Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Aubergistes épiques

Jean Raynaud

Texte intégral

  • 1 Proverbe italien : qui fait les comptes sans l'aubergiste les fait deux fois.

"Chi fa i conti senza
l'oste li fa due volte"1

1Le manuscrit cyclique V. XIII, conservé à la Biblioteca Marciana de Venise, réunit, comme on sait, des poèmes traitant de la "matière de France". Difficiles à dater même approximativement, ces poèmes sont rédigés dans un langage hybride, pour répondre, semble-t-il, à la double nécessité d'être accessibles à un public populaire tout en respectant la tradition qui voulait encore, en Italie du nord, que le français demeurât la langue de la poésie épique.

2Dans tous ces textes, une foule de personnages ne cessent d'aller et venir en tous sens, franchissant des distances souvent considérables, allant de Paris en Espagne, en Hongrie et jusqu'à Constantinople, traversant l'Italie, l'Allemagne et même les terres dominées par les infidèles. Rois et grands seigneurs, chevaliers, messagers, marchands, jongleurs, clercs et vilains parcourent les grands chemins, que fréquentent aussi les exclus : fugitifs ou exilés, sans oublier les brigands.

3Dans nos chansons françaises, la plupart du temps, comme dans les contes folkloriques, de tels déplacements s'effectuent en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire ; le trouvère usant des formules du type :

  • 2 Gaydon - éd. Guessard - Paris, Franck, 1862, v.8873

"Tant ont alé qu'ils vinrent…" 2

  • 3 La plus célèbre est celle de Andrea da Barberino : "I reali di Francia", Rome, G. Casini, 1967.
  • 4 Pulci - Morgante Maggiore - Ricciardi, 1955.
  • 5 cf. notamment Morgante Maggiore - o.c. XVIII, 169 ss.

4Dans les épopées italiennes, cependant, le réalisme ne perd jamais tout-à-fait ses droits. C'est ainsi que, très fréquemment, dans les poèmes de V. XIII, les voyageurs, le soir à l'étape, ou parvenus à destination, éprouvent le besoin de se reposer et tout naturellement se rendent à l'auberge. Cette précision revient même assez souvent pour que l'on soit tenté d'y reconnaître une sorte de "motif de l'auberge". Et cette impression se trouve encore renforcée par le fait que le motif semble s'être intégré par la suite à la tradition épique italienne, puisqu'on le retrouve jusque dans les vastes compilations toscanes en prose3 qui, pour la mettre au goût du jour, reprennent au xvème siècle, dans son ensemble, la "materia di Francia". Et Pulci lui-même, composant son "Morgante maggiore°"4 d'après un "Orlando°" populaire, ne manquera pas de tirer de ces scènes d'auberge tout le parti que lui suggérait son truculent génie5.

  • 6 I reali di Francia - o.c. VI. XL p. 625-626. '

5En effet, dans tous ces récits, l'auberge se présente comme un lieu de passage obligé, et donc de rencontres. On y apprend des nouvelles susceptibles de faire rebondir l'action ou d'en modifier le cours. C'est dans une auberge d'Avignon, par exemple, que Mainetto (Mainet) apprend le mécontentement général que soulève dans le royaume le mauvais gouvernement des usurpateurs du trône6. Si, de par sa nature même, ce motif ne saurait être fortement stéréotypé, du moins présente-t-i 1 une constante : l'"oste". Et ce personnage de l'aubergiste a son importance, car de son attitude envers les héros, ses clients, peuvent découler pour ces derniers toutes sortes de conséquences.

6C'est pourquoi l'auteur croit souvent devoir porter un jugement de valeur sur l'aubergiste et sur son établissement :

  • 7 Macaire - éd. A. Mussafia - Vienne 1864, V. 1290.

"A cha d'un bon oster i sonto descendu" 7

7Quand les ambassadeurs de l'empereur de Constantinople arrivent à Paris, leur premier soin est de choisir une bonne auberge pour s'y remettre des fatigues du voyage :

  • 8 Macaire - o.c. V. 2063-2065 "oster" a les deux sens d'"auberge" et d'"aubergiste".

"I se desent ad un bon oster,
E quant furent repolsé, si se vait à monter
Sor li palés à li rois aparler."8

8Parfois des précisions sont fournies, concernant l'adresse d'une auberge de Rome :

  • 9 Karleto - éd. J. Reinhold in ZRPh, XXXVII, 1913, v. 2471.

"…apreso Santo Sofie li trato d'un arpent"9

9ou d'Avignon :

  • 10 I reali di Francia - o.c. VI. XL. p. 625

"…passato il ponte"10

  • 11 I reali di Francia - o.c. VI. XL. p. 626. Il s'agit là, dit l'auteur, d'une "osteria di basse mano (...)

10l'enseigne est mentionnée : "albergo di Santo Gianni"11. On nous indique l'heure d'arrivée des voyageurs, impatients de se mettre à table :

  • 12 Karleto - o.c. V. 575-577.

"Vent à Saragoçe in l'ora del disner
Ad un oster se von ad al berçer
E si mançent qe li oit gran mester."12

  • 13 I reali di Francia - o.c. II.XXI. p. 239-240

11Un repas à l'hôtel peut d'ailleurs être à l'origine d'une intrigue sentimentale. De sa fenêtre, la belle Drusoline aperçoit Fioravante (Floovant) qui est en train de dîner à l'auberge voisine. Le jeune homme l'intéresse et elle lui fait demander de venir la voir. Fioravante répond, de façon assez peu galante, qu'il ira quand il aura fini de manger13.

12La qualité de l'hospitalité reçue est souvent, comme on s'en doute, en fonction directe des possibilités financières du client. L'auteur n'en fait pas mystère :

  • 14 Karleto - o.c. v. 2254-2256.

"E si desis en un molto bon oster
Molt richement se fait hostaler
Qe asa' avoit da spender e da doner."14

13Ayant reçu du roi de Hongrie d'importants subsides, la reine Blanchefleur, qui vient d'accoucher à l'auberge, est aussitôt traitée par l'hôte et sa famille avec beaucoup plus de considération qu'auparavant :

  • 15 Macaire - o.c. v. 1436-1438.

"Ora li fa l'osto, ses filz e sa muler
Major honor qe non fasoit en primer
Por q'i avoit meio avoir da spenser."15

  • 16 I reali dj Francia - o.c. VI. XL. p. 626.

14Il est vrai qu'un commerçant avisé se doit de prendre des précautions contre d'éventuels clients insolvables. Mainetto se trouvant à Rome sans argent, doit laisser en gage à sa logeuse ses armes et ses chevaux16. Riccieri, pour dégager son écu, remet deux chevaux, qu'il vient de conquérir, à l'aubergiste qui s'empresse alors de lui prodiguer des marques de respect :

  • 17 I reali di Francia - o.c. I.LXI. p. 138. cf. dans le même ouvrage un autre exemple de chevaux pris (...)

"e l'oste gli comincio a fare onore."17

  • 18 Autre nom désignant Charlemagne avant son accession au trône.
  • 19 Karleto - o.c. v. 2253-2433.

15Hélas il arrive aussi que, poussé par l'appât du gain, notre homme en vienne à jouer un bien vilain rôle. Karleto18 dont la tête est mise à prix, et qui se cache sous un faux nom dans une auberge romaine, est ainsi trahi par l'hôte qui, ayant découvert sa véritable identité, s'empresse d'aller le dénoncer19.

16Inversement, c'est quelquefois parmi les pires gredins qu'on trouve les plus sublimes dévouements. Le même Karleto arrive un soir

  • 20 Karleto - o.c. v. 399-400.

".. à un malvais oster,
qe estoit preso una selva meravilosa e fer."20

17On a coutume, dans cette hôtellerie, de livrer les voyageurs à une bande de brigands qui les attendent dans la forêt pour les détrousser et, le plus souvent, les tuent. Par bonheur, ce singulier aubergiste reconnaît le jeune prince. Il lui explique alors que, français lui-même, il a du s'expatrier pour échapper aux demi-frères de Karleto qui ont usurpé le pouvoir. Et il n'a rien trouvé de mieux pour subsister que de se faire aubergiste dans ce lieu désert. Il a pleine autorité sur les brigands, ce qui lui procure d'importantes ressources. Son excuse est qu'il se trouve à peu de distance de Saragosse, donc en pays sarrasin. Ayant ainsi retrouvé son droit seigneur, il le traite superbement pendant trois jours et, après avoir fait charger les mulets de toutes sortes de richesses, l'accompagne lui-même jusqu'à Saragosse, où il l'introduit auprès du roi sarrasin Galafrio.

18Car bon nombre de ces aubergistes épiques fréquentent les cours et s'entretiennent familièrement avec les rois. Dès lors on conçoit de quelle utilité ils peuvent être pour les nobles étrangers qui descendent chez eux.

  • 21 Berta da li pè grandi - éd. C. CREMONESI - Milan, Istitu-to Editoriale Cisalpino, 1966 - v. 321-35 (...)

19C'est l'un d'entre eux, par exemple, qui, ayant hébergé les messagers de Pépin chargés de demander la main de Berta da li pè grandi, court prévenir le roi de Hongrie de leur arrivée21.

20Quand Primeran sort de son auberge pour aller à l'église faire baptiser l'enfant de Blanchefleur, il rencontre en chemin le roi de Hongrie qui le reconnaît et l'appelle par son nom :

  • 22 Macaire - o.c. v. 1372-1377.

"Primeran, fait-il, o alez si erant ?
Qe avez vos en ves mantel pendant ?
- Mon sir, fait-il, un molto bel enfant
De una dama bel a e avenant.
A mon albergo desis por çirse ostalant ;
Ces enfans a partori qe porte à l'olio sant,"22

21Le roi s'intéresse alors à l'enfant et s'aperçoit aussitôt qu'il ne saurait être que de lignée royale. Ainsi vont prendre fin les malheurs de la pauvre reine qui, grâce à cette rencontre providentielle, retrouvera son ancienne splendeur.

22Ce rôle d'intermédiaire bénéfique échoit assez souvent à des hôtes au grand cœur, qui se haussent alors très au-dessus de leur condition. C'est le cas de Bladoin, hôtelier de Marmore (Vérone), qui voit descendre chez lui, un beau soir, un client d'importance. Il s'agit d'Ogier, chargé par Charlemagne d'une délicate mission auprès du seigneur de la ville, un païen sanguinaire, qui refuse de payer tribut à l'empereur. Les deux précédents messagers ont été mis à mort ; mais Ogier a la bonne fortune de bénéficier des conseils judicieux de l'aubergiste :

  • 23 Chevalerie Ogier - ed. Barry Cerf in Modem Philoloay, Chicago, VIII, 1910-1911. v. 361-365.

"Li Danois se part, si se va ostaler
Al mior albergo q'el pote trover,
E cun un osto save a conseler
Qe li 'nsegno la via e li senter
Cun da cil diable se porà guarenter."23

23Ce "cortois oster" se montre en tout point digne de la confiance d'Ogier :

  • 24 Chevalerie Ogier - o.c. - v. 647

"Jamais oster mil or ne se trova"24

24Il a, lui aussi, ses entrées au palais, ce qui lui permet, avec l'aide de ses "amis e parenti" (plus de mille personnes) de fomenter un complot qui coûtera la vie au tyran. A la suite de cet exploit, l'hôte est nommé gouverneur de la ville. Il s'acquittera scrupuleusement du tribut. Son fils sera chevalier.

  • 25 I reali di Francia - o.c. IV. LUI, p. 460.

25De même Ruberto della Croce, qui tient lui aussi une auberge, deviendra en récompense de ses éminents services, conseiller de Buovo d'Antona (Beuve d'Hanstone)25.

26Mais le fait que certains voyageurs ne vont pas à l'auberge peut être l'occasion pour l'auteur d'esquisser une sorte de contre-motif.

27Berta e Milon fuyant la colère de l'empereur, ne peuvent se risquer en aucun lieu public. La malheureuse, qui est enceinte, voyage donc de façon bien inconfortable :

  • 26 Berta e Milon - ed. A. Mussafia - in Romania XIV, 1884, v. 212-214.

"Non albergoit a oster, non gustoit provant
Pane et eve manno solemant
En tera çasoit sor l'erba verdoiant."26

28ce qui permet au trouvère d'établir un parallèle entre la venue au monde de Roland et celle… du Christ.

29Quant aux messagers de Pépin qui amènent en France Berthe aux grands pieds, ils ne vont jamais à l'auberge, préférant s'arrêter dans les châteaux d'Allemagne, où l'on tient à honneur d'accueillir la jeune reine :

  • 27 Berta da li pès grandi - o.c. v. 738-741.

"i no vol mais in hoster alberçer ;
a cha de cont o de gran çivaler
quella dame i font desmonter
e richament la font hostaler."27

30Or cette attitude dédaigneuse à l'égard des hôtelleries va être à l'origine des malheurs de l'héroïne. C'est en effet dans un château de la lignée des traîtres qu'elle va rencontrer celle qui, bientôt, tentera de la faire assassiner et usurpera sa place auprès du roi.

31On peut, par ces quelques exemples, se faire une idée du rôle que tiennent dans ces interprétations italiennes des légendes de Charlemagne, les auberges et leurs tenanciers. Ces derniers, de par leur profession, voient passer beaucoup de monde et sont au courant de bien des choses. Selon leur naturel, ils se comportent en précieux auxiliaires ou bien en redoutables traîtres ; de sorte que le séjour à l'auberge des protagonistes sera rarement sans répercussion sur la suite du récit… Cette considération, jointe au goût manifesté par les trouvères italiens pour le détail réaliste, peut peut-être expliquer la fréquence de l'apparition, dans ces textes, du "motif de l'auberge".

Notes

1 Proverbe italien : qui fait les comptes sans l'aubergiste les fait deux fois.

2 Gaydon - éd. Guessard - Paris, Franck, 1862, v.8873

3 La plus célèbre est celle de Andrea da Barberino : "I reali di Francia", Rome, G. Casini, 1967.

4 Pulci - Morgante Maggiore - Ricciardi, 1955.

5 cf. notamment Morgante Maggiore - o.c. XVIII, 169 ss.

6 I reali di Francia - o.c. VI. XL p. 625-626. '

7 Macaire - éd. A. Mussafia - Vienne 1864, V. 1290.

8 Macaire - o.c. V. 2063-2065 "oster" a les deux sens d'"auberge" et d'"aubergiste".

9 Karleto - éd. J. Reinhold in ZRPh, XXXVII, 1913, v. 2471.

10 I reali di Francia - o.c. VI. XL. p. 625

11 I reali di Francia - o.c. VI. XL. p. 626. Il s'agit là, dit l'auteur, d'une "osteria di basse mano".

12 Karleto - o.c. V. 575-577.

13 I reali di Francia - o.c. II.XXI. p. 239-240

14 Karleto - o.c. v. 2254-2256.

15 Macaire - o.c. v. 1436-1438.

16 I reali dj Francia - o.c. VI. XL. p. 626.

17 I reali di Francia - o.c. I.LXI. p. 138. cf. dans le même ouvrage un autre exemple de chevaux pris au cours d'un combat et remis en paiement d'une note d'auberge.

18 Autre nom désignant Charlemagne avant son accession au trône.

19 Karleto - o.c. v. 2253-2433.

20 Karleto - o.c. v. 399-400.

21 Berta da li pè grandi - éd. C. CREMONESI - Milan, Istitu-to Editoriale Cisalpino, 1966 - v. 321-355.

22 Macaire - o.c. v. 1372-1377.

23 Chevalerie Ogier - ed. Barry Cerf in Modem Philoloay, Chicago, VIII, 1910-1911. v. 361-365.

24 Chevalerie Ogier - o.c. - v. 647

25 I reali di Francia - o.c. IV. LUI, p. 460.

26 Berta e Milon - ed. A. Mussafia - in Romania XIV, 1884, v. 212-214.

27 Berta da li pès grandi - o.c. v. 738-741.

Auteur

Institut Français De Naples

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540