Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

La "conversion" dans le lai d'Eliduc

Omer Jodogne

Texte intégral

1Grâce à l'abnégation de Guildeluëc, Eliduc a pu épouser son amie Guilladon. Et ce mariage fut fêté et, on n'en doute pas, il fut béni par l'Église :

Elidus ad s'amie prise ;
a grant honur, od bel servise
en fu la fest demenee
le jur qu'il l'aveit espusee. (1145-8)

2Il y a parfois un fossé entre le littéraire et le réel, entre l'imaginé et le juridique, mais il faut reconnaître que le remariage, du vivant de la première épouse, est bien autorisé par le droit ecclésiastique. En effet, le Concile de Compiègne (757), dans son canon 13, permit à un conjoint d'entrer dans la vie religieuse avec le consentement de l'autre et autorisa ce dernier à se remarier. Un autre concile réuni à Rome sous Etienne II (152-7) envisagea le cas où l'homme et la femme conviennent de se séparer uniquement pour entrer dans la vie religieuse. Il ne le permit qu'à condition que l'évêque soit mis au courant afin que l'un et l'autre puissent être interrogés dans un endroit déterminé. Car si l'un des deux conjoints n'est pas d'accord, le mariage n'est pas dissous pour un tel motif.

3Marie de France néglige l'enquête épiscopale, mais, fidèle à l'esprit de la loi, elle nous présente les évènements comme normaux. La retraite de Guildeluëc dans un monastère laissant le champ libre à son mari, le mariage avec Guilladon est régulier. Et ce fut pour le meilleur et non pour le pire, car

Ensemble vesquirent meint jur,
mut ot entre eus parfite amur. (1149-50)

4Le bonheur est le fruit de cette union : selon les préjugés du temps, on doit le considérer dès lors comme l'effet d'une bonne et légitime action.

5Les deux vers suivants constitueront la base de mon étude :

Granz aumoines e granz biens
firent, tant que a Deu se cunvertirent. (1151-2)

6Rien de difficile dans le vers 1151 : granz biens est compris comme de très bonnes actions ; la virgule posée par Jean Rychner me paraît inutile tout comme celle qu'ont fait imprimer Warnke, Ewert et Jeanne Lods. Nous y reviendrons.

7Par contre, le vers 1152, sous sa simplicité apparente, avance un verbe se cunvertir et une locution adverbiale tant que qui ne laissent pas de nous intriguer. Les éditeurs, semble-t-il, ont trouvé limpides ces deux lignes. Jean Rychner n'insère pas notre tant que dans l'article tant de son glossaire et se cunvertir n'y est pas relevé. Jeanne Lods n'a rien repris non plus dans son glossaire, d'ailleurs moins riche. Rien non plus dans celui d'Ewert. Mais Warnke a eu quelque égard pour se cunvertir qu'il traduit en allemand par "sich bekehren" qui ne nous apprend rien que nous ne savions. Comme ces vers n'ont pas été commentés dans les Notes explicatives de Jean Rychner, d'Ewert et de Warnke, nous serions tenté de croire que nous voyons des difficultés là où il ne s'en trouve point. Voire !

8Hoepffner, dans son livre sur Marie de France (Paris, Boivin, 1935), ne résume pas le passage qui retient notre attention. Nous sommes plus heureux en feuilletant la traduction de Pierre Jonin (Paris, Champion, 1972, p. 167) :

9"Ils firent de larges aumönes et quantité de bonnes actions jusqu'au jour où ils se tournèrent vers Dieu."

10C'est une traduction très attentive qui prévaut sur celle de Paul Tuffrau (Paris, Piazza, 1932, pp. 151-2) :

11"Tous deux prodiguèrent les grandes richesses et les grands bienfaits jusqu'au jour où ils se consacrèrent à Dieu."

12Biens me paraît avoir un sens plus général que "bienfaits" - Pierre Jonin en est convaincu - et n'implique pas un acte aussi précis que des donations.

13L'accord des bons traducteurs s'établit sur tant que, compris comme une locution temporelle "jusqu'au jour où". C'est ce qui les amène à placer une virgule après le vers 1151.

14Warnke, dans l'Introduction de son édition, résume notre lai et si, forcément, il abrège, c'est aux dépens du vers 1151 et de son lien étroit avec la ligne suivante :

15"Eliduc heiratet Guilliadun. In inniger Liebe leben sie manchen Tag zusammen, bis auch sie sich zu Gott bekehren". (p. clxix)

16Jeanne Lods s'exprime comme si le sort du mari différait de celui de sa femme :

17"Eliduc épouse son amie. Plus tard, il se consacrera à Dieu, tandis que Guilliadon rejoindra Guildeluëc dans son couvent." (p. xx)

18Anthime Fourrier, dans un résumé succinct (in Le courant réaliste dans le roman courtois... Paris, Nizet, 1960, p. 281), a négligé le vers 1151, mais il a commenté le vers suivant :

  • 1 Gaston Paris, dans une causerie faite à l’Institut le 18 Novembre 1887, sur "La légende du mari au (...)

19"Ils vivent heureux ensemble jusqu'au jour où, touchés par la grâce, ils font retour à Dieu et entrent, eux aussi, chacun au couvent pour y achever leur existence dans la paix et la piété."1

20Avant de poursuivre, entendons-nous sur la proposition a Deu se cunvertirent. Il est indéniable que se convertir signifie parfois "entrer au couvent". Voyez le sens de son étymon latin que lui attribue Albert Blaise (Dict. lat.-fr. des auteurs chrétiens. Strasbourg, 1954, p. 220) : convertor "quitter le siècle pour la vie monastique" ; ad militiam Christi... convertuntur. La 2e lettre de direction d'Abélard à Héloïse, traduite par Louis Stouff (Paris, Union Générale d'Éditions, 1964) nous le prouverait si nous en doutions :

21"Cette fraternité spirituelle (monastère d'hommes et monastère de femmes) sera d'autant plus agréable à Dieu et aux hommes qu'elle pourra, parfaite en elle-même, offrir un asile aux conversions des deux sexes, c'est-à-dire que les religieux recevront les hommes, les religieuses les femmes... Quiconque voudra se convertir avec sa mère, sa fille ou quelque autre dont elle a besoin, trouvera là pleine consolation ; car les deux monastères seront unis entre eux par une charité d'autant plus grande et d'autant plus disposés à s'assister l'un l'autre que les personnes qui les composeront auront déjà entre elles des liens de parenté. Cette dernière phrase trouve un singulier écho dans les vers 1168 à 1180 de notre lai !

22Revenons à conversion. Lamennais l'a maintenu, avec ce sens restreint, dans sa Traduction de l'Imitation :

23"Plusieurs comptent les années de leur conversion ; mais souvent qu'ils sont peu changés, et que ces années ont été stériles !" (Livre I, chap. XXIII, 2). Il s'adressait à des religieux.

24"Nous devons chaque jour renouveler notre résolution, nous exciter à la ferveur, comme si notre conversion commençait aujourd'hui seulement et dire "Aidez-moi, Seigneur, dans mes saintes résolutions et "dans votre service ; donnez-moi de bien commencer maintenant, car ce "que j'ai fait jusqu'ici n'est rien." (Livre I, chap. XIX, 1) : Des exercices d'un bon religieux).

25Mais Marie de France impose à se cunvertirent un complément d'objet indirect : a Deu. Ce qui serait pléonastique dans le cas où le verbe signifierait "entrer en religion". Il s'agit d'autre chose : j'imagine que le sens résultera de la valeur première de cunvertir, à savoir "se tourner". Pierre Jonin l'a bien compris quand il a écrit : "ils se tournèrent vers Dieu" et Anthime Fourrier aussi quand il introduit une nuance imprécise : "ils font retour à Dieu". Un Dieu qu'en apparence au moins, ils n'avaient pas abandonné : serait-ce que, dans leur for intérieur, ils ne se sentaient pas en règle avec lui ?

26Il ne nous reste plus qu'à comprendre le lien qui unit le vers 1152 au précédent : tant que. Est-ce une locution adverbiale d'intensité du type :

27Si parla hautement tant c'on l'oï (Aiol 3448 : ex. emprunté à Tobler-Lommatzsch)

28G. et R. Le Bidois parlent du tant ...que consécutif. Il "sert à marquer qu'une action ou une qualité portée à un très haut degré devient la cause d'un certain effet".

29Ou bien cette locution serait temporelle. On la traduirait par "jusqu'au jour où". C'est bien ainsi que l'ont rendue les traducteurs scrupuleux. Certains, comme Philéas Lebesgue (Paris, Sansot, 1913) ont pu s'en tenir à "Grandes aumônes, grands biens firent tant qu'à Dieu ils se convertirent" : cela ne vous aide pas à comprendre.

30Serais-je impertinent en supposant que tant... que a ici la valeur de consécutif. Car si tant que indique une limitation temporelle, il faut admettre que l'époque des bonnes actions se termine au moment où l'on renonce au monde, où l'on s'engage par des vœux dans la vie religieuse. Or celle-ci n'est pas une interruption dans la pratique du bien.

31Reprenons la traduction de Pierre Jonin : "ils se tournèrent vers Dieu". Comme nous l'avons dit, Eliduc et Guilladon se sont mariés en grande pompe od bel servise, donc religieusement. Rien ne dit qu'ils avaient oublié Dieu comme Perceval (ne Dieu ne crui. Conte du Graal 6366). Que peut bien signifier ce retour à Dieu, soit dit pour adopter l'interprétation d'Anthime Fourrier ("ils font retour à Dieu") ?

32Comme l'a écrit Roger Dubuis (Les Cent Nouvelles Nouvelles, p. 403) : "Eliduc a la simplicité et, en même temps, la complexité de la vie ou de certaines tragédies. Tout, en effet, dans ce lai, est psychologique." Or, Marie de France, nous le savons assez, est très sensible aux exigences de la justice. Bafouant implicitement les interdits ecclésiastiques, elle nous rend sympathiques les femmes adultères dont le mari est condamnable physiquement et moralement : nous le découvrons dans Yonec, Guigemar, Laüstic. Au contraire, Marie est féroce envers Equitan et son amie, épouse d'un sénéchal "bon chevalier, pruz et leal" que son suzerain aurait dû respecter. D'autre part, tant de lais ont un dénouement heureux, car la narratrice a voulu que la victime, coupable ou non, oublie les malheurs de son "aventure".

33Le dénouement d'Eliduc est particulièrement embarrassant. L'héroïsme de Guildeluëc a permis le mariage de ceux qui s'aimaient : Guilladon n'a pas songé un instant à sauvegarder les droits de l'épouse. L'injustice est flagrante. La retraite dans le cloître, même lorsqu'on est abbesse, est une privation réelle, dont on souffre quand on a joui des agréments de ce monde. Et ceux dont Guildeluëc est la victime connaissent les joies de l'amour parfait : Mut ot entre eus parfite amur 1150. Aussi notre romancière est-elle mal à l'aise. Avec Roger Dubuis, on peut dire que, dans Eliduc, "La psychologie des personnages n'est pas développée pour servir l'intrigue comme c'est le cas dans beaucoup de lais, mais parce que c'est elle-même qui fait l'intrigue" (p. 403).

34Une solution se fait jour : une méditation sur l'état présent, un dialogue entre époux assurément, un exercice spirituel en présence de Dieu comme il s'impose dans ces circonstances, ont amené les mariés - sans enfants ! - à découvrir progressivement l'injustice de la destinée qu'a voulue Guildeluëc, la cruauté d'une situation dont ils sont responsables et partiellement coupables : leur victime est punie, ceux qui ont fait son malheur jouissent du bonheur ! Et ils se tournent vers Dieu, le maître de justice, qui leur inspire une résolution qui ne rétablira pas l'ordre ancien, mais l'égalité dans le renoncement. Tel me paraît être le sens de ce mouvement vers Dieu : une prise de conscience, une comparution volontaire devant le Juge suprême.

35Quel rapport existe-t-il entre, d'une part, ce mouvement psychologique et, d'autre part, les actes charitables et les bonnes œuvres évoqués dans le vers précédent. C'est ici que nous aurons à décider du sens de tant que. Cette locution indiquera, croyons-nous, une relation de cause à effet : leurs mérites furent tels que, devant Dieu, ils prirent conscience de leur situation morale.

36Rappelons que nous n'avons pas affaire à une conversion au sens moderne du terme, à savoir le ralliement ou le retour à une religion. Nous avons reconnu que se convertir pouvait signifier "entrer en religion", mais que se convertir à Dieu devait avoir un autre sens. En somme, il nous importe de savoir si les mérites acquis par des aumônes et des bonnes œuvres pouvaient amener des âmes à se rapprocher de Dieu, à prendre de sa présence une conscience plus vive. Cyprien appelle les bonnes œuvres une salutaris operatio (Encycl. des sc. relig. p. sous la dir. de F. Lichtenberger. Paris, 1880, tome IX, v° mérite). Selon Pierre Lombard, même pour les infidèles, "le bien ne reste pas sans récompense" (Dict. de Théol. cath, X, 677). On se souvenait, en effet, de l'affirmation de saint Paul : Non enim injustus Deus, ut obliviscatur operis vestri ("Car Dieu n'est pas injuste pour oublier vos œuvres"). Traditionnellement on allait même jusqu'à affirmer que les bonnes œuvres faites en état de péché mortel étaient utiles. Et voici ce qu'on enseignait aux enfants du catéchisme, il y a cinquante ans : "les bonnes œuvres faites en état de péché mortel sont très utiles, pour obtenir de la miséricorde divine la grâce de la conversion" (Le catéchisme de Malines, avec explications, 1900, p. 202).

37Aussi proposerais-je d'accorder à tant que, une notation d'intensité. C'est la générosité des époux-générosité si estimée de Marie de France (cf. Fresne) qui les a amenés inconsciemment à ouvrir les yeux et à reconnaître devant la justice de Dieu que leur bonheur était immérité, s'étant établi sur la souffrance de Guildeluëc. Il s'imposerait qu'au moins on partageât son sort.

Notes

1 Gaston Paris, dans une causerie faite à l’Institut le 18 Novembre 1887, sur "La légende du mari aux deux femmes" (in La poésie du moyen âge ... Deuxième série, p. 124) condense très bizarrement l’épisode final d’Eliduc :
"Eliduc épouse la belle Guilliadon, et ils vivent longtemps heureux. Enfin tous deux sont las du siècle. Eliduc bâtit à son tour un couvent ... "Le bonheur aurait fait place à la lassitude : où Gaston Paris a-t-il lu cela ? On comprend que nous ne nous arrêtions pas à cette fantaisie.
Il en est une autre chez Moshé Lazar (Amour courtois et fin' amors. Paris, Klincksieck, 1964, pp. 188-9) : "Les amants vont vivre de longues années, et lorsqu’ils auront épuisé la joie d’amour, ils se retireront à leur tout dans un cloître pour se consacrer au service de Dieu." Et il répète un peu plus loin : "... quand les amants auront consumé la joie d’amour à laquelle ils ont droit, ils imiteront l’épouse qui s’est retirée dans un cloître.
Le commentaire d’Henri Coulet (Le roman jusqu’à la Révolution : I Histoire du roman en France. Paris, Colin, 1967, p ; 4l) me paraît heureux : "... mais les amants sacrifient à leur tour leur bonheur, entrent aussi en religion et ces trois êtres qui s’aiment communient désormais en Dieu".

Auteur

Université de Louvain

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540