Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Trois versions du jugement de Renart

(Roman de Renart, branches VIIb, I, VIII du manuscrit de Cangé)

Jean Subrenat

Texte intégral

  • 1 In Annales de la Faculté des Lettres d'Aix, t. XXV, 1951, pp. 63-82.

1Le monde animal, celui de la cour de Noble n'est assurément pas un peuple sans histoire et le maître que nous honorons par ce volume a bien su montrer en 1951, lorsqu'il étudiait "Les animaux et leur vie psychologique dans le Roman de Renart (Branche I)"1 les nuances de la vie et de la pensée des vassaux du roi Noble.

  • 2 Le Roman de Renart, première branche et branches VII-IX éditées d'après le Manuscrit de Cangé par (...)

2Un signe - bien humain - de cette vitalité se voit dans le reflet des procédures juridico-féodales auxquelles Renart doit, malgré toutes ses ruses, en définitive se soumettre. Trois branches au moins, en effet, fournissent un récit des difficultés de Renart avec la cour royale. Dans la branche I, si connue, il n'aura pas fallu moins de trois ambassadeurs pour convaincre le goupil de se présenter au jugement de ses pairs. La matière était trop belle, les crimes de Renart trop grands, les hommes du xiie siècle trop procéduriers, pour que le sujet ne soit pas exploité ailleurs. Aussi bien peut-on lire d'autres versions des démélés de Renart avec ses pairs et la cour, en particulier dans la branche VIIb (de l'édition de Mario Roques, ou branche V de l'édition d'Ernest Martin), antérieure à la branche I, et dans la branche VIII (de l'édition M. Roques ou VI de l'édition E. Martin), qui est postérieure2.

  • 3 Sur ces aspects, voir Jean Graven, Le procès criminel de Renart, étude du droit criminel féodal au (...)

3Notre propos sera de mettre en parallèle quelques éléments de ces trois récits et d'en mesurer partiellement la portée littéraire ou sociale, sans nous attarder particulièrement sur les aspects techniques des procédures3.

LES ACCUSATIONS

4Deux fois, les promoteurs de la procédure sont les loups. Dans la br. VIIb, Hersant, pour calmer Ysengrin qui venait d'assister au viol de sa femme, suggère :

"A la cort Noble le lïon
Tient l'en les plaiz et les oiences
De mortés guerres et de tences ;
La nos alons de lui clamer :
Bien tost le porroit amander,
Se ce puet estre conporté". (v. 6088-6093)

  • 4 v. 6401-6478, soit 178 vers !

5Devant la cour, Ysengrin proteste sur la manière dont la paix est bafouée par le goupil, puis Hersant décrit les outrages qu'elle a subis, enfin Ysengrin reprend la parole pour ajouter que Renart récidive en quelque sorte car il avait déjà troublé la paix de son ménage. Le roi, après avoir consulté le légat pontifical, excellent juriste, confie le jugement à ses conseillers. Leur discussion semble d'abord sérieuse et objective avec les interventions de Brichemer, Beaucent, Brun, Plateau, puis l'ours accapare la parole pour raconter - longuement4 - ses propres malheurs : Renart, qui avait volé des poules, est parvenu à détourner les chiens qui le poursuivaient en les mettant sur la piste de Brun ; et il conclut en disant que Tiecelin, Tibert et la mésange ont aussi été victimes du traître.

6Dans la br. I, c'est également le loup qui lance le premier les accusations :

..."Biax tres douz sire,
Faites me droit de l'avoutire
Que Renart fist a m'espousee,
Dame Hersant, qu'ot enserree
A Maupertuis, son fort repere,
Quant il a force li vost faire.
A force li fist il li rous !
Dolenz en sui et coroçous". (v. 29-36)

  • 5 v. 295 sqq.

7Mais la discussion en présence du roi porte moins sur le délit dont Renart est accusé que sur l'opportunité d'engager des poursuites. Interviennent Brun, Bruyant, Grimbert et les choses en resteraient sans doute là si Chantecler et Pinte ne venaient à leur tour porter plainte à cause du meurtre de Coupée5. Des messagers seront donc envoyés à Maupertuis : Brun puis Tibert qui tous deux reviennent, blessés, se plaindre des mauvais traitements que Renart leur a infligés. C'est Grimbert qui décide le goupil à obtempérer ; il devra répondre alors non plus seulement du viol d'Hersant, mais surtout de la mort de Coupée et des blessures causées aux deux premiers messagers. A ce stade donc, l'amalgame est fait entre divers crimes de Renart.

8Dans la br. VIII, d'entrée de jeu, devant la cour réunie, le roi lui-même accuse Renart qui est déjà présent (il n'y aura donc pas lieu d'aller le chercher) et le menace de mort pour tous ses crimes : la mécnanceté envers Tibert, la ruse contre Brun, la mort de Coupée, le vol du fromage au corbeau, le viol d'Hersant, le piège dont fut victime Roonel. C'est une accusation en bonne et due forme.

9D'une branche à l'autre donc, la portée des accusations n'est pas équivalente. Deux fois, c'est Ysengrin qui est à l'origine de la procédure : dans la br. VIIb, le viol d'Hersant est la cause essentielle (et les autres faits rapportés par Brun ne font qu'aggraver le cas du renard) ; dans la br. I, Ysengrin eût été probablement débouté de sa plainte sans la mort, fort opportune pour lui, de Coupée. Curieusement pourtant, au moment précis du jugement, seul le viol sera évoqué à cause de l'intervention ironique de Belin à l'adresse d'Ysengrin. Dans le troisième cas, le roi veut manifestement un jugement définitif sur tout le passé de Renart ; le viol paraît n'être plus qu'un méfait parmi les autres et pourtant, là encore, le conflit entre Renart et Ysengrin revient au premier plan, mais c'est le goupil qui le veut et le cherche en proposant à Ysengrin un duel judiciaire, en cristallisant donc toutes les accusations sur celle-là seulement. Quoi qu'il en soit, ce sont toujours, d'une manière ou d'une autre, les relations entre le couple de loups et le renard qui se trouvent privilégiées.

LES PROTAGONISTES

10Comme Ysengrin a porté sur la place publique des événements qui paraissaient ne concerner que sa vie privée, les différents auteurs prennent plaisir à caractériser l'attitude de chaque vassal devant cette affaire de mœurs.

11Noble, tout d'abord, a une attitude conciliante à l'origine. Dans la br. VIIb, il ne prend pas les choses au tragique :

Isengrins a son clain finé,
Et ly lïons le chief cliné,
Si conmance un poi a sourire" (v. 6199-6201)

12et veut dédramatiser le tout en tentant de faire dire à Hersant qu'elle aime Renart. Il ne peut cependant pas se dérober ; puisqu'il y a plainte, il doit l'instruire, tout heureux en définitive de la proposition de son conseil :

"La manderé Renart qu'il vaingne,
En tel maniere se containgne
Qu'il face sa pes de par Dé
Si con nos l'avons devisé". (v. 6737-6740)

13Dans la br. I, Noble veut aussi éviter les ennuis et demande à Ysengrin de se contenter de la justification d'honnêteté proposée par Hersant. Les choses devraient en rester là, n'était la mort de Coupée :

  • 6 Dans la br. VIIb, Noble ne peut utiliser cet argument car Ysengrin, en préambule à son interventio (...)

"D'autre part la pais est juree
Et la terre aseüree :
Qui la fraindra, s'il est tenus,
Moult malement sera venus" (v. 279-282)6

14Même dans la br. VIII, le roi, bien qu'il accuse lui-même Renart, est porté à la clémence ou du moins à une solution de compromis. Il accepte certes toutes les conséquences de l'accusation, c'est-à-dire ici un duel judiciaire avec les risques qu'il comporte ; mais lorsque les quatre "sages" du conseil lui proposent de tenter une conciliation entre les deux parties, il ne cache pas sa satisfaction :

Mout plaist au roi ce qu'il ont dist :
"Ja par moi n'en avrez despit" (v. 8251-8252)

15Et au dénouement, Noble ne se fera pas prier longtemps pour atténuer la rigueur de la sanction.

16Autour du roi, les animaux, ses conseillers, ont des attitudes assez nuancées.

  • 7 Et li rois l'ot fait connoistables
    De sa maison et de sa table (v. 6109-6110, br. VIIb)
  • 8 v. 6070 sqq.
  • 9 v. 6792 sqq., cf. en particulier, v. 6805-6807).
  • 10 cf. v. 6842 sqq.

17Parlons encore un peu d'Ysengrin, le grand accusateur de Renart. Ce sont de vieux comptes qu'il règle, même si son autorité de connétable lui donne quelques prérogatives7. Encore son attitude présente-t-elle des variantes d'une branche à l'autre. Il s'offre partout le ridicule de clamer publiquement ses infortunes conjugales, mais, dans la br. VIIb, non content d'être violent et brutal avec sa femme qu'il insulte et rudoie8, il joue un rôle traître et hypocrite peu digne de son rang : comme Renart doit se justifier par serment sur des reliques (en l'occurrence la dent de Roonel), Ysengrin corrompt le chien responsable de l'ordalie9 et tend avec lui un guet-apens mortel pour son ennemi : Roonel fera le mort et saisira au bon moment Renart pour le tuer ; en outre, par précaution, Ysengrin convoque en renfort l'arrière-ban des chiens et des loups10.

18Dans la br. I, c'est également, nous l'avons dit, Ysengrin qui ouvre le procès par sa plainte, mais son ton est plus suppliant qu'autoritaire :

Et dist au roi : "Biax très douz sire,
Faites me droit de l'avoutire
Que Renart fist a m'espousee,
Dame Hersant, ..." (v. 29-32)

19alors que dans la br. VIIb, il refusait de se laisser entraîner hors de l'objectivité juridique :

"Sor ce me faites jugement
Et amandez si bailement
Cest mesfet et ceste descorde
C'autres musarz ne s'i amorde" (v. 6195-6198)

Lors se rest Isangrin levez ;
"Sire, fait il, vos ne devez,
Se vos plest, moi ne lui desfandre.
Ainz devez plainement entendre
A sa clamor, que que nus die,
Tant c'on l'ament ou l'esconduie ;
Que je vos di bien a fïence
Con cil qui vos a fait fïence,
Que, se Renart iert ci presanz,
Je m'oferroie qu'a Hersant
Jut il a force, que jel vi,
Par la foi que je vos plevi" (v, 6225-6236)

20Dans la br. VIII enfin, il reste aussi sur ce plan apparemment neutre du droit :

"Renart, dist Isengrin, entent !
Je sui cil qui mon droit atent
Des granz anuiz que tu as faiz,
Que nos avons eüz retraiz :
Ne me sont encor amandé,
Si l'avoit li rois conmendé".
...
Par moi, qui par toi sui honiz,
Voil que li chans soit hui feniz". (v. 7799-7804)
(v. 7811-7812)

21Il a en outre un sens du ridicule plus aigu que dans la br. I, de sorte qu'il n'est plus la risée des autres barons, lorsqu'il rappelle, mais avec sobriété, son infortune : il conclut d'ailleurs de la sorte :

"Ne m'est honte del raconter,
Mais, se je celer le peüsse,
A nul jor dire nel seüsse" (v. 7856-7858)

22Et, ce qui est relativement nouveau, il accuse aussi Renart, devant le roi et la cour, de tous ses autres méfaits à son égard : la descente dans le puits (v. 7885-7946), la pêche dans la glace (v. 7947-7952), la proposition de boire du vin dans le cellier après avoir mangé le jambon (v. 7977-7992), la tonsure à l'eau bouillante (v. 8007-8017), les anguilles du charretier (v. 8018-8056) et il conclut par un nouvel appel au duel :

"Ahi, Renart, trop ai soufert
Ton grant orgoil et ton desroi ;
Mais, se je ai congié dou roi
Ja en avras bataille a l'ueil" (v. 8064-8067)

  • 11 cf. supra.

23Manifestement cette branche VIII joue un peu le rôle d'un récapitulatif de la vie de Renart ou d'un "règlement général des comptes", puisque déjà Noble avait rappelé tous les crimes de son vassal11.

  • 12 v. 6320.

24Si les protagonistes essentiels de la scène sont Noble, Renart, Ysengrin, il reste que le jugement est soumis à la cour royale ; cela fait un grand nombre de seigneurs -plus d'un millier, précise même la br. VIIb12 - dont certains seront fort bavards. Et des clans se dessinent vite quand il s'agit de décider du droit.

25Dans la br. VIIb, dès qu'Ysengrin a déclenché la procédure, Brun, seul, accuse véhémentement Renart :

Et Bruns li ors s'est afichiez
Qu'il vodra molt Renart grever (v. 6324-6325).

  • 13 Le conseil commence au v. 6330 par une intervention du cerf, il se termine (par la conclusion tiré (...)
  • 14 Grimbert, défenseur attitré de Renart, n'intervient pas dans la réunion du conseil.

26Il est vrai qu'il parlera plus longtemps que tous les autres animaux réunis dans le conseil13 et pour lui, tout est simple : il faut profiter de l'occasion pour punir brutalement et honteusement le coupable. Mais il n'obtient aucun soutien de ses collègues ; non que tous soient a priori favorables à Renart, mais ce qui leur importe, c'est la justice14. En fait, défendre le droit, c'est offrir à Renart une garantie de procédure, c'est donc, qu'on le veuille ou non, le favoriser. Le chameau, légat pontifical, qui

Mout fu sages et bons legitres (v. 6263),

  • 15 v. 6670-6692, 6713-6740.

27avait usé de son autorité pour démontrer au roi qu'il était de son devoir de procéder à un jugement, mais il ne se prononçait pas sur le fond de la question. C'est Brichemer, en tant que sénéchal, qui préside au débat. D'entrée de jeu, il déclare que l'accusation lui semble insuffisamment étayée et sa conclusion corrobore ses prémisses : il devra y avoir une véritable procédure de preuve15. Dans la discussion étaient intervenus :

  • Plateau le daim pour rappeler qu'Ysengrin avait plusieurs griefs contre Renart et qu'il fallait éviter une récidive de l'accusé ;
  • Beaucent le sanglier,

... qui de droit
En nul sans ganchir ne voloit (v. 6327-6328),

  • 16 v. 6580-6604.

28pour dire qu'il importait d'entendre Renart avant de juger16

29Cointereau le singe pour dire à Brun qu'il a perdu une belle occasion de se taire :

  • 17 v. 6655-6666. Il s'était déjà moqué de Brun aux v. 6605-6620.

"S'avez perdu un biau taisir" (v. 6666) et qu'il faut être miséricordieux avec les pêcheurs17.

30La br. I présente les conduites des barons d'une manière totalement différente. Brun en effet, au début, n'accuse pas vraiment Renart : pour maintenir la paix et éviter une vengeance privée d'Isengrin qui serait désastreuse pour le goupil, il conseille au roi de le faire comparaître. C'est bien une attitude de modération et il ne rejoindra, en compagnie de Tibert, le camp des ennemis jurés de Renart que lorsqu'il en aura été lui-même personnellement victime. C'est, si l'on peut dire, Renart qui aura créé l'unanimité contre lui.

Or est Renart pres de confondre ;
N'en tornera que ne s'en quisse,
Quant Isangrin ses danz aguise
Et Tibert li chaz se conseille
Et Bruns, qui la teste a vermioille,
Et Chanteclers pas ne sonmoille
et Raonniaux se raparoille. (v. 1224-1230)

31Mais au commencement, comme Ysengrin n'a pas dans cette branche l'intelligence ni la force de caractère pour exiger, au nom du droit, un jugement, personne n'a envie de pousser l'affaire ni de prendre au tragique les aléas de la vie conjugale du loup. Seul intervient, avec quelque violence, Bruyant le taureau, mais c'est pour dire, en clair, que si sa femme avait subi un tel outrage venant de Renart, il aurait fait sa police tout seul :

"Ja Maupertuis nel garantist,
Ne forteresce qu'il feïst
Que je ne l'eüse tué
Et puis en un conpaing rué" (v. 95-98).

32Plus tard, dans le conseil, Bruyant change de ton : il vilipende Belin qui se faisait l'avocat de Renart, suggère la pendaison et demande aux autres de prendre leurs responsabilités. Aussi Brichemer fait-il immédiatement la déclaration suivante :

"Entendez tuit, fait il, a moi :
Je vos conmant, de par le roi,
Que Renart soit enuit desfaiz" (v. 1403-1405)

33qui satisfait tout le monde et est aussitôt mise à exécution :

Aus barons plaist mout icest plait :
Entor sont li baron venu,
S'ont Renart pris et retenu. (v. 1406-1408)

  • 18 v. 179 sqq.
  • 19 v. 1367-1382.
  • 20 v. 103-131, 215-232, 1325-1338.

34La situation est donc totalement renversée par rapport à la br. VIIb, où la quasi-unanimité de la cour voulait trouver un compromis. Pourtant, dans cette br. I, Renart n'est pas entièrement isolé : si deux défenseurs sont de peu de poids pour lui : Bernart, l'âne naïf18, et Belin qui prend parti non pour Renart, mais contre Ysengrin dont il se moque avec un certain humour19, en revanche, son cousin, Grimbert le blaireau, sait intelligemment et infatigablement argumenter en sa faveur : Renart était amoureux, Ysengrin ridiculise sa femme, Noble doit permettre au goupil de faire "amendise" devant la cour et le juger avec impartialité20. Grimbert a aussi la sagesse de faire comprendre à Renart que son intérêt n'est pas dans la révolte.

  • 21 v. 8615 sqq, cf. v. 7422-7424.
  • 22 v. 8205 sqq.

35Des schémas parallèles d'alliance entre les animaux se retrouvent dans la br. VIII. Grimbert reste, avec Belin, dévoué à Renart, mais il est cette fois-ci sans pouvoir autre que de l'assister à sa dernière heure21. Brichemer, Beau-cent, Bruyant et le léopard sont désignés pour présider au duel judiciaire, mais leur rôle est purement juridique22. L'auteur de la branche donne l'impression de s'être cru obligé, pour paraître fidèle au genre ou à la tradition, de rappeler qu'Ysengrin n'est pas seul en face de Renart :

A cest mot Isengrin acort
Devant le roi entre les autres,
Et Reoniaus li fous, li viautres,
La mesange et Tibert li chaz,
Qui avoit esté pris au laz,
Dame Rousete la geline
Et dame Pinte sa cousine (v. 7746-7752)

36Voilà la seule mention collective des ennemis de Renart avant le duel, mention à laquelle répond celle-ci après la défaite du goupil :

Einz Troïen n'orent tel joie,
Qant reçurent Alaine a Troie,
Com Bruns li ors et Tiecelins,
Et Chanteclers et Ysangrins,
Tibert le chaz et Rooigniaus
Et li daims messires Platiaus :
Fors de Renart nus nel veïst
De rire tenir se poïst (v. 8589-8596)

37Encore peut-on se demander, dans ce dernier cas, sur quel ton interpréter la comparaison.

38A ce point de l'analyse comparée des trois procès, maintenant que les accusations sont précisées, que l'attitude des courtisans est clarifiée, il reste à s'interroger sur la conduite de l'accusé lui-même, dont la ruse se nuance d'un texte à l'autre.

39Dans la br. VIIb, Renart, mandé par l'intermédiaire de Grimbert vient à la cour ; on ne l'y voit pas argumenter ; simplement, contraint de jurer sur la dent de Roonel, il reste aux aguets, constate que le chien n'est pas mort et doit trouver la ruse pour éviter le piège. A Brichemer qui s'étonne de ses hésitations, Renart répond qu'il va, certes, prononcer le serment, mais qu'il n'est pas de bon jureur à jeun :

"Nus ne puet faire sairement,
Ne bone offrande loiaument,
S'il n'a avant un poi mangié :
Il en a le cuer plus haitié" (v. 6973-6976)

40La cour aura la faiblesse de le croire et ce sera l'occasion que cherchait Renart pour se moquer de tous et se sauver. Il ruse donc et gagne ; ce faisant, il échappe non à la justice mais à une traîtrise ; il n'est pas condamnable. Telle est du moins la version du manuscrit de Cangé, celle qu'a éditée Mario Roques. La version de l'édition d'Ernest Martin présente une variante intéressante : c'est Grimbert qui remarque le piège et se fonde sur un argument de droit pour venir en aide à Renart :

"Sire, car entendez a moi !
Je cuit que je bien vos dirai
Raison et droit au mien espoir.
Dant Renars ne doit mie avoir
Presse de tote cele gent.
Ne seroit mie bel ne gent
A tel baron n'a si vaillant
Qu'en li voist sur le col saillant.
Faites vos barons esloingner
Tant que il se puist aprocher
Au meins devers le seintuere,
Tant que il puist l'escondit fere".
(éd. E. Martin, br. Va, v. 1157-1168)

41Il avait objectivement raison, puisque le sénéchal approuve :

Dist Brichemer : "ne m'en gardoie.
Or li ferai vidier la voie
Tant qu'il puist venir et aler".
(éd. E. Martin, br. Va, v. 1169-1171)

42Renart, bien sûr, en profite pour s'échapper.

  • 23 v. 1235-1308.

43Dans les br. I et VIII en revanche, l'on voit explicitement Renart argumenter. Dans la br. I, après avoir pris un réel plaisir à se remémorer ses crimes sous prétexte de confession auprès de Grimbert, il se présente devant la cour et s'adresse aux barons ; lui, le meilleur des vassaux, aimé du roi, est victime des "losengiers" que le roi s'abaisse à écouter ; Brun et Tibert ont été victimes de leur gourmandise ; il aime Hersant mais n'a commis aucune violence ; d'ailleurs il est vieux et ce serait une vengeance pitoyable et honteuse que de le condamner sans jugement23. Ce beau plaidoyer ne servira à rien et il devra son salut à Grimbert.

  • 24 v. 7327-7335.
  • 25 v. 7381-7421.
  • 26 v. 7717-7745, 7768-7792.

44Dans la br. VIII, de la même façon, Renart se présente avec dignité et déférence24 puis argumente adroitement : il est un vassal soumis, le roi est tout-puissant et l'on ne reconnaît plus le mérite des gens ; le roi préfère écouter les traîtres au lieu de juger lui-même de la valeur des hommes25. Puis devant l'énumération de tous ses crimes par Noble, il plaide non coupable mais se déclare prêt à être jugé par la cour sur toutes les accusations et en particulier sur celle d'Ysengrin26 :

"Et prez sui de mostrer sanz faille
Ou par justise ou par bataille,
Ensinc con en l'esgardera
Et que la cort le jugera". (v. 7789-7792)

LES PROCEDURES

45Il faut donc bien passer au jugement proprement dit. Dans la br. VIIb, Brichemer tire la conclusion du conseil en ces termes :

"Seignor, fait il, or en prenon
Un jor de ces acordement.
Renart face le sairement
Et l'amande par cel devise
Con il a Isangrin promise" (v. 6670-6674)

46L'unanimité du conseil se fait sur ce point :

A ce se sont tuit asenti,
Nes uns d'aus ne s'en repanti. (v. 6693-6694)

  • 27 Voir Yvonne Bongert, Recherches sur les cours laïques du xe au xiiie siècle, Paris, 1949, pp. 205- (...)
  • 28 au v. 6674 déjà cité.

47(donc Brun lui-même a approuvé) et le roi dit sa satisfaction devant la solution proposée. Elle est effectivement adroite, car c'est une procédure légale : celle du serment purgatoire27. En outre, comme Brichemer l'a bien dit28, elle prend en quelque sorte Renart à son propre piège, puisqu'il avait proposé lui-même de se justifier de la sorte, ainsi qu'Ysengrin en personne en avait informé la cour :

"Mais il m'en ofri lues a faire
Un serement por lui desfandre
Tot la ou je le voudrai prandre" (v. 6192-6194)

48La question qui se pose est de savoir le crédit que l'on peut apporter à une telle procédure et sur ce point le texte montre des hésitations ; les protagonistes d'abord ne semblent pas la prendre parfaitement au sérieux : Si Renart avait été persuadé de sa rigueur, comme il se sait bien coupable et qu'il n'est pas assuré de pouvoir toujours esquiver, l'aurait-il si volontiers proposée ? Si Ysengrin n'avait pas eu de doutes sur son efficacité, aurait-il éprouvé le besoin de "truquer" la cérémonie en s'entendant avec Roonel pour tendre un piège à son adversaire ?

49Mais, dira-t-on, la cour propose sérieusement la procédure. Certes ! il est bien naturel qu'un organisme juridique utilise l'arsenal des procédures à sa disposition. Or, si l'on entend bien les paroles de Brichemer, l'on constate qu'il ne propose cette solution qu'à défaut d'une autre : rendant compte au roi des discussions, il précise :

"Ce m'est avis que nos deïmes
D'Isangrin, qui se clama primes,
Que toute sa droiture avra
De qant que demander savra ;
Mais il li covenoit trover,
Se il la chose viaut prover,
Soi tierz por amander son droit
A jor nomé ou or androit". (v. 6715-6722)

50La procédure du serment n'est donc choisie qu'à défaut d'une preuve par témoins, la parole d'Ysengrin ne suffisant évidemment pas. La chose est intéressante car elle est une trace littéraire de l'évolution juridique contemporaine dans le domaine de la recherche des preuves.

51Dans la br. I, Renart est aussi jugé par la cour, mais la justice est beaucoup plus expéditive : Brichemer coupe court à la discussion en ces termes, déjà cités :

"Entendez tuit, fait il, a moi :
Je vos conmant, de par le roi,
Que Renart soit enuit desfaiz" (v. 1403-1405)

52tous approuvent et

Tuit escrïent : "Or a la hart !
Que nos pandromes ja Renart,
Que ses baras ne l'en guerra :
Ja vis de ci n'eschapera" (v. 1409-1412)

53En somme l'assemblée des barons fonctionne là comme un jury dont la décision est immédiatement applicable : Renart va être pendu.

54La br. VIII propose une troisième solution qui se rapproche un peu de celle de la br. VIIb : c'est en effet au jugement de Dieu que l'on fera encore appel, mais cette fois-ci, sous forme de duel judiciaire. Comme dans la br. VIIb, la procédure résulte d'une proposition imprudente de Renart ; ici il dit au roi :

"Et prez sui de mostrer sanz faille
Ou par justise ou par bataille,
Ensinc con en l'esgardera
Et que la cort le jugera". (v. 7789-7792)

55Ysengrin s'empresse de prendre son ennemi au mot :

"Par moi, qui par toi sui honiz,
Voil que li chans soit hui feniz". (v. 7811-7812)

56Dans la br. VIIb la procédure n'avait pas abouti ; dans la br. I elle était réduite au minimum ; ici au contraire l'auteur s'étend longuement sur son déroulement.

57La cause du litige est exprimée par Renart en ces termes :

"Onques de riens ne m'entremis
De coi deuse estre anemis
Dant Isengrin, mon chier conpere ;
Mais, par l'ame la moie mere,
A sa fame ne fis folie, (v. 7783-7787)

  • 29 L'on sait en effet que Hersant ne déteste pas le goupil ; bien mieux, elle espère la victoire de R (...)

58L'on remarque que l'expression est prudemment ambiguë : Renart ne parle pas de viol, mais de "folie" ; or, est-ce faire "folie" que d'avoir des relations adultères avec le consentement de sa partenaire et le mari, son "chier conpere", doit-il s'en offusquer ?29.

  • 30 Sur le duel judiciaire voir : Hermann Nottarp, Gottesurteile. Eine Phase im Rechtsleben der Völker(...)

59Le déroulement proprement dit de la bataille est précisément rapporté30. Ysengrin et Renart donnent leurs gages de bataille (v. 8069-8072), puis fournissent des otages : Brun, Tibert, Brichemer, Couart sont garants d'Ysengrin ; Bruyant, Bauçent, Espinart le hérisson, Grimbert pour Renart (v. 8077-8092). La date de bataille est fixée à quinze jours (v. 8093-8094). Les combattants sont armés, les familles prient. Brichemer, Beaucent, Bruyant et le léopard, qui sont les gardes du combat (v. 8205-8224) vont faire une tentative de conciliation qu'Ysengrin refuse : l'on passe donc aux préliminaires du duel : le roi fait crier le ban (v. 8339-8342) et, devant Belin qui remplit l'office de Chapelain, sur un reliquaire (v. 8334-8338), les serments vont être prononcés. Brichemer, comme il est légal, en dicte les termes :

"Seignor, fait il, or m'entendez :
Se je di mal, si m'amandez.
Renart jurra premierement
Et metra en son sairement
Qu'a Isengrin n'en a tort fait,
N'a dant Tibert le chat mesfait,
N'a Tiecelin, n'a la mesange,
N'a Reonel conment qu'il praingne.
Renart, faites le sairement,
Ci oient nos, apertement" (v. 8349-8358)

  • 31 Il n'est pas possible d'en contrôler le mot à mot car il est rapporté au style indirect.

60On constate que le duel va dire le droit sur presque tous le contentieux entre Renart et ses pairs. Le goupil ne fausse pas le serment, mais le prononce bien dans les formes, semble-t-il31 et Ysengrin jure de son côté. Du combat qui commence se dégage une impression de sérieux. Le duel sera honnête, l'auteur le prouve a contrario lorsqu'il indique que Renart n'a aucun moyen magique d'intervention :

  • 32 Par exemple, Le livre de Jostiae et de Plet, dans son chapitre "Quel serment l'en doit fere de bat (...)

Renart sot letres en s'enfance32,
Mout ot oï de nigromence,
Mais puis entendi tant aillors
Qu'il oublia des moz meillors. (v. 8393-8396)

  • 33 Il n'y a pas de sa part aveu de la faute, comme certains coutumiers l'exigent. Le plus souvent les (...)
  • 34 v. 1433 sqq.
  • 35 Yseut et Hersant, cf. Pierre Jonin, Les animaux et leur vie psychologique dans le Roman de Renart, (...)
  • 36 sauf dans la version du manuscrit de Cangé pour la br. VIIb.

61La notation rappelle que les textes juridiques prévoient les justice ait le dernier mot, tout en étant plutôt pacifiste et conciliant 33; la cour refuse de se laisser entraîner dans une action inconsidérée et veut instruire correctement l'affaire, veiller au déroulement loyal de la procédure. Renart n'a donc guère de marge de manoeuvre et sa situation semble désespérée34 ; c'est assez original car, d'ordinaire, le goupil n'est victime que de plus faible que lui (Tardif, la mésange, Tiecelin par exemple) et gagne par la ruse sur les plus forts. Or ici, il ne peut pas ruser puisque les discussions où son hypocrisie se donne libre cours, ont dû céder le pas à la procédure régulière. A partir du moment où l'on entre véritablement dans le domaine du droit, les auteurs laissent jouer à plein les mécanismes juridiques. Même dans le cas du serment purgatoire, dont d'autres exemples célèbres ont montré les possibilités d'ambiguité35, Renart n'a pas de prise sur les faits. Il faut donc nuancer sérieusement l'opinion selon laquelle la ruse de Renart est toujours la plus forte ; ici, elle est inopérante et, au moment décisif, le goupil ne doit son salut qu'à l'intervention d'autrui36.

  • 37 v. 29-44.
  • 38 v. 6128-6146. Et c'est Hersant qui porte l'accusation précise de viol.

62Voilà le fond commun aux trois présentations du procès, mais il faut ajouter que les angles de vue propres à chaque auteur, confrontés les uns aux autres, donnent une image variée de la vie et des préoccupations contemporaines. Les relations féodales et psychologiques entre les courtisans transposent habilement les rapports toujours entachés d'arrière-pensées des grands de ce monde ; les clans se modifient d'une branche à l'autre ; tel qui soutient Renart dans un cas sera son redoutable adversaire dans un autre ; tel autre comme Bruyant qui se moque dans la br. I, aura une position plus réfléchie ailleurs. Certains comme Espinart ou Cointereau sont présents dans un cas, absents dans un autre. Même Ysengrin est différent : plutôt geignard et ridicule dans la br. I37, plus adroit dans la br. VIIb où il argumente à partir de l'état général du royaume38, plus pitoyable dans la br. VIII : en effet il provoque un duel où il est gravement blessé ; il gagne certes, mais c'est une victoire à la Pyrrhus !

  • 39 v. 6147-6165.
  • 40 v. 6168 sqq.

63La justice d'ailleurs n'est pas le seul domaine qui préoccupe les auteurs. La vie sentimentale et le mariage se trouvent aussi au centre de gravité des trois textes ; les malheurs conjugaux d'Ysengrin se trouvent, nous l'avons dit, le plus souvent à l'origine des procès de Renart ; il y a là bien sûr sujet de plaisanterie et source de rire ; mais l'on assiste aussi à un balancement hésitant entre les deux extrêmes que sont la courtoisie et la grivoiserie. Dans la br. VIIb, Ysengrin insulte grossièrement Hersant qui semble humiliée de l'affront qu'elle a subie. Mais le public qui connaît la branche précédente sait que les relations entre le goupil et la louve sont plus subtiles ; d'ailleurs cette dernière ment devant le roi39. Ysengrin se ridiculise en multipliant les détails sur ses ennuis40. Le roi n'en est pas dupe qui tente de faire dire à Hersant qu'elle aime Renart.

64Dans la br. I, après la plainte d'Ysengrin, l'opinion de la cour est partagée : Brun estime qu'il faut préserver la paix du royaume, Bruyant se serait vengé tout seul, Grimbert suggère qu'il n'y a pas grand mal à tout cela et Bernart est admirable de naïveté ; il est vrai que Noble avait conseillé au plaignant de "laissier ester" ; même les rois ne sont pas à l'abri de telles aventures qui correspondent à la mode et ne valent guère la peine que l'on en parle :

"Onques de si petit domaige
Ne fu tiex diaux ne si grant rage" (v. 51-52)

  • 41 cf. v. 270-288.

65Bref, Ysengrin est rabroué41.

66La br. VIII, quant à elle, traite le problème sous un angle particulier. Le roi profère l'accusation d'adultère (ou de viol), qui n'est plus qu'un crime parmi les autres à ses yeux, en des termes qui méritent d'être relevés :

"Isengrin s'est a moi clamez
De Renart, qui si est blamez,
De sa fame que a maumise
Et a force desoz lui mise
Si vilment et en tel maniere
Com se fust une chanberiere" (v. 7615-7620)

  • 42 Omer Jodogne, Le roman de Renart : un fait socio-littéraire, p. 181, in Académie Royale de Belgiqu (...)

67C'est moins l'adultère qui est mis en avant que la discourtoisie de la manière : Hersant est une grande dame, l'épouse du connétable, et Renart l'a traitée comme une vilaine. Donc, si comique il y a, il ne doit pas cacher une allusion fort précise aux questions débattues en cette deuxième moitié du xiie siècle. L'allusion aux soucis humains est d'autant plus nette que - M. Omer Jodogne le rappelait fort opportunément -, "le mammifère le plus monogame est le renard ; le loup viendrait en seconde position"42. Les auteurs apportent, de ce point de vue encore, sinon des opinions différentes, du moins des manières assez subtiles et personnelles d'envisager les choses.

68En définitive donc, nous pouvons lire trois versions qui, tant du point de vue dramatique ou psychologique que dans le domaine des réalités contemporaines sur lesquelles elles s'appuient, proposent des éclairages complémentaires sur un même scénario. Nous ne nous hasarderons pas à tenter d'établir une hiérarchie de valeurs entre les trois branches ; chacune a ses mérites et la démarche serait vaine. Du moins constaterons-nous une nouvelle fois après bien d'autres que nos anciens textes, et le Roman de Renart en particulier, malgré certaines fausses apparences de monotonie, restituent une image à la fois perspicace, nuancée et humoristique de leur temps, jugent avec finesse et indulgence les travers des hommes et, partant, suscitent un certain attachement et une sorte de connivence avec leurs auteurs.

Notes

1 In Annales de la Faculté des Lettres d'Aix, t. XXV, 1951, pp. 63-82.

2 Le Roman de Renart, première branche et branches VII-IX éditées d'après le Manuscrit de Cangé par Mario Roques C. F. M. A. t. 78 et 81, Paris, Champion, 1967 et 1973.
Le Roman de Renart, publié par Ernest Martin, premier volume, Strasbourg, K.J. Trübner, Paris, Ernest Leroux, 1882.
L'on date généralement ces branches de la manière suivante :
- Roques VIIb (Martin Va) : vers 1175
- Roques I (Martin I) : vers 1179
- Roques VIII (Martin VI) : vers 1190
Voir sur ce point Robert Bossuat, Le Roman de Renart, Paris, Hatier, 1957, p. 186.
Par convention, nous utilisons l'édition de Mario Roques, toute référence à l'édition d'Ernest Martin sera explicitement précisée.

3 Sur ces aspects, voir Jean Graven, Le procès criminel de Renart, étude du droit criminel féodal au xiie siècle, Genève, Librairie de l'Université, 1950. Cette étude s'appuie malheureusement sur une adaptation moderne du roman, non sur les textes originaux.

4 v. 6401-6478, soit 178 vers !

5 v. 295 sqq.

6 Dans la br. VIIb, Noble ne peut utiliser cet argument car Ysengrin, en préambule à son intervention, faisait précisément remarquer que c'était Renart qui bafouait la paix royale.

7 Et li rois l'ot fait connoistables
De sa maison et de sa table (v. 6109-6110, br. VIIb)

8 v. 6070 sqq.

9 v. 6792 sqq., cf. en particulier, v. 6805-6807).

10 cf. v. 6842 sqq.

11 cf. supra.

12 v. 6320.

13 Le conseil commence au v. 6330 par une intervention du cerf, il se termine (par la conclusion tirée par le cerf également) au vers 6695, soit 366 vers y compris les remarques de l'auteur entre les différents discours des personnages. Or Brun parle 211 v. (v. 6351-6363, 6401-6578 6609-6614, 6621-6654).

14 Grimbert, défenseur attitré de Renart, n'intervient pas dans la réunion du conseil.

15 v. 6670-6692, 6713-6740.

16 v. 6580-6604.

17 v. 6655-6666. Il s'était déjà moqué de Brun aux v. 6605-6620.

18 v. 179 sqq.

19 v. 1367-1382.

20 v. 103-131, 215-232, 1325-1338.

21 v. 8615 sqq, cf. v. 7422-7424.

22 v. 8205 sqq.

23 v. 1235-1308.

24 v. 7327-7335.

25 v. 7381-7421.

26 v. 7717-7745, 7768-7792.

27 Voir Yvonne Bongert, Recherches sur les cours laïques du xe au xiiie siècle, Paris, 1949, pp. 205-211.

28 au v. 6674 déjà cité.

29 L'on sait en effet que Hersant ne déteste pas le goupil ; bien mieux, elle espère la victoire de Renart qui est un amant si agréable. Le texte le dit explicitement :
Hersant prie por son saingnor
Que Diex li face tele honor
Que ja de la bataille n'isse
Et que Renart vaintre le puisse,
Qui mout souëf li fist la chose
En la tesniere ou iert enclose" (v. 8191-8196)

30 Sur le duel judiciaire voir : Hermann Nottarp, Gottesurteile. Eine Phase im Rechtsleben der Völker, Bamberg, 1949 ; M. Pfeffer, Die Fomalitäten des gottesgerichtlichen in der altfranzösischen Epik. in Zeitschrift für Romanische Philologie, t. IX, 1885, pp. 1-74.

31 Il n'est pas possible d'en contrôler le mot à mot car il est rapporté au style indirect.

32 Par exemple, Le livre de Jostiae et de Plet, dans son chapitre "Quel serment l'en doit fere de bataille, ainz que l'en fiere", prescrit : "Enprès, li segonz seremenz si est devisez en tel maniere : Oïz tu, hom que je par la main tieng, de ceste querele et ceste loi que j'oi vers toi et tu vers moi, que je ne fet charoi ne sorcerie, ne autre por moi, a mon esciant, que a toi nuise ne a moi puisse aidier, Se Dex m'aïst et cil saint" (Livre XIX, chap. XXXIII § 3) éd. Rapetti, Paris, Firmin Didot, 1850.
De même Les Assises de Jerusalem prescrivent : "Et apres doivent faire jurer a chascun des champions que il ne porte bref ne charei, ne sorcerie, ne que il pour ceste bataille il ne l'a fait faire, ne autre pour lui que il sache, ne n'a doné ne promis à aucune persone quel qu'elle soit en aucune manière chose pour brief ou espirement, ne charei, ne sorcerie qui a celle bataille li puisse aidier, ne a son aversaire nuire, ne que il n'a aucunes autres armeures sur soi que celles que la court a vehues, (chap. CII), éd. Gaspard Thaumas de la Thaumassière, Paris, 1690, p. 81.

33 Il n'y a pas de sa part aveu de la faute, comme certains coutumiers l'exigent. Le plus souvent les textes littéraires négligent cet aspect de la procédure,

34 v. 1433 sqq.

35 Yseut et Hersant, cf. Pierre Jonin, Les animaux et leur vie psychologique dans le Roman de Renart, art, cit., pp. 77-78.

36 sauf dans la version du manuscrit de Cangé pour la br. VIIb.

37 v. 29-44.

38 v. 6128-6146. Et c'est Hersant qui porte l'accusation précise de viol.

39 v. 6147-6165.

40 v. 6168 sqq.

41 cf. v. 270-288.

42 Omer Jodogne, Le roman de Renart : un fait socio-littéraire, p. 181, in Académie Royale de Belgique, Bulletin de la classe des Lettres et des Sciences morales et politiques, 5e série, t. LVIII, fasc. 5, 1972, pp. 178-188.
Voir aussi : Omer Jodogne, L'Anthropomorphisme croissant dans le Roman de Renart, in Aspects of the medieval animal Epic. Mediavalia Lovaniensia, series I, Studia III, Leuven, University Press et The Hague, Martinus Mijhoff, 1975, pp. 25-42.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540