Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Approches de la conscience de soi dans l’œuvre de Charles d’Orléans

Alice Planche

Texte intégral

  • 1 Charles d'Orléans, Poésies, publiées par P. Champion, Paris, Champion, CFMA, n° 34 et 56. Rondeau (...)

Que pensé je ? dictes le moy,
Adevinez, je vous en prye,
Autrement ne le saurez mye,
Il y a bien raison pourquoy.
A parler a la bonne foy,
Je vous en foiz juge et partye :
Que pensé je ? (dictes le moy,
Adevinez, je vous en prye ?)
Vous ne saurez, comme je croy ;
Car heure ne suiz ne demye
Qu'en diverse merencolye ;
Divisez, je me tairay quoy :
Que pensé je ? (dictes le moy ?)1

  • 2 Heure vient de eur, chance bonne ou mauvaise, mais a le plus souvent une acception favorable, cell (...)

1La question initiale, qu'aiguise et rend lancinante la forme du rondeau, parant au desinit exclure toute possibilité de réponse. Adressée au départ à quelques familiers, et, par le pouvoir de l'écrit, aux lecteurs à venir, elle se réfléchit vers celui qui la pose et qui, plus que les autres, se sent juge et partie dans le procès, sujet et objet de l'enquête. Au ton discrètement ironique d'un Sphinx cachant son secret succède l'amère gravité et l'irritation d'un homme qui ne possède pas la clé de sa propre énigme. La nécessité de l'échec est soulignée au vers 9 par un "comme je croy" qui n'est pas un atténuatif, encore moins une cheville, mais l'expression d'une certitude existentielle et négative, celle d'ignorer le contenu actuel et peut-être les traits permanents de sa conscience. Les attendus nous sont fournis. La responsabilité incombe à la malveillance de Fortune, évoquée au vers 18 par "heure suy"2 et reprise dans une série d'apostrophes de ce genre :

Las ! le faut il ? esse ton vueil,
Fortune, qu'aye douleur mainte ?
Ro. 217.
Fortune tousjours me groingne …
Ro. 218, v. 4.
Fortune, passez ma requeste …
Ro. 268.
De quoy vous sert cela, Fortune ?
Ro. 269.

2L'effet de cette malédiction nominative est une sombre humeur, de nature insaisissable et instable, une "diverse merencolie" dont le fond noir altère toutes les composantes de la vie mentale.

  • 3 La graphie quoy, fr. moderne coi, est étymologique : le mot vient de quetus pour quietus.
  • 4 L'expression, à l'incipit du rondeau 33, désigne de façon obvie le manuscrit du poète et, par méta (...)

3Les interprétations spécieuses d'un entourage qui suppute les intentions de son prince ne sont pas récusées. L'impératif "devisez" se situe entre l'encouragement incertain : - parlez, vous m'éclairerez peut-être - et l'aveu d'impuissance - je ne saurais vous empêcher de parler - Mais l'intéressé se refuse à l'avance le droit de commenter. Il restera coi, terme qu'il faut entendre au sens moderne de muet, et non comme son doublet quiet3, puisque l'essentiel du "Livre de Pensée"4 reprend et tente de résoudre le problème que résume l'incipit. Cependant le poème, ouvert et clos sur la même et double interrogation, ne se réduit pas à un constat de carence. La multiforme mélancolie, obstacle à la transparence interne, est dénoncée comme la dominante d'une pensée qu'elle oblitère. Ainsi cette ébauche d'un dialogue de cour, qui se perd en méditation narcissique, est-elle une approche de la conscience de soi, ou plutôt la définition d'un moment du moi, menacé dans sa lucidité et dans son existence par l'invasion d'un ennemi insidieux et fatal.

***

  • 5 Ce point est étudié dans ma thèse, Charles d'Orléans ou La Recherche d'un langage, Paris, Champion (...)

4Lorsque, à propos de Charles d'Orléans, on utilise les mots "moi", "conscience", et à plus forte raison "conscience de soi", on se sent à la fois sur un terrain privilégié et en pleine équivoque. L'œuvre est, dans son ensemble, à la première personne du singulier. Outre les pronoms je, me, moi, présents tous trois dans le rondeau cité, les verbes sans sujet séparé ("suiz" dans le même texte), les adjectifs mon, ma, mes, les nous et les on qui contiennent un je et, jusque dans les croquis rapides ou les scènes de genre, un regard qui colore, une voix qui module le récit, tout révèle l'investissement par la subjectivité. Nous espérons un jour, grâce à un dépouillement lexical, étudier cette omniprésence structurée par le langage. Mais il ne suffit pas de dire je pour être en possession d'un Moi et d'un monde5. Se sentir percevoir, souffrir, vivre, ne suppose pas forcément une personnalité conçue dans son dynamisme et dans sa continuité. Charles d'Orléans, en tant que poète, ne parvient pas toujours à intégrer dans son histoire les phases de son actualité. Attentif jusqu'à la minutie, jusqu'à la myopie, à suivre sa pensée, ou plutôt son penser en train de se former, il sait que rien ne perdure, sinon en se modifiant. Les saisies éphémères et incomplètes, fixées dans le cadre obligé des pièces à forme limitée, ne rendent pas compte de la permanence et de l'unité de l'être.

5A la différence du diariste qui peut à son gré se contenter de notes sans syntaxe ou poursuivre pendant plusieurs jours une réflexion élaborée, l'auteur d'un "canzoniere" se doit de rester fidèle au moule que la mode et son choix initial lui imposent. Pétrarque n'a pas composé que des sonnets, mais c'est dans l'architecture savante et efficace des quatorze vers que se filtre préférentiellement sa matière, l'amour ; le cri nu et l'analyse exhaustive ne sauraient s'y trouver à l'aise. Pour Charles d'Orléans le rondeau s'impose à la fois comme cadre et comme miroir d'un moment. Le retour de sons et de motifs en fait un bon instrument pour observer des facettes et des changements subtils, non pas un facteur de synthèse. Malgré son ampleur, la ballade, avec son refrain et la batterie de ses rimes, est en général moins favorable à l'exploration et à la découverte. Ses strophes comme les pétales d'une corolle dessinent les parties d'un cercle et reviennent vers le centre. Est-ce pour cela que le poète vieillissant, de plus en plus soucieux de son devenir, et de ce qu'il considère comme sa décadence, lui octroie de moins en moins de place ? Quoi qu'il en soit, ses techniques littéraires s'accordent avec sa nature pour définir une manière de percevoir la vie qui passe, et une difficulté d'être, plus qu'une connaissance globale de son individualité. Ainsi, penché de trop près sur l'eau, ne voit-on jamais son visage entier, mais seulement une expression, quelques traits déformés par le souffle du vent et par sa propre haleine : telle est la loi du narcissisme, créant une conscience à soi plutôt que la conscience de soi. Le présent ponctuel de "Que pensé-je ? " oblitère le "Que suis-je ? ".

  • 6 Voir M. D. CHENU, L'Eveil de la conscience dans la civilisation médiévale, Paris, Vrin, 1969.

6Par rapport à l'histoire de la conscience de soi dans la civilisation médiévale, Charles d'Orléans, en tant que poète, échappe à certaines normes et pourtant reflète un courant philosophique. Les deux acceptions du latin conscientia et de ses homologues dans les langues romanes sont pour lui nettement distinctes, alors que, chez ses prédécesseurs et chez beaucoup de ses contemporains elles sont en étroite dépendance. C'est à partir de l'intention, du consentement interne, que se juge le péché. Pour être coupable, il faut savoir ce qu'on est en train de faire. La discipline traditionnelle, fondée sur des critères objectifs et sur les contraintes de la coutume, le cède peu à peu à une morale de la volonté et de la conversion intérieure6.

  • 7 P. MICHAUD-QUANTIN, Sommes de casuistique et Manuels de confession au Moyen-Age, xiie-xvie siècles (...)
  • 8 C'est le rondeau 219, jeu galant qui s'ouvre ainsi :
    Aquitez vostre conscience,
    Et gardez aussi vost (...)

7Dès le xiième siècle Alain de Lille, qu'a lu et qu'évoque Charles d'Orléans, compose un Liber paenitentialis où l'accent est mis sur la contrition plus que sur les sanctions tarifiées. L'obligation de la confession, qui se généralise au xiiième siècle, fait se multiplier des manuels qu'avant la lettre on peut appeler manuels de casuistique7. La pratique judiciaire, avec le recul des divers jugements de Dieu et même du serment, entérinent ces progrès d'une éthique de la personne. L'amour courtois qui soumet l'élan du désir à la mesure, c'est-à-dire à la possession de soi, va dans le même sens. Il s'établit une "dialectique des régulations objectives et de la présence du sujet à lui-même" ; l'analyse de soi est un moyen de fonder l'éthique. Or, pour Charles d'Orléans, les liens sont assez lâches entre ce que, d'une part, les Anglais appellent conscience, les Allemands Gewissen (jugement moral), et ce qu'ils nomment respectivement consciousness et Bewusstsein (connaissance). Si le premier sens apparaît seul dans le lexique des rondeaux (d'ailleurs en hapax dans un poème amusé et convenu adressé à une Belle qui se dit sans Merci8), les notions de valeur, de faute et de salut restent en retrait par rapport au perpétuel souci de faire le point sur ses humeurs, sur son bonheur, son indifférence ou sa souffrance. Le Livre de Pensée note les phrases d'une errance plutôt qu'il dirige un itinéraire. Toute sa "théologie" consiste à mesurer des maux, non à fuir le mal. Encore le poète trouve-t-il cet effort trop rude pour lui :

En douleur et merencolie
Suis, nuit et jour, estudiant ;
Lors je me boute trop avant
En une haulte théologie …
Ro. 49, vers 8-11.

  • 9 Proverbe cité en des contextes divers par Guillaume d'Occam et par Charles d'Orléans.
  • 10 Nous renvoyons aux nombreuses biographies de l'auteur, dont celle d'Enid MAC LEOD, Charles of Orle (...)

8Contraire à la pratique religieuse et aux nécessités juridiques dont pourtant le Prince, dans sa vie quotidienne, ne n'est jamais éloigné, cette poétique de la subjectivité sans critère n'est pas sans répondant théorique. La bibliothèque de Charles d'Orléans ne révèle pas une lecture directe de ces penseurs qui, au xivème siècle, ont sapé la croyance aux universaux, allant jusqu'à nier l'existence d'un ordre fixe au fond des choses. Mais les courants de pensée marquants atteignent par ricochets des cercles en apparence étrangers aux écoles où ils fermentent et la cour de Blois semble en accord avec Guillaume d'Occam, pour qui il n'est d'autre connaissance qu'intuitive et individuelle. L'homme peut former des jugements contingents, et sur les choses sensibles, et sur lui-même. Toute superstructure métaphysique semble vaine, toute réalité universelle étrangère à l'âme. La loi perd ses garants, le moi sa stabilité lorsque la foi en up système cohérent s'effrite et que Dieu même n'est pas plus connu de nous que la couleur des aveugles nés9. Et comment ne pas être perméable au doute lorsque, neveu de roi, on voit s'accumuler les deuils et les humiliations, lorsqu'on a passé un quart de siècle, de vingt à quarante-cinq ans, dans l'exil parfois doré, parfois plus rude, toujours amer, du prisonnier devenu objet de marchandage et de chantage ?10.

9Sans prétendre collationner et jauger les circonstances qui érodent la personnalité et atomisent son reflet poétique, on ne peut s'étonner de trouver, dans l'œuvre de Charles d'Orléans, non un portrait en pied ou une galerie de figures bien typées, mais seulement des approches de la conscience de soi. Il faut prendre approches aux deux sens de "mouvements en direction d’un objet" et d’approximations, et noter le pluriel qui, en connotation laisse deviner l’allure incertaine, sinueuse ou brisée des démarches, comme les limites de la conquête.

***

10Les approches les plus fréquentes et les plus prégnantes du moi sont d’ordre analogique. Charles d’Orléans est le spécialiste des montages allégoriques dans lesquels les éléments d’un paysage ou d’une scène familière correspondent aux pulsions, aux sentiments, aux obstacles qui composent un état intérieur. Le procédé se développe autour de syntagmes qui constituent des variations sur un même schéma. Un substantif emprunté au non-moi, accompagné d’un complément, ou plutôt d’une apposition qui renvoie au psychisme, donne l’élan et reste au cœur du poème. La vertu incantatoire d’expressions telles que la Forêt de Pensée, la Forêt d’'Ennuyeuse Tristesse, le Bois de Mélancolie, le Jardin de Pensée, la Nef d'Espérance, celle de Désireux Vouloir, les Vagues de Tourment, le Puits de Mélancolie, le Chastel du Cœur, le Manoir de Nonchaloir, la Maison et la Chapelle de Douleur … n'a pas fini de nous fasciner. Le mouvement de balancier s'établit entre les deux domaines que les Occamistes réservent à nos faibles lumières, la sensation du concret, l'intuition du vécu. L'appel aux données sensibles réduites à l'état de signifiants trouble-t-il le tain du miroir où se cherche la psyché, ou aide-t-il à toucher la vérité de l'être ? La réponse ne peut être proposée qu'au coup par coup, en fonction du champ sémantique des comparants. Par exemple la belle ballade qui s'ouvre sur :

  • 11 Outre les deux pièces de Charles d'Orléans, l'édition Champion rassemble douze ballades sur ce thè (...)

Je meurs de soif en couste la fontaine …
(Bal 100)11

11véhicule, avec les mythes de Narcisse et de Tantale, fondus et digérés par le Je, une thématique des contradictions qui tend à infléchir l'autoportrait vers le dédoublement, voire le duel interne. L'écho négatif qu'en offre une pièce plus tardive :

Je n'ay plus soif, tairie est la fontaine …
(Bal 120)

12est-il le fruit logique d'une image filée, ou l'aveu qu'un désir s'éteint et qu'une verve s'épuise ? Semblable sur ce point à tous les tropes, la métaphore est une machine à penser qui, selon les cas, fonctionne comme instrument de découverte, ou comme fabrique de faux, ou plus subtilement comme agent de métamorphose et, pour reprendre les mots d'un autre poète, comme "mentir-vrai".

**

13Les figures tirées du domaine du langage sont dominantes au point qu'elles introduisent ou complètent une partie des autres. Elles exigent un examen particulier, car le glissement vers la conscience, vue comme parole ou écrit intime, est alors aussi naturel que discutable. Le célèbre rondeau 33 :

Dedens mon Livre de Pensée,
J'ay trouvé escripvant mon cueur
La vraye histoire de douleur,
De larmes tout enluminée …

14saisit l'homme au moment où il s'aperçoit, en abîme, dans l'acte de créer. Il postule cette identité du Je textuel et du Je existentiel qu'aujourd'hui la critique veut récuser. Il faut reconnaître que l'éclat du manuscrit précieux aux larmes d'argent date et met en doute la certitude qu'il illustre.

  • 12 Ballades 1, 2, 5, 9, 11, 12, 13, 15, 16, 19, 22.

15Constatons, pour situer le propos, que bien des pièces sont des lettres, des apostrophes, des dialogues ébauchés ou complets, supposant un ou plusieurs interlocuteurs réels, sans médiation du symbole. Tout au plus peut-on risquer le terme de "métalangage", puisque l'auteur plie sciemment aux lois du jeu poétique les formes de la prose habituelle. Voici un cas privilégié : la moitié des ballades numérotées de 1 à 2212 commence sur le moule de la première :

Belle, bonne, nompareille, plaisant
Je vous suppli, vueilliez me pardonner …

16Le vocatif de litanie, 1'impératif à la seconde personne et le Je peuvent être dans un ordre varié. La ballade 2 en témoigne :

Vueillez vos yeulx emprisonner,
Et sur moy plus ne les giettez ;
Car quant vous plaist me regarder
Par Dieu, Belle, vous me tuez …

17Ces trois éléments, qui coïncident avec les topiques du lyrisme amoureux, constituent le début normal des lettres personnelles du prisonnier :

Mon gracieux cousin, duc de Bourbon,
Je vous requier, quant vous aurez loisir,
Que me faittes, par balade ou chançon,
De vostre estat aucunement sentir … (Bal. 84).

18Les destinataires, souvent plus diplomates que poètes, se doivent de répondre en vers, même sur des problèmes politiques. C'était une façon comme une autre de formaliser les rapports officiels ; elle n'a pas eu grand avenir. En revanche l'échange de dialogues rimés, au sein d'une cour, s'est révélé plus fécond. A Blois, un chassé-croisé de rondeaux s'établit entre le maître et ses favoris, comme Frédet, ou ses hôtes, comme René d'Anjou dit Cécile (roi de Sicile). Cette fermentation poétique postule une excitation, une activité langagière organisée, fort éloignées de la souplesse savamment rodée qui caractérisera les conversations de l'âge classique. On est plus proche des joutes verbales si bien définies par Montaigne dans son Art de conférer.

19Le bruit de fond des mots qui rebondissent et qu'il faut rattraper produit sur Charles d'Orléans, qui le suscite et le supporte, des effets modulés selon l'heure et l'humeur. Parfois il en a besoin comme d'un divertissement ou d'une drogue :

Quant me treuve seul, a par moy,
Et n'ay gueres de compaignie,
Ne demandez pas si m'enuye …
… Mais s'entour moy plusieurs je voy,
Et qu'on rit, parle, chante ou crye,
Je chasse hors Merencolye …
Rondeau 395, vers 1-3 et 9-11.

20A distance et à froid, il se reproche d'avoir été pris par la parole jusqu'à la perte du contrôle de soi :

Regarde et oy,
Va peu parlant …
Pense de toy …
Ro. 151, vers 9-10 et 13.

21Hanté par toutes les formes d'impuissance, il lui arrive de se sentir inapte au jeu oû il a jadis brillé : il demande l'indulgence :

… Combien que je congnois et sçay
Que mon langage trouveray
Tout enroillé de Nonchaloir …
Ballade 72, vers 9-12.

22Ici le langage n'est pas le signifiant mais le signifié d'une comparaison complexe, où la rouille qui attaque l'outil équivaut à l’ankylose de l’esprit créateur.

23Au pis la rumeur qui l'entoure devient pour l'homme las une intolérable agression. Trop courtois pour chasser effectivement les bavards, il le fait en différé :

Laissez moy penser à mon ayse,
Helas, donnez m'en le loisir ;
Je devise avecques Plaisir,
Combien que la bouche se tayse . .,
Rondeau 58, vers 1-4.

24Nous touchons à un aspect paradoxal de l'introspection. Un homme excédé par le harcèlement des voix qui font barrage à sa méditation réclame la solitude et le silence ; mais c'est pour imaginer aussitôt une autre présence, un "devis", dans cette autre chambre qu'il désigne précisément ailleurs :

25En la chambre de ma Pensée … (Bal. 119, vers 1)

26Les modèles refusés de l'apostrophe, du dialogue, de la dispute, s'imposent spontanément pour la saisie du champ de la conscience. On constate cette structuration analogique du moi par le discours dans plusieurs pièces :

… Quant a mon lesir estre puis
Et avecques Pensée suis,
En mes maux prens alegemens …
...
Lors lui dy : "Ma maistresse, et puis
Serons-nous ainsi jours et nuis ?
G'y donne mes consentemens".
(Rondeau 84, vers 2-4 et 10-12)

27et :

Il n’est nul si beau passe-temps
Que se jouer a sa Pensee.
Elle dit : "A ce je m’actens …
(Rondeau 406, vers 7-9)

28Ici Pensée parle, là elle écoute. Son interlocuteur est le Je global dont elle est l’une des instances.

29Ces mouvantes instances du moi, ce n’est pas notre propos de les définir. Seules nous retiendrons les démarches qui, pour les cerner, puisent leur technique et leur lexique dans l’espace du langage, plutôt que dans les paysages et les mouvements.

30Centre respecté de son cercle, épris de la parole malgré qu’il en ait, Charles d’Orléans a l’habitude de 's'adresser aux autres plus souvent qu'il n'est questionné. Par delà les êtres de chair, il en appelle à Notre Dame, à la France, aux saisons ;

Priés pour paix, doulce Vierge Marie …
(Ballade 76)
France, jadis on te souloit nommer …
(Complainte 1)
Yver, vous n'estes qu'un villain …
(Rondeau 333)

31Le pli est pris. Il apostrophe les nouvelles, empruntant le visage du messager, le poème, confondu avec son auteur :

Venez vers moy, Bonne Nouvelle …
(Ballade 31)
Va, ma balade, prestement …
(Ballade 87, vers 27).

32De même sont prises à partie ces entités souvent hostiles que l'allégorie situe dans les zones franches, à l'orée mal gardée du Moi. Telle est Fortune, déjà citée ; telles sont Jeunesse l'infidèle et Vieillesse l'abusive qui sera assignée en justice :

Pourquoy m'as-tu vendu, Jennesse …
(Ballade 121)
Mon cueur vous adjourne, Viellesse,
Par Droit, huissier de parlement …
(Ballade 122)

33et celle qu'on n'attendait pas :

Las, Mort, qui t'a fait si hardie
De prendre la noble Princesse …

34Les élans, les émois, les attentes que nous distinguons mal dans l'ensemble opaque d'un moment de la conscience, sont isolés et traités comme s'ils venaient d'un champ transcendental impersonnel, enveloppant un moi poreux, peu sûr de ses frontières. Bornons-nous à quelques exemples :

Amours, a vous ne chault de moy,
M'a moy de vous, c'est quicte et quicte …
(Rondeau 367).

Avancez-vous, Espérance,
Venez mon cueur conforter …
(Carole 2)

Tousjours dictes : "Je vien, je vien",
Espoir ! Je vous congnois assez …
(Rondeau 314)

Allez, allez, vielle nourice
De Courroux et de Malle Vie,
Rassoutée mere Ancolye
Vous n'avez que deul et malice …
(Rondeau 195)

35Non content de discuter avec les passants qui le traversent et les hôtes qui s'installent en lui, le moi se différencie en parties interconnectées qui dialoguent entre elles ou avec les visiteurs. Les yeux et les oreilles, substituts du corps, ce grand absent, sont les responsables des pires intrusions du monde :

Sot eueil, raporteur de nouvelles,
Ou vas tu … (Rondeau 50)

Ne m'en racontez plus, mes yeulx …
(Rondeau 95)

Noz oreilles, aussi noz yeulx,
Ne croyons de legier jamais …
(Rondeau 293, vers 3-4)

36Aspect le plus vulnérable de l'être, le cœur séduit par l'aventure est sans cesse mis en garde :

Mon cuer, n'entrepren trop de choses …
(Rondeau 90)

Mon cuer, il me fault estre mestre
A ma fois, aussi bien que vous …
(Chanson 67)

37Il a ses propres organes de sens, qu'il faut surveiller :

Mon cuer, estouppe tes oreilles …
(Rondeau 307)

De tes lèvres les portes closes
Penses de saigement garder …
(Rondeau 64, vers 9-10)

38Tant d'ordres et de prières supposent des réponses des discussions qui tantôt sont résumées, tantôt rapportées avec toutes les combinaisons offertes par le style indirect et le style direct. En voici deux échantillons :

Espoir ne me fist oncques biens,
Souvent me ment pour me complaire
Et assez promet sans rien faire …
(Rondeau 190)

Je congnois assez tels debas
Que l'ueil et le cueur ont entre eulx.
L'un dit : Nous serons amoureux,
L'autre dit : Je ne le vueil pas.
Raison s'en rit, disant tout bas :
Escoutez moy ces malheureux …

......
Lors m'en vois, plus tost que le pas,
Et les tanse si bien tous deux
Que je les laisse treshonteux.
Maintefois ainsi me combas …
(Rondeau 73, vers 1-6 et 9-12)

39On n'entend ni Je ni Raison, qui prennent une distance ironique à l'égard du désir et de la prudence - l'œil et le cœur - dont les paroles ne sont que partiellement citées : on devine qu'elles se répètent. Le récit linéaire déploie dans le temps de l'écriture la simultanéité du désordre intérieur.

  • 13 Rondeaux 203, 242, 243, 287, 351.

40Les luttes intestines se traduisent parfois comme les Débats que le théâtre a mis au point. L'éditeur Pierre Champion a souligné ce caractère scénique par des tirets, parfois par la mention du nom des "personnages". Des cinq rondeaux qui suivent ce schéma13, aucun ne naît d'un événement fortuit, tous traduisent un malaise né de la conscience, enfermé en elle, et qui ne parvient pas à s'apaiser. De mètres variés, ces pièces établissent entre les contraintes du vers et les exigences du dialogue des formes original d'équilibre. La brisure de l'octosyllabe et l'enjambement traduisent la violence nerveuse de l'obsédé, au début du rondeau 287 :

Qu'est cela ? - c'est Merencolye.
- Vous n'entrerez ja. - Pourquoy ? – Pource
Que vostre compaignie acourse
Mes jours, dont je fois grant folie,

41L'heptasyllabe se plie aux saccades de la colère et du sarcasme ;

D'espoir ? Il n'en est nouvelles,
- Qui le dit ? - Merencolie.
- Elle ment. - Je le vous nye,
- Aa ! Vous tenez ses querelles !
(Rondeau 351)

42Les métaphores qui utilisent le langage à deux degrés, comme médium obligé et comme signifiant choisi, exploitent le "pouvoir verbalisant" de la conscience, ses réussites et ses échecs. Certaines renvoient à l'expérience linguistiques du poète, dans toute sa singularité, qui était grande parmi ses contemporains et qui le reste par rapport à la norme actuelle. En effet, l'accueillante cour de Blois recevait des visiteurs venus de lointaines provinces et même de bien au delà, ce qui requérait la présence de ces traducteurs que Molière nomme encore truchements. Mais, à titre personnel, Charles d'Orléans n'avait guère besoin de tels intermédiaires. Fils d'une Milanaise, excellent latiniste, exilé un quart de siècle Outre-Manche, il avait composé en latin et en anglais, savait l'allemand et comprenait les dialectes d'Oīl et d'Oc recouverts tant mal que bien par la koïné d'Ile de France. Nourrissant de tout bois son feu poétique, il fait entrer dans l'univers du symbole et les traducteurs, et les effets de la polyglossie. Deux rondeaux se développent sur le premier de ces thèmes. L'un s'inspire de la remise des lettres de créance par un messager :

Le trucheman de ma pensée
Qui est venu devers mon cueur
De par Reconfort, son seigneur,
Lui a une lettre apportée …
(Rondeau 210)

43Après la dépression se produit une montée des forces neuves, de l'énergie vitale, vers le cœur qui devient courage.

44Sur le même incipit, le rondeau 211 est d'une autre originalité :

Le trucheman de ma pensée
Qui parle maint divers langaige,
M'a rapporté chose sauvaige
Que je n'ay point acoustumee.

En Français le m'a translatée
Comme tresouffisant et saige …
...
Quant mon cueur l'a bien escoutee,
Il lui a dit : Vous faittes raige,
Venez vous d'estrange contrée,
Le trucheman de ma pensée ?
(Rondeau 211, vers 1-6 et. 9-13)

45Note à l'attention de Mesdames et Messieurs les lecteurs des Mélanges Pierre JONIN

46Le bureau du C. U. E. R. M. A. vous prie de tenir compte des deux errata suivants :

471/ page 226 ligne 15

48lire … mais qui peut être jugé différemment …

492/ ajouter au volume la page 540 bis ci-contre.

50La conscience dispose donc d'un interprète qui fait passer des messages inouïs dans la simple langue du quotidien - en l'occurrence, le français, mais n'importe quel parler conviendrait. Même mise en clair, la matière ne laisse pas d'être étrange, aux deux sens du terme : étrangère à nos "lieux communs", et si étonnante qu'elle semble sauvage et folle. Les souvenirs d'un long exil et de ses silences ont peut-être guidé Charles d'Orléans vers une révélation que nous pressentons tous. L'acuité de l'attention, ou une sorte de grâce, permettent d'explorer un royaume bien plus éloigné que l'Angleterre, que "l'Inde et que la Chine", ce monde qui agit et qui s'agite sous la surface du moi, nos profondeurs, ou, comme nous baptisons tant mal que bien, notre inconscient. Celui qui réussit à tirer ses ombres vers le jour peut se dire, avec Aragon :

51En étrange pays dans (son) pays lui-même.

52Le rondeau 211 est un bel acte de foi dans les vertus du langage comme moyen de communication avec le plus caché du moi.

53Mais le traducteur n'est pas toujours efficace. Alors les diverses structures linguistiques s'enchevêtrent, figurant la confusion mentale :

… Cueur endormy en pensée,
En transe, moitié veillant …
...
Tout met en galimafree,
Lombart, Anglois, Alemant,
François, Pi cart et Normant ;
C'est une chose faee…
(Chanson 80, vers 7-12).

54A la limite, l'ouïe, la vue et la parole cessant leur office, on est :

Aveugle et assourdy
De tous poins en nonchaloir.
(Chanson 85)

  • 14 Voir Henri EY, La Conscience, PUF, 1968.

55Choisies parmi d'autres, parentes, ces métaphores attestent que les mots tantôt éclipsent, étouffent, tantôt ordonnent, libèrent ou explorent la conscience14. Peut-être le poète n'a-t-il pas transmis par l'écriture tout ce que son trucheman a translate, sans doute est-il rescé, pour lui, beaucoup de choses sauvages… "En la forest de (sa) pensée …" (Rondeau 197, vers 3). Mais avec sa musique discrète et, pour les distraits, désuète, il touche à une question demeurée ou redevenue essentielle. Il rend sensible la lumière du langage et aussi l'ombre que, parfois, il projette sur un moi dont, aux yeux de Charles d'Orléans, il semble bien que la genèse précède et que la nature dépasse nos possibilités d'expression. Cette marge laissée à l'indicible donne tout son prix à l'écoute intérieure, et à une poésie du devenir-conscient.

Notes

1 Charles d'Orléans, Poésies, publiées par P. Champion, Paris, Champion, CFMA, n° 34 et 56. Rondeau 220. Toutes les références renvoient à cette édition.

2 Heure vient de eur, chance bonne ou mauvaise, mais a le plus souvent une acception favorable, celle de nanti ou béni. L'emploi est ironique.

3 La graphie quoy, fr. moderne coi, est étymologique : le mot vient de quetus pour quietus.

4 L'expression, à l'incipit du rondeau 33, désigne de façon obvie le manuscrit du poète et, par métaphore, la conscience reflexive.

5 Ce point est étudié dans ma thèse, Charles d'Orléans ou La Recherche d'un langage, Paris, Champion, 1975, p. 675, ss.

6 Voir M. D. CHENU, L'Eveil de la conscience dans la civilisation médiévale, Paris, Vrin, 1969.

7 P. MICHAUD-QUANTIN, Sommes de casuistique et Manuels de confession au Moyen-Age, xiie-xvie siècles, Louvain 1962, Analecta Medievali namurcensia, 13.

8 C'est le rondeau 219, jeu galant qui s'ouvre ainsi :
Aquitez vostre conscience,
Et gardez aussi vostre honneur …

9 Proverbe cité en des contextes divers par Guillaume d'Occam et par Charles d'Orléans.

10 Nous renvoyons aux nombreuses biographies de l'auteur, dont celle d'Enid MAC LEOD, Charles of Orleans, Prince and Poète, London 1962.

11 Outre les deux pièces de Charles d'Orléans, l'édition Champion rassemble douze ballades sur ce thème ; ce sont les ballades dites du Concours de Blois.

12 Ballades 1, 2, 5, 9, 11, 12, 13, 15, 16, 19, 22.

13 Rondeaux 203, 242, 243, 287, 351.

14 Voir Henri EY, La Conscience, PUF, 1968.

Auteur

Université de Nice

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540