Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Note sur le texte du "Conte du Graal"

Philippe Menard

Texte intégral

1La nouvelle édition du Conte du Graal procurée par Félix Lecoy (Paris, Champion, 1973-1975) nous donne le texte du manuscrit français 794 de la Bibliothèque nationale. Ce bon manuscrit, appelé ms. A, avait déjà servi de base à l'édition Hilka (Der Peroevalroman von Christian von Troyes, Halle, 1932), mais l'éditeur allemand avait corrigé assez fréquemment le texte et la graphie du manuscrit. Ces nombreuses retouches sont immédiatement visibles, car A. Hilka a judicieusement adopté un apparat critique à deux étages : du premier coup d'oeil, on distingue ainsi les leçons et les graphies rejetées hors du texte.

2Le propos de M. Lecoy est foncièrement différent. Il ne cherche pas à retrouver le texte authentique de Chrétien de Troyes. Il veut reproduire avec une scrupuleuse fidélité la copie de Guiot. On pourrait discuter de ce principe méthodologique et soutenir que si l'éditeur y gagne, le poète y perd. Suivre aveuglément le copiste, c'est parfois trahir l'auteur. Sans entrer dans un débat théorique, je voudrais montrer que sur de nombreux points le ms. A nous offre un texte peu satisfaisant.

3L'examen que je présente ici reste délibérément limité. Il n'est point question de confronter le ms. A et le ms. T dont W. Roach nous a donné naguère une bonne édition (Genève, Droz, 1956), d'étudier les leçons propres à la copie de Guiot - elles sont au nombre de 500, à en croire A. Micha dans sa thèse, La tradition manuscrite des romans de Chrétien de Troyes, Paris, 1939, p. 292 - ni d'examiner toutes les corrections apportées au texte par Hilka. Ce pourrait être un sujet de thèse. On ne parlera pas non plus des vers absents du ms. A : M. Lecoy convient lui-même que Guiot "abrège souvent la rédaction" (t. II, p. 101) et que ces omissions sont fautives. Je me limiterai aux 4 500 premiers vers du roman en ne portant attention qu'aux passages d'interprétation difficile dans la copie de Guiot.

4- v. 67 :

Ce est li contes del graal
dont li cuens li baille le livre.

5L'indicatif présent baille ne convient pas. C'est une innovation commune des mss. AL. On attend naturellement un passé : bailla, qui est le texte de tous les autres mss.

6- V. 980-81 :

"Amis, fet li rois, descendez,
et vostre chaceor randez
cel vaslet, si le gardera
et vostre volante fera. 980
Fet iert, a Damedeu le veu,
a m'annor et a vostre preu".

7Le texte de A n'est pas incompréhensible, mais les vers 980 et 981 sont certainement refaits. A est seul à donner Fet iert. Le sens du v. 980 n'est guère satisfaisant : le vaslet n'a rien à faire pour satisfaire Perceval. Les mss. MPT qui donnent fera, comme A, divergent tous ensuite au v. 981. Le bon texte est sera au v. 980, leçon de tous les mss. hormis AMPT, puis (au lieu de fet iert) faite, leçon de BC RFSUL, au v. 981. Le sens est alors pleinement satisfaisant. Perceval a demandé au roi de l'adouber (969-70). Arthur s'engage à le faire.

8- V. 1151 :

mes li vaslez sa vesteüre
ne volt lessier, que ne preïst
por rien qu'Ionez li deïst
une cote mout aeisiee…

9Ici encore A est seul à dire que ne preïst. On peut donner un sens causal à l'expression : "car il n'aurait pas pris". Mais tous les manuscrits offrent un autre texte. Douze d'entre eux écrivent ne ne preïst "et il n'aurait pas pris", ce qui est assurément la bonne leçon.

10- V. 1463 :

Il covient a toz les mestiers
et poinne et cuer et ialz avoir :
par ces . III. puet an tot savoir.

11La mention des ialz surprend dans le contexte. Elle n'est certainement point à sa place, d'autant que A est seul à parler des yeux. Tous les autres mss. disent us qui convient parfaitement. L'effort, l'intérêt et l'expérience composent un trio plus satisfaisant. L'emploi du mot us est attesté par le proverbe latin Usus et ars docuit quod sapit omnis homo rappelé par Hilka (p. 649, note au v. 1467). Le passage de us à ialz pourrait s'expliquer comme une faute d'audition :

12- V. 1793-94 :

et la pucele vint plus jointe,
plus acesmee et plus cointe
que espreviers ne papegauz.

13L'ordre des rimes jointe : cointe est propre à A. Tous les autres mss. commencent par dire cointe au v. 1793 et emploient jointe au vers suivant dans la comparaison avec l'épervier. Pour justifier le texte de A, l'éditeur traduit jointe par "gracieuse, élégante" dans son glossaire. Malheureusement ce sens ne semble pas exister en ancien français. Godefroy interprète mal les passages qu'il cite (IV, 649). Appliqué à une personne, joint signifie "vif, éveillé, gaillard, fringant". L'adjectif concerne exceptionnellement un habit "ajusté, tendu sur le corps". Fréquemment, il désigne des faucons "vifs, alertes, ardents, pleins d'entrain" (Tobler-Lommatzsch, IV, 1730-31). Traduire jointe par "élégante", c'est, apparemment, créer un hapax sémantique pour justifier un emploi aberrant du mot, dû à une permutation de rimes. Tout se comprend si l'on suit l'ordre des autres mss. : les adjectifs cointe et jointe sont bien à leur place, le sens ne fait aucune difficulté. Point n'est besoin de prêter à jointe un sens inconnu par ailleurs :

14- V. 2019 :

et tot adés sa force crut,
et la nostre est amenuisiee
et nostre vitaille espuisiee,
que il n'en a ceanz remeis
don se poïst repestre un eis,
si somes a tant antreset
que demain, se Dex ne le fet, 2020
li sera cist chastiax randuz.

15Il faudrait sans doute un point-virgule après eis, mais c'est là une rectification mineure. L'important concerne le mot a tant qui est un adverbe temporel, alors que l'on attend un participe passé. De surcroît, atant se trouve placé à côté d'un second adverbe : entreset. Il y a là comme une faille dans le discours. L'éditeur traduit estre a tant par "être réduit à, en être arrivé à" (t. II, p. 165). Mais il ne donne aucune justification. Je crains qu'il ne tire ce sens du contexte. Certes, on pourrait soutenir que estre a tant signifie "se trouver dans une situation telle", mais le Tobler-Lommatzsch n'offre aucune référence de cet emploi. Il ne connaît que l'expression, d'ailleurs très rare, soi mètre a tant que (X, 96). Dans ces conditions, atant semble une faute des mss. ACHM et il paraît dangereux de fonder sur un passage douteux une interprétation nouvelle. Une leçon claire et compréhensible apparaît dans tous les autres mss. : c'est le participe ataint. Le sens de "abattu, réduit à une situation critique" convient à merveille. A côté du mot a tant, la présence de l'adverbe entreset surprenait. Avec ataint elle s'explique parfaitement.

16- V. 2197-2210.

17Les quatorze vers qui décrivent une partie du combat de Perceval contre Anguinguerron sont à enlever du texte, comme l'avait bien vu Hilka : Sie sind sicher aus einer endgültigen kritischen Ausgabe zu streichen (p. 664). L'éditeur allemand regrettait de les avoir conservés. M. Lecoy convient que l'on a affaire à une très fâcheuse addition des mss. AL (t. II, p. 122) Les vers 2197-2206 de A recopient littéralement les vers 2663-72. On comprend le mécanisme de l'erreur : dans les deux passages le vers qui précède est le même (et point li uns ancontre l'autre). Les vers 2207-10 ont été inventés par l'ancêtre commun de AL, et repris par R, pour servir de liaison avec la suite. Tout cet ensemble n'est pas à sa place ici. En prenant un passage du combat de Perceval contre Clamadeu pour l'insérer dans le duel du héros et d'Anguinguerron, le remanieur ne s'est pas aperçu qu'il apportait une contradiction au récit. L'interpolation fait tomber les deux adversaires à terre : et porte li uns l'autre jus (2205). Un peu plus loin, dans le texte original, on voit Anguinguerron faire la culbute tout seul, alors que Perceval reste en selle : Anguinguerrons cheï toz seus (2216). Preuve manifeste que tout ce qui est propre à AL est fautif.

18- V. 2910 :

Et cil qui avoit desreniee
vers lui la terre a la pucele,
Belissant, s'amie la bele,
delez li s'aeise et delite …

19L'amie de Perceval a toujours été appelée Blancheflor par tous les mss. En conservant ici une erreur manifeste du seul ms. A, en déclarant que la leçon Belissant "n'est peut-être pas un simple lapsus" (t. II, p. 104), l'éditeur tente de défendre une leçon fautive de Guiot. Mais il sait bien qu'il fallait corriger, puisqu'il confesse dans la Table des noms propres que Belissant "est un lapsus probable du scribe" (t. II, p. 125).

20- V. 2988 :

Ensi s'an va selonc la rive
tant que a une roche aproiche
et que l'eve a la roche toiche,
que il ne pot aler avant.

21Le texte de A n'est pas absolument incompréhensible, mais et que l'eve avec valeur consécutive ne convient pas bien au mouvement du passage. C'est une innovation personnelle du copiste de A. Si on laisse de côté l'innovation particulière de T (si que l'eve) et la modification, plus satisfaisante de P (u li euwe), on observera que tous les autres mss. disent et l'eve, qui s'accorde parfaitement à l'évocation du lieu.

22- V. 2993-94 :

Et li vit par l'eve avalant
une nef qui d'amont venoit ;
II. homes an la nef avoit.
Li un des . II. homes najoit,
li altre a l'esmeçon peschoit.

23Les deux derniers vers se dénoncent comme une addition, puisque l'on a quatre vers sur la même rime et que les v. 2993-94 se retrouvent tels quels un peu plus loin (3489-90). Nous avons donc affaire ici à une anticipation manifeste. Hilka a eu parfaitement raison de supprimer les v. 2993-94 de son édition.

24- V. 3211 :

un graal antre ses . II. mains
une dameisele tenoit
et avoec les vaslez venoit,
bele et jointe et bien acesmee.

25Ici encore nous retrouvons l'adjectif jointe auquel l'éditeur prête toujours le sens de "gracieuse, élégante". Mais comme tous les autres mss. ont gente, comme jointe n'a pas ce sens si l'on regarde de près tous les exemples cités par les dictionnaires, mieux vaut convenir que jointe est une leçon erronée du ms. A et rétablir le bon texte, savoir l'adjectif gente.

26- V. 3256-3263 :

Atant dui autre vaslet vindrent
qui aporterent . II. eschaces,
don li fuz a . II. bones graces 3256
don les eschames fetes furent,
que les pieces toz jorz an durent.
Don furent eles d'ebenus :
de celui fust ne dot ja nus 3260
que il porrisse ne qu'il arde,
de ces II. choses n'a il garde.
Sor ces eschames fu asise
la table, et la nape sus mise.

27Plusieurs fautes propres à A viennent altérer le passage. D'abord, deux fois don à l'initiale de deux vers successifs (3256-57). Les manuscrits disent tous au vers 3256 li fuz comme premier mot. Ensuite, ils se séparent : la plupart ajoutent en a ou en ot, d'autres a deus molt, quelques-uns ot molt, certains ont des variantes particulières. La dispersion des variantes empêche de reconstituer avec certitude la leçon originale. La correction la plus économique est de restituer li fus à l'initiale et d'imprimer ensuite en a ou en ot.

28Mais il y a plus grave que l'initiale du v. 3256 : c'est le mot eschames aux vers 3257 et 3263. Il désigne en ancien français un escabeau et n'a donc rien à faire ici. Le bon texte est évidemment dans tous les autres mss. qui ont partout eschaces, c'est-à-dire les tréteaux sur lesquels on disposait la surface des tables. Dans son glossaire l'éditeur donne à eschame le sens d'eschace "supports sur lesquels est placée la table" (t. II, p. 146). Mais comment prouver que cette variante isolée ne résulte pas d'une méprise ? Le copiste de A a commis d'autres confusions. Pour donner à eschame un sens nouveau, il faudrait présenter au moins un autre exemple analogue et être sûr que l'on n'a point affaire à une inadvertance du scribe. Quandoque bonus dormitat Homerus. Si nous n'avions qu'un ms. unique, nous poserions la question sans pouvoir y répondre. Mais ici quatorze manuscrits forment bloc et emploient continûment eschaces. De surcroît, A commence par le terme attendu (3255), avant d'altérer le début du vers suivant (3256). Tout porte à croire qu'il a gâté également le milieu du v. 3257. Une erreur ne vient jamais seule. Assez souvent les inexactitudes forment des séries. L'incorrection a été répétée au v. 3263.

29- V. 3332 :

IIII. sergent délivre et fort
lores d'une chanbre s'an issent,
la coûte as acors seisissent, 3332
qui el lit estandue estoit
sor coi li prodom se gisoit,
si l'an portent la ou il durent.

30L'éditeur enregistre dans son glossaire le mot acors et le traduit sans commentaires "coins". Ce terme ne figure naturellement ni dans le FEW ni dans le Godefrov ni dans le Tobler-Lommatzsch : on ne l'a jamais rencontré nulle part. Je crains qu'il s'agisse d'un mot fantôme. Pour ce passage douze manuscrits disent as IIII. corz, un as. IIII. coinz, un autre as IIII. bous. Tous ces termes sont synonymes. Au sens de "coin, bout" le mot corn, cor est connu : le Tobler-Lommatzsch, I, 840, en cite plusieurs exemples. Le texte original était certainement as. IIII. corz. On peut comprendre le mécanisme de l'erreur dans le ms. A. Le copiste oublie le mot quatre et s'aperçoit que son vers est faux. Il tente alors de le remettre sur pied, vaille que vaille. L'hiatus sert de premier remède. Mais il manque encore une syllabe. Notre homme se souvient vaguement qu'il existe un mot acors "rassemblement, foule", un mot acort "entente". Il ignore si acors existe au sens de "coin". Comment le saurait-il ? Il ne dispose point de dictionnaire pour vérifier. Mais nécessité fait loi. Le compte des syllabes exige une syllabe supplémentaire : il écrit acors. On pourrait expliquer la création du mot acors d'une manière moins favorable pour le copiste-remanieur. En transcrivant des centaines et des milliers de vers, Guiot, comme tous ses confrères, avait des moments d'inattention : il recopiait ou modifiait sans toujours chercher à comprendre. De toute manière, cela ne change rien au fond des choses. Qu'il s'agisse d'un non-sens ou d'un à-peu-près, d'un remplissage maladroit ou d'une déformation involontaire, il reste qu'acors est un mot suspect qui paraît une invention de Guiot.

31- V. 4360 :

Gauvain, maudahez ait mes cos
se vos estes mie si fos
que l'an ne puist a vos aprandre !
Bien savez paroles antandre, 4360
qui sont et beles et polies.

32Ces paroles blessantes de Keu à Gauvain se comprendraient parfaitement, s'il n'y avait le mot antandre. L'éditeur comprend "choisir ses mots" (t. II, p. 134), mais il ajoute vite "texte suspect". Cette appréciation est un euphémisme : le verbe est franchement mauvais. Tous les autres mss. disent vos paroles vendre qui fait image et offre un sens excellent. Le copiste du ms. A a d'abord omis l’adjectif possessif vos. Pour achever le vers, il a employé le premier verbe qui lui venait à l’esprit, par association d’idées, après le mot paroles, à savoir entendre. Ce replâtrage rapide a été fait au mépris du bon sens et indépendamment du vers suivant. Preuve qu’à certains moments Guiot n’a cure de ce qu’il écrit. Il se contente d’approximations et d’apparences, fussent-elles invraisemblables.

33Une alouette ne fait pas le printemps. Une quinzaine de passages altérés ne mettent pas radicalement en cause la valeur du manuscrit A. D’une enquête limitée ne peuvent résulter que des observations de portée restreinte. Toutefois, il est possible de réfléchir aux problèmes que posent à l’éditeur et au lexicographe les phénomènes relevés.

  • 1 Un excellent article de T.B.W. Reid, Chrétien de Troyes and the Scribe Guiot, Medium Aevum, t. 45, (...)

34Tous les lecteurs de Chrétien de Troyes savent que le ms. 794 est une bonne copie. Faut-il lui attribuer une "qualité exceptionnelle" comme le fait M. Lecoy (t. II, p. 100) ? Ce jugement très élogieux est peut-être un peu outré. L’appréciation de W. Roach me paraît plus proche de la vérité : "C’est sans doute un manuscrit excellent, mais ce n’est certainement pas le moins arbitraire n'i celui qui contient le moins de variantes individuelles et de retouches de copistes" (op. cit., p. X). Quand on prend le temps de comparer le texte du ms. A donné par M. Lecoy (en tenant compte des menues retouches opérées par l'éditeur) aux variantes de l'ensemble de la tradition manuscrite réunies par Hilka dans son apparat critique -je l’ai fait sur une longueur de 1500 vers -, on s’interroge, on se prend à douter des mérites éminents de cette copie pour le texte du Conte du Graal. N’est-ce point ce que suggère M. Lecoy lorsqu’il reconnaît que la copie de Guiot nous donne "une image quelque peu déformée, parfois même médiocre, d’une excellente tradition" (t. II, p. 100) ? Sans introduire de comparaison systématique entre le ms. T, édité par W. Roach, et le ms. A, j’observe que, pour les passages modifiés ou altérés par le ms. A, le ms. T nous donne un texte parfaitement correct. Le problème de savoir si A est vraiment le meilleur manuscrit pour le Conte du Graal mériterait d’être examiné sur nouveaux frais. De toute façon, les innovations et les inadvertances de A doivent être corrigées. Hilka avait eu tort de modifier la graphie du manuscrit, mais avec une belle pénétration il avait amendé toutes les erreurs manifestes. Donner le texte brut du ms. A en ne rectifiant que les plus grosses absurdités, c’est privilégier le copiste au détriment de l’auteur. Pour ma part, je ne vois pas l’intérêt qu’il y a à imprimer Belissant au v. 2910 ou à nous donner quatre rimes en -oit à la suite (2991-94), toutes choses qui sont de l'invention d'un remanieur. Il n'y a pas que les leçons fautives. Il faut aussi imputer à grief au copiste-remanieur de A les vers omis et les passages manquants (la plus fâcheuse suppression concernant le pittoresque combat de Gauvain contre les manants qui assiègent la tour aux vers 5887-6026 de l'édition Hilka), presque 300 vers au total, 3 % de l'ensemble. En lisant la plus récente édition du Conte du Graal, on a donc l'impression de s'éloigner assez souvent du texte authentique de Chrétien de Troyes1.

35Les leçons propres au ms. A posent aussi un problème lexicologique. Quand on rencontre des hapax de forme ou de sens, comme jointe, a tant, eschames, acors, faut-il leur donner une signification tirée du contexte et les enregistrer dans les glossaires et les dictionnaires ? Assurément, nous avons le devoir de faire confiance aux textes et de comprendre les manuscrits. Quand nous n'avons aucune raison de suspecter le passage, quand le texte est assuré par plusieurs témoins, tout va bien. Quand on a affaire à un manuscrit unique et parfois fautif, il est difficile de se tirer d'embarras, si les dialectes modernes ou les autres langues romanes n'apportent pas de confirmation. Il appartient à chaque éditeur d'apprécier, et d'indiquer les raisons de son choix. Mais lorsqu'on se trouve en présence d'un passage suspect dans un manuscrit, en présence d'une leçon isolée et fautive face à l'accord massif de tous les autres manuscrits, il faut y regarder à deux fois. L'éditeur qui fait une confiance aveugle au copiste cherche à tout justifier et risque d'enregistrer des formes ou des acceptions imaginaires. En publiant un texte médiéval, on marche toujours entre deux précipices : tout conserver ou tout corriger, méconnaître une forme et une signification nouvelles ou bien inventer un fantôme. L'expérience montre que des hapax suspects apparaissent assez généralement dans les passages remaniés et nettement altérés. Les meilleurs manuscrits n'en sont point exempts. On en voit des exemples dans le ms. 844 de la Bibliothèque Nationale pour les poésies des trouvères, comme dans le ms. 837 les dits et les fabliaux. Il en va de même pour le ms. 794 qui nous a conservé les romans de Chrétien de Troyes. Les scribes et remanieurs inventent des hapax et commettent hardiment des impropriétés pour dissimuler, consciemment ou involontairement, des omissions et des remaniements. On peut les excuser. En un temps où les dictionnaires n'existaient pas, comment savoir si tel mot ou tel sens était employé ? On vivait dans l'approximatif. On peut les comprendre. En un temps où n'existait pas le respect du texte original, pourquoi hésiter à modifier et transformer ici ou là ? Mais on doit éviter de leur faire crédit toujours et partout. On doit se défier des hapax qui se rencontrent dans les passages suspects. Pour croire à leur existence, un second témoignage est indispensable. Me trompé-je en soutenant qu'un témoin unique, sur un passage douteux, ne mérite point créance ?

Notes

1 Un excellent article de T.B.W. Reid, Chrétien de Troyes and the Scribe Guiot, Medium Aevum, t. 45, 1976, p. 1-19, montre que la copie de Guiot n’est pas plus sûre pour Erec et Emide : les efforts de M. Roques pour justifier toutes les leçons de Guiot ne sont pas toujours satisfaisants.

Auteur

Université de Paris Sorbonne

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540