Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Une version japonaise de Gaza

Hidéichi Matsubara

Texte intégral

  • 1 Gaston Paris, le Conte du trésor du roi Rhampsinite, étude de mythographie comparée (Revue de l'hi (...)

1Parmi les nombreux récits que nous transmettent les différentes versions du Roman des sept sages de Rome, Gaza a eu le privilège d'être minutieusement examiné par Gaston Paris dans son long essai : Le Conte du trésor du Roi Rhampsinite1. C'est le texte qu'il a lu en novembre 1874 à la séance de l'Académie des Inscriptions et des Belles Lettres. Il a gardé ce texte "en portefeuille" sans doute afin de reprendre l'étude à ses heures de loisir. Malheureusement, il n'a pas pu trouver le temps de reprendre le problème et à sa mort en 1903, le texte restait tel qu'il l'a laissé sans recevoir de retouches.

  • 2 Edmond Huber, Étude de littérature bouddhique. (Bulletin de l'École Française de l'Extrême-Orient, (...)

2Dans cet essai que Gédéon Huet a édité dans la Revue de l'Histoire des religions, quatre ans après la mort de son maître, Gaston Paris a comparé 18 versions du conte : ce sont celles d'Hérodote, de Pausanias, de Charax, du Roman de Dolopathos, de celui des Sept sages de Rome, de Bérinus, de Ser Giovanni, une version hollandaise, trois versions allemandes, des versions danoise, écossaise, russe, cypriote, mongole (Kandjour), sanscrite (Somadeva), kirgniz et ostiaque. La tradition asiatique est représentée ici seulement par les quatre dernières versions dont Kandjour seule est bouddhique. En 1874, lorsque Gaston Paris a lu son étude, le Japon était encore dans la sixième année de la Restauration de Meiji. Ni l'édition dite de Tokyo (1880-1884) ni celle de Taishô (1924-1934) du Tripitaka chinois n'étaient parues, la littérature japonaise n'était pas non plus bien connue à l'étranger. Gaston Paris ne pouvait même pas soupçonner l'existence d'une version japonaise du conte au douzième siècle ni celle de la source chinoise, puisque la source chinoise du 3ème siècle a été traduite en français seulement en 1904 par Edmond Huber sur l'édition japonaise du Tripitaka chinois2.

  • 3 Bunryu Nanjio, A Catalogue of the Chinese Translation of the Buddhist Tripitaka, Oxford, Clarendon (...)
  • 4 King liu yi siang (...)
  • 5 Fa yuan tchou lin (...)
  • 6 Edouard Chavannes, Cinq cents contes et apologues extraits du Tripitaka chinois et traduits en fra (...)
  • 7 Ken pen chouo yi ts'ie yeou pou p'i ye p'o seng che.
    (...)

3Aujourd'hui nous savons qu'il y a au moins trois versions du conte dans le Tripitaka chinois et qu'il existe aussi une traduction chinoise du Kandjour ; la plus ancienne version chinoise est celle qu'on trouve dans le Cheng King (Nanjio N° 669)3 traduite du sanscrit par Dharmarakja qui arriva en 266 à la cour impériale chinoise. Sa traduction a été recueillie, à peine retouchée, dans le King liu yi sianq (Nanjio N° 1473)4, en 516 aussi bien que dans la compilation chinoise Fa Yuan Tchou Lin en 6685. Edouard Chavannes a traduit une version chinoise dans ses Cinq cents contes et apologues6. Cest la version qu'il a trouvée dans le Ken pen chouo yu ts'ie yeou pou p'i nai ye p'o seng che7. Le quatrième et dernier tome de sa traduction des contes tirés du canon bouddhique, paru après sa mort, contient ses notes sur cette version et la traduction par Huber de la version du Cheng King.

  • 8 Bernard Frank, Histoires qui sont maintenant du passé ; traduction, préface et commentaires, Paris (...)

4La version japonaise du conte se trouve dans la collection bien connue des contes : Konjaku monogatari shû dont il existe maintenant un volume de morceaux choisis en français dû à Monsieur Bernard Frank dans la collection Unesco de la Connaissance de l'Orient8, Ce recueil de récits remonte au 12ème siècle. D'ailleurs, la littérature japonaise ancienne abonde en recueils d'anecdotes dont le plus ancien date du 8ème siècle. Si Gaston Paris avait pu connaître ces versions bouddhiques chinoise et japonaise, il aurait modifié sa théorie sur l'origine babylonienne du conte. En effet, ces versions extrêmes-orientales montrent des divergences et des rencontres troublantes dans les détails sur lesquels se fonde la théorie de l'éminent maître français.

5Sur le caractère du Konjaku monogatari shû, nous renvoyons le lecteur à l'excellente introduction que Monsieur Frank a jointe à sa traduction impeccable de l'ouvrage. Il n'a pas pu présenter la traduction intégrale du recueil puisqu'il contient plus d'un millier de contes et anecdotes. La version japonaise du Gaza a été éliminée de ses morceaux choisis : Histoires qui sont maintenant du passé, titre qui rend judicieusement le titre original. Tous les contes du recueil commencent par une formule consacrée "Ima wa mukashi" ; les deux caractères chinois de la formule, ima (= maintenant) et mukashi (= autrefois) se lisent à la façon japonaise kon (= kin, en chinois) et jaku (ou seki = hsi, en chinois), d'où le titre japonais de Konjaku monogatari (= récits) shû (= recueil).

  • 9 Nous suivons le texte édité par MM, Yamada dans la collection des textes classiques japonais :
    (...)

6Nous donnons donc ici le résumé de l'histoire qui est le trente-deuxième récit du tome X9.

"C'est maintenant du passé, sous le règne du roi --- (le nom manque dans le texte), deux voleurs, père et fils, pénétrèrent dans le trésor royal. Le fils gardant l'entrée vit venir la ronde de nuit. Il pensa que son père ne pourrait plus échapper et qu'il vaudrait mieux ne pas être identifiés que de mourir dans la honte, il avertit son père. Le père pour mieux écouter le chuchotement du fils, tendit le cou hors du trésor. Le fils lui coupa la tête d'un coup de son épée et s'enfuit en emportant la tête de son père. Les gardes royaux trouvèrent la porte du trésor fracturée et en l'inspectant, découvrirent un corps sans tête, ils constatèrent le vol de différents objets précieux. Le roi devina le manège, ordonna d'exposer le corps à un carrefour sous une stricte surveillance secrète ; il s’attendait à ce que le meurtrier revienne comme la coutume du pays exigeait que le fils incinère son père décédé dans les trois jours suivant la mort. Le soir, le fils, déguisé en vendeur de vin, revint passer exprès à côté des gardiens ennuyés d'avoir surveillé toute la journée le corps sans tête. Ils extorquèrent des pots de vin et des amuse-gueules à ce marchand et s'enivrèrent. Le fils revint encore une fois avec un char à bœufs chargé de fagots et renversa le véhicule contre le corps comme par accident et il promit en s'excusant de revenir débarrasser cela avec du renfort. Il revint en promeneur sans être interpellé avec une torche. Les flammèches brûlèrent les fagots entassés sur le corps. Les gardiens endormis sous l'effet de la boisson découvrirent le lendemain matin le corps incinéré. Le roi trouva le voleur astucieux et ordonna de garder le fleuve pendant trois jours, époque où le fils en deuil devait venir se purifier comme le veut la coutume du pays. Il fit garder le fleuve pour déjouer la méfiance non pas par des soldats mais par une jeune femme qui les avertirait lorsqu'elle aurait remarqué un baigneur. Un jeune homme vint courtiser cette femme. Ils dormirent ensemble, et le jeune homme alla se baigner dans le fleuve en disant qu'il avait chaud et voulait se laver. Il la quitta après lui avoir fixé un rendez-vous. Elle ne se douta de rien et déclara au roi qu'il n'y avait eu personne sauf ce jeune homme qui lui avait promis de l'épouser et qui s'était baigné dans le fleuve après avoir partagé son lit. Le roi enferma cette femme pour qu'elle ne puisse voir d'hommes. Elle mit un garçon au monde à son terme. Dans ce pays, un père rencontre son bébé sans faute même sans le connaître dans les trois jours qui suivent la naissance et lui donne un baiser. Le roi ordonna à la femme de se tenir au marché le bébé dans les bras, et aux soldats de saisir l'homme qui embrasserait l'enfant. Personne ne vint embrasser le nouveau-né, mais un homme s'arrêta devant l'enfant, l'admira et voulut lui donner un gâteau de riz qu'il portait. Il mastiqua une parcelle et la donna à l'enfant bouche à bouche sans être soupçonné. Le roi fut intrigué du compte-rendu mais il n'avait plus le moyen de saisir le suspect. Quelques années après, le bruit courut qu'un vilain avait détrôné le roi dans un pays voisin par on ne sait quelle intrigue. Ce nouveau roi demandait la main de la princesse de ce pays. A la date convenue, le nouveau roi vint avec un cortège innombrable épouser la princesse. A la fin des trois jours de festin du mariage, au départ des nouveaux mariés, le roi demanda à son gendre s'il n'était pas le voleur du trésor royal. Le gendre l'admit en souriant, mais lui conseilla de ne pas réveiller les vieilles histoires, et partit avec son épouse. Le vieux roi regretta d'avoir donné sa fille à un vilain et se fit l'objet de la risée des autres rois voisins. On dit que le roi son gendre avait du mérite."

  • 10 Dans la version de Somadeva, un des voleurs s'appelle Karpara, c'est-à-dire, le pot ; Ghata, son c (...)
  • 11 A. Schiefner, Uber einige morgenländischen Fassungen der Rhampsinite-Sage (Mélanges asiatiques tir (...)
  • 12 Devadatta est un cousin de Bouddha et son plus grand antagoniste.

7Cette version japonaise suit dans les grandes lignes les versions chinoises du canon bouddhique. Dans les versions chinoises, les voleurs creusent un passage souterrain pour accéder au trésor et le jeune voleur conseille à son oncle de s'engager dedans les pieds en avant ou à reculons. L'absence de passage souterrain dans la version japonaise épargne à la version cette remarque du jeune homme et lui permet d'introduire une scène pittoresque et plutôt comique du voleur père peu méfiant qui allonge son cou dehors à l'avertissement de son fils. Dans les versions chinoises, le voleur jette un tronc d'arbre plusieurs fois dans le fleuve pour déjouer la surveillance, Les surveillants lassés ne remarquent plus le voleur qui traverse le fleuve à la nage. Dans le Kandjour et le Ken pen chouo yi ts' ie yeou pou p'i nai ye p'o seng che, le voleur fait flotter une cruche sur le fleuve. Les surveillants après avoir brisé plusieurs cruches en les frappant laissent passer le jeune homme nageant avec un pot de terre sur la tête. Ce thème nous rappelle le pot à lait de la mère dans les autres versions orientales ou le nom des deux voleurs de la version de Somadeva10. La ruse pour embrasser l'enfant lie la version japonaise aux versions chinoises, mais dans le Cheng King, le voleur enivre la nourrice et enlève l'enfant ; les versions chinoises connaissent le thème du bras du mort qui est laissé dans la main de la princesse, thème attesté dans Hérodote. Nous savons que la version japonaise s'apparente étroitement aux versions chinoises ; l'absence des thèmes de l'enlèvement de l'enfant et du bras substitué dans la version japonaise parant nous conseiller une grande prudence dans la comparaison des détails. Gaston Paris pensa que dans l'original les voleurs devaient être père et fils. Les versions chinoises et le Kandjour tibétain11 présentent oncle et neveu ; dans l'exégèse bouddhique, le neveu n'est pas autre chose que le Bouddha lui-même dans ses vies antérieures, le bébé est Rafula, son fils, l'oncle, Devadatta12. Si dans la forme originale les voleurs ont été père et fils comme le pense Gaston Paris, la version japonaise a dû rétablir la relation sans connaître l'original, puisque les versions bouddhiques chinoises et le Kandjour les présentent comme oncle et neveu. Le thème du bras d'un mort attesté dans Hérodote, et partout absent dans les versions européennes, réapparaît dans le Cheng King du 3ème siècle et la version japonaise ignore ce trait comme les versions européennes.

8L'enfant qui reconnaît son père sans le connaître est un thème cher à la mythologie japonaise. Dolopathos développe le thème, le Kandjour le connaît, mais la version japonaise laisse tomber ce thème. Ces divergences et surtout certaines différences de détails entre les versions chinoises et la version japonaise peuvent être attribuées à l'initiative du traducteur, elles invitent aussi à une extrême prudence dans notre travail de manipulation des versions en vue de la recherche de la filiation et de l'origine.

9Cela nous mènerait trop loin que d'entrer dans la question épineuse de l'origine du récit. Nous voulons simplement attirer l'attention sur l'existence de ces versions chinoises et japonaises pour reposer la question de la transmission du conte. Nous aimerions penser que si Gaston Paris avait pu connaître une version chinoise, par exemple celle du Cheng King, il aurait été moins catégorique dans ses conclusions. Gaston Paris connaissait seulement une version indienne par Somadeva (Kata-Sarit-Sagara) qui appartient à la fin du onzième siècle, tandis que le Cheng King a été traduit du sanscrit au 3ème siècle. Ce conte a été aussi bien apprécié en Occident qu'en Orient, puisqu'il a servi de cadre en France à ce vaste roman de Bérinus et qu'il est en Asie attesté en divers endroits dans le Canon bouddhique et aussi dans ce recueil représentatif de contes au Japon : Konjaku monogatari shu. La question de l'origine et de l'expansion de ce conte doit être réexaminée et restera toujours ouverte devant ceux qui s'intéressent à la littérature comparative médiévale.

***

Notes

1 Gaston Paris, le Conte du trésor du roi Rhampsinite, étude de mythographie comparée (Revue de l'histoire des Religions, 1907, pp.151-187, 267-316).

2 Edmond Huber, Étude de littérature bouddhique. (Bulletin de l'École Française de l'Extrême-Orient, 1904, pp.698-726) La section II contient sous le titre : Le trésor du roi Rhampsinite, une nouvelle version indienne du conte d'Hérodote, une traduction de la version chinoise, tirée du Cheng King, et mentionne les autres versions chinoises du Tripitaka chinois.

3 Bunryu Nanjio, A Catalogue of the Chinese Translation of the Buddhist Tripitaka, Oxford, Clarendon Press, 1883°; Le Cheng King Image est édité dans le Tripitaka de Taishô sous la rubrique n°154.

4 King liu yi siang Imagen°1473 dans le Tripitaka de Taishô.

5 Fa yuan tchou lin Imagen° 2122 du Tripitaka de Taishô.

6 Edouard Chavannes, Cinq cents contes et apologues extraits du Tripitaka chinois et traduits en français, 4 vol., Paris, 1910-1934.

7 Ken pen chouo yi ts'ie yeou pou p'i ye p'o seng che.
Image
N° 1450 dans le Tripitaka de Taishô.

8 Bernard Frank, Histoires qui sont maintenant du passé ; traduction, préface et commentaires, Paris 1968 (Collection Connaissance de l'Orient, n°26).

9 Nous suivons le texte édité par MM, Yamada dans la collection des textes classiques japonais :
Image
Tokyo, 1960.

10 Dans la version de Somadeva, un des voleurs s'appelle Karpara, c'est-à-dire, le pot ; Ghata, son complice arrive près du corps exposé de Karpara et laisse tomber un pot rempli de lait. Il peut ainsi se lamenter publiquement sur le "Karpara plein de douceur". Le nom Ghata peut signifier "cruche".

11 A. Schiefner, Uber einige morgenländischen Fassungen der Rhampsinite-Sage (Mélanges asiatiques tirés du Bulletin de l'Académie Impériale des Sciences de Saint-Pétersbourg, t. VI, 1870) ; pp. 161-186, contient le résumé de la version du Kandjour.

12 Devadatta est un cousin de Bouddha et son plus grand antagoniste.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3729/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3729/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

Auteur

Université Kéio à Tokyo

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540