Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Secondes notes sur le bestiaire de Villon : le cerf et la biche1

Jean Dufournet

Texte intégral

  • 1 Les Premières notes sur le bestiaire de Villon (I. Le cheval blanc et l'âne rouge ; II. Merbeuf et (...)
  • 2 Le Testament Villon, t. II, Genève, Droz, 1974, p. 15.
  • 3 Voir nos Recherches sur le Testament de Villon, t. I, 2e édition, 1971, pp. 151-152. Nous renvoyon (...)

1Au vers 12 du Testament, quand Villon proclame, à propos de Thibaud d'Aussigny, Je ne suis son serf ni sa biche, faut-il penser qu'il se borne à un jeu de mots facile sur serf et cerf sans aucune arrière-pensée ? C'est l'avis des deux derniers éditeurs de Villon, Albert Henry et Jean Rychner2. D'autres, dont nous sommes, ont pensé que l'équivoque permettait de glisser une nouvelle accusation contre l'évêque qui aurait des mœurs particulières3.

  • 4 Rappelons qu'il y eut, même après l'implantation du Christianisme, des processions de Carnaval pou (...)

2En fait, sans parler de la métamorphose carnavalesque4 dont nous avons d'autres exemples dans le texte et qui ici n'est que suggérée sans être réalisée, il conviendrait de reprendre l'étude en tenant compte de ce que représentait le cerf au moyen âge et au 15e siècle en particulier, où il était à la mode. Charles VI l'avait introduit dans sa devise à la suite, selon Jouvenel des Ursins, d'une chasse singulière dans la forêt de Senlis en 1381, chasse qui rappelle certaines scènes des romans du 13e siècle :

"Et de la s'en alla a Senlis pour chasser et fut trouvé un cerf qui avoit au col une chaisne de cuivre doré, et défendit qu'on ne le prist que au las sans le tuer, et ainsi fut fait, et trouva-t-on qu'il avoit au col lad. chaisne qui avoit excrit : Caesar hoc mihi donavit. Et dès lors le roy, de son mouvement, porta en devise le cerf volant couronné d'or au col et partout ou on mettoit les armes, y avoit deux cerfs tenant ses armes d'un costé et d'autre" (chap. 6),

3ou à la suite d'un songe que Froissart place en 1382 :

"En ce souci que le roi avoit, lui estoit d'avis que un trop beau cerf, qui portoit douze ailes, apparoit... et s'inclinoit devant le roy... ; pourquoy le plus il enchargea le cerf en sa devise" (t. II, p. 517).

4Le cerf volant était devenu l'emblème du roi de France, comme l'attestent, par exemple, écrits politiques et tapisseries. Ainsi, dans un cycle de ballades issu d'un poème de G. Chastellain qui commence ainsi :

  • 5 Chastellain, Oeuvres complètes, éd. Kervyn de Lettenhove, t. VII, Bruxelles, Heussner, pp. 207-212 (...)

Lyon rampant en crouppe de montaigne,
Mort immortel en honneur triumphant,
Lyon fameux, tryacle contre araigne...5

5Bourguignons et Français opposent le lion rampant au cerf volant : Molinet, qui fait du premier vers de Chastellain le refrain de sa ballade, donne la parole au duc de Bourgogne qui proclame :

...
Accompagné de mes petits lyons,
Ay combattu l'universel araigne
Qui m'a trouvé par ses rebellions
Lyon rampant en crouppe de montaigne.

  • 6 Allusion au séjour du dauphin Louis en Flandre.

Le cerf volant qui nous fait ceste actine
Fut recueilli en nostre maisonnette...6

6Dans le camp français, Gilles des Ormes invite Louis XI à riposter :

Changez propos, cerf volant, nostre chef ;
Disposez vous a guerre et a bataille ;
Vestez armet en lieu de couvre-chief
Et en vos mains glaive qui poigne et taille ;
Faytes crier le ban et que tout aille
Sur ce Lyon qui vostre honneur entame,
Qui prent vos biens et dit qu'il ne craint ame,
Ne roy, ne roc, n'en ville n'en champaigne,
Lyon couchant au pied de la montaigne

7Le petit Darc de Rouen construit sa ballade sur le refrain : Le cerf volant sur crouppe de montagne, tandis qu'un anonyme, dont le refrain dénonce le Lyon rampant en crouppe de montaigne, revient sur le séjour du dauphin Louis à la cour de Bourgogne en réponse à Molinet :

Si le doux cerf de voulenté bénigne
Voulut jadis vers toy faire retraitte,
Reproches tu les biens de ta cuisine
Que tu luy fis, en lieves tu la creste
Et penses tu qu'il en eust eu souffrette ?

8Dans le Livre de Paix, Chastellain, se sentant soudain "tout nouvel homme renouvelé d'esprit et d'entendement et tout changié de lieu et de chambre apprise", découvre "un riche pavillon tendu en un champ", à quatre pans dont le premier

  • 7 Ed. citée, t. VII, p. 345.

"en son milieu contenoit trois ymages si de vif
semblant que de dire ne sçavoye se la vie y estoit
ou non, ou se c'estoit oeuvre de créateur ou de
créature, mais les deux ymages estoient de bestes
et l'autre d'humaine corpulence en figure de
dame qui faisoit le milieu. Les deux bestes
estoient l'une ung cerf volant, l'autre un lyon,
et la dame entre deux estoit paree et enmantelee
de fleurs de lys d'or, fondant larmes de ses
yeux et degoutemens d'eaue, et laquelle, quand je
la regardoye ententivement, congnus bien qu'elle
représentoit la tres-chrestienne et tres-glorieuse
France qui plouroit et larmoioit les cotidiennes
et quasi sempiternes divisions..."7

9D'autre part, à Rouen, le Musée départemental des Antiquités de Seine-Maritime possède une tapisserie de laine et soie, longue de 3m 80 et haute de 3m 47. Trois cerfs ailés se détachent sur un paysage fleuri ; autour d'eux, des banderoles portant des inscriptions. L'un d'eux, au centre, est couché dans un enclos ; il tient un étendard rouge semé de soleils et orné d'un saint Michel combattant le dragon. Sur la banderole, ces quatre vers :

Cest estendart est une enseigne
Qui a loial François enseigne
De jamais ne l'abandonner
S'il ne veut son honneur donner.

10Au premier plan, deux lions accostent l'écu des rois de France, d'azur à trois fleurs de lys d'or. Le second, à droite, qui porte autour du cou une couronne à laquelle est accroché l'écu royal, se prépare à enjamber l'enclos. La banderole comporte les deux vers :

Si nobles n'a dessoubz les cieulx :
Je ne pourroye porter mieulx.

11La tapisserie est mutilée à gauche, en sorte qu'il ne subsiste que l'avant-train du cerf, semblable au second, mais sa banderole porte :

Armes porte tres glorieuses
Et sur toutes victorieuses.

  • 8 P. Martin, La tapisserie royale des Cerfs Volants dans Bulletin monumental, t. 105, 1947, pp. 197- (...)

12Deux thèses s'affrontent : P. Martin attribue l'œuvre à Charles VII qui, parmi ses devises, avait repris le cerf volant de Charles V et le soleil de Charles VI, et à qui conviennent bien les épithètes de glorieux et victorieux : mais d'autres la rapportent à la fondation de l'ordre de saint Michel par Louis XI le 1er août 1469. Il reste que les cerfs ailés étaient l'emblème des rois de France depuis Charles V : ils soutiennent l'écu de France sur la miniature du Boccace de Munich attribuée à Fouquet et représentant le lit de justice de Vendôme qui condamne à mort le duc d'Alençon en 14588.

  • 9 Chefs-d’œuvre de la tapisserie du xivème au xvième siècle, Grand-Palais 26 octobre 1973 - 7 janvie (...)

13D'autres tapisseries, sans valeur symbolique, représentaient l'hallali du cerf, comme cette tenture bruxelloise de Jan de Clerck, dit van Antwerpen, qui possédait un atelier en 1499 : dans un paysage de forêt, le cerf à l'hallali se défend contre des chiens qui l'attaquent ; un valet lui perce le flanc d'un coup d'épieu ; parmi les chasseurs qui l'entourent, l'un d'eux s'apprête à l'achever à l'épée ; des valets à pied sonnent du cor ; enfin, note cocasse, deux hommes se sont réfugiés dans des arbres, d'autres se cachent dans la futaie9.

141. En rapport avec les habitudes médiévales où la chasse au cerf jouait un rôle capital (l'attestent de nombreux traités qui lui sont consacrés), en rapport avec les vers précédents où Villon précise qu'il ne dépend d'aucune manière de l'évêque, ni comme vassal, ni comme fidèle, ni comme serf, les mots de cerf et de biche introduisent une nouvelle image, variation sur le même thème : Villon n'accepte pas d'être le (noble) gibier de l'évêque qui chasse dans une forêt où il n'a aucun droit.

15C'est une comparaison banale de la poésie médiévale que Villon utilise, en la chargeant d'un sens particulier, de la Chanson de Roland (1874-1875) :

Si cum li cerfs s'en vait devant les chiens,
Devant Rollant si s'en fuient paiens...

  • 10 Ed. Stone, Paris, 1932.

16au poème didactique de Thibaud de Marly10 :

Lors s'en fuira li pueples tot le chemin plenier,
Chascuns plus esfreez que cers por liemier,
(792-793).

  • 11 J. Bayet, Le symbolisme du cerf et du centaure à la porte rouge de Notre-Dame de Paris, dans Revue (...)

17Si Villon représente un cerf ou une biche, l'évêque s'identifie alors au chien, et ce serait l'annonce de la métaphore de la ballade de Merci où Villon dénonce les traîtres chiens mâtins, c'est-à-dire l'évêque et ses comparses. De surcroît, il existait un autre motif de l'art médiéval que nous avons, en particulier, au soubassement ouest de la porte rouge de Notre-Dame de Paris, qui ouvre au nord sur le chœur11. En haut, six cerfs dans des attitudes variées, de droite à gauche se reposant, broutant, courant dans la forêt, s'avançant en dressant la tête, buvant, frottant ses bois à un arbre ; immédiatement au-dessous, six centaures cheminent en sens inverse vers la droite et retournent leur arc vers les cerfs. Le cerf, qui peut être remplacé par un homme et représente le fidèle, est attaqué par un substitut du démon : centaures souvent, chien féroce, lion, griffon, fauves. Ces centaures sagittaires se retrouvent dans différentes sculptures : au portail de Saint-Gilles-du-Gard (soubassement), le cerf est chassé à travers la forêt par le centaure archer ; il est menacé par la flèche du monstre au portail sud de l'église d'Aulnay-de Saintonge (archivolte) ; blessé, il tourne la tête vers son bourreau à Rioux et sur un chapiteau de la cathédrale de Parme. Le caractère infernal du monstre est nettement affirmé sur un chapiteau du déambulatoire de la collégiale de Saint Aignan (Cher) : un centaure retourné dirige une seconde flèche vers un grand cerf tenu aux abois par un dragon qui le menace du dard de sa queue.

18Par le biais du couple cerf/centaure, il se produit donc un retournement fort important : l'évêque devient une incarnation du démon qui s'acharne sur le malheureux fidèle qu'est Villon.

  • 12 W, Deonna, Du divin au grotesque : Cernunnos et le cocu, dans la Revue d'Ethnographie et des tradi (...)

192. D'autre part, les cornes en général, et celles du cerf, en particulier, étaient devenues l'attribut du mari trompé12. Marie Bonaparte s'est demandé "par quel détour cet attribut viril en est venu justement à symboliser aux yeux du populaire la faiblesse, l'aveuglement, l'impuissance du mari trompé". Parmi les nombreuses explications qui ont été données, en voici quatre parmi les plus vraisemblables.

  • 13 A la recherche de la religion gauloise, dans Archeologia, n° 9.

20Selon J.J. Hatt13, dans la mythologie gauloise, la déesse-mère est successivement l'épouse du dieu sidéral, puis du dieu chtonien Esus dont Cernunnos, dieu des enfers et des morts est l'avatar hivernal. Au moment de sa transformation en cerf, Esus-Cernunnos était abandonné par la déesse-mère qui rejoignait alors son époux céleste. Ainsi s'explique que le mari trompé ait été affublé d'une ramure de cerf, et qu'il passe pour heureux en argent : Cernunnos était aussi le distributeur de richesses.

  • 14 Le Carnaval, Paris, Payot, 1974, p. 135.

21Claude Gaignebet, dans son ouvrage sur le Carnaval14, présente une hypothèse voisine : "Comme l'ours, le cerf est censé avoir séjourné dans l'au-delà sous l'avatar de l'homme cornu, dieu souterrain des Celtes, Kernunnos. La divinité chtonienne ressurgie en Carnaval se saisit de la terre et renvoie alors la personnification de l'hiver non sans échanger avec elle ses cornes. Toutes les religions connaissent un tel principe d'alternance qui justifie les changements de la nature et le temps qui en résulte".

  • 15 Art. cit.
  • 16 W. Deonna, Diable triprôsope, dans la Revue d'histoire des religions, t. 70, 1914, pp. 125-126 : " (...)

22Pour W. Deonna15, avec le temps, en passant d'une civilisation à l'autre, d'un milieu social à un autre, les notions les plus élevées se dégradent et expriment le contraire de ce qu'elles étaient à l'origine. Dans l'univers chrétien, le dieu-cerf gaulois est devenu diabolique (de là le Diable triprôsope dans une miniature du Quinzième siècle)16, puis grotesque. Mais demeure l'idée de force et de richesse, témoin l'expression "avoir une veine de cocu".

  • 17 H. Dunger, Hörner aufsetzen und Hahnrei, 1884.
  • 18 Le Couvre-chef comme symbole du mari trompé. Etude sur trois mots galloromans, dans Studia neophil (...)

23Enfin, à en croire Dunger17 et Paul Falk18, "on avait coutume autrefois de couper les ergots au coq après la castration et de les lui greffer dans la crête incisée. Les ergots non seulement s'implantaient, mais pouvaient atteindre en poussant une mesure plus que normale et formaient ainsi de vraies cornes. Par plaisanterie ou dérision, le mari trompé serait assimilé à un chapon".

24Villon n'accepterait donc pas d' "être le dindon de la farce", d'être trompé par l'évêque qui aurait usé de traîtrise à son égard.

  • 19 Ed. A. Pauphilet, dans Jeux et sapience du Moyen Age, Paris, 1951, pp. 811-812.
    Voir L. Carny, le C (...)
  • 20 Ed. P. Meyer, Paris, 1889, p. 56.

253. Mais le cerf était tenu aussi pour un animal lascif d'une robustesse à toute épreuve. Brunetto Latini s'en fait l'écho dans le Livre du Trésor : "Et jasoit ce que li maale soient esmeu de fiere luxure, quant li tens en est, ne porquant la femele ne conçoit pas jusqu'à tant que une estoile se lieve, qui est apelee Arcton"19, tout comme Nicole Bozon dans ses Contes moralises20 :

Contra luxuriosos

"Le cierf, quant est en rutteye, nous aprenst de conustre la manere de leccheour, qar donqe le cierf va trippant e saillant, e fiert la terre del pié. Ezechiel, 25 : Pro eo quod plausisti manu et pede percussisti, extendam nianum meam. Et est le cierf trop gelous e surqerant par gelousie, talent perde de manger e trop enmegrist e son groyn par famine enneyrsist. Auxint le lechour perde talent de esperitel manger, sicom dit Salomon, Proverb. : "Audiet luxuriosus et displicebit ei...

  • 21 Histoire naturelle, X, 83.
  • 22 Wolff, Curiosus amuletorum sarutator, 1692, p. 34 : "Ulterius veretrum et testiculos cervi contra (...)
  • 23 Ou osset, ou croix du cerf, ossification des cartilages de l'artère aorte, qui passait pour donner (...)
  • 24 Selon Marie Bonaparte, Psychologie et anthropologie, p. 62 : "La corne, puissant attribut de vie, (...)

26Dès l'antiquité il signifie la force féconde, passant pour s'accoupler à plusieurs femelles, comme l'affirme Pline l'Ancien21 : "Cervi vicissim ad alias transeunt et ad priores redeunt". On croyait que son membre, comme ses bois, se renouvelait chaque année, et qu'employé comme talisman, il prévenait l'impuissance, provoquait l'amour, empêchait l'avortement, comme la peau de l'animal22 qui, attachée sur le ventre, aidait l'enfantement. Dans le Traité des pierres attribué à Orphée, le jeune époux qui porte une corne de cerf en allant au lit nuptial assure son bonheur. La corne et l' "os du cœur" du cerf23 étaient bons pour les affections du cœur et favorisaient la conception et la fécondité de la femme. La corne enfin était un charme puissant pour séduire les femmes24.

27Dans la littérature médiévale, la femme aimée était comparée à un cerf, souvent poursuivi par plusieurs prétendants Ainsi dans Aye d'Avignon l'héroïne déclare à Bérenger qu'il l'a perdue pour avoir trop attendu :

  • 25 Ed. Guessard et Montaiglon, p. 5. Voir aussi l'éd. récente de Borg, Genève, Droz, 1967.

Trop avez demouré, a droit avez perdu.
Ne chaciez mes le cerf que vos avez meü,
Car Garniers de Nantuel a le sien conseü ;
Je nel quier mais changier quant donné m'est a dru25.

28Thibaud de Champagne a utilisé le même symbolisme et représenté sa dame par un cerf :

  • 26 Ed. Wallensköld, pièce XVII.

Mes se je puis consivir
Le cerf qui tant puet fouir,
Nus n'est joianz a° Thibaut.° en comparaison de
Li cers est aventureus,
Et si est blans conme nois,
Et si a les crins andeus
Plus sors que or espanois.
Li cers est en un defois
A l'entrer mult perilleus
Et si est gardez de leus :
Ce sont felon envïeus
Qui trop grievent aux cortois26.

29Villon ne veut être d'aucune manière le partenaire amoureux de l'évêque.

  • 27 Voir entre autres P. Lambrechts, Contribution à l'étude des divinités celtiques, Bruges, 1942, fig (...)

304. Le cerf était lié à l'or. Dans la religion gauloise d'abord, si l'on en juge d'après diverses statues du dieu Cernunnos : sur une stèle trouvée à Reims en 1837, un dieu Cernunnos barbu, la tête munie de bois de cerf qui ont disparu et le cou orné du torques, est accroupi entre Apollon et Mercure, et d'un sac ou d'une bourse il puise et répand des grains ou plutôt des monnaies entre un bœuf et un cerf27. Sur un autel découvert à Vendoeuvres-en-Brenne (Indre) et conservé au musée de Châteauroux, la divinité accroupie tient entre ses jambes un sac d'où s'échappent de menus objets qui doivent être des monnaies ; elle est accompagnée à droite et à gauche de deux génies qui sont associés à des serpents et portent leurs mains vers la ramure très développée du dieu. Dans la région du Titelberg, près de Differdange, on a découvert une stèle mutilée, conservée au musée de Trêves : un dieu imberbe, debout, tient de la main gauche une corne d'abondance ; sous le bras droit, on distingue un protomé de taureau et, plus près du dieu, une tête de cerf, avec une haute ramure et dont la bouche laisse tomber un flot de petites pièces rondes et plates.

  • 28 Cf. H. Sauval, Histoire et Antiquités de la Ville de Paris, t. II, 1733, p. 315 ; et A, Blanchet, (...)

31Ensuite, à la fin du moyen âge : Scipion de Gramont, sieur de Saint-Germain, secrétaire ordinaire de la chambre du roi en 1620, nous rapporte que, comme Charles V, Charles VI fit fondre en lingots tout ce qu'il avait d'or monnayé, et bientôt après, par l'avis de ses conseillers, il ordonna que des lingots on fît un cerf de la grandeur de celui que l'on voyait alors à la grande salle du Palais ; cependant de ce cerf il n'y eut de fondu que la tête et le cou28. Rappelons que la vieille rue de la Monnaie était appelée rue du Cerf avant le 14ème siècle dans sa partie septentrionale.

32Villon ne veut d'aucune manière enrichir l'évêque, par des amendes ou des impôts.

335. Enfin, le cerf était un initiateur, intermédiaire entre l'homme et le sacré, instrument du salut de l'homme en ce monde et dans l'autre. On le voit dans des contextes magiques (Graelent, Florete, et Floriant, Méliador...) mais aussi -et souvent - dans une atmosphère chrétienne.

  • 29 Ed. R. Guiette, 3 vol., Bruxelles, 1943, t. II, pp. 188 et 190.

34Dans des chansons de geste et les oeuvres de type rolandien, comme dans les Croniques et Conquestes de Charlemagne, de David Aubert (1458) : saint Jacques, dans un songe, ordonne à Charlemagne d'aller conquérir l'Espagne ; ses chevaliers y vont avec leurs femmes, Roland à leur tête ; mais voici qu'ils arrivent à la Gironde. Echec de diverses tentatives : un pont, en particulier, est détruit par la tempête. Charlemagne invoque l'aide divine : aussitôt survient un grand cerf blanc, qui lui indique un gué29. Dans la Chevalerie d'Ogier de Danemarche, l'empereur, qui fait route vers Rome menacée par les Sarrasins, se heurte aux hauteurs du Grand-Saint-Bernard :

Dex ama Kalle e si l'avoit moult chier,
Si li envoie un message mult fier :
Parmi les loges vint uns cers eslaissiés,
Blans comme noif ; .IIII. rains ot el cief.

...
Et dist li rois : "Or après, chevalier !
Vés le message que Dex a envoie".

35Ils passent alors, sans perdre un homme ni une monture.

  • 30 Voir sur ce point la riche étude de S. Cigada, La leggenda medievale del Cervo Bianco et li origin (...)

36A partir de la légende de saint Eustache, le motif du cerf messager divin se répand dans les vies de saints. Ainsi dans celle de saint Hubert, à partir de la Vita Quarta. (moitié du 15ème siècle), où un cerf crucifère, qui n'est pas encore blanc, invite Hubert à se convertir. Cette donnée est plaquée sur le récit de la Vita tertia : "... ipse vanitatibus mundi deditus pergebat ad venationem. Et ecce apparuit ei quidam cervus qui infra cornua sua gestabat signum sanctae crucis. Audivit etiam quamdam vocem dicentem sibi : Ni s i convertaris ad Dominum per sanctae vitae propositum, descendes velocius ad infernum". La version dite du Père Poncelet (qui la publia en 1911) transforme complètement l'histoire vers 1450, en rejetant tout le substrat historique : Hubert est un païen qui, les jours de fête, s'adonne à la chasse et qui, le jour de Noël, rencontre un cerf crucifère, à la suite de quoi il se rend auprès de saint Lambert, évêque d'Utrecht, qui le convertit. La Vita Quinta, anonyme, est une synthèse, vers 1450-1450, des éléments historiques et légendaires : réfugié à la cour de Pépin, Hubert, encore païen, est l'objet du miracle du cerf, qui l'invite à aller près de Lambert. En 1459, la Vie d'Hubert le Prévost, en français, suit la vita Quinta, mais introduit un cerf blanc. Enfin, la Vita sexta d'Adolphe Happert qui composera aussi une Vita septima plus rhétorique, mêle en 1511 la biographie de saint Hubert par Jean d'Outremeuse dans ses Chroniques et la biographie française (avec le cerf blanc) : "Ecce subito e saltu ante oculos ramosis cornibus apparet cervus, qui, albidus pilo, inter cornua gloriae crucis gerebat insignia"30.

  • 31 Cf. G. de Berneville, Vie de saint Gilles, éd. G. Paris et A. Bos, Paris, 1881 (S.A.T.F.).

37Quant à saint Gilles, il vit en solitaire dans une forêt où une biche le nourrit de son lait ; en revanche, le saint la soigne et la protège, au point d'être lui-même blessé de la flèche destinée à la bête31.

38Enfin, dans les romans arthuriens, comme le Lancelot en prose, la Queste del saint Graal, l'Estoire del saint Graal, le Livre d'Artus, l'épisode du cerf blanc a une importance centrale d'un double point de vue narratif et moral. Bornons-nous au Livre d'Artus, en renvoyant pour le reste au beau travail de S, Cigada. Nascien, avec quarante-deux cavaliers, quitte le château d''Agloual pour la terre du prince Galehot. Vers tierce, ils rencontrent un cerf blanc comme laine, avec cinq branches granz et merveilleuses toutes branchues et une croix vermeille en mi le front, plus vermeille que fin sanc ; sur son dos, un vaissel couvert d'un paile précieux ; après lui, un brachet tout blanc puis deux petites bêtes toutes blanches que une pucelle tenoit en II. chaennes d'argent que nus ne pooit conoistre queles eles estoient, tant les avisast. La pucelle est si jeune que l'on se demande comment elle peut marcher. Suit un chevalier qui gémit sur une litière portée par quatre palefrois qui marchent si doucement que l'on a l'impression qu'ils nagent. Dans l'air, des voies mélodieuses. Sur les cornes du cerf, deux cierges toz jors ardoient sanz estaindre. Nascien s'agenouille et prie, devant ses compagnons muets de stupeur, avant de leur révéler

"... li Saintismes Graaux nostre segnor ou li suens cors est chascun jor sacrez et beneoiz de la main Jhesu Crist le beneoit fill Deu".

  • 32 Voir nos Recherches sur le Testament de Fr. Villon, t. I, pp. 188-189.

39En clair, Villon ne veut pas le salut de l'évêque, tout comme il lui souhaite plus loin la mort32.

40Le choix de Villon n'est donc pas anodin : l'allusion au cerf et à la biche lui permet de multiplier les suggestions dans une image volontairement composite que les lecteurs peuvent compliquer ou simplifier à leur gré, d'une lecture naïve (le gibier que l'évêque n'a pas le droit de chasser) à une lecture symbolique plus profonde.

Notes

1 Les Premières notes sur le bestiaire de Villon (I. Le cheval blanc et l'âne rouge ; II. Merbeuf et Nicolas de Louviers) ont paru dans les Mélanges Louis Michel (Montpellier, 1978).

2 Le Testament Villon, t. II, Genève, Droz, 1974, p. 15.

3 Voir nos Recherches sur le Testament de Villon, t. I, 2e édition, 1971, pp. 151-152. Nous renvoyons à ces pages pour l'explication de ce huitain.

4 Rappelons qu'il y eut, même après l'implantation du Christianisme, des processions de Carnaval pour lesquelles on portait des masques de cerf, comme en témoignent les condamnations de l'Église, du concile d'Auxerre : "Non licet calendis januarii vitula aut cervula facere, vel strenas diabolicas observare" (dans Schneider, Uber Kalendae Januariae et Martiae im Mittelalter, Arch. Religionswiss., 1921, pp. 360 sqq.) ; de saint Césaire d'Arles qui condamne ce rite comme sordidissimam turpitudinem (J. Zwicker, Fontes historiae religionis celticae, 1934-1936, p. 134) ; de saint Eloi, évêque de Noyon : "Ne pratiquez point les cérémonies sacrilèges et ridicules que les payens font aux calendes de janvier, soit avec une génisse ou avec un fan, soit en dressant des tables la nuit, soit en donnant des étrennes (Thiers, Traité des superstititions qui regardent les sacremens, t. I, p. 13, 4ème éd., Avignon, 1777) ; de saint Hilaire au sujet d'un rite célébré en plein 6ème siècle, au moins de janvier, dans le Gévaudan : "... praefixo quidem cervi capite ad imitandum ferae formam conditionem humanam persuasionis diabolicae scelus inclinat" (J. Zwicher, op. cit., p. 255) ; de saint Parminius au 8ème siècle : "In cervulos et veculas (lat. vitulas) in Kalendas vel aliud tempus nolite ambulare" (id., ibid., p. 221) ; de Burchard, évêque de Worms au 11ème siècle : "La nuit des calendes de janvier, vous êtes-vous assis à la tête de deux chemins sur une peau de taureau pour deviner ce qui vous arriverait dans l'année ? (...) Avez-vous fait comme les paysans qui, le premier jour de l'an, se déguisent avec des masques de cerf ou de vieille femme ? (Le Brun, Histoire critique des pratiques superstitieuses, Paris, 1702, pp. 630 et 633 ; éd. de 1750, 2ème, t. II, p. 564).

5 Chastellain, Oeuvres complètes, éd. Kervyn de Lettenhove, t. VII, Bruxelles, Heussner, pp. 207-212. Nous utilisons pour cette note des recherches que nous avons faites sur la symbolique du cerf en vue d'un travail sur la légende de saint Eustache.

6 Allusion au séjour du dauphin Louis en Flandre.

7 Ed. citée, t. VII, p. 345.

8 P. Martin, La tapisserie royale des Cerfs Volants dans Bulletin monumental, t. 105, 1947, pp. 197-208 ; 5ème centenaire de la création à Amboise de l'ordre de saint Michel. De l’ordre de saint Michel à la Légion d'honneur, Exposition 7 juin - 20 juillet 1970. Hôtel de Ville d'Amboise (catalogue par C. Ducourtial et I. du Pasquier), n° 12, pp. 30-31.
A paraître J.B. de Vaivre, Les cerfs ailés et la tapisserie de Rouen.

9 Chefs-d’œuvre de la tapisserie du xivème au xvième siècle, Grand-Palais 26 octobre 1973 - 7 janvier 1974, p. 159.

10 Ed. Stone, Paris, 1932.

11 J. Bayet, Le symbolisme du cerf et du centaure à la porte rouge de Notre-Dame de Paris, dans Revue archéologique, t. 44, 1954, pp. 21-68.

12 W, Deonna, Du divin au grotesque : Cernunnos et le cocu, dans la Revue d'Ethnographie et des traditions populaires, t. 7, 1926, pp. 28-37.

13 A la recherche de la religion gauloise, dans Archeologia, n° 9.

14 Le Carnaval, Paris, Payot, 1974, p. 135.

15 Art. cit.

16 W. Deonna, Diable triprôsope, dans la Revue d'histoire des religions, t. 70, 1914, pp. 125-126 : "Le diable, qui préside une assemblée de démons, assis enchaîné sur un trône, offre un assemblage de détails effrayants : corps velu, mains et pieds terminés par des griffes, genoux, sexe, seins ornés de têtes grimaçantes, articulation de l'épaule en gueule de dragon, tête triple avec trois cornes acérées de cerf".

17 H. Dunger, Hörner aufsetzen und Hahnrei, 1884.

18 Le Couvre-chef comme symbole du mari trompé. Etude sur trois mots galloromans, dans Studia neophilologica, t. 33, n. 1, 1961, pp. 39-68. Voir en particulier la citation de Boncompagno, vers 1250 : "Mulieres... maritos... vel amasios aliquando hircos, aliquando tauros, aliquando cervos appellant ; et tacito substantivo aliqua derisorie dicit : "Meus pascit in pratis", vel "misi eum Cornetum vel Cornazanum", et "ego faciam sibi oleum de cucurbita hortulana". Item quandoque dicitur de scholari studente, qui domi reliquit uxorem, quod "fundum Cornelianum incepit noviter possidere" et quod "in horto suo plantata sit cucurbita hortulana". Transumunt etiam feminae animalium cornua in coronas, et diversificant genera cornutorum".

19 Ed. A. Pauphilet, dans Jeux et sapience du Moyen Age, Paris, 1951, pp. 811-812.
Voir L. Carny, le Chaudron de Gundestrup et le dieu Cernunnos, dans la Voix Solaire, n° 14, pp. 57-60 : "Le Dieu Cernunnos est donc le dieu-cervidé. Et le cerf est le symbole exotérique de la virilité et de la puissance fécondante. Il est aussi l'emblème du combat jusqu'à la mort... Le cerf fait face à ses adversaires. Chez les Celtes, il était le symbole du combat et de la forêt".

20 Ed. P. Meyer, Paris, 1889, p. 56.

21 Histoire naturelle, X, 83.

22 Wolff, Curiosus amuletorum sarutator, 1692, p. 34 : "Ulterius veretrum et testiculos cervi contra impotentiam viri valere, proque venere excitanda conferre, si scilicet femori adalligentur, volunt alegati apud Agricolam" ; "Laudant Arabes cingulum ex pelle cervi pariente circumdatum".

23 Ou osset, ou croix du cerf, ossification des cartilages de l'artère aorte, qui passait pour donner hardiesse et coeur au cerf, si l'on en juge par J. du Fouilloux (1561) : "On trouve un os dedans le cueur du cerf, lequel est grandement profitable contre le tremblement de cueur, et principalement aux femmes grosses". Voir les ouvrages de G. Tilander, et en particulier Nouveaux essais d'étymologie cynégétique, Lund, 1957, et Nouveaux Mélanges d'étymologie cynégétique, Lund, 1961.

24 Selon Marie Bonaparte, Psychologie et anthropologie, p. 62 : "La corne, puissant attribut de vie, un symbole du phallus d'où dérive toute force..."

25 Ed. Guessard et Montaiglon, p. 5. Voir aussi l'éd. récente de Borg, Genève, Droz, 1967.

26 Ed. Wallensköld, pièce XVII.

27 Voir entre autres P. Lambrechts, Contribution à l'étude des divinités celtiques, Bruges, 1942, fig. 10, et Jan de Vriès, la Religion des Celtes, Paris, Payot, 1975.

28 Cf. H. Sauval, Histoire et Antiquités de la Ville de Paris, t. II, 1733, p. 315 ; et A, Blanchet, dans le Bulletin de l'Académie royale de Belgique, Lettres, 35, 1949, pp. 316-328.

29 Ed. R. Guiette, 3 vol., Bruxelles, 1943, t. II, pp. 188 et 190.

30 Voir sur ce point la riche étude de S. Cigada, La leggenda medievale del Cervo Bianco et li origini della materia de Bretagne, dans les Atti della Açcademia Nazionale dei Lincei, 1966, vol. XII, pp. 1-121, et le travail de Marcelle Thiebaux, The stag of love. The chase in mediaval literature, Cornell University Press, Ithaca-London, 1974.

31 Cf. G. de Berneville, Vie de saint Gilles, éd. G. Paris et A. Bos, Paris, 1881 (S.A.T.F.).

32 Voir nos Recherches sur le Testament de Fr. Villon, t. I, pp. 188-189.

Auteur

Université de la Sorbonne Nouvelle

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540