Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

De Cercamon à Mistral

Claude Mauron

Texte intégral

  • 1 P. JONIN, Pages épiques du Moyen Age français, t. I, Paris, 1964, p. 8.
  • 2 id. t. II, Paris, 1970, p. 257-258.
  • 3 Mélanges (...) Jean Boutière, t. II, Liège, 1971, p. 801-806.
  • 4 soutenue en 1971, publiée en 1974 à Paris sous le titre Le Moyen âge littéraire occitan dans l'oeu (...)

1Pénétrer l'esprit médiéval grâce à une chatoyante confrontation de textes apparentés "non par filiation mais par résonance"1, telle est l'idée directrice des Pages épiques du Moyen Age français de M. Pierre Jonin, comme d'ailleurs de tout son enseignement. Pourquoi, par exemple, ne pas prolonger les conseils diaboliques de l'évêque Guirré, dans Gaydon, par une belle page des Chants de Maldoror2 ? Avouons-le d'entrée : notre hardiesse, en regard, sera quasiment nulle, puisque, s'agissant des relations entre les troubadours et Mistral, le terrain comparatiste a déjà été largement déblayé, grâce à un bon nombre d'articles perspicaces, notamment celui de Mme R. Lejeune sur Le chien Pan-Perdu et le chat Marcabrun de Frédéric Mistral3, et surtout par la récente thèse d'Université de M. J. Lie Caluwé sur Les Troubadours dans l'œuvre de Frédéric Mistral4. Néanmoins, lorsqu'on s'attache à examiner ce qui, chez l'auteur de Mirèio, concerne Cercamon, entre autres, et plus particulièrement le poème Lou Mirage où le troubadour gascon est mis en scène de façon explicite, il apparaît que fait encore défaut l'apport du chercheur proprement mistralien, sans lequel on ne saurait apprécier exactement la relation - "filiation" ou "résonance" - entre la création moderne et son substrat médiéval.

  • 5 id. p. 235.
  • 6 Prouvènço ! n° 27, 7 mars 1907 ; Armana prouvençau pèr 1909, p 26-27.
  • 7 fac-similé au Palais du Roure, Avignon.
  • 8 à propos des fautes d'orthographe, en provençal, de Mme de Flandreysy (lettre du 15 octobre 1906).
  • 9 cf. str. 10 : noun cor au lieu de moun cor.
  • 10 op. cit. p. 243.

2Daté in fire du 4 février 1907, Lou Mirage fut inclus en 1912, dans le dernier recueil poétique de Mistral, Lis Oulivado, avec, en épigraphe, le texte en ancien provençal de la vida de Cercamon. Nous n'avons rien à ajouter à ce que dit M. De Caluwé5 de l'origine éventuelle de cette citation, à savoir qu'il "n'est pas possible de (la) déterminer avec précision", les trois sources possibles présentant des textes similaires. Mais nous pouvons apporter quelques menus compléments concernant le texte lui-même, tel qu'il a été imprimé dans Lis Oulivado, à propos duquel M. De Caluwé fait simplement remarquer que "le verbe anar (y) est sans doute devenu onar à la suite d'une erreur typographique" (5). Signalons en effet que c'est bien la forme correcte anar qui figure dans les deux pré-publications du poème6 et même sur le manuscrit qui fut fourni à l'éditeur7. Comme l'écrivait Mistral lui-même, quelques mois avant de composer Lou Mirage, "il n'y a pas de mer sans coquilles"8. D'ailleurs, si nous y regardons de plus près, ce n'est pas la seule erreur d'impression, ni dans le texte9, ni surtout dans l'épigraphe, puisque, juste avant le fameux onar / anar, l'édition originale donne un poe tout aussi aberrant. Particulièrement instructif est, ici, le recours au manuscrit : il s'avère ainsi que Mistral avait d'abord écrit pot, qu'il a surchargé ensuite en poc, et que c'est cette rature, mal interprétée, qui a été à l'origine de la coquille poc. On observe à cette occasion que, si la rature s'imposait pour des raisons de concordance des temps, la forme initiale n'en était pas moins une forme exacte d'ancien provençal : bel exemple de ce que M. De Caluwé nomme, ailleurs, "une connaissance précise des vidas et... de la langue d'oc"10.

3Abordons à présent le poème. Cercamon y est présenté comme un troubadour qui, dégoûté "de racler psaltérion et viole", se retire au couvent de Psalmodi, au nord d'Aigues-Mortes. Au bout de quelques années, le "volage convers" éprouve le besoin de s'aérer l'esprit : promenades au bord des marais, puis mirages de caractère érotique sous l'effet du "démon de midi" (ainsi s'exprime Cercamon, str. 9), enfin confession au "bon prieur". Ce dernier explique benoîtement à Cercamon "déjà vieux" que le danger décroît quand l'âge s'avance, ce qui n'empêche pas le troubadour, éternel vagabond, de quitter le couvent.

  • 11 id. p. 234.
  • 12 R. Lafont, Mistral ou l'illusion, Paris, 1954, p. 324.
  • 13 Le fameux poème voluptueux Gardounado serait, si l'on peut en croire M. P-. Rollet (Poésies inédit (...)
  • 14 Memori e raconte, chap. VI.
  • 15 in Lis Isclo d'Or.
  • 16 Nerto, chant III, v. 288-298.
  • 17 La Trevanço (la Hantise), daté in fine du 12 mars 1907, a paru, comme Lou Mirage, dans Prouvènço ! (...)

4Que dire de ce texte, que certains trouvent "très beau"11 ? D'abord que, pour y voir au premier degré un "aveu" de "souffrance secrète" jetant une "lumière crue" sur la sensibilité charnelle du vieux Mistral12, il faut assurément ne rien savoir de la verdeur terminale, bien attestée, du Maître, et des dernières amours, aussi heureuses, sinon plus, que les premières13. Ajoutons que les thèmes mis en œuvre (la tentation de pénitence, la retraite au couvent, la lassitude de la vie religieuse, l'Église censurant la volupté) d'une part ont été depuis longtemps, et abondamment, traités par le poète, et d'autre part apparaissent ici avec un relief bien moindre : nulle comparaison entre la retraite simpliste de Cercamon et le délicieux départ du petit Mistral lui-même, à quatorze ans, pour la Chartreuse de Val bonne, tel qu'il nous le raconte dans ses Memori14 ; nulle commune mesure entre l'énervement du troubadour, causé par la répétition sempiternelle des hymnes (str. 4), et la tragique claustration de La Coumtesso15, poignante allégorie d'une Provence opprimée ; et quelle banalité dans la vision des chimères d'amour, par rapport à telle subtile tirade de Nerto16, ou par rapport à La Trevanço, que Mistral composa à peine un mois après Lou Mirage17 ! Oui, pour qui connaît les splendeurs de l'œuvre mistralienne, Lou Mirage apparaît comme un pot-pourri, pour le moins assez plat, de thèmes favoris, certes, mais ici mal agencés et peu élaborés et cette médiocrité de fond est soutenue, si l'on peut dire, par une forme laborieuse, parfois effroyablement chevillée (cf. str. 5) du fait de la rime unique pour chaque quatrain, avec quelques velléités du côté du genre du pantoum, mais sans la souplesse requise.

  • 18 op. cit. p. 235.

5Apparemment étrangères à notre sujet, ces considérations esthétiques sont pourtant fondamentales : quand on mesure vraiment les facultés mistraliennes de création pure, on éprouve quelque difficulté à admettre qu'elles sont déployées à plein, simplement "au départ de cette vida et d'une réflexion sur le nom du troubadour", comme le suggère M. De Caluwé18, pour un aussi piètre résultat. D'où la nécessité de chercher, (comme d'ailleurs pour Catelan lou Troubaire ou La Cadeno de Moustié, autres énigmes "troubadouresques", toujours irrésolues, de l'œuvre de Mistral et qui, à notre humble avis, ne sont pas non plus des chefs-d’œuvre, tant s'en faut) une détermination livresque correspondant certainement mieux à la tonalité du poème.

  • 19 cf. ce que dit Max-Philippe Delavouët à propos d'un passage du Pouèmo dou Rose : "Trente ans après (...)

6"Peut-être trouvera-t-on un jour une source littéraire à cette légende de Cercamon rapportée par Mistral" écrit M. De Caluwé (18) et, en effet, peut-être un jour quelque chercheur, plus minutieux ou plus heureux que M. De Caluwé et nous-même, dénichera-t-il dans un opuscule ou dans la presse locale un vague récit historique sur un passage de Cercamon à l'abbaye de Psalmodi. Qu'il nous soit cependant permis, en attendant, de suggérer quelques directions de recherche. Lou Mirage est en effet, pour ce qui concerne les "sources", un bel exemple du syncrétisme mistralien, associant deux éléments, d'un côté le personnage du troubadour, de l'autre le lieu de l'action. Et, lorsqu'on a compris que, chez Mistral, le pays prime sur le personnage historique, et la géographie sur l'histoire19, on commence à se demander si la majeure partie d'une éventuelle "source" ne serait pas à chercher du côté de Psalmodi plutôt que de celui du troubadour.

  • 20 publié à Paris, chez Dentu, en 1860, le volume se trouve actuellement, par exemple, en consultatio (...)
  • 21 Jules Marsan, La Bataille Romantique, Paris, 1912, p. 243-292 (tout le chapitre sur Le romantisme (...)
  • 22 Mirèio, in Courrier de Paris, 19 avril 1859 (cet article figure dans la Bibliographie Mistralienne (...)
  • 23 à la p. 26, dans la Crounico felibrenco signée "Anselme Mathieu" et écrite la chose est aujourd'hu (...)

7Reste à étayer cette hypothèse par des faits précis, ce que nous pensons être en mesure de faire, grâce à nos recherches sur Nerto qui nous ont conduit à étudier un ouvrage intitulé Rome en Provence, chroniques et légendes du Palais des Papes20, de Jules de Saint-Félix. Pour qui s'intéresse de près à la littérature française du xixe, Jules de Saint-Félix n'est pas un inconnu, et dans son livre La bataille romantique21, Jules Marsan lui consacre un chapitre de 50 pages. Relevons, pour notre part, que cet auteur avait des attaches méridionales, puisqu'il était né à Uzès en 1806, et même mistraliennes, puisqu'il écrivit un article louangeur lorsque parut Mirèio22, article dont il est fait mention dans l'Armana prouvençau pèr 186023. Mais l'essentiel, pour notre propos actuel, consiste en un récit d'une quarantaine de pages, situé à la fin du volume Rome en Provence, et intitulé L'abbaye de Psalmody. L'action, nous dit-on, se situe au début du xvie siècle (p. 194), c'est-à-dire dans une sorte de "post-moyen âge" puisqu'aussi bien, nous explique-t-on à la p. 195, rien n'a changé ou presque, depuis le séjour des papes à Avignon. Deux personnages tiennent la vedette. D'abord le supérieur du couvent, "riche gentilhomme dont la jeunesse s'était dissipée à courir le monde, c'est-à-dire le monde des cours les plus galantes de l'Europe. Arrivé à l'âge mûr, le repentir l'avait ramené à Dieu, et comme il avait manifesté le désir d'entrer en religion, on lui avait donné la dignité d'abbé de Psalmody" (p. 197). On nous pardonnera cette longue citation, où figure peut-être le point de greffe sur la figure légendaire de Cercamon, avec l'expression "courir le monde". Cela étant, il y aussi un jeune novice provençal, Robert de Vauréal, amené là par un grand chagrin d'amour : "Robert espérait ainsi arriver à dompter son cœur et ses sens, à éteindre les souvenirs" (p. 200). Un jour, le supérieur convoque Robert, et lui annonce qu'il veut lui imposer encore un délai d'épreuve, avant ses vœux : "votre âme n'est point encore tout à fait à Dieu, bien souvent elle s'élance hors des murs de cette abbaye à la poursuite d'une passion diabolique" (p. 201) et l'on se souvient que, chez Mistral, Cercamon sort se promener le long desmarais et qu'il redoute, ensuite d'y avoir rencontré le "démon de midi". Robert fait alors une description semi-hallucinée de son idole : "jamais fille d'Eve ne réunit en elle autant de grâces", dit-il (p. 206), et le Cercamon de Mistral verra danser des fantômes en pùri formo d'Evo (en pures formes d'Eves). Sur ce, le supérieur comprend qu'il s'agit d'une jeune Juive qu'il avait vainement poursuivie de ses assiduités, se sent défaillir, et prétend qu'il est victime de visions (p. 210). A la suite de quoi, pendant quatre pages (p. 211-214), toute l'abbaye chante des psaumes ces mêmes psaumes que le troubadour du Mirage finira par trouver "pesants". Au milieu de l'office apparaît un ange, qui fustige le supérieur indigne, et s'en va, mystérieusement suivi du frère Robert, jusque là "dans un délire extatique" (p. 215), tel Cercamon devant ses blondes apparitions (str.7). Dûment consulté, le cardinal-légat répond tout simplement que "l'apparition n'est pas l'œuvre du démon (...) c'est un avertissement salutaire révélant la puissance du Seigneur et ses intentions" (P. 226). Et il ajoute : "le frère Robert s'était imprudemment jeté au cloître ; il n'eût jamais été un saint religieux. Dieu a voulu le retirer de l'ordre monastique ; que la volonté divine soit faite, adorons et prions ! " (p. 227), ce qui est, de toute évidence, la morale désinvolte du Mirage. Le récit de Jules de Saint-Félix finit mieux encore, puisque nous retrouvons Robert dans les bras de celle qu'il aime, à Constantinople, "par un concours de circonstances extraordinaires (...) que les chroniqueurs du temps n'ont pas pris la peine d'expliquer" (P. 231). Nous nous réservons d'étudier un jour les points de convergence profonde qu'il peut exister entre ce récit et les thèmes mistraliens (notamment entre Robert et le Rodrigue de Nerto). Qu'il nous suffise ici de relever une série de coïncidences qu'on peut, selon nous, qualifier de probantes, depuis la localisation jusqu'à certaines reprises textuelles de détail, en passant par la notion fondamentale d'hallucinations amoureuses.

  • 24 op. cit. p. 330.
  • 25 en tête de la pièce XXII de La miougrano entre-duberto d'Aubanel, épigraphe fournie, comme toutes (...)
  • 26 "Oui, vous faites bien de conquérir les rives Danubiennes : je vous l'ai dit maintes fois, vous êt (...)
  • 27 Folquet de Marseille (Calendau, ch. V), Bertrand de Born et Bernard de Ventadour (Tresor, art. Dal (...)
  • 28 t. XVII (1905), p. 27-62, avec contribution d'A. Jeanroy (cf. l'édition des Poésies de Cercamon pa (...)
  • 29 op. cit. p. 262.

8Il reste à régler le cas de Cercamon. Quand bien même on ajouterait au Mirage, seule référence fournie par l'Index de la thèse de M. De Caluwé24, quelques autres allusions à Cercamon, comme une épigraphe empruntée à la pièce Quant l'aura doussa s'amarzis25, comme un intéressant passage de la correspondance où Cercamon devient l'ami Bonaparte-Wyse26, cela ne ferait pas grand-chose par rapport à l'immensité de l'oeuvre mistralienne. Alors, pourquoi Cercamon ? "Réflexion sur le nom du troubadour", dit M. De Caluwé (18), mais, si l'on admet les fortes déterminations relevées du côté de Psalmodi, on verra dans ces broderies onomastiques une fioriture annexe plutôt qu'une raison d'être. Ce qu'il faut sans doute rechercher, ce n'est pas ce qui, chez Cercamon, a décidé Mistral, mais ce qui a fait élire Cercamon plûtot que tel ou tel autre troubadour retiré dans un cloître et hanté par l'amour il n'en manque pas, même chez Mistral27 : au fond, pourquoi pas Cercamon ? A supposer qu'elle ait existé, la détermination devrait avoir relevé, nous semble-t-il, de l'accidentel le plus futile par exemple la publication, par les soins du Dr Dejeanne, des oeuvres de Cercamon dans les Annales du Midi28, en 1905, c'est-à-dire à une date étrangement proche de la composition du Mirage. On sait d'ailleurs que Mistral suivait avec la plus grande attention ces publications savantes consacrées aux langues romanes (Romania, Revue des Langues Romanes, etc.) et, si l'on veut raffiner, le Dr Dejeanne en figure-t-il pas, selon M. De Caluwé lui-même29, au nombre de ces érudits dont Mistral recensait les travaux ? Cela étant, qu'il s'agisse d'un vague souvenir d'une récente livraison des Annales du Midi, ou d'interprétations simplistes sur le nom du personnage et vieilles comme ce nom lui-même, on est dans l'obligation de constater que, du côté du troubadour, l'enracinement offre des perspectives nettement moins riches que du côté de l'abbaye. Face à Jules de Saint-Félix, littérateur contemporain, originaire d'Uzès, auteur d'un article à la gloire de Mirèio, face à un texte mettant en scène de beaux gentilshommes aimes et quelque peu diaboliques, on sent bien que, pour ce qui est des virtualités créatrices, la vida du troubadour gascon devait peser bien peu, et c'est peut-être précisément pour cela qu'elle figure en épigraphe, n'étant, si l'on ose dire, que la partie visible de l'iceberg. Et derrière Cercamon, simple moyen ici d'introduire un personnage de poète, nous sentons un autre moyen âge littéraire provençal, celui de toute cette littérature de second plan, très xixe au fond, peu digne d'intérêt par rapport à la "voie royale" de la critique médiéviste, certes, mais à coup sûr très attachante du point de vue de Mistral, et donc essentielle pour ce qui est de l'exégèse de son œuvre.

Notes

1 P. JONIN, Pages épiques du Moyen Age français, t. I, Paris, 1964, p. 8.

2 id. t. II, Paris, 1970, p. 257-258.

3 Mélanges (...) Jean Boutière, t. II, Liège, 1971, p. 801-806.

4 soutenue en 1971, publiée en 1974 à Paris sous le titre Le Moyen âge littéraire occitan dans l'oeuvre de Frédéric Mistral.

5 id. p. 235.

6 Prouvènço ! n° 27, 7 mars 1907 ; Armana prouvençau pèr 1909, p 26-27.

7 fac-similé au Palais du Roure, Avignon.

8 à propos des fautes d'orthographe, en provençal, de Mme de Flandreysy (lettre du 15 octobre 1906).

9 cf. str. 10 : noun cor au lieu de moun cor.

10 op. cit. p. 243.

11 id. p. 234.

12 R. Lafont, Mistral ou l'illusion, Paris, 1954, p. 324.

13 Le fameux poème voluptueux Gardounado serait, si l'on peut en croire M. P-. Rollet (Poésies inédites de Mistral, in Œuvres Poétiques, t. II, p. 481), de 1905.

14 Memori e raconte, chap. VI.

15 in Lis Isclo d'Or.

16 Nerto, chant III, v. 288-298.

17 La Trevanço (la Hantise), daté in fine du 12 mars 1907, a paru, comme Lou Mirage, dans Prouvènço ! (numéro suivant du 7 avril 1907) et dans Lis oulivado : c'est, avec à peu près les mêmes mots - mais sans Cercamon - les mêmes apparitions féminines (mythiques plutôt qu'érotiques) près d'un monastère (Montmajour).

18 op. cit. p. 235.

19 cf. ce que dit Max-Philippe Delavouët à propos d'un passage du Pouèmo dou Rose : "Trente ans après Calendau, même s'il le dit de façon plus concise et plus belle, Mistral dit pourtant la même chose : tout bien vu d'en haut, avec l'œil de cyclope du soleil, l'Histoire ne compte quasiment pas, seule la Géographie (le pays, l'homme dessus) est importante" (bulletin Lou Prouvençau à l'escolo, n° 62, 1972-1973).

20 publié à Paris, chez Dentu, en 1860, le volume se trouve actuellement, par exemple, en consultation à la Bibliothèque Municipale de Marseille Fonds de Provence, n° 6735.

21 Jules Marsan, La Bataille Romantique, Paris, 1912, p. 243-292 (tout le chapitre sur Le romantisme et la tradition latine).

22 Mirèio, in Courrier de Paris, 19 avril 1859 (cet article figure dans la Bibliographie Mistralienne de George Place, Mistral, Paris, 1969, p. 125).

23 à la p. 26, dans la Crounico felibrenco signée "Anselme Mathieu" et écrite la chose est aujourd'hui prouvée - par Mistral lui-même.

24 op. cit. p. 330.

25 en tête de la pièce XXII de La miougrano entre-duberto d'Aubanel, épigraphe fournie, comme toutes les autres, par Mistral (sur cette collaboration, cf. la lettre d'Aubanel citée par M. De Caluwé, p. 272).

26 "Oui, vous faites bien de conquérir les rives Danubiennes : je vous l'ai dit maintes fois, vous êtes en Félibrige l'apôtre des Gentils, vous êtes le grand Cercamon, le félibre qui cherche par le monde la pierre philosophale de la gloire. (...) Moi, vrai St Jean dans le désert, je fais pénitence dans mon dictionnaire" (28 mars 1881).

27 Folquet de Marseille (Calendau, ch. V), Bertrand de Born et Bernard de Ventadour (Tresor, art. Daloun), etc.

28 t. XVII (1905), p. 27-62, avec contribution d'A. Jeanroy (cf. l'édition des Poésies de Cercamon par ce dernier, Paris, 1922, p. IX).

29 op. cit. p. 262.

Auteur

Centre Universitaire d’Avignon

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540