Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Un personnage typique du Siège de Barbastre : le paien qui trahit les siens

Bernard Guidot

Texte intégral

  • 1 Il est permis de songer aux nombreuses scènes guerrières, complaisamment contées, en particulier d (...)
  • 2 Mme J. Wathelet-Willem écrit (Recherches sur la Chanson de Guillaume, Paris, 1975, tome I, p. 654) (...)

1Œuvre touffue, qui n'est pas sans présenter quelques longueurs1, le Siège de Barbastre ne peut prétendre à la notoriété d'œuvres beaucoup plus anciennes comme la Chanson de Guillaume ou le Couronnement de Louis2. L'élargissement thématique place au centre de la narration Bueves de Conmarchis et ses fils. La pureté des lignes du genre primitif s'y trouve altérée, une atmosphère nouvelle est créée : les chevaliers sont parfois brisés par l'adversité, envahis par un doute destructeur qui entrave leur vitalité traditionnelle ; la femme et les sentiments amoureux ont conquis une influence certaine et nous relevons la présence d'un nouveau type de Sarrasin : celui qui abandonne ses coreligionnaires pour rejoindre le camp chrétien. Fondamentalement, c'est un traître, il faut pourtant distinguer ce qui le sépare des traîtres bien connus de l'épopée française. Notre ambition sera ensuite de déterminer ses motivations, sa mentalité, son influence dans l'œuvre et, en définitive, de préciser les conditions de son adaptation dans le monde chevaleresque, de son adoption par les Aymerides.

***

  • 3 G. Moignet. La Chanson de Roland, Paris, 1969, p. 49. Dans un excellent ouvrage, M. P. Jonin a, du (...)
  • 4 A. Dessau. L'idée de la trahison au Moyen Age et son rôle dans la motivation de quelques chansons (...)
  • 5 A. Dessau. art. cit. p. 25.
  • 6 S. Hofer avait, en particulier, montré que, dans certaines œuvres, les traîtres agissent en collec (...)
  • 7 J. Subrenat. Étude sur Gaydon. Aix-en-Provence, 1974, p. p. 320-21.
  • 8 Gaydon date de la période 1230-1234. Cf. J. Subrenat
  • 9 Étude sur Gaydon. p. 301.

2Le motif de la trahison est aussi ancien que l'épopée, le personnage de Ganelon étant inséparable de la Chanson de Roland. C'est une impulsion individuelle qui pousse le traître à l'action, le ressentiment l'aveugle mais son coeur ne dissimule aucune lâcheté. M. Moignet a pu écrire : "Ganelon n'est pas un vulgaire traître de mélodrame"3. Dans d'autres chansons comme Renaut de Montauban ou Raoul de Cambrai, c'est le suzerain qui manque à ses obligations, se trouve en position d'accusé, à tout le moins. Toutefois, M. A. Dessau remarque4 que les difficultés de ces chevaliers trompés dans leurs justes espérances, Ogier, Renaut, Girart de Roussillon, sont racontées un peu plus tard dans la Geste de Doon de Mayence. Pour M. Dessau, c'est la preuve d'un changement d'état d'esprit "qui a complètement renversé l'estime que l'on avait pour quelques héros épiques et pour leur action légendaire"5. Certes, les fautes peuvent passer du suzerain au "lignage des traîtres"6 mais, comme l'a bien montré M. J. Subrenat7, les activités de traîtres organisés ne blanchissent pas forcément ce suzerain, en l'occurrence l'empereur. En tout cas, au treizième siècle8, la notion de trahison est incarnée par une collectivité soudée autour de fausses valeurs "qui sont les anti-valeurs de la société féodale"9.

  • 10 Ceux qu'un examen rapide pourrait faire considérer comme des traîtres n'ont aucune initiative réel (...)
  • 11 Encore faut-il préciser qu'aucun d'entre eux n'est comparable à Clarion de Vaudune. Leurs personna (...)
  • 12 Pour ce qui est des portraits de païens dans la Geste de Guillaume d'Orange, on peut tirer, de leu (...)
  • 13 M. St.G. Nichols, en ce qui le concerne, pense qu'une des nouveautés de S B réside dans un élargis (...)

3Dans toutes les œuvres précédemment citées, la trahison n'est conçue que par rapport à la société chrétienne, or dans le Siège de Barbastre, c'est Clarion de Vaudune qui trahit. Nous notons surtout une double différence avec les œuvres de la même époque : le traître est un païen et, comme Ganelon dans Roland, il agit seul. Dans l'œuvre qui nous occupe, il est le seul véritable traître à la nation sarrasine10 et, d'un autre point de vue, dans la Geste de Guillaume d'Orange, ce n'est que dans quelques chansons de la fin du douzième ou du début du treizième siècle que l'on peut trouver d'autres traîtres païens11. Auparavant les sarrasins sont le plus souvent ravalés à la triste uniformité caricaturale bien connue12 ; or la création de ce nouveau type de personnage suppose, pour le poète, un enrichissement13 de ses capacités narratives : il doit pouvoir s'extraire de la seule perspective chrétienne pour brosser un tableau des menées du traître et pour donner une idée, même sommaire, de sa mentalité.

  • 14 M. Moignet a pu écrire : "Ganelon a ressenti l'offense qui émanait de Roland, mais il n'a pas eu p (...)
  • 15 S B, vers 573.75.
  • 16 S B, vers 577.78. A noter que M. de Sulie entre dans le récit d'une façon analogue. Malatrie récla (...)

4L'existence de Ganelon dans Roland ou du "lignage des traîtres" par la suite, était constitutive de la trame épique14. Dans le Siège de Barbastre, Clarion de Vaudune semble avoir été imaginé pour sortir le récit d'une impasse : les héros sont prisonniers des païens, sans réel espoir d'être délivrés par leurs compatriotes. L'apparition du Sarrasin résulte d'un heureux coup de baguette magique de l'auteur. Une ardente prière de Beuves pour obtenir un secours divin15 et le miracle se produit16 :

"Oiez quele aventure li a Dieus envoie :
Leanz ot un paien de grant nobilité..."

  • 17 S B, vers 614.16.
  • 18 S B, vers 692.94.
  • 19 S B, vers 701.04. Adenet Le Roi, dans Buevon de Conmarchis, a sensiblement modifié cet épisode, da (...)

5La conception du personnage paraît, de prime abord, étroitement utilitaire, ce que semblent prouver nombre d'invraisemblances maladroites, les agissements de Clarion devant être, à tout prix, couronnés de succès. Lorsque le Sarrasin décide de délivrer les prisonniers français, le geôlier est précisément enivré17 ; Clarion possède les clés de la tour où sont enfermés les hommes de Beuves18 ; d'ailleurs il leur rend la liberté sans la moindre opposition19. Le transfuge intégré au clan français, le destin n'aura plus pour lui cette étrange sollicitude. Il convenait que la narration prît rapidement une direction plus favorable aux Chrétiens, avant de nouvelles péripéties.

***

  • 20 S B, vers 578.87.
  • 21 Pour lui, le motif du traître constitue une véritable "neutralisation" du conflit épique. Cf. art. (...)
  • 22 S B, vers 595.99.

6Un examen approfondi de la chanson montre que Clarion n'est pas une simple marionnette narrative née de la facilité. Seigneur de Barbastre, il a été injustement dépossédé de son fief, par son oncle l'amirant, il est même assigné à résidence dans la cité20. Eu égard aux vues de M. Dessau21, la situation est hybride, puisque le suzerain est coupable et que le vassal trahit le monde païen, ce qui est motif de conflit. Dans un court monologue intérieur, Clarion exprime les conditions de sa trahison22 :

"Car pleüst ore a Dieu, qui meint en ternité,
François seüsent ore mon cuer et mon pensé,
Que m'ennor me rendisent si con j'ai devisé ;
De prison lé treroie ainz que fust ajorné."

  • 23 Marie-Luce Chênerie ("Ces curieux chevaliers tournoyeurs...", Romania, 97, 1976, p. 368) oppose le (...)
  • 24 S B, vers 600.10.
  • 25 S B, vers 805 10.
  • 26 S B, vers 739 et 782. Cf. aussi B C, vers 1192.93 et 1243.46.
  • 27 S B, vers 787.89. Cette ardeur à semer la mort est commune dans les chansons de geste ; Mme J. Wat (...)
  • 28 S B, vers 819.21. La scène est quasiment identique dans B C, vers 1202.09, avec un détail suppléme (...)

7Puis hésitant et calculant23, il essaie d'apprécier quel sera le comportement des Aymerides, évolue du pessimisme à l'optimisme et se décide24. Sa motivation réside tout entière dans la volonté de rentrer en possession de ses terres ; dans Buevon de Conmarchis, elle s'enrichit du désir de vengeance25. Qu'il ait été spolié n'excuse pas totalement Clarion qui profite habilement de circonstances favorables pour passer à l'ennemi et n'éprouve aucune pitié pour ses anciens compagnons. Il en parle avec hauteur et mépris26 et, à la première occasion, en massacre le plus possible, avec allégresse27. Lorsque les troupes sarrasines assiègent la tour de Barbastre, c'est lui qui incite les Français à jeter des cadavres païens par-dessus les murailles, pour faire naître la crainte chez l'assaillant. Le cynisme le dispute à la cruauté dans ses propos28 :

"Dites, de ces paiens que vos ocis avez,
Ferez en vos tresor, qui ceanz les gardez ?
Or les gitez la fors, si vos en delivrez" ;

  • 29 Cf. S B, vers 839.43, passage repris et développé dans la laisse suivante, S B, vers 861.71 ; cf. (...)
  • 30 S B, vers 910.12 et 1076.77. B C traduit un état d'esprit similaire (vers 1385.87). Ailleurs, Clar (...)
  • 31 S B, vers 4930.32.
  • 32 S B, vers 964.65.

8Tout au long du Siège de Barbastre, le dépit d'avoir perdu ses terres habite l'âme de Clarion. Il éprouve un vif ressentiment à l'égard des Sarrasins et a tendance à les rendre tous responsables de l'injustice qu'il a subie. Chaque fois qu'il se trouve en présence de certains d'entre eux, pleuvent reproches, insultes, menaces. Le ton est dur, même si Clarion accorde quelquefois son pardon, en l'assortissant d'une condition expresse : les prisonniers doivent se dévouer corps et âme aux Aymerides29, d'ailleurs, à plusieurs reprises, il insiste auprès de Reuves pour que soient exécutés tous les païens qui refusent la conversion30. Cette accusation de trahison collective ne le quitte jamais, il l'exprime même au cours du combat singulier contre Gaudin31. Aucun doute ne l'effleure, aucun remords ne le tourmente, son esprit est tranquille, sa conscience en paix et, dans son intransigeance, il multiplie les formules péremptoires32 :

"De vostre cors tantost sera pris vengement,
Que ainsi doit en fere de traïtor puant".

  • 33 S B vers 4917.19.

9Guillaume officialise, en quelque sorte, cet état d'esprit antisarrasin de Clarion, en lui offrant - honneur insigne -son gonfanon, au moment où l'armée de secours arrive à Barbastre33 :

"Clarion le reçoit par tel devision
Que n'en espargnera ne per ne conpangnon,
Ne parent ne cousin de la geste Noiron."

  • 34 S B, vers 979.84. Pourtant, lorsqu'il est introduit dans le récit, Clarion est en train de prier M (...)
  • 35 S B, vers 987.90, 1024.25.
  • 36 S B vers 1026.31.
  • 37 B C, vers 1429.51. Clarion s'y montre moins exalté, plus tempéré dans ses réactions. Posément, il (...)

10Aussitôt baptisé, Clarion est saisi par une véritable rage de détruire l'univers mental auquel il a cru et, dans Barbastre, c'est précisément la "mahomerie" qui le symbolise. Le nouveau "convers" y entraîne ses compagnons, se moque joyeusement des dieux sarrasins34 qui n'ont jamais été capables de montrer leur pouvoir, et auxquels il ne reconnaît qu'une valeur marchande, critique sévèrement les païens que la foi laisse dindifférents35. Après avoir affirmé bien haut sa confiance en Dieu36, c'est Clarion qui commande de briser les idoles. La scène, d'une belle densité dramatique, manque toutefois de mesure, à l'image de celui qui l'anime. Ce n'est pas le cas, dans le même épisode, de Buevon de Conmarchis37.

  • 38 S B, vers 766.67, 1129.40, 1331.35. Cf. aussi B C, vers 1254.56 (c'est la collectivité sarrasine q (...)
  • 39 S B, vers 1555.57, 4523.25.

11Bien entendu l'hostilité de Clarion pour les Sarrasins, si manifeste et si meurtrière dans ses conséquences ne peut manquer de susciter la haine. Le lecteur est instruit, au fil de la narration, des sentiments du camp païen. A cinq reprises, Clarion se trouve maudit ou promis aux pires châtiments : trois fois par des ignitaires ennemis, l' "amoraive", Corsout de Tabarie l'amirant d'Espagne38, deux fois par des messagers chargés d'informer Malatrie et Rubiant de la situation à Barbastre39. Clarion n'est pas sans se douter de la réprobation qu'il soulève chez ses anciens compatriotes (nous nous contentons de deviner ses sentiments d'après ses actes) cependant il doit subir une fois, face à face, le feu roulant des reproches et injures proférés par

  • 40 S B, vers 1354.58. Dans B C, Adenet Le Roi a augmenté le nombre de passages où Clarion se trouve d (...)

12Otran de Baleguez40 :

"Fill a putein, traïtres, fel cuivert parjurez,
Traï as l'amirant, s'en seras vergondez.
Les François guerisis con treïtres provez ;
Ja ne t'i guerra Dieu, qui en croiz fu panez,
Que ne soies panduz einz que soit avespré".

13Clarion n'est pas impressionné le moins du monde, il ne parle plus le même langage moral que son adversaire et leurs points de vue opposés ne lui créent aucun scrupule de conscience, puisque son comportement se justifie, à son sens, aussi bien sur le plan juridique que religieux.

***

  • 41 S B, vers 956, 1048, 1376, 2781, 3269, 5155. Cf. aussi d'autres vers similaires, 3142, 3279, 3310, (...)

14Clarion est très bien considéré par les Français. Le poète lui-même qui, conformément à la tradition, épouse la cause chrétienne, use de formules laudatives pour le mentionner, ainsi qu'en témoignent certains vers41 :

"Einçois lor avoit dit con home de porpens...
Clarion entra anz con hom de grant vertu...
Clarions li gentis, qui fu crestïennez...
Clarion le cortois a fet sa gent mender...
En ce pré descendi Clarion conme ber...
Clarion de Vaudune qui tant fet a prisier..."

  • 42 La "recreantise" des dieux païens était déjà un thème significatif du Roland, (cf. G. Moignet, éd. (...)

15Ce préjugé favorable dont l'ancien maître de Barbastre jouit sans conteste correspond à la vision globaliste de l'univers qui conçoit tous les Infidèles comme des traîtres. Clarion qui a renoncé au monde des réprouvés, est la brebis qui rentre au bercail. Elle ne peut être que bien accueillie. Aux yeux des Chrétiens, Clarion s'est contenté de tirer les conséquences d'une situation de fait : Dieu, en bon suzerain, n'abondonne jamais ses ouailles, alors que les dieux païens, traîtres par définition, trahissent toujours la confiance que leurs adorateurs placent en eux42. L'ordre du monde, bousculé temporairement par la trahison païenne, sera rétabli par la victoire du Christ. Tout Sarrasin qui l'a spontanément compris est le bienvenu. Tel est le principe qui régit les relations entre Clarion et les Aymerides.

  • 43 Cf. S B, vers 640.50. Les chevaliers dans la tour-prison l'appellent "amis" (vers 728 et 730), "va (...)
  • 44 S B, vers 757.59. Dans B C (vers 1061.67) Girart est le seul à porter des accusations ; c'est seul (...)
  • 45 S B, vers 888.92. Adenet Le Roi souligne vigoureusement le prestige de Clarion dans le camp frança (...)
  • 46 S B, vers 893.95, 5015.18 et la narration elle-même, vers 6112.13 et 7151.
  • 47 S B, vers 823.
  • 48 S B, vers 923.37, 1078.
  • 49 S B, vers 3450.53, 3596.3605.
  • 50 S B, vers 4915.16, 4986.87, 5027, 6652.53, 6999.7000.

16L'application en est facilitée au début par la situation tragique des prisonniers français à Barbastre. Le destin ne leur a guère laissé le choix : Beuves comme ses chevaliers acceptent avec empressement l'aide de Clarion43. Le doute, les soupçons, ne s'insinuent dans l'esprit de Girart, puis de Beuves, que pendant la longue absence du transfuge sarrasin qui, pourtant, s'évertue efficacement à délivrer tous les Chrétiens44. Toutefois il ne tarde pas à être accepté comme un égal45 ; périodiquement on lui promet qu'il rentrera en possession de ses terres46. Clarion enchante son entourage par sa cruauté47 et Beuves se conforme scrupuleusement aux conseils que le transfuge prodigue en abondance48. A Narbonne aussi, Clarion est présenté comme un allié exceptionnel, d'une redoutable efficacité, ce qui lui vaut d'être traité comme un hôte de marque49. Lorsque Barbastre est définitivement au pouvoir des Chrétiens, Clarion est devenu leur homme de confiance50.

17Dès le moment où Beuves, en prison, a accepté l'aide de Clarion, celui-ci fait preuve d'une loyauté exemplaire. Omniprésent, il n'encourt pas la moindre critique. Chrétien modèle dès son baptême, il est aussi très proche de la chevalerie idéale du treizième siècle puisque ses conseils sont aussi précieux que sa prouesse guerrière est efficace sur le champ de bataille.

  • 51 S B, vers 728.29.

18Dans le Siège de Barbastre, Clarion ne fait pas intervenir de promesse de conversion comme argument auprès de Beuves, Gui et Girart. Son intention d'embrasser la religion chrétienne n'apparaît, en filigrane, qu'au moment où il bavarde avec quelques-uns des chevaliers qu'il vient de délivrer51 :

"Amis, dist Navari, es tu crestïennez ?
- Nanin, dit Clarion, mes a Dieu sui donez."

  • 52 Aussitôt les Français abandonnent toute réserve et l'accueillent à bras ouverts. (B C, vers 897.91 (...)
  • 53 S B, vers 848.49. Curieusement, la fin de la chanson, oubliant que Clarion est converti depuis lon (...)
  • 54 S B, vers 1360.62.

19Adenet Le Roi procède, sur ce point, d'une façon plus directe ; Clarion, se rendant compte du peu d'enthousiasme de Beuves et ses fils, offre en dernier ressort, de recevoir le baptême. L'argument est décisif52. Clarion, dans le Siège de Barbastre, est baptisé le premier - noblesse oblige - dans le premier groupe de "convers"53, mais déjà auparavant il s'était livré à du prosélytisme actif auprès des prisonniers païens, attitude qui sera toujours la sienne, chaque fois que l'occasion se présentera. D'ailleurs, Clarion s'exprime constamment comme un Chrétien de toujours. L'affirmation de ses nouvelles convictions va de pair avec les traditionnelles insinuations malveillantes concernant la mort de Mahomet. Otran de Baleguez en fait l'expérience, avant d'être frappé à mort54 :

"Je ne pris Mahomet deus deniers monneez,
Que truies l'ont mengié deux mil anz a pasé ;
Mes ge croi en celui qui en croiz fu panez."

  • 55 S B, vers 1379.81.

20Enfin, comme un chevalier français habitué de toute éternité à servir Dieu et à lui demander aide et protection, Clarion implore la divinité quand les difficultés s'amoncellent55.

21En somme, sa religion est sans nuances, ses anciennes croyances ne lui ont laissé aucun doute, aucune inquiétude particulière ; l'amour de Dieu, probablement sincère, se nourrit largement de haine éprouvée pour l'Autre, qui a refusé de franchir le Rubicon.

  • 56 S B, vers 7203.10 ;
  • 57 S B, vers 667.85. Cf. B C, vers 956.75, pour l'épisode correspondant.
  • 58 S B, vers 722.24, 735.39.
  • 59 S B, vers 779.85 (dans B C, vers 1128.29, M.A. Henry estime – éd. cit. p. 22 – qu'Adenet a créé un (...)
  • 60 S B, vers 810.18.
  • 61 S B, vers 896.901 et reprise vers 902.12.

22Reprenant possession de ses terres à la fin de l'intrigue, Clarion trouve une juste récompense à son inlassable dévouement au clan des Aymerides56. C'est la contrepartie promise à une activité de tous les instants. En fait les Français ne peuvent que se réjouir de cet envoi de la Providence. Clarion est un homme qui réfléchit, prend de rapides décisions, tout en payant de sa personne dans l'action. Il conseille de ne pas tuer de prime abord le geôlier qui pourrait être un auxiliaire précieux. Les événements se précipitent et empêchent son point de vue de l'emporter57 ; mais la nature enthousiaste de Clarion n'est pas découragée pour autant. Il soutient, sans désemparer, chez les Français parfois défaillants, la volonté de vaincre58, l'esprit d'initiative59, la confiance en l'avenir60. Véritable voix de la sagesse et de l'honneur, Clarion apparaît, surtout en l'absence de Beuves, comme un véritable garant de l'esprit chevaleresque, d'autant qu'il ne perd pas son sang-froid et préconise les mesures que ses compagnons, désorientés, négligeraient de prendre : ainsi c'est lui qui a l'idée de fouiller systématiquement la forteresse pour que soit évitée toute mauvaise surprise61.

  • 62 S B, vers 3242.45.
  • 63 S B, vers 3273.97, 3298.3321, 3322.41.

23En plus de son courage, de sa ténacité, Clarion montre un sens de l'à propos que ne désavouerait aucun héros de la geste. Il monte le scénario qui permet au petit groupe de messagers français la traversée des armées sarrasines. Il grime et déguise ceux qui l'accompagnent62 mais, surtout, les trois comédies successives qu'il joue auprès des souverains païens63, pour invraisemblables qu'elles soient, n'en montrent pas moins, chez Clarion, la tranquille détermination et le sens aigu de la mystification d'un esprit non commun.

  • 64 S B, vers 787.89.
  • 65 S B, vers 941. A remarquer l'alliance de la prouesse et de la sagesse.

24Clarion est un homme d'action doté d'un tempérament de chef. Dès son apparition, il infléchit le cours de la narration en libérant les Français. Très vite il se retrouve à la tête du groupe de chevaliers qui cherchent à rejoindre Beuves et ses fils64 ; il conduit aussi le détachement qui fouille Barbastre65 :

"Et Clarion les guie, li preuz et li senez."

  • 66 S B, vers 941.49.
  • 67 S B, vers 1039.41, 1069.77.
  • 68 S B, vers 3371.72, 3380.83.
  • 69 S B, vers 1322.30, 1449.54.

25C'est à ce moment du récit que le poète a situé la seule allusion à la prestance de Clarion66. Ce ne peut être un hasard. A nos yeux le merveilleux éclat de l'escarboucle placée sur le heaume est symbolique du prestige un peu inquiétant du Sarrasin, de l'attention toute particulière dont il est l'objet dans le récit. Retrouver le cheval de Girart et présenter à Beuves le compte rendu des recherches met un terme à une mission importante qui est suivie d'autres interventions de Clarion67. Il n'hésite d'ailleurs jamais à risquer sa vie, que ce soit pour s'emparer de "sommiers"68 ou pour voler au secours de Girart ou de Beuves69.

  • 70 S B, vers 3145.50.
  • 71 S B, parle des "contes" (vers 3619, 3622, 3631, 3634, 3638) ou des "mes" (vers 3646, 3651).
  • 72 S B, vers 3652.
  • 73 S B, vers 4986.87.

26En proposant à Beuves de conduire la délégation qui ira demander du secours au roi Louis, Clarion rend, pour la seconde fois, un immense service au camp français70. Trois chevaliers, Funaut le Breton, Savari et Jeufroi, l'accompagnent de Barbastre à Narbonne, mais l'œuvre reste vague71 sur la composition du petit groupe pour ce qui est du voyage Narbonne-Orléans. Il n'est plus question de Clarion, c'est bien le seul passage de la chanson qui ne cite pas le Sarrasin alors qu'il participe à l'action, selon toute vraisemblance. Hunault présente la requête au roi72. C'est seulement quand l'armée de secours arrive près de Barbastre que Clarion est à nouveau mentionné. Le Sarrasin ne serait-il pas allé plus loin que Narbonne ? Les remerciements de Girart semblent le démentir73 :

"Girart voit Clarion, au pong destre le prant,
Del mesage que fist le mercie forment ;

27L'épisode reste partiellement mystérieux, car il n'est pas dans la nature de Clarion de demeurer au second plan, sauf en présence de Beuves.

  • 74 S B, vers 4643, 4921.23.
  • 75 S B, vers 4927.28.

28Au moment de l'affrontement décisif près de Narbonne, Clarion retrouve une place plus conforme à sa personnalité. Ses indications topographiques sont précieuses, facilitent la victoire74. Il participe activement aux combats75. Au demeurant les chevaliers, unanimes, reconnaissent ses mérites. Fécond en initiatives, pétri de bon sens, d'une belle ardeur quand il s'agit de pourfendre les Sarrasins, Clarion s'impose à l'égal des meilleurs.

***

29La Geste de Guillaume d'Orange offre, à partir de la fin du douzième siècle, quelques exemples de païens qui trahissent la cause sarrasine ; aucun d'entre eux n'est peint avec autant de maîtrise et de précision que Clarion de Vaudune. En tant que Sarrasin et que solitaire, il se détache des autres traîtres de chansons de geste de l'époque. D'ailleurs le lecteur a tendance à oublier la tare originelle qui flétrit le personnage. Même si le calcul, le ressentiment, la haine, expliquent les initiatives premières de Clarion, sa droiture et sa loyauté à l'égard des Français plaisent et séduisent. Cette création littéraire, non conforme à l'esprit primitif, est d'inspiration romanesque mais au fur et à mesure que le poète fignole les détails, elle s'harmonise avec le nouvel esprit épique : le genre a perdu ses distinctions sommaires mais rigoureuses, a gagné en diversité créatrice de nuances. C'est ainsi qu'un Sarrasin parvient, pour ainsi dire, à incarner l'idéal chevaleresque du treizième siècle.

Notes

1 Il est permis de songer aux nombreuses scènes guerrières, complaisamment contées, en particulier dans le dernier quart de la chanson. Pour un approfondissement de l'œuvre, lire l'article d'A. Micha. Le Siège de Barbastre. Structure et technique. Travaux de linguistique et de littérature... VI, 2, 1968, p. 37-52.

2 Mme J. Wathelet-Willem écrit (Recherches sur la Chanson de Guillaume, Paris, 1975, tome I, p. 654) : "Ces divers indices convergent pour confirmer la datation des environs de 1150, porposée pour l'ensemble du texte de Londres". Pour ce qui est du Couronnement de Louis, J. Frappier résumait une opinion bien admise en situant l'œuvre dans le deuxième quart du douzième siècle. (Les chansons de geste du Cycle de Guillaume d'Orange, Paris, 1965, t. II, p. 20 et Les destriers et leurs épithètes dans La technique littéraire des chansons de geste. Paris, 1959, p. 86). La critique ne dispose pas d'éléments réellement probants pour dater avec précision le Siège de Barbastre. On s'accorde généralement à supposer que l'œuvre est de la fin du douzième ou du début du treizième siècle. Nous penchons plutôt pour cette seconde hypothèse.

3 G. Moignet. La Chanson de Roland, Paris, 1969, p. 49. Dans un excellent ouvrage, M. P. Jonin a, du reste, rappelé que, dans certaines chansons de geste, Ganelon "offre... les traits d'un baron courageu et loyal". L'exemple du siège de Mautrible dans Fierabras est probant. (Pages épiques du Moyen Age français, Paris, 1964, t. I, p. 39-41).

4 A. Dessau. L'idée de la trahison au Moyen Age et son rôle dans la motivation de quelques chansons de geste. Cahiers de Civilisation Médiévale. 3, 1960, p. 25.

5 A. Dessau. art. cit. p. 25.

6 S. Hofer avait, en particulier, montré que, dans certaines œuvres, les traîtres agissent en collectivité et sont rendus responsables de l'injustice royale. (Das Verratsmotiv in den chansons de geste dans Zeitschrift für Romanische Philologie, 44, 1924, p. 594 et 597).

7 J. Subrenat. Étude sur Gaydon. Aix-en-Provence, 1974, p. p. 320-21.

8 Gaydon date de la période 1230-1234. Cf. J. Subrenat

9 Étude sur Gaydon. p. 301.

10 Ceux qu'un examen rapide pourrait faire considérer comme des traîtres n'ont aucune initiative réelle. Malaquin de Sulie que l'édition J.L. Perrier (Paris, 1926) présente comme un "païen de grant nobilité" (vers 2370), chambellan du roi (vers 2372) est, en fait, surtout l'homme de confiance de Malatrie. C'est à ce titre, et sur les ordres de la jeune fille, qu'il remplit plusieurs missions favorables aux Français (cf. en particulier, les vers 2405-31, 2495-97, 4260-61). J.L. Perrier croyait (Index des noms p. 273) à l'existence de deux Malaquin dans S B (M. de Sulie et M. de Susane). A notre sens c'est une erreur. Seul le vers 1521 cite M. de Susane que le vers 1598 appelle "M. le felon". A la fin de la cérémonie d'adoubement (décidée par Malatrie comme récompense) le texte dit (vers 1616-19) que Malaquin se convertira avec sa maîtresse Par la suite il n'est question que de la conversion de M. de Sulie. En outre, au vers 2378, Malatrie rappelle à M. de Sulie qu'elle le fit "de novel adouber". Allusion évidente aux vers 1597-1615 (alors que J.L. Perrier considère ce dernier épisode comme l'adoubement de M. de Susane). Aumarinde, quant à elle, peut compter sur l'entier dévouement du païen Apansez. La docilité de ce dernier est telle qu'il s'acquitte de diverses charges sans même ouvrir la bouche (vers 5734, 5742-44, 5766, 5768, 5799-5801). C'est une pâle réplique de Malaquin de Sulie.

11 Encore faut-il préciser qu'aucun d'entre eux n'est comparable à Clarion de Vaudune. Leurs personnalités sont à peine esquissées, très sommaires le plus souvent. Certains se trouvent contraints à la conversion, comme Auquaire d'Aumarie dans la Mort Aymeri de Narbonne, Corsabrin dans Folque de Candie ou le roi Baudu dans Guibert d'Andrenas. (Ce dernier, cependant, est directement impliqué dans le massacre de la population de Balaguer. Cf. Ed. J. Melander, Paris, 1922, vers 936-97). L'attitude d'autres transfuges s'explique par leur attachement à une dame suzeraine décidée à devenir chrétienne : dans Folque de Candie, Salatré, Hunet, Balet et Saligot à cause d'Anfelise, dans la Prise de Cordres et de Sébille, Paufumé par obéissance à Nubie, dans les Enfances Guillaume, le chambellan d'Orable suit les instructions de sa maîtresse. Clargis, le seul qui, en dehors de Clarion de Vaudune, agisse par intérêt et calcul, manque absolument de cohérence puisqu'il déclare d'abord ne pas vouloir renoncer à sa religion, exalte, par la suite, son désir de conversion (Li Nerbonois, éd. H. Suchier, Paris, 1898, t. I, vers 5366- 6, 5410-17, 7884-88). Aucune des œuvres qui mettent en scène un traitre sarrasin n'est antérieure au dernier quart du douzième siècle. Beaucoup de chansons de la Geste ne mentionnent pas ce type de personnage (et parmi elles toutes les plus anciennes) : la Chanson de Guillaume, le Couronnement de Louis, le Charroi de Nîmes, la Prise d'Orange, Aliscans, le Moniage Guillaume, la Chevalerie Vivien, le Moniage Rainouart, la Bataille Loquifer, les Enfances Vivien, Aymeri de Narbonne, Girart de Vienne, les Enfances Garin de Monglane. Notre propos se limite au seul cas des hommes, mais, on le sait, nombreuses sont les belles païennes qui trahissent par amour.

12 Pour ce qui est des portraits de païens dans la Geste de Guillaume d'Orange, on peut tirer, de leur liste impressionnante, quelques exemples suggestifs : Aliscans, éd. E. Wienbeck, W. Hartnacke, P. Rasch, Halle, 1903, vers 71-75, 78-79, 356-69, 5055-64, 5700-25, 6052-60a, 6234-39, 6526-28, 7258-66 ; Li Nerbonois, éd. cit., vers 3801-16, 4590-92, 7215-27 ; la Bataille Loquifer, éd. J. Rune erg, Helsingfors, 1913, vers 182-214, 539-41, 774-801, 3738-49. En plus des judicieuses remarques de M.G. Moignet (éd. cit. p. 87, 129, 227, 231, 233) et de la pénétrante étude de M. Ph. Ménard (dans Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au Moyen Age (1150-1250), Genève, 1969, p. 46-52), on lira avec un certain profit : J. Malsch. Die Charakteristik der Völker im altfranzösischen nationalen Epos, Heidelberg, 1912, p. 58-74 ; C.M. Jones. The Conventional Saracen of the Songs of geste, dans Speculum, 17, 1942, p. 201-15 ; G. Herman. Some Functions of Saracen Names in Old French Epic Poetry, dans Romance Notes. 11, 1969, p. 428 et 430 ; A. Noyer-Weidner. Farbrealität und Farbsymbolik in der "Heidengeographie" des Rolandsliedes, dans Romanische Fnrschungen, 81, 1969, p. 22 59 ; B.P. Edmonds. Le portrait des Sarrasins dans la Chanson de Roland, dans French Review, 44, 1971, p. 870-80. Horribles ennemis, les païens sont presque toujours une masse indéfinie, l'épopée ne s'attardant pas aux individualités. Cependant des nuances sont nécessaires. M.P. Jonin, dans une analyse serrée, a montré que les jongleurs oublient quelquefois leurs naines et présentent certains Sarrasins de la manière la plus favorable tant au physique (émir Baligant dans Roland) qu'au moral : "Ils savent distinguer chez eux des éléments de caractère ou des traits de noblesse qui ne dépareraient pas les meilleurs des Chrétiens". (Le climat de croisade des chansons de geste. Cahiers de Civilisation Médiévale, 7, 1964, p. 284-85).

13 M. St.G. Nichols, en ce qui le concerne, pense qu'une des nouveautés de S B réside dans un élargissement du cadre par addition de personnages et par complication de l'histoire (L'intervention de l'auteur dans le Siège de Barbastre. Boletin de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 31, 1965, p. 243-50).

14 M. Moignet a pu écrire : "Ganelon a ressenti l'offense qui émanait de Roland, mais il n'a pas eu peur... la colère de Ganelon est le point de départ de la Chanson de Roland", (éd. cit. p. 98).

15 S B, vers 573.75.

16 S B, vers 577.78. A noter que M. de Sulie entre dans le récit d'une façon analogue. Malatrie réclame l'assistance de Dieu (S B, vers 2365-68) et se trouve aussitôt exaucée (vers 2369.70) :
Oiez que le avanture Jesu li a doné :
Leanz ot un paien de grant nobilité...

17 S B, vers 614.16.

18 S B, vers 692.94.

19 S B, vers 701.04. Adenet Le Roi, dans Buevon de Conmarchis, a sensiblement modifié cet épisode, dans un souci de vraisemblance : il donne une mère chrétienne à Clarion (éd. A. Henry. Les œuvres d'Adenet Le Roi, t. II, vers 813.16), c'est le païen qui enivre le "chartrenier" (B C, vers 833.38) et la première entrevae entre Clarion, Beuves, Gui et Girart est mieux présentée, la discussion s'engagent progressivement (Cf. la comparaison qu'établit M.A. Henry, op. cit. p. 23, entre S B, vers 625.62 et B C, vers 854.951).

20 S B, vers 578.87.

21 Pour lui, le motif du traître constitue une véritable "neutralisation" du conflit épique. Cf. art. cit. p. 25.

22 S B, vers 595.99.

23 Marie-Luce Chênerie ("Ces curieux chevaliers tournoyeurs...", Romania, 97, 1976, p. 368) oppose les lâchetés et calculs des parvenus au désir de "prouesse" des jeunes chevaliers pauvres. Il faudrait se garder ici de rapprochements hâtifs. Si Clarion calcule, il ne pourra jamais être considéré comme un parvenu et retrouve seulement sa condition antérieure ; quant à la lâcheté, il prouve très souvent qu'elle n'est pas dans sa nature.

24 S B, vers 600.10.

25 S B, vers 805 10.

26 S B, vers 739 et 782. Cf. aussi B C, vers 1192.93 et 1243.46.

27 S B, vers 787.89. Cette ardeur à semer la mort est commune dans les chansons de geste ; Mme J. Wathelet-Willem souligne qu'elle anime même le jeune Gui ; elle écrit qu'il est emporté par "une sorte d'allégresse féroce, une ivresse de cruauté." (La vérité psychologique d'un héros épique secondaire... dans Mél. de Langue et de Littérature médiévales offerts à P. Le Gentil. Paris, 1973, p. 894) mais il ne faut pas oublier que Clarion vient de rallier le camp chrétien.

28 S B, vers 819.21. La scène est quasiment identique dans B C, vers 1202.09, avec un détail supplémentaire : comme l'amirant a été tué précédemment, Clarion s'arrange pour qu'on se débarrasse de son cadavre le premier.

29 Cf. S B, vers 839.43, passage repris et développé dans la laisse suivante, S B, vers 861.71 ; cf. aussi S B vers 957.65.

30 S B, vers 910.12 et 1076.77. B C traduit un état d'esprit similaire (vers 1385.87). Ailleurs, Clarion pousse les Français à massacrer l'adversaire sans hésitation, B C vers 1313.14. Cette attitude de principe est toutefois tempérée par la grâce qu'il accorde à des suppliants, B C, vers 1337.43.

31 S B, vers 4930.32.

32 S B, vers 964.65.

33 S B vers 4917.19.

34 S B, vers 979.84. Pourtant, lorsqu'il est introduit dans le récit, Clarion est en train de prier Mahomet Tervagant (vers 591.92) ; il est vrai que le poète, qui songe à la prochaine conversion, entretient déjà l'ambiguïté formulaire (cf. vers 596 cité) et la maintient dans la première conversation entre Beuves et le transfuge (vers 639).

35 S B, vers 987.90, 1024.25.

36 S B vers 1026.31.

37 B C, vers 1429.51. Clarion s'y montre moins exalté, plus tempéré dans ses réactions. Posément, il se met d'accord avec Richier sur la transformation de la mosquée en lieu de culte chtétien et propose de récompenser les chevaliers avec les richesses découvertes.

38 S B, vers 766.67, 1129.40, 1331.35. Cf. aussi B C, vers 1254.56 (c'est la collectivité sarrasine qui honnit Clarion de Vaudune).

39 S B, vers 1555.57, 4523.25.

40 S B, vers 1354.58. Dans B C, Adenet Le Roi a augmenté le nombre de passages où Clarion se trouve directement en butte aux insultes de ses adversaires : l'ensemble des païens (vers 1179.81) et Corsolt (vers 1223.29, 1359.71).

41 S B, vers 956, 1048, 1376, 2781, 3269, 5155. Cf. aussi d'autres vers similaires, 3142, 3279, 3310, 4903, 4914.

42 La "recreantise" des dieux païens était déjà un thème significatif du Roland, (cf. G. Moignet, éd. cit. p. 19 et 201). La Geste de Guillaume d'Orange est riche en passages qui vilipendent les divinités sarrasines. Citons-en un : le roi Judas, dans Guibert d'Andrenas, saute d'une tour pour montrer la puissance de ses dieux et.... s'écrase au sol, sous les quolibets des Français (éd. cit. vers 2278.97).

43 Cf. S B, vers 640.50. Les chevaliers dans la tour-prison l'appellent "amis" (vers 728 et 730), "vasal" (vers 740) ; il est encensé (vers 740 et 823).

44 S B, vers 757.59. Dans B C (vers 1061.67) Girart est le seul à porter des accusations ; c'est seulement quand des Sarrasins se lancent à l'assaut que Beuves perd confiance en Clarion (vers 1110.11). S B offre un exemple de païen converti (anonyme) qui trahit les Chrétiens, en allant prévenir l'amirant de l'arrivée de Louis à Barbastre (vers 4675.84).

45 S B, vers 888.92. Adenet Le Roi souligne vigoureusement le prestige de Clarion dans le camp français (B C, vers 1452.56).

46 S B, vers 893.95, 5015.18 et la narration elle-même, vers 6112.13 et 7151.

47 S B, vers 823.

48 S B, vers 923.37, 1078.

49 S B, vers 3450.53, 3596.3605.

50 S B, vers 4915.16, 4986.87, 5027, 6652.53, 6999.7000.

51 S B, vers 728.29.

52 Aussitôt les Français abandonnent toute réserve et l'accueillent à bras ouverts. (B C, vers 897.911). Plus loin, Clarion exprime à nouveau sa foi (B C, vers 937.38).

53 S B, vers 848.49. Curieusement, la fin de la chanson, oubliant que Clarion est converti depuis longtemps, le cite avec Libanor et le roi Fabur parmi les nouveaux baptisés. (SB, vers 7149.50).

54 S B, vers 1360.62.

55 S B, vers 1379.81.

56 S B, vers 7203.10 ;

57 S B, vers 667.85. Cf. B C, vers 956.75, pour l'épisode correspondant.

58 S B, vers 722.24, 735.39.

59 S B, vers 779.85 (dans B C, vers 1128.29, M.A. Henry estime – éd. cit. p. 22 – qu'Adenet a créé un raccourci heureux). Cf. aussi S B, vers 1250.52, 2781.83.

60 S B, vers 810.18.

61 S B, vers 896.901 et reprise vers 902.12.

62 S B, vers 3242.45.

63 S B, vers 3273.97, 3298.3321, 3322.41.

64 S B, vers 787.89.

65 S B, vers 941. A remarquer l'alliance de la prouesse et de la sagesse.

66 S B, vers 941.49.

67 S B, vers 1039.41, 1069.77.

68 S B, vers 3371.72, 3380.83.

69 S B, vers 1322.30, 1449.54.

70 S B, vers 3145.50.

71 S B, parle des "contes" (vers 3619, 3622, 3631, 3634, 3638) ou des "mes" (vers 3646, 3651).

72 S B, vers 3652.

73 S B, vers 4986.87.

74 S B, vers 4643, 4921.23.

75 S B, vers 4927.28.

Auteur

Université de Nancy

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540