Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Linguistique et ordinateur : quelques problèmes théoriques à propos de l’Ancien Français

Hélène Nais

Texte intégral

1Depuis que l'équipe d'ancien français du C.R.A.L. de Nancy tente de faire automatiquement l'analyse grammaticale des mots d'un texte (en l'occurrence la Conqueste de Constantinople de Villehardouin), nous nous heurtons à des problèmes théoriques d'autant plus ardus que nous ne disposons pas, pour l'ancien français, de données grammaticales aussi sûres que pour le français moderne. Nous ressentons cruellement le fait que, à proprement parler, nous "ne savons pas" l'ancien français : en langage chomskyen, nous n'en avons pas la compétence. Cette ignorance est encore aggravée par le fait que nous ne disposons pratiquement pas de grammaires contemporaines de nos textes, en tout cas pas pour le xiiie siècle en français. Bien plus, tout laisse présager que, même si nous disposions de telles grammaires, elles nous seraient d'un assez faible secours. Les historiens modernes de la grammaire, J.Cl. Chevalier en tête, dont montré les faiblesses du métalangage des grammairiens anciens, lesquels continuent au début de l'âge classique à décliner les substantifs français en cas, à ignorer l'article ou le conditionnel ou à proposer un optatif pour les verbes français... comme pour les verbes latins, où il n'existe pas davantage, parce que cette nomenclature grammaticale a été conçue pour le grec, et secondairement pour le latin. C'est ainsi que nous ne pourrions pas utiliser le témoignage des contemporains, même s'il existait, pour résoudre les difficultés que nous pouvons rencontrer à identifier les classes de mots.

  • 1 On aura compris qu'il ne s'agit pas là de l'ambiguĭté avec les formes verbales conjuguées, de 5ème (...)

2De proche en proche, nous avons ainsi été amenés à reprendre à la base toute la morpho-syntaxe du français, en essayant d'isoler au maximum les faits de morphologie et les faits de syntaxe. En vérité, lorsque l'on se contente d'introduire à la main, en précodant, l'analyse en même temps que les mots du texte, on occulte la plus grande partie des problèmes et l'on peut très bien se contenter d'introduire les analyses proposées par les manuels, même les plus élémentaires à l'usage de nos étudiants. Plus exactement, on traite ainsi l'ancien français pratiquement comme si c'était du français moderne et l'on n'éprouve que les difficultés que l'on rencontrerait aussi en français moderne avec les mots qui sont à la frontière entre plusieurs classes et qui ont donc un comportement syntaxique ambigu. Et ce sont les exemples classiques des participes et des adverbes. La nécessité de formaliser entièrement les analyses et d'obliger à prendre des choix, par exemple la notion d'adjectif substantivé est impossible, il faudra classer le mot dans les adjectifs ou dans les substantifs, et si cet adjectif est lui-même un ancien participe, on voit la difficulté de classer une forme comme bleciez, par exemple, ou croisiez1. Pour ce dernier mot, par exemple, lors de notre analyse faite au long du texte, nous avons ainsi engrangé les trois analyses : adjectif, substantif et verbe, parce que nous faisions une analyse fonctionnelle et qu'il suffisait de la présence d'un article pour que l'analyse "substantif" soit retenue. En réalité, la difficulté qui déroute le classificateur est attestée dès les débuts de l'histoire de notre grammaire occidentale : la notion même de participe atteste l'embarras des grammairiens antiques, ainsi que le fait d'avoir attribué une classe spéciale à ces formes. Il est assez remarquable qu'en l'occurrence les Anciens aient raisonné exactement de la même façon que des modernes aux prises avec des contraintes d'ordinateur : lorsque l'on pourrait avoir des raisons de classer des formes dans deux classes différentes simultanément, on ne peut s'en tirer qu'en ouvrant une nouvelle classe. Nous avons retrouvé le même problème avec les cardinaux qui peuvent être nominaux purs, déterminants ou adjectifs et que nous avons ainsi dû constituer en classe autonome. On voit ainsi que l'informatique fait retrouver les vieux problèmes de formalisation chers à l'Antiquité et au Moyen Age.

3Si nous essayons d'atteindre un degré suffisant de généralité, en nous dégageant de l'analyse au ras du texte, nous prenons conscience qu'il faut essayer de distinguer les données morphologiques et les données syntaxiques, en particulier les faits de flexions et les faits de chaînes, et aussi des notions déjà plus chargées de sémantisme : les fonctions. L'ancien français étant une langue à flexions, il vient assez naturellement à l'esprit d'utiliser ces flexions pour "reconnaître" les formes et chercher à leur attribuer leurs fonctions et, partant, de prévoir déjà un peu le comportement de ces formes dans la chaîne phrastique. Mais comme, en même temps, ce dernier comportement permettra aussi de déterminer les fonctions, il faudra être très avisé pour ne pas tourner indéfiniment en rond, en continuant à chercher ce que l'on sait déjà ou au contraire en ayant besoin du résultat de la recherche pour effectuer la recherche en question (par exemple savoir si un mot est substantif ou verbe pour déterminer si le mot qui le précède est article ou pronom... et réciproquement : ambiguïté du type de la porte).

  • 2 Nous nous permettons de citer d'après le ms. B et l'édition de ce manuscrit par le C.R.A.L., Nancy (...)

4En se plaçant à un degré de généralisation suffisant, selon les critères fonctionnels, on aboutit à un classement à deux termes, les mots appartenant au groupe nominal ou au groupe verbal, encore que l'on puisse trouver des noms dans le groupe verbal. Cependant en réduisant au maximum, on aboutit à une opposition fondamentale verbe/nom. Or, si l'on se place au niveau purement formel, on aboutit à une opposition qui ne recouvre absolument pas la précédente, si on la veut à deux termes, : l'opposition mot variable/mot invariable On ne retrouvera l'opposition verbe/nom qu'à l'intérieur de la catégorie des mots variables, tandis que les invariables, au moins pour certains d'entre eux, se classent soit dans le groupe verbal, soit dans le groupe nominal, soit sont eux-mêmes constituants de phrase ; cas de moult par exemple en ancien français. C'est ainsi que nous lisons dès la 5ème phrase du 2ème § de la Conqueste de Constantinople2 :

"si s'en esmurent moult les cuers des genz
(moult dans le groupe verbal)
et moult s'en croisierent..."
(moult constituant nominal, "sujet" ici).

5Un peu plus loin (§ 45, phrase 2), nous lisons :

"Ilec trouva moult grant plenté d'abez et de barons"
(moult dans le groupe nominal).

6D'autres emplois de moult seront peut-être plus ambigus :

"moult en firent grant joue et moult prisierent l'afere" (§34, phrase 1).

7Mais si nous en revenons aux critères d'identifications des classes de mots en ancien français et si nous restons dans la morphologie uniquement, il nous faut immédiatement faire justice des faux invariables. On sait en effet qu'un certain nombre de substantifs en ancien français comme en français moderne sont "invariables", comme mois ou marz (le mois). Nous pouvons justifier à nos propres yeux leur classement parmi les substantifs, sur plusieurs critères, étymologiques et sémantiques et syntaxiques. Si marz ne varie pas sur l'axe paradigmatique des sujets ou régimes, singuliers ou pluriels, on peut le mettre sur un autre axe paradigmatique, sémantique celui-là, et faire commuter "mars" avec "janvier, février, avril", etc. tous substantifs qui seront variables eux sur les axes des sujets singuliers ou pluriels, etc. Le caractère "non-variable" devient aussi très secondaire parce que le mot marz garde toutes les autres aptitudes des substantifs, y compris celle de commander des "accords" et les éventuels déterminants, adjectifs, verbes qui se rapporteraient à ce mot, prendraient les marques qu'il ne porte pas de manière visible. Nous avons ainsi des invariables qui sont des variables virtuels. Cependant, il faut reconnaître que ce sont des faits de chaîne qui ont pris le relais de la morphologie pure, prise ici en défaut.

  • 3 Dans un premier temps, il n'est pas tenu compte du pronom relatif, ni des cardinaux, que l'on retr (...)

8Mais il est temps d'aborder les subdivisions de l'une des deux grandes classes que nous avons déjà déterminée : selon le critère de la variabilité : la classe des variables. Comme nous l'avons déjà vu, la première subdivision recouvre la grande opposition verbe/nom, fondement de tout un grand courant de la linguistique moderne. Sur des critères purement formels, on voit bien que la flexion verbale avec ses modes, ses temps, ses personnes, ces dernières recouvrant la catégorie du nombre, se distingue nettement de la flexion nominale avec ses cas, genres et nombres. Et nous avons été ainsi amenés à chercher si nous ne pourrions pas continuer plus loin et établir les différentes classes nominales, sur des critères uniquement flexionnels, au moins dans un premier temps, tout en tenant compte au maximum de la signification de ces flexions3.

9Il nous est apparu que l'on pouvait ainsi aller du moins au plus dans la variabilité des flexions : nous avons ainsi isolé d'abord la classe des substantifs, qui portent en eux-mêmes la catégorie du genre, mais ne la traduisent pas par un morphème spécial, tout en la marquant peut-être néanmoins dans la flexion. D'autre part, le plus grand nombre d'entre eux ont un seul morphème flexionnel, la désinence -s qui peut prendre différentes formes graphiques (-z, -x) et causer des "accidents" phonétiques ou graphiques à la finale de la forme de base. Quelques masculins et un nombre plus restreint encore de féminins ont un paradigme morphologique plus complexe avec deux formes de radical. Mais on peut dire que la majorité des substantifs se caractérise par la possibilité de s'adjoindre le morphème grammatical -s sur la signification duquel on ne peut pas se prononcer si on ignore le genre du substantif et si, d'une façon plus générale, le mot n'est pas situé dans une phrase. Je reviendrai sur ce point plus tard, mais noterai simplement pour l'instant que, au moins dans l'ancien français du ms. B de Villehardouin qui a fait l'objet de notre étude le morphème -s n'a pas la même signification dans les substantifs masculins et féminins, ce qui serait une sorte d'aboutissement des flexions différentes pour le masculin et le féminin qui caractérisent les langues indoeuropéennes.

10Le critère de la variabilité en genre va d'ailleurs apparaître nettement dès que l'on aborde la classe suivante, celle des adjectifs. Le plus grand nombre d'entre eux, en effet, "varient en genre", c'est-à-dire qu'ils présentent un morphème spécial -e pour le féminin. En outre, avec ou sans morphème spécial de féminin, ils présentent comme les substantifs le morphème -s, que l'on doit interpréter différemment suivant que l'adjectif est au masculin ou au féminin. Cette double caractéristique sert à identifier la classe des adjectifs qualificatifs. On peut y rattacher sans aucune difficulté les adjectifs ordinaux qui morphologiquement sont de véritables adjectifs qualificatifs et d'ailleurs leur comportement syntaxique est identique aussi. Il en est de même pour les adjectifs possessif, mais ceux-ci en ancien français ont un radical spécial pour le féminin qu'ils ne forment pas encore par simple adjonction d'un -e. On trouve ainsi par exemple dans le ms. B de la Conqueste un adjectif possessif sien/siens au masculin et seue (ou soe)/seues au féminin. A cette différence près, les adjectifs possessifs de ce type peuvent se ramener au type général des adjectifs. Il en est de même pour la plupart des adjectifs indéfinis (aucun, chascun, etc., y compris l'article indéfini un et l'adjectif tot, qui a simplement une forme anormale de "cas-sujet masculin pluriel" tuit).

11En regard, nous pouvons former une sous-classe de "déterminants", dont le type serait l'article défini, lequel offre une flexion à quatre formes, sans que l'on puisse déceler une véritable désinence ; ce sont plutôt des mots-morphèmes grammaticaux, chacune des formes étant un morphème séparé. Le trait distinctif de l'article est de présenter une forme les qui neutralise l'opposition féminin/masculin (au "cas-régime"). En outre, le masculin présente deux autres formes li et le et le féminin une seule la, c'est-à-dire que pour l'article féminin, l'opposition cas-sujet/cas-régime n'est pas pertinente. Bien qu'il comporte une autre répartition des formes, le possessif du type scn peut se rattacher à la sous-classe des déterminants. Néanmoins, il est encore à mi-chemin des adjectifs et des déterminants. Son masculin considéré isolément serait assez semblable à celui de tot. Que l'on compare :

12leurs masculins

13"Cas-suj. sg." ses toz

14"Cas-rég. sg." son tot

15"Cas suj. pl." si tuit

16"Cas rég. pl." ses toz

17et leurs féminins

18sa tote

19sa tote

20ses totes

21ses totes

22En réalité, la triple possibilité d'analyse pour ses, n'est pas toujours réalisée en a. fr. et en tout cas l'évolution n'est pas terminée vers le parallèle avec l'article qui sera beaucoup mieux réalisé en fr. mod.

23L'évolution vers le déterminant reste encore en pointillé pour le démonstratif. En effet, l'a.fr. dans un texte comme le ms. B de Villehardouin comporte déjà une forme de pluriel indifférenciée masculin/féminin : ces et il existe déjà une forme réduite de masculin ce, mais les autres formes restent communes à celles du pronom ; tout au plus peut-on ajouter que, en B, on n'a aucune forme de pluriel du type ceus, celes, cestes, ou cez, mais il n'en est pas de même en O qui a encore sporadiquement celes et cez, ce qui tend à montrer que la langue de B est plus "jeune". Mais avec ces mots nous sommes plutôt dans la déclinaison de pronom.

24La déclinaison de pronom nous a paru suffisamment caractérisée pour mériter facilement une classe, mais il convient néanmoins de justifier son existence. C'est probablement avec le pronom personnel que l'on peut le mieux discerner les traits pertinents qui distinguent cette classe, bien que les pronoms personnels, ou du moins les formes traditionnellement recouvertes par cette définition, ne soient pas tout à fait morphologiquement cohérents. Les personnels proprement dits ont neutralisé l'opposition du genre non seulement au pluriel mais aussi au singulier, ceci étant valable pour les personnes 1, 2, 4, 5 et aussi à la 3ème réfléchie (forme commune avec la 6ème personne, c'est-à-dire que le réfléchi a également neutralisé l'opposition de nombre). De plus, les personnes 4 et 5 sont en fait de "faux invariables" qui, avec une seule forme, peuvent occuper toutes les fonctions. Le véritable trait distinctif des pronoms est de présenter une flexion à trois formes, au moins au singulier je, me, moi ; tu, te, toi avec se et soi, sans sujet pour le réfléchi. Reste la 3eme personne non réfléchie, susceptible de varier en genre et en nombre, bien qu'elle présente quelques lacunes de ce côté.

25Au sujet de cette 3ème personne, un problème se pose : ne devrait-on pas considérer qu'il s'agit du même mot que l'article défini ? L'étymologie pourrait justifier une telle position, mais au niveau de l'ancien français, les deux mots paraissent bien différenciés, morphologiquement. D'abord, s'il est vrai que toutes les formes de la série de l'article se retrouvent dans celle du pronom, l'inverse est loin d'être vrai, puisque le pronom présente en plus il, ele, eus, eles et leur et ceci nous paraît un critère formel décisif. D'autre part, si l'on considère la valeur sémantique des morphèmes "communs", on constate que, s'il y a identité totale pour le, et partielle pour la et les (y-compris la neutralisation de l'opposition de genre pour cette dernière forme), li n'a pas du tout la même valeur dans l'une et l'autre série, cette forme étant caractéristique du masculin et du "cas-sujet" dans l'article et du cas-régime dans l'autre, avec neutralisation de l'opposition de genre. Nous avons donc bien avec il une série différente de celle du déterminant et la présence d'une déclinaison à trois cas, au singulier et au pluriel, cette fois, permet de confirmer l'appellation traditionnelle de pronom.

  • 4 Ajoutons que, en revanche, autrui et nului, etc. sont uniquement pronoms.

26Nous rangerons encore dans cette classe les démonstratifs, qui, en dehors des formes notées précédemment comme "déterminants" (ce et ces), appartiennent à la déclinaison de pronom à trois cas au masculin singulier et deux cas au féminin singulier. Comme le pronom il, la forme dite de cas-sujet au masculin neutralise l'opposition de nombre (trait commun avec l'article) : cil et cist. Deux autres pronoms sont encore caractéristiques au singulier nul et autre avec les formes nului et nuli, autrui et autri parallèles à celui, celi ; cestui, cesti et lui, li, pour le masculin et le féminin. Nous avons ici un critère purement formel pour délimiter la classe et comme, dans le ms. B de Villehardouin par exemple, on trouve des formes comme celui, celi, etc. aussi bien dans des emplois de déterminants que de pronoms, il nous est impossible de discerner formellement les déterminants des pronoms dans les démonstratifs, à la différence des possessifs, où l'on peut distinguer facilement les déterminants des adjectifs. Aussi notre analyse morphologique automatique ne nous permettra-t-elle pas de distribuer la plupart des formes de démonstratifs entre les deux classes de déterminant et de pronom4.

27Les grammaires scolaires ajoutent habituellement ici les pronoms relatifs et interrogatifs. Que pourrons-nous en dire à la lumière de nos critères purement formels ? Le problème qui se pose à leur sujet est celui de l'existence même d'un paradigme. De même que l'on considère habituellement que en et i sont des adverbes et ne font pas partie de la déclinaison du pronom personnel, on a l'habitude généralement, au moins en a. fr., de considérer plutôt dont comme un adverbe, sans doute en bonne partie pour des raisons étymologiques. Les autres formes qui, que, cui et quoi vont nous permettre de parler d'un paradigme, mais en des termes un peu différents des cas étudiés jusqu'à présent. En effet, ces formes neutralisent l'opposition du nombre et celle masculin/féminin. En revanche, elle introduit celle du neutre/non-neutre. C'est ici le lieu de rappeler que le neutre, dont les grammairiens actuels ont tendance à contester l'existence formelle en français moderne, existe encore partiellement en ancien français. Il y a une forme spécifique de pronom démonstratif ce, comme quoi pour le relatif ou 1'interrogatif. Sinon, la plupart des formes "neutres" dès l'ancien français, sont comme que dans la série que nous avons émunérée plus haut, on leur reconnaît une valeur "neutre", mais la forme n'est pas spécifique. Ceci est valable déjà pour les adjectifs qualificatifs, avec en particulier l'emploi en "fonction du sujet" de formes dites "cas-régime masculin singulier".

28Mais pour le relatif, cette opposition sur le neutre se complique d'une double neutralisation de genre et nombre, comme nous venons de le dire. Et pourtant la série qui, cui, que fait une déclinaison à trois cas, ce qui nous empêche de parler de "faux invariable", comme on aurait pu être tenté de le faire en considérant chacun des morphèmes individuellement. En reconnaissant trois cas au relatif/interrogatif, nous l'incluons automatiquement dans la série des pronoms.

29Il n'en est pas moins vrai que la classe des pronoms toute entière et pas seulement celle des relatifs pose un problème délicat à résoudre, celui de la lemmatisation ou du paradigme, selon la face par laquelle on le regarde. Et ceci apparaît plus nettement lorsque l'on se pose les questions sous l'angle des programmes informatiques. En effet, on peut écrire assez facilement des "grammaires" qui permettront à la machine de "générer" toute seule chevaliers à partir de chevalier+s ou même lui donner les règles qui lui permettront d'utiliser sans se tromper la base aim-, pour aime et ain (avec transformation de la consonne finale) et la base am- pour amons ou amer. Mais que fabriquer comme règle pour dire que je, me, moi, d'une part, il, le, li, lui, eus, les, leur d'autre part, avec de surcroît un féminin ele, la, li, eles, les, leur, constituent des paradigmes, chacun de leur côté. En particulier, les dictionnaires auront tendance à faire une entrée pour je, me et moi, chacun, comme pour qui, que, quoi, dont, en français moderne. En réalité, nous sommes une fois de plus sortis du critère morphologique pur, le sémantique vient s'ajouter pour donner conscience d'une unité lexicale.

30Reste le cas des cardinaux, qui doivent sémantiquement, eux aussi former une série commutable, celle-ci étant morphologiquement non homogène. En effet, la plupart de ces nombres sont invariables, mais quelques-uns ont une forme dite de "cas-sujet", plus courte, (dui en face de deus, troi de trois, mil de mile) et qui n'est valable qu'au masculin. Cette faible variabilité peut seule justifier morphologiquement cette classe, autrement bien soutenue si l'on considère le sémantisme ou les fonctions.

31Si nous résumons ce que nous ont fourni nos critères, nous obtenons les 6 classes suivantes pour les variables.

32les verbes, variables en temps, modes et personnes

33les noms : substantifs variables en cas et en nombre : un morphème principal : -s.

34adjectifs, variables en genre (morphème -e), en cas et en nombre (morphème -s)

35déterminants : variables en genre, cas et nombre, avec neutralisation partielle de l'opposition de nombre (classe limitée aux article défini, possessif et un démonstratif)

36pronoms : variables en genre, cas et nombre, avec 3 cas, et neutralisations éventuelles des oppositions de genre et de nombre, et introduction éventuelle d'un neutre.

37cardinaux : le plus souvent invariables.

38Ce dernier tableau reste extrêmement tributaire du métalangage de la tradition grammaticale classique. Il convient encore de le critiquer sur un point, la notion de cas, qui, en réalité, ne paraît déjà plus tout à fait convenir à la réalité de l'ancien français, au moins à l'âge du ms. B de Villehardouin. Aussi, j'ai à peu près toujours pris la peine ou de mettre entre guillemets une expression comme "cas-sujet" ou même d'employer des tournures comme formes dites "cas-régime masculin singulier". On peut remarquer d'abord à ce sujet que des formes de "cas-régime" sont souvent employées comme sujet, et, parfois, la réciproque est vraie. Dans une déclinaison à deux cas, on pourrait mieux dire forme fléchie, forme non fléchie. Dans les enregistrements d'ordinateur, on se contentera de numéroter les "cas" : 1, 2, éventuellement 3. Mais on se gardera d'attribuer trop tôt une valeur à ces "cas". Ce que l'on devra entrer le plus vite en machine, ce sont les "règles d'accord", c'est-à-dire une grammaire permettant de mettre en rapport dans la chaîne les mots qui forment des groupes ou sous-groupes. Ceci sera possible parce qu'on aura introduit cette numérotation des cas, car on trouvera rarement des identités de désinence. Par exemple, on pourra mettre en rapport li et murs par des analyses mais non par une ressemblance de forme : ces deux mots peuvent avoir en commun la "valeur" masc., sg., cas 1 ; cependant si masculin et singulier peuvent correspondre à des catégories bien discernables en français, la notion de "cas 1" est plus floue, elle veut simplement dire "forme pourvue du morphème -s" ou son analogue pour l'article. Il faudra ensuite apprendre à l'ordinateur que lorsque cette forme pourvue du morphème -s renvoie à un masculin singulier, le mot peut avoir une des quatre fonctions sujet, attribut du sujet, apposition au sujet, apostrophe. Mais ce dont l'ordinateur nous fait prendre conscience, c'est que, même en ancien français, où nous avons pris l'habitude scolaire de distinguer des cas, en réalité ceux-ci sont ambigus. Que l'on comprenne bien, tout se passe comme si, en ancien français, on ne cessait de résoudre des ambiguïtés qui ne sont pas toujours au même niveau.

39Ainsi pour marz, il y a ambiguĭté morphologique parce que la forme avec -s et la forme sans -s se trouvent confondues. Mais pour murs il n'y a pas ambiguĭté morphologique. Seulement, hors contexte, je ne peux pas lui attribuer une seule des deux valeurs qu'il peut avoir : singulier ou pluriel mais avec des fonctions différentes. Si j'ai roses, je n'aurai que la connotation pluriel, mais tout l'éventail des fonctions demeure. On peut ajouter que chaque forme du substantif a plusieurs fonctions, puisque le "cas-sujet" correspond comme nous l'avons vu à au moins quatre fonctions, le "cas-régime", lui, correspond à tout le reste. Et comme, pour les substantifs, il n'y a pas de morphème stable qui soit attribué à une fonction et une seule, on comprend, je crois, que ce système nominal n'ait pas été stable en ancien français, car il en est de même pour les autres classes nominales, à des degrés divers. En outre, pour les classes des pronoms et des déterminants la perception même de l'unité du paradigme peut être en cause.

40En conclusion, nous percevons mieux les renseignements que le système morphologique apporte dans l'ancien français. Nous voyons aussi que ce système s'appuie étroitement sur les faits de chaîne. On peut affirmer que la morphologie fournit un code incomplet, auquel il faut ajouter des informations empruntées à l'ordre des mots et à la constitution des groupes par un système d'accords entre des mots de classes différentes qui peuvent ainsi être mis en rapport. Au moins dans le système nominal, sauf pour certaines formes de pronom, aucune fonction ne peut être décodée directement sur l'information fournie par la simple morphologie. Et si un substantif est seul sans aucun déterminant pour former groupe avec lui, on saura pratiquement s'il est sujet ou non, parce qu'il "s'accorde" ou non avec le verbe et parce qu'il obéit à telle ou telle règle de place dans la phrase. Et surtout, comme ces règles ne sont pas absolues, on finit par devoir se laisser guider par le sens de la phrase. De tout cela, les pratiquants de l'ancien français ont une connaissance intuitive. Le C.R.A.L. par ses expériences d'analyse cherche à isoler les phénomènes et à montrer comment on passe du système de l'ancien français à celui du français moderne, plus franchement fondé sur l'ordre des mots que le premier. Plus exactement, on peut dire qu'en ancien français comme en français moderne, les moyens linguistiques sont les mêmes pour le système du substantif en particulier : des désinences qui servent essentiellement à constituer les groupes nominaux élémentaires, par les accords et la détermination des fonctions des mots dans la phrase par les accords et surtout la place dans la phrase. Mais si le morphème grammatical attaché au substantif n'a pas changé au cours des siècles, il a en partie changé de valeur et si la place des mots reste essentielle, les règles ont changé. Ainsi parce que le système n'est ni tout à fait le même ni tout à fait autre on a raison de parler toujours du "français" et pourtant de distinguer nettement par ces adjectifs de moderne et d'ancien deux réalités différentes, deux états de cette langue.

Notes

1 On aura compris qu'il ne s'agit pas là de l'ambiguĭté avec les formes verbales conjuguées, de 5ème personne, qui sont de ce type d'accident étymologique que nous remontrerons plus loin pour d'autres cas.

2 Nous nous permettons de citer d'après le ms. B et l'édition de ce manuscrit par le C.R.A.L., Nancy, 1978 (p. 1, 10 et 8).

3 Dans un premier temps, il n'est pas tenu compte du pronom relatif, ni des cardinaux, que l'on retrouvera plus loin.

4 Ajoutons que, en revanche, autrui et nului, etc. sont uniquement pronoms.

Auteur

Université de Nancy

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540