Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Un exemple de l’évolution du roman arthurien en prose dans la deuxième moitie du xiiie siècle

Roger Lathuillere

Texte intégral

  • 1 Voir pourtant une analyse dans R. Lathuillère, Guiron le Courtois, Genève, Droz, 1966, pp. 371-432 (...)

1Le manuscrit 3325 de la Bibliothèque de l'Arsenal, après avoir donné le début de la version commune de Guiron le courtois, jusqu'au f° 47 v°, cl, fournit à partir du f° 48 r, cl, jusqu'à la fin du manuscrit, f° 237 v°, une version particulière de ce roman, incomplète du début et de la fin, soit une masse imposante de 190 ff. à 2 colonnes de 49 lignes. On retrouve ce texte pour l'essentiel dans l'un des volumes du manuscrit de Turin de Guiron le courtois (Bibliothèque Nationale, R. 1622, xve siècle), le tome III ayant survécu à l'incendie qui dans la nuit du 25 au 26 janvier 1904 ravagea la Bibliothèque et pouvant encore se déchiffrer. D'autres parties du roman, plus ou moins longues, souvent adaptées et transfoimées, apparaissent dans les manuscrits suivants : Florence, Biblioteca Mediceo-Laurenziana, Codici Ashburnhamiani, Fondo Libri, n° 50 (125-55), xive siècle ; Londres, British Muséum, Additional 36673, xvie siècle ; Paris, Bibliothèque Nationale, ancien fonds français n° 358, xve siècle ; Rome, Bibliothèque Vaticane, Reg. Lat. 1501, xive siècle. Jusqu'ici négligée1, cette oeuvre s'impose pourtant à l'attention par son ancienneté et par ses qualités caractéristiques de l'évolution de la forme romanesque au cours de la deuxième moitié du xiiie siècle, après la fortune des grandes œuvres en prose comme le Lancelot-Graal, le Tristan et le Guiron ordinaire.

  • 2 Id., op. cit., pp. 31-34 ; voir aussi : "Le roman de Palamède", Mélanges P. Le Gentil, Paris, S.E. (...)
  • 3 Id., op. cit., p. 36.

2Cette version de 3325 ne peut être datée de façon très précise ; elle est certainement dérivée de la version commune, qui est antérieure à 12402. Mais la facture du manuscrit lui-même permet de penser qu'il aurait été copié peu après 1250 et avant 1275 au plus tard3. On aurait donc affaire à une composition relativement ancienne, postérieure d'un quart de siècle environ aux romans arthuriens de la première époque. Elle a été éclipsée par la version commune que l'on lit dans une trentaine de manuscrits, qui a été imprimée à plusieurs reprises au xvie siècle et qui a connu diverses adaptations en italien. Mais elle mérite mieux que cet injuste oubli. On peut se laisser prendre à ses récits qui ne manquent ni d'intérêt ni, parfois, de piquant. Elle marque une étape dans l'histoire de cette sorte de littérature et reflète assez fidèlement, semble-t-il, les changements intervenus sur certains points dans le domaine des idées et du goût. A ce titre, presque autant que la version commune, elle mériterait d'être éditée.

  • 4 Voir l'analyse, notamment p. 390 n. 1, p. 392 n. 2, p. 393 n. 3 et 4, p. 394 n. 1.
  • 5 Voir Roger Dubuis, Les Cent Nouvelles nouvelles et la tradition de la nouvelle en France au Moyen (...)
  • 6 Voir R. Lathuillère, op. cit., pp. 57-58, et CE. Pickford, l'Évolution du roman arthurien en prose (...)

3L'auteur ne montre certes pas de qualités marquantes dans la peinture de ses personnages, ni dans l'étude des caractères. La psychologie des héros est à peine esquissée. Sauf, par exemple, Keu qui entreprend avec présomption plus qu'il ne peut (§ 207) et connaît la défaite et le ridicule, ou Brehus sans pitié qui confirme sa réputation d'ennemi des dames et des demoiselles (§ 172), les chevaliers n'ont d'autre figure individualisée que celle que leur donne leur réputation de bravoure, de cruauté ou de couardise. Une fois classés dans l'une ou l'autre de ces trois catégories, ils connaissent les aventures qui leur permettent de bien jouer leur rôle en confirmant à leurs propres yeux et à ceux d'autrui l'image qu'ils doivent offrir d'eux-mêmes. Leur personnalité ressort moins de ce qu'ils sont que de ce qu'ils font. Leur gloire grandit en proportion du nombre et de la difficulté de leurs prouesses. Mais l'une de celles ci, accomplie par l'un, peut être prêtée à un autre ; entre les différents manuscrits, les interversions de noms ne sont pas rares4. Dans une large mesure, les belles actions sont interchangeables ; la richesse psychologique disparaît et, avec elle, la nécessité interne qui met en accord les actes et la nature profonde des âmes. Cet appauvrissement inéluctable ruine la logique qui devrait unir les êtres et les conduites ; au contraire, une gratuité quasi totale se traduit dans l'arbitraire des aventures, selon le bon plaisir de l'auteur qui multiplie les hasards, les incognitos, les rencontres. D'où un foisonnement d'épisodes dont la cohésion est tout extérieure. Le roman se fragmente, s'émiette en anecdotes souvent rapportées par les personnages eux-mêmes et s'étire en une suite indéfinie d'histoires sans dénouement possible ou nécessaire. La "matière" l'emporte indiscutablement sur la "conjointure". L'écrivain dès lors n'est pas un architecte qui construit puissamment une œuvre bien ordonnée, aux parties nécessaires et justement proportionnées, même si la luxuriance et la prolifération des récits masquent parfois aux regards l'équilibre savant des masses. Il tisse plutôt une toile sans fin dont il reprend sans cesse les fils, habilement noués et dénoués, pour de nouveaux entrelacs. La narration linéaire ne se soucie guère de profondeur ni de perspective ; elle est posée bien à plat, comme une étoffe dont les dessins se succèdent sans autre lien, le plus souvent, que le retour périodique des mêmes personnages. Aussi n'est-il pas étonnant que certains manuscrits aient utilisé divers épisodes en les présentant différemment. Ceux de Florence, de Rome, de Paris (B.N. 358), parfois celui de Londres et même la Compilation de Rusticien de Pise se sont donné, aux moindres frais et sans grand effort d'imagination, un air de nouveauté en isolant les récits et en les enchaînant diversement. Le roman, à l'unité déjà si fragile, s'évanouit désormais ou se disperse dans une brume d'aventures. Chacune d'entre elles forme comme une sorte de conte qui se suffit à lui-même et n'a avec les autres aucun lien organique véritable. D'où une impression de mosaïque, voire de disparate. Cette absence d'organisation se résout en une juxtaposition indéfiniment renouvelée d'histoires brèves dont on peut avec raison penser qu'elles donneront un jour naissance à la nouvelle5. Dans les manuscrits précédemment cités, il est difficile de dire que l'on a affaire à un roman ; on se trouve devant une poussière d'épisodes que les copistes et les remanieurs on pu facilement isoler à partir de la version de 3325. Celle-ci portait fatalement en elle cet émiettement. Manque de souffle, défaut de profondeur, absence de perspective la rendaient particulièrement vulnérable. Peut-être la réussite, avec d'ailleurs bien des défaillances dans le détail, du Lancelot-Graal, oeuvre sinon d'un auteur, du moins d'un architecte unique, ne devait-elle pas avoir de lendemain. A l'avenir on aurait des recueils factices de nouvelles, tirées de romans mis en pièces, ou d'immenses compilations se gonflant monstreusement, par des contaminations délibérées, d'oeuvres entières, comme certaines versions du Tristan en prose ou le célèbre manuscrit 112 de la Bibliothèque Nationale, qui compte 762 feuillets6. La version ordinaire, ou première, de Guiron le courtois manquait déjà d'unité profonde, mais à un degré bien moindre, et si l'action était très lâche, elle n'était pas vraiment inexistante ; d'un autre côté, elle devait connaître, au cours des siècles suivants, les mêmes farcissures que les romans arthuriens immédiatement antérieurs. Le texte 3325 accentue irrémédiablement le premier défaut, mais n'a pas subi les avatars des interpolations et des grossissements démesurés.

***

  • 7 Outre Guiron et son compagnon Danain, on peut citer le bon Chevalier sans peur, Brehus sans pitié, (...)
  • 8 Analyse, §§ 161, 163, 165, 177, 184, 188, 189, 196, 198, 201, 204.
  • 9 Analyse, §§ 163, 165, 167, 168, 174, 176, 180 ; voir l'index des noms propres.

4Jugeant d'après nos critères modernes, on pourrait penser que cette absence d'unité organique à laquelle le lecteur contemporain est si sensible révèle une faiblesse de conception et de composition, une incapacité à structurer, par un effort de synthèse, une matière trop abondante. En réalité, il semble bien plutôt qu'il s'agisse d'un choix fait de propos délibéré. L'auteur obéit à d'autres canons esthétiques et met en œuvre une technique romanesque qui, à ses yeux, n'a pas moins de valeur. Comme celui de la version ordinaire de Guiron le courtois, il se veut amuseur et conteur et se propose de divertir son lecteur par une foule de récits distrayants. Il n'a guère de leçon morale à donner sauf la plus banale, selon le code ordinaire des chevaliers errants, et il ne s'embarrasse plus de soucis métaphysiques. Aussi, pour illustrer cette littérature de délassement, a-t-il recours à des procédés éprouvés. Sa part d'originalité va consister à tenter toutes les combinaisons possibles et par leur variété à atteindre à une véritable virtuosité. II fait la part belle à la prouesse technique ; s'il n'agite pas de pensées austères et ne se livre pas à de profondes réflexions, il sait à merveille, en revanche, piquer la curiosité en multipliant les aventures et surtout la manière de les rapporter. Il met en scène un nombre relativement restreint de chevaliers, guère plus d'une douzaine7, qu'il montre dans leur quête, tantôt solitaires, tantôt par groupes de deux ou de trois, parfois quatre, avec d'incessants chassés-croisés entre eux au hasard des rencontres ou des incidents de route. S'y ajoutent des personnages épisodiques, dames et demoiselles, vieux chevaliers et vavasseurs, qui transmettent des messages, égrènent des souvenirs, expliquent des coutumes. Mais surtout, les chevaliers racontent des histoires du temps passé et évoquent les héros aux prouesses extraordinaires qui vivaient à l'époque du roi Uterpendragon. On a un perpétuel va-et-vient entre le présent du roman et des narrateurs et le passé dont ils se font les laudateurs. Temps actuel et temps du souvenir chevauchent et interfèrent constamment en d'incessantes variations dont l'auteur a su tirer admirablement parti. Mais si les événements rappelés par les récits des uns et des autres couvrent une vaste période aux limites imprécises, la trame même du roman qu'ils viennent enjoliver se déroule en l'espace de quelques semaines, au moment de Noël. La date en est rappelée à plusieurs reprises. La campagne blanche et glacée, les lacs gelés, la neige épaisse qui ralentit la marche des chevaux et que rougit le sang des blessés et des morts après les combats, telle est la toile de fond de l'histoire principale pendant près de deux cents feuillets8. Curieuse mais habile opposition entre ce resserrement chronologique, proche de l'unité de temps, bien ancré dans la réalité, garant de vérité et d'authenticité, et cette dilatation de la mémoire qui se complaît en de constants rappels des jours inoubliables. A ce temps réel du roman l'auteur a fait correspondre une géographie qui ne l'est pas moins. L'action se passe tour à tour à Kamaalot, dans ses environs immédiats, au château d'Esegon, à celui de l'Escu Loth, à Laguenon, à la cité d'Escaloine, au Pont Norgalois, sur les confins du Sorelois9. Mêlant étroitement la fiction et la réalité, les détails concrets et les aventures extraordinaires, écartant résolument le mystère et le surnaturel, l'écrivain compose une sorte de chronique dont le romanesque prend des airs de vérité, d'une vérité agrandie et magnifiée à la mesure des héros qui par leur force et leur courage repoussent les limites des possibilités humaines. Le fantastique est mort. Les merveilles du royaume de Logres disparaissent et laissent la place à une histoire vécue par des êtres prodigieux, mais qui restent des hommes et qui font bien l'homme.

5Cette impression de réalité est renforcée par l'abondance des récits qui forment de loin la majeure partie du texte. Le lecteur est convié, en tiers, à une suite de confidences, de conversations et de discussions. Deux ou trois chevaliers ne peuvent se rencontrer sans raconter chacun, en chemin ou à l'étape, un souvenir ou une aventure personnelle. L'auteur a varié la présentation de ces récits avec une maîtrise, semble-t-il, inégalée. Il fait chevaucher ses personnages qui gardent, en général, un incognito absolu. D'où des quiproquos, des identités révélées à retardement, et, dès lors, dans les dialogues, toutes les situations possibles. Narrer ce qui est arrivé à un protagoniste absent est évidemment le cas le plus simple, mais il est aussi le plus banal et, par conséquent, le moins fréquemment utilisé. Il est plus amusant de faire dire une aventure par son héros, ou sa victime, qui n'a garde de se nommer ; l'auditeur peut alors, parfois, percer cet anonymat. Il peut aussi se reconnaître comme l'un des principaux participants de l'affaire, alors que le devisant n'en sait rien. L'un raconte une histoire qui paraît terminée, lorsque l'autre ajoute une deuxième partie inconnue du premier. La matière d'une même aventure est répartie entre divers interlocuteurs dont les propos se complètent et fournissent, après coup, les explications nécessaires. Ces récits coupés, abandonnés puis repris, sont relativement nombreux. La narration est quelquefois interrompue et recommencée de telle sorte qu'un épisode est raconté d'abord par la fin et ensuite par le début qui lui donne tout son sel. L'auteur a multiplié à plaisir les combinaisons de ces diverses possibilités, auxquelles s'ajoutent les reconnaissances, les méprises, les confusions, les échanges d'armes ou d'identité. Certains de ces éléments se trouvaient déjà dans la première version de Guiron le courtois, mais de manière beaucoup plus restreinte et leur exploitation était loin d'être aussi systématique. Un quart de siècle plus tard, le texte de 3325 révèle une maîtrise qui atteint à la virtuosité. La technique est savante, trop parfaite presque, et le roman, s'il ne gagne pas en profondeur, croît en complexité. Les retours en arrière, les attentes trop longues, les fils complaisamment suspendus, les incognitos sans fin, tout cela ne va pas sans complication, ni quelquefois sans obscurité. La rançon de cette excessive habileté, l'auteur l'a payée, lorsque, dans les siècles suivants, les copistes des manuscrits de Rome ou de Florence ont porté des ciseaux simplificateurs dans l'entrelacs de ses dessins subtils pour en extraire les histoires, c'est-à-dire, en fin de compte, les nouvelles.

***

6Dans ce roman donné par le manuscrit de l'Arsenal, la manière de l'écrivain est nouvelle non pas dans l'utilisation de chacun de ces procédés, mais dans leur mise en œuvre globale et concertée. C'est en quoi elle marque un aboutissement, et peut-être une fin. La transformation des thèmes et des idées, qui se trouvait en germe dans les œuvres antérieures, se confirme elle-aussi.

  • 10 Analyse, §§ 184, 188 n.6, 208.
  • 11 Analyse, §§ 204, 207, 208.
  • 12 Analyse, § 180.

7Certes, les héros recherchent toujours la gloire des armes et mettent souvent celles-ci au service de leur passion amoureuse. Mais, dans l'un et l'autre domaine, quel chemin parcouru ! Les chevaliers sont de rudes batailleurs, mus avant tout par le désir de vaincre dans les combats singuliers pour accroître leur réputation ; toujours prêts à en découdre avec des adversaires innombrables, ferraillant pour le plaisir, ils ne cessent de comparer, tenaillés par la jalousie, leurs mérites et ceux de leurs rivaux. Ils se sacrifient moins pour le service d'autrui que pour leur amour-propre. S'ils se font les champions d'une cause, ils ne recherchent guère la justice et le droit, mais l'occasion de remporter une victoire sur un adversaire fameux et de faire éclater leur renommée. D'une susceptibilité maladive, ils prennent ombrage pour le motif le plus futile. Brehus sans pitié et Hervi de Rivel trouvent un inconnu endormi dans une maison en ruines et le réveillent par mégarde ; il les provoque, leur livre une dure bataille et les laisse désarçonnés et meurtris10. Keu, Leodagan et un tiers anonyme s'affrontent à la lance et à l'épée et se blessent grièvement pour savoir quelle est la plus belle, la dame de Nohaut ou la dame de Malohaut11. Confiants en eux-mêmes, sûrs de leurs forces, les héros n'ont que mépris pour le danger et nourrissent à l'égard de l'humanité moyenne un écrasant dédain. Lac et le bon Chevalier sans peur, hébergés un soir dans un château, sont entourés soudain par quarante hommes en armes et menacés de mort pour le lendemain à l'aube ; ils se moquent de ces avertissements ; ore se rient, ore se soulacent ; ils mangent de bon appétit, vont se coucher et dorment "molt fermemant"12. Excès, démesure et gratuité, tels sont les caractères de cette chevalerie trop terrestre que l'auteur a mis en relief. Sa critique est en général implicite, mais elle éclate soudain dans la bouche d'un vieillard qui, comme il le déclare à Hervi de Rivel, quitta jadis la vie des armes, à la suite d'une seule blessure qu'il avait reçue :

  • 13 Analyse, § 186.

"Celui cop m'espoenta si durement qe ge ne voil avoir des autres onqes puis. Et si avez entre vos, chevaliers erranz, une costume qi est ennueuse durement, qar se li uns de vos encontre l'autre, por qe vos soiez ambedui armé, tout le premier salu qe vos vos entredonez, si est cestui : " Gardez vos de moi, sire chevalier, qe vos estes venuz a la joste ! "Veez ore cum bel salu e cum bel acontemant se funt li chevaliers errant qant il s'entrecontrent ! Foi qe ge vos doi, m. Hervis de Rivel, por cest salu leissai ge la chevalerie ; si ne m'en repant enqores pas : se dusque ore l'eusse maintenue, ge eusse ore par avanture rompu les cuisses e les braz, qi ore sui tout sain de mes membres. Ne me vaut ore mielz estre sainz qe mahagniez? Et enqore avez entre vos une autre costume peior qe n'est ceste qe ge vos ai contée ; qar se li uns de vos conduit sa moillier ou sa demoisele, li autres q'il encontrera li toudra, s'il onqes puet ; iceste est la bele costume des chevaliers erranz, qe li plus fort toudra au plus foible la damoisele qu'il conduit e la done a autre s'il velt. Por ce leissai ge dou tôt la vie des chevaliers erranz, qar g'en perdi ma damoisele en un matin ; e sachiez que ge ne l'amoie guerres mainz qe moi meesmes. Ge la perdi e fu navrez vileinemant e si roidemant sainz faille qe ge qidai avoir le col rompu. E qant por sivre la vie des chevaliers erranz fui einsint avilenis, est ce merveille se ge leissai de celui temz lor compaignie? Ge la leissai, ce di ge bien, ne enqore ne m'en repent"13.

  • 14 Sur le personnage de Dinadan, voir : E. Vinaver, "Un chevalier errant à la recherche du sens du mo (...)
  • 15 Analyse, §§ 193, 194 n. 12, 195.

8On croirait entendre le Dinadan du Tristan en prose14. Les chevaliers forment d'ailleurs un monde très mêlé où les héros côtoient chaque jour les traîtres, les poltrons, le renégats. Les meilleurs d'entre eux n'ont d'autre idéal que celui de la force et de la victoire à tout prix. Ils continuent à respecter des coutumes qui deviennent peu à peu des rites vides. Parmi eux se glissent des couards dont la beauté, la fière allure et la jactance font longtemps illusion ; en empruntant habilement les armes d'un compagnon trop confiant, ils usurpent sa réputation, lui ravissent son amie ou le font tomber à leur place dans les pires mésaventures15. Ignorant toute mystique, la chevalerie se fait "terrienne", sans rien de "celestiel". Elle évolue dans une société très profane d'où les références religieuses sont absentes. Le ciel est fermé, ou muet, et nul ne tend jamais vers lui ses mains ou son cœur. Les hommes sont durs, égoïstes ; leur pardon, quand ils l'accordent au vaincu, leur magnanimité, quand ils se dévouent pour autrui, semblent les manifestations épisodiques d'une tradition devenue routine. Cette laïcisation du roman, si l'on peut dire, surprend quand on pense à la relative proximité chronologique de la Queste del Saint Graal et de l'ensemble du Lancelot en prose ; elle était déjà sensible, cependant, quoique moins poussée, dans la première version du Guiron. Il est hors de doute que vis-à-vis d'une certaine littérature mystique et dévote inspirée par le thème du Graal une réaction n'ait pas tardé à se manifester, dont le texte 3325 nous montre l'ampleur.

  • 16 Analyse, § 205.
  • 17 Ibid., § 185.

9A l'égard de la femme et de l'amour on relève une attitude critique analogue. Dans les rapports entre les deux sexes, le plus souvent la courtoisie tombe comme un vernis trop mince qui s'écaille. Elle ne résiste pas aux pulsions de l'instinct et de la violence qui l'emportent. Comme le reconnaissait l'interlocuteur d'Hervi de Rivel, tout chevalier en quête d'aventure qui rencontre une dame ou une demoiselle veut la posséder et s'efforce de la conquérir, les armes à la main, au péril de sa vie. Guiron lui-même, le héros courtois par excellence, s'empare de haute lutte de l'amie d'Hervi de Rivel. Comme aucun adversaire ne lui résiste, il vole de victoire en victoire et a bientôt à sa merci quatorze, puis vingt-six demoiselles, un véritable troupeau qui lui vaut une fort grande réputation16. Mais l'exagération rend l'épisode extravagant, voire grotesque et cette renommée dérisoire ne réussit pas à faire illusion. Le désir érotique toujours en éveil chez presque tous les chevaliers est encore exacerbé par des filles et des femmes aux mœurs libertines qu'on voit Sans cesse à l'affût des représentants du sexe fort et habiles à les faire tomber dans leurs lacs. Par leurs attitudes provocantes, elles manquent rarement leur but. Pour une qui se refuse au vainqueur de son ami et qui a sur-le-champ la tête tranchée par ce soudard17, combien d'autres, par leur fellenie, conduisent les héros au déshonneur ou à leur perte !

  • 18 Ibid., § 200.
  • 19 Ibid., § 165.
  • 20 Ibid., § 164.
  • 21 Ibid., § 179.
  • 22 Ibid., § 191.
  • 23 Ibid., § 203.
  • 24 Ibid., § 172.
  • 25 Ibid., § 196.

10Un violent courant antiféministe traverse tout le roman. Les filles Evain la triste font naître le malheur autour d'elles. L'épouse infidèle, sourde à la pitié, après avoir renié la foi conjugale, s'enfuit avec son amant en abandonnant son mari blessé et rendu infirme pour la vie18. La suivante déloyale dénonce au roi de Norgalles les amours de la reine, son épouse, et du roi Marc qui avaient pourtant toute confiance en elle et, par sa faute, sont condamnés à mort19. La volage cache sous l'éclat de sa beauté un cœur sec ; elle repousse l'amour d'un serviteur passionné et en épouse un autre20. La perfide nourrit mépris et haine pour un valeureux soupirant profondément épris d'elle ; elle le quitte pour le plus couard de la terre21. La rusée s'empare subrepticement de l'écu de Guiron et fait tomber le héros dans un guet-apens22. La diabolique accuse ce dernier des pires méfaits et, par ses mensonges effrontés, obtient du roi Uterpendragon qu'il soit arrêté, lié, chargé sur la charrette d'infamie et promené devant toute la cour, pendant que ses armes sont traînées derrière lui dans la poussière23. La perverse désire avoir chaque jour un ami nouveau24. Nul n'est à l'abri de leurs machinations. Guiron dédaigne-t-il les avances impudiques de la femme d'un de ses amis, elle persuade son mari qu'il a voulu attenter à sa vertu et lui fait infliger les pires châtiments25. L'auteur prend un secret plaisir à étaler les imperfections et la malice du beau sexe. Celui-ci reçoit d'ailleurs la punition de ses crimes. C'est Escanor qui, pour régler son compte à une demoiselle, la fait plonger par ses écuyers, à demi nue, dans l'eau glacée d'une rivière, et, comme deux chevaliers l'interpellent, s'écrie avec grand rire sardonique :

"Qe avez vos a parler a moi?… Ore sachiez qe ceste damoisele est tout a aise, assez plus qe vos ne quidez… Elle se baigne trop a aise… Touz li cuers li rit ou ventre… Tout li est soulaz e deduiz e geu qant qe ele soufre a cestui point en cest flum. "

11Sauvée d'une mort certaine par l'intervention des deux chevaliers, la malheureuse leur déclarera tout uniment, en parlant de son bourreau :

  • 26 Ibid., §§ 198 et 200.

"Molt li menjasse volantiers le cuer dou ventre ! "26

12L'auteur se plaît à renverser les normes les mieux établies du roman courtois : beauté féminine et courtoisie ne vont plus de pair. Un chevalier conduit deux demoiselles, l'une merveilleusement belle, l'autre extraordinairement laide ; mais il précise : La belle est

"mesdisant e fellenesse e ennuieuse et vileine en toute manières ; "

13la laide est

"cortoise e bien enseignée ; sage est e mout bien aprise. "

  • 27 Ibid., § 188.

14Leur attitude, par la suite, confirme ce jugement27.

15La peinture de l'amour occupe, dans le texte de 3325 une place relativement importante, quoique moindre que dans Guiron ordinaire. L'esprit dans lequel elle est faite révèle la même évolution. L'ironie, tantôt narquoise, tantôt franchement critique, va parfois jusqu'au sarcasme et au dénigrement.

16La passion du roi Marc pour la reine de Norgalles est décrite avec une grandiloquence railleuse. Le héros, jeune et beau, est découvert attaché à un arbre, sur les rives d'un lac gelé, en braies et les yeux bandées ; il pleure et se lamente à haute voix :

"Amor, Amor, chose felleneuse e amere… fausseté, tricherie, felenie, traïson, mauvestié, décevoir… Traison est ta baniere, Felenie si est ton escu, Desloiauté est t'espee, Vergoigne et Honte est le tuen hiaume, Cohardie si est ton hauberc, Mort et Dolor si sunt ti grant cop ; autres cox tu ne vas donant fors mort e duel, e ces deux cox m'as tu doné. "

  • 28 Ibid., §§ 165-166.

17Une fois délivré, il retrouve sa belle, mais, hélas, celle-ci demeure insensible à un amant si disert ; ils regagent chacun leur royaume28. Le roman n'étant pas terminé, on ignore l'issue de la violente passion que le roi Leodagan de Carmelide éprouve pour la dame de Nohaut. Lui aussi larmoie et gémit longuement au bord d'une fontaine et appelle en vain la mort ; une demoiselle le couvre d'injures et un nain hideux le frappe au visage d'une courroie nouée et fait jaillir le sang ; les plaintes du malheureux redoublent ; son "duel", dit-il, "passe duel" ; survient une dame, "auqes d'aage" mais "bele a mervoil-les"; elle ricane :

"Veis tu onqes en ton aage home home qi de duel moreust? "

  • 29 Ibid., § 177.

18C'est là, sans doute, la morale de l'histoire29. Guiron lui-même s'éprend de la dame de Malohaut ;

"encore quidoit il tout veraiement que ele fus pucele corne il l'avoit laissiee ; "

19hélas, depuis quatre mois, à son insu, elle a épousé Danain, son compagnon d'armes. L'image de la jeune femme hante les nuits du héros qui ne fait que

"torner soi dedens son lit, or a destre puis a senestre. "

  • 30 Ibid., §§ 201, 58-65, 73.

20Remarques malicieuses sur un amour voué à l'échec et qui, dans la première version du roman, manque d'entraîner Guiron et Danain dans la mort30. Dérision suprême, le plus grand amoureux, dans le texte de 3325, n'est autre que Brehus sans pitié, le traditionnel et farouche ennemi des dames et des demoiselles. Une diablesse, "mesdissant et mal parliers", lui a été imposée à la force des armes par un chevalier inconnu qui se moque de cet accouplement :

"Se l'un est mauves et l'autre plus, bien poez a cestui point dire qe l'un deable conduit l'autre ! "

21A l'étape, pendant le repas, Brehus vient à examiner sa compagne et se met aussitôt à l'aimer, lui qui

"onqes mes ne sot qe fu amor ; se il ama, ce fu a gas ; mes ore aime il sans doutance de tout son cuer, "

22alors qu'elle le hait mortellement. Le soir, il se

"couche avec s'amie ; qant il la tient, avis li est qu'il soit segnor de tout le monde ; "

23et, le lendemain, quand il est l'heure de partir, il

"n'est mie trop joiant ; bien vouxist demorer en chambre tout le jor avec sa demoisele. "

24Mais celle-ci le tourne en ridicule, le conduit dans un guet apens et, à la fin, l'abandonne pour accorder ses faveurs à un nouvel amant, le plus laid et le plus poltron qu'on puiss trouver. Le bon Chevalier sans peur tire devant Brehus, toujours passionnément épris, la leçon de cette mésaventure :

  • 31 Ibid., §§ 173-174.

"De cestui change q'ele fist a cestui point, fist ele bien corne feme, qar feme fet arriéres dos qant qu'ele fet ; assez pou troeve l'en de celés qi aillent droit ni qi bien facent"31

25Ni la femme, ni l'amour ne trouvent grâce aux yeux de l'auteur ; il est plus sévère encore à leur égard qu'à celui de l'idéal chevaleresque et courtois qu'un quart de siècle plus tôt le Guiron primitif avait pourtant entrepris de magnifier.

***

26L'heure de l'idéalisme était sans doute passée. On était revenu des sommets vers une humanité moins parfaite ; un certain scepticisme s'était emparé des esprits et la critique d'une littérature trop embellie se faisait parfois acerbe. L'écrivain qui a composé le roman de 3325 reflète vraisemblablement avec fidélité cette mentalité nouvelle. A coup sûr, il n'a pas le génie créateur de quelques-uns de ses prédécesseurs, mais il connaît admirablement son métier et il sait le mettre en œuvre avec beaucoup d'habileté ; son savoir-faire, sa technique raffinée marquent un incontes table talent que rehausse sa finesse piquante et malicieuse.

Notes

1 Voir pourtant une analyse dans R. Lathuillère, Guiron le Courtois, Genève, Droz, 1966, pp. 371-432, §§ 161-209 ; c'est à cette analyse que renverront les références données dans la suite. Pour une appréciation sommaire du roman voir ibid., pp. 123-126.

2 Id., op. cit., pp. 31-34 ; voir aussi : "Le roman de Palamède", Mélanges P. Le Gentil, Paris, S.E.D.E.S., 1973, pp. 441-449.

3 Id., op. cit., p. 36.

4 Voir l'analyse, notamment p. 390 n. 1, p. 392 n. 2, p. 393 n. 3 et 4, p. 394 n. 1.

5 Voir Roger Dubuis, Les Cent Nouvelles nouvelles et la tradition de la nouvelle en France au Moyen Age, Presses Universitaires de Grenoble, 1973, p. 501 et ss.

6 Voir R. Lathuillère, op. cit., pp. 57-58, et CE. Pickford, l'Évolution du roman arthurien en prose vers la fin du Moyen Age d'après le manuscrit 112 du fonds français de la Bibliothèque Nationale, Paris, A.-G. Nizet, 1960, in-8°, 368 pp.

7 Outre Guiron et son compagnon Danain, on peut citer le bon Chevalier sans peur, Brehus sans pitié, Daresen, Escanor, Escoralt le pauvre, Hervi de Rivel, le roi Hoël, Lac, Leodagan de Carmelide, le Morhout, Ydier, Yvain aux blanches mains…

8 Analyse, §§ 161, 163, 165, 177, 184, 188, 189, 196, 198, 201, 204.

9 Analyse, §§ 163, 165, 167, 168, 174, 176, 180 ; voir l'index des noms propres.

10 Analyse, §§ 184, 188 n.6, 208.

11 Analyse, §§ 204, 207, 208.

12 Analyse, § 180.

13 Analyse, § 186.

14 Sur le personnage de Dinadan, voir : E. Vinaver, "Un chevalier errant à la recherche du sens du monde. Quelques remarques sur le caractère de Dinadan dans le Tristan en prose", Mélange Delbouille, Gembloux, 1964, pp. 677-686, et A. Adler, "Dinadan inquiétant ou rassurant? Encore quelques remarques à propos du rôle de ce chevalier dans la "seconde version" du Tristan en prose", Mélanges R. Lejeune, Gembloux, 1969, pp. 935-943.

15 Analyse, §§ 193, 194 n. 12, 195.

16 Analyse, § 205.

17 Ibid., § 185.

18 Ibid., § 200.

19 Ibid., § 165.

20 Ibid., § 164.

21 Ibid., § 179.

22 Ibid., § 191.

23 Ibid., § 203.

24 Ibid., § 172.

25 Ibid., § 196.

26 Ibid., §§ 198 et 200.

27 Ibid., § 188.

28 Ibid., §§ 165-166.

29 Ibid., § 177.

30 Ibid., §§ 201, 58-65, 73.

31 Ibid., §§ 173-174.

Auteur

Université de Paris Sorbonne

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540