Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Le lai des Deux Amants : essai d'interprétation thématique

Jacques Ribard

Texte intégral

1Les œuvres littéraires médiévales restent, pour la plupart, méconnues du public cultivé, qui les considère volontiers comme un domaine réservé aux érudits et aux spécialiste tes. C'est là une situation d'autant plus regrettable et paradoxale qu'on sait assez l'attirance, voire la fascination, qu'exerce sur tant de nos contemporains tout ce qui touche à cette époque. Ne répond, trop souvent hélas, à cette attirance quasi instintive du public qu'un Moyen Age de carton-pâte - films ou émissions télévisées de qualité médiocre, fêtes populaires où, à grand renfort de costumes, on s'ingénie à recréer l' "atmosphère médiévale".

  • 1 Les lais de Marie de France, traduits de l’ancien français par Pierre Jonin, Paris, Champion, 1972 (...)

2Sans doute le premier obstacle à un contact authentique avec les textes littéraires de notre Moyen Age reste celui de la langue - cet ancien français dont on a d'ailleurs exagéré comme à plaisir la difficulté, qui n'est pas aussi grande que le laisseraient croire les imposants monuments d'érudition philologique auxquels il a donné naissance. Il faut, à cet égard, savoir gré aux médiévistes qui n'ont pas hésité à jouer la carte de la traduction en français moderne de ces œuvres vénérables... et oubliées. Ainsi en va-t-il de ces petits joyaux poétiques du xiie siècle - les Lais de Marie de France - dont Pierre Jonin nous a donné récemment une excellente traduction dans le but, écrit-il, "d'élargir le champ de pénétration d'une œuvre en la rendant accessible au plus grand nombre possible"1. C'est là une première étape, devenue indispensable et qui n'exclut pas d'ailleurs, dans un second temps, le recours au texte original.

3Mais il reste encore à débarrasser ces œuvres des bandelettes étouffantes dans lesquelles elles ont été trop longtemps maintenues sous la double influence d'une critique littéraire de type historique mal adaptée à ce genre de littérature et d'une certaine philologie qui ne voyait en elles que prétexte à exercices grammaticaux. Avec bien d'autre médiévistes d'aujourd'hui, nous pensons que ces œuvres ne sont pas à visiter comme des monuments archéologiques, témoins d'une civilisation et d'une pensée désormais révolues, mais qu'elles ont encore quelque chose à dire aux modernes que nous sommes, pour peu qu'on les aborde avec un esprit ouvert et disponible, qui ne se refuse pas aux modes de lecture de notre temps.

4C'est l'expérience que nous aimerions tenter, à nos risques et périls, sur le court mais séduisant poème intitulé par Marie de France elle-même les deux Amants :

  • 2 Nos références renvoient à l'édition des Lais de Marie de France par Jean Rychner, Paris, Champion (...)

Un lai en firent li Bretun :
De Deus Amanz recuit le nun.2
(v. 5-6)

  • 3 Pour cette approche, plus "classique" et non sans mérite d'ailleurs, de l'œuvre de Marie, on se ré (...)

5Renonçant, de propos délibéré, à l'approche traditionnelle, fondée sur les inévitables références à la courtoisie ou sur l'étude dite psychologique des personnages3, c'est la thématique même de l'œuvre que nous voudrions interroger - cette thématique qui, en définitive, est seule porteuse de la signification profonde de l'œuvre.

***

6Sans doute Marie de France, dès l'ouverture de son lai, évoque-t-elle le lien quasi ontologique qui lie l'amour à la mort, quand elle place comme en exergue à son poème la formule :

Par amur ambedui finerent. (v. 4)

7Et cela ne peut manquer d'éveiller en nous les harmoniques du Tristan, nous remettant en mémoire les vers remarquablement parallèles sur lesquels s'ouvre le Lai du Chèvrefeuille :

... De Tristram e de la reïne,
De lur amur ki tan fu fine,
Dunt il eurent meinte dolur,
Puis en mururent en un jur.
(v. 7-10)

8Qu'on pense aussi à la place que tient dans notre poème le beivre, cette résurgence du philtre tristanien, et cette femme versée dans l' "art de phisike" (v. 106), aussi habile, semble-t-il, à "bouillir le philtre" que l'était la mère d'Iseut, la magicienne d'Irlande. Qu'on pense enfin à la mort de la jeune fille sur le corps de celui qu'elle aimait :

Les lui se cuchë e estent,
Entre ses braz l'estreint e prent ;
Suvent li baisë oilz e buche.
Li dols de lui al quor la tuche :
Ilec murut la dameisele...
(v. 233-237)

9pathétique tableau qui n'a rien à envier aux derniers vers du Tristan de Thomas :

  • 4 Thomas, Les fragments du Roman de Tristan, éd. B. Wind, Genève, Droz, 1960, T.L.F., p. 162, v. 809 (...)

Embrace le, si s'estent,
Baise la buche e la face
E molt estreit a li l'enbrace,...
E murt dejuste lui issi
Pur la dolur de son ami.4

10Mais plus importante et plus originale nous semble l'insistance de la poétesse sur l'extrême jeunesse de ses héros. D'emblée elle les définit, par deux fois, comme des enfants :

Jadis avint en Normendie
Une aventure mut oïe
De deus enfanz ki s'entreamerent.
(V. 1-3)

Lasus gisent li dui enfant.
(v. 10)

11et le mot reviendra, par deux fois encore, dans l'épilogue du poème :

Sarcu de marbre firent quere,
Les deus enfanz unt mis dedenz.
(v. 246-247)

Pur l'aventure des enfaunz
Ad nun li munz "des Deus Amanz".
(v. 251-252)

12C'est ce thème de la jeunesse, de l'enfance, sur lequel nous voudrions, dans un premier temps, nous arrêter quelque peu, car se trouve ainsi tracé un premier axe fondamental pour l'interprétation du poème.

  • 5 Nous pensons ici notamment au lai de Guigemar, v. 209-217 et au lai d'Yonec, v. 11-28 et v. 71.

13Au monde de l'enfance, de la jeunesse, va, en effet, s'opposer le monde des adultes, que symbolisent le roi et tous ceux qui l'entourent - roi possessif tant par le pouvoir incontesté qu'il exerce que par l'affection jalouse qu'il voue à sa fille et qui en fait curieusement l'équivalent du vieux mari jaloux qu'on retrouve dans tant d'autres lais5. La situation conflictuelle ainsi mise en évidence invite à une double glose, sociale et psychologique.

  • 6 On rapprochera cette situation de dépendance et de frustration de celle de Lanval, curieusement "o (...)

14Une lecture sociologique du poème verrait volontiers dans ce roi vieillissant et autoritaire le symbole d'un pouvoir féodal qui cherche artificiellement à se survivre alors qu'il a fait son temps. Le jeune héros représenterait les aspirations légitimes à un renouvellement de la société, en même temps qu'il serait l'image de ces jeunes nobles privés de fief que le système social du temps empêchait d'atteindre à la maturité et à la responsabilité que représentait la possession d'une femme et d'une terre6. Il est assez frappant, à cet égard, de voir de quel poids pèse l'environnement social tout au long du poème - cette "grant gent tute asemblee" (v. 181) par les soins du roi, qui a mandé "ses hummes e ses amis" (v. 166) pour être les témoins de l'épreuve qu'il impose au prétendant et de l'échec qu'il escompte. Ce sont ces spectateurs gagnés d'avance, on peut le croire, à la cause royale, dont le jeune homme redoute tant l'obsédante, la contraignante présence :

"Ceste genz nus escriëreient,
De lur noise m'esturdireient ;
Tost me purreient desturber ;
Jo ne voil pas ci arester".
(v. 203-206)

15C'est à eux, c’est à cette pression sociale, qu'il cherchera vainement à échapper, d'abord dans la fuite et l'exil qu'il propose à la jeune fille :

Anguissusement li requist
Que s'en alast ensemble od lui :
Ne poeit mes suffrir l'enui.
(v. 84-86)

16ensuite dans l'accélération folle et désespérée qu'il imprimera à sa course ascensionnelle - véritable fuite dans la mort. Mais en définitive, ce double élan sera brisé et la société, impitoyable, aura raison de lui et de sa jeunesse.

  • 7 Nous ne prenons pas ce terme dans son sens étroit et traditionnel -mode d'interprétation que nous (...)

17Une lecture psychologique7, elle, verrait dans le personnage du roi le symbole du père, - un père quasi castrateur vis-à-vis du jeune homme auquel il interdit l'accès à la maturité sexuelle et sentimentale, un père quasi incestueux à l'égard de sa fille, l'amour qu'il lui porte n'étant que le substitut de celui qu’il vouait à la reine défunte ;

Li reis n'aveit autre retur,
Pres de li esteit nuit e jur.
Cunfortez fu par la meschine,
Puis que perdue ot la reïne.
Plusur a mal li sturnerent.
(v. 29-33)

18Si la jeune héroïne, par respect des conventions familiales autant que par amour filial, se refuse à l'enlèvement que lui propose le damisel (v. 57), elle n'en cherche pas moins, par le moyen de cette forme de magie que représente l' "art de phisike" (v. 106), à échapper à la frustration affective et sexuel le à laquelle elle est condamnée par un père abusif.

19Dans un cas comme dans l’autre - lecture sociologique ou lecture psychologique - c'est une manière de situation bloquée que Marie de France résume dans ces deux vers :

Lung tens remest cele a doner
Que nuls ne la volt demander.
(v. 55-56)

20L'épreuve impossible et son rituel ne sont que le moyen de perpétuer une situation devenue anormale, celle où le pouvoir et la possession amoureuse restent l’apanage exclusif d'un souverain vieilli. Contre cet état de blocage, tant psychologique que sociologique, se rebellent l'enfance, la jeunesse. Mais elles seront brisées dans leur élan et le lourd cercueil de marbre se refermera sur ces jeunes corps privés de vie comme d'espoir. Seule l'extraordinaire "reverdie" du mont, dans sa gratuité presque absurde, sera comme le témoin inutile d'une espérance avortée :

Li muns en fu bien arusez ;
Mut en ad esté amendez
Tuz li païs e la cuntree.
(v. 225-227)

***

21Et cela nous amène à nous intéresser au second thème fondamental du lai - celui du munt, de la montagne, dont l'ascension est imposée aux jeunes gens. Comme il en allait tout à l'heure du mot enfant et en étroite connexion avec lui, c'est par deux fois aussi - au début et à l'extrême fin du poème - que le mont est évoqué :

Veritez est ke en Neustrie,
Que nus apelum Normendie,
Ad un haut munt merveilles grant :
Lasus gisent li dui enfant.
Près de cel munt a une part...
(v. 7-11)

Par le cunseil de celes gens
Desur le munt les enfuïrent...
Pur l'aventure des enfaunz
Ad nun li munz "des Deus Amanz".
(v. 248-252)

22Sans doute permet-il à Marie de France d'enraciner son récit, comme elle aime à le faire, dans une certaine forme de réalité toponymique et folklorique. Le premier mot du lai - mis à part les six vers qui en constituent le prologue - est le mot veritez et il est prononcé à propos de la localisation géographique de ce fameux mont.

23Cela dit, il n'en reste pas moins que ce n'est pas la montagne elle-même qui est en cause, mais bien son escalade, son ascension. Intervient ici une typologie symbolique qui nous apparaît comme l'élément fondamental de tout le poème auquel il confère sa dynamique propre : cette montagne dont il faut atteindre le sommet - l'expression "en sum le munt" revient comme un leitmotiv tout au long du lai (v. 91, 158, 171) - illustre, de façon imagée, la notion même d'épreuve, élément constitutif et essentiel de toute initiation.

24On pourrait déjà dire, en référence aux lectures sociologique et psychologique esquissées tout à l'heure, que le mont et son parcours représentent l'ascension sociale ardemment désirée par le jeune couple, puisque l'objectif poursuivi est d'échapper à la puissance royale et paternelle -double pouvoir d'autant plus aliénant qu'il n'exclut pas des liens affectifs puissants liant la jeune fille à son père.

  • 8 A ce propos, voir notre communication Les romans de Chrétien de Troyes sont-ils allégoriques ? dan (...)

25Mais il faut aller au-delà de cette interprétation un peu étroite qui n'atteint pas au plus profond et au plus essentiel. En fait, allégoriquement parlant - et il faut toujours, croyons-nous, en venir là quand il s'agit des œuvres médiévales8 -, le jeune homme est ici une figure de l'homme, comme l'est aussi Lanval dans un autre contexte. C'est, une fois de plus, la destinée, le salut de l'homme qui sont en cause - car cette destinée, ce salut, sont en définitive les seuls sujets dignes d'intérêt pour les auteurs du Moyen Age comme pour leur public. C'est donc jusqu'à une interprétation mystico-religieuse que ce thème de la montagne, de l'ascension, nous invite à aller.

26En sont un suffisant témoignage les trois étapes harassantes - et la dernière mortelle - qui jalonnent la course du jeune homme, avec l'insistance mise sur le verbe cheoir :

Quant les deus parz fu muntez sus,
Pur un petit qu'il ne chiet jus.
(v. 207-208)

Sur le munt vint ; tant se greva,
Iloc cheï, puis ne leva.
(v. 213-214)

27Avec ces trois "stations", c'est une véritable montée au Calvaire que Marie de France met sous nos yeux. Y concourt l'effet d'écho procuré par l'expression "treis pas" (v. 202) et, plus encore, par l'évocation des trois jours qui précèdent la "mise au tombeau" des deux jeunes gens :

Treis jurs les unt tenuz sur tere.
Sarcu de marbre firent quere,
Les deux enfanz unt mis dedenz.
(v. 245-247)

28Ce sont là des notations qui, par les harmoniques qu'elles éveillent à une oreille médiévale, ne sauraient être fortuites ni privées de "senefiance".

29Selon nous, c'est une expérience spirituelle, religieuse, qu'en dernière analyse symbolise l'ascension du mont. Dans cette perspective, nous serions assez tenté de voir dans le personnage du vieux roi la figure du "Dieu jaloux" de l'Ancien Testament et Ton retrouverait là l'opposition chère au Moyen Age entre la Synagogue et l'Ecclesia. Il faut souligner ici, en effet, l'importance du contraste entre le pouvoir traditionnel du roi, qui s'entoure d'un cérémonial, d'un rituel contraignant, et l'apparition d'un élément extérieur, étranger - nous voulons parler du beivre, du philtre, que le jeune homme va aller quérir jusque dans la lointaine ville de Salerne. Ce breuvage mystérieux, c'est le nouveau pouvoir, le pouvoir libérateur, qui doit délivrer l'homme d'un destin qui l'opprime - car le vieux roi est aussi une figure du Destin dont il assume délibérément le rôle, comme il le déclare lui-même :

E luinz e pres manda e dist,
Ki sa fille vodreit aveir
Une chose seüst de veir :
Sortit esteit e destiné...
(v. 40-43)

  • 9 St Paul, Epîtres aux Galates et aux Romains, passim et notamment Rom.VI, 14. Pour une autre illust (...)

30Pour tout dire, ce beivre, à nos yeux, n'est autre que la grâce, au sens religieux du terme, cette grâce qui fait craquer le formalisme desséchant d'un rituel vieilli, dépassé. On retrouve ici l'opposition paulinienne entre la "loi" héritée du judaïsme et la "grâce" apportée par le Christ9.

31Mais encore faut-il que l'homme ne refuse pas cette aide divine, ce don gratuit - et c'est là qu'intervient la liberté, mais aussi l'orgueil du jeune héros, qui ne veut devoir son succès qu'à lui-même, à la force de son seul cœur :

"Bele, jo sent tut fort mun quer,
Ne m'arestereie a nul fuer
Si lungement que jeo beüsse..."
(v. 119-201)

32Et ce sera l'échec.

  • 10 Le Chevalier de la Charrette, éd. M. Roques, C.F.M.A., v. 6139 et v. 6143 - Le Conte du Graal (Per (...)

33Pourtant la grâce - sous la forme symbolique du beivre répandu - continue de manifester sa présence et sa fécondité dans le motif de la reverdie du mont - grâce toujours active, toujours offerte. A cette évocation finale, hautement significative par son étrangeté même, le poème doit de ne pas se clore sur une note désespérée. Et c'est là un fait caractéristique dont on pourrait trouver l'équivalent dans d'autres œuvres de notre littérature médiévale. Les constats d'échec sur lesquels semblent se conclure certaines d'entre elles viennent toujours s'éclairer discrètement d'une lueur d'espoir. Nous pensons ici à la partie du Chevalier de la Charrette écrite par Chrétien lui-même, à Lancelot emmuré dans sa tour, mais demeure cette "petite fenestre" par où lui viendra un jour la délivrance. Nous pensons aussi au Conte du Graal, à Perceval voué au désespoir par la malédiction de la Demoiselle Hideuse, mais qui s'y refuse et obstinément "redit tot el". Nous pensons encore au Roman de la Rose de Guillaume de Lorris et à ce seul vers qui passe presque inaperçu - (li chastiaus) "qu'Amors prist puis par ses esforz" - et qui pourtant laisse entrevoir la victoire finale de l'amant10.

  • 11 Qu'on pense au verset célèbre de l'Epître aux Romains (v. 20) : "là où le péché a abondé, la grâce (...)

34La reverdie du mont - cette surabondance de vie, cette surabondance de grâce11 -, elle finira bien par faire éclater le lourd "sarcu de marbre" qui s'y trouve enfoui et l'on retrouvera peut-être (du moins le parallélisme des deux récits nous autorise-t-il à y rêver) quelque chose comme le rosier unissant, par delà la mort, la tombe de Tristan à celle d'Iseut - ces mêmes Tristan et Iseut que nous évoquions en commençant cette étude et qui sont, eux aussi, à leur manière, des enfants perdus.

***

35Par delà la double thématique que nous avons cru pouvoir dégager de ce lai - thème de la jeunesse, de l'enfance, et thèmes conjugués de l'ascension et du philtre -, par delà aussi les harmoniques tristaniens qu'éveille une autre thématique sous-jacente, celle de l'amour lié à la mort, c'est sans doute dans la seule intervention personnelle de Marie de France au cours de son poème qu'il faut aller chercher l'enseignement ultime de l'œuvre : la tentative, la folle espérance du jeune héros sont vouées à l'échec, "kar, écrit Marie, n'ot en lui point de mesure".(v. 189) Cette "mesure", il ne faut pas la réduire à la simple reprise d'un motif courtois ; elle n'est qu'une autre façon de nommer la sagesse, passablement désabusée, qui est volontiers celle des vieux rois comme de tous ceux qui taxent toujours de "grant folie" (v. 160) les entreprises de la jeunesse :

Mes mut le tint a grant folie
Pur ceo qu'il iert de jeofne eage.
(v. 160-161)

36Sans doute est-ce le redoutable privilège de la jeunesse (et de l'amour) que d'ignorer, à ses risques et périls, la "mesure" - et c'est toute l'histoire de ces "deux enfanz" (v. 247) follement engagés dans une ascension impossible.

  • 12 C'est le cas de Tristan et c'est aussi celui, dans un autre registre, de Renart - deux personnages (...)
  • 13 Sur ce thème de la "folie de Dieu" opposée à la fausse sagesse des hommes, voir St Paul, Première (...)

37Il semble que cette "folie", destructrice, au moins en apparence, de tout un équilibre social, familial et moral, ait exercé comme une sombre fascination sur les esprits du Moyen Age12. Et ce n'est pas le moindre mérite d'un tel texte, comme de ceux qui lui ressemblent - Lai de Lanval ou Roman de Tristan - que de nous laisser sur cette interrogation : à la cité royale faite de mains d'hommes (v. 13), faut-il préférer la montagne sauvage et magique des amours enfantines - selon l'opposition suggérée par Marie elle-même quand elle écrit "Desur le munt fors la cité" (v. 44) -, à la "mesure", à la sagesse de ce monde, la "grant folie" des "enfants de Dieu" ?13.

Notes

1 Les lais de Marie de France, traduits de l’ancien français par Pierre Jonin, Paris, Champion, 1972, introduction, pp. X-XI.

2 Nos références renvoient à l'édition des Lais de Marie de France par Jean Rychner, Paris, Champion, 1968. Le lai des Deux Amants y occupe les pages 93 à 101.

3 Pour cette approche, plus "classique" et non sans mérite d'ailleurs, de l'œuvre de Marie, on se réfèrera à l'ouvrage bien connu d'Ernest Hoepffner, Les Lais de Marie de France, Paris, Nizet.

4 Thomas, Les fragments du Roman de Tristan, éd. B. Wind, Genève, Droz, 1960, T.L.F., p. 162, v. 809-815.

5 Nous pensons ici notamment au lai de Guigemar, v. 209-217 et au lai d'Yonec, v. 11-28 et v. 71.

6 On rapprochera cette situation de dépendance et de frustration de celle de Lanval, curieusement "oublié" par le roi dans sa distribution de femmes et de terres :
... Femmes e teres departi
Fors a un sul ki l'ot servi :
Ceo fu Lanval ; ne l'en sovint...
(v. 17-19)

7 Nous ne prenons pas ce terme dans son sens étroit et traditionnel -mode d'interprétation que nous croyons mal adapté à l'esprit même des œuvres médiévales -, mais dans une acception plus large qui englobe jusqu'aux lectures dites psychanalytiques.

8 A ce propos, voir notre communication Les romans de Chrétien de Troyes sont-ils allégoriques ? dans Cahiers de l'Association internationale des études françaises, n° 28, Mai 1976, Paris, Les Belles Lettres, pp. 7-20.

9 St Paul, Epîtres aux Galates et aux Romains, passim et notamment Rom.VI, 14. Pour une autre illustration de l'emploi de ce thème dans la littérature française médiévale, voir notre ouvrage Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette, essai d'interprétation symbolique, Paris, Nizet, 1972, pp. 23-28.

10 Le Chevalier de la Charrette, éd. M. Roques, C.F.M.A., v. 6139 et v. 6143 - Le Conte du Graal (Perceval), éd. F. Lecoy, C.F.M.A., t. I, v. 4703 - Le Roman de la Rose, éd. F. Lecoy, C.F.M.A., t. I, v. 3486. Sur les problèmes que pose le caractère prétendûment inachevé de ces romans on pourra se reporter à notre article De Chrétien de Troyes à Guillaume de Lorris : ces quêtes qu'on dit inachevées, dans Cahiers du CUER MA, Senefiance n° 2, "Voyage, quête, pélerinage dans la litt. et la civilisation médiévales", 1976, diffusion éd. Champion, pp. 313-321.

11 Qu'on pense au verset célèbre de l'Epître aux Romains (v. 20) : "là où le péché a abondé, la grâce a surabondé".

12 C'est le cas de Tristan et c'est aussi celui, dans un autre registre, de Renart - deux personnages en marge de la société, qu'ils mettent en question par leur existence même, deux personnages auxquels semblent pourtant être allées les faveurs des trouvères et de leur public.

13 Sur ce thème de la "folie de Dieu" opposée à la fausse sagesse des hommes, voir St Paul, Première épître aux Corinthiens, ch. I à III, et, pour son application à la littérature médiévale, notre ouvrage sur Le Chevalier de la Charrette, o.c., pp. 60-61 et p. 66.

Auteur

Université d'Amiens

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable