Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Pastourelle et folklore

À propos du chant IV de Mireio

René Dumas

Texte intégral

  • 1 Une adaptation de la Pastourelle au chant IV de "Mirèio dans Actes" du 5è Congrès inter-national d (...)
  • 2 Jacques De Caluwé, le Moyen âge littéraire occitan dans l'œuvre Frédèric Mistral, Paris, Nizet 197 (...)

1Dans une communication présentée en 1967 au Ve Congrès international de Langue et Littérature d'Oc et d'études franco-provençales1, j'attirais l'attention sur un épisode du chant IV de Mirèio dans lequel je signalais une adaptation du genre médiéval de la pastourelle. Nous ne possédions alors aucune vue d'ensemble sur l'utilisation que Mistral a faite dans son œuvre de la littérature occitane du Moyen-Age ; aujourd'hui, en revanche, nous disposons du beau livre que Jacques De Caluwé a consacré à ce sujet2 et qui, en élargissant et en approfondissant nos connaissances, permet de situer dans un contexte plus vaste et plus précis le problème que j'étudiais il y a dix ans. Je ne crois pas superflu de revenir sur celui-ci et d'en proposer un nouvel examen.

***

2On se rappelle que le chant IV de Miréio, intitulé Li demandaire (les prétendants), met en scène trois protagonistes qui viennent au Mas di Fala-brego (Mas des Micocoules) demander la main de l'héroïne. Mais celle-ci, déjà éprise de Vincent, les écarte. A ces trois rencontres le poète s'est attaché à conférer des allures différentes qui tiennent aux caractères des trois personnages et aux réactions que leur requête suscite chez la jeune fille.

3Au berger Alàri, un peu timide, Mirèio déclare sans détours que les joies du cœur valent mieux que toutes les richesses qu'il lui offre. Véran, fier de son élevage de chevaux et qui cherche à se prévaloir de l'amitié qui liait son grand-père au père de Mirèio, se heurte à un refus d'autant plus cuisant pour lui que la maîtresse du mas, mère de l'héroïne, approuve sa fille. Tous deux, Alàri et Véran, s'effacent discrètement et disparaissent du poème.

4Au troisième prétendant, Ourrias, Mistral assigne un rôle autrement important. On sait qu'enflammé de jalousie il blessera Vincent d'un coup de trident porté déloyalement au cours d'un combat et qu'il expiera sa tentative de meurtre en périssant dans les eaux du Rhône la nuit de la saint Médard (ch. V). Voilà donc un héros particulièrement violent. Mistral laisse pressentir les faits que nous venons de résumer dans le bref portrait qu'il trace au chant IV et où l'assimilation de l'homme à une bête apparait clairement.

  • 3 Né dans le troupeau, - élevé avec les bœufs, - des bœufs il avait la structure, - et l'œil sauvage (...)

Nascu dins la manado, abari'mé li biou,
Avié di biôu l'estampaduro,
E l'iue souvage, et la negruro,
E l'èr menèbre, e l' amo duro3. (v. 325-328).

5Mistral souligne ensuite la cruauté du personnage dans le récit de la ferrado, c'est-à-dire de l'opération par laquelle le propriétaire d'un troupeau marque ses jeunes taureaux au fer rouge : Ourrias parvient à maîtriser ces puissants animaux dont la vigueur naturelle est décuplée par la douleur. Aussitôt après cet épisode, le poète relate la rencontre de notre dompteur et de Mirèio.

Aqueu matin, la piéuceleto
Ero à la font touto souleto ;
Avié ‘stroupa si mancho emé soun coutihoun,
E netejavo li fiscello
‘Mé la counsôudo fretarello,
Santo de Dieu ! coume èro bello,

Quan dins lou sourgènt clar gafavon si petoun !

Ourrias faguè : Bonjour, la bello !
Bèn ?refrescas vèsti fiscello ?
A-n-aquéu sourgènt clar, se vous fasié pas mai,
Abéurariéu ma bèsti blanco.
- Oh ! n'es pas l'aigo, eici, que manco,
Respoundeguè : dins la restanco
Poudès la faire béure, autant coume vous plai.

- Bello, digue l'enfant sôuvage,
Se, par maiage o roumavage,
Venias à Séuvo-riau, ounte la mar s'entènd,
Bello, n'aurias pas tant de peno ;
Car la vaco de negro meno,
Libro e feroujo, se permeno,
E jamais noun se mous, et li femo an bèu tèm.

- Jouvènt, mounte li biòu demoron,
De languimen li chato moron.
- Bello, de languimen, en estent dous, n'i'a ges !
- Jouvènt, quau eilalin s'esmaro,
Dison que béu uno ai go amaro,
E lou soulèu i'usclo la caro…
- Bello, souto li pin à l'oumbro vous tendrès

- Jouvènt, dison qu'i pin i'escalo
De tourtouioun de serp verdalo !
- Bello, avèn li flamen, avèn li serpatié
Qu'en desplegant soun mantèu rose
lé fan la casso, long du Rose…
Jouvènt, escoutas (que vous crose),
Soun trop liuen, vòsti pin, de mi falabreguié.

- Bello, entre capelan e fi ho,
Noun podon saupre la patrio
Ounte anaran, se dis, manja soun pan un jour.
- Mai que lou manje emé quau ame,
Jouvènt, rèn autre noun reclame
Pèr que de moun nis me desmame
- Bello, s'ac ‘s ansin, dounas-me voste amour !

  • 4 Cette matinée là, la jeune vierge - était seulette à la fontaine ; - elle avait retroussé ses manc (...)

- Jouvènt, l'aurès, diguè Mirèio ;
Mai ‘quéli planto de ninfèio
Pourtaran peravans de ras in couloumbau !
D'auperavans vosto fourcolo
Jitara flour ; aquéli colo
Coume de ciro vendran molo,
E s'anara pèr aigo à la vilo di Bau !4

  • 5 Sur la pastourelle, voir Edmond Faral, La pastourelle dans "Romania, XLIX (1923), pp. 204-259 ; Ma (...)

6Deux caractéristiques essentielles apparentent cette scène à la pastourelle5.

7En premier lieu sa composition et sa forme. Les deux strophes initiales constituent une sorte de prologue : la première précise brièvement les circonstances de temps (le matin) et de lieu (auprès d'une source) °; elle apporte également un détail utile (Mirèio est seule) en ce qu'il permet de comprendre la spontanéité de l'entretien qui va suivre, celui-ci se déroulant sans témoins ; elle mentionne enfin les occupations de la jeune fille. A cela se limite l'élément narratif qui, de la même manière et en des termes analogues, sert d'introduction à la pastourelle. Avec la seconde strophe le dialogue s'ouvre, mais ilne répond qu'au dessein de compléter les indications précédemment relevées. Ourrias demande, et obtient aussitôt, la permission de faire boire son cheval dans le ruisseau : simple prétexte, sans doute, pour pouvoir adresser la parole à l'héroïne, mais ainsi se trouve fixé le cadre champêtre, à la fois réel et naturel, où se situe l'entretien.

8Le dialogue, qui se prolonge jusqu'à l'achèvement du chant IV, constitue le corps de ce développement. Les vocatifs bello et jouvènt insérés dans chaque réplique ne sont pas sans rappeler ceux de toza et de senher qu'on lit chez Marcabru (l'autr'ier, jost'una sebissa) et chez d'autres troubadours. Ils mettent en évidence la vivacité des deux protagonistes : Ourrias, vaniteux et brutal, habitué à faire tout céder devant lui, souffre mal qu'on lui résiste ; Mirèio, esprit alerte et cœur passionné, lui répond du tac au tac. De la forme dialoguée, imposée par le genre qu'il imite, le poète moderne s'accommode donc sans difficulté ; elle sert même ses intentions.

9Par son sujet - en second lieu - la scène de Mistral justifie notre comparaison. Comme dans la pastourelle il s'agit ici d'un galant qui demande à une belle son amour, et les arguments auxquels Ourrias a recours n'ont rien de nouveau. Le chevalier du moyen-âge propose des présents et promet une existence brillante ; le dompteur de taureaux, lui, tente de séduire Mirèio en faisant miroiter à ses yeux une vie facile. Mais si les avantages offerts d'un côté comme de l'autre se valent, les intentions des amoureux diffèrent nettement : tandis que le troubadour recherche une aventure sans conséquences, Mistral fait de son héros un prétendant à la main de l'héroïne.

10Le problème des personnages se trouve ainsi posé. On sait que dans le genre médiéval les protagonistes sont nécessairement le poète lui-même et une bergère. Cette fiction traditionnelle, rendue indispensable par la nature de la pastourelle, ne pouvait avoir son équivalent exact dans le poème moderne. Fille d'un riche propriétaire terrien Mirèio a une situation sociale non inférieure à celle d'Ourrias. Celui-ci, enfin, ne se confond pas avec le poète lui-même qui, dans la pastourelle, se donne le rôle de séducteur.

11Résumons-nous. Mistral nous présente non un pastiche mais une adaptation. Il n'a que faire d'un chevalier et d'une bergère ; mais son héros, qui sort du commun, arrive à cheval comme tant de chevaliers de la pastourelle, et son héroïne si elle ne garde pas ses moutons, se livre à des occupations bien propres à sa condition de fille des champs. Leur rencontre au bord d'un ruisseau se déroule dans un cadre champêtre tout-à-fait conforme à la convention du genre médiéval. Mais ce qui paraît essentiel aux yeux du poète, c'est la forme dialoguée et le sujet de l'entretien tels que nous les avons analysés ci-dessus. Que l'on se reporte à la pièce intitutlée Uno Arlatenco (Une Arlésienne), publiée dans l'Armana prouvençau de 1859 avec le sous-titre pastourello et l'on se convaincra de l'importance qu'il attache à ces deux caractéristiques de la pastourelle.

***

  • 6 Calendau, ch. I. Cf. Jacques De Caluwé, o.c.,pp. 130-153.
  • 7 Voir la remarquable édition critique des Isclo d'Or publiée par Jean Boutière, Paris, Didier, 1970 (...)
  • 8 o.c, pp. 142 et 193.
  • 9 o.c., pp. 571 - 572.
  • 10 o.c., p. 195.

12Au cours des années qui suivent la publication de Mirèio (1859) la culture occitane médiévale de Mistral (l'ouvrage de Jacques de Caluwé le montre) s'enrichit notablement. On se souvient sans doute que le poète de Calendau (1867) énumère en les définissant rapidement les genres littéraires dans lesquels se sont exercés au moyen-âge les écrivains du Midi de la France. Successivement, il mentionne la chanson, la tenson, la pastourelle, la ballade, le sirventès, le roman, la chanson d'aube et le planh6. Mais il n'imite aucun d'entre eux. En revanche, quelques années plus tard, réunissant ses poésies éparses dans Lis Isclo d'or (les Iles d'or ; 1876 ; rééd. 1889), il divise son recueil en un certain nombre de sections dont deux, selon Jean Boutière, rappellent les genres médiévaux : les serventés et les plang. Mistral veut alors montrer dans la poésie moderne l'héritière d'une poésie ancienne et souligner ainsi une certaine continuité. Mais si l'on regarde les textes de près on constate que les serventés et les plang de Mistral s'inspirent des genres médiévaux correspondants d'une manière extrêmement générale. Pour Jean Boutière7, qui note les emplois de Sirventes d'après La Poésie lyrique des troubadours deJeanroy, les serventés mistraliens sont des "pièces de combat". Pour Jacques De Caluwé8 il s'agit d'une "arme [..] destinée à fustiger toutes les infamies". Au sujet de l'autre section des Iselo d'or Jean Boutière écrit que "sous la dénomination imprécise de plang"9 le poète moderne désigne "aussi bien de poétiques plaintes d'amour que des déplorations funèbres pareilles aux planhs des troubadours - auxquels Mistral a évidemment emprunté cette deuxième acception"10. Quant à Jacques De Caluwé il considère que "les poèmes de Mistral ont bien retenu le ton des planhs médiévaux". En somme Jean Boutière et Jacques De Caluwé s'accordent pour juger que les serventés et les plang de Mistral, tout issus qu'ils soient des genres médiévaux du même nom, ne se rattachent à ces derniers que par leur conception d'ensemble.

13La compétence des deux médiévistes que j'invoque me dispensera, je l'espère, d'un examen plus approfondi et m'autorisera à énoncer sans plus attendre la conclusion vers laquelle tend ce développement : des genres poétiques, médiévaux auxquels il se réfère ouvertement le seul dont Mistral s'inspire véritablement, fond et forme, est la pastourelle.

14Il faut tenter d'expliquer cette prédilection.

  • 11 Jacques De Caluwé fait allusion à l'épisode du ch. IV de Miréio que nous étudions ici.
  • 12 Jacques De Çaluwé, o.c., pp. 140-141.

15Je ferais volontiers miennes les observations par lesquelles Jacques de Caluwé conclut son examen de la pièce Uno Arlatenco signalée plus haut : "on comprend aisèment […] que le félibre ait, parmi d'autres genres, choisi la pastourelle pour imiter, un jour, dans toutes ses implications thématiques et formelles, un genre médiéval11. L'atmosphère de la pastourelle convenait certes mieux, tout artificielle qu'elle soit, aux "pâtres et gens des mas" pour qui Mistral prétendait écrire12 "A ce commentaire pertinent j'ajouterais qu'au moment où il écrit Mirèio et Uno Ar1atenco, c'est-à-dire avant d'avoir atteint la trentaine, Mistral vit à peu près exclusivement dans le milieu rural de Maillane et que la pastourelle, avec son cadre champêtre, ses bergères et ses galants entreprenants, reflète le monde familier de son existence quotidienne. J'ajouterais encore, comme pour confirmer la remarque précédente, qu'après Mirèio, le genre de la pastourelle ne lui inspire plus aucune adaptation.

16Mais il y a probablement une autre explication. -Autant je me félicitais, en commençant cet article, de mieux connaître l'influence de la littérature occitane médiévale sur Mistral grâce aux études de Jacques de Caluwé, autant je déplore maintenant que nous n'ayons aucune vue d'ensemble sur l'utilisation que Mistral a faite, tout au long de son œuvre, de la culture populaire. Or je suis convaincu que nous avons là un champ de recherches d'une ampleur et d'une richesse exceptionnelles. Pour nous en tenir à Mirèio, qui ne pressent l'importance des contes, légendes, chansons, proverbes et dictons dont se nourrit l'inspiration du poète ?Faut-il rappeler l'évocation des croyances populaires qui remplit le chant VI ?Faut-il rappeler aussi les légendes relatives à l'évangélisation de la Provence si largement mises en œuvre au chant X ?Ce ne sont là que deux exemples possibles parmi beaucoup d'autres.

17On se souvient vraisemblablement de la chanson de Magali (ch.III, v. 393-502) et l'on n'a sans doute pas oublié que ce morceau - le plus célèbre du poème - reprend le thème populaire des transformations. Résumons-le. Pour échapper au galant qui lui demande son amour, la jeune femme déclare qu'elle prendra successivement des formes très différentes : poisson, oiseau ou nuage par exemple. A cela l'amant répond que pour approcher sa bien-aimée il revêtira la forme qui convient à chaque cas : pêcheur, chasseur ou bise de mer. La chanson prend fin lorsque la jeune femme, ne doutant plus de la sincérité du galant s'avoue vaincue. Pour l'essentiel, le motif des transformations met en jeu les qualités d'esprit des deux protagonistes qui font assaut d'ingéniosité.

18Afin de donner une idée plus précise du texte voici les premières et les dernières strophes de Mistral.

"0 Magali, ma tant amado,
Mete la tèsto au fenestroun !
Escouto un pau aquesto aubado
De tambourir e de viouloun.

Es plen d'estello, aperamount !
L'auro es toumbado,

Mai lis estello paliran,
Quand te veiran !

"Pas mai que dou murmur di broundo
De toun aubado ieu fau cas !
Mai iéu m'envau dins la mar bloundo
Me faire anguielo de roucas'. '

"O Magali, ! se tu te fas
Lou pèi s de 1 ‘ oundo,
Iéu, lou pescaire me farai,
Te pescarai ! ".

"Oh !mai, se tu te fas pescaire,
Ti vertoulet quand jitaras,
Iéu me farai l'aucèu voulaire,
M'envoularai dins li campas".

"O Magali, se tu te fas
L ‘ aucèu de l'ai re,
Iéu lou cassaire me farai,
Te cassarai".

[…]

"Vai, calignaire, courre, courre !
Jamai,.jamai m'agantaras.
Iéu, de la rusco d'un grand roure
Me vestirai dins lou bouscas. "

"O Magali, se tu te fas
L'aubre di mourre,
Iéu lou clot d'èurre me farai,
T'embras sarai !".

"Se me vos prene à la brasseto,
Rèn qu'un vièi chaine arraparas…
Iéu me farai blanco moungeto
Dou mounastié dou grand Sant Blas !"

"O Magali, se tu te fas
Mounjo blanqueto,
Iéu, capelan, counfessarai,
E t'ausirai !

Se dóu couvènt passes li porto,
Tóuti li mounjo trouvaras
Qu'à moun entour saran pèr orto,
Car en susàri me veiras !".

"O Magali, se tu te fas
La pauro morto,
Adounc la terro me farai,
Aqui t'aurai :"

"Aro coumence enfin de crèire
Que noun me parles en risènt.
Vaqui moun aneloun de vèire
Pèr souvenènço, o bèu jouvènt !"

  • 13 "O Magali, ma tant aimée, - mets la tête à la fenêtre ! - Ecoute un peu cette aubade - de tambouri (...)

"O Magali, me fas de bèn !…
Mai, tre te vèi re,
Ve lis estello, o Magali,
Coume an pali !".13

  • 14 Voir F. Çoirault, Notre chanson folklorique, Paris, 1941 ; Gerhardt Rohlfs, La chanson de Magali e (...)

19Ce thème - dont il existe de nombreuses versions dans le monde et que les fol kloristes ont étudié maintes fois14 - tel qu'il apparaît dans le poème de Mistral a des analogies avec la pastourelle. Certes on n'y voit ni chevalier ni bergère ; il n'y a non plus ni prélude narratif ni cadre champêtre. Mais par sa forme dialoguée - qui se poursuit dans les strophes que nous avons omises -comme par l'unique sujet qui le parcourt de bout en bout il s'apparente au genre nlédiéval. Sa conclusion elle-même (ici une acceptation) reste dans la ligne de la pastourelle.

20En bref, les affinités évidentes qui existent entre la chanson des transformations et la pastourelle n'ont sans doute pas échappé à Mistral. Il en résultait pour lui que le genre poétique médiéval, convenablement adapté, pouvait s'insérer sans difficulté dans un poème moderne tel que Miréio tout entier consacré à la vie rurale d'une époque où les chansons folkloriques étaient encore largement diffusées dans la population des campagnes.

21Plus encore : pour Mistral la pastourelle est un genre si proche de l'inspiration populaire qu'il se croit autorisé à y introduire des éléments caractéristiques de la culture populaire. Dans le dialogue qui l'oppose à Ourrias, Mirèio, à deux reprises, se réfère à l'opinion courante pour repousser les offres du galant. Celui-ci promet-il une vie exempte de soucis en Camargue ? Elle réplique :

  • 15 Voir la traduction ci-dessus, note 4.

Jouvènt, quau eilalin s'esmaro
Dison que béu uno aigo amaro15.

22Ourrias lui assure-t-il qu'elle pourra passer son temps à l'ombre des pins afin de ne pas brûler son visage au soleil ?Elle rétocque aussitôt :

Jouvènt, dison qu'i pin i'escalo

  • 16 Voir la traduction ci-dessus, note 4.

De tourtouioun de serp verdalo !16

23Et devant cette résistance qui feint d'être impersonnelle, le dompteur de taureaux, qui n'a pas grand chose à apprendre en fait de croyances populaires, tente d'écarter les objections de la jeune fille en invoquant à son avantage un proverbe connu :

Bello, entre capelan e fiho
Noun podon saupre la patrìo

  • 17 Voir la traduction ci-dessus, note 4.
  • 18 Dans la communication citée note 1 je signale l'importance des quatre adynata par lesquels s'achèv (...)

24Ounte anaran, se dis, manja soun pan un jour17. Les formes verbal es dison et se dis (que je me suis permis de souligner), toutes d'eux équivalentes au français on dit, montrent bien que l'auteur fait délibérément appel à la tradition orale18.

***

  • 19 L'hypothèse formulée par des savants allemands au milieu du xixème siècle d'après laquelle les pas (...)

25En imitant la pastourelle dans Mirèio Mistral n'avait sans doute pas l'impression d'introduire un genre littéraire suranné dans la poésie moderne. Par ses affinités thématiques et formelles avec la chanson populaire des transformations le genre médiéval s'apparentait à une forme poétique en usage dans le peuple d t dont le poète avait recueilli une version dès le temps de sa prime jeunesse. En outre, par son cadre rustique imposé comme par l'un de ses protagonistes traditionnels, la pastourelle pouvait prendre place dans une œuvre inspirée par le monde paysan du xixe siècle sans y apporter une note archaïque. Bien plus, ses caractéristiques fondamentales ne s'opposaient pas à ce que le poète lui confère un ton particulier en la vivifiant au moyen d'éléments empruntés à la culture populaire. En somme, en adaptant la pastourelle, Mistral confirmait l'intérêt qu'il ne cessa jamais de porter au folklore.19.

Notes

1 Une adaptation de la Pastourelle au chant IV de "Mirèio dans Actes" du 5è Congrès inter-national de langue et litterautre d'oc et d'é-tudes franco-provençales, Nice, 6-12 septembre 1967, Belles Lettres, 1974 p. 116-123.

2 Jacques De Caluwé, le Moyen âge littéraire occitan dans l'œuvre Frédèric Mistral, Paris, Nizet 1974 :

3 Né dans le troupeau, - élevé avec les bœufs, - des bœufs il avait la structure, - et l'œil sauvage, et la noirceur, - et l'air revéche, et l'âme dure.
Selon l'usage nous donnons la traduction de Mistral.

4 Cette matinée là, la jeune vierge - était seulette à la fontaine ; - elle avait retroussé ses manches et ion jupon - et nettoyait lei éclisses - avec la prêle poliseuse. - Saintes de Dieu ! Qu'elle était belle, - guéant ses petits pieds dans la source claire !
Ourrias dit : "Bonjour, la belle ! - Eh ! bien ! voui rincez vos éclisses ?- A cette source claire, si vous le permettiez, - j'abreuverais ma bête blanche." - -"Oh ! L’eau ne manque pas, ici, - répondit-elle : dans l'écluse - vous pouvez la faire boire, - autant qu'il vous plait."
- "Belle, dit le sauvage enfant, - il, comme épouse ou pèlerine, - vous veniez à Sylvaréal, où l'on entend la mer, - belle, vous n'auriez pas tant de peine ; - car la vache de race noire - se promène, libre et farouche, - et jamais on ne la trait, et les femmes ont du bon temps."
- "Jeune homme, au pays des bœufs, - d'ennui les jeunes filles meurent." - "Belle, d'ennui, quand on est deux, il n'en est pas ! "- "Jeune homme, qui s'égare dani cei contrées lointaines - boit, dit-on, une eau amère, - et le soleil lui brûle le visage…" "Belle, sous les pins vous vous tiendrez à l'ombre."
- "Jeune homme, on dit qu'il monte aux pins - des tortis de serpents verdâtres !" - "Belle, nous avons les flamants, nous avons les hérons - qui, déployant leur manteau rose, - leur font la chasse, le long du Rhône." - "Jeune homme, écoutez (que je vous interrompe !), - ils sont trop loin, vos pins, de mes micocouliers."
- "Belle, prêtres, et filles -ne peuvent savoir la patrie - où Ils iront, dit le proverbe, manger leur pain un jour." - "Pourvu que je Ce mange avec celui que j'aime, - jeune homme, je ne réclame rien de plus - pour me sevrer de mon nid." - "Belle, s'il en est ainsi, donnez-moi votre amour !".
- "Jeune homme, vous l'aurez, dit Mireille ; - mais ces plantes de nymphoea - porteront auparavant des raisins colombins ! - Auparavant votre trident - jettera des fleurs -, ces collines - s'amolliront comme, la cire, - et l'on ira par mer à la ville des Baux !"

5 Sur la pastourelle, voir Edmond Faral, La pastourelle dans "Romania, XLIX (1923), pp. 204-259 ; Maurice Delbouille, Les origines de la pastourelle, Bruxelles, 1926 ; Ada Biella, Considerazioni sull'origine e sulla diffusione della "pastorella" dans "Cultura neolatina", XXV,1965l,pp. 236-267 ; Michel Zink, La pastourelle. Poésie et folklore au moyen âge, Paris-Montréal, 1972

6 Calendau, ch. I. Cf. Jacques De Caluwé, o.c.,pp. 130-153.

7 Voir la remarquable édition critique des Isclo d'Or publiée par Jean Boutière, Paris, Didier, 1970, I, p. 304 et note.

8 o.c, pp. 142 et 193.

9 o.c., pp. 571 - 572.

10 o.c., p. 195.

11 Jacques De Caluwé fait allusion à l'épisode du ch. IV de Miréio que nous étudions ici.

12 Jacques De Çaluwé, o.c., pp. 140-141.

13 "O Magali, ma tant aimée, - mets la tête à la fenêtre ! - Ecoute un peu cette aubade - de tambourins et de violons.
(le ciel) est là-haut plein d'étoiles. - Le vent est tombé, - mais les étoiles pâliront - en te voyant."
- "Pas plus que du murmure dei branches - de ton aubade je fais cas ! - Mais je m'en vais dans la mer blonde - me faire anguille de rocher."
- "O Magali, ii tu te fais - le. poisson de l'onde, - moi, le pêcheur je me ferai, - je te pécherai !".
- "Oh ! mais, si tu te fais pécheur. - quand tu jetteras tes verveux, - je me ferai l'oiseau qui vole, - je m'envolerai dam les landes."
- "O Magali, si tu te fais - l'oiseau de l'air, - je me ferai, moi, le chasseur, - je te chasserai."
[…]
- "Va, poursuivant, cours, cours ! - jamais, jamais tu ne m'atteindras. - Moi, de l'écorce d'un grand chêne - je me vêtirai dans la forêt sombre."
- "O Magali, si tu te fait - l'arbre des mornes, - je me ferai, moi, la touffe de lierre, - je t'embrasserai !".
- "Si tu veux me prendre, à bras-le-corpt, -tu ne saisirai qu'un vieux chêne… - Je me ferai blanche nonnette - du monastère du grand Saint Blaise !"
- "O Magali, si tu te fait - nonnette blanche, - moi, prêtre, je confesserai - et t'entendrai !".
- "Si du couvent tu passes les portes, - tu trouveras toutes les nonnes - autour de moi errantes, -car en suaire tu me verras !"
- "O Magali, si tu te fais - la pauvre morte, - adoncques je me ferai la terre, - là je t'aurai !"
- "Maintenant je commence enfin à croire - que tu ne me parles pas en riant. - Voilà mon annelet de verre - pour souvenir, beau jouvenceau !".
- "O Magali, tu me fais du bien !… - Mais, dès qu'elles t'ont vue, - o Magali, vois lei étoiles, -comme elles ont pâli !".

14 Voir F. Çoirault, Notre chanson folklorique, Paris, 1941 ; Gerhardt Rohlfs, La chanson de Magali et la littérature populaire, dans "Revue de langue et littérature provençales", I, s. d., pp. 194-204 ; Pierre Çolotte, la chanson folklorique dans l'œuvré de Mistral, l'aubade de Magali, dans Mélanges mistraliens, Paris, 1955 pp.53-97 ; Michel Zink, o.c, p. 45. - A la différence du chevalier de la pastourelle ou d'Ourrias, le galant de la chanson de Magali n'offre aucun présent à sa belle mais cherche à la conquérir en la persuadant de la ferveur de son amour.

15 Voir la traduction ci-dessus, note 4.

16 Voir la traduction ci-dessus, note 4.

17 Voir la traduction ci-dessus, note 4.

18 Dans la communication citée note 1 je signale l'importance des quatre adynata par lesquels s'achève l'épisode. Si Ton ne doit pas sous-estimer le poids de la tradition littéraire savante dans le choix de cette figure de style, on ne peut, nons plus, écarter l'hypothèse d'une origine populaire qui renforcerait l'argumentation développée ici.

19 L'hypothèse formulée par des savants allemands au milieu du xixème siècle d'après laquelle les pastourelles seraient des chansons populaires (cf. Michel Zink, o.c., p. 44)aurait pu séduire Mistral, toujours soucieux de faire valoir le génie du peuple. Mais j'ignore s'il a eu connaissance de ces théories aujourd'hui abandonnées.

Auteur

Centre Universitaire d’Avignon

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540