Dans cette scène, la mer est l’instrument d’une justice immanente. Elle exerce une fonction résolument positive et contribue directement à la libération de l’innocent captif. Elle est salvatrice.

14Nous remarquons au passage que Gottfried ne nous abreuve pas de termes techniques propres à la navigation. Le navire sur lequel le héros se trouve n’est pas tant une embarcation tangible avec voilure et gréement, comme chez Thomas. C’est davantage une allégorie de l’Homme ballotté au gré de son destin. À la différence de son adaptateur allemand, Thomas nous donne l’impression d’être un marin chevronné.

15Le poète allemand ne nous apporte pas de précision géographique contrairement à son modèle anglo-normand qui décrit l’itinéraire d’Yseut avec une précision telle que nous croyons avoir sous les yeux une carte maritime. Chez l’auteur allemand, le héros arrive comme par enchantement en Cornouailles. La traversée tumultueuse correspond à une transposition d’un monde à un autre. Aucun détail ne nous permet de situer la Parmenie par rapport à la Cornouailles. Les huit jours ne sont pas indicatifs d’une quelconque distance, car durant ce temps, le bateau dérive dans un espace presque tridimensionnel :

  • 15 Les flots tumultueux les chassaient tantôt vers le haut, tantôt vers le bas, tantôt par-ci, tantôt (...)

Si triben die tobenden ünde
wîlent ûf und wîlent nider,
Iezuo dar und iasâ wider15.
(v. 2430-2432)

16Il est significatif que Gottfried n’évoque jamais les points cardinaux. L’imprécision de son univers a visiblement décontenancé ses successeurs autant que les philologues. Dès les premiers vers, Wagner s’empresse de nous signaler que la traversée d’Irlande vers la Cornouailles est un voyage d’Est en Ouest.

  • 16 V. 1100-1101 : he wolde eir vorderbin / ûf dem wazzer eine.

17La tempête décrite par Gottfried au début de son roman est une invention de Thomas, à en croire la saga norroise qui la relate également. C’est donc un vestige de la tradition à laquelle l’adaptateur allemand ne pouvait que difficilement se soustraire. Chez Eilhart, qui reflète sans doute ici une strate plus archaïque, la première traversée vers la Cornouailles se déroule sans encombres (v. 265-268). Ce poète allemand attribue la première arrivée du héros en Irlande à une tempête (v. 1148-1158). Empoisonné par la blessure infligée par Morholt, Tristan exhale en Cornouailles une telle puanteur qu’il « pense qu’il est préférable de mourir tout seul sur l’eau16 ». Dans la saga, il part expressément pour l’Irlande, mais doit affronter une tempête avant d’arriver à Dublin au terme de son voyage. Chez Gottfried, la destination du voyage est clairement énoncée avant le départ et c’est pourquoi Gottfried supprime la tempête qui n’a plus de raison d’être sur le plan narratif. Le poète allemand n’indique aucun détail géographique, météorologique ou temporel concernant la traversée. Tristan se dirige tout simplement vers Irlande par une route maritime. Au terme de la traversée, le bateau jette l’ancre au large de Dublin (v. 7362-7419).

18Dans l’univers romanesque imaginé par Gottfried, l’Irlande n’est pas une île située à l’ouest de la Grande-Bretagne. C’est simplement un monde qui fait pendant à la Parmenie dans un triptyque parfaitement symétrique où le royaume du roi Marc constitue le panneau central. Chez ce poète allemand, l’Irlande, la Cornouailles et l’Angleterre sont des entités géographiques aussi abstraites que cette mystérieuse Parmenie d’où vient le héros. Ces trois mondes qui se ressemblent étrangement sont séparés par des mers qui exercent avant tout une fonction démarcative. Ce sont des îlots possédant chacun une ville principale située au bord de l’eau : Tintagel en Cornouailles, Dublin en Irlande et Canoel en Parmenie. Gottfried est le seul à mentionner une ville de ce nom (v. 1643). Tout rapprochement avec des localités réelles est sujet à caution. Le poète lui-même affirme que le père de Tristan doit son surnom de Canelengres au nom de cette ville. C’est peut-être exactement l’inverse. Par souci de symétrie, Gottfried était sans doute désireux de tirer la capitale parménienne de l’anonymat. Pour ce faire, il a pu tout simplement s’inspirer du surnom du souverain de Parmenie.

  • 17 Les avis divergent sur la localisation de la région du Loonois.
  • 18 V. 16 : Suhtwales ( = South-Wales).

19Une mer sépare le pays de Rivalin et de son fils Tristan de Cornouailles. Il n’en a pas toujours été ainsi. Chez Eilhart, le pays de Rivalin s’appelle Lohnois (v. 76), origine que Gottfried s’empresse de récuser en s’appuyant curieusement sur Thomas pour certifier que le père de Tristan vient de Parmenie (v. 324-330). Compte tenu de son souci de précision géographique, on peut douter que notre poète anglo-normand se soit contenté d’une indication aussi vague. La saga, qui évoque simplement Bretland (la Bretagne), ne nous est ici d’aucun secours. Il est possible qu’à l’origine le pays évoqué par Eilhart eût un rapport avec Lothian, région située au sud de l’Écosse17. Tristan et son père semblent en effet s’inspirer de personnalités historiques originaires de l’Écosse. Tristan pourrait être un diminutif du nom de Drost, sous lequel plusieurs rois pictes ont régné dans le Haut Moyen Âge. Or, par des stades qu’il est aujourd’hui difficile de reconstituer dans le détail, le héros légendaire s’est éloigné de son pays d’origine pour s’établir enfin de l’autre côté de la Manche. N’oublions pas qu’il semble avoir aussi des attaches en Pays de Galles d’où il est originaire d’après le Lai du Chèvrefeuille de Marie de France18.

20Gottfried se dégage partiellement de la réalité géographique et tend vers une topographie purement idéelle. Il est néanmoins prisonnier de la tradition pour la désignation des pays du roi Marc et de son épouse Yseut. C’est sans doute pourquoi l’Irlande, la Cornouailles et l’Angleterre conservent leurs noms usuels. Le triptyque créé par Gottfried correspond parfaitement à la configuration triangulaire qui sous-tend tout le roman. Marc en constitue l’élément central. Il incarne l’immobilité et ne s’éloigne pas de ses pays. Il ne s’engage en tout cas jamais en mer pour se rendre dans les deux autres mondes, sauf évidemment chez Wagner qui le fait débarquer chez Tristan dans la dernière scène, quelques instants après sa femme. L’Irlande, le monde d’Yseut, constitue l’un des deux volets mobiles du triptyque. La princesse irlandaise est unie au roi par les liens du mariage et effectue traditionnellement deux traversées qui la conduisent enfin au pays de Tristan. Le pays du roi Marc est une escale incontournable. L’œuvre de Gottfried étant restée un torse, elle n’y fera évidemment pas le second voyage.

21Aucun personnage ne se rend jamais directement d’Irlande au pays de Tristan ou inversement, quelle que soit la version. Le second volet, Tristan, ne communique nullement avec le premier. Le héros dépend du roi Marc par les liens du sang et de la féodalité. C’est lui qui effectue le plus de traversées bien que leur nombre varie selon les versions. Penchons-nous d’abord sur les traversées entre la Parmenie et la Cornouailles. La première partie du roman de Gottfried se ponctue des 6 traversées suivantes :

  • 19 Je ne tiens pas compte du voyage des marins norvégiens vers la Parmenie (v. 2149-2155) qui s’effec (...)

1. Attiré par les mœurs raffinées qui règnent à la cour du roi Marc, Rivalin part en Cornouilles avec douze compagnons.
(v. 470-481)
2. La Parmenie ayant été attaquée par Morgan, Rivalin retourne chez lui. Enceinte de Tristan, Blanchefleur, la sœur du roi Marc, s’enfuit avec lui.
(v. 1578-1585)
3. Tristan se fait enlever et déposer en Cornouailles après huit jours de tempête19.
(v. 2304-2475)
4. Parti à la recherche de son enfant adoptif, Rual, le maréchal de Rivalin, arrive successivement en Norvège, en Irlande, au Danemark, en Grande-Bretagne et parvient enfin à Tintagel en Cornouailles au bout de quatre années.
(v. 3757-3883)
5. Désireux de venger Rivalin, son père biologique tué par l’armée de Morgan, Tristan repart en Parmenie en compagnie de Rual.
(v. 5172-5176)
6. Après avoir tué l’assassin de son père, Tristan confie son pays à Rual et repart avec Kurvenal en Cornouailles pour accroître son prestige.
(v. 5868-5869)

22Bien qu’il faille certainement se garder de prêter à Gottfried une quelconque volonté de composition numérique, on note que les six traversées sont réparties de façon assez régulière et que cette partie du roman comprend environ 6 000 vers.

  • 20 V. 2063 : in vremediu lant.

23À côté de ces voyages maritimes, on relève quelques déplacements apparemment terrestres. Après s’être rendu en bateau du Danemark en (Grande-) Bretagne – sans que l’auteur précise qu’il s’agit d’une traversée de la mer du Nord – Rual continue son périple à pied pour arriver à Tintagel. Plus obscur est le voyage entrepris par le jeune Tristan. À sept ans, il est envoyé « dans les pays étrangers20 » pour faire des études. Sept ans plus tard, son père adoptif le ramène à la maison (v. 2132). Il n’est pas interdit de penser que Gottfried reste ici délibérément vague pour ne pas détruire la symétrie qu’il cherche à établir avec la seconde partie du roman.

24Qu’en est-il du conflit avec Morgan ? Ce personnage est présenté comme le duc breton qui avait investi Rivalin d’une terre non spécifiée (v. 331-334). Après s’être soulevé, Rivalin avait mené une première guerre victorieuse contre son suzerain. Pendant la trêve, il avait ramené Blanchefleur d’outremer, mais à la reprise des combats, son adversaire le tue. Si rien ne nous permet de situer géographiquement cette Bretagne de Morgan par rapport à la Parmenie, l’absence de référence à une quelconque expédition maritime suggère que ce duché et la Parmenie ont une frontière terrestre commune. Cette impression se confirme lors de la campagne menée quelques années plus tard par Tristan contre l’assassin de son père. Après la mort de son adversaire, Tristan est obligé de se retrancher dans un château entouré d’eau. Grâce aux renforts apportés par Rual, le siège sera débloqué. Il n’est pas question de la mer dans cet épisode. L’élément liquide joue néanmoins un rôle assez déterminant en exerçant une fonction isolatrice et protectrice que l’on va retrouver dans les deux autres mondes : en Cornouailles, le duel entre Tristan et Morholt se déroulera sur une petite île au large de Tintagel (v. 6723-6725) ; en Irlande, Tristan se réfugiera dans une mare (v. 9078-9085) après avoir été brûlé pendant son combat contre le dragon.

  • 21 V. 5681-5686 : Tristan der sinnerîche / der kam vil sinneclîche / sînes willen über ein / daz ersi (...)

25Le second départ de Tristan pour la Cornouailles pose problème. Aucun impératif d’ordre narratif ne pousse le héros à repartir. Alors qu’il regagne le pays de son oncle sans autre forme de procès dans la saga, Gottfried nous décrit un homme profondément déchiré entre la fidélité à « ses deux pères21 ». C’est la perspective d’une aventure qui va le pousser à repartir. Ce départ difficile constitue une charnière importante entre la première et la seconde partie du roman qui se construit autour d’un second itinéraire maritime.

26Voici quelles sont les traversées entre l’Irlande et la Cornouailles :

1. Morholt se rend en Cornouailles pour réclamer le tribut dû à son beau-frère Gurmun.
(v. 5872)
2. Les Irlandais retournent chez eux avec la dépouille de leur chef.
(v. 7143)
3. Grièvement blessé, Tristan se rend à Dublin avec huit hommes.
(v. 7362-7399)
4. Après sa guérison, Tristan repart en Cornouailles.
(v. 8222-8225)
5. Avec 100 hommes, Tristan se rend en Irlande pour ramener Yseut à son oncle.
(v. 8594-8683)
6. Tristan repart en Cornouailles en compagnie d’Yseut et Brangaine.
(v. 11531-12415)

27Avec six traversées réparties sur un peu plus de 6 000 vers, les affaires irlandaises correspondent parfaitement à la première partie du roman.

  • 22 V. 7493 : ûf dem wilden sê.

28Gottfried distille avec parcimonie les indications relatives à la géographie irlandaise. Nous sommes seulement informés des destinations des deux voyages successifs du héros – Dublin et Wexford – et l’auteur précise que Tristan passe par l’Angleterre lors de son premier retour. Les conditions météorologiques paraissent favorables, à part la mer qui est subitement décrite comme « sauvage22 » au large de Wexford.

  • 23 V. 5914 : über lant und über mer.

29Quelques autres voyages maritimes sont vaguement évoqués. Gottfried nous explique que Gurmun, le roi d’Irlande, est venu en Irlande par « les terres et les mers23 » et Tristan lui-même raconte à chacune de ses deux arrivées en Irlande des voyages imaginaires. Il prétend venir de l’Espagne (v. 7579) ou de Normandie (v. 8804) et invente une attaque de pirate et une tempête pour justifier sa présence en terre irlandaise.

30Qu’est-ce qui motive les différents départs ? Avant de consommer le philtre, nos deux protagonistes ont amplement le temps de faire connaissance, car lors de son premier séjour qui dure six mois Tristan dispense des cours de chant et de musique à la princesse irlandaise. Un sentiment amoureux commence à se faire jour, mais il n’est pas encore assez fort pour retenir le héros en Irlande. À la fin de sa guérison, son départ est motivé par la peur. Il craint qu’on découvre en lui l’assassin de Morholt (v. 8194).

  • 24 V. 8094-8096 : Ouch sint die zwô sache / kiel âne anker unde muot / ze ebenmâzene guot (En effet, (...)

31Le second départ pour l’Irlande n’est qu’en apparence le résultat des manœuvres entreprises contre Tristan par ses adversaires à la cour du roi Marc. Il brûle d’y retourner lui-même et Yseut exerce déjà en sa direction une indéniable force d’attraction. Gottfried compare l’héroïne à la sirène qui attire les navires avec une pierre magnétique (v. 8085-8089). L’amour est comme « un bateau sans ancre24 ». Tristan, cette âme en peine qui ne cesse de dériver sur les mers au gré des événements, correspond très précisément à cette description.

  • 25 V. 11695 : in den tobenden wilden sê.

32La traversée qui retient notre attention est naturellement la dernière où Tristan et Yseut vont consommer le philtre. Elle s’étend sur un millier de vers. Fidèle à lui-même, Gottfried ne nous dévoile pas l’itinéraire. Le navire bénéficie au départ d’un bon vent favorable. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une tempête, les dames sont suffisamment secouées par le tangage pour demander qu’on regagne un port. Du coup, Tristan se retrouve presque seul avec la princesse irlandaise et c’est alors qu’ils vont commettre l’acte fatal : ils boivent le philtre destiné à Yseut et au roi Marc. Brangaine survient et jette la coupe dans les flots qui sont subitement « furieux et mugissants25 ». Ces épithètes – surprenantes dans le contexte dans la mesure où le bateau s’est abrité dans un port – ont fait couler beaucoup d’encre. Sans doute faut-il y voir le reflet visible de l’agitation intérieure qui vient de s’emparer du couple. La mer est synonyme de l’amour dans l’esprit de Gottfried. Un joli passage confirme cette analyse. Après la consommation du philtre, le bateau reprend la mer et la maladie d’amour pénètre de plus en plus profondément les cœurs de Tristan et Yseut. Dans une complainte, cette dernière attribue sa détresse à lameir, en français dans le texte (v. 11986). Tristan, le polyglotte, connaît tous les sens de ce terme étranger dont les trois homonymes de l’ancien français signifient « mer », « amer » et « amour ». Il croit d’abord que sa belle passagère trouve la mer amère, mais celle-ci le tire de son erreur en précisant que ni l’air ni la mer ne lui déplaisent. Seul l’amour lui cause des souffrances. Rappelons-nous que, dans son Cligès, roman anti-tristanien, Chrétien reprend le jeu de mots dans une scène analogue où Alexandre et Soredamor tombent amoureux sur le bateau qui les conduit en Bretagne.

  • 26 V. 12078 : si gesaz in eines tages bî.
  • 27 V. 12366-12368 : swes gelieben gelanget / des triben s’under in genuoc / sô sich diu zît alsô getr (...)
  • 28 V. 12164 : Minne diu arzâtinne.
  • 29 V. 12395 : in tete diu vorvorhte wê.

33Après l’escale fatidique dans le port non identifié, le voyage se poursuit sur plusieurs centaines de vers, mais curieusement la toile de fond a pour ainsi dire disparu. La mer n’est plus du tout évoquée jusqu’à l’arrivée en Cornouailles. Comment interpréter cette disparition ? La traversée dure apparemment de nombreux jours encore, comme le suggèrent des expressions telles que « un jour qu’elle [ = Brangaine] était assise auprès d’eux26 » ou « quand l’occasion s’offrait, ils se livraient à ce que désirent ardemment les amoureux27 ». Ces indications temporelles demeurent néanmoins extrêmement vagues. Le bonheur auquel nos deux héros s’adonnent à cœur joie après la visite nocturne du « médecin l’Amour28 » rappelle celui, encore plus sublime, qu’ils connaîtront plus tard dans la fossiure a la gent amant (v. 16700), également en français dans le texte. Dans cette étrange grotte allégorique qui se situe à deux journées de chevauchée de Tintagel (v. 16682), donc dans l’univers du roi Marc, le temps a suspendu son vol. Même les fonctions corporelles les plus élémentaires sont mises en veille, car les amants ne se nourrissent pendant tout leur séjour que d’amour et se passent même d’eau fraîche. Quand l’amour s’épanouit, tous les repères spatio-temporels sont abolis. La mer, lieu d’éclosion de l’amour, s’oppose à la terre qui ramène les héros à la cruelle réalité. L’apparition de la côte de Cornouailles à l’horizon marque le retour à l’espace géographique et elle coïncide avec le déblocage du temps qui était resté figé durant la traversée. Les deux amoureux commencent en effet à craindre pour l’avenir : « L’appréhension [de ce qui allait venir] les faisait souffrir29 ».

34À ce moment-là du roman, l’amour entre les deux êtres est définitif. Il sera consommé sans modération jusqu’à la fin de l’œuvre inachevée de Gottfried. En même temps, la mer a pratiquement disparu. Pour recourir au jeu sémantique évoqué précédemment, l’amour s’est en quelque sorte substitué à la mer comme élément structurant du récit à partir de l’union entre les deux protagonistes et de leur arrivée en Cornouailles, lieu appartenant au panneau central du triptyque gottfriedien.

35Durant toute la troisième partie du roman, il n’est plus question de voyages maritimes. Tristan ne reprendra la mer qu’après avoir été banni de la cour du roi Marc qui le prend en flagrant délit entre les bras d’Yseut – et sans épée séparatrice. L’auteur allemand relate certes l’épisode de Gandin (v. 13097 sq.), le chevalier irlandais qui enlève l’épouse du roi Marc, mais il s’agit là d’un étranger qui arrive en Cornouailles et non pas d’un des personnages principaux. Notons toutefois que la reine est ici sauvée par la mer montante. Une fois de plus, l’élément liquide est l’allié de l’amour.

36L’épisode du rendez-vous épié comporte une belle métaphore qui renvoie au voyage maritime de Tristan et Yseut. Les copeaux que le héros laisse glisser au fil de l’eau jusque dans le verger où sa maîtresse l’attend sont gravés de part et d’autre de leurs initiales I et T et symbolisent ainsi le navire qui les avait conduits en Cornouailles.

  • 30 Yseut est qualifiée de « faucon de l’Amour » (v. 11985 : der Minnen vederspil) et Rivalin, épris d (...)

37Hormis cela, la troisième partie du roman, d’une longueur sensiblement égale aux deux premières (v. 12435-18404), est essentiellement terrestre. Dans la scène de la fleur de farine, Tristan, nouvel Icare, tente de s’affranchir de la gravitation pour passer d’un lit à l’autre, mais échoue lamentablement et souille le lit d’Yseut de son sang. Deux personnages ô combien terrestres sont à l’origine du piège tendu à Tristan. Il s’agit de Mélot et de Marjodo, qualifiés par l’auteur de serpent et de chien. Après cet épisode, Marc soumet son épouse à l’ordalie. Il s’agit de l’épreuve du fer ardent. Grâce à un serment ambigu, l’héroïne la réussira avec bravoure. Le feu ne résiste pas à l’amour, émanation symbolique de la mer. Un élément est vaincu par un autre. La lutte menée de concert par Tristan et Yseut est aussi le combat de l’eau et de l’air contre la terre et le feu. Souvenons-nous que les amoureux sont souvent comparés à des oiseaux30.

38Malgré la quasi-absence de voyages maritimes, la troisième partie du roman n’est nullement statique. Après le flagrant délit dans la scène de la fleur de farine, survenu à Tintagel en Cornouailles, vassaux et amis conseillent au roi Marc de convoquer un concile à Londres (v. 15300-15303). Nous n’apprenons pas par quel moyen de transport le roi s’y rend avec son épouse. L’ordalie est ensuite organisée à Carliûne (v. 15531), c’est-à-dire à Caerleon au nord-est de Cardiff, en Pays de Galles (bien que Gottfried semble localiser cette ville en Angleterre). Cette fois-ci, le voyage se fait explicitement en bateau, sans doute aussi en raison d’un souci narratif puisqu’il est convenu que Tristan, déguisé en pèlerin, porte la reine à terre (v. 15576). Une fois de plus, les deux amoureux se retrouvent unis en mer durant quelques instants. Avant de retrouver sa bien-aimée en Cornouailles, Tristan se rend enfin en Pays de Galles chez le duc Gilan. Il y tue le géant Urgan pour avoir le chien Petitcru avec la clochette magique qui chasse tout chagrin.

  • 31 V. 18687-18689 : Nu was ein herzentuom gelegen / zwischen Britanje und Engelant / daz was Arundêl (...)

39Gottfried n’a composé que le début de la quatrième partie, à peine plus de mille vers (v. 18405-19548), où un seul voyage maritime est relaté. Banni après le flagrant délit, Tristan repart en Parmenie. Il fait un crochet par la Normandie (v. 18411), la Champagne et l’Allemagne (v. 18447-18448) pour se mettre au service du Saint Empire, très certainement un clin d’œil aux commanditaires allemands de Gottfried, pro-impériaux à en juger d’après ce passage. Après des retrouvailles en Parmenie avec les enfants de Rual, l’action rebondit lorsque le héros entend parler du duché d’Arundel, situé entre la Bretagne et l’Angleterre. Ce duché se trouve au bord de la mer 31 et sa capitale s’appelle Karke. Arundel est en réalité une petite ville du Sussex située à 10 kilomètres de la côte. Ces indications ne sont pas seulement révélatrices des médiocres connaissances géographiques de l’auteur allemand, le seul à mentionner le nom d’Arundel. Derrière la curieuse description romanesque se cache le projet de construire un quatrième monde distinct des trois précédents. Il semble que Tristan s’y rend en bateau bien que le verbe vuor (v. 18720) ne soit pas très explicite. Gottfried nous décrit apparemment un duché situé sur une île imaginaire. Or voilà que le magnifique triptyque allégorique commence à présenter de sérieux signes d’altération. En ajoutant un angle supplémentaire à l’univers triangulaire esquissé jusque-là, l’auteur ébranle l’ensemble de son édifice qui devient bancal et menace de s’effondrer comme un château de cartes.

  • 32 V. 19354-19356 : und aber sînes herzen kiel / begunde in ungedanken / vlüeten unde wanken.

40Après avoir rencontré Yseut aux Blanches Mains à laquelle il ne reste pas tout à fait insensible, Tristan est assailli par le doute et le remords. À la fin de son torse tristanien, Gottfried emploie plusieurs images relatives à l’élément liquide pour décrire la crise qui secoue son héros. Il nous explique que « la nef de son cœur se remit à dériver et à tanguer dans l’incertitude32 » et le pouvoir de l’amour est comparé à la force du courant du Rhin, fleuve que l’auteur alsacien connaît bien mieux que les lointaines eaux dans lesquelles évoluent les personnages de son roman.

41Ulrich von Türheim, l’un des deux continuateurs de Gottfried, nous explique que son prédécesseur est mort prématurément la plume à la main. S’il s’agit là d’une explication tout à plausible, rien ne contredit une seconde hypothèse. Il est possible que le poète strasbourgeois ait délibérément jeté l’éponge. L’analyse de la mer comme élément constitutif de l’univers romanesque, structuré en triptyque jusqu’à l’apparition d’Yseut aux Blanches Mains, tend à montrer que cette intruse qui représente un quatrième pôle a donné du fil à retordre à l’auteur allemand. Constatant que l’intégration d’Arundel ne pouvait se réaliser qu’au prix d’une refonte complète de l’univers romanesque construit dans les trois premières parties, Gottfried s’est peut-être résigné à laisser son œuvre à l’état fragmentaire. Ce choix n’est peut-être pas complètement dénué de sens à en juger d’après certaines longueurs et contradictions dans les aventures finales relatant les retours du héros dans les autres adaptations de la légende de Tristan. Ce que Gottfried nous a légué est une fiction savamment structurée où la mer et l’amour sont deux entités aussi inextricablement liées que le rosier et la vigne chez Eilhart ou le noisetier et le chèvrefeuille chez Marie de France.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Eilhart von Oberge. Herausgegeben von Franz Lichtenstein. Straßburg, London, 1877 (Quellen und Forschungen zur Sprach- und Kulturgeschichte der germanischen Völker XIX). Réimpression : New York, Hildesheim, 1973.

Eilhart von Oberg : Tristrant. Texte établi et présenté par Danielle Buschinger et Wolfgang Spiewok. Greifswald, Reineke-Verlag, 1995 (Reinekes Taschenbuch-Reihe, Bd. 11).

Gottfried von StraSSburg : Tristan. Mittelhochdeutsch/Neuhochdeutsch, Band 1-2. Stuttgart, Reclam, 1993 (Universal-Bibliothek Nr. 4471, 4472).

Gottfried von Strassburg : Tristan. Trad. par Danielle Buschinger et Jean-Marc Pastré. Préface de Jean Fourquet. Göppingen, Kümmerle, 1980 (Göppinger Arbeiten zur Germanistik 207).

Richard Wagner, Tristan und Isolde. Stuttgart, Reclam, 2003 (Universal-Bibliothek Nr. 18272).

Richard Wagner, Tristan et Isolde. Traduction française avec indication des leitmotivs par Jean d’Ariège. Paris : Aubier, 1974.

Thomas d’Angleterre, Tristan et Yseut. Altfranzösisch/neuhochdeutsch von Anne Berthelot, Danielle Buschinger und Wolfgang Spiewok. Greifswald : Reineke-Verlag, 1994 (Wodan Greifswälder Beiträge zum Mittelalter 42).

Notes

1 Vers l’ouest erre son regard ; vers l’est vogue le navire.

2 Pour les personnages principaux, j’emploie les formes francisées.

3 V. 22 : auf ruhiger See (sur une mer paisible).

4 Arrachez à son sommeil cette mer qui rêvasse, réveillez dans l’abîme son avide impétuosité.

5 V. 15348 : bischof von Thamise.

6 Sneyd 1, v. 661, 736, 863 ; Douce, v. 834, 886, 938.

7 Douce, v. 1313-1315 : Et riche veissele de Curs, vin de Peito, osisels d’Espaine (Curs est probablement une altération de Turs).

8 Douce, v. 1320 : Uit iurs et uit nuz i a curu (uit pour uint ?)

9 Cordage qui servait à tenir une voile (de l’anglais bowline).

10 Un même poisson pourra nous dévorer ; ainsi aurons-nous par chance, mon amant, une même sépulture. Car tel homme le pêchera peut-être qui, dans son ventre, reconnaîtra nos corps et leur rendra les honneurs dus à l’amour qui fut le nôtre.

11 Douce, v. 1617-1619 : Deus ne volt pas que io tant vive / Que io Tristran mun ami veie : Neié em mer volt que io seie ! (Dieu ne veut pas je me vive assez pour revoir Tristan mon ami. Il a décidé que je me noierai en mer).

12 Cf. les tempêtes déclenchées par Junon dans l’Enéide (chant I) ou par Poséidon dans l’Odyssée (chant V).

13 V. 2409-2410 : dem winde, mer und elliu craft / bibende sint dienesthaft.

14 Car il ne leur restait rien d’autre que de monter avec la mer déchaînée pour ainsi dire jusqu’aux cieux et de redescendre immédiatement pour ainsi dire au plus profond de l’abîme.

15 Les flots tumultueux les chassaient tantôt vers le haut, tantôt vers le bas, tantôt par-ci, tantôt par-là.

16 V. 1100-1101 : he wolde eir vorderbin / ûf dem wazzer eine.

17 Les avis divergent sur la localisation de la région du Loonois.

18 V. 16 : Suhtwales ( = South-Wales).

19 Je ne tiens pas compte du voyage des marins norvégiens vers la Parmenie (v. 2149-2155) qui s’effectue pourtant expressément par voie maritime, conformément à la géographie réelle.

20 V. 2063 : in vremediu lant.

21 V. 5681-5686 : Tristan der sinnerîche / der kam vil sinneclîche / sînes willen über ein / daz ersich sînen vetern zwein / als ebene teilen wolte / als man in snîden solte. (Le judicieux Tristan décida judicieusement de se partager de façon égale entre ses deux pères, comme si on devait le couper par le milieu).

22 V. 7493 : ûf dem wilden sê.

23 V. 5914 : über lant und über mer.

24 V. 8094-8096 : Ouch sint die zwô sache / kiel âne anker unde muot / ze ebenmâzene guot (En effet, ces deux choses, nef aux ancres rompues et pensées égarées, sont exactement comparables).

25 V. 11695 : in den tobenden wilden sê.

26 V. 12078 : si gesaz in eines tages bî.

27 V. 12366-12368 : swes gelieben gelanget / des triben s’under in genuoc / sô sich diu zît alsô getruoc.

28 V. 12164 : Minne diu arzâtinne.

29 V. 12395 : in tete diu vorvorhte wê.

30 Yseut est qualifiée de « faucon de l’Amour » (v. 11985 : der Minnen vederspil) et Rivalin, épris de Blanchefleur, « est comme un oiseau libre qui, usant de sa liberté, se pose sur la branche engluée » (v. 844-846 : rehte alse der vrîe vogel tuot / der durch die vrîheit, die er hât / ûf daz gelîmde zwî gestât).

31 V. 18687-18689 : Nu was ein herzentuom gelegen / zwischen Britanje und Engelant / daz was Arundêl genant / und stiez daz ûf daz mef alsô. (Or il y avait un duché situé entre la Bretagne et l’Angleterre, appelé Arundel et qui jouxtait la mer).

32 V. 19354-19356 : und aber sînes herzen kiel / begunde in ungedanken / vlüeten unde wanken.

Auteur

Université François Rabelais, Tours

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540