Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Ici, ailleurs, au-delà : topographie du réel et de l’irréel dans Le "Chevalier au Lion"

Georges M. Voisset

Texte intégral

  • 1 Critique, 325, 1974.
  • 2 The merveilleux in Chrétien de Troyes' romances, Droz, Genève, 1976. Selon la théorie de la compen (...)

1Les quelques remarques qui suivent s'inspirent de deux études récentes concernant plus ou moins directement l'organisation des espaces du réel et du non-réel dans les romans de Chrétien de Troyes. Il s'agit en premier lieu de l'article de J. Le Goff et P. Vidal-Naquet intitulé Lévi-Strauss en Brocéliande où il est montré, par une analyse serrée de l'épisode de la "folie Yvain", comment les espaces traversés par le chevalier sont en réalité les étapes d'un itinéraire "raccourci" conduisant, selon les circonstances économiques, sociales et idéologiques du xiie siècle, du monde de la nature à celui de la culture1. La seconde est celle de L. Carasso-Bulow, qui propose une hiérarchisation traditionnelle du merveilleux chez Chrétien dans le cadre d'une théorie de la "compensation"2. Alors que la première analyse donne la priorité à l'ordre des espaces, la seconde ne s'intéresse guère qu'à leur nature.

2Une approche centrée délibérément sur la topographie d'un roman - en l'occurrence nous proposerons à nouveau le Chevalier au lion - peut-elle espérer comme résultat une certaine confluence de ces deux points de vue ? Question qui en inclut de nombreuses autres dans un domaine foncièrement symbolique, et dans un genre essentiellement linéaire, mais qui peut se résumer, à propos de l'œuvre choisie, de la façon suivante : faut-il absolument, pour maintenir la cohérence d'une analyse spatiale ou symbolique, distinguer l'espace de la fontaine (magique) de celui de la chapelle attenante, ou du château de Laudine avec ses sénéchaux ?

3Nous postulerons, comme le sens du roman lui-même nous y invite, que le domaine de Landuc est une seule entité spatiale indivisible, et nous nous demanderons si un tel parti-pris "topographique" conduit à une interprétation pertinente de l'ordre et de la nature des divers niveaux de l'espace romanesque.

Le récit de Calogrenant

4La propriété de Laudine, fille du duc Landudez, est, du fait de cette particularité qu'est la fontaine qu'elle comprend, l'objet d'une quadruple quête. Le point de départ en est, chaque fois, la cour d'Arthur. Ces quatre quêtes déterminant aussi bien le ressort initial de la narration (récit de Calogrenant racontant ce qui lui est arrivé sept ans plus tôt) que son moteur (compétition d'Yvain contre la cour pour arriver en premier à la fontaine) et son contenu, il va de soi que l'espace où se déroule le roman se divise entre celui qu'occupe la cour, le domaine de Landuc, ce qui les sépare, et ce qui leur est également extérieur.

  • 3 E. Köhler, L'aventure chevaleresque, 1956, éd. frse, Paris, 1974, p. 271.
  • 4 L. Carasso-Bulow, op. cit., pp. 37-38. L'auteur montre justement que la cour est déjà un premier " (...)

5L'espace aulique constitue le véritable "ici" de l'aventure arthurienne, lieu de l'équilibre communautaire où, comme on le verra, il ne peut se passer d'autres activités que celles de la chasse et de la justice. L'opposition initiale et fondamentale entre l'univers aulique et le reste, opposition entre "l'antimonde de l'aventure et le monde arthurien où règne l'ordre"3, définit les frontières entre l'espace du "réel"4 (Caradigan et lieux où se déplace la cour itinérante) et celui du "non-réel virtuel", dans un premier temps de l'analyse.

6A l'autre extrémité de cet "ici" se situe Landuc, tandis que la distance qui les sépare représente indéniablement l'axe du récit, puisqu'elle est franchie au moins cinq fois : par Calogrenant, Yvain, la cour, la messagère de Laudine, la cadette de la Noire Espine puis son "acointe" - sans compter le courrier qui dut acheminer la lettre de la "demoiselle sauvage" avertissant Laudine du danger de l'entreprise d'Arthur, et le retour définitif d'Yvain dans son domaine. A ces cinq (sept) traversées ne s'ajoutent, dans l'ensemble du roman, que trois autres déplacements orientés : ceux, presque simultanés, des deux soeurs de la Noire Espine, celui d'Yvain accompagné de la cadette et de son "acointe", et enfin celui du lion. Ils sont tous trois orientés de l'espace indéterminé -l' "ailleurs" - vers la cour. Par commodité, nous désignerons le domaine de Landuc comme le "là" du texte, puisqu'il est à la fois opposé et relié à l' "ici", inséré dans l' "ailleurs" mais particularisé.

7La distribution quantitative (en terme de nombre de vers) de ces "ici", "ailleurs" et "là" est significative de la relation spécifique d'extériorité et de contiguité qu'entretient Landuc avec les autres espaces du récit. L'espace aulique occupe grosso modo 2100 vers (y compris le passage d'Arthur à la fontaine compté deux fois), celui de l' "ailleurs" 2150, et Landuc presque 3900. Même en prenant en compte les variantes (le récit de Calogrenant appartient à plusieurs espaces simultanément selon qu'on l'interprète comme récit premier, second ou troisième - discours rapporté du vilain), l'équilibre spatial du roman est solidement affirmé, et se situe bien entre la cour et l' "ailleurs" ; Landuc se trouvant à la fois investi dans l'un et l'autre : centre et périphérie, authentique "là" arthurien, dont le poids narratif équivaut à peu près à ce à quoi il sert de moyen terme.

  • 5 Cf. la thèse de P.E. Nolan, Mythopoetic evolution : Chrétien de Troyes' Erec et Enide, Cligès and (...)

8Comment ces trois points de l'espace romanesque sont-ils distribués qualitativement et topographiquement ? L'exposition du récit, qui se situe tout entière à Caradigan, a pour objet, nous venons de le dire, le récit second de Calogrenant dans lequel est rapporté le récit troisième du vilain, décrivant une fontaine "aventureuse". Ce récit second se place, à un certain moment, dans un "ailleurs" topographiquement identifiable. En effet, ce n'est pas tant la nature équivoque de la description que fait Calogrenant du vilain qu'il rencontre soudain - n'y a-t-il pas de la part du jeune chevalier, depuis le début même de sa narration, une certaine emphase ?5 - qui situe son aventure dans un "antimonde", que la contradiction entre la nature de cette rencontre (le vilain garde un troupeau sauvage) et l'espace où elle a lieu :

  • 6 Le chevalier au lion, éd. Mario Roques, Champion, Paris, 1971.

L'ostel gaires esloignie n'oi
quant je trovai, en uns essarz,
tors salvages, ors et lieparz,
qui s'entreconbatoient tuit (v. 276-279)6
..................
ne cuit qu'an plain ne an boschage
puisse an garder beste sauvage (v. 335-336).

  • 7 Cf. v. 326 et suiv.
  • 8 On peut voir dans la manifestation de l'ambivalence spatiale une influence celtique. Cf. d'innombr (...)

9Il y a non plus équivoque mais véritable prodige entre la rencontre d'animaux sauvages (eux-mêmes engagés dans un combat antinaturel) et l'espace ouvert où ils sont maintenus. Alors que la contradiction éthique apparente de la nature du vilain sera résolue, du moins en grande partie, par la raison (langage)7, la contradiction spatiale ouvre les frontières d'un nouvel univers, qui ne cessera jamais d'être ambigu8. La reconnaissance par Calogrenant de l'humanité du vilain ne fait que renforcer en effet l'aspect "prodigieux" de sa force physique, grâce à laquelle il établit autour de son troupeau (son royaume) un véritable enclos invisible. E. Köhler a montré comment la différence de vision du monde entre le vilain et le chevalier répercutait l'équivoque de leur dialogue sur la présentation de l'espace de la fontaine : une agression extérieure sur le domaine de Landuc ne provoque pas, pour le vilain, le surgissement de la merveille, mais au contraire celui de la "réparation" légitime :

  • 9 E. Köhler, op. cit., p. 82.

Mes se tu voloies aler
ci près jusqu'à une fontainne,
n'en revendroies pas sanz painne,
se ne li randoies son droit (v. 370-373)9.

10En revanche, l'espace de la fontaine manifeste bien, lui aussi, les caractéristiques physiques du prodige :

la fontainne verras qui bout
s'est ele plus froide que marbres (v. 380-381).

  • 10 Cf. v. 6539-6545.

11Il apparait donc que l'espace commun au vilain et à la fontaine : plaine, essart, bocage, se définit par deux traits essentiels, leur présentation équivoque, leur nature topographique prodigieuse (ambivalente), plus leur proximité. Il est permis de voir, en ces trois caractéristiques, l'indice d'une similarité supérieure. En effet, de même que l'enclos invisible du vilain ne peut être gardé que par une force individuelle exceptionnelle, le domaine de Landuc, on l'apprendra plus tard, dépend pour sa survivance de l'héroïsme d'un chevalier capable de défendre un point précis (la fontaine) d'une extrême vulnérabilité stratégique10. Le gardien de la fontaine, tout comme le gardien de taureaux, mais à un degré différent, ne se justifie que par sa suprématie physique : et l'on sait comment cette caractéristique de la "coutume" de Landuc ne peut que conduire Laudine à épouser les vainqueurs successifs ..... jusqu'à la venue d'Yvain ?

  • 11 J. Frappier, Etude sur Yvain, SEDES, Paris, 1968, p. 93 : "Les approches de 1'Autre-Monde".
  • 12 J. Le Goff et P. Vidal-Naquet, op. cit., p. 556.
  • 13 Cf. v. 386 et 420.

12Cet ensemble spatial que forment l'essart du vilain et le domaine de Landuc doit donc être distingué, selon nous, de l'espace mentionné tout d'abord par Calogrenant dans son récit : celui du vavasseur hospitalier. Le château du vavasseur, en effet, n'est pas un espace ouvert mais clos ; il n'est pas présenté de manière équivoque, mais au contraire remarquablement univoque ; il n'est pas ambivalent, mais extraordinairement "naturel" - disons monovalent ; il n'est pas le résultat d'un équilibre constamment maintenu par la force, mais parfaitement stable de lui-même. Sans doute le souvenir d'un archétype (celtique) ancien, et probablement d'un conte antérieur au roman de Chrétien, subsiste-t-il dans la séquence ternaire : accueil courtois - accueil monstrueux - lieu de l'aventure11. Il n'en demeure pas moins que la nature du premier espace diffère singulièrement de celle des deux suivants. Les indices de l' "au-delà" y sont, on l'a souvent répété, "discrets mais indiscutables"12 : "prael" faisant de la demeure un "locus amoenus" ; présence féminine-tentatrice ? ; activité économique supérieure : chasse ; présence d'un métal supérieur (cuivre) qui n'est ni l'or ni le fer, ces deux métaux étant apparemment réservés par Chrétien au monde de l'ambivalence13 ; enfin, le vavasseur répète sept fois à son hôte que "beneoite fust la voie" (v. 205) qui le conduisit jusqu'à son château, l'autre-monde étant volontiers celui de la fixité et de la répétition.

  • 14 Id., p. 558.

13En conclusion, nous proposerons donc une autre interprétation topographique du récit que celle de J. Le Goff et P. Vidal-Naquet, selon laquelle l'espace de la fontaine "combine, mais à un niveau supérieur (grâce à la magie) les trois domaines que nous avons traversés jusqu'à présent, espaces de la culture, de la nature sauvage, et de l'au-delà hospitalier et féminin"14. De ce qui précède on déduira plutôt le schéma suivant. Après avoir quitté la Cour, espace supérieur mais neutre de l'univers arthurien, Calogrenant traverse Brocéliande, une épaisse forêt "felonnesse", semée d'embûches et de fausses voies ; forêt de l'itinérance individuelle du chevalier en quête, et non pas du séjour cynégétique, privilège de la communauté arthurienne ; espace à la fois "disjoncteur" et adjacent à l' "ici". Il pénètre ensuite dans un au-delà possédant, mais cette fois de façon marquée et non plus neutre, les principales caractéristiques de la cour : univocité, absence d'ambivalence naturelle ("monovalence"), équilibre intérieur, valeurs courtoises affirmées. Une petite différence, mais capitale : au contraire d'Arthur, le vavasseur chasse seul à l'extérieur de son château. Enfin, Calogrenant débouche sur un nouvel espace, ouvert, soumis à la fois aux contradictions de la nature humaine, de la nature elle-même, et des rapports entre l'une et l'autre. En ce nouvel espace, l'équilibre est maintenu par une force constamment vigilante, seule, unique, suprême.

Yyain, seigneur de Landuc

  • 15 Comparer v. 179-187 et 762-769 ; v. 412-477 et 803-810.

14La chevauchée d'Yvain jusqu'à Landuc reproduit exactement celle de son cousin sept ans auparavant, à ceci près toutefois que Chrétien accuse dans les descriptions topographiques l'écart entre la forêt aux périls multipliés, et la fontaine, presqu'entièrement "banalisée"15.

15Ceci nous invite à étudier la modification de l'espace de la fontaine, qui se réduira quinze jours après le passage d'Yvain, lors de la visite d'Arthur, à un simple phénomène atmosphérique sans conséquences. Le vilain avait décrit successivement le prodige de l'eau bouillante-froide, le pin, le bassin de fer, le perron, la chapelle et la tempête comme éléments constitutifs du lieu. Calogrenant, lui, se souviendra d'abord du pin (2), puis d'un bassin en or (3), de l'eau bouillante (1), du perron de pierres précieuses (4), et surtout de la tempête (6) et d'oiseaux communiquant une joie telle qu'il s'en dut "por fos tenir" (v. 477). Enfin, voici ce que découvrit Yvain : le perron (4), le bassin (3), la tempête (6), le pin (2) et les oiseaux (7) qui font cette fois une "joie merveilleuse" (v. 809). Les modifications opérées d'une série descriptive à l'autre révèlent deux phénomènes concomitants : le transfert des thèmes spatiaux au thème psychologique, éthique (la rencontre de l'aventure tant attendue) et la transformation du prodige en merveille, ce qui n'est plus le même registre. Il suffit, pour s'en assurer, de remarquer l'euphémisation de l'élément (1) et son substitut pseudo-merveilleux dans la seconde description (éléments (3) et (4)), puis sa disparition pure et simple ; la suppression de la chapelle dès la seconde description, qui est pourtant quatre fois plus développée que celle du vilain - ce qui contribue également à réduire l'aspect ambivalent de l'espace de la fontaine de la première évocation ; le déplacement de la tempête (6) au cinquième puis au troisième rang ; enfin, l'apparition d'un nouvel indice inconnu apparemment du vilain, les oiseaux (7) dont le chant "merveilleux" représente tout ce qui reste de non "réel" lors de la tentative d'Yvain. Ces diverses mutations participent du processus diversifié de rationalisation de Landuc, qui finit par s'intégrer à l' "ici" arthurien après le mariage de Laudine et d'Yvain. En revanche, ce que la topographie a perdu en ambiguïté et en prodiges, tout se passe comme si le héros se l'était approprié sous forme discrète, mais répétée, de merveilleux : les oiseaux n'annonceraient-ils pas ce que le vilain ne saurait concevoir, la "joie" de l'aventure arthurienne bientôt consommée ?

  • 16 Cf. v. 2809-2817.

16L'épisode crucial de la folie d'Yvain divise la progression de la narration en deux mouvements à la fois identiques et opposés. En effet, les retrouvailles finales du héros et de sa femme au dénouement ne sont du point de vue des habitants de Landuc (à l'exception de Lunete naturellement) qu'une troisième itération de la rencontre entre un défenseur virtuel supérieur et la souveraineté qu'incarne Laudine (Esclados-Laudine, Yvain-Laudine, Chevalier au lion-Laudine), alors qu'elles sont au contraire pour Yvain le couronnement d'un itinéraire d'une nature entièrement renouvelée, par rapport à celui qui symbolisait sa première conquête de Landuc. L'on peut donc s'attendre à ce que les espaces traversés lors de cette reconquête soient similaires à ceux rencontrés lors de la première aventure, mais en même temps distingués, le cheminement éthique et psychologique du "recreant" s'opposant en quelque sorte à sa traversée antérieure. Résumons brièvement la succession de ces espaces nouveaux : Yvain franchit d'abord des cultures, champs, "arees", vergers, bocages, parc16 ; puis, l'essart que défriche un ermite (premier pas du héros vers la ré-humanisation) ; il est conduit dans le château de la Dame de Noroison où il trouve la guérison ; il traverse ensuite un second essart, espace d'un nouveau prodige, le combat d'un lion et d'un serpent monstrueux ; à la suite de quoi Yvain se retrouve à Landuc, dans le même état de désespoir que précédemment. Il continue néanmoins une course aveugle qui le conduit dans un second château, appartenant à la famille de Gauvain, puis à nouveau à Landuc, où une répétition du scénario de la mainmise sur le fief a lieu puisqu'il y défait les sénéchaux de Laudine. S'insère ensuite l'épisode des sœurs de la Noire Espine, faisant intervenir l'espace forestier puis la cour d'Arthur, et un troisième château où Yvain est retrouvé par la pucelle alliée à la cadette. Un dernier château, celui de Pesme-Aventure, représente explicitement l'espace de l' "au-delà", avant que ne se terminent les aventures du chevalier au lion par un retour à la forêt (le "recet" où l'attend la cadette), à la cour justicière, et finalement à Landuc où la récompense l'attend (esquisse d'un troisième scénario de prise de possession).

  • 17 Id. p. 560 : "En fait, tout se passe comme si les espaces que la première partie du roman avait si (...)
  • 18 Yvain mange de la chair crue, le lion se conduit comme un être humain. De plus, "les rapports qui (...)

17Il apparait immédiatement que la coordination entre ces espaces est beaucoup plus confuse que celle de l'itinéraire "programmé" de la première partie du roman. Cependant, absence de coordination17 ne signifie pas désordre, et il est temps de constater justement que l'ordre d'apparition des espaces de cette seconde partie est grosso modo l'image renversée de celui des espaces de la première. A la séquence : "ici" -- forêt -- "au-delà" -- "ailleurs" (essart ---"là" -- "ici-là" (cour à Landuc), s'oppose la séquence : "ici" -- "ailleurs" (essarts) -- "au-delà" -- forêt (recet) "ici-là" (cour et Landuc). L'essart apparait deux fois, comme espace de l'ambivalence entre la nature sauvage et l'homme18 et à l'intérieur de la nature elle-même (nature du lion). L'espace de l' "au-delà" est introduit par trois occurrences successives de plus en plus connotées. Si la Dame de Noroison n'entretient qu'un rapport lointain avec l' "au-delà" (c'est une ancienne amie de Morgue), la famille de Gauvain habite aux portes de l' "antimonde", et le Château de Pesme-Aventure y appartient tout entier. Remarquons enfin que l'espace aulique et celui de Landuc conservent leur relation de contiguité malgré Yvain, l'épisode de la Noire Espine formant entre eux un double lien diégétique et spatial, et que la cour occupe une place majeure lors de la scène capitale du jugement.

18Ainsi le nouveau cheminement du chevalier au lion s'avère-t-il bien être à la fois un calque et un renversement -dirons-nous alors un : miroir ? - de sa quête précédente. Etant un cheminement intérieur, toutefois, les liens topographiques, la coordination entre les espaces successifs n'ont plus de nécessité symbolique : les nouvelles aventures se déroulent dans une série de châteaux qui sont autant de points dans un espace indéfini, celui de Noroison, des neveux de Gauvain, de Pesme-Aventure. C'est une autre série parallèle de lieux qui assure la contiguité entre cet univers abstrait où évolue désormais le chevalier au lion, et le monde "réel" de la cour et de Landuc : le château de la Noire Espine, celui où la pucelle retrouve Yvain, le "recet" dans la forêt où tous deux rejoignent la cadette. Le déplacement pénible des deux demoiselles, le rôle inducteur du son d'un cor (v. 4853) dans le succès de leur entreprise, transforment par ailleurs l'espace forestier "disjoncteur" du début du roman en espace à l'inverse "reconnecteur", et contribuent à transposer sur le mode de la topographie réaliste, i.e. "localisée", et à propos de deux protagonistes annexes, la fonction orientatrice des espaces, dont le chevalier n'a plus besoin.

Le miroir et l'espace renversé

19Que signifie cette inversion des espaces dans les deux séries d'épisodes ? Cette question concerne en premier lieu, bien entendu, les deux extrêmes : les deux "au-delà" du roman.

20Les deux espaces de l' "au-delà" partagent d'abord un trait commun implicite, qui est la tentation de l'autre-monde et du séjour amoureux. Ainsi Calogrenant chez le vavasseur :

ne ja mes por nul estovoir
ne m'an queisse removoir (v. 242-243)

  • 19 Cf. v. 3314-3315.
  • 20 Cf. La maladie de Cuchulainn, éd. C.J. Guyonvarc'h, Ogam, X, 1958, p. 285 et suiv.

21Cette tentation, qui est peut-être une épreuve de la détermination du chevalier (comme dans le cas de Lancelot par exemple), se double dans l'épisode de Pesme-Aventure du motif de la souveraineté, lequel apparait déjà dans l'aventure de la Dame de Noroison19. Les deux motifs, qui forment un archétype folklorique bien connu, apparaissent conjointement dans la seconde série d'aventure puisqu'ils entrent alors en conflit avec la valeur courtoise qui motive Yvain, la fidélité. Par deux fois, comme Cuchulainn et d'innombrables autres héros, le chevalier se fait un ennemi "de l'autre coté"20.

  • 21 L'analyse de R. Bezzola à propos d'Erec s'applique aussi bien à Yvain, dont les actes justiciers o (...)

22Le premier espace de l'au-delà fixe les valeurs suprêmes d'un petit univers clos de la courtoisie parfaite, où les seules activités sont la chasse (occupation aristocratique, favorite d'Arthur) et l'amour courtois, et où les activités arthuriennes de bravoure (tournois), de conquête et de reconnaissance dans l' "ailleurs", ainsi que leurs conséquences judiciaires, telles que doivent les pratiquer les chevaliers, n'ont plus aucune raison d'être. "Au-delà" qui se situe donc d'emblée, effectivement, au-delà du monde arthurien, et hors d'atteinte de toute chevalerie. En revanche, Pesme-Aventure symbolise la totalité des épreuves déjà subies par Yvain dans son retour à la courtoisie : c'est, en effet, pour le héros, l'occasion de manifester un acte de courage, de fidélité et de justice incomparable21, et dont la portée atteindra les limites de la mer (jusqu'au royaume de l'Isle-aux-pucelles !). L'équilibre faussement courtois de Pesme-Aventure n'est qu'une dérision de "locus amoenus", maintenue par une coutume diabolique, et ne résulte en réalité que d'un déséquilibre économique (le "riche home" est vêtu de soie mal acquise) et moral (le vainqueur de la coutume est contraint d'épouser la pucelle).

  • 22 Il n'est pas utile d'évoquer ici les innombrables interprétations pro-celtiques ou autres du thème (...)

23Notre interprétation d'ensemble commence à se dessiner. Trois espaces et trois épisodes, le château du vavasseur hospitalier, Landuc, Pesme-Aventure (anticipé par l'épisode de la Dame de Noroison), présentent à trois niveaux différents la même situation héritée de la tradition des contes : l'union de la souveraineté22 territoriale et amoureuse. Dans le premier cas, cette situation n'est pas manifestée au héros, le vavasseur s'abstient de toute offre, la pucelle de toute séduction explicite. Le héros traverse un monde parfait, dans lequel son existence même est inutile. Dans le troisième cas, au contraire, la situation est imposée de force. Mais l'acte justicier héroïque a déjà détruit l'équilibre artificiel sur lequel reposait le royaume.

24La seconde occurrence est, elle, la situation vraie. Celle dans laquelle le transfert de pouvoir d'Esclados à Yvain peut être opéré, puis la contradiction entre les différentes valeurs afférentes à cette souveraineté (prouesse, amour courtois) résolue. Elle nécessite un espace immense et ambivalent dans lequel il est possible de voir (second niveau d'analyse) le seul espace véritable de la chevalerie, en tant que valeur individuelle et non plus communautaire (cour). Ce que nous avions provisoirement nommé le "là" du roman.

  • 23 Cf. P. Jonin, Aspects de la vie sociale au xiie siècle dans Yvain, qui met en valeur l'importance (...)
  • 24 Cf. G. Duby, Les "jeunes" dans la société aristocratique dans la France du Nord-Ouest au xiie sièc (...)

25On pourra, en guise de conclusion, récapituler succintement la nature et l'ordre des divers espaces fonctionnant dans Le chevalier au lion. L' "au-delà" est un univers en équilibre parfait entre deux valeurs suprêmes, la chasse et l'amour. Toute activité extérieure du type arthurien y est inutile. L' "ici" aulique présente le même équilibre entre les mêmes valeurs, à la différence que cet équilibre repose sur l'aventure extérieure (le roi et le héros partent à la fontaine ...). A l'opposé, un "faux au-delà" maintenu en équilibre par une fausse économie d'autarcie (le verger ne vit que du château), et d'harmonie individuelle et sociale : et une série d' "ailleurs" mal situés, soumis à un déséquilibre chronique, et dont la survie ne dépend justement que de l'appui extérieur fourni par les chevaliers de la cour23. Enfin, entre les deux, un vaste univers aux marges étranges et ambiguës, qui réussit à se maintenir, mais à grand coût, dans son équilibre interne. Univers de Landuc où la prouesse individuelle suffit en principe à fixer ses propres limites éthiques et territoriales, mais dont la perpétuation ne dépend que de déséquilibres constamment contrôlés. L'univers de la chevalerie solitaire24.

Notes

1 Critique, 325, 1974.

2 The merveilleux in Chrétien de Troyes' romances, Droz, Genève, 1976. Selon la théorie de la compensation, les épisodes les plus merveilleux contiennent le maximum de merveilleux, et inversement.

3 E. Köhler, L'aventure chevaleresque, 1956, éd. frse, Paris, 1974, p. 271.

4 L. Carasso-Bulow, op. cit., pp. 37-38. L'auteur montre justement que la cour est déjà un premier "degré" de merveilleux. Nous considérerons dans un premier temps que le "réel" du roman se trouve à la cour, quelle qu'elle soit.

5 Cf. la thèse de P.E. Nolan, Mythopoetic evolution : Chrétien de Troyes' Erec et Enide, Cligès and Yvain, Symposium, 25, 1971.

6 Le chevalier au lion, éd. Mario Roques, Champion, Paris, 1971.

7 Cf. v. 326 et suiv.

8 On peut voir dans la manifestation de l'ambivalence spatiale une influence celtique. Cf. d'innombrables exemples dans H.R. Patch, The Other World according to descriptions in medieval literature, N.Y-, 1950.

9 E. Köhler, op. cit., p. 82.

10 Cf. v. 6539-6545.

11 J. Frappier, Etude sur Yvain, SEDES, Paris, 1968, p. 93 : "Les approches de 1'Autre-Monde".

12 J. Le Goff et P. Vidal-Naquet, op. cit., p. 556.

13 Cf. v. 386 et 420.

14 Id., p. 558.

15 Comparer v. 179-187 et 762-769 ; v. 412-477 et 803-810.

16 Cf. v. 2809-2817.

17 Id. p. 560 : "En fait, tout se passe comme si les espaces que la première partie du roman avait si soigneusement distingués, cessaient d'être séparés. Ni la forêt, ni la lande avec son verger, ni la cour, ni la fontaine magique ne sont désormais des lieux isolés les uns des autres".

18 Yvain mange de la chair crue, le lion se conduit comme un être humain. De plus, "les rapports qui vont s'établir entre Yvain et son lion, dès la constitution de leur association, vont reproduire ceux de l'ermite et d'Yvain fou : mais c'est évidemment Yvain qui jouera dans ce compagnonnage le role de l'homme", id., p. 562.

19 Cf. v. 3314-3315.

20 Cf. La maladie de Cuchulainn, éd. C.J. Guyonvarc'h, Ogam, X, 1958, p. 285 et suiv.

21 L'analyse de R. Bezzola à propos d'Erec s'applique aussi bien à Yvain, dont les actes justiciers ont une portée de plus en plus sociale. Cf. Le sens de l'aventure et de l'amour, Champion, Paris, 1968, pp. 153-227.

22 Il n'est pas utile d'évoquer ici les innombrables interprétations pro-celtiques ou autres du thème de la "Souveraineté", pour étayer le fait en question. Sa nature peut tout aussi bien être historiquement fondée, ce qui ne change rien à l'interprétation.

23 Cf. P. Jonin, Aspects de la vie sociale au xiie siècle dans Yvain, qui met en valeur l'importance de l'acte de justice régalienne d'Arthur à la fin du roman. La différence de nature entre les actes justiciers d'Yvain, purement individuels, et celui d'Arthur, est primordiale, les deux personnages agissant dans deux univers distincts.

24 Cf. G. Duby, Les "jeunes" dans la société aristocratique dans la France du Nord-Ouest au xiie siècle", in : Hommes et structures du Moyen-Age, Mouton, Paris, 1973, pp. 219-220.

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540