Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

"Dru" et "Drüerie" dans le Tristan de Béroul

Roger Dubuis

Texte intégral

1La lecture des articles "dru" et "drüerie", dans les dictionnaires de la langue médiévale, ne laisse pas de plonger dans une certaine perplexité le chercheur ou le curieux désireux d'entrer, par le biais, simple et efficace, d'un mot-clef dans le vaste domaine du vocabulaire de la courtoisie. Tobler-Lommatzsch propose comme équivalent de "dru" : "Freund" ou "Getreuer", mais aussi "Buhle". Pour Godefroy, la "drüerie" exprime à la fois "amitié", "affection", "amour", "tendresse", mais aussi "galanterie", "plaisir amoureux", "intrigue amoureuse". Comment pourrait-on plus élégamment associer les contraires, marier l'eau avec le feu, réconcilier, en un mot, la "courtoisie" avec son ennemie abhorrée, la "vilanie" ? Si l'on peut penser, sans faire entrave à la logique ou au bon sens, que des acceptions aussi différentes et aussi exclusives les unes des autres ont pu exister dans des œuvres différentes ou à des époques différentes, on a, en revanche, quelque peine à admettre qu'un seul auteur ait pu aussi allègrement cultiver la méprise. Aussi pourra-t-il ne pas paraître extravagant de vouloir interroger sur ce point un texte, celui-là même dont la coloration courtoise a suscité, à juste titre, tant de recherches et tant de controverses, le Roman de Tristan de Béroul…

2L'analyse du premier terme, "dru" (ou plus souvent "drue"), permet, semble-t-il, de suggérer rapidement une définition qui ne devrait pas soulever de contestation majeure. C'est une appellation somme toute assez générale, mais qui se caractérise fondamentalement par une orientation affective, voire franchement affectueuse. Le champ d'application est parfois très vaste :

"Couchier s'en vait li rois Artus
O ses barons et o ses druz. "
(4109-4110)

3L'imprécision ralative du terme est alors évidente : il ne peut désigner, en la circonstance, que l'entourage immédiat d'Arthur, ses amis, ses intimes, et il n'est pas question de lui attribuer ici une nuance péjorative ; Arthur n'est pas Henri II et un tel emploi est monnaie courante dans l'épopée… Le mot peut être utilisé à l'intention exclusive du sexe féminin sans que, pour autant, son sens apparaisse plus précis. Parmi tous les seigneurs qui sont accourus à la Blanche Lande pour être témoins du serment d'Iseut, Béroul note que "maint chevalier i out sa drue" (4086).

4S'il est, toutefois, dans le roman un personnage auquel cette épithète de "drue" semble convenir mieux qu'à quiconque, c'est bien Iseut. Ici Governal s'adresse à Tristan :

"…li troi felon
par quoi'st destruite Yseut ta drue"
(1002-1003)

5Là Béroul lui-même présente le personnage :

"Quant out oĭ parler sa drue" (97)
"…noveles de sa drue
Li aporte li vaslet frans" (3322-3323)
"A la chambre sa drue vint" (4409)

6Dans certains cas, comme si le potentiel affectif du mot n'était pas par lui-même suffisant, l'auteur le renforce de l'adjectif "chiere" :

"A li rois grant raison tenue
De toi et de ta chiere drue" (537-538)

7dit Brengain à Tristan, en lui annonçant que Marc a cessé de lui marquer son hostilité. C'est un moment de grande joie, que souligne bien cette redondance stylistique et, tout naturellement, le même tour vient sous la plume de Béroul pour rendre cette fois, un moment d'intense émotion : Iseut va quitter Tristan pour rejoindre son mari ; inquiète de l'accueil qui lui sera réservé, elle adresse une prière à Tristan :

"Gel prié, qui sui ta chiere drue" (2815)

8Plus que les nuances de sens du mot (toujours employé, il n'est pas inutile de le noter, au féminin), ce qui frappe le plus, c'est la profonde unité du ton : une coloration franchement affectueuse qui ne laisse place à aucune interprétation péjorative. Aussi est-on quelque peu surpris de rencontrer, à la fin du texte, un emploi de "drue" dans un contexte tout différent. En espionnant Tristan et Iseut, un homme a acquis la preuve qu'ils avaient renoué leurs coupables rencontres ; il va alors tenter d'acquérir la bienveillance des trois barons félons en leur montrant

"Tristran, la ou son aise atent
De parler o sa chiere drue" (4282-4283).

9La présence, là encore, de l'adjectif "chiere" interdit de donner à "drue" le sens péjoratif qu'appelle le contexte. Y a-t-il là inadvertance de Béroul prêtant son propre vocabulaire à l'espion ? Ne s'agit-il pas, plutôt, d'un emploi ironique, une sorte de citation sans guillemets dont la valeur dérisoire serait finalement plus blessante qu'une authentique injure ? On ne peut pas fonder une conclusion de portée générale sur un exemple isolé…

10Il n'en reste pas moins que l'étude des différents emplois de "dru", "drue" dans le Tristan de Béroul laisse le lecteur sur une impression, fugace certes et certainement fragile, incontestable néanmoins : le terme, s'il ne se prête pas à une définition rigoureuse, se cantonne cependant dans un champ affectif relativement précis, celui de la tendresse, d'une sensibilité qui est tout autant étrangère à la réprobation morale qu'à la grivoiserie… Cette impression peut-elle être confortée par l'analyse des emplois, dans ce même Tristan, de "drüerie" ?

11D'emblée une constatation s'impose. Béroul n'emploie qu'exceptionnellement "drüerie" de façon vraiment isolée, autonome pourrait-on dire. Tout se passe comme si l'auteur ou le lecteur (les deux peut-être) avaient besoin, pour voir exprimée sans risque de confusion ou d'incompréhension la notion que le mot "drüerie" est chargé de communiquer, de faire appel à une glose ou, tout au moins, à l'encadrement du terme dans une expression toute faite. C'est la technique de l'alpiniste qui, sur une roche qui lui semble douteuse, estime qu'il ne passera jamais trop de temps à bien assurer sa prise. En d'autres termes, le mot "drüerie" tout seul ne laisse pas d'inspirer une certaine défiance à Béroul : il cherche à bien assurer son sens… La glose la plus simple est constituée par le recours à une proposition relative qui développe le mot lui-même placé en fonction d'antécédent. Après avoir évoqué, dans la scène initiale sous le pin, la pureté des intentions de Tristan, Iseut en vient à se justifier elle-même :

"Ne je, par Deu omnipotent,
N'ai corage de drüerie
Qui tort a nule vilanie. " (32-34)

12Et Tristan reprend à son compte ce même tour lorsque, enfin délivré de la contrainte du philtre, il considère qu'il n'est d'autre voie pour retrouver la confiance de Marc que de lui faire accepter l'escondit

"Conques nul jor, n'en fait n'en dit,
N'oi o vos point de drüerie
Qui li tornast a vilanie" (2228-2230).

13On ne sera certes pas insensible à une certaine différence entre les propos des deux amants. L'expression d'Iseut conserve un caractère assez général : "tort a nule vilanie", alors que les pensées de Tristan vont surtout au roi Marc : "qui li tornast". Cette différence, qu'elle soit la conséquence du moment même, des circonstances particulières à ce moment ou le fait du comportement propre à chaque personnage, compte peu en face de l'identité profonde des deux discours. C'est une nouvelle preuve de l'attachement de Béroul à une idée et à un souci évident de l'exprimer d'une façon qui ne laisse place à aucun malentendu. Ces vers, en effet, ne sont aucunement pléonastiques. Nous avons affaire, ici, à une acception de "drüerie" parfaitement conforme à l'acception de "dru" que nous avons précédemment analysée. La drüerie est un sentiment de tendre affection, mais qui peut être jugé différemment par ceux qui le ressentent en eux et par ceux qui le constatent chez autrui. Ce que Tristan et Iseut refusent d'accepter ici, ce n'est pas qu'on qualifie de "drüerie" le sentiment qui les unit l'un à l'autre, c’est qu’on enferme ce terme dans une définition étroitement péjorative. Dès lors c’est au niveau de la subjectivité que se situe la véritable définition du mot et le risque est grand de l’incompréhension entre ceux qui pensent que l’amour est l’affaire des individus et ceux qui y voient surtout un problème posé à la société. Le Tristan n’est-il pas, dans une large mesure, l’illustration dramatique de cette incompréhension fondamentale ?

14Dans la plupart des autres cas, le mot "drüerie" est intégré à une formule toute faite, "prendre drüerie" ou "avoir drüerie", deux formules au demeurant fort voisines et dont on a tout lieu de penser, à première lecture du moins, que leur emploi est de nature strictement péjorative. L'affaire mérite toutefois quelque réflexion. Que l'expression "faire drüerie" ne soit qu'une sorte de condensé du procédé d'expression développé que nous venons d'analyser semble certain et nous en recevons confirmation dès les premières pages du roman. La rencontre entre Tristan et Iseut sous le pin est plutôt - une suite de variations sur quelques thèmes choisis qu'une authentique scène dramatique et lorsque Tristan a compris que les propos que lui tient Iseut sont destinés, au premier chef, à Marc, il entre aussitôt dans le jeu et lui donne spontanément la réplique. C'est ainsi qu'à Iseut déclarant qu'elle n'a "corage de drüerie qui tort à nule vilanie" il répond :

"Ainz me lairoie par le col
Pendre à un arbre q'en ma vie
O vos preĭse drüerie" (128-130)

15Il y a là comme un écho et il faut bien considérer que l'élément péjoratif qu'apportait dans le cas précédent la référence à la notion de vilanie est exprimé, dans le second cas, par le contexte, évidemment, mais surtout par le fait que, dans le sein de l'expression "prendre drüerie", sa liaison avec le verbe "prendre" aboutit, pour le substantif "drüerie", à une restriction de son champ sémantique à une seule acception, la plus réaliste. C'est ce même processus qui joue, dans le français moderne, pour le mot "amour" quand il se retrouve associé au verbe "faire"… Il est d'ailleurs intéressant de constater que, lorsque le contexte n'est pas, par lui-même, suffisamment éclairant, Béroul accompagne cette même expression "prendre drüerie" d'une indication circonstancielle qui suffit à combler cette lacune en restituant le climat d'une scène ou d'une action. Prisonnier de Marc et de ses barons, Tristan demande au roi la grâce d'Iseut, puis propose de rencontrer en champ clos quiconque oserait prétendre

"Que pris eüse drüerie
O la roïne par folie" (801-802).

16Et quand l'ermite Ogrin reprend à son compte cette proposition d'"escondit", c'est tout naturellement que Béroul le fait s'exprimer d'une manière tout à fait voisine :

"N'i avroit fort, sage ne lort,
S'il veut dire qu'en Vilanie
Eüsiez prise drüerie" (2366-2368).

17Le rapprochement de ces deux textes est frappant. "Folie", "Vilanie"… En vérité, la circonstance que ces deux termes sont chargés d'exprimer - cause ? manière ? les deux réunies ? - est moins importante que les mots eux-mêmes et les notions, au demeurant fort voisines, qu'ils traduisent. Ils sont la parfaite illustration de ce que Marc et la plupart de ses barons reprochent aux deux amants :

"Li rois pense que par folie,
Sire Tristran, vos aie amé ; " (20-21)

18accusation qui, sous cette forme, est jugée inacceptable par Tristan et Iseut. Ils revendiquent leur "drüerie", ils ne reconnaissent pas qu'ils ont "pris drüerie", surtout pas "par folie" et "en vilanie"…

19La seconde expression, "avoir drüerie", a une valeur très voisine de "prendre drüerie". On ne la rencontre, certes, que deux fois dans le roman, mais l'étroite parenté des deux emplois n'est pas le fait du hasard et permet de tirer d'intéressantes conclusions. Au moment de lui rendre Iseut, Tristan adresse une requête à Marc. Qu'il veuille bien lui permettre de se justifier et de prouver ainsi

"C'onques o lié n'oi drüerie,
Ne ele o moi, jor de ma vie. " (2857-2858)

20Un peu plus tard, ce sont les trois barons félons qui réclament à Marc l'escondit de la reine, ainsi prouvera-t-elle

"Qu'o Tristran n'ot sa drüerie" (3048).

21On remarquera d'abord, bien que la chose semble naturelle, que l'expression "avoir drüerie" est toujours renforcée par un complément d'accompagnement. C'était souvent le cas pour l'expression précédente et c'est une première indication utile, dans la mesure où elle suggère déjà la référence à une action commune dont l'unité ne se substitue pas à l'identité propre de chacun des actants. Plus importante est l'insistance que met l'auteur à souligner le caractère très individualisé de la notion ainsi exprimée. Dans le premier cas, cet effort d'insistance est confié à un redoublement expressif de la formule "o lié n'oi, ne ele o moi". Il y a ici intention de signifier une réciprocité, c'est-à-dire la conjonction de deux démarches également libres et individuelles. Dans le second cas, l'emploi, inhabituel du possessif : "ot sa drüerie" permet à l'auteur, par stricte référence à un individu auquel la notion de "drüerie" appartient en propre, de mettre l'accent sur l'idée d'initiative et de responsabilité individuelles. C'est la preuve que pour Béroul, sinon pour les barons, la "drüerie" ne désigne pas un acte qui, par définition et surtout en la circonstance, est nécessairement commun à deux personnes, mais un sentiment qui, pour être partagé, n'en est pas moins, en son fond, la propriété d'un individu. Qu'il y ait, sur ce point comme sur beaucoup d'autres - et, cette fois au niveau même du vocabulaire - une réelle incompréhension entre les amants et le reste de la cour que représentent les barons paraît très probable. Il n'en est pas moins évident qu'ils sont, les uns et les autres, d'acord pour condamner le fait d'"avoir drüerie". Tristan et Iseut se défendent farouchement d'avoir jamais commis une telle faute et, pour les barons, la chose n'est qu'un avatar de la folie :

"Se la roïne a esté fole,
El n'en fist onques escondit" (3042-3043).

22C'est donc bien, en l'occurrence, à une nouvelle utilisation franchement péjorative du terme de "drüerie" que nous avons affaire…

23Il est encore un emploi de "drüerie" que nous devons analyser avant d'esquisser une conclusion. Nous permettra-t-il de clarifier le débat ?

24Il est vrai qu'il semble, au premier abord du moins, fort différent de tous les autres. Tel a bien dû être, au demeurant, le sentiment de Lucien Foulet et de Mario Roques lorsqu'ils l'ont retenu, lui seul, pour prendre place dans le glossaire de leur édition : "drüerie 2687, présent d'amour". C'est, en effet, le seul exemple, dans le texte, de l'emploi de "drüerie" avec une valeur concrète. L'heure de vérité a sonné pour les amants qui vont se séparer et cette séparation qu'il avait jusque là envisagée avec une grande sérénité, apparaît brusquement à Tristan sous son vrai jour : un déchirement. C'est ce que traduit Béroul, dans une exclamation à la sobriété déjà toute racinienne :

"Dex ! - dist Tristan - quel departie ! " (2681)

25Un seul geste peut atténuer cette douleur :

"Ge vos dorrai ma drüerie,
Vos-moi la vostre, bele amie" (2687-2688)

26Cette "drüerie" que les amants vont échanger, c'est beaucoup plus qu'un "présent d'amour". C'est un authentique symbole, au sens le plus plein du terme, le plus proche de son étymologie. La valeur du présent n'est pas dans le présent lui-même, elle est dans tout ce qu'il symbolise. Iseut a promis à Tristan de lui donner son anneau "par fine amor" (2722). Elle lui demande alors de lui faire don de son chien Husdent.

"Et il respont : La moie amie,
Husdent vos doins par drüerie" (2725-2726)

27Ainsi donc, à quelques vers d'intervalle et dans un même contexte, "drüerie" prend successivement une valeur concrète et une valeur abstraite. C'est un cheminement inverse de celui qu'a suivi, sémantiquement, le mot. Au départ, la "drüerie" est bien ce sentiment de tendre affection que nous avons précédemment relevé. Elle est, ensuite, le don d'un objet, geste éminemment symbolique, puis cet objet lui-même, chargé d'exprimer concrètement ce sentiment et dont la présence, toujours visible, assurera dans le coeur de l'autre la pérennité du souvenir de celui qui est loin. C'est exactement cette évolution qu'a connue, exemple parmi d'autres, le mot "faveur"…

28Au terme de cette enquête, deux séries de remarques peuvent être faites. Les unes sur un plan synchronèque : peut-on espérer voir apparaître, derrière cette série de photographies successives, une espèce de portrait-robot du mot ? Les autres sur un plan diachronique : peut-on trouver, dans la situation du mot et dans sa "grandeur", les causes de sa décadence et de sa disparition ? Il serait évidemment abusif et de bien mauvaise méthode de prétendre faire l'histoire d'un mot en partant d'un seul texte. Il est, en revanche, parfaitement judicieux de profiter de la nécessaire cohérence interne que revêt l'emploi d'un mot à l'intérieur d'une œuvre littéraire donnée pour le saisir, vivant ses diverses acceptions…

29Une rapide confrontation des exemples analysés peut, semble-t-il, nous conduire à admettre que l'intention fondamentale d'où procède l'emploi des termes "dru" et "drüerie" est à trouver dans le désir de chercher à traduire un sentiment qui se définit à la fois par sa nature : la tendresse et sa coloration : une certaine délicatesse. A ce stade, le mot est tout à fait exemplaire et représentatif de l'éthique courtoise. Mais il faut voir aussi que le lexicologue, à la différence du chimiste, ne se satisfait pas d'avoir isolé un élément réduit "à l'état pur" ; il doit aussitôt le replonger dans la réalité sociale qui l'entoure et qui l'imprègne. Un terme comme "drüerie" était, en effet, exposé à subir une nécessaire dégradation pour deux raisons, différentes, certes, mais complémentaires et conjointes dans leur action. Exprimant un sentiment, et, qui plus est, un sentiment subtil et nuancé, il était appelé, dans une société encore peu rompue au maniement des abstractions en ce domaine, à subir des transpositions dans le mode du concret. Nous en avons vu deux exemples : la "drüerie", c'est le cadeau symbolique et délicat (et cette analyse reste valable, même si l'on veut donner une signification sexuelle au don de son anneau par Iseut) ; c'est aussi l'acte sexuel dans ce qu'il a de plus réaliste et, aux yeux de certains, de plus choquant. Cette seconde acception a suffi à figer des expressions comme "prendre drüerie" ou "avoir drüerie". Sinon on pourrait légitimement s'étonner de voir Tristan et Iseut échanger une "drüerie", mais se défendre avec la dernière énergie d'avoir "pris drüerie"… Le risque de confusion à propos de la notion de "drüerie" était d'autant plus réel que, dans l'esprit des contemporains de Béroul, la conception même des rapports amoureux était plus diverse. Pour certains, en effet, le problème est d'abord posé en fonction de la place et du rôle que tient chacun dans la société. C'est en termes de rapports sociaux que, pour la plupart des barons de la cour, se juge la liaison entre Tristan et Iseut et le sentiment que Marc lui-même ressent avec le plus d'acuité, quand lui est révélée la trahison de sa femme et de son neveu, ce n'est ni la déception, ni l'amertume, ni la banale souffrance, c'est la honte. Que le nain Frocin le fasse monter dans un arbre pour surprendre une conversation innocente entre toutes ou que sa femme le trompe, c'est tout un. "Il ne me pout plus ahonter", dit-il du nain (v.268), à quoi répond comme en écho l'autre exclamation : "Mot me mervel que mes niés ma vergonde ait quise" (v. 628-629). Cette référence à la honte, sentiment par excellence de la vie en société dans une affaire qui est, au premier chef, personnelle, même si un roi n'a pas le même droit à une vie privée que n'importe lequel de ses sujets, n'est pas, au demeurant, le propre de Marc. Lorsque, dans La Mort le Roi Artu, Agravain révèle à Arthur le renouveau de la liaison entre Guenièvre et Lancelot, c'est la référence à la honte qui va s'abattre sur lui que le roi ressent comme le seul argument décisif "Ma honte ? fet li rois, va donc la chose si haut que ma honte i est ? " (édition Frappier, p.5)… Il est, en la circonstance, facile de comprendre que, dans un tel contexte social et avec l'état d'esprit à peu près général qui en découle, ce que l'on retient de la notion de "drüerie", c'est sa manifestation apparente, celle que l'on juge sur les actes qui sont accomplis, et non sa réalité profonde, fondée sur la nature du sentiment éprouvé. En fin de compte, les termes de "dru" et "drüerie" prennent, selon la personnalité de celui qui les emploie, des acceptions très différentes, parfois franchement inconciliables. Cette incompréhension réciproque est beaucoup plus qu'une simple affaire de vocabulaire, c'est l'affrontement, encore feutré, entre deux conceptions de la vie…

30Les deux lignes de force entre lesquelles se répartissent les emplois de "dru" et "drùerie" dans le texte de Béroul se retrouvent dans toute la littérature médiévale. La "drue" des fabliaux, rouée et gouluement sensuelle, n'a guère en commun avec la "drue" des récits courtois, rêveuse et délicatement sensible, que son nom. Certes, l'appellation est commode pour les auteurs qui y voient d'abord un synonyme de jeune fille ou jeune femme amoureuse - une variante plutôt -et qui sont, ensuite, d'autant plus libres pour prêter au personnage un comportement ou une mentalité de leur choix que le mot lui-même n'impose aucune rigueur en la matière. Mais la facilité pour les auteurs était souvent source de difficultés pour les lecteurs et c'est, finalement, le mot lui-même qui a disparu de l'usage. Son ambiguïté fondamentale le mettait en position de trop grande infériorité dans la concurrence que lui faisaient d'autres termes de sens voisin et dont les prétentions plus limitées s'assortissaient d'une claire définition. Il reste cependant dans l'histoire de notre langue comme un témoin, assez bavard pour permettre à un lecteur moderne de pénétrer plus avant dans la mentalité de nos ancêtres, assez discret pour nous avoir permis le plaisir de le faire, l'espace d'un instant, renaître de ses cendres…

Auteur

Université de Lyon II

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540