Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Les troubadours de Provence

Charles Rostaing

Texte intégral

1Avant toute chose il faut définir exactement ce qu'on doit entendre par troubadour et par Provence ; ce n'est qu'ensuite que nous pourrons examiner la part qui revient à la Provence dans le développement de la littérature méridionale au Moyen Age.

***

2La Provence médiévale n'est ni la Provence "province de France" ni la Provence linguistique, c'est-à-dire la région où l'on parle le provençal, mais elle se rapproche beaucoup de cette dernière. En effet la province de Provence est très restreinte : elle ne comprend ni le Comtat Venaissin, ni le Comté de Nice, ni les Hautes-Alpes, ni la plus grande partie de la Drôme ni la lisière méridionale de l'Isère, ni encore moins la large bande de la rive droite du Rhône comprenant le Vivarais, de Privas au Rhône, et les arrondissements d'Uzès et de Nîmes dans le Gard. La Provence des troubadours, c'est toute la portion de ce territoire s'étendant du Rhône aux Alpes, c'est-à-dire la Provence propre, le Comtat Venaissin, le Comté de Nice et la partie provençale du Dauphiné qu'on appelait le Marquisat de Provence et qui dépendait du Comté de Toulouse : c'est très exactement le domaine exploré par les enquêteurs de l'Atlas Linguistique de Provence. Nous aurons donc à nous occuper des troubadours nés dans cette région ou y ayant vécu la plus grande partie de leur vie.

***

3Qu'est-ce qu'un troubadour ? On se le représente généralement comme le dépeint Mistral au chant I de Calendau :

galejaire,
Gentiéu, courriou e guerrejaire…
Pourtéron la violo e lou nable
E la cigalo d'or à soun capèu…

4(Guillerets, courtois et guerroyeurs… ils portèrent la viole et le nable et la cigale d'or à leur chapeau…)

  • 1 J. DE CALUWE, Le Moyen Age litt. occ. dans l’oeuvre de F. Mistral. Paris, Nizet, 1974, p. 129-130.

5Ce portrait n'est pas tout à fait exact. D'abord ils n'ont jamais porté de cigale d'or, ou de tout autre métal : Mistral a pris ce détail dans Marchangy, un écrivain de second ordre du xixe siècle, qui n'avait qu'un respect relatif pour la réalité historique1. Ensuite ce que nous dépeint Mistral, c'est plutôt un jongleur qu'un troubadour.

6Il importe en effet de bien distinguer les deux sortes de personnages. Le jongleur est un exécutant, qui récite des poèmes sur les places publiques en s'accompagnant d'un instrument de musique, luth, viole ou nable. Souvent, pour attirer les spectateurs auprès desquels il fera ensuite la quête, il exécute des tours d'adresse ou des pitreries comme les anciens hercules de foire et il lui arrive parfois de présenter des animaux dressés, comme la chèvre d'Esméralda.

7Le troubadour, c'est le poète qui compose, qui trouve, les poèmes que réciteront les jongleurs. Nous connaissons en effet le nom de certains jongleurs attachés à la personne d'un troubadour : ainsi Pistoleta était le jongleur du troubadour Arnaut de Mareuil, Papiol celui de Bertran de Born ; Peire Cardenal et Guiraut de Borneil se faisaient aussi accompagner de jongleurs. Mais les troubadours chantaient assez souvent leurs propres poèmes et c'est pourquoi au Moyen-Age les deux mots de troubadour et de jongleur sont quelquefois appliqués au même personnage. Il est arrivé aussi qu'un jongleur se soit mis lui aussi à écrire des poèmes et à s'élever ainsi au rang de troubadour : tel fut le cas, par exemple, de Pistoleta, provençal d'origine, dont il nous reste une dizaine de poèmes.

8Autre fait important : on réserve le nom de troubadour aux poètes lyriques. C'est vrai, mais ils ne constituent pas à eux seuls toute la littérature médiévale. Limiter aux troubadours la littérature provençale, ce serait exclure Raimon Feraut, le prieur de Roquestéron, auteur de La Vida de Sant Onorat, les auteurs de vies de saints en prose, les mémoires comme la chronique de Bertran Boisset, d'Arles, les ouvrages scientifiques comme le traité de géométrie et d'arpentage du même Bertran Boisset, ce serait surtout oublier l'auteur inconnu des deux poèmes épiques consacrés à Roland et trouvés dans un registre de notaire d'Apt, ainsi que l'auteur du poème si curieux qu'on appelle, faute de mieux, Le Roman d'Arles ; ce serait enfin négliger le théâtre avec le Mystère de Sainte Agnès.

9N'oublions donc pas que les troubadours ne représentent qu'une partie de la littérature médiévale, la plus connue certes, et la plus importante puisque, comme on le sait, elle a exercé son influence sur toutes les littératures d'Europe, car on la retrouve aussi bien dans Don Quichotte que dans la Préciosité et les opéras wagnériens.

10Demandons-nous maintenant ce qu'étaient exactement les troubadours.

11Nous en connaissons environ 450, sans compter les auteurs inconnus des pièces anonymes ; sur ces 450, une centaine ont fait l'objet de notices biographiques écrites au Moyen-Age, du vivant - ou presque - de nos poètes : les Vidas éditées en dernier lieu par J. Boutière en 1964. Ces Vidas, on le sait, posent un problème ; on est d'accord pour ne considérer comme dignes de foi que les renseignements proprement biographiques qu'elles contiennent. Tout le reste est sans intérêt : le malheur, c'est que c'est de ce reste que s'est inspiré Jean de Nostredame (Les vies des plus célèbres et anciens poètes provençaux, Lyon, 1575) qui a aggravé le caractère fantaisiste de ces détails en y ajoutant des faits invrai semblables et inventés de toutes pièces : il fait naître tous les troubadours en Provence malgré les indications des Vidas et fait par exemple de Jaufre Rudel, prince de Bliye en Girond un seigneur de Blieux, petit village des Alpes-de-Haute-Provence, à qui il donne pour compagnon en Terre Sainte Bertran de Lamanon qui a vécu un siècle après lui et l'on reconnaît là la donnée de La Princesse Lointaine d'Edmond Rostand. Malheur plus grave encore : certaines de ces légendes ont la vie dure et encombrent, aujourd'hui encore, les oeuvres d'écrivains provençaux fort estimables par ailleurs.

  • 2 Observations hist. et sociol. sur la poésie des troubadours. Cahiers de Civ. Méd., VII (1964), n. (...)

12Le problème de l'origine des troubadours est assez délicat. On a trouvé piquant de constater que parmi eux on compte 5 rois, 2 princes et 2 évêques, mais il convient de distinguer parmi les troubadours deux catégories bien différenciées : les amateurs et les professionnels. Nos rois, nos princes et nos évêques sont évidemment des amateurs, ce qui n'exclut pas le talent. Il est plus intéressant de rechercher l'origine des professionnels, de ceux qui vivaient de leur plume. Parmi ceux-là, selon les Vidas, on compte autant de fils de bourgeois, de marchands ou d'artisans que de nobles, mais ceux-ci appartiennent à la noblesse pauvre, si nombreuse dans le Midi : détail important, car il explique en partie, selon Erich Kohler2, l'élaboration de la doctrine de la fin'amors créée par les troubadours. Il n'y a donc pas une corporation de troubadours : on ne naît pas troubadour, on le devient par vocation.

13Nous savons en effet que la plupart des troubadours sont des gens instruits, qui ont étudié dans les écoles, car l'exercice de cette profession supposait une culture étendue : la musique, car tout poème, même non lyrique, était chanté et non déclamé ; la versification, car la réputation d'un troubadour était fondée non pas sur l'originalité de la pensée - le drame de la poésie troubadouresque, c'est que les poètes ont répété à satiété les mêmes thèmes - mais sur la virtuosité poétique. Cela s'apprenait dans les écoles : nous savons qu'Arnaut de Mareuil, Gausbert de Puycibot ou Peire Cardenal les ont fréquentées ; nous savons même que Giraut de Borneil y revenait chaque hiver pour y enseigner.

14Sur le genre de vie des troubadours nous avons un texte précieux, la Vida de ce même Guiraut de Borneil : "Sa vie était réglée de telle sorte qu'il restait tout l'hiver à l'école et enseignait les lettres et tout l'été il allait à travers les cours et emmenait avec lui deux chanteurs qui chantaient ses chansons." On voit que le troubadour était essentiellement un nomade, ce qui justifie l'épithète de courriòu que leur donne Mistral. Ils allaient de château en château et appréciaient surtout la largueza de leur hôte. Certains passaient plusieurs saisons auprès d'un même seigneur : ainsi Peire Vidal vécut assez longtemps à la cour de Barrai des Baux, vicomte de Marseille. On ne saurait donc dissocier l'étude de la poésie des troubadours du fait qu'ils ont vécu uniquement du mécénat. Et ici il convient de remettre les choses au point : on dit généralement que la Croisade des Albigeois a amené la décadence et la disparition de la poésie des troubadours. En fait la Croisade a eu pour effet de ruiner les seigneurs du Languedoc, lequel était au xiiie siècle le pays d'élection des troubadours ; certains avaient été tués et leurs fiefs légalement attribués à des compagnons de Simon de Montfort. D'où deux conséquences : l'une, générale, c'est que la guerre a, comme toujours, dévasté le territoire et diminué considérablement les revenus des seigneurs ; l'autre, particulière, c'est que les nouveaux seigneurs, hommes du Nord, ignorant le provençal et moins civilisés que les seigneurs méridionaux, n'ont prêté aucun intérêt aux troubadours qui ont dû de ce fait s'expatrier. Bien sûr, la poésie médiévale est alors tombée en décadence, car la poésie troubadouresque serait de toute façon morte de sa belle mort, incapable qu'elle était de se renouveler.

  • 3 L’erotique des troubadours. Toulouse, Privat, 1963.
  • 4 Amour courtois et fin’armors. Paris, Klincksieck, 1964.
  • 5 Sur ce vocabulaire, voir Gl. M. CROPP, Le vocabulaire courtois des troubadours de l’époque classiq (...)

15La poésie provençale a cultivé un certain nombre de genres littéraires, fondés sur des règles prosodiques rigides. Le plus important est la chanson, qui seule consacrait la réputation d'un troubadour et c'est pourquoi il nous en reste plusieurs centaines : elle exprime la doctrine de la fin'amors, d'ordre essentiellement spirituel bien que parfois les choses aient été poussées très loin, si l'on en croit René Nelli3 et Moshé Lazar4. Cette doctrine, élément de perfectionnement de l'individu, est, à travers Pétrarque, devenue chez nous la Préciosité avec la Carte du Tendre dont l'itinéraire minutieux rappelle étrangement les degrés d'initiation amoureuse imposés aux amants chantés par les troubadours : fenhedor, amic, drut5.

***

16Après ce long rappel de notions connues de tous, mais qu'il nous a paru bon de rappeler, nous pouvons maintenant voir comment les choses se sont passées en Provence.

17Il est assez malaisé de déterminer avec précision le nombre de troubadours qu'on peut considérer comme troubadours de Provence. Nous rangerons parmi eux ceux dont nous savons qu'ils sont nés en Provence et ceux qui, nés ou non en Provence, y ont passé une part importante de leur existence comme Raimbaut d'Orange, issu d'une famille de Montpellier, ou Elias de Barjols, né à Pairols en Agenais, mais qui a vécu surtout à Barjols, dont il a pris le nom, et à Avignon où il est mort à l'hôpital St-Benezet. Nous laissons donc de côté ceux qui n'ont fait que passer en Provence, comme Peire Vidal ou Gaucelm Faidit, car nous traitons des troubadours de Provence et non des troubadours en Provence, ce qui est un tout autre sujet.

18Sur les 450 troubadours connus, 54 sont de Provence, soit 12 %, ce qui laisse à notre région une part plus que raisonnable dans l'ensemble de la littérature lyrique médiévale.

19Mais si nous considérons l'époque à laquelle ils ont vécu, il en va tout autrement. L'activité littéraire des troubadours s'est exercée depuis le début du xiie s. : Guillem de Poitiers, duc d'Aquitaine, le premier troubadour connu, le plus grand seigneur de son temps, a écrit entre 1080 et 1120 ; les derniers sont de la deuxième moitié du xive s. La période classique, où nous trouvons les plus grands noms, c'est le xiie et le début du xiiie s.

20Or en Provence, nous n'avons que trois troubadours, les plus importants il est vrai, qui aient vécu au xiiie s. : Raimbaut d'Orange, Raimbaut de Vacqueyras, la Comtesse de Die ; un seul est du xive s. ; la quasi totalité de nos poètes, 50, est du xiiie s. Cela signifie que, contrairement à la théorie de Jean de Nostredame, la Provence n'est pas à l'origine de la littérature médiévale en langue d'oc : elle n'intervient qu'au moment où la resplendissante école des premiers troubadours, celle des Limousins et des Périgourdins, commence à décliner. L'abondance des troubadours provençaux au xiiie s. s'explique en partie, mais en partie seulement, par la Croisade : la Provence a été alors un de ces asiles où se sont réfugiés les troubadours éloignés du Toulousain ou du Carcasses, aux châteaux ruinés, mais elle avait, bien avant la Croisade, ses mécènes : les comtes de la famille de Barcelone et les grandes familles nobles provençales, seigneurs des Baux et vicomtes de Marseille. Ces mécènes ont si bien joué leur rôle que c'est en Easse-Provence, entre le Rhône, la Durance et la Méditerranée, que l'on voit briller nos troubadours, à Avignon, à Arles, un peu à Aix et surtout à Marseille.

  • 6 C’est le chansonnier f ; cf. A. JEANROY, Bibliographie sommaire des chans. prov. CF.M.A., p. 23.

21On sait que nous ne possédons pas toute l'oeuvre des troubadours qui ne nous a été transmise que par des anthologies d'amateurs. On pourrait donc supposer qu'il a existé en Provence au xiie s. d'autres troubadours que les trois que j'ai cités et dont nous aurions perdu les oeuvres : c'est possible mais peu probable. Inversement le rôle de la Provence au xiiie s. aurait pu parfaitement passer inaperçu si nous n'avions pas la chance de posséder un manuscrit sauvé par miracle de l'oubli : le chansonnier Giraud, BN fr. 12472, écrit en Provence, utilisé par Jean de Nostredame et publié par P. Meyer6 ; ce manuscrit contient 185 pièces et un grand nombre de coblas dont les auteurs sont précisément des troubadours tardifs. Sans ce manuscrit nous ignorerions presque tout de l'activité poétique en Provence au xiiie s. Ceci compense cela.

22Si nous considérons maintenant l'origine sociale de nos troubadours connus, nous constatons qu'ils se répartissent à peu près comme dans les autres provinces méridionales. Nous avons 15 nobles, et parmi eux de grands personnages comme le Comte de Provence, la Comtesse de Forcalquier, la Comtesse de Die dont la personnalité reste assez énigmatique. Parmi la classe moyenne, bourgeois, marchands, chevaliers, nous comptons 30 troubadours, soit le double. II y a 7 jongleurs et un seul homme d'église, mais d'importance, puisqu'il s'agit de Folquet de Marseille, Fouquet l'abouminable, comme dit Mistral dans Calendau, qui fut abbé du Thoronet et évêque de Toulouse au moment de la Croisade. Notons qu'ici comme ailleurs la classe moyenne se taille la part du lion.

23Il est difficile de connaître le pays d'origine de nos troubadours. Pour 42 seulement d'entre eux, sur 54, cette origine est connue : Bouches-du-Rhône 16, dont 5 pour Marseille, Vaucluse 11, Var 5, Alpes-de-Haute-Provence 4, Alpes-Maritimes 2, Drôme 4, Isère 2 ; les Hautes-Alpes n'en possèdent aucun. Plus de la moitié, 26 sur 42, 66 %, appartiennent à la Basse-Provence : c'est en effet, nous l'avons vu, dans cette région, à la cour des comtes de Provence à Aix, à la cour des Baux et dans les 3 républiques indépendantes d'Arles, Avignon et Marseille, que la poésie provençale avait trouvé refuge.

24L'oeuvre de nos troubadours est très importante en quantité, sinon en qualité, mais la part de chacun est très inégale. Nous avons en tout 578 pièces, mais tel troubadour n'a composé qu'un poème, souvent assez court, tel autre en a écrit une quarantaine, sans parler des 72 coblas de Bertran Carbonel ou des 79 de Guillen de l'Olivier. Voici, pour donner une idée de l'activité de nos poètes, la liste de ceux qui ont laissé plus de 20 poèmes : Raimbaut de Vacqueyras 40, Raimbaut d'Orange 39, Cadenet 25, Folquet de Marseille 24, Albertet de Sisteron 23, Bertran de Lamanon 22, Peire Bremon Ricas Novas 20. L'abondance de cette production tient à la personnalité de l'auteur et n'a rien à voir avec son pays d'origine, sa classe sociale ou l'époque où il a vécu.

25Nos troubadours ont pratiqué tous les genres poétiques.

26Ils nous ont laissé 183 chansons, 31 % de l'ensemble de leur production. Il est inutile de les analyser, car elles reprennent les thèmes traditionnels et ne présentent aucune originalité. Mettons cependant à part Raimbaut d'Orange poète assez difficile car il utilise le trobar ric : il est certain qu'il ne faut pas prendre à la lettre ces conseils assez inattendus pour le courtisement des dames :

  • 7 AUDIAU-LAVAUD, Nouvelle Anthologie des troubadours, p. 108.

Si voletz dompnas guazanhar,
Quand querretz que us fassan honors,
Si.us fan avol respos avar
Vos las prenetz a menassar ;
E si vos fan respos peiors
Datz lor del ponh per mieg sas nars ;
E si son bravas siatz braus !
Az gran mal n'auretz gran repaus.7

27(Vous donc qui voulez gagner le coeur des dames et désirez qu'elles vous fassent honneur, si elles vous tiennent des propos désobligeants, mettez-vous à les menacer ; et si leurs paroles se font plus rudes, donnez-leur du poing par le travers du nez ; si elles sont revêches, soyez farouche : c'est par les mauvais traitements que vous en obtiendrez un bon).

28Nous avons 67 sirventés, 11,6 % de l'ensemble. Les sirventés moraux sont insipides, mais les sirventés politiques sont intéressants car ils nous donnent l'opinion, je n'ose dire publique, sur les événements de l'époque. Deux noms ici dominent, Boniface de Castellane, grand seigneur qui fut de toutes les conspirations contre l'installation de la maison d'Anjou, et Bertran de Lamanon qui, quoique fidèle aux comtes de Provence, Raimon Bérenger V et Charles Ier, ne se gênait pas pour critiquer leur comportement. Voici un exemple entre plusieurs : en 1230 Raimon-Bérenger abandonne le siège de Marseille et Bertran le traite de lâche :

  • 8 Edition SALVERDA DE GRAVE, Bibl. Mer., VII, Toulouse, Privat, p.3.

"…Qu'a mortal volpilatge
Vos ten hom so que fezetz l'autre dia,
Don sui iratz e n'ai lo cor dolen :
Quar tan laissetz Marcelh' aunidamen,
O quar savais no vis qui.us combatria8.

29(C'est qu'on vous reproche comme la dernière des lâchetés ce que vous avez fait l'autre jour, et dont je souffre en mon coeur : d'avoir si honteusement levé le siège de Marseille et d'en être parti sans tambour ni trompette et sans coup férir, ou du moins sans avoir vu personne qui aurait pu se battre avec vous).

  • 9 I.CLUZEL, Princes et troubadours de la maison royale de Barcelone-Aragon. (Boletin de la Real Acad (...)

30Nos troubadours ont volontiers pratiqué les genres dialogues, la tenson plus que le partimen. Nous n'avons en effet que 19 partimen, soit 5 % de l'ensemble, ce qui prouve qu'au xiiie s., du moins en Provence, la mode était bien passée de ces jeux sophistiqués. En revanche nous possédons 60 tensons, soit 10,4 %. Parfois la tenson est fictive, comme celle que Raimon Bérenger V échange avec son cheval Carn e Ongl9 : elle est amusante, mais sans grand mérite littéraire.

  • 10 La poésie lyrique des troubadours. Toulouse, Privat, 1934.

31Enfin nos troubadours ont surtout pratiqué la cobla, le couplet, poème très court de 8 à 10 vers. On y traitait de tout, surtout de morale et de manière de vivre. Cette mode, qui apparaît seulement à la fin du xiiie s., aurait pu, comme le fait justement observer A. Jeanroy, ranimer la poésie médiévale moribonde en faisant de la cobla une sorte d'épigramme10. Mais nos poètes ont été incapables d'exploiter ce nouveau filon. Deux d'entre eux, on l'a vu, se sont surtout consacrés à ce genre, Bertran Carbonel, de Marseille, et Guillen de l'Olivier, d'Arles. Nous avons relevé 170 coblas, soit 30 % de l'ensemble, presque autant que de chansons. Il faut toutefois noter que cette statistique brute est un peu faussée par le fait qu'une cobla ne comporte que 10 vers alors que la chanson en a 40 ou 50.

32Si nous réunissons les sirventés, les tensons et les coblas, c'est-à-dire les pièces qui témoignent de l'esprit satirique de nos poètes, on arrive à un total de 52 %. Comme les coblas n'apparaissent, nous venons de le voir, qu'à la fin du xiiie s., cela prouve d'une part, que nos troubadours étaient volontiers portés à la satire, d'autre part que, chez nous, au xiiie s. la source de la fin'amors est bien tarie.

33Il est probable que la dureté des temps - c'est l'époque de la Croisade - ne poussait pas les poètes à chanter l'amour courtois qui s'accommodait mieux d'une atmosphère paisible et calme. En outre, cette dureté des temps amenait les poètes à déplorer les malheurs qui accablaient leurs contemporains. Après la Croisade le mécénat et le nomadisme sont morts et la décadence s'accentue, si bien qu'à partir de 1300 on ne saurait plus parler de poésie lyrique amoureuse des troubadours.

34Il n'en est pas moins vrai que la Provence a su jouer un rôle éminent pendant toute la période, aux xiie et xiiie s., où les troubadours ont été les maîtres incontestés en Europe de la poésie lyrique. Je n'en veux pour preuve - et ce sera ma conclusion - que ces vers de Peire Vidal, le toulousain, écrits vers 1200 :

  • 11 Edition J. ANGLADE, C.F.M.A., p. 60.

"Ab l'alen tir vas me l'aire
Qu'eu sen venir de Proensa :
Tot quan es de lai m'agensa,
Si que, quan n'aug ben retraire,
Eu m'o escout en rizen
E ‘n deman per un mot cen :
Tant m'es bel quan n'aug ben dire.
Qu'om no sap tan dous repaire
Com de Rozer tro qu'a Vensa,
Si com claus mars e Durensa,
Ni on tan fis jois s'esclaire11.

35(De mon haleine j'aspire la brise que je sens venir de Provence ; tout ce qui vient de là-bas me plaît ; aussi, quand j'en entends dire du bien, j'écoute en souriant et, pour un mot, j'en demande cent : tel est le plaisir que j'en ai.

36Car on ne sait d'aussi douce contrée que celle qui va du Rhône à Vence et qu'enclôt la mer et la Durance, contrée où rayonne une joie si pure).

Annexes

APPENDICE

Liste des troubadours de Provence, Dauphiné, Viennois, Valentinois.

xiie s.

Raimbaut d'Aurenga, PC 389, 1130-1175.

Raimbaut de Vaqueiras, PC 392, 1155-1205.

Comtesse de Die, PC 46, 2e moitié xxie s.

xiiie s.

Folquet de Marselha, PC 155, 1184-1231.

Ademar de Peiteus, comte de Valentinois, PC 4, 1188-1230.

Blacatz, PC 97, 1194-1239.

Pistoleta, PC 372, 1195-1239.

Bertran d'Aurel, PC 79, fin xii-déb. xii.

Guillem del Baus, PC 209, fin xii-1218.

Elias de Barjols, PC 132, 1200-1223.

Bertran Folco d'Avignon, PC 83, 1202-1233.

Guillem Augier Novella, PC 37 et 205, déb. xiii.

Gui de Cavaillon, PC 192, 191, 238, 1203-1230.

Comtesse de Provence, Garsenda de Forcalquier, PC 187, déb. xiii.

Bonafé, PC 98, déb. xiii.

Guillem Magret, PC 223, déb. xiii.

Isnart d'Antravenas, PC 254, déb. xiii.

Jordan de l'Isla de Venessi, PC 276, déb. xiii.

Ricau de Tarascon, PC 422, déb. xiii.

Raimon Berenguier, comte de Provence, PC 184, 1209-1245.

Albertet de Sisteron, PC 16, vers 1210.

Raimbaut de Beljoc, PC 390, vers 1220.

Raimon de las Salas, de Marseille, PC 409, 1er tiers xiii.

Guillem de Sant Gregori, PC 233, 1er tiers xiii.

Guillem Rainol d'At, PC 231, 1er tiers xiii.

Peire Bremon Ricas Novas, PC 338, 1230-1240.

Pujol, PC 386, 1230-1250.

Bertran d'Alamanon, PC 76, 1230-1266.

Guigo de Cabanas, PC 197, 1230-1245.

Duran Sartre de Pernas, PC 126, 1ère moitié xiii.

Falquet de Romans, PC 156, 1ère moitié xiii.

Raimbaut d'Eira, PC 391, 1ère moitié xiii.

Raimon Bistort d'Arles, PC 416, déb. xiii.

Reforsat de Forcalquier ou de Trets, PC 418 et 419, 1ère moitié xiii.

Na Tibors, PC 440, 1ère moitié xiii.

Tomier et Palazi, PC 442 (316), 1ère moitié xiii.

Cadenet, PC 106, 1ère moitié xiii.

Boniface de Castellane, PC 102, mil. xiii.

Blacasset, PC 96, 2ème moitié xiii.

Raimon de Tors, de Marseille, PC 410, 2ème moitié xiii.

Peire Bremon lo Tort, PC 331, 2ème moitié xiii.

Bertran del Poget, PC 87, 2ème moitié xiii.

Gaudi, PC 170, 2ème moitié xiii.

Granet, PC 189, 1240-1260.

Paulet de Marseille, PC 319, 1265-1276.

Bertran Carbonel, PC 82, fin xiii.

Guillem d'Ieiras, PC 220, fin xiii.

Jacme Mota d'Arles, PC 259, fin xiii.

Guillem de l'Olivier, d'Arles, PC 246, fin xiii.

Raimon d'Avignon, PC 394, fin xiii.

Rainaut de Tres Sauzes, PC 415, fin xiii.

Rostanh de Margues, PC 428, fin xiii.

xive s.

Rostanh Berenguier de Marseille, PC 427, déb. xiv.

Notes

1 J. DE CALUWE, Le Moyen Age litt. occ. dans l’oeuvre de F. Mistral. Paris, Nizet, 1974, p. 129-130.

2 Observations hist. et sociol. sur la poésie des troubadours. Cahiers de Civ. Méd., VII (1964), n. 1.

3 L’erotique des troubadours. Toulouse, Privat, 1963.

4 Amour courtois et fin’armors. Paris, Klincksieck, 1964.

5 Sur ce vocabulaire, voir Gl. M. CROPP, Le vocabulaire courtois des troubadours de l’époque classique. Genève, Droz, 1975.

6 C’est le chansonnier f ; cf. A. JEANROY, Bibliographie sommaire des chans. prov. CF.M.A., p. 23.

7 AUDIAU-LAVAUD, Nouvelle Anthologie des troubadours, p. 108.

8 Edition SALVERDA DE GRAVE, Bibl. Mer., VII, Toulouse, Privat, p.3.

9 I.CLUZEL, Princes et troubadours de la maison royale de Barcelone-Aragon. (Boletin de la Real Acad. de Buenas Letras de Barcelona, XXVII, 1957-1958, p. 340-342.

10 La poésie lyrique des troubadours. Toulouse, Privat, 1934.

11 Edition J. ANGLADE, C.F.M.A., p. 60.

Auteur

Université de Paris Sorbonne

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540