Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondes marins du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Avant-propos

Chantal Connochie-Bourgne

Texte intégral

1Lors du colloque international du CUER MA qui s’est tenu à l’Université de Provence les 3, 4 et 5 mars 2005, les auteurs des 31 communications rassemblées dans ce volume d’Actes ont étudié la manière dont se vivaient les différentes activités liées à la mer et dont elles se disaient dans la littérature et l’art du Moyen Âge. Le réel et l’imaginaire s’y mêlent ou s’y côtoient ; le discours médiéval fixe des frontières qui lui sont propres.

2L’homme du Moyen Âge sait exploiter les bienfaits de certaines des créatures qui y vivent. Geneviève Dumas en montrant comment et dans quel cas on utilise les produits de la mer dans la médecine médiévale éclaire d’une façon inédite les représentations de l’univers marin. L’analyse des vertus diététiques et thérapeutiques des poissons de mer conduit Cécile Le Cornec à découvrir les influences de la connaissance et de l’imaginaire des mondes marins sur les usages et les prescriptions alimentaires relatifs à ces animaux marins. Valérie Gontéro fait porter son étude sur les gemmes marines pour s’interroger sur la spécificité de l’échelle des êtres au Moyen Âge, les gemmes marines sont à la frontière du minéral et de l’animal.

3L’habitant côtier sait user de ses rivages pour y construire des ports où accostent les navires lourds de denrées attendues. Jean-Pierre Leguay concentre ses recherches sur l’aménagement et l’organisation des petits ports des rias et des abers au xve siècle.

4Tracer des chemins sur la surface mouvante de la mer et lui faire porter des vaisseaux de bois aux formes calculées nécessite une terminologie précise ; la nomination des choses permet déjà de les dominer quelque peu. Philippe Ménard révèle la richesse du vocabulaire nautique dans le récit de Marco Polo. Françoise Laurent s’attache au vocabulaire de la mer dans La Vie de saint Gilles.

5L’élément liquide offre cependant peu de prise aux savoir-faire humains ; la peur de son étendue aux frontières invisibles, de ses profondeurs inconnues est omniprésente. L’imagination s’en empare. La maîtrise de la technique littéraire tout comme la précision du vocabulaire maritime, loin d’endiguer les terreurs liées à la traversée des mers et aux tempêtes qu’on y essuie, les exaltent. Si le discours savant vise à une rationalisation du rapport de l’homme au monde marin, l’expression artistique, qu’elle soit littéraire ou plastique, joue sur l’imagination. Danièle James-Raoul adopte un point de vue diachronique qui lui permet de montrer l’évolution de la description de la tempête héritée de la littérature antique ; d’abord simple motif littéraire, la tempête subit dans les textes une rationalisation voulue comme apaisante.

6L’analyse des errances maritimes dans les textes romanesques conduit Francis Gingras au constat d’une désaffection progressive du ressort dramatique qu’offre la traversée en mer pour celui de l’aventure en forêt alors qu’apparaît la « matière de Bretagne ». Valérie Fasseur met en évidence à partir d’un adynaton du Voir dit l’usage que Guillaume de Machaut fait de la capacité spéculaire de la mer.

7Dire et redire la présence de la mer dans un univers fictionnel manifeste la volonté auctoriale de structurer l’espace romanesque ou épique. Valérie Naudet s’attache à montrer comment dans la Chanson de Guillaume et Aliscans se précise une tripartition entre la terre des Sarrasins, celle des chrétiens, et la mer, étendue médiane où certains héros peuvent devenir personnages-frontières. Alain Corbellari met en lumière les variations que le roman courtois développe sur la frontière marine. Peter Andersen étudie le rôle de la mer dans le roman tristanien. Adeline Richard compare la présence marine dans le Tristan en prose à celle que les auteurs des romans de Tristan en vers ont livrée ; la célèbre « rime tristanienne », la mer/l’amer, est réactivée par une réflexion nouvelle sur l’amour et sur l’écriture/la réécriture. Dans le Lancelot-Graal, la mer est, selon l’analyse d’Ollivier Errecade, non seulement instrument de la construction du récit mais aussi et surtout image de l’élaboration d’un discours sur l’écriture de la prose dans le premier tiers du xiiie siècle. Pour Cristina Noacco, le jeu des métaphores nautiques dans la poésie de Charles d’Orléans incite le lecteur à lire et relire le poème, comme on s’abandonne aux imprévus d’un voyage maritime.

8Au plan structurel mais aussi symbolique, la mer constitue une frontière entre l’ici et l’ailleurs, d’une rive à l’autre de la Méditerranée ou de la Mer de Bretagne, entre l’Orient et l’Occident ou entre notre monde et l’Autre monde. La valeur de cet espace horizontal a été étudiée dans le Perlesvaus par Anne Berthelot qui voit dans la prédilection originale que montre son auteur pour les archipels un remploi des récits de pèlerinage à la mode celtique, et par Hélène Bouget qui considère les îles de ce périple comme des miroirs du monde terrestre. De ces deux communications se dégage la conclusion que l’usage de l’espace maritime et insulaire dans le Perlesvaus témoigne de la tension du roman entre le Lancelot-Graal chrétien et le merveilleux celtique originel. Isabelle Olivier de son côté insiste sur le rôle révélateur du statut spirituel du héros que joue le franchissement de la mer dans le Perlesvaus et le Joseph d’Arimathie.

9En tant que frontière, la mer semble être le lieu littéraire privilégié d’un rituel de passage. C’est ce que démontre Jean-Marc Pastré dans son étude sur le personnage de Tristan. Anna Korczakowska associe la traversée de la mer mortifère dans Eliduc à celle du héros renaissant ensuite à une vie nouvelle. L’étude des voyages maritimes dans la légende de Troie au Moyen Âge conduit Stefania Cerrito à des conclusions similaires.

10Délimitant des terres différentes au plan horizontal, l’étendue marine offre aux regards qui scrutent sa surface une opacité inquiétante. Miroir du ciel dont elle prend les couleurs, elle cache des secrets enfouis dans ses abysses ; elle sépare au plan vertical le monde visible du « dessus » au monde invisible du « dessous ». L’imagination peut y deviner les figures de notre vie terrestre ; elle peut aussi voir surgir de cette profondeur aquatique interdite aux hommes, peuplée d’êtres étranges, des monstres qui portent à comprendre l’ordre cosmique établi par la justice naturelle à l’aune de laquelle se mesurent le bien et le mal. Le monde sous marin livre des créatures hybrides, bienfaisants ou malfaisants. Marylène Possamaï-Perez ordonne ces deux catégories qui permettent d’explorer les confins de la nature humaine, faite d’animalité et de spiritualité. C’est cet aspect aussi qui retient l’attention de Jean Arrouye et d’Hélène Bellon-Méguelle : le monde sous-marin offre un miroir aux humains voués à la surface terrestre. Jacqueline Leclercq-Marx met en lumière cet effet de symétrie fondamental de la représentation artistique. La rencontre de Dante et d’Ulysse au chant 26 du Purgatoire évoque pour Leigh N. Smith le danger d’un dépassement des limites imparties à l’homme dans sa quête de la connaissance. Sébastien Douchet, quant à lui, analyse l’ambivalence de la mer au fond de laquelle Jonas doit descendre pour y retrouver enfin Dieu. Dans les métaphores marine et navale, Denis Hüe décèle une vision positive et tutélaire : la mer est pure et féconde, la navigation est salutaire.

11La littérature de voyages qu’ont choisi d’étudier plus particulièrement trois auteurs (Elodie Burle, Nicole Chareyron, Huguette Legros) brouille les frontières génériques : le récit de traversées maritimes pour réelles qu’il les donne emprunte largement à la littérature de fiction ; le même constat est fait par Marie-Anne Polo de Beaulieu qui analyse dans la littérature exemplaire la Vie de saint Clément. On retrouve partout les mêmes soucis d’écriture.

12Les études réunies dans ce volume permettent de comprendre comment l’imaginaire des mondes marins, s’il hérite de formes d’expression anciennes, bibliques et antiques, n’en est pas moins renouvelé par le regard inquiet et émerveillé que la littérature et l’art du Moyen Âge portent sur le voyage maritime et les créatures marines. Une vigueur nouvelle anime la métaphore marine qu’elle serve à dire la condition humaine entre douleur et joie ou, plus spécifiquement, l’errance de l’écrivain à la recherche d’une forme-sens sans cesse recommencée.

Auteur

Université de Provence-Aix-Marseille I

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable