Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Pour le texte des pastourelles anonymes en langue d’Oïl. Notes sur l'utilisation du "Chansonnier de l’Arsenal" par Bartsch (1870) et Rivière (1975)

Jean-Marie d’Heur

Texte intégral

1En 1870 paraissaient à Leipzig chez F.C.W. Vogel les Altfranzösische Romanzen und Pastourellen éditées par Charles Bartsch. Une section importante, le "second livre", y groupe les "pastourelles d'auteurs inconnus" estimées alors être au nombre de 122 unités. Ces compositions anonymes -les mêmes, moins quelques-unes, et plus quelques autres -, soit aujourd'hui un ensemble estimé par lui à CXIX numéros, font l'objet de l'édition nouvelle de Jean-Claude Rivière, répartie en trois volumes intitulés Pastourelles, parue chez Droz en 1974, 1975 et 1976, dans la collection des 'Textes littéraires français', Nos 213, 220 et 232.

2En cent ans de philologie romane, des centaines d'éditions et de rééditions de textes lyriques témoignent que les principes ecdotiques de notre discipline ont fluctué. Nous nous proposons d'examiner ici sur le vif la façon de faire de Rivière comparée à celle de Bartsch, et nous avons fait choix pour cela d'un échantillon de huit pièces. Huit fois, en effet, Rivière a pris pour manuscrit de base de son édition le texte du chansonnier français K, qui est le ms 5198 (Réserve) de la Bibliothèque de l'Arsenal à Paris.

I - Tradition singulière

3A dire vrai, trois fois sur huit à l'éditeur ne s'offrait pas la possibilité du choix, puisque le ms K est le seul à contenir les pièces L'autrier quant je chevauchoie desouz l'onbre d'un prael, puis A l'entrant de mai, et L'autrier en une praele, que nous examinerons successivement.

L'autrier quant je chevauchoie desouz l'onbre d'un prael.1

  • 1 Ms, p. 376. On trouvera toutes sortes de détails bibliographiques et autres sur la pièce dans G. Ra (...)

4Les vers sont dans le manuscrit disposés en hepta-syllabes (7 et 7'), disposition qu'adoptait Bartsch (pp. 194-195, pièce II 69). Parmi les reproches majeurs adressés par Rivière à Bartsch, on lit qu'"il avait eu la tendance, normale pour son époque, mais plus admissible aujourd'hui, de vouloir trop'corriger'le texte : rétablissement des schémas métriques (…)" (I, p. [7]). Voilà un cas où Bartsch n'ayant rien rétabli du tout, c'est Rivière qui s'en est chargé, et qui a reconstruit la pastourelle selon le schëme métrique

a a a a
14 14 7 14

5Il faut toutefois remédier à deux anomalies typographiques qui entachent le texte. Au v.5, on détachera les deux hémistiches :

Je la saluai, la bele ; ele me respont briement.

6Les v.14-15 sont plus durement touchés :

ainz demerrons nostre joie tant corn la porrons mener, de besier et d'acoler ;

7Ils doivent être rajustés ainsi :

ainz demerrons nostre joie tant corn la porrons mener, de besier et d'acoler.

8Quant au manuscrit, il offre au v.9 la forme verbale ditez,- là où Bartsch et Rivière impriment dites. Au v.10, Rivière écrit come le mot qui est écrit conme dans le manuscrit et dans l'édition de son prédécesseur. Au v. 11, vos contre voz chez Bartsch come dans le manuscrit. Au v. 16, fiance mériterait d'être imprimé fïançe avec un tréma sur le i pour marquer que le nom est trissyllabique.

A l'entrant de mai2

  • 2 Ms, p. 404-405a. Spanke, o.c., p. 48, n° 85.

9Le nombre et la numération des vers de cette pastourelle diffèrent de Bartsch (69 vers) à Rivière (68 vers), et cela tient à deux divergences dans la présentation du texte.

10Le v. 13, absent du manuscrit, est judicieusement représenté chez Rivière par une ligne de points, alors que Bartsch, suivant de plus près le manuscrit, ne marquait pas de solution de continuité, bien qu'il ait vu qu'à cet endroit aurait dû figurer un pentasyllabe terminé par la rime -ai (cfr ses "Anmerkungen", p. 374). En outre, la fin du couplet III s'offre ainsi chez l'un et l'autre éditeur :

Bartsch

ele dist'n'en parlez ja que m'amor est donee a tel ja : Robin m'aime, Robin m'a, Robin m'a demandée, si m'avra. '

Rivière

ele dist : "N'en parlez ja, que m'amor est donee a tel ja, Robin m'aime, Robin m'a, Robin m'a demandée, si m'avra. "

11Cette fois, Bartsch'arrange'la disposition de son texte pour créer des rimes, alors que Rivière se contente de reproduire la disposition du manuscrit.

12Le manuscrit présente une faute de déclinaison (un cas sujet pour un cas régime) :

… ami ai,
28 plus biax que nus que je voie,

13ainsi qu'une faute d'accord en genre (un masculin pour un féminin), sans nulle incidence métrique :

  • 3 C'est la bergère qui parle.

68 s'en sui plus jolivet assez.3

14Dans l'un et l'autre cas, Bartsch intervient et corrige son unicum : biau et joliyete. Rivière ignore ou refuse la première correction, qu'il ne signale d'ailleurs pas, et n'intervient que la seconde fois.

15Le schème métrique, qui est, en ce qui concerne la partie fixe, soit les 13 premiers vers de chaque couplet,

a b ' a b a b a b b a b a a
5 5' 5 5'5 5'5 5'7'7 7'7 5

16exige pour le vers 10 une rime masculine en ai. Le manuscrit offre cependant le vers

ainz me dist : "Dieu vous dont joie ! "

17que Rivière maintient malgré l'anomalie de la rime en -oie. Bartsch modifiait joie en jai, conscient, du reste, de la violence qu'il faisait à un texte d'oïl en y introduisant une forme d'oc (p.273 : "Der Reim fordert die im altfranzos noch belegte, aber aus dem provenzal. hinreichend bekannte Form"). Voyez, en effet, Raynouard, Lexique roman III, 446, et Levy, Provenzalisches Supplement-Worterbuch IV, 13b-14a, s.v. Gai.

18Les trois autres cas de leçons divergentes entre le texte de Bartsch et celui de Rivière sont dus à des inadvertances du dernier éditeur.

1929 (Bartsch : 28) Mon fin cuer dont li ai Lire doné (Bartsch : done) au lieu de dont.

38 (Bartsch : 37) chanconette

20Lire, avec Bartsch, chanconete.

44 (Bartsch : 43 donrai

21Avec Bartsch, lire donrrai.

  • 4 On ne trouve de recensé dans les grands dictionnaires qu'un seule exemple de debounairement, voir G (...)

22Notons encore que le v-35 est sans équivoque. Debounerement dans le manuscrit,4 et non pas Debonnerement (Bartsch et Rivière). Enfin, dans l'édition de Rivière, il conviendrait de ne pas maintenir au v.9 la minuscule en tête de phrase, c'est là un usage qui appartient à Bartsch.

L'autrier en une praele5

  • 5 Ms, p. 414b-415. Spanke, (L'autrier en une praele), p. 109, n° 608.

23Au v.38, relevons une correction commune aux deux éditeurs, le enondeu du manuscrit (que nous expliquons, pour notre part, à travers une graphie préalable *ënondeu) passant à en non Deu (Bartsch : deu (Bartsch : deu). Rivière refuse de corriger en adon, à la rime du v.32 l'adverbe transmis par le manuscrit sous la forme adons, comme fait Bartsch sur le modèle des rimes 29 don, et 31 gaignon.

24En trois autres endroits où Bartsch transcrit fidèlement, Rivière introduit des leçons qui ne sont pas dans l'unicum :

8 m'amor vos présent

25Lire vous.

13 je vous vois

26Lire voi.

22 sour un chief blont reluisant

27Lire seur son.

II - Tradition plurale

28Pour suivre, nous examinerons les 5 pièces du ms K, à la transmission duquel Rivière a donné la préférence sur d'autres manuscrits qui les contiennent aussi.

Hui main par un ajornant

  • 6 Ms K, p. 3O7b-308a. Spanke, p. 71, n° 292.

293 autres mss : NPX.6

30P n'a transmis que les couplets I à VI, oubliant les trois derniers, ce qui l'a fait exclure. Le début du texte est d'ailleurs palimpseste. Le copiste a gratté une autre chanson qu'il avait commencé de transcrire, causant un accroc dans le parchemin à hauteur de la dernière ligne de la colonne b du folio. Dans la partie transcrite, trois singularités auraient de toute manière conduit à récuser les leçons du copiste de P :

8 KNX Onques de mes euz ne yi si bele nee

P onc de mes eus ne vi plus bele nee

31Onc de P rend le vres trop court d'une syllabe.

13 KNX mult m'en est bel

P ce m'est mult bel

32X a été éliminé par Rivière parce qu'il présente deux lacunes. La première est au v. 15

KNP avront assez a pestre

X avront a paistre

33L'autre est au v.18 ou manque le second hémistiche, lez a lez.

34Pour appuyer l'élimination de X, relevons ses singularités :

3 KNP trouvai gentil pastorele
X troval gente pastorele

5 KNP la pastore
X La pastorele

12 KNP biau deduit
X biau desduit

24 KNP onques
X onc

30-31 KN puis que prendre voulez (N : volez) proie,
en plus haut lieu (N leu) la pernez
(N : pers) que ne (N : je ne) seroie

X puis que prendre voles proie
en plus haut lieu proie que ne seroie

32 KN gaaigneriez
X gaingneries

33 KN Pastorele
X Pastore

35Indépendamment de variantes phonétiques que nous ne compterons pas (3 trovai v trouvai, etc.) on rencontre dans ce tableau, 1) une variante sémantique acceptable (3 gente v gentil) ; 2) deux variantes sémantiques rejetables pour des raisons métriques (5 pastorele y pastore, 32 pastore v pastorele, 3) une variante que nous appellerons phonético-sémantique, acceptable (12 desduit v déduit), deux autre rejetables parce qu'elles perturbent par défaut la mesure du vers (24 onc v ongues, 32 gajngneries v gaaigneriez), tandis que 4) le seul écart sëmantico-syntaxique est au v.31, mais la variante doit être rejetée, ne serait-ce que pour des raisons métriques.

36Bartsch ne connaissait le texte de X (pour lui T) que par la version rectifiée par Roquefort et Flaméricourt, De l'Etat de la poésie française dans les xiie et xiiie siècles, Paris, 1815, pp. 387-389. Bartsch s'est ainsi posé la question que Rivière se posera après lui, du choix entre K et N. Il a en gros choisi N, c'est ce qu'on peut avancer à partir de 16 leçons de son texte : 4 aigniaux, 6 mes, 7 quex parenz, 11 et 14 reverdissent (aussi X), 16 soz (aussi P), 18 nous, 19 vos aigneaux, 20 avrez (aussi P), vos (aussi X), 26 quant (aussi X), 27 ceinture, 30 volez, 31 leu. Dix fois bartsch a cependant apporté à N, qu'iI faut appeler son manuscrit de base, des modifications d'importance fondées sur la concordance partielle des autres manuscrits, voire sur les leçons isolées d'un seul des autres manuscrits : 6 KK ele est NP el est), 8 P eus (KNX euz), 10 KP renouvelé (N reno, le copiste ayant passé à la ligne sans y terminer le mot ; X re-novele), 11 P vergier, 20 KXP damage (N domage), 21 KXP Simon (N Symon), 22 KX n'ai| (NP n'a), 28 KX vo (N vostre), 29 KX se (N que) et encore PX Garinet.

37On constate que l'éclectisme a présidé à ces choix. En refaisant le chemin de Bartsch, on retrouve son souci d'éliminer les "fautes" ou "variantes" du copiste de N :

381°) Celles qui altèrent la mesure du vers par défaut (l'oubli du v.10) ou par excès de syllabes (la modernisation du V.28) ;

392°) Celles qui altèrent la morphologie idéale aux yeux de Bartsch ;

6 ele est v el est, il vergier v vergiers ;

403°) Celles qui proposent une signification jugée inacceptable : 22 n'ai cure v n'a cure. Cette dernière construction, impersonnelle (?), ou cette affirmation (entendez : "Un chevalier … ne se soucie pas de compagnon" …), ont paru déplacées à l'éditeur allemand, qui pouvait d'ailleurs s'appuyer sur la réponse que fait le chevalier à la bergère (V.25-26) :

Pastorele, trop es dure
quant de chevalier n'as cure.

4129 se dex vos voie v que dex vos voie. La deuxième formule a sans doute été par l'éditeur sentie comme plus optative que la première, et estimée plus moderne.

424°) Celles qui offrent des graphies jugées inacceptables. Indépendamment de la force du nombre (trois mss contre un), on comprend ainsi la raison du choix au v.21 de Simon v Symon : le y n'est là, le i n'est grec, sous la plurne du copiste de N, que pour éviter des méprises dans l'interprétation des quatre jambages successifs de i suivi de m (de son côté le copiste de X marque le i d'un accent). On est plus incertain pour apprécier le choix de la graphie eus du v.8, qui est seulement dans le ms P.

435°) Celle qui offre une forme encore actuelle, ou déjà actuelle : domage est éliminé au profit de damage (3 mss).

446°) Reste le cas de Garinet (PX) préféré à Guérinet (KN). Le diminutif de Garin aurait-il passé pour plus français que le diminutif de Guérin, aux yeux de l'éditeur allemand ?

45Toutes ces retouches font du texte de la pastourelle Hui main par un ajornant tel que l'établit Bartsch, un texte composite, qui n'est d'aucun des quatre manuscrits, étant un peu de tous.

46Mieux inspiré en comparaison a été Rivière lorsqu'il a fixé son choix sur le texte de K "qui ne nécessitait, dit-il (p.109), aucune correction". Son édition m'échappe pas à quelques inadvertances. Au v.6, si ne sai dont ele nee, le verbe est a sauté ; lisez : ele est nee. Au v.7, parents est pour la forme parenz du ms. Au y.31, lire la pernez, et non le pernez, puisque le pronom personnel la remplace le nom proie.

47Bien entendu, nul ne se donnera l'illusion de croire que le texte de K est le texte original. Et par exemple au v.6, la conjonction si qui ouvre le vers, n'est en rien plus satisfaisante que la conjonction mes qui l'ouvre dans les trois autres manuscrits. De même, au v.26, le pronom relatif qui n'est pas plus sûr que la conjonction quant de NX.

48Tout à l'heure, nous avons vu que Rivière s'abstenait dans un unicum de remédier à l'anomalie d'une rime féminine là où on attendait une rime masculine. On ne s'étonne pas, devant une autre anomalie de la rime dans la pièce que nous examinons maintenant, de lui voir suivre le même principe d'abstention. A lire telle de ses remarques dubitatives (p.109, & 4 : "On relève peut-être une assonance au v. ll (…)", et à constater que le cas n'a pas été enregistré dans son Tableau XVII ou Liste des rimes imparfaites (t. III, p. 133), on peut supposer qu'il appartient à ces pas-sages où "des corrections peuvent être envisagées" pour remédier aux irrégularités proches de l'"assonance" (t. III, p 135, N.B.).

- Pastorele, pastorele,
vois le tens qui renouvelé,
11 que raverdTssent vergiers et toutes herbes,
biau déduit a en vallet et en pucele.

  • 7 Cette correction nous paraît fondée sur une admirable intuition, puisqu'il est vrai qu'herbele ne p (...)

49Ne conviendrait-il pas de resonger à la correction de Roquefort-Flaméricourt, o.c, p.388 : … et toute herbele ?7

En mai, la rousee, que nest la flor8

  • 8 Ms K, p. 318. Spanke, p. 267, n° 1984.

50Rivière a éliminé X à cause d'une lacune du V.8, où manque la préposition par devant le nom amors à la rime. C'est aller prestement en besogne. Mais d'autres arguments pourraient être avancés pour appuyer cette décision. Voici le tableau des variantes de X par rapport à KNP.

2 KNP au point du jor
X au point dou jor
10 KNP les euz verz (P vers)
X les euz vairs

23 KNP ne me let
X ne me lait

24 KNP sanz
X sans

25 KNP proiere
X priere

28 KNP si vi la char
X si li vi la char

37 KNP vos connant (P 9amant)
X vos comant

38 KNP ne m'oublïez mie
X ne m'oubliez vos mie

40 KNP revenez souvent
X revenes sovent

51Les divergences phonético-morphologique (v.2), phonético-sémantlques (v. 25, 37, 40), ou graphiques (v-10, 23, 24, 40), de X par rapport à KNP, ont moins de poids, pour l'élimination de X, que les deux divergences syntaxiques (v.28, 38) qui ont directement pour conséquence l'allongement des vers par un monosyllabe excédentaire.

52Rivière a ensuite "écarté N pour trois lacunes (v.10, 19 et 34) ".

10 KPX les euz verz (P vers ; X vairs) la bouche riant
N les euz verz bouche riant
19 KPX car je sui amie
N car / sui (ou : fui) amaie (le second a du dernier mot est exponctué)
34 KPX sus (P seur) mon palefroi montai maintenant
N sus mon palefroi montai (le verbe termigraphique formelle du verbe et de l'adverbe.

53Voici les autres variantes qui opposent N et le front de KPX :

1 KPX la flor
N la flour
4 KPX s'envoisent
N s'envoissent

6 KPX leur joie
N lor joie

10 KPX ele a (P out)
N ela

33 KPX talent
N talant. La rime est avec maintenant.

54Aucun des traits particuliers de N, en dehors des trois lacunes, ne justifierait sa mise à l'écart.

55Restait donc le choix entre K et P. Rivière s'en explique ainsi (P.113) : "entre K et P, nous avons préféré K qui offre en général des textes plus soignés (bien que ce ne soit pas le cas ici) et qui groupe un plus grand nombre de pièces qui nous intéressent". Les deux raisons alléguées se situent en dehors de la tradition particulière de la pièce. La première raison se détruit logiquement d'elle même. La seconde est spécieuse. K offre bien 15 pastourelles (N : 12, P : 7, X : 11), entre lesquelles 3 sont d'un choix imposé par leur unicité, restent 12. Sur ces 12, Rivière prendra seulement 5 fois le ms K pour manuscrit de base.

56Il convient par conséquent de se retourner vers la tradition particulière de P, pour l'écarter au besoin.

4 KNX cil oisellon (N oiseillon, X oiselon)

57P ses oisillons. On notera la forme plus moderne dans la version de P (c.s. pl. et abandon du démonstratif en fonction d'art.

5 KNX mainent
P manent

14 KNX je m'assis a destre

58P je m'asis a terre. La rime avec le nom mestre (v. 11) impose d'écarter la version de P qui n'offrirait qu'une assonance, et un syntagme plus plat.

16 KNX vostre amor vos (K vous) demant
P vostre a (puis, à la ligne, amor vos demant)

17 KNX Ele me respont

59P E ele me respont. (La mesure excède d'une syllabe. La majuscule peinte, E, devant le mot ale, en est cause).

18 KNP par P por

22 KNX chauce
P chause

26 KNX couchai la (...) tout
P coucha la (...) tot

28 KNX la char si blanche
P la char si planche.

34 KNX sus mon palefroi
P seur mon palefroi

60Les variantes des v.4, 13, 16, 17, 18, 28, offrent, par nature, plus de raison d'écarter le choix de P, que celles des v.5, 22, 26, et 34.

61Du texte que nous étudions, Bartsch ne connaissait que les mss KNP (pour lui, respectivement MPN). Sa méthode nous paraît à nouveau tout à fait éclectique, comme le prouve 1'analyse suivante.

62Au v.1, il oppose NP rosee à K (X) rousee, puis KP (X) à N : flor (à la rime avec jor), et non flour.

63Au v.4, K cil oisellon s'envoisent est choisi contre le reste des versions (N oiseillon s'envoissent, P ses (non sel comme Bartsch a lu, suivi par Rivière) oisillons ; ajoutons X oiselon).

64Au v. 6, KP (X) leur, sont écartés au profit de la forme de l'adjectif possessif lor, offerte par le seul N.

65Au v.7, K pour est semblablement écarté au profit de la forme de la préposition telle qu'elle figure dans NP (X) por.

66Dans le v.8, d'amer bien par amors, on s'attendrait à la rectification d'amors en amor, pour la rime avec flor, jor et baudor, mais Bartsch maintient à cet endroit la forme des manuscrits. Voyez cependant le v.16 vostre amor vos demant.

67Au v.9, la leçon propre à K ert (indicatif imparfait) disparaît devant est (indicatif présent) de NP (X). La discordance des temps, entre l'imparfait du v.9 et le présent du v.10, est syntaxiquement intéressante, et il nous est possible d'assurer qu'erst est la forme originale (d'après P out), normalisée ensuite en est dans tous les manuscrits sauf en K, et non une création personnelle du copiste de K.

68Au v.10, l'éditeur allemand écarte N el a et P ele out, au profit de K (X) ele a, mais il choisit ensuite la graphie de P vers contre celles de KN verz.

69Aussitôt après, v. 11, K benoet soit cède la place à NP (X) beneet soit, mais Bartsch conserve li mestre de KP, N ayant le metre, cas régime (de même que X le maistre).

70Le v.13 est dans K (X) bien est a mon talent, dans P ele est a mon talent ; mais Bartsch choisit N qu'ele est a mon talent qui assure une suite harmonieuse au vers précédent, qui tele la fist nestre.

71Au v. 15, Bartsch, suivi, machinalement, semble-t-il, par Rivière, corrige damoisele (forme de tous les mss), en damoiselle.

72Au v.16, abandon de K vous au profit de la forme du pronom régime vos de NP (X).

73Au v.17, adoption de la graphie champenois de K contre chanpenois de NP (X).

74Au, v.18, KN donnent i Bartsch la, leçon par vostre folie préférée à P por vostre projere (X prjere) : rien n'assure que folie soit la leçon authentique, originale, cfr le v.25 Quant vi que proTere (X prière) ne m'i vaut noTent et l'emploi de folie au v-30.

75Cependant, K m'avroiz (X m'avrois) est abandonné lors du choix du verbe du v.18, pour N m'avrez (P m'avres)

76Au v.20, N au fil l'emporte sur K au filz et P (X) au fiz, tandis qu'au v.36 la leçon au fil n'appartient à aucun manuscrit (KP filz, NX fiz), et est une correction de Bartsch sur la leçon N du v.20.

  • 9 Le mot est absent de N dans le v. 34.

77Au v.33, N donne talant à la rime avec maintenant (v.349 mais aussi avec conmant (v.37) et souvent (v.40). Il a pourtant fallu s'accommoder de talent rimant au v.13 avec avenant (v.91, rïant (v.10), et demant (v.16), ainsi que de notent (v.25) rimant avec maintenant (v.26), ardant (v.29), et bonement (v.32).

78Tout ce qui précède montre à suffisance que le texte bartschien est composite, hétérogène, et même hétéroclite. L'éditeur sans cesse passe du premier au deuxième, du deuxième au troisième, des trois manuscrits qu'il connaît, et on indiquerait avec peine le manuscrit de base : il n'y en a pas, à proprement parler.

79Fidèle à son choix, Rivière a fourni une transcription généralement acceptable du texte de K. Au v.8, il faut cependant lire par amors et non per amors, tous les manuscrits ayant la préposition abrégée ainsi : PAu v.15 nous avons déjà signalé que tous les manuscrits ont damoisele, non damoiselle. Parmi les variantes relevées (beaucoup ne le sont pas, bien sûr), notons que P au v.4 offre ses et non sel, tandis qu'au v.18 P a proiere, ainsi que Bartsch l'a vu, et non folie.

A l'entrée de Pascor10

  • 10 Ms K, p. 350b-35 1a. Spanke, p. 270, n° 2002.

80"Les textes, écrit Rivière p.116, sont de valeur sensiblement équivalente dans les trois manuscrits ; nous avons adopté celui de K qui nécessite seulement une correction pour le sens : au v.27, 'mestier'est à remplacer par'm'ester', donné par X", et aussi, ajouterons-nous, par N me ester.

81X se distingue de KN par les particularités suivantes.

1 KN pascor
X pasquor

2 KN fueillir
X foillir
5 KN couvert
X couert

7 KN trouvai
X trovai

12 KN des douz max (N maus)
X des maus (le passage à la ligne entre les deux mots explique plausiblement l'oubli)

13 KN plest
X plaist

16 KN verz
X vers

27 KN lessiez
X laissies

31 KN Guiot que j'aim
X Guiot qui j'aim

32 KN lessoie
X laissoie

38 KN m'amor que d'un
X m'amor d'un

39 KN estes
X estez

41 KN faciez
X facies

42 KN et je (N et)
X je

45 KN s'est
X c'est

46 KN puis (K puist)
X si

52 KN du boschel
X dou bouschel

54 KN viez
X vies

55 KN bergier (N bergier)
X uergier

  • 11 Cependant X offre régulièrement au v. 60 la fin du refrain : des douz max que j'ai.

82Il s'agit, dans la plupart des cas, de variantes graphiques (v.1, 13, 16, 27, 32, 39, 41, 54), ou phonético-sëmantiques (v.2, 5, 7, 52). Une erreur de transcription du copiste est au v.45 ; une autre au v.55 où le b initial du mot a été confondu avec un v, confusion encouragée par la paronymie de bergier avec vergier. Lacuneux sont les v. 12 (refrain11 38, 42 : il nous paraît que, fidèle à sa façon de raisonner, Rivière aurait dû en faire la remarque explicite pour éliminer X. La lacune du v.12 fait de ce vers un tétrasyllabe à l'égal du vers précédent, si on tient que l'interjection ai vaut pour un mot monosyllabique, ce qui amènerait le schème strophique de la pièce à l'ordre

abababa c c DDD
7777777 5'5'544
plutôt que 7777777 5'5'555

83Les variantes restantes touchent au sens (v.31 et 46), sans altérer la métrique.

84N se distingue de Kx par les particularités que voici.

3 KX que cil oisel
N que oiseillon

5 KX couvert (X covert) de flor
N couvert de flors

26 KX doucement
N maintenant

28 KX je n'en ferai (X n'en)
N je ne fere

29 KX pou
N poi

37 KX melz
N meuz

49 KX fils mon pouoir (X pooir)
N fis mouoir

55 KX melz aim
N meuz aimz

85La leçon du v.49 est le résultat d'un télescopage, celle du v.55 est fautive en ce qui concerne la morphologie du verbe. L'initiative du copiste de N se manifeste dans les variantes des v.3, 5, et 26.

86K apporte à son tour des leçons propres, qui l'opposent aux mas NX.

6 NK por resjoïr
K pour esjoïr

10 NK dist
K dit

22 NX ainz dist
K si dit

28 NX que je
K qar je

30 NX que j'ai
K car j'e

40 NX por ce vos

K pour ce vous

41 NX voloir
K vouloir

42 NX donrai
K donre

44 NX forree
K fourree

87Les leçons dist (v.10, 22) sont à préférer à dit, parce qu'elles font partie de cet élément fixe qu'est le refrain, dont seul l'embrayeur varie.

88Bartsch (qui, rappelons-le ne connaissait pas X), a suivi N. Cela apparaît des vers 3 oisellon, 6 por resjoir, 10 dist, 12 maus, 19 vos, le verbe voleiz (K voulez) est cependant corrigé en volez (cfr X voles), 22 ainz dist, 26 maintenant, 27 m'ester (ms me ester), 28 que (corrigé en-suite grâce à K je n'en ferai), 29 ci poez poi, 30 que j'ai ami, 37 meuz, 40 por ce vos, 41 voloir, 42 donrai, 44 forree, 49 correction par K, mon povoir, 55 meuz aim (la forme verbale est corrigée selon k). 0n obserye que Bartsch, bien qu'il suive N, modifie les leçons de son manuscrit de base, soit par grammaticalisme (v.3, 19, 27), soit par sentiment ou certitude intime que l'autre manuscrit présente les "bonnes" leçons (v.28, 49, 55).

89Pour sa part, choisissant le principe économique du moindre effort sur les textes, Rivière adopte "K qui nécessite seulement une correction pour le sens". Encore faudrait-il qu'il nous offrît un texte vraiment sûr. On corrigera sa lecture sur 5 points. V.2 voi au lieu de vois. V.19 et 40 vous au lieu de vos. V. 38 m'amor au lieu de m'amors. V. 41 que au lieu de pou. Enfin, puisque Rivière s'est plu à souligner la "versification soignée" de la pièce, il aurait été normal qu'il procédât à une seconde correction pour le sens en allongeant le verbe voir en avoir, comme a fait Bartsch au v.55, car cette retouche fait du vers ce qu'il doit être, un heptasyllabe.

L'autrier touz seus chevauchoie toute ma sente pleniere12

  • 12 Ms K, p. 370-371a. Spanke, p. 236, n° 1709.

90Le choix de Rivière est justifié de la sorte (p.119) : "Dans la mesure où l'on peut tirer des indications du schéma métrique, le texte de K semble plus satisfaisant". Déclaration qui laisse perplexe, puisqu'on lit plus loin, que "Le poème ne peut être analysé d'un point de vue formel", et qu'"il n'y a pas trace d'une régularité quelconque" (p.120).

91Bartsch avait eu le pressentiment que la pièce est en partie fondée sur des vers longs, disposition que suggèrent d'ailleurs les mss KX. Ce dernier est resté inaccessible à Bartsch qui a dû traiter K comme un unicum.

  • 13 Ces mots ne figurent ni au Robert, ni à son Supplément.

92Quant à Mölk et Wolfzettel, Répertoire métrique de la poésie lyrique française des origines à 1350, p.676, n°1540. Ils proclament l'hétérogonie et l'hétérostrophie13 de cette pastourelle.

Risquons-en la reconstruction.

93I L'autrier touz seus chevauchoie toute ma sente pleniere. Delez l'onbre d'un boschet, la trovai gentil bergiere.

Lez li m'assis o lie chiere,
Puis li dis : "Dex vos saut, bergiere !

94Por tant con ci vos ai veue, vos aim (je) ne fas ma mere. "

95II. (C) El(e) ne fu pas esbahie, si dist : "Diex vos saut, vassal !

96Entrez en vostre chemin et montez sur vo cheval.

Gardez que ne mi faciès mal,

97Car mes pères est en l'aree où il esploite a son jornal. Certes se il vos veoit ore, mult tost i penserait a mal. "

98III. Bele, n'aiez pas paor, ne somes pas jangleor. Por vos que tant par ai chiere, vodrai devenir pastor.

Si vos donrai riche don,
Escarlate et pelicon,
La cainture de deus tors.

99S'irons cuillir la violete et si serons riche d'amors, Et si seres plus jolivete que l'aloete au point dou jor.

100IV. "Sire, bien m'avez conquise. Faites de moi vo plaisir. G'irai mes bestes acuillir et vos remaindrez un pou ci. "

Cele s'en entre en un essart,
Et cil li gete un douz regart.

101Vers son pere s'en va la bele, et il demeure con musart. L'ame de lui soit la honie quant la bele li eschapa.

102Le texte de notre édition est fondé sur le recours simultané aux deux mss, X offrant pourtant quelque avantage supplémentaire, entre autres pour la graphie, que nous adoptons. En outre, la ponctuation de X indique nettement que les v. 2, 5, 7, 10, 11, 12, 16 et 23, sont des vers longs, et ceci malgré la présence occasionnelle au v.16 d'une rime intérieure (violete) rimant avec son homologue au v.17 (joliete ou jolivete selon le ms).

103Si nous partons de cette constatation, nous abou-tisson au schème strophico-métrique que voici, couplet après couplet :

I vers 1 : (7' + 7') = 14'

" 2 : (7' + 7') = 14'

" 3 : 8'

" 4 : 8'

" 5 : (8' + 9') = 17'

104Un autre hémistiche de notre pastourelle nous inspire au v.5 la correction de vos aim je plus en vos aim plus. Il s'agit du second hémistiche du v.12 qui est dans X long de 7 syllabes, vodrai devenir pastor, alors qu'il est dans K vodrai je devenir pastor, avec une syllabe excédentaire. Le pronom personnel sujet n'est au v.5 pas plus nécessaire pour le sens qu'il ne l'est au v.12 dans la version de K. Corrigé comme nous l'indiquons, le v. 5 passe à la mesure (8'+ 8'= 16'. Nous aurions ainsi le schème

I a a a a a

14' 14' 8' 8' 16'

II vers 6 : Version de X, (8' + 7) = 15 Version de K, (7' + 7) = 14

" 7 :" " " (7 + 7) = 14. " " ", (7 + 8) = 15

" 8 : 8

" 9 : (8' + 8) = 16

" 10 : (8' + 8) = 16

105Au v.9, la différence de construction directe ou indirecte du régime du verbe esploitier, n'influe pas sur la métrique, vu l'élision :

K il esploite son jornal
X il esploite a son jornal.

106La différence de version de X à K et de K à X dans les v. 6 et 7 a en revanche une incidence métrique. Nous choisirions K d'un côté (El ne fu pas esbahie) contre X (Cele ne fu…), et de l'autre X (et montez sur vo cheval) contre K (et montez sus vostre cheval) ! Soit deux hémistiches de (7'+7) =14. Le schème du couplet II, après correction, serait

a a a a a
14 14 8 16 16

107Se dégagerait ainsi une nette similitude entre les deux premiers couplets, longs chacun de 5 vers, à rimes féminines dans le premier, masculines dans le second ; des vers longs (14'et 14 en tête, 16'ou 16 en queue), encadrant un ou deux vers courts.

III vers 11 : Version de X, (8 + 7) = 15 Version de K, (7 + 7) = 14

" 12 :" " " (7' + 7) = 14. " " ", (7' + 8) = 15

" 13 : 7

" 14 : 7

" 15 : 7

" 16 : Version de X, (8' + 7) = 15 Version de K, (8' + 8) = 16

" 17 : (8' + 8) = 16

108Le v.11 atteint dans la version de X la longueur de 15 syllabes parce que le scribe a par inadvertance recopié l'adverbe de négation (Bele, n'aiez pas pas paor). Rivière omet de signaler cette répétition fautive dans son apparat critique, et il se limite à noter la variante paor, contre poor en K. Relativement au v.12, voyez notre observation antérieure sur le couplet I. Pour le v.16, nous préférons la leçon de K (… et si serons riches d'amors) à celle de X (et serons riches d'amors). L'adverbe de conséquence se retrouye au v-17 (et si seresplus joliyete), de sorte qu'il y a un balancement rythmique entre les deux propositions qui se suivent. A cette raison syntaxique s'ajoute une raison métrique : les derniers vers de chaque couplet paraissent en effet être tous d'une longueur de 16 ou 16'syllabes. Schème reconstruit :

a a b b a a a

14 14 7 7 7 16 16

IV vers 18 : (7' + 7) = 14

" 19 : (8' + 8) = 16

" 20 : 8

" 21 : 8

" 22 : version de X, (8' + 8) = 16 version de K, (8' + 9) = 17

" 23 : " " ", (7' + 8) = 15 " " ", (8' + 8) = 16

109Le v.19 fait difficulté. Comme, dans chaque couplet, le second vers a une longueur de 14 ou 14'syllabes, pour nous la tentation existe de retrancher une syllabe jugée excédentaire à chacun des hémistiches. Contentons-nous de noter que la locution cueillir des bestes est attestée ailleurs, et que dans le second hémistiche du v.19 on pourrait à la rigueur faire l'économie du pronom vos, si on admettait que le G'irai à l'initiale du vers était primitivement *S'irai, d'après un parallèle tout à fait hypothétique :

16 S'irons cuillir la violetef
19 *S'irai mes bestes *cuillir

110Au v.22, nous préférons pour le rythme la version de X (et il demeure con musart) à celle de K (et il demeure conme musart) ! Le contraire est vrai pour nous au v.23 où nous préférons K (l'ame de lui soit la honie) à X qui ne comprend pas la. Toutes corrections bues, nous proposerions pour le dernier couplet de notre pastourelle le schème

a a b b b b
14 14 8 8 16 16

111tout en étant que les rimes a sont imparfaites et ne concernent que la voyelle tonique (plaisir / ci), et qu'il en va de même pour la dernière rime b (eschapa rimant imparfaitement avec essart / regart / musart).

112Regroupons le schème des rimes de chacun des couplets de notre pastourelle :

113Nous avons entouré d'un cercle les vers courts (v.3, 4 ;8 ;13,14, 15 ;20,21) qu'encadrent chaque fois des vers longs-. Le schème des mètres fait apparaître d'autres éléments de ressemblance entre les couplets.

114La présence de vers de 14 syllabes en tête, de 16 syllabes en queue, se révèle bien par ce tableau. Et donc, au contraire de Rivière, nous ne sommes pas d'avis que la versification (de la pastourelle L'autrier touz seus chevauchoie toute ma sente pleniere) est totalement libre, malgré quelques correspondances de sonorités ça et là" (p.120). Ce serait, faut-il l'ajouter ? le cas dans l'hypothèse où on retiendrait la disposition qu'adopte l'éditeur auvergnat. Quoi qu'il en soit, sa transcription de K doit être reprise sur cinq points mineurs. Au v.6 (notre v.4), vous au lieu de vos (X) ; au v.17 (notre v.10), i (KK) au lieu de il ; au v.19 KT (notre v.11), sonmes au lieu de sommes ; au v.24 (notre v.15), deus (KX) au lieu de deux ; au v.30 (notre v.18), vo plesir au lieu de vos plesir.

115Pour terminer, attirons l'attention sur les variantes peu signifiantes négligées par Rivière :

1 K tout
X touz

2 unbre
X onbre
K trouve
X trovai

5 K com ci vous
X con ci vos
K vos aim
X vous aim
K faz
X fas

6 K dex
X diex

8 K faciez
X facies

11 K sonmes
X somes

12 K pour vous
X por vos
K voudrai
X vodrai

13 K vous
X vos
14 K et
X et

16 K cueillir
X cuillir
K et
X et

17 K et si serez K du
X et si seres K dou

18 K fetes
X faites
K plesir
X plaisir

19 K acueillir
X acuillir
K et vous remandrez
X et vos remaindrez

21 & 22 K et
X et

En ma forest entrai l'autrier14

  • 14 Ms K, p. 410. Spanke, p. 185, n° 1257.

116Un autre manuscrit, U, a transmis la pièce dans une version plus courte (3 couplets au lieu de 6), et condensée. C'est la version longue que Bartsch et Rivière ont préférée, tout en procurant en note le texte du couplet III selon la version du chansonnier U (au v. 11, ajouter au début du discours direct l'apostrophe Belle oubliée par Rivière).

117Les deux corrections proposées par Bartsch, v.1 En mi forest pour En ma forest (K), et v.22 je n'ai cure de vo gaber pour de moi, ont paru inutiles à Rivière, qui s'en justifie de manière convaincante.

118Nous donnerons ici, en guise de complément, la version en 15 vers tirée de U, f. 162v.

  • 15 Le copiste a corrigé le mot initialement écrit ampe en indiquant au-dessus de la deuxième syllabe t (...)

I Leiz la forest m'alai l'autrier
por moi déduire et sol acier ;
3 (si) trovai pastore jente,
aignias gardoit leiz .i. vergier
(d) e(s)ous l'onbre d'un'amte15

  • 16 Au lieu de guinple au chief on trouve en K l'hapax guimplete, repris dans G et TL.
  • 17 Il est plaisant de lire sous la plume du copiste de U le nom maton, cette blanche nourriture de ber (...)

II 6 N'avoit cotte ne pelison,
ne guinple au chief16 ne chaperon,
tote iere defublee.
9 La gorge ait blanche et lo ma(n) ton17
plus_ Ke noif sor jalee.

  • 18 Après le s, il y a une lettre ébauchée, puis biffée.

III Je li dis : "Belle, car m'ameiz".
12 Et elle dist : Laisciez18 m'ester !
De vos jues n'ai cure ;
laissies moi mes aignias guarder,
15 si ferez cortoisie.

119Dans son apparat, Rivière fournit quelques leçons de U, erronées, v. 1 leis, 5 selons, (ms. Selous), ampte, 9 manton. Quant aux deux versions de la pièce, il affirme d'abord (p. 128) que la strophe III est "totalement différente" de U à K, puis, un peu plus loin, qu'elle est "nettement différente dans chacune des versions", avant d'assurer qu'en U elle "est un condensé des str. 4 et 5 de K" (p.129). La condensation de la strophe IV est peu probable. On pourrait à peine mettre en regard du v. 11 de U - les v. 17 et 20 de K :

{17 puis dis : "Pastoure, entent a moi} 11 Je li dis : "Belle, car m'ameiz
{20 de toi ferai m'amie}

120La réminiscence du complet V de K est en revanche certaine.

K
21 ... lessiez m'ester

U
12 ... Laisciez m'ester !

{22 je n'ai cure de moi gaber} 13 de vos jues n'ai cure

{25 de vostre gieu n'ai cure

24 Lessiez moi mes aigniax garder
14 laissies moi mes aignias quarder

***

Conclusion

121Bartsch ne nous a pas exposé au préalable sa façon de publier le texte des pastourelles. Il a agi. Pour retrouver les principes de son action philologique, il nous a fallu scruter vers après vers les textes qu'il propose.

  • 19 Non, ce n'est pas une longue analyse, comme Rivière le prétend p.18 quand il se réfère à ce chapitr (...)

122Les reproches que Riyière adresse, en substance, à l'édition centenaire de son prédécesseur, en passant rapidement19 sur "Les raisons d'une nouvelle édition" (t. I, p.[81, nous les trouvons fondés. Notre analyse de sa version des pastourelles Hui main par un ajornant, et En mai, la rousee que nest la flor, fournit deux exemples détaillés et très parlants du travail de Bartsch sur les textes. Travail qui, de touche en retouche, aboutit à composer une sorte de marquetterie irrégulière et pleine de fantaisie. On reste confondu quand on pense que c'est sur ces textes approximatifs que se sont exprimées trois ou quatre générations d'historiens et de critiques littéraires. A d'insignes exceptions près, presque aucun d'eux n'a songé à s'assurer de l'authenticité des textes offerts par Bartsch. Et pourtant, Bartsch est le Viollet-le-Duc de la pastourelle.

123De là l'utilité, dans son principe, d'une réédition partielle comme celle que Jean-Claude Rivière a voulue pour les pastourelles anonymes. Lui s'est étendu sur ses options d'éditeur dans les chapitres III et IV de son "Introduction à l'étude formelle des pastourelles anonymes françaises des xiie et xiiie siècles" respectivement intitulés "Les manuscrits : choix et classement" (pp. [14]-18), et "L'établissement du texte. L'apparat critique - Les notices" (pp.[191-23). Les positions de Rivière sont souples, nuancées.

124Il retiendrait volontiers qu'en face d'un texte dont nous sommes redevables à une tradition singulière, il faudrait oser comme Faral, de "substantielles retouches quand la nécessité s'en imposte] de façon évidente" (p.19). Pourtant, tiraillé entre cette velléité d'intervention, et son respect du texte du manuscrit, Rivière se range "à une solution intermédiaire" (id.). Interventionniste, donc, mais modéré.

125Cette modération vaut encore pour les textes qui nous sont parvenus par une tradition plurale. Les interventions sur le texte sont mesurées. C'est affaire d'art et de tempérament, dans bien des cas, d'éprouver et de juger si ces interventions sont, de plus, judicieuses. L'éditeur s'attache, autant que possible, au meilleur manuscrit, c'est-à-dire, selon lui, entre tous, à "celui qui nécessitait le minimum de corrections, tant pour le sens que pour la forme" (p.17). Nous pensons que cette position n'est pas toujours soutenable, et nous le faisons voir à propos de l'édition de la pastourelle L'autrier touz seus chevauchoie toute ma sente pleniere où, devant l'état désespéré des deux manuscrits en présence, une combinaison de leurs traditions présente seule quelque chance d'atteindre un stade textuel moins arbitrairement voué au désordre de la versification. Dans un autre cas parmi ceux que nous avons examinés, celui de la pastourelle En ma forest entrai l'autrier, il nous a paru bpn de produire le texte intégral de la version écartée, parce que condensée, de la pièce. Refacture, cette version du chansonnier U, mais qui mérite d'être publiée comme telle, parce qu'elle rend manifeste le jeu de la recréation poétique, qui a l'importance que l'on sait dans la lyrique médiévale.

  • 20 Même si le vieux Bartsch lui-même avait parfois un curieux irrespect des graphies. Dans la pastoure (...)

126On pourra, on pourrait, naturellement, débattre des réserves méthodologiques que nous venons d'avancer. Ce ne sera pas le cas, et nous le regrettons, pour une dernière remarque que nous ferons touchant le texte de Rivière. Alors qu'il nous assure avoir "respecté scrupuleusement le texte en ce qui concerne la graphie" (t. I, p. 20), comme il est dommage que nous devions faire observer que le texte des huit pastourelles qu'il a sorties du chansonnier de l'Arsenal, est entaché de fautes de lecture qui incitent à utiliser prudemment l'édition nouvelle. Ne nous hâtons pas de jeter le vieux Bartsch aux oubliettes de la philologie.20

Notes

1 Ms, p. 376. On trouvera toutes sortes de détails bibliographiques et autres sur la pièce dans G. Raynauds Bibliographie des altfranzösischen Liedes neu bearbeitet und erganzt von Hans SPANKE. Erster Teil, Leyde, Brill, 1955 p. 235, n° 1698a = 1708. "Form sehr nachlastig (Imitation ?). "

2 Ms, p. 404-405a. Spanke, o.c., p. 48, n° 85.

3 C'est la bergère qui parle.

4 On ne trouve de recensé dans les grands dictionnaires qu'un seule exemple de debounairement, voir G IX, 277b, s.v. de-bonairement. Quant à l'exemple de notre pastourelle, d'après Bartsch, il est classé dans TL 112, 1237a, lignes 36-38.

5 Ms, p. 414b-415. Spanke, (L'autrier en une praele), p. 109, n° 608.

6 Ms K, p. 3O7b-308a. Spanke, p. 71, n° 292.

7 Cette correction nous paraît fondée sur une admirable intuition, puisqu'il est vrai qu'herbele ne paraît attesté nulle part. Mais paraissent en postuler l'existence.
a) Herbelée. Voyez une addition de Charpentier dans du Cange, éd. de 1843, III, p. 649b : "Hinc Herbelée vocabant nostri potionem medicam ex herbis confectam. Mirac. MSS.B.M. V. lib. 2. ubi de Medicis :
Bon pain, bon vin et le bon air
Aim'assez miex, par S. Wistasse,
Que tous lor orinaus ne face
Ne que toutes lor Herbelées,
Qui toutes bourses ont boulées. "
L'exemple est repris dans La Curne de Sainte-Palaye, t.7, 1880, p.37b, d'après Du Cange, avec une faute dans la citation d'orinaus devenu ormaus.
Herpelée existe à côté d'herbée (wallon liégeois jèrbëye, oc erbada)
b) Herbeler. Voyez un exemple dans La Curne, ib. Herbeler existe ainsi à côté d'herber, sans compter les verbes herbiler, herbeiller, herbeyer, (oc erbiar)
c) Herbelette. Voyez-en deux exemples dans la Curne, ib. Herbelette existe à côté d'herbette (oc erbeta).

8 Ms K, p. 318. Spanke, p. 267, n° 1984.

9 Le mot est absent de N dans le v. 34.

10 Ms K, p. 350b-35 1a. Spanke, p. 270, n° 2002.

11 Cependant X offre régulièrement au v. 60 la fin du refrain : des douz max que j'ai.

12 Ms K, p. 370-371a. Spanke, p. 236, n° 1709.

13 Ces mots ne figurent ni au Robert, ni à son Supplément.

14 Ms K, p. 410. Spanke, p. 185, n° 1257.

15 Le copiste a corrigé le mot initialement écrit ampe en indiquant au-dessus de la deuxième syllabe te.

16 Au lieu de guinple au chief on trouve en K l'hapax guimplete, repris dans G et TL.

17 Il est plaisant de lire sous la plume du copiste de U le nom maton, cette blanche nourriture de berger vantée en une autre pastourelle anonyme, L'autre jour par un matin, / sous une espinette, pièce II (unicum du chansonnier I), v. 22 "il n'est viande ke vaillet les matons", du recueil de Rivière, t. I, p. 78. Rivière a traduit maton dans son Glossaire, t.III, p.155a, par "lait caillé". Le mot vit encore en wallon, au sens de grumeau de lait, avec une tendance récente, à ce que nous avons pu observer, à se spécialiser dans le sens de grumeau du lait trait d'une vache atteinte de mammite. De là le mot repasse dans le français régional de Wallonie : "Est-ce qu'elle a des matons ? ", demande en français le vétérinaire au propriétaire d'une vache suspectée de mammite (témoignage du fermier Albert Pirotton, 72 ans, de Nessonvaux). Littré, t.III, 475 b, enregistre le mot comme vivant : "Lait caillé ou réduit en grumeaux (dit les mattes, en Normandie) ". Pour le Larousse du xxe siècle, t. IV, 741 b, au sens de "Lait caillé" le mot est qualifié de dialectal.

18 Après le s, il y a une lettre ébauchée, puis biffée.

19 Non, ce n'est pas une longue analyse, comme Rivière le prétend p.18 quand il se réfère à ce chapitre.

20 Même si le vieux Bartsch lui-même avait parfois un curieux irrespect des graphies. Dans la pastourelle En mai, la rousee…, pourquoi ne respectait-il pas damoisele, venue de dominicella, et 1'écrivait-il demoiselle, alors qu'au v.2 de la même pièce il respectait la graphfe du mot belle, de bĕl1a ? Illogisme philologique.

Auteur

Université de Paris Sorbonne

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540