Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Interpellations féminines dans le Roman de Troie de Benoit de Sainte-Maure

Martine Thiry-Stassin

Texte intégral

  • 1 On se rapportera aux travaux suivants : P. JONIN, Les personnages féminins dans les romans français (...)
  • 2 Cf. "Interpellations féminines dans le Roman de Thèbes", sous presse dans l'Hommage à Madame Jeann (...)

1Dans le dernier représentant de la "triade antique", le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure, le rôle, la place, le comportement des femmes ont été étudiés de façon très générale, ou dans une perspective comparative orientée vers la période contemporaine ou par le souvenir de l'Antiquité1. Le but des pages suivantes, continuant une étude entreprise depuis quelque temps2, sera beaucoup plus modeste : on tentera de fixer et de saisir l'image des femmes au moment où celles-ci apparaissent actualisées par l'interpellation dans le discours direct et immobilisées par une appellation qu'a choisie Benoît en fonction des circonstances, du rang, de l'occasion qu'il a voulu déterminer ou représenter. L'enquête permettrait d'exposer certains procédés ou effets stylistiques de l'auteur et, au-delà, servirait à compléter et à préciser un aspect significatif du personnage féminin : celui qui transparaît quand communication et usages doivent s'exprimer brièvement.

  • 3 Le mérite d'avoir exposé le poids des épisodes amoureux dans la structure de l'œuvre revient à R.M (...)

2Les femmes, dans ce grand roman d'amour et de guerre3, sont nombreuses : sans compter les déesses, on en recense une trentaine que leur nom individualise. En général, elles remplissent des fonctions sociales de la vie féodale : accueil et admiration des guerriers, soins aux blessés, lamentations sur les morts, constitution de convois funèbres, célébration des cérémonies, assistance aux joutes ; mais elles peuvent aussi conduire l'action, telle Hécube décidant et combinant la perte d'Achille, ou se montrer des amoureuses agissantes, telle Médée la magicienne. Seules certaines d'entre elles vont prendre vie grâce au dialogue, et c'est à celles-là que ces notes sont consacrées.

3Dame est le terme le plus fréquemment employé ; il est adressé à la reine Hécube, aux princesses troyennes, aux femmes nobles de Troie, à Médée, à la reine des Amazones, par des personnages divers qui vont du roi Priam aux valets, serviteurs ou soldats, en passant par les princes troyens, les messagers chargés de mission ou les amants potentiels ou réels. Il s'emploie le plus souvent seul, rarement amplifié par un prénom, par un nom de fonction apposé ou un qualificatif comme franches.

  • 4 Toutes les références renvoient à l'éd. de L. CONSTANS, Le Roman de Troie de Benoit de Sainte-Maur (...)

4Le mot est souvent d'usage comme terme de politesse, avec des nuances diverses et dans des circonstances variables. Ainsi il marque la soumission et le respect de la "maistre" de Médée, qui tempère, par cette forme de révérence, la franche liberté de ses conseils de prudence à sa maîtresse (v. 1543)4, jeune fille et descendante de roi.

  • 5 C'est aussi le terme danzele qui est employé, hors du discours, lorsque Briséĭde saisit le cheval (...)

5Le souci des conventions sociales anime le messager envoyé par Diomède à Briséĭde. Le jeune homme salue la fille de Calchas, l'ancienne maîtresse de Troĭlus, d'un Dame (v. 14.310) en lui présentant le "milsoudor" que Diomède offre à la jeune fille (vv. 14.310-322). Dame reflète la politesse du jeune valet et reprend, peut-être, par personne interposée, le sentiment de soumission amoureuse du maître, comme l'indiqueraient les vers précédents, où Benoît narrateur décrit brièvement l'amorce de la scène, et où le terme différent danzele5 témoigne du changement de point de vue :

Li fiz Cariz de Pierre Lee
A la danzele saluée
De part son naturel seignor
(vv. 14.307-309)

  • 6 Il est à noter que c'est par référence à son prénom et à sa fonction sociale ("A Ecuba, fait il, l (...)

6Un usage semblable guide l'ami d'Achille, qui se fait son messager auprès de la reine Hécube afin d'obtenir la main de Polyxène en promettant l'abandon de la guerre. C'est la personne individuelle qu'il salue par son Ecuba (v. 17814)6, mais c'est à la femme puissante, à la souveraine, qu'il fait référence en employant un Dame (v. 17.814). Le titre d'Hécube n'est pas évoqué, car il s'agit d'un entretien privé et secret (le fait est souligné aux vv. 17.807 et 17.812), où la pompe n'est pas de mise. Le terme dame est ici un simple usage de politesse.

  • 7 Cf. A. GKISAY, G. LAVIS, M. STASSE, Les dénominations de la femme dans les anciens textes littérai (...)
  • 8 Cf. v. 17932 : "A la reine de bon aire", et v. 21198 : "Avuec la reine Ecuba".

7Dame est aussi le titre que le roi Priam adresse à son épouse. Le terme est employé comme marque de politesse entre personnes nobles7. Benoît l'utilise inchangé, même si la disposition d'esprit du locuteur varie : au v. 17933, Priam, attentif, répond à une demande sérieuse et précise de son épouse ; au v. 21199, le souverain, irrité par la trahison d'Achille, adresse de violents reproches à Hécube, qui a favorisé la demande du héros grec. Mais il semble que pour l'écrivain l'appellation conserve une certaine imprécision puisque, dans ces petites scènes où les participants sont connus, il prend soin de préciser le rang de l'interlocutrice dans le vers précédant le discours8.

  • 9 L'usage de politesse se rencontre aussi dans la bouche de Cassandre, fille d'Hécube (v. 4909), lor (...)

8La soumission aux règles de politesse se rencontre chez Hélène9 lorsque, dans sa complainte sur la mort de Paris son époux, elle se tourne vers la reine Hécube, mère déchirée par la disparition successive de ses fils. La nécessité de l'emploi de Ecuba, dame (v. 22967) et dame (v. 22975) est doublement renforcée par la situation réelle et morale : Hécube est reine et belle-mère d'Hélène, et son autorité s'est affirmée plus d'une fois dans le roman, mais surtout elle est celle qui souffre par la faute de la jeune femme. Les paroles de celle-ci trahissent une vive conscience de son infériorité morale (vv. 22975-976).

9Politesse et dépendance morale se partagent les intentions de Paris, qui inaugure d'un Dame (v. 21887) la réponse plaintive au chantage qu'exerce sur lui sa mère.

10Mais il arrive aussi qu'il s'agisse, dans l'emploi du terme, non plus de dépendance morale mais de la reconnaissance d'un réel assujettissement. Troĭlus, le cinquième fils de Priam, Polydamas et Enéas, princes troyens, font visite à la chambre des dames. La reine Hécube, en son nom propre et en celui du roi, les exhorte à la vaillance et au courage, et leur promet la gratitude de ses héritiers (vv. 11859-894). Les visiteurs protestent de leur loyauté, s'adressant par le double terme de fonction Reĭne dame (v. 11895) à celle qui parle en suzeraine ; ils lui reconnaissent ainsi autorité morale et pouvoir réel. Dans d'autres cas, l'interpellation Dame peut aussi ratifier l'acceptation d'une suzeraineté. Les Paphlagoniens apostrophent de ce terme Panthésilée, la reine des Amazones (v. 24037) et répondent de même à la question de la souveraine guerrière (v. 24042) : leur capitaine a été fait prisonnier, et c'est en vertu d'un transfert naturel d'autorité et de suzeraineté qu'ils font appel à l'Amazone.

  • 10 Cf. A. GPISAY, G. LAVIS, M. STASSE, op. cit., pp. 122-123, où l'exemple de Benoît est cité.

11Enfin, Dame est utilisé pour sanctionner le rang social élevé de certaines femmes10 : le mot se retrouve ainsi dans la bouche de Cassandre, la prophétesse, s'adressant à la communauté féminine de Troie, les épouses, les sœurs, les mères des combattants (vv. 4916-918). L'appel Franches dames, franches puceles (v. 4915) indique la différence d'état se marquant dans l'opposition des termes successifs. L'adjectif franches, deux fois répété, enchérit sur la qualité de naissance et de rang de celles que prévient la devineresse.

***

  • 11 Cf. par ex. vv. 12531, 9629 ou 20428.
  • 12 Cf. A. GRISAY, G. LAVIS, M. STASSE, op. cit., pp. 167-169.

12Dameiseles est employé une seule fois : il ouvre un ordre militaire donné par Panthésilée à ses Amazones. A cause du contexte et de la nature des personnages impliqués, l'appellation est à mettre sur un même plan que des interpellations comme Franc chevalier, Seignor ou Seignor chevalier, qu'Achille ou Hector lancent à leurs hommes11 au signal de la bataille. Le terme, utilisé seul, parle en lui-même, et il garde sans doute les deux traits sémantiques fondamentaux habituels de jeunesse et de noblesse12. Cette dernière marque est associée à la vaillance que l'autorité confiante de la reine accorde à ses guerrières. Avec sobriété, Benoît adapte à cette société exceptionnelle de femmes les usages qu'il attribue par ailleurs à ses valeureux soldats.

***

13Les termes exprimant des liens de parenté apparaissent dans les moments de grande tension morale.

  • 13 Discours direct aux vv. 4897-928.

14Ainsi Cassandre, lors des festivités qui marquèrent les noces d'Hélène et de Paris et en présence de tous, vaticine et prédit la ruine de Troie et la mort de tous les siens13. Après avoir fait connaître sa vision funèbre et douloureuse (vv. 4897-904), elle s'adresse d'abord à sa mère, et elle double le prénom Ecuba (v. 4905) de l'appellation mere, en tête d'un groupe de vers où s'exprime la prochaine douleur de la reine (vv. 4905-911).

15Ainsi encore Paris, "pleins d'ire et de dolor" (v. 18711) devant son frère Déïphebus blessé à mort, crie sa souffrance personnelle et s'accable de violents reproches (vv. 1819-727), culminant en ces mots :

Vivrai jo donc ? Ja Deu ne place
Que jo après mes freres vive !
(vv. 18726-727)

16Il se tourne à ce moment, en pensée, vers sa mère, et la plaint anticipativement (vv. 18728-731), ajoutant à l'exclamation Ha ! Ecuba une mere chaitive (v. 18728), terme traduisant la filiation teintée de pitié et de compassion.

  • 14 Les faits brièvement rappelés ci-dessus ont lieu lors de la dix-huitième bataille (après les vv. 2 (...)

17Plus loin dans le récit, Achille a repris les armes, trahissant sa promesse de ne plus combattre les Troyens ; Hécube veut alors en tirer vengeance et projette de le faire exécuter à son insu par Paris14. Le héros est soumis à un cruel dilemme qu'il expose sobrement (vv. 21941-956) : désobéir et déplaire à sa mère, ou commettre une trahison qui lui fera perdre tout prestige. Mais la discipline l'emporte finalement :

Ensorquetot n'os desvoleir
Nule rien, mere, que vos place
(vv. 21952-953)

18Parce que l'instigatrice du crime est sa mère - l'emploi retardé de l'apostrophe le souligne -, il s'expose au risque.

  • 15 vv. 22967 ou 22975, cf. ci-dessus, p.3.
  • 16 De fait, le dernier fils survivant est Hélénus, mais son rôle est peu important dans le conflit tr (...)

19Les rapports enfants-mère inscrits dans le discours direct ne sont certes pas toujours exprimés par l'emploi du terme mere. Paris use, dans un contexte semblable, mais moins éprouvant, du Dame plus déférent et plus officiel (cf. v. 21887), ou n'emploie aucun interpellatif, dans un entretien plus bref oùseule compte l'efficacité (vv. 22081-088). Hélène, belle-fille par le mariage, se tient à un dame, conventionnel et nécessaire15. Mais certains traits communs relient les trois cas évoqués ici : ceux-ci figurent non en amorce mais au cœur du discours, ils accompagnent et soulignent l'exposé d'arguments d'une tension profonde, ils sont mis dans la bouche de personnages privilégiés par leur sentimentalité, Cassandre la prophétesse et Paris, le fils chéri, dernier à rester en vie16. L'emploi du terme de filiation schématise le rôle d'une femme puissante comme mère, il contribue à souligner un aspect du personnage féminin pour qui tout à la fois l'on redoute la souffrance et que l'on n'ose offenser.

  • 17 La scène couvre les vv. 13713-814.

20L'autre terme exprimant la parenté, fille, est également utilisé dans un moment grave, en réponse aux reproches de Briséĭde qui s'interroge sur la raison qui l'oblige à quitter ses amis et désavoue la conduite paternelle17. L'emploi brutal - au cours d'une crise de larmes de l'intéressée -, sec et péremptoire, au début du discours, sans amplifications (v. 13780), rétablit les rapports de force que Briséĭde transgressait en paroles. Le devin Calchas fait appel à sa puissance de père pour justifier une conduite qui inquiète et déshonore sa progéniture. Le rappel tranchant de sa condition replace et fige la jeune fille dans l'ordre hiérarchique normal.

21Si l'affectivité se mêle au respect dans les emplois de mere, c'est la notion de respect dû qui semble dominer dans le seul emploi de l'apostrophe fille : ces interpellations dessinent encore une société fortement hiérarchisée.

***

22Les appellations dévolues aux amoureux occupent une place particulière, tant par leur spécificité que par l'importance des actes qui s'y nouent.

  • 18 Cf. vv. 1321, 1388, 1429, 1457, 1595, 1602, 1615, 1651, 2013.
  • 19 Cf. Ci-dessous, pp. 7 ss.

23Jason emploie constamment vis-à-vis de Médée l'appellation Dame18, depuis les premières paroles de politesse échangées dans la tranquillité d'un entretien particulier (cf. v. 1312 : "Soëf, basset, que l'om ne l'oie") jusqu'au moment où leur liaison est effective et consommée (vv. 1643 ss), en passant par l'exposé du sens de sa mission (vv. 1389 ss), la promesse de mariage (vv. 1429 ss), la prise de rendez-vous (vv. 1456 ss), les rencontres nocturnes (vv. 1595 ss et 1602 ss), les serments (vv. 1615 ss). Si cette constance dans l'emploi de l'interpe1latif peut s'expliquer par le désir de suivre les usages de politesse (par ex. vv. 1321, 1388), par celui de se conformer aux moeurs courtoises (par ex. v.1602) ou par celui de respecter une apparence de bienséance devant un public possible (v. 1595), elle ne laisse pas d'étonner si on la compare aux habitudes des autres amants19 et à l'emploi modulé des appellations par Médée dans les mêmes circonstances. Médée interpelle Jason par des termes différents, qui vont du vassaus (vv. 1313, 1591) un peu péremptoire au Jason (w. 1333, 1401, 1624, 1705, 1781) plus direct ou au Beaus amis (vv. 1609, 1659) plus tendre, jusqu'à la triple apostrophe murmurée :

Jason, sire, beaus amis genz
(v. 1862)

  • 20 Cf. à ce propos P. JONIN, op. cit., p. 145.
  • 21 Cf. la réaction de Jason au simulacre de mariage : "Jason ensi li otreia, / Mais envers li s'en pa (...)

24Cette stabilité pourrait provenir d'une volonté délibérée de Benoît qui garde à ses personnages une vraisemblance d'expression en accord avec leurs desseins profonds. L'on sait que Médée, dès la première fois où elle rencontre Jason, en tombe amoureuse (vv. 1261-263), elle qui n'a jamais aimé (vv. 1283-284), le désire pour époux (v. 1290 : "Mout le désire a mariage ge") ; avant de se donner à Jason, elle se livre à une cérémonie sacrée de serment de loyauté (vv. 1624-634)20. De toutes ses forces et de toute son imagination, elle tend vers le mariage, sanction officielle de liens amoureux. En revanche, Jason ne pense qu'au but qu'il s'est fixé : la conquête de la Toison (par ex. vv. 1398-1400) ; pour profiter des dons de magicienne de Médée, il lui promet mariage et honneurs (vv. 1429-444), se livre à un simulacre d'allégeance amoureuse et féodale (vv. 1602-608), ainsi qu'à une cérémonie de mariage devant l'image de Jupiter (vv. 1635 ss). Soutenu par un dessein précis, il se prête aux subterfuges et aux trahisons, il suit ce qu'il y a de plus superficiel dans les usages, et il ne se livre jamais intimement21. L'immuabi1ité des interpe1latifs trahit la réelle indifférence affective du fils d'Eson, témoigne de sa profonde réserve et annonce sa perfidie.

***

  • 22 R.M. LUMIANSKY, art, cit., p. 424, donne les chiffres suivants : 6500 vers sur plus de 30.000 sont (...)

25L'histoire d'amour de Paris et d'Hélène, d'une importance fondamentale pour les événements de Troie, reçoit le traitement le plus court22. Benoît raconte leur rencontre à Cythère : l'amour les saisit tous deux lors de leur première entrevue (vv. 4355-365). Paris convainc alors ses compagnons du bien-fondé de l'enlèvement ; de retour à Troie, ils s'arrêtent sur l'île de Tenedos, et

Dame Heleine faiseit semblant
Qu'ele eûst duel e ire grant.
(vv. 4639-640)

  • 23 "Dame, fait il, vostre volei / Sera si fait e acompli / Corn de vostre boche iert gehi. " (vv. 473 (...)
  • 24 Cf. éd. CONSTANS, t. V, p. 57.

26C'est à ce moment que se déroulent les scènes directement rapportées entre les deux héros. Paris, jouant la comédie ("Semblant fist que fust irascuz", v. 4670), va réconforter Hélène et ses suivantes. Il la salue d'un Dame (v.4671), forme de politesse, comme on l'a vu, destinée chez Benoît à une personne de haut rang : rien dans la suite du discours, qu'il dirige plutôt vers les compagnes de sa prisonnière, ne permet d'y voir d'autres nuances. Hélène appelle les bénédictions du ciel sur un défenseur si chevaleresque (cf. vv. 4721-729), et Paris se met entièrement à son service. Le Dame (v. 4730) qui inaugure ses voeux23 s'enrichit d'une nuance reconnue de suzeraineté morale. Le comportement du jeune prince se fait ensuite encore plus tendre et plus prévenant : ayant saisi la reine par la main, il l'emmène sous sa tente, la prie (vv. 4733-736), déclare son amour dans un discours d'une haute tenue rhétorique (vv. 4737-754), et lui promet fidélité et dévouement. L'attitude et les gestes préliminaires, de même que les paroles postérieures, amènent l'appellation Dame du v. 4737 à un autre niveau, celui de l'amie et de l'aimée, de la reine et de la dispensatrice de tous biens et de tout espoir. A partir du moment où ils seront amants (vv. 4770 ss), il n'y aura plus d'échange verbal entre eux ; seuls les rôles sociaux seront remplis : présentation au roi Priam (vv. 4845 ss), dès le lendemain, noces (vv. 4865 ss), ultérieurement, obligations et occupations de l'épouse d'un chef d'armée24.

27Benoît de Sainte-Maure a privilégié par le discours les étapes préliminaires à la consommation du lien amoureux ; les emplois successifs de Dame retracent l'image de la femme d'abord objet de respect, ensuite suzeraine morale et enfin amie toute-puissante.

***

28Troĭlus et Diomède usent à tour de rôle vis-à-vis de Briséĭde d'un même appellatif. Les circonstances d'emploi sont quelque peu différentes, mais une constante subsiste : proximité immédiate de la notion d'amour.

  • 25 Cf. les vv. 13268-270.

29La liaison de Troĭlus et de Briséĭde est chose connue depuis longtemps25, et Benoît met en scène les amants au moment où la jeune fille, à la demande de son père, Calchas, rejoint le camp des Grecs. Au serment de fidélité de Briséĭde (vv. 13498-503), Troĭlus répond par une déclaration semblable (vv. 13504-510), qui s'ouvre par un terme de tendre familiarité, Bele, désignant l'amante comme le suggère le contexte immédiat : au v. 13500, la demoiselle promet de n'être jamais l'amie de personne d'autre, au v. 13505, le prince troyen fonde ses paroles sur l'amour que la jeune fille a un jour conçu pour lui.

  • 26 "E li fiz Tydeüs l'en meine, / Qui ainz en soferra grant peine / Qu'il sol la baiste ne qu'il y gi (...)
  • 27 "…a dreit se prise / Qui de vostre amor est saisiz".
  • 28 "Onques d'amer ne m'antremis, / N'amie n'oi ne fui amis. "
  • 29 "Mais sacheiz, bele, bien vos di, / Se de mei faites vostre ami…"
  • 30 "Preisiez deit estre e de grant non / Qui de vostre amor est saisiz : / Bele, s'a vos me sui ofriz (...)
  • 31 Il s'agit d'une part de : "Ja ne quier mais grant joie aveir / Desci que j'aie seiirance / D'aveir (...)
  • 32 Bele est employé une fois par Hector au début de paroles quelque peu ironiques (vv. 11740-746) que (...)

30La passion de Diomède pour Briséĭde naît à la vue de la beauté éplorée qu'avec d'autres chefs grecs il convoie. Benoît, en narrateur omniscient, prévient et de l'amour et des souffrances qui en découleront26, et laisse son personnage s'exprimer directement. En un long discours (vv. 13532-616), le fils de Tydée avoue progressivemnt et fort habilement son désir et engage une promesse de fidélité chevaleresque et amoureuse27. Il rythme ses paroles de cinq apostrophes : Bele (vv. 13532, 13556, 13579, 13584) et Douce amie (v. 13570)28. A chaque fois, le terme bele est en liaison étroite avec un aspect de l'amour quêté - généralité plausible aux vv. 13557-58029, argumentation sentimentale aux vv. 13582-58530. De plus, il comporte une allusion à la notion de beauté, implicitement dès la présentation de l'héroïne, et explicitement au v. 13560. L'apostrophe Douce amie, plus affectueuse et plus délicate, placée entre une déclaration à propos de gestes amoureux espérés et une protestation d'honnêteté31, tempère ce qu'aurait eu de trop direct la confession précédente et préfigure une relation escomptée. Avec l'évocation de gestes précis, Diomède s'est placé pour un moment dans le futur. Quittant le bele, aimable et attentif32, il use de Douce amie, reflet d'une réalité attendue.

  • 33 Dans la narration proche, Briséĭde est appelée danzele (v. 15087) ou dameisele (v. 15173).

31Pendant la trêve qui suit la huitième bataille, Benoît place un autre échange entre Diomède et Briséĭde. La jeune fille prête le cheval de Troĭlus à son prétendant, celui-ci promet de bien se comporter ; se situant d'abord au plan des affaires, il la salue de Dame (v. 15126), terme de politesse honorable33, mais il abandonne ce niveau pour se projeter à nouveau dans le futur (surtout aux vv. 15153-155). Des appellations Douce amie (v. 15156) et La meie amie (v. 15164) ouvrent une prière ou un souhait impératif. Une gradation entre les deux termes ne provient pas uniquement d'un désir de variété stylistique : La meie amie, plus intime, plus personnel par l'emploi du possessif, fait suite à un paroxysme, le désir de mort. Là aussi, une circonstance évoquée conduit le héros à dépasser la réalité. L'image de femme possède ainsi deux dimensions : l'une est conventionnelle chez une fille jeune, belle et désirable, l'autre est figurée, celle de l'amante, créée par le désir.

***

32Les apostrophes les plus recherchées adressées à une femme figurent dans la tragique histoire d'amour qui lie Achille à Polyxène. Lors de la cérémonie anniversaire de la mort d'Hector, Achille a remarqué Polyxène et en est tombé irrémédiablement amoureux (vv. 17552 ss.). Luttant sans cesse entre la fidélité due aux Grecs et la passion qu'il éprouve pour la jeune princesse, le chef des Myrmidons va promettre à Hécube son retrait de la guerre en échange de la main de l'aimée. Ayant trahi son serment, il succombera aux coups de Paris dans une embuscade imaginée par la mère ulcérée.

  • 34 Polyxène est objet de l'amour ; elle en a été avisée et la situation lui plaît, comme en témoignen (...)

33Benoît a engagé tout son savoir-faire pour retracer l'évolution et les impatiences d'une passion naissante, et c'est dans les monologues d'Achille amoureux, exprimés aux moments de tension les plus intenses, que l'on retrouvera les adresses à une Polyxène qui vit le roman d'amour de loin et par intermédiaire34.

34En attendant le retour du messager parti recueillir la réponse d'Hecube, Achille se plaint longuement du mal d'amour (vv. 18028-067) et en vient à douter d'être aimé. Sa pensée matérialise l'objet de ses voeux, qu'il interpelle (vv. 18076-082). Son adresse,

"Haĭ ! fine de bel semblant,
Esperital, enluminée,
Sor totes autres désirée, […]"

35décrit, non pas la femme sous une de ses fonctions courantes, mais une perfection morale et physique, l'objet unique du désir. La nuit, après la perte de la plus grande partie de ses Myrmidons, et après les reproches sur sa conduite déloyale que lui a lancés l'Amour (vv. 20703-774), Achille se lamente et appellera l'aimée à son secours (vv. 20784-812). Chaque apostrophe sera suivie en contrepoint d'une évocation de la souffrance qu'il éprouve. D'abord (v. 20790), elle est simple - Haĭ ! bele - et comparable à celles que Troĭlus ou Diomède adressent successivement à Briséĭde, mais ici, comme l'apprend le contexte immédiat, la charge sémantique de beauté doit être tout à fait réelle. L'interpellation est suivie de la brève description d'un état de tristesse et de manque. Aux vv. 20798-800,

"Ha ! douce, fine, fresche flor,
Sor les beles esperitaus
E sor totes angeliaus, […]"

  • 35 J. FRAPPIER, art, cit., p. 40, remarque que l'image de Polyxène inspire à Achille "des accents qua (...)
  • 36 "Corne jo pert por vos la vie / Senz aveir socors ne aĭe ! " (vv. 20801-802).

36elle s'amplifie ; l'image de beauté se précise et se sublime spirituellement35, elle s'accompagne d'un désir de mort en l'absence d'aide36. La troisième adresse,

"Uevre de nature devine,
Sor trestotes beautez reine, […]"
(vv. 20803-804)

  • 37 "A vos s'en vait mis esperiz" (v. 20805).
  • 38 Ceci est valable pour tous les personnages féminins : le prénom, s'il est exprimé, est accompagné (...)

37comme une prière, se complète d'une offre sans espoir de l'âme de l'amant37 ; la dernière, Polixena (v. 20809), simple prénom féminin, pour l'unique fois employé seul38, matérialise en la nommant l'aimée jusqu'alors cernée seulement par l'expression superlative de ses qualités. C'est alors à l'unique, enfin dénommée, que s'offre Achille, le courtois :

"Polixena, a vos m'otrei.
(v. 20809)

38La femme, telle que la montre Benoît grâce au personnage d'Achille, est une aimée à la fois proche et lointaine, que l'on invoque dans l'intimité de son cœur, parée de toutes les qualités de beauté et de perfection morale, une image idéale parce qu'inaccessible et follement désirée.

***

  • 39 Ainsi, rappelons-le, l'intérêt par le discours direct s'éteint, pour Hélène, une fois les noces co (...)

39Quelques remarques se dégagent de ces pages d'analyse. Comme l'on pouvait s'y attendre, Benoît de Sainte-Maure privilégie, en les rendant dignes d'attention par les paroles qui leur sont adressées, une catégorie de femmes de haute naissance : reines, filles de roi, nobles Troyennes ou nobles Amazones. Parmi toutes celles-ci, quelques-unes se détachent plus nettement encore : il s'agit d'Hécube, dans le réseau des relations qui la font dame, reine et mère, et des amoureuses lorsqu'elles sont en attente de la réalisation de l'amour39.

40La société féminine qu'il dessine est une société féodale où les rapports sont hiérarchisés par l'étiquette, la politesse et le respect de la place due, comme en témoignent les divers emplois de Dame, et où la prééminence sur le plan social et humain est donnée à Hécube, dame et reine souffrante

41comme celle que Benoît désignait ainsi :

"En cui tote science abonde,
A la cui n'est nule seconde
Que el mont seit de nule lei.
Riche dame de riche rei,
Senz mal, senz ire, senz tristece,
Poisseiz aveir toz jorz leece ! "
(vv. 13465-470)

42Mais l'image qu'il donne de la femme s'élargit, s'éclaire et se renouvelle dans l'attention méditée et l'adaptation stylistique qu'il accorde aux rôles d'amantes : dans l'intimité des entretiens à deux, il en offre un reflet double, conventionnel et poli (par le Bele de Diomède ou le Dame de Jason) ou lyrique et idéal (par les vers d'Achille).

Notes

1 On se rapportera aux travaux suivants : P. JONIN, Les personnages féminins dans les romans français de Tristan au xiie siècle. Etude des influences contemporaines, Aix-en-Provence, 1958, pp. 141-173 ; J. FRAPPIER, "Remarques sur la peinture de la vie du xiie et du xiiie siècle", in L'Humanisme médiéval dans les littératures romanes du xiie au xive siècle, Actes publiés par A. FOURRIER, Paris, 1964, surtout pp. 38-42 ; I. HANSEN, Zwischen Epos und hofischem Roman. Die Frauengestalten im Trojaroman des Benoît de Sainte-Maure, Munich, 1971 ; R. JONES, The Thème of love in the Romans d'Antiquité, London, 1972, pp. 43-59 ; G. RAYNAUD de LAGE, "Les Romans antiques dans l'Histoire ancienne jusqu'à César'", in Les premiers romans français et autres études littéraires et linguistiques, Genève, 1976 (P.R.F., 138), surtout pp. 63-71 (art. paru autrefois dans Le Moyen Age, 1957).

2 Cf. "Interpellations féminines dans le Roman de Thèbes", sous presse dans l'Hommage à Madame Jeanne Wathelet-Willem.

3 Le mérite d'avoir exposé le poids des épisodes amoureux dans la structure de l'œuvre revient à R.M. LUMIANSKY, "Structural unity in Benoit's Roman de Troie", Romania, 79, 1958, pp. 410-424.

4 Toutes les références renvoient à l'éd. de L. CONSTANS, Le Roman de Troie de Benoit de Sainte-Maure, 6 vol., Paris, 1904-1912 (S.A.T.F.).

5 C'est aussi le terme danzele qui est employé, hors du discours, lorsque Briséĭde saisit le cheval (v. 14324).

6 Il est à noter que c'est par référence à son prénom et à sa fonction sociale ("A Ecuba, fait il, la sage, /La femme al riche rei Priant…", vv. 17754-755) que le chef des Myrmidons commence l'exposé des indications données sur l'ambassade. Lorsqu'il fait référence à elle dans son discours, c'est par la mention reine (v. 17804).

7 Cf. A. GKISAY, G. LAVIS, M. STASSE, Les dénominations de la femme dans les anciens textes littéraires français, Gembloux, 1969 (Publ. de l'Institut de lexicologie française de l'Univ. de Liège), pp. 129-130.

8 Cf. v. 17932 : "A la reine de bon aire", et v. 21198 : "Avuec la reine Ecuba".

9 L'usage de politesse se rencontre aussi dans la bouche de Cassandre, fille d'Hécube (v. 4909), lorsqu'elle parle à sa mère, et dans celle de Paris s'adressant aux suivantes d'Hélène (v. 4679).

10 Cf. A. GPISAY, G. LAVIS, M. STASSE, op. cit., pp. 122-123, où l'exemple de Benoît est cité.

11 Cf. par ex. vv. 12531, 9629 ou 20428.

12 Cf. A. GRISAY, G. LAVIS, M. STASSE, op. cit., pp. 167-169.

13 Discours direct aux vv. 4897-928.

14 Les faits brièvement rappelés ci-dessus ont lieu lors de la dix-huitième bataille (après les vv. 21072 ss, Achille reprend les armes), et après la dix-neuvième bataille (Hécube conçoit son projet et en informe Paris aux vv. 21838 ss.).

15 vv. 22967 ou 22975, cf. ci-dessus, p.3.

16 De fait, le dernier fils survivant est Hélénus, mais son rôle est peu important dans le conflit troyen (cf. résumé dans l'éd. CONSTANS, t. V, p.57b), et lui-même ne correspond pas au moule du personnage romanesque masculin : il n'est ni habile combattant, ni amoureux profond.

17 La scène couvre les vv. 13713-814.

18 Cf. vv. 1321, 1388, 1429, 1457, 1595, 1602, 1615, 1651, 2013.

19 Cf. Ci-dessous, pp. 7 ss.

20 Cf. à ce propos P. JONIN, op. cit., p. 145.

21 Cf. la réaction de Jason au simulacre de mariage : "Jason ensi li otreia, / Mais envers li s'en parjura ; / Covenant ne lei ne li tint…" (vv. 1635-637).

22 R.M. LUMIANSKY, art, cit., p. 424, donne les chiffres suivants : 6500 vers sur plus de 30.000 sont consacrés aux histoires d'amour, celle de Paris et d'Hélène ne couvre que 549 vers.

23 "Dame, fait il, vostre volei / Sera si fait e acompli / Corn de vostre boche iert gehi. " (vv. 4730-732).

24 Cf. éd. CONSTANS, t. V, p. 57.

25 Cf. les vv. 13268-270.

26 "E li fiz Tydeüs l'en meine, / Qui ainz en soferra grant peine / Qu'il sol la baiste ne qu'il y gise…" (vv. 13529 531).

27 "…a dreit se prise / Qui de vostre amor est saisiz".

28 "Onques d'amer ne m'antremis, / N'amie n'oi ne fui amis. "

29 "Mais sacheiz, bele, bien vos di, / Se de mei faites vostre ami…"

30 "Preisiez deit estre e de grant non / Qui de vostre amor est saisiz : / Bele, s'a vos me sui ofriz, / Ne refusez le mien homage. "

31 Il s'agit d'une part de : "Ja ne quier mais grant joie aveir / Desci que j'aie seiirance / D'aveir vostre amor senz dotance, / E que j'aie vostre solaz / Si faitement qu'entre mes braz / Vos bais e ieuz e boche e face. " (vv. 13564-569) ; de l'autre de : " […] ne vos desplace Rien que vos pri ne que vos die, / Ne nel tengiez a vilanie. " (vv. 13570-572).

32 Bele est employé une fois par Hector au début de paroles quelque peu ironiques (vv. 11740-746) que le héros troyen adresse à Hélène, au sujet de l'affrontement de ses deux époux successifs. Le ton est léger, l'atmosphère détendue dans ces scènes de retour du guerrier, et Hector ne cache pas sa préférence pour sa jolie belle-soeur, toujours au premier rang de ces aimables manifestations de service (par ex. 11685-739). L'image d'Hélène est dessinée avec familiarité et affection : on comparera le comportement d'Hector avec son épouse Andromaque, qu'il ne dénomme même pas (cf. vv. 15329 ss et 15486 ss).

33 Dans la narration proche, Briséĭde est appelée danzele (v. 15087) ou dameisele (v. 15173).

34 Polyxène est objet de l'amour ; elle en a été avisée et la situation lui plaît, comme en témoignent les vv. 21229-233 : "Maintes paroles, mainz conseiz, / Mainz parlemenz e mainz segreiz / Aveit o li tenu sa mere : / Mout li plaiseit e bel li ere / Qu'il la deveit prendre a moillier. " De surcroît, après la mort d'Achille, sa culpabilité et le ressentiment à l'égard de sa mère sont réels (cf. vv. 22445-459).

35 J. FRAPPIER, art, cit., p. 40, remarque que l'image de Polyxène inspire à Achille "des accents quasi-religieux. " G. ANGELI, in L'"Eneas" e i primi romanzi volgari, Milano-Napoli, 1971, p. 163, voit dans cette scène "la sfogo mistico di Achille".

36 "Corne jo pert por vos la vie / Senz aveir socors ne aĭe ! " (vv. 20801-802).

37 "A vos s'en vait mis esperiz" (v. 20805).

38 Ceci est valable pour tous les personnages féminins : le prénom, s'il est exprimé, est accompagné en adresse de mere (vv. 4905, 18728) ou de dame (vv. 17814, 22967).

39 Ainsi, rappelons-le, l'intérêt par le discours direct s'éteint, pour Hélène, une fois les noces consommées. Ainsi encore, dans une perspective semblable, Andromaque, qui n'est qu'épouse et mère, fait de la figuration dans les scènes de deuil, de tournoi ou de vie quotidienne, et n'est "mise en adresse" ni par son époux, ni par le roi Priam, même dans les scènes où elle joue un rôle primordial (pour le songe d'Andromaque et ses conséquences, cf. vv. 15263-604).

Auteur

Université de Liège

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540