Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

"Le baiser de la reine" et "le cri de la fée". Étude structurale du Bel inconnu de Renaut de Beaujeu

Jeanne Lods

Texte intégral

  • 1 Studies on The Biaus Desconus, Harvard studies and notes IV, Boston 1895.
  • 2 Romania. t. XXVI, 1897.
  • 3 Li Biaus Desconneüs de Renaud de Beaujeu, texte publié avec introduction et glossaire. Thèse, Pari (...)

1Les premiers érudits qui se sont intéressés au Bel Inconnu sont tombés d'accord pour souligner le manque d'originalité de l'œuvre ; ayant fait un relevé exhaustif des similitudes entre l'Erec de Chrétien et le roman de Renaut de Beaujeu, W.H. Schofield1 en inférait que l'auteur avait tout emprunté ; E. Philippot2, tout en critiquant certains rapprochements, accorde que Renaut "avait sous les yeux" ou "savait par cœur le poème du maître Chrétien" ; G. Perrie William3 pense que l'on pourrait allonger la liste des réminiscences et que c'est trop peu dire que d'affirmer que l'auteur sait par cœur l'œuvre de Chrétien. Toutes ces critiques sont fondées, mais il faudrait se rappeler que nous ne sommes plus au xiième siècle mais au début du xiiième, on entre dans une ère de très riche production romanesque où les écrivains n'inventent ni ne découvrent de thèmes inconnus, mais réfléchissent sur les éléments empruntés et les utilisent dans des structures nouvelles pour en dégage" un nouveau sens. Si on lit le Bel Inconnu dans cet esprit, on s'aperçoit que, sans atteindre aux savantes et rigoureuses architectures des romans en prose, Renaut manifeste déjà un sens de la construction signifiante qui fait de lui dans une certaine mesure, un novateur.

  • 4 G. Paris, Etude sur les romans de la Table Ronde :Guinglain ou le Bel Inconnu, Romania t. XV, 1886 (...)

2On a discuté sur ce qui constitue le noyau du conte.4Nous ne renouvellerons pas cette querelle qui ne prend tout son sens que dans la perspective de la comparaison des versions anglaises, allemandes et italiennes postérieures à notre texte et tend à établir ou à réfuter l'existence d'un conte primitif, ce qui n'est pas ici notre propos. L'étude que nous tentons de la construction du Biaus Descouneüs apporte un argument nouveau à la thèse soutenue par G. Paris et reprise avec des nuances par certains autres critiques, qui considère que le Fier Baiser est le point culminant de l'histoire.

3Matériellement il est situé à peu près au centre du récit : le roman compte 6 265 vers et l'épisode en question se place entre le vers 2 852 et le vers 3 454. Si l'on conduit l'analyse, comme le fait W. H. Schofield, en cherchant une suite linéaire, on arrive à un curieux déséquilibre : douze épisodes successifs sont distingués, les dix premiers représentent chacun trois ou quatre cents vers et ce qu'il appelle "la conclusion" puis, assez arbitrairement la "continuation de BI", tout le reste, c'est-à-dire non loin de trois mille vers.

4En réalité ce qui vient après le Fier Baiser ne doit pas être négligé, les épisodes correspondent à ceux qui le précèdent avec une régularité qui semble voulue et dont il est permis de chercher le sens.

5L'aventure commence à la cour d'Artur, au couronnement du roi, et finit par le retour de Guinglain, son mariage avec Blonde Esmerée et son couronnement à Senaudon. Entre le départ et le Fier Baiser, Guinglain rencontre deux types d'aventures qui risquent de compromettre le succès de sa mission : une série de rencontres chevaleresques dont il triomphe en affirmant de plus en plus sa valeur, jusqu'à conquérir l'admiration et la confiance d'Hélie la messagère, d'abord sceptique ; et d'autre part les Aventures de l'Ile d'Or. Celles-ci commencent par une victoire sur le chevalier qui prétendait à la main de la Dame du lieu mais prennent un tout autre tour dès que le Bel Inconnu, ébloui en présence de la Fée, en devient amoureux cependant qu'elle décide de le retenir ; la Fée se montre provocante mais refuse de se donner et la scène d'amour manquée se termine en rêve. Malgré son désir, le chevalier, rappelé au sens du devoir par Hélie, s'enfuit au petit matin avec l'aide de son écuyer Robert. On arrive alors à l'essentiel, à la Gaste Cité où l'aventure du Fier Baiser attend le Bel Inconnu : le baiser de la guivre, qui redevient la Reine et projette de faire son époux de Guinglain, qui entre temps a appris son véritable nom par une voix mystérieusement sortie d'une armoire ; l'action culmine en ce point et l'auteur déploie toutes les ressources de son imagination et de sa mémoire.

6Après le Fier Baiser, les deux mêmes types d'aventure se retrouveront avec le retour à l'Ile d'Or, la rencontre des chevaliers vaincus et les exploits du tournoi. Là pour maintenir l'équilibre il fallait tricher un peu : si Renaut de Beaujeu n'avait pas tenu à faire de cette seconde partie une réplique à la première, symétrique par rapport au Fier Baiser, il lui aurait été facile de puiser dans ses modèles de nouveaux exploits, mais il veut une reprise exacte des thèmes avec un retour des mêmes personnages. Pour le deuxième séjour à l'Ile d'Or il est facile de créer en même temps un parallélisme et une progression, il n'en va pas de même pour les aventures chevaleresques : les chevaliers vaincus par le Bel Inconnu se retrouveront sur la route de Blonde Esmerée, allant comme elle sur l'ordre de Guinglain à la cour du roi Artur, mais le récit de la rentrée occupe peu de place et ne peut guère être étoffé.

7C'est pourquoi sans doute l'auteur imagine et développe démesurément le tournoi. Ce n'est pas non plus un récit très personnel et l'on pourrait relever un nombre de clichés épiques aussi important que celui des clichés romanesques, mais cela permet matériellement de respecter la symétrie et en même temps de retrouver les chevaliers vaincus avec ceux de la Table Ronde, de rappeler l'intuition du roi, qui avait "nommé" le Biel Descouneus, par une nouvelle reconnaissance : Artur est le premier à se douter que le chevalier étranger qui se couvre de gloire est Guinglain, et l'on arrive à la fin du récit à un vers :

Iluec fu Guinglains coronnés
v. 6241

8qui fait pendant au début :

A Charlion qui siet sor mer,
Se faissoit li rois coroner
vv. 11-12 ;

9Le schéma du roman peut être sommairement figuré par un cercle :

10Le goût de la construction que nous trouvons ici sera de plus en plus répandu chez les conteurs des xiiième et xivème siècles et cet imitateur, qui semble inventer si peu, est en réalité, peut-être d'ailleurs à son insu, bien plus tourné vers l'avenir que vers le passé, même s'il semble par moments se contenter de juxtaposer les épisodes en usant des formules traditionnelles : "D'or en avant vos vel conter (v. 3 355). Or dirons de Blonde Esmerée" (v. 5 055).

  • 5 Guillaume de Dole, éd. R. Lecoy CFMA v. 1 456 sqq. ; cf. texte intégral de la chanson dans éd. G. (...)

11Mais, au moyen âge, le goût de la construction est rarement gratuit : les symétries et les retours ont leur sens et correspondent à la conception de l'auteur ; or ici cette conception n'est pas empruntée au "maître" qu'il paraît suivre trop fidèlement ; le lecteur est éclairé sur ce point par des développements que l'on peut placer dans le schéma circulaire des aventures et qui reviennent eux aussi à intervalles réguliers. L'auteur commence par une adresse de dix vers à "cele qui m'a en sa baillie" qu'il aime "outre mesure" et qui lui a donné "sens de cançon faire". Ce pourrait être un souvenir du prologue de la Charette mais l'esprit est tout différent : Renaut de Beaujeu parlé en son nom personnel, il est le poète lyrique que Jean Renart connaît5 et cite ; au vers 1 235 il interrompt son récit pour évoquer "celi dont ne me puis retrairé'et pour maudire les amants déloyaux qui "se font sages d'amor" et sont "faus et traïtor" et il nous apprend sa propre histoire qui est celle de tous les troubadours" Las por li muir et por li cant" (v. 1 270). il se rapproche par les sentiments plutôt de la lyrique d'oc que de la courtoisie chevaleresque de Chrétien ; il y a en lui un amoureux plein de scrupules qui se demande s'il aie, droit d'appeler sa Dame s'amie puisqu'elle ne lui donne aucun gage de son amour : "Que dirai donc ? La molt amee" v. 1 266). Cette longue parenthèse se place avant l'arrivée à la Gaste Cité dont elle retarde le récit. Un second aparté se retrouvera aux vers 4826-4861, après la scène d'amour entre Guinglain et la Fée ; c'est un éloge de l'amour, une malédiction contre ceux qui parlent mal des dames et de fine amor et, pour finir, une exclamation fervente et inquiète du poète :

Ha ! Deus arai ja mon plaissir
De celi que je ainme tant ?
vv. 4 860-4 861.

12Renaut montre ainsi que l'histoire qu'il conte est celle de son propre amour ; il se confond avec son personnage non pour les aventures rencontrées mai s pour les sentiments éprouvés et nous commençons à comprendre que l'essentiel dans Li Biaus Descouneüs, ce ne sont pas les thèmes empruntés mais les passions des protagonistes. C'était un "conte d'aventure", la "chançon" qu'il en tire est une chanson d'amour et même une supplique, comme le prouvent les vingt vers de l'explicit qui font pendant au prologue, mais qui rouvrent le cercle que le mariage et le couronnement de Guinglain semblaient avoir clos : Renaut donnera peut-être une suite au roman si sa Dame le désire, il dépend d'elle que le chevalier retrouve la Fée. Assez subtilement, dans un style qui fait penser au Jean Renart du Lai de l'ombre Renaut se propose de faire retrouver "s'amie qu'il ot perdue" si la Dame fait bon accueil à son amour, sinon il ne sera plus question de Guinglain, condamné en somme à un sage bonheur conjugal, vengeance contre son héros de sa propre déception, soumission à la volonté de la Dame, refus de conclure définitivement. Car il y avait un choix à faire, dont Guinglain et Renaut se révèlent incapables : choix entre deux formes d'amour, entre le devoir et la clé de cette ordonnance autour du Fier Baiser. L'opposition entre la Reine et la Fée, qui ne vient pas des romans arturiens, est une opposition entre deux types de femme ; le merveilleux est tout entier du côté de la Fée ; Blonde Esmeree, grâce au Fier Baiser, échappe au monde des enchantements ; le baiser donné et reçu, la guivre s'éloigne et la femme se montre. Même avant d'être appelée "la fée", pour la première fois au vers 3 699, la "biele as blances mains" apparaît dans une atmosphère merveilleuse. Le contraste du cadre souligne le fait : la Reine, victime d'un enchanteur malfaisant vit à la Gaste Cité, tandis que la Fée habite un palais d'une splendeur surnaturelle, pierres de cristal et voûtes d'argent, escarboucles plus resplendissantes que le soleil d'été, défendu par vingt tours bleues "plus beles ne verres jamais" (v : 1 919), tout cela impliquant bien évidemment que

cil qui le fist sot d'encanter
v. 1 905.

13Dès le premier séjour du Bel Inconnu à l'Ile d'Or les pouvoirs de celle que l'on nomme alternativement "la pucelle", la dame", ou la "dameisselle" sont déjà brièvement indiqués (v. 1 935-36), ils seront énumérés de façon moins sommaire (vv. 4 934-47) au cours d'une scène où la Fée explique à la fois l'origine de ses pouvoirs et l'usage qu'elle en fait "je sui cele" e "si sui cele", répète-t-elle avec orgueil : elle a suscité les aventures qui ont conduit le Bel Inconnu au Fier Baiser, la voix mystérieuse sortant d'une aumaire qui lui révèle son nom était la sienne et c'est encore elle qui par ses sortilèges est à l'origine des mésaventures du héros qui voulant l'approcher s'est cru en danger d'être noyé, puis d'être écrasé sous le poids du palais qui repose sur sa nuque et se retrouve, à sa grande honte.au milieu des rires de ses serviteurs, accroché au perchoir d'un épervier ou la tête sous son oreiller.

14Cette fois c'est pour le punir qu'elle a créé les illusions :

Ceste paine vos ai je faite
Que vos avés issi grant traite
Por la honte que me fessistes
Que vos issi de moi partistes.
vv. 4 917-4 920

15La magie est entre les mains de la Fée une arme pour châtier et aussi pour attirer et retenir l'homme qu'elle aime, lui procurant des aventures, l'aidant à les mener à bien, reculant son plaisir, comme elle le dit elle-même en quatre vers qui résument son action ;

Saciés molt me sui entremisse,
en tos senblans en tos servisse,
coment avoir je vos pelisse
Ne coment vostre amie fuisse.
vv. 50 005-5 008.

16L'opposition entre la Reine et la Fée est donc une opposition entre le merveilleux et le quotidien mais plus encore entre les phantasmes et la réalité et avant tout une opposition de caractères, perceptible dans les circonstances analogues qu'elles sont amenées à rencontrer.

17Comparons les scènes où les deux femmes décident de prendre Guinglain pour époux : la Fée se déclare d'abord au chevalier lui-même en s'offrant à son désir :

Se li a ses bras au col mis,
puis li a dit : "Li miens amis,
Conquis m'avés, vostre serrai ;
vv. 2 261-63

18puis elle convoque ses barons, non pour leur demander leur avis, mais pour leur faire part de sa décision, ce qui est un moyen de plus de s'attacher le Bel Inconnu, Hélie ne s'y trompe pas qui met en garde Guinglain :

Si serrés pris, jel sai de voir.
v. 2 326.

19La Reine, dans une circonstance semblable, après la scène du Fier Baiser, va visiter le chevalier blessé, sa façon de l'aborder est pleine de réserve : elle lui rend son salut et lui dit simplement

"vostre doi estre par raison. "
v. 3 303.

20Elle aussi convoque ses barons "dont elle estoit amee" et les consulte :

Me loés vos que je li face
Tel cose dont aie sa grace ?
vv. 3 524-25.

21Les barons applaudissent à sa proposition et les trois plus hauts ducs sont envoyés à Guinglain, ils énumèrent les raisons qui font de la Reine un excellent parti et transmettent au chevalier son message :

Or me distes vostre corage
si le redirai au barnage
Et a ma Dame la roïne
qui vos ainme molt d'amor fine.
vv. 3 588-3591

22Le terme d'"amor fine" ne saurait mieux venir, tout se passe sur un ton de parfaite courtoisie et aussi de parfaite loyauté féodale et la réponse de Guinglain n'étonne personne : ce bon vassal ne saurait prendre femme sans l'assentiment de son suzerain, que la Reine se rende à la cour et se présente au roi Artur et là Guinglain l'épousera, si Artur y consent :

Et s'ele me veut a signor
Ilueques m'en consilierai :
Se li rois veut, si le prendrai :
vv. 3 626-28.

23En contraste aussi les attitudes des deux femmes que Guinglain abandonne tour à tour. La Fée, quand Guinglain revient vers elle, commence par affecter de ne pas le reconnaître ; puis elle lui adresse un assez long discours où s'entrelacent le thème de son humiliation et celui de son amour passé qui l'empêche de se venger, avant de lui avouer qu'elle l'aime encore. Ensuite elle joue longuement et assez cruellement avec lui, lui laissant espérer qu'elle l'accueillera dans son lit ou viendra le rejoindre, puis créant des obstacles imaginaires jusqu'à le réduire au désespoir

Ha ! las fait il con fiere cose !
Bien voi la canbre n'est pas closse
Et si n'en puis entrer dedens
vv. 4 664-70.

24Elle se montre hautaine et rancunière en même temps qu'ardente dans son désir et, comme lors de la première rencontre, sans cesse provocante envers le chevalier. La Reine au contraire, toujours réservée dans l'expression de ses sentiments, s'adresse à Guinglain en termes forts et sobres quand il lui annonce qu'il a affaire ailleurs et ne peut l'accompagner :

… Merchi sire ;
Misse serroie en grant martire.
vv. 1 889-90

25et quand il la quitte non sans désinvolture :

Dame ne puet estre autrement ;
Je m'en vois, a Diu vos cornant
Et vos e tos vos compaignons
vv. 189 193

26elle fait certes "grant dol"

Et neporquant ne remaint mie
que ele adés a cort n'en aille
vv. 1 904-1905.

27Elle obéit à l'homme qu'elle doit épouser et poursuit sa chevauchée en grand arroi, elle accueille les chevaliers vaincus par Guinglain et leur parle sans rancune ni soupçon :

Il doit a le cort repairier,
Se Dius le garde d'encombrier ;
Il est ne sai quel part tornés
vv. 5 109-11

28Arrivée devant le roi Artur elle lui dit, comme si rien ne s'était passé :

Or vos pri, rois de france orine
Que vos a mari me donnés
Guinglain si ert rois coronnés.
vv. 5 216-18.

29Quand, après le tournoi, Guinglain revient à elle, son accueil est joyeux et cette fois encore sobrement décrit :

Quant Blonde Esmerée le vit,
Saciés que grant joie li fist,
Guinglain enbracha et salue.
vv. 6 154-6 155.

30Blonde Esmerée est de la race des épouses amoureuses et soumises : Enide, qui lui a peut-être servi de modèle, mais aussi Fresne et Guilladun chez Marie de France, en attendant que la figure de Griselidis prenne ses traits définitifs.

31Le contraste entre les deux femmes est souligné non seulement par leurs attitudes, mais même par leur apparence extérieure. Il est injuste de reprocher à Renaut une prétendue monotonie de ses portraits. Certes, on retrouve chez lui les clichés qui resteront longtemps habituels ; demander à notre auteur de donner à ses figures féminines des traits plus individualisés, c'est lui demander d'être en avance de plusieurs siècles sur son temps et d'avoir surpassé ses maîtres. Si Enide, Guenièvre ou Iseut vivent dans notre mémoire avec des visages irremplaçables c'est que nous créons une image qui ressemble au cœur et à l'âme que le poète leur a donnés, les descriptions n'y sont pour rien. Mais de plus nous trouvons ici des indications qui nous permettent de nous représenter les deux femmes.

32Il est à noter que leur première apparition les oppose tant par la descritpion que par l'éclairage du tableau : La Reine se montre â Guinglain à son réveil dans la clarté du grand jour, mais son portrait reste assez abstrait, tracé à coups de superlatifs et de prétentions qui font deviner plus qu'ils ne montrent :

En la sale grant clarté a.
A son cief trova une dame
Tant biele c'onques nule fame
Ne fu de sa biauté formee ;
Tant estoit fresse et coloree
Que clers ne le sauroit descrire
Ne boce ne le poroit dire
*Ne nus ne le poroit conter.
vv. 3259-3267.

33En revanche la lumière qui entoure l'apparition de la Fée semble émaner d'elle

Sa biauté tel clarté jeta
Quant ele en le palais entra
Corn la lune ist de la nue.
vv. 2 221-2 223.

34Ses traits expriment la sensualité, l'attention est attirée par ses lèvres, ses dents, sa "boce bien faite por baissier" (v. 2 240) ses bras "bien faits por embracier (v. 2 241) ; et en effet quand elle aborde le chevalier, son premier geste est de lui jeter en riant ses bras autour du cou. Mais surtout les costumes des deux femmes sont révélateurs : là encore des traits communs clichés de toute description se voulant somptueuse, mais les différences sont plus frappantes ; la richesse de la Reine accentue la dignité de sa tenue ; à sa première apparition elle est vêtue d'un manteau de zibeline et d'hermine, muni d'attaches si solides que nul ne saurait les rompre (v. 3 287-88), quand elle se présente au roi Artur elle porte encore un manteau "a pene de sable", bordé de la peau d'une étrange bête marine qui protège de tout venin (v. 5 155 sqq.) et une ceinture de soie. La Fée apparaît la première fois vêtue de samit, avec un "capiel de roses", les cheveux rejetés en arrière et galonnés de fil d'or (v. 2 245 sqq.) ; à sa seconde apparition (v. 3 941 sqq.) elle revient de la chasse sans manteau, sans guimpe "eskevelee" :

Par derrière ot jeté ses crins
Plus relui sans que nus or fin
vv. 3 979-80

35et cette fois encore

… a un fil d'or
ot galonné son cief le sor
vv. 3 981-82.

36Devant cette insistance à évoquer la coiffure de la Fée, comment ne pas penser à la valeur érotique que les critiques modernes ont attribuée à la chevelure ? Comment s'étonner aussi que Guinglain à la première rencontre manque de s'évanouir et que par la suite, quand la Fée se refuse à lui il la tienne en rêve dans ses bras (v. 2 468) et que, séparé d'elle il la voie encore

Tot a nus piés en sa cemisse
En tel sanblant et en tel guisse
Com il le vit quantele vint
Au lit el palais le tint
vv. 3 701-3 704.

37Aux deux figures de femme correspondent deux formes de l'amour : celui de la Fée, qui échappe à toute espèce de raison et de volonté, aboutit à la scène d'amour dans la chambre qui "sembloit paradis" pleine de parfums, de "dras de soie" et de pierres rares, pavée de mosaïques où toutes les bêtes de la terre et de la mer sont représentées, où Guinglain reçoit la récompense de ses peines ; celui de la Reine mérite une autre forme de récompense : celle que constitue la réussite selon la loi féodale : le mariage avec une reine richement dotée, le couronnement en présence du Roi Artur ; cette forme-là aussi Guinglain l'accueille :

Il vit la damé et biele et saje
Se li plot molt en son corage.
vv. 6 193-94.

38Même si l'on refuse d'attacher trop d'importance aux souvenirs de Perceval et de considérer le Bel Inconnu comme un roman d'éducation, on ne peut s'empêcher à ce moment-là de penser à Télémaque mis en présence d'Antiope après avoir échappé aux séductions de Calypso : Fénelon, pour caractériser la jeune fille emploie presque les mêmes mots.

39Tout le long du récit - les parallélismes de la structure le soulignent - le héros oscille entre ces deux amours. Passant chaque fois à un univers différent : il quitte l'Ile d'Or sur le conseil d'Hélie pour remplir son devoir de chevalier, il abandonnera la Reine en se donnant à lui-même un prétexte fourni par ses habitudes courtoises : c'était très mal agir que de partir de l'Ile d'Or sans prendre congé. Peut-être d'ailleurs est-il sincère de même qu'il pense peut-être réellement qu'il ne doit pas épouser Blonde Esmerée sans l'assentiment du roi Artur : il n'est pas tout à fait détaché d'un monde qu'il croit encore le sien ; en fait, il est obsédé du regret de la Fée, poursuivi en songe par son désir frustré : c'est un autre amour, un autre monde, un autre homme.

40Aux derniers mots du récit, il semble que l'univers des phantasmes érotiques soit définitivement banni :

Et la dame ra esposee
Et aveuc lui fu coronnee
Puis fu rois de molt grant memore
Si con raconte li istore
vv. 6 243-46.

41Mais le poète ne se tait pas encore et, revenant à la forme personnelle, il offre son roman à sa Dame en lui proposant une continuation où Guinglain retrouverait "s'amie" si elle veut "un biau sanblant mostrer". Nous nous rappelons alors qu'il s'est confondu avec son héros dans les moments où celui-ci souffrait pour la Fée, qu'il l'a envié en se demandant s'il connaîtrait jamais le même bonheur.

42Il y a conflit en lui littérairement entre le disciple du "mâitre Chrétien", qui prône l'amour conjugal, et le poète lyrique qui rêve d'amours différentes et peut-être impossibles et pourquoi n'aurait-il pas pressenti le drame intérieur auquel poètes et romanciers, du xixème siècle ont été si sensibles, les contradictions et les souffrances qui naissent à la fois de la double nature de la femme et de la "double postulation" au cœur de l'homme. C'est pourquoi, sans vouloir multiplier les rapprochements, je me suis permis de laisser en tête de cet essai l'association nervalienne qui s'était imposée à moi à la lecture du Bel Inconnu et qui me semble commander la construction du roman.

Notes

1 Studies on The Biaus Desconus, Harvard studies and notes IV, Boston 1895.

2 Romania. t. XXVI, 1897.

3 Li Biaus Desconneüs de Renaud de Beaujeu, texte publié avec introduction et glossaire. Thèse, Paris, Oxford, 1915.

4 G. Paris, Etude sur les romans de la Table Ronde :Guinglain ou le Bel Inconnu, Romania t. XV, 1886, M. Kaluza, Leipzig 1890. ; A. Mennung, Der Bel Inconnu des Renaut de Beaujeu in seinem Verhältniss zum ly beaus Fesconus, Carduino und Wigalois, Halle 1890. cf. état de la question in W.H. Schofield, op. cit.

5 Guillaume de Dole, éd. R. Lecoy CFMA v. 1 456 sqq. ; cf. texte intégral de la chanson dans éd. G. Berrie Williams, Le Bel Inconnu, CFMA p. 192.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k

Auteur

École Normale Supérieure de Jeunes Filles

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540