Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Le caractère "nordique" de certains détails de Flamenca

Rita Lejeune

Texte intégral

  • 1 Le Roman de Flamenca. Nouvelle occitane du 13e siècle, Edition Francke, Berne 1976 (Romanica Helve (...)

1"Le dernier éditeur du Roman de Flamenca, M. Ulrich Gschwind, fait remarquer dans son Introduction que, pour ses prédécesseurs Porter et Hubert, après d'autres, "la langue et le contenu de l'œuvre leur semblent témoigner d'une influence assez prononcée du Nord de la France." "Le poète cite surtout des œuvres littéraires que l'on ne connaît qu'en langue française, il ne nomme que peu de chansons de geste, genre qui semble avoir été moins apprécié dans le Midi qu'au Nord (Rares sont les chansons de geste en langue occitane et rare aussi est le roman arthurien où l'amour est étroitement lié à la prouesse ; le Midi préfère l'ardeur du cœur à l'ardeur de l'épée - pardon, Bertrand de Born !). La matière de Bretagne ne joue plus aucun rôle dans Flamenca bien que l'auteur cite bon nombre de romans arthuriens dans son catalogue d'œuvres récitées aux noces d'Archambaut. De l'autre côté, l'auteur met en action des figures allégoriques, de véritables allegoriae agentes et pas seulement les allegoriae loquentes connues des troubadours classiques. Il analyse avec intérêt et exactitude les sentiments et les états d'âme de ses héros. Tous ces traits leur semblent parler pour une date tardive de la composition. Outre l'orientation du poète vers le Nord - on sait que Guillaume le héros avait fait et que Nicolau son jeune servant fera ses études à Paris..."1.

  • 2 Ch. GRIMM, Etude sur le Roman de Flamenca, thèse Paris 1930 ; G. FAVATI, Studi su Flamenca, Studi (...)
  • 3 op. cit., t. I, p. 11.
  • 4 Op. cit., p. 12-13.

2M- Gschwind n'admet pas la datation de l'œuvre après 1272 par Grimm ou après 1288 par Favati2. L'allusion à certaine monnaie (le marc d'argent) qui a frappé U.T. Holmes, l'incitant à dater l'œuvre d'après 1266, ne paraît pas convaincante à l'éditeur3. La convergence de multiples opinions d'érudits, pourtant frappante, n'influence pas non plus le savant suisse : Adolphe Tobler ("œuvre de la décadence"), René Nelli (genèse après 1240), Paul Meyer (œuvre tardive à cause de la fréquence des rimes équivoquées). Par contre, M. Gschwind admet la date 1240-1250 proposée par Jeanroy d'après une ressemblance jugée généralement assez vague avec le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris4.

  • 5 Cfr. la bibliographie de l'auteur italien, t. II, p. 358
  • 6 Ch. CAMPROUX, Préface à Flamenca dans Mélanges de linguistique française et de philologie et litté (...)

3"Bien qu'il soit impossible de fournir des arguments à toute épreuve", ajoute toutefois avec prudence le nouvel éditeur. Ne sont pas discutées les opinions personnelles et nuancées d'Alberto Limentani que l'éditeur connaît pourtant très bien5. Enfin, M. Gschwind ne fait que citer plusieurs articles très récents plaçant eux-aussi la rédaction assez tard dans la deuxième moitié du xiiie siècle, articles qu'il cite et qu'il a connus trop tard pour en soupeser les arguments, il est vrai, mais dont il aurait pu, tout de même, je crois, indiquer les conclusions générales sur le problème de datation : travaux de Charles Camproux, Rita Lejeune6.

4Ce préambule n'était pas inutile pour aborder la discussion de certains détails contenus dans le roman, détails dont l'interprétation ramène parfois, tout naturellement, sans qu'on l'ait cherché, à la question de l'époque où a été conçu le remarquable roman occitan.

***

1 - LE CHEVALIER GUILLAUME DE NEVERS SOUS LA FAUSSE IDENTITE D'UN CHANOINE DE PERONNE

  • 7 Roman de Joufrois de Poitiers, éd. Percival B. FAY et John M. GRISBY, Genève, Droz, 1972.
  • 8 Cfr. Ch. DUVIVIER, La querelle des d'Avesnes et des Dampierre, Bruxelles-Paris, 1894, t. I, passim

5Dans l'interminable débat des mérites respectifs du clerc et du chevalier qui a alimenté si diversement et si surabondamment la littérature médiévale, il arrive que des œuvres se plaisent à présenter un héros unique sous l'un, puis sous l'autre aspect. Il en va ainsi du roman français de Joufrois, par exemple7. Il en va ainsi, avec bien plus de nuances et d'amusante prolixité, du roman occitan de Flamenca. Guillaume de Nevers, riche et fringant gentilhomme par sa naissance, fort instruit de surcroît, est amené à se faire aimer de la belle captive de Bourbon-l'Archambault, sous l'habit non pas même d'un clerc, mais d'un jeune prêtre8.

6On sait que pour approcher Flamenca, séquestrée par un mari jaloux, Guillaume vient s'installer dans la ville d'eaux même, en un établissement de bains réputé le meilleur de tous, qui lui servira de quartier général pour faire creuser, de ses appartements à une cabine où peut se rendre la prisonnière, un passage souterrain par lequel soupirant et aimée pourront, à la longue, se rejoindre et, tout aussitôt, s’adonner à l'amour.

7Entre la conception du plan, révélé en songe à Guillaume, et son heureux aboutissement, petites et grandes difficultés ne manqueront pas. La partie est serrée, pour Guillaume, de se faire accepter dans une nouvelle demeure en faisant à la fois étalage de faste, mais en se réclamant aussi d'un comportement dévot, réclamant le secret le plus absolu sur sa personne, et se muant, avec nuances, de clerc à prêtre. Tout cela est mené avec un luxe extraordinaire de détails et même avec une science consommée de la psychologie des divers protagonistes. C'est ainsi qu'après avoir prodigué autour de lui plusieurs cadeaux dont certains, prétend-il, lui ont été donnés, le chevalier Guillaume de Nevers, se présentant enfin à ses hôtes de Bourbon, déclare qu’il est "chanoine" ; il précise même "chanoine de Péronne (eu fui canorques de Peirona, v. 3554).

8Mention due au hasard ? Rien n'est plus improbable.

9Si Péronne paraît aujourd'hui - à ceux qui la connaissent ! - une simple petite villette du Nord de la France, simple sous-préfecture du département de la Somme, entourée d'un curieux paysage d'étangs et de marais, l’histoire n'oublie pas qu'elle fut jadis une importante place forte très disputée. Au ixe siècle, les comtes de Vermandois en avaient fait leur capitale. Mais Péronne perdit de son importance avec le rattachement du Vermandois au Comté de Flandre, d'abord, puis au royaume des lis. Cependant, le nom de Péronne acquit, en 1256, un renom considérable et cela, grâce à la "sentence" ou "Dit de Péronne", arbitrage du roi de France Louis IX qui est resté fameux dans les annales du droit. Saint Louis, le roi très pieux, était revenu de Terre Sainte expressément pour régler ce qui constituait alors un très grave problème pour la couronne. La querelle des d'Avesnes et des Dampierre, (entre parenthèse deux familles françaises), fils du premier et du second mariage de la comtesse de Flandre et de Hainaut, Marguerite. En 1253, les deux fils de Dampierre avaient été faits prisonniers lors d’une bataille contre les partisans des d'Avesnes. Marguerite, déchaînée contre les fils de son premier mariage, avait alors offert le comté de Hainaut et la garde du comté de Flandre à Charles d'Anjou, frère du roi Louis IX.

10D'où protestations et troubles.

11L'acte diplomatique appelé le "Dit de Péronne" mit en vive lumière l’autorité du roi - et j'ajouterai : sa suprême habileté sous le couvert de la justice.

12Le Hainaut était rendu à Jean d'Avesnes, à condition, toutefois, de prêter hommage à Charles d'Anjou, qui demeurait "garde du fief" ; d’autre part, le Hainaut voyait certaines de ses terres rattachées à la Flandre. La comtesse Marguerite devait rémunérer très largement les services de Charles, tandis que les membres rivaux de la famille de Marguerite se juraient une paix perpétuelle...

13Répétons-le : après 1256, le nom de Péronne devint célèbre non seulement dans toute la France, mais dans une bonne partie de l'Europe, touchée par l'accord obtenu. Or, depuis le xe siècle, date où un comte de Vermandois avait emprisonné dans son château son souverain Charles le Simple, et bien avant les démêlés du xve siècle entre les ducs de Bourgogne et le futur Louis XI qui y fut cruellement humilié, le nom de "Péronne" n'avait connu aucune notoriété spéciale. On croit donc difficilement que ce soit le hasard qui ait fait choisir au héros Guillaume de Nevers la fausse identité d’un "Chanoine de Péronne".

14Selon toute vraisemblance, le malicieux auteur du roman, usant d'un procédé allusif qui lui est coutumier, a voulu que son chevalier Guillaume se pare, aux yeux de ses hôtes du Bourbonnais, d'une notoriété certaine. Le faux chanoine venait de loin, certes, mais l'origine qu’il se donnait ne risquait pas de passer inaperçue. Le nom de "Péronne" (où existait bien une collégiale Saint-Jean avec des chanoines) lui conférait, avec un halo de majesté royale et de prestige diplomatique, une sorte d'estampille à un certificat de vertu...

2 - LE CADEAU DU "PREBOST D'AIRAS" AU "CHANOINE DE PERONNE" (v. 3494)

15Une des grandes qualités du roman réside, on le sait, dans l'acuité de sa vision réaliste. Non seulement la vie de tous les jours, et notamment la vie chez l'hôte de la ville balnéaire de Bourbon-l'Archambaud, y est dépeinte en une juxtaposition de petites touches colorées et amusantes, mais l’échange des propos tenus entre le chevalier Guillaume de Nevers et ses hôtes, dont il cherche à faire des amis, est rapporté d'une façon si prolixe qu'on la jugerait presque trop prolixe si l'on ne s'avisait que chaque phrase, chaque mot même, se charge d'un impact psychologique. Le chevalier Guillaume, ne l'oublions pas, joue une partie difficile. Se faire accepter dans une nouvelle demeure, avec des exigences insolites, et cela sans provoquer de curiosité indiscrète ou des questions inopportunes, ce n'est pas chose aisée. Le meilleur moyen d'inspirer la confiance n'est-il pas encore de distribuer largement des présents ? Mais, d'autre part, la générosité fastueuse ne doit-elle pas nécessairement être expliquée si l'on ne veut pas étonner les bénéficiaires ? C'est à quoi s'emploie notre très riche chevalier qui se fait passer pour un chanoine...

16Dès son arrivée, Guillaume fait donc cadeau à la "dame" son hôtesse, non seulement d’une étoffe de pourpre dont la somptuosité est telle qu'il n'en fut jamais de pareille à Thèbes et à Tessala (cités orientales souvent citées dans les romans) mais encore d'un autre "don" - simplement comme arrhes ! le détail est répété deux fois - de "bellas pennas vairas". Il s'agit donc de belles peaux de petit-gris, riche offrande s'il en est. Mais cette offrande que fait Guillaume consiste en un cadeau qui lui a été fait à lui-même :

que l'ac donat le prebost d'Airas,
e foron faitas à Cambrai
(v. 3494-3495).

  • 9 René LAVAUD et René NELLI in Les Troubadours : Jaufré, Flamenca, Barlaam et Josaphat (Brugge, 1960 (...)

17Jusqu’à présent, on a toujours traduit Airas par Arras, la grande cité commerciale aujourd'hui chef-lieu du département du Pas-de-Calais, jadis capitale du comté d'Artois. Ulrich Gschwind ne procède pas autrement, bien qu'il fasse cependant remarquer dans ses Notes que le vers 3494 compte une syllabe de trop, ce qu'avait vu aussi l'édition Lavaud-Nelli qui s'en était tirée par une correction (dat pour donat)9.

  • 10 Voir notamment A. DAUZAT et Ch. ROSTAING, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 1 (...)

18C'est oublier, sous cet angle, une autre anomalie du texte. Le vers 3494 se terminant par Airas, rime avec pennas vairas : on attend donc une rime au féminin-pluriel -et non ARRAS, toujours accentué sur la dernière syllabe10. Et, de fait, il ne s'agit pas d'Arras. Il s'agit d'Aire,-Aire-sur-la Lys (département du Pas-de-Calais), autre ville de l'Artois à quelques kilomètres de Saint-Omer sur la route qui va de Calais à Hirson.

  • 11 Cfr. Chanoine P. BERTIN, Aire sur la Lys, Arras, 1947 ; ROUYER, Recherches historiques sur le chap (...)

19Si, de nos jours, Aires-sur-la Lys n'est plus qu'une ancienne place forte démantelée, entourée de jardins et de prairies, et ne comptant que quelque 8 000 habitants, elle fut jusqu'au xve siècle une ville drapière très florissante. Sa vieille collégiale, Saint-Pierre, était bien connue, d'où la mention toute naturelle d'un prévôt. Sa charte communale, datée de 1188, fut célèbre dans l'histoire des institutions municipales sous le nom de "loi d'amitié"11.

20On se disputa souvent cette ville. Philippe-Auguste, faisant valoir ses droits sur la Flandre, s'était emparé d'Aire en 1192, mais le comte Baudouin (IX en Flandre, V en Hainaut) la reprit en 1198 pour la rendre au roi de France, du reste, deux ans plus tard, à la suite d'un traité de Péronne. Le traité de Péronne ! Voilà qui nous ramène au Péronne de 1256, beaucoup plus important.

3 - LES FOURRURES DE CAMBRAI (v. 3495)

21Qu'un prévôt d'Aire-sur-la Lys ait fait cadeau de fourrures à un chanoine de Péronne, voilà qui n'a rien d'étonnant. On remarquera, cependant, que l'auteur occitan a bien soin de nous dire que ces fourrures proviennent de Cambrai. Ce détail, lui aussi, prouve que l'auteur occitan, pour une raison qui nous échappe, était extrêmement bien renseigné sur le Nord de la France.

22Avec Cambrai (sous-préfecture du département du Nord et siège d'un archevêché), nous quittons cependant l'Artois, mais sans guère nous en éloigner. D'origine fort ancienne (elle est déjà citée dans la Table de Peutinger), cette cité de Saint Vaast était importante dès les invasions barbares. Les évêques portaient le titre de "comtes de Cambrai' Au reste, Cambrai faisait partie de la Lotharingie, et non du royaume de Charles-le-Chauve, ce qui fait que, jusqu'à son rattachement à la France par Louis XI (en 1476), elle dépendait des empereurs d'Allemagne. Quand les bourgeois conquirent définitivement leur charte communale en 1227, la ville était déjà renommée pour son commerce. Mais un commerce de laine et de toile fine (batiste).

  • 12 Abbé H. DUBRULLE, Cambrai à la fin du moyen âge (xiiie-xive siècle), Lille, 1903, p. 189.

23Grâce à la position de la ville sur l'Escaut, l'industrie comme le commerce, s'étaient rapidement développés. Mais, à partir du xiiie siècle, une industrie plus particulière y triompha : la préparation des peaux de lièvre, lapins, agneaux, renards, écureuils, vairs, etc. C'était, à proprement parler, l'escoherie, qui fit la fortune de la ville au temps du moyen âge déclinant. Comme l'écrit un historien, "les fourrures ou pennes confectionnées avec des peaux, comme celles de chat et de loir, payaient de fortes redevances"12.

24Une fois de plus - et ce n'est pas étonnant -, la mention de Cambrai dans Flamenca ne s'explique pas par un simple caprice de rimeur. Une fois de plus - et le fait mérite d'être souligné -, la particularité locale qui retient l'attention du romancier, ne nous ramène pas, chronologiquement parlant, au xiie siècle ou au début du xiiie siècle, mais bien à une époque plus récente. Le fait vient rejoindre d'autres faits pour constituer une sérieuse convergence.

25Non seulement, l'auteur anonyme de Flamenca connaît très bien plusieurs localités du Nord de la France avec leurs spécificités, mais il les connaît dans un contexte chronologique qui évoque la seconde moitié du xiiie siècle.

Notes

1 Le Roman de Flamenca. Nouvelle occitane du 13e siècle, Edition Francke, Berne 1976 (Romanica Helvetica, vol. 86 A), 2 vol. Texte. Commentaires et Glossaire, t. I, p. 12.

2 Ch. GRIMM, Etude sur le Roman de Flamenca, thèse Paris 1930 ; G. FAVATI, Studi su Flamenca, Studi Mediolatini e Volgari, 8, 1960.

3 op. cit., t. I, p. 11.

4 Op. cit., p. 12-13.

5 Cfr. la bibliographie de l'auteur italien, t. II, p. 358

6 Ch. CAMPROUX, Préface à Flamenca dans Mélanges de linguistique française et de philologie et littérature médiévales offerts à M. Paul IMBS, Strasbourg, 1978, pp. 649-662 ; Rita LEJEUNE, Flamenca, fille fictive d'un comte de Namur dans Marche Romane, 1970 (Hommage au Professeur Delbouille), pp. 17-33 ; Id. Le calendrier du Roman de Flamenca. Contribution à l'étude de mentalités médiévales occitanes, dans Mélanges offerts à Charles Rostaing, Liège, 1974, pp. 586-618.

7 Roman de Joufrois de Poitiers, éd. Percival B. FAY et John M. GRISBY, Genève, Droz, 1972.

8 Cfr. Ch. DUVIVIER, La querelle des d'Avesnes et des Dampierre, Bruxelles-Paris, 1894, t. I, passim.

9 René LAVAUD et René NELLI in Les Troubadours : Jaufré, Flamenca, Barlaam et Josaphat (Brugge, 1960), pp.619-1063.

10 Voir notamment A. DAUZAT et Ch. ROSTAING, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 1963, s.v° Arras 1 (capitale des Atrebates).

11 Cfr. Chanoine P. BERTIN, Aire sur la Lys, Arras, 1947 ; ROUYER, Recherches historiques sur le chapitre de Saint-Pierre d'Aire, dans Mémoires de la Société des Antiquaires de Morinie, t. X, 1858-1860.

12 Abbé H. DUBRULLE, Cambrai à la fin du moyen âge (xiiie-xive siècle), Lille, 1903, p. 189.

Auteur

Université de Liège

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540