Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

À propos du Mystère de saint Sébastien

Guy Mermier

Texte intégral

  • 1 Grace Frank. The Médiéval French Drama. p. 197.

1Discutant les pièces religieuses de la fin du moyen âge, Grace Frank insiste sur le fait que la plupart de ces dernières ne font que suivre leurs sources hagiographiques1 :

"In general these saint plays follow hagiographical sources and tell of the early life and conversion of some saint, his preaching and the miracles performed by him, the sufferings he endured at his martyrdom, and the wonders associated after his death with his tomb and relies The plays owe much not only to Latin and vernacular saints" lives and earlier saint plays, but also to the dramatized miracles of the Virgin Mary and to the universally popular Passion plays.

  • 2 Voir : Grace Frank. The Médiéval French Drama. pp. 197-198.

2Certaines de ces pièces méritent pourtant d'être distinguées de la masse ; elles sont dignes d'être appelées "good théâtre" selon Grace Frank2. Ces pièces sont du "bon théâtre" car elles ne sont plus la simple narration d'une vie de saint ; elles retiennent l'attention de l'auditoire par leur humour souvent et par une variété d'éléments dramatiques qu'on ne trouve pas dans les autres pièces.

  • 3 Grace Frank (The Médiéval Franch Drama, pp. 201-202) souligne le rôle du fou comme un élément rema (...)

3A la lumière de ces réflexions, le Mystère de saint Sébastien est une pièce qui, selon nous, mérite d'être rangé parmi celles que Grâce Frank reconnaît comme du "bon théâtre". Ce sera donc l'objet de notre étude que de mieux faire ressortir l'extraordinaire tension dramatique de notre texte et de montrer que le rôle du vilain contribue pour une large part à l'originalité de la pièce et à sa valeur en tant que document3.

  • 4 Nous représentons la tension dramatique du texte sous forme schématique afin d'"éviter des dévelop (...)

4Tension dramatique dans le Mystère de saint-Sébastien tien4.

  • 5 Le Mystère de saint-Sébastien. Léonard R. Mills, éd. Textes littéraires français n 114. Genève : D (...)
  • 6 Pages I à LXVI.

5La publication en 1965 du Mystère de saint Sébastien par Léonard R. Mills5 a mis à la disposition des médiévistes un texte d'une importance considérable pour l'histoire du théâtre médiéval. L'éditeur, dans son Introduction6, rend soigneusement compte de la richesse de la pièce, et pourtant une re-lecture attentive du texte nous a permis de percevoir des divisions encore plus nettes que celles de M. Mills. Le schéma du mystère qui suit, dans sa brièveté, aura pour but de faire ressortir ces divisions en même temps que l'extraordinaire tension dramatique qui donne un élan si original à la pièce.

6Le Mystère de saint Sébastien comprend 6642 vers et se divise en deux journées avec intermèdes, scènes, deux prologues et deux épilogues. Les intermèdes sont le plus souvent comiques, mais ils prennent parfois un caractère sérieux et satirique, comme à la fin de la deuxième journée.

Schéma du Mystère7

I. Première journée

7a. Prologue : vers 1-385.

8b. Intermède : vers 386-417. Rusticus.

9c. Scène 1 : vers 418-497. Le vers 418 est le vrai début du drame. Le père de Sébastien (1) parle à sa femme ; il désire faire revenir son fils de Milan où il fait ses études, afin de l'envoyer en apprentissage à la Cour de l'empereur (2) Il fait venir ses chevaliers qui se préparent à partir pour aller quérir Sébastien (vers 497).

10d. Intermède : vers 498-519. Transition : les deux demoiselles, le père et la mère de Sébastien.

11e. Scène 2 : vers 520-834.(1) A Milan, chez le recteur Demostenes : une scène d'enseignement (vers 520-721). (2) Arrivée des chevaliers-messagers : ils réclament Sébastien (vers 722-770). (3) Intermède-enclave : les deux frères Sanctus Marcus et Sanctus-Marcellianus se convertissent (vers 771-834).

12f. Intermède : vers 835-878(1) Les chevaliers et Sébastien ont quitté Milan. (Ici l'auteur tient compte du temps ; (vers 835-848). (2) Du côté du père et de la mère de Sébastien ; l'intervention des deux demoiselles (vers 849-878).

13g. Scène 3 : vers 879-1030. Sébastien arrive chez ses parents. Son père lui annonce son intention de l'envoyer chez l'empereur. Sébastien résiste puis se soumet. Salutations d'adieux : Sébastien part avec deux chevaliers comme escorte.

14h. Intermède : vers 1031-1145 : Cet intermède fait pendant à la première partie (1) de l'intermède (f). Sébastien chevauche en compagnie des chevaliers (vers 1031-1038). L'intermède devient comique avec l'intervention du vilain, qui répond toujours à côté de la question posée (vers 1039-1145).

15i. Scène 4 : vers 1147-1372. Arrivée de Sébastien chez l'empereur ; il est fait maréchal de Diocletien.

16j. Scène 5 : vers 1373-1492. Tumulte en enfer : Satham reproche à Astarot de laisser perdre des âmes. Il lance un défi aux chrétiens.

  • 8 On se demande ici ce que G. Cohen a pu lire pour qu'il dise dans Études du Théâtre en France au Mo (...)

17k. Scène 6 : vers 1493-1635. Imperator et Maximianus sont les premières victimes des tyrans. On les jette en prison où ils sont gardés par Machecotom, mais ce dernier est pris de soif !8

18m. Intermède : vers 1860-1916. Les tyrans rencontrent le vilain et vont boire à la taverne chez commère Margot.

19n. Scène 8 : vers 1917-2077. Changement de décor. Sébastien prie Dieu et la sainte Vierge Marie qu'ils intercèdent en faveur des chrétiens. Gabriel annonce à Sébastien que Dieu l'a choisi pour répondre aux prières de sainte Marie.

20o.Scène 9 : vers 2078-2704. (1) Les chevaliers de l'empereur annoncent la persécution des jumeaux. Leur père, Tranquillinus, et leur mère veulent qu'ils abjurent leur foi ; ils réfléchissent (vers 2078-2345) (2) L'ange Gabriel apparaît en vision à Sébastien et lui annonce la volonté de Dieu. Sébastien prie (vers 2346-2428). (3) Sébastien encourage Marcus et Karcillianus à persévérer dans leur foi (vers 2429-2561). (4) Nicoustratus Torrier, le gardien de la prison, demande à Sébastien d'intervenir pour que sa femme retrouve l'usage de la parole : Miracle ! Elle retrouve la parole et nombreux sont ceux qui se convertissent (vers 2562-2704).

21p. Intermède : vers 2705-2800. (1) Le vilain, est à la taverne ; il fait des avances amoureuses à la tavernière. Sur ces entrefaites la femme du vilain arrive : insultes et injures (vers 2705-2776). (2) Tranquillinus, Zoë et Sébastien chantent les louanges de Dieu (vers 2777-2800).

22q. Scène 10 : vers 2801-3289. (1) Cromachus se plaint d'avoir la même maladie que Tranquillinus. Ce dernier consulté, lui déclare que s'il veut guérir il doit se convertir. Sébastien et Polycarpus les encouragent à brûler les idoles paiennes (vers 2801-3206). (2) Tiburcius et deux serviteurs demandent à être baptisés (vers 3207-3258). (3) Scène de tumulte en enfer (scène parallèle à la scène 5 (j). Satham se plaint à Luxifer de laisser échapper des âmes (vers 3259-3289).

23r. Epilogue de la première journée : vers 3290-3356. Monologue du vilain sur la folie du monde. Il laisse craindre pour la vie de Sébastien (le suspense est à son plus haut point) et annonce la fin de la première journée.

II - Deuxième journée

24a. Scène 1 : vers 3357-3374. On commence sur la même note qu'à la fin de la première journée : Machecoton reprend les plaintes de Satham et accuse Sébastien.

25b. Scène 2 : vers 3375-3663. Les chevaliers de l'empereur rapportent à ce dernier les "enchantements" de Sébastien. L'empereur demande l'arrestation de Sébastien.

26c. Intermède : vers 3634-3751. (1) Le vilain déclare qu'il va jouer un tour aux tyrans avec l'aide de Dieu et de Sébastien (vers 3634-3647). (2) Joli Corps et les soldats font sortir les tyrans de la taverne (vers 3648-3719). (3) Zoë remercie Dieu pour son aide (vers 3720-3751).

27d. Scène 3 : vers 3752-4252. (1) Sébastien est amené devant l'empereur (vers 3752-3979). (2) Sébastien défend sa foi et refuse d'être parjure (vers 3980-4252).

28e. Scène 4 : vers 4253-4349. Torture de Sébastien ; insultes des tyrans. Sébastien résiste. Arrivée du bourreau.

29f. Intermède : vers 4350-4391. Le vilain plaint Sébastien. Altercations entre le vilain, et sa femme.

30g. Scène 5 : vers 4392-4607. Sébastien refuse de renier sa foi. L'empereur ordonne de mettre à mort tous les convertis. Zoë est pendue et injuriée par le bourreau, mais Sébastien reste près d'elle pendant son martyre.

31h. Intermède : vers 4608-4620. Le vilain, déclare qu'il voudrait voir pendre tous les tyrans. Il demande à boire à Margot.

32i. Suite de la scène 5 : vers 4621-4993. Martyre de Marcus et de Marcellianus.

33j. Intermède : vers 4994-5023. Le vilain accuse l'empereur, s'accuse lui-même, puis parle d'amour avec sa femme.

34k. Suite de la scène 5 : vers 5024-5254. Martyre de Cromache et de Tiburcius.

35l. Intermède : vers 5455-5466. Les tyrans vont à la taverne.

36m. Suite de la scène 5 : vers 5467-5529. Luxiane Vidua et Polycarpus enterrent les martyrs.

37n. Intermède : vers 5530-5565. Le vilain veut gagner de l'argent, mais il exhale son déplaisir devant les supplices infligés aux pauvres par les seigneurs. Il se dispute avec sa femme.

38o. Scène 6 : vers 5566-5604. Lamentations de Satham.

39p. Scène 7 : vers 5605-5884. Le sort de Sébastien : l'empereur ordonne qu'il soit livré aux archers,

40q. Intermède : vers 5885-6003. (1) La femme du vilain et la taverniêre boivent. (2) Discussion des tyrans pendant qu'on attache Sébastien au poteau. (3) Le vilain rejoint sa femme à la taverne : jeux vulgaires ; ils boivent,

41r. Suite de la scène 7 : vers 6004-6093. Sébastien au pilori. Les tyrans lui décochent des flèches. Ils le croient mort et s'en vont annoncer la nouvelle à l'empereur,

42s. Scène 8 : vers 6094-6133. Lucienne soigne Sébastien et le détache du pilori.

43t. Intermède : vers 6134-6139. Le vilain insulte les deux femmes parce qu'il croit qu'elles l'ont trompé,

44u. Suite de la scène 8 : vers 6140-6211. (1) Sébastien parle à Lucienne. Il déclare qu'il veut continuer sa mission et prie Dieu. (2) Nostre Dame intercède en faveur de Sébastien, envoie Raphaël et Gabriel pour le protéger.

45v. Scène 9 : vers 6212-6449. (1) Sébastien se rend chez l'empereur dans le but de le convertir : colère de l'empereur. Ce dernier ordonne aux tyrans de le transpercer de lances et de jeter son corps à tous les vents. Les tyrans s'exécutent. (2) L'âme de Sébastien est menée au ciel. (3) Satham déplore la perte, de l'âme de Sébastien.

46w. Scène 10 : vers 6450-6515. Dieu envoie Gabriel auprès de Lucienne pour qu'elle tire le corps de Sébastien de l'égoût dans lequel on l'a jeté. Le vilain, digne, demande des reliques de Sébastien en promettant de prier pour son âme.

47x. Scène 11 : vers 6516-6618. (1) Maximianus annonce à l'empereur la mort de Sébastien. (2) Maximianus demande à Machecoton de le tuer. (3) Machecoton tue les tyrans et se suicide.

48y. Epilogue de la deuxième journée : vers 6619-6642. (1) Satham et ses diables entraînent les tyrans en enfer. (2) Luxifer demande des nouvelles de l'âme de Sébastien. Satham répond - ironie finale - "je l'ay perdus" ! Fin du Mystère de saint Sébastien.

  • 9 Voir le graphique correspondant au schéma du Mystère.

49Si l'on représente graphiquement les divisions indiquées dans notre schéma ci-dessus, certains traits saillants de la pièce apparaissent clairement9 :

  1. On se rend compte de la lenteur de l'action et de la fonction primordiale des intermèdes dans ce ralentissement. Le Mystère médiéval se complait à retarder l'action principale, qui est ici le martyre de Sébastien et le triomphe de la foi chrétienne. Cette démarche est typique du théâtre médiéval et même de celui de la Renaissance. Le Mystère de saint Sébastien est un exemple tout à fait remarquable de l'opposition des techniques du théâtre entre le moyen âge et l'âge classique.
  2. Le schéma permet également de constater que le fatiste du Mystère a pris un soin très particulier à ménager le suspense en introduisant un nombre croissant d'intermèdes. Chaque fois que la pièce atteint un nouveau degré d'amplitude dans son "pathétique", la tension est nivelée par un intermède10.
  3. Une étude chronologique du schéma et la représentation graphique du Mystère font bien ressortir le degré d'amplification dramatique que l'auteur a introduit entre le prologue de la première journée et l'épilogue de la deuxième journée. Certes il y a des plateaux, mais à cela près, l'amplification est constante. Le fatiste, d'ailleurs, dans la deuxième journée, semble avoir eu une conscience très aiguë de l'accroissement de la tension dramatique qu'il imposait à son public, d'où les fréquentes scènes d'intermède qui apparaissent en dents de scie sur le graphique. Finalement, comme s'il avait une pré-science des dénouements "classiques", le fatiste précipite l'action à partir de la scène (u) jusqu'au dénouement. A ce moment on constate que la tension dramatique a à peu près triplé entre le début et la fin du Mystère.
  4. Au niveau des personnages, il faudrait faire ressortir l'importance du vil et surtout l'évolution graduelle de son caractère. Au début, le vilain est un personnage stéréotypé ; il est vulgaire, fréquemment grossier et sans foi ni loi. Graduellement pourtant, surtout dans la deuxième journée, le vilain acquiert des qualités humaines d'abord, puis chrétiennes : il s'élève contre les persécutions des pauvres, puis vilipende les tyrans pour leurs atrocités à l'égard des convertis et de Sébastien. Ce personnage du vilain n'est pas un type traditionnel des Miracles, des Mystères ou des Moralités médiévaux ; il a plus de souplesse : tantôt c'est un vrai personnage de farce, tantôt sa sagesse nous fait oublier son comique. Le vil., en fait, ne s'insère totalement dans aucun des deux camps de la pièce ; s'il est contre les tyrans c'est plus par égoïsme que par pitié pour les martyrs. Cette disponibilité du vilain permet au dramaturge d'augmenter ou de diminuer la tension dramatique sans avoir à toucher aux personnages principaux. Dans son rôle ambigu de fou-sage, il triomphe dans la première journée ; c'est lui qui mène l'action et qui termine cette première journée. Il est bien l'allégorie de l'ambiguïté que le fatiste veut faire peser sur les spectateurs à ce point : La deuxième journée verra-t-elle le triomphe de la folie ou de la sagesse ? Or, le vilain n'apparaît pas tout de suite au début de la deuxième journée, mais il ne disparaîtra pas pour autant : c'est seulement sa position structurale qui va changer. Alors que dans la première journée il était au sommet de la pyramide "tyrans-Sébastien-vilain", c'est Sébastien qui prend sa place dans la deuxième journée :

50La structure de la pièce a basculé et le vilain devient, sans changer de nature, la contre partie des tyrans permettant ainsi, par subtilité structurale, l'ascension de Sébastien au rang des martyrs-saints. Pour toutes ces raisons, le rôle du vilain est ce qui transforme le Mystère traditionnel en "bon théâtre" ; c'est pourquoi nous considérons que le Mystère de saint Sébastien est une pièce de transition d'une importance considérable dans le domaine de la technique du théâtre en cette fin du moyen âge. Le vilain n'a pas encore un "caractère", mais ce n'est plus un "type" médiéval. Le dramaturge réussit cette transformation, non pas en affinant son personnage, mais en jouant avec la structure. On ne peut qu'être frappé par la nouveauté de cette démarche.

Notes

1 Grace Frank. The Médiéval French Drama. p. 197.

2 Voir : Grace Frank. The Médiéval French Drama. pp. 197-198.

3 Grace Frank (The Médiéval Franch Drama, pp. 201-202) souligne le rôle du fou comme un élément remarquable des meilleures pièces religieuses du xve siècle.

4 Nous représentons la tension dramatique du texte sous forme schématique afin d'"éviter des développements qui ne nous sont pas permis et pour pouvoir insister davantage sur les conclusions auxquelles nous parvenons.

5 Le Mystère de saint-Sébastien. Léonard R. Mills, éd. Textes littéraires français n 114. Genève : Droz ; Paris, Minard, 1965.

6 Pages I à LXVI.

7 Voir notre représentation graphique en fin d'article.

8 On se demande ici ce que G. Cohen a pu lire pour qu'il dise dans Études du Théâtre en France au Moyen Age et à la Renaissance (Paris, Gallimard 1956), p. 373 : "On les commet à la garde de Nycostrat, dont les sicaires, après les avoir torturés (c'est nous qui soulignons) vont se divertir. "

9 Voir le graphique correspondant au schéma du Mystère.

10 Scènes réalistes, descriptions de tortures ou de mise à mort, ou scènes de méditation sérieuse.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Auteur

Université du Michigan

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540