Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Les Livres de Merlin

Larry S. Crist

Texte intégral

  • 1 Voir Jean Frappier, Les chansons de geste du cycle de Guillaume, I (Paris, S.E.D.E.S., 1955), ch. (...)
  • 2 Voir notre section, "Étude sur Saladin", in Robert F. Cook et Larry S. Crist, Le Deuxième Cycle de (...)

1Le treizième siècle voit le premier grand développement de cycles de la littérature française. On y assemble en manuscrits cycliques les chansons de la famille de Guillaume d'Orange1 et on constitue une histoire épique de la Croisade2. Ces deux cycles sont en vers ; mais le cycle le plus célèbre, celui du Graal, est en prose. C'est le premier chef-d'œuvre en prose du moyen âge français.

  • 3 En disant "cycle" tout court, je ne postule nullement l'existence d'un proto-cycle dont les trois (...)
  • 4 Pour l'étude de ces "états", on se repportera en premier lieu à Arthurian Literature in the Middle (...)

2Ce cycle se présente en trois états3. Le premier est une mise en prose du Joseph de Robert de Boron, avec un Merlin suivi d'un Perceval et d'une courte Mort Artu. Le Merlin de cet état n'ayant pas encore été édité, je le laisse de côté4.

  • 5 Edition non critique et non ponctuée par H. Oskar Sommer, The Vulgate Version of the Arthurian Rom (...)

3L'état le plus long et le mieux connu, le seul à avoir été édité en entier, est la "vulgate". Il comporte cinq branches, dont les plus originales ont été les premières à être mises en cycle : le Lancelot propre, la Queste del saint Graal et la Mort Artu. En préface à ces branches a été ajoutée une version amplifiée du Joseph de Robert de Boron (connue sous le titre de l'Estoire del saint Graal) et le Merlin, avec une longue suite "historique" pour faire la transition entre le Merlin propre et le Lancelot5.

  • 6 Voir, in Arth. Lit., le ch. 24, pp. 325-35, Fanni Bogdanow, "The Suite du Merlin and the Post-Vulg (...)

4Le dernier état (avant la version de Malory) a longtemps porté le titre de cycle du pseudo-Robert de Boron. Il comporte une version du Joseph et du Merlin, avec, comme dans la vulgate, une longue suite, "romanesque" cette fois, qui relie le Merlin directement à la Queste ; il n'y a donc pas de Lancelot. J'utilise le titre de Roman du Graal que Fanni Bogdanow a proposé dans son étude détaillée de cet état6.

  • 7 Cette œuvre, mise en prose à partir du texte de Robert de Boron (à moins que ce n'en soit simpleme (...)
  • 8 Il s'agit ensuite (dans le développement de 1'"histoire" de la Table Ronde) d'une chevalerie toute (...)

5Le Mer1in occupe clairement la place centrale dans la constitution de ces différentes formes du cycle (ou tout simplement de ces cycles)7. Ce texte raconte l'avènement d'Arthur ainsi que l'établissement de la chevalerie de la Table Ronde. Il sert de transition entre les origines du Graal (table de la Cène, table du Graal) et les aventures des chevaliers de la troisième table ronde, table qui appartient à Arthur dans les deux suites du Merlin8.

6Et, à y regarder d'un peu plus près - comme je me propose de le faire - on peut s'apercevoir que le Merlin occupe la place centrale dans l'activité d'écriture du cycle. Il s'agit bien entendu, d'écriture textuelle, où le texte raconte comment les aventures du Graal et de la Table Ronde sont passées d'activité "historique" (fictive) à une entité écrite (documentaire).

  • 9 Définition, par rapport à "énonciation", dans Roman Jakobson, Essai de linguistique générale (Edit (...)
  • 10 Cet article était, dans son premier état, une réponse à une communication de R. Howard Bloch, "Mer (...)
  • 11 Références (Merlin-Huth [Roman du Graal] Vulgate [vol. 2]) : 1.1 I, 31-33/19-20 ; 1.2 I, 47-48/27- (...)

7Dans l'énoncé9 du Merlin il y a trois livres écrits10, trois livres dont la composition accompagne le déroulement des événements du récit ; j'ai essayé de montrer leurs relations sur le schéma suivant11 :

81. D'abord, il y a le livre des origines du Graal et de Merlin, qui contient aussi l'histoire des règnes merveilleux de Pendragon et d'Uter (pendragon) (1.1). Merlin le fait écrire à son "maître" Biaise (il le lui dicte). C'est là un récit du passé par rapport au règne d'Arthur, et en grande partie même passé par rapport aux rois patronnés par Merlin. De temps à autre Merlin revient à Biaise, soit en Northumber-land, soit plus tard à Camaaloth, pour lui raconter et faire écrire les aventures arrivées à la cour de ces trois rois (1.2). A ces endroits-là c'est un récit du présent. Enfin, il fait écrire

"grant partie des choses qui sont a avenir, si que cil ot son livre bien ordené et auques menés à fin anchois que Merlins se partesist de la grant Bertaigne. (II, 139) (1.3).

9C'est donc un récit du futur. Le livre de Biaise sera d'abord histoire, ensuite chronique. finalement prophétie (récit du "destin"). Il a un but :

" [M]aintes gens qui orront che livre que tu feras en seront millour, et s'en garderont de pechier…" (I, 31/Vul., 2,18).

10La fin de ce premier livre est liée avec la disparition - en quelque sorte la mort - de Merlin : il part de la grands Bretagne avec Nivène/Viviane, charmante chasseresse qu'il a rencontrée et à qui il s'intéresse fort. Il l'accompagne sur le continent où, arrivés au lac de Diane, il lui raconte l'histoire de cette patronne de la chasse et de Faunus ; puis il revient avec elle pour se laisser enchanter, par des tours que lui-même lui a enseignés, et emprisonner au tombeau. Le récit (l'activité récitante) de Merlin terminé, sa propre histoire finit, faute de sa part d'avoir compris une histoire qu'il a lui-même racontée. D'autre part, c'est à cet endroit qu'a lieu la dernière mention de Biaise et de son activité scriptorielle (II, 139-40/Vul., 2, 451).

112. Le deuxième livre, bien que ce soit un livre "de" Merlin, n'est ni fait par lui ni fait selon son plan. Il est écrit à la demande du roi Pendragon. A la suite du rapport d'une des prophéties de Merlin,

"dist li rois et tout cil qui l'oirent que nus
n'est si sages comme Merlins est. Et disent que
il ne li orront jamais dire chose qui avenir doive
que il ne metent en escrit. Ensi l'ont devisé.
[Ensi fu conmenciés uns livre que on apelle par
nom le livre des prophecies Merlin, de] chou que
il dist des rois d'Engleterre et de toutes les
autres choses dont il parla puis. Et pour chou ne
dist pas chis livres qui Merlins est ne dont il vint,
qu'il ne metoient en escrit fors que chou que
il disoit (I, 85/Vul., 2, 48).

12En réponse à une question de Biaise, Merlin explique que le livre du roi ne ressemblera pas à celui du preudhomme (Biaise) car les scribes du roi"

"ne meteront en escrit se che non que il porront connoistre dusques il soit avenu" (I, 86/Vul., 2, 48),

  • 12 Ce qui n'est pas sans nous rappeler ce que dit Marie de France dans le prologue de ses Lais.

13c'est-à-dire ce dont ils ne pourront avoir une connaissance expérimentale. C'est donc un livre du futur. Il n'a un sens que par rapport à une vérification future. Il dit ce qui arrivera pendant le règne d'Arthur, futur par rapport à sa transcription par les scribes, passé par rapport à ceux qui viendront après et pour qui le livre de Biaise est écrit12. Ce livre est donc en partie parallèle à celui de Merlin-Biaise, et prend sa valeur - et sa véridicité - par rapport à leur livre (je reviendrai sur ce point plus loin).

143. Le troisième livre, celui des scribes royaux, existe dans les deux cycles, non dans le Merlin propre (Robert de Boron), mais dans les suites ; on trouve ici une différence d'une certaine importance entre les cycles et qui aide un peu à les comprendre dans leur particularité. Pour y voir clair il faut reprendre les choses un peu plus haut dans le récit. Le Merlin propre dans les deux cycles montre l'établissement de la Table Ronde par Uterpendragon, suivant une proposition de Merlin (I, 94-98/Vul.,2, 54-56) ; mais seule la suite Huth (Suite du Merlin, Roman du Graal, suite "romanesque") montre également son nouvel établissement par Arthur, qui la reprend à son futur beau-père Leodagan, lequel l'avait héritée d'Uterpendragon (II, 62-68). Tout de suite après, Arthur épouse Guenièvre, puis suit une aventure de Gauvain. Lorsque celui-ci revient à la cour, Merlin ordonne à Arthur de faire écrire un livre (Merlin le lui fait faire écrire donc), pour préserver les aventures de ce "roi aventureus", nom qu'il donne à Arthur. Ce livre sera une suite d'enquêtes qui seront menées, ou plûtôt de dépositions qui seront prises, sous serment, une à une après que chaque chevalier du roi sera revenu d'une aventure. C'est essentiellement un récit du présent du règne d'Arthur, destiné à "nostre hoir" (et remarquons ce possessif qu'utilise Merlin), donc à être un récit du passé - c'est pour un passé à venir.

  • 13 Il n'est donc pas tout à fait juste de dire, à propos du Merlin du cycle de la vulgate, avec sa su (...)

15La suite de la vulgate ne montre pas Arthur établissant la Table Ronde13 ; il n'y est même pas question de la table physique. Au tournoi qui suit le mariage d'Arthur et de Guenièvre (2, 302), les chevaliers de la Table Ronde (chevaliers de Leodagan ; 2, 217), s'opposent à Gauvain (2, 303) ; ce n'est qu'après une série de combats plus ou moins déloyaux de leur part qu'ils sont matés, se repentent, demandent pardon à Gauvain, à la suite de quoi le neveu d'Arthur devient "sires et maistres et compaignons" de la Table Ronde (2, 334). Au milieu des affrontements entre Gauvain et ses compagnons et les chevaliers de la Table Ronde, Arthur tient sa première cour après son mariage (2, 319), au cours de laquelle il jure de ne jamais se mettre à table pour manger avant d'entendre raconter une aventure. Gauvain et ses chevaliers demandent à la reine de les accepter comme ses chevaliers ; elle consent et ils s'appelleront désormais "les chevaliers à la reine Guenievre". Gauvain décide alors que les chevaliers raconteront leurs aventures sous serment à chaque retour à la cour. Le roi accepte cette proposition ; la reine établit quatre clercs pour transcrire les aventures.

16Cette différence entre les deux cycles ici - ou du moins entre les deux suites du Merlin - permet quelques remarques d'une portée plus grande :

  • 14 Le Didot-Perceval, s'il ne montre pas Arthur prenant la Table de Leodagan, le montre quand même ét (...)

171. Le cycle du Roman du Graal - qui ne comporte pas, rappelons-le, de Lancelot - s'intéresse au Graal et à la chevalerie comme service du Graal ; celui-ci disparu, disparaît aussi la chevalerie. C'est Merlin qui propose les enquêtes et Arthur qui les ordonne, établissant cinquante scribes pour les transcrire ; il s'agit d'une activité très officielle et liée fortement à la Table Ronde : par celui qui l'a fait établir, par celui qui y préside, par ceux qui y appartiennent14.

  • 15 Ces remarques concordent tout à fait avec la conclusion du livre de Fanni Bogdanow, The Romance of (...)

18Le cycle de la vulgate s'intéresse davantage à la chevalerie aventureuse ; il s'occupe bien plus aussi de la chevalerie comme service des dames, dont le plus frappant symbole est le service que Lancelot rend à Guenièvre. C'est le galant Gauvain qui propose les enquêtes et c'est la reine, dont il est devenu le chevalier avant d'être celui de la Table Ronde, qui ordonne à quatre scribes d'écrire les aventures des chevaliers, La Table Ronde est presque absente de cette activité, et partant le Graal. Ce serait une indication de l'importance principale du Lancelot propre dans ce cycle, comme l'est d'ailleurs sa place dans le cycle, puisqu'il occupe la moitié des pages15.

19Récapitulons :

20MERLIN - remémore le passé à Blaise et le lui fait écrire ;

21MERLIN - raconte le "présent" des trois rois à Blaise, et le lui fait écrire ;

22MERLIN r. du Gr. - fait faire écrire le "présent" de son propre règne à Arthur, à la reine, qui le fait écrire à quatre scribes ;

23GAUVAIN vulgate – fait faire écrire le "présent" du règne d’Arthur à la reine, qui le fait écrire à quatre scribes ;

24MERLIN – prédit le futur, mais c’est Uterpendragon qui le fait écrire.

25Dans toute cette activité de transcription de faits passés ou à venir, seul le livre de Merlin Biaise rassemble les trois temps :

  • 16 Il y a une référence à un autre écrit, celui-la déjà "constitué", dans l'énoncé : il a été donné à (...)

26Merlin connaît les aventures qu'il fait écrire à Biaise, tandis que les aventures qu'Arthur ou la reine font écrire, ils doivent les apprendre des dépositions faites par les chevaliers sous la foi du serment. Quant au deuxième livre, le roi Uterpendragon ne peut pas en connaître les aventures, car il s'agit de prophéties ; il doit y croire non sur la base de la foi jurée et du témoignage verbal, mais sur la base d'autres prophéties déjà réalisées16.

27Restent pourtant deux problèmes :

  1. Merlin prévoit qu'il sera recherché pour être tué et en fait part à Biaise, ajoutant qu'en le voyant, ses ennemis abandonneront leur projet funeste ; le prophète partira pourtant avec eux et Biaise s'en ira chez les gens du Graal (I, 32/Vul., 2, 19). Quand ces ennemis arrivent, Merlin redit à Biaise qu'il ira, son livre terminé, chez les gardiens du Graal, mais qu'auparavant il demeurera en Northumberland, où Merlin lui rendra souvent visite pour raconter les aventures (I, 46-48/Vul., 2, 27). Pourtant, Merlin est enchanté par Nivène/Viviane sans qu'il soit jamais fait mention d'un départ de Biaise, et après la disparition de Merlin, Biaise disparaît (du récit) aussi. Faut-il considérer cette inconséquence comme une prophétie non remplie/fausse/avortée de Merlin ? Si oui, ce serait la seule fois qu'a lieu un tel non-accomplis-sement, et en ce cas, ce manque mettrait en question tout le livre des prophéties.
  2. Plus complexe : Biaise sera chez les gens du Graal, prédit Merlin - et ici il faut citer in extenso :

" [T]ous jours mais sera ta painne et tes livres retrais et volentiers ois de toutes gens. Mais il ne sera pas en auctorité, pour chou que tu n'es pas ne ne pues estre des apostles. Ne li apostle ne misent onques riens en escrit de nostre signeur que il n'eussent veu et oi, et tu n'i mes riens que tu aies veu et oi d'autrui que de moi.
Et ensi comme je sui oscurs et serai enviers chiaus ou je me vaurrai esclairier, ensi sera tous li livres celés, et peu avenra que ja nus en face bonté. Et tu l'en porteras quand je m'en irai avoec chiaus qui me verront querre. Si sera Joseph [et li livres des lignies que je t'ai amenteues] avec le tien et le mien ; et tu auras ta painne finee et tu seras teuls comme tu dois estre en lour com-paignie ; lors si assamblera tes livres au sien, si sera bien la chose prouvée de ma painne et de la toie. Ensi en avront mierchi, si iaus plaist. Et il proieront nostre signour pour nous. Et quand li doi livre seront assamblé, si i avra un bel livre. Et li doi seront une meesme chose fors tant que je ne puis dire, ne drois n'est, les privees paroles de Joseph et de Jesucrist (I, 32-33/Vul., 2, 19-20).

28Il semblerait d'après ce passage qu'il y ait trois livres : un de Joseph et de sa lignée, un de Merlin et un de Biaise. Or, en fait, ces livres se réduisent à un seul, dont nous avons parlé plus haut, et qui rassemble les trois temps. Le livre de Joseph n'est pas par lui, mais est à son sujet (c'est son histoire). C'est le livre des origines, raconté par Merlin à Biaise au début de son travail de transcripteur ; c'est pourquoi Merlin peut l'appeler "le mien". Ce que Merlin appelle "ton livre", un livre "par" Biaise, c'est la partie de leur livre "commun" dictée au fur et à mesure par Merlin, où Biaise transcrit les aventures des chevaliers bretons et où également il met par écrit les prophéties que Merlin lui rapporte (prophéties recueillies aussi dans le livre commencé par Pendragon ou prophéties faites seulement devant Biaise).

29La réunion et l'accord de ces "doi livre", le premier traitant du passé, le second du présent et du futur, serviront à convaincre les gens du Graal que le livre de Biaise, bien que ce ne soit pas le rapport d'un témoin direct, possède l'autorité d'un livre d'"apostel". la réalisation des prophéties rapportées dans la seconde partie donnera crédence au récit des aventures des rois ; c'est ainsi que le livre "se prouvera".

30Pour résumer : il y a donc dans l'énoncé du Merlin mention de trois sortes d'activité d'écriture :

  1. La transcription des paroles prophétiques de Merlin, paroles qui racontent des événements non encore arrivés au moment de leur mise par écrit. Seul le temps en apportera la véridiction. Mais la décision de transcrire ces paroles a été prise parce que des prophéties de Merlin dans le passé s'étaient réalisées.
  2. La transcription "officielle" des aventures des chevaliers, qui doivent les raconter sous serment à des scribes spécialisés. C'est ici à proprement dire le livre d'enquêtes/dépositions. Dans la logique des deux cycles, c'est cette activité inquisitoriale qui produira les livres qui suivent le Merlin17.
  3. La transcription "privée" par un secrétaire spécial, preudhomme et "dans toute l'œuvre… le seul prêtre qui paraisse en tant que tel"18, des événements passés, des événements arrivés au cours des règnes des trois rois, des événements à venir, surtout au cours du règne du troisième (et dernier) roi, Arthur.

31La prédiction que Biaise ira chez les gens du Graal n'est pas rapporté dans le livre des prophéties, mais dans un récit, celui du livre de Merlin, le livre réel dont nous possédons deux éditions ; et ce livre-ci ressemble d'ailleurs au livre de Merlin-Biaise (à partir de 1'engendrement de Merlin) (n° 3). Mais, comme je l'ai déjà souligné, les gens du Graal ne reçoivent jamais le texte transcrit par Biaise, ce qui met en question la façon dont tout lecteur - ancien ou moderne - doit recevoir le Merlin.

  • 19 Concept développé par Jacques Derrida - et par ceux qui le suivent - et que je ne peux pas (faute (...)

32Sans vouloir déclarer que 1'"auteur" de Merlin pratique lui-même la déconstruction19, je ne crois pas non plus qu'il s'agit ici d'une simple inconséquence, mais qu'il s'agit plutôt d'une façon de miner le texte et de souligner son caractère de fiction. Il s'agirait d'anticiper la fin du cycle (déjà écrit avant notre Merlin), la chute/faillite du royaume de Logres, en montrant la faillite du vrai fondateur du règne le plus brillant, la faillite de celui qui en a fait "écrire" la pré-histoire et l'histoire. Scripta manent sans doute, mais il est également vrai que la lettre tue.

Notes

1 Voir Jean Frappier, Les chansons de geste du cycle de Guillaume, I (Paris, S.E.D.E.S., 1955), ch. I, pp. 42-58 ; et Madeleine Tyssens, La geste de Guillaume dans les manuscrits cycliques ; Bibl. de la Fac. de Phil. et Lettres de l'Univ. de Liège, 178 (Paris : Les Belles Lettres, 1967), pp. 329, 377, 407, 413.

2 Voir notre section, "Étude sur Saladin", in Robert F. Cook et Larry S. Crist, Le Deuxième Cycle de la Croisade : Deux études sur son développement ; PRF, 120 (Genève : Librairie Droz, 1972), II : Les Cycles de la Croisade, A : Le premier cycle, pp. 78-82 ; et Geoffrey M. Myers, "The Manuscripts of the Cycle", in The Old French Cru-sade Cycle. Gen. Edd. Jan A. Nelson, Emanuel J. Mickel, vol. 1 (University, Alabama : University of Alabama Press, 1977), pp. xii-lxxxviii.

3 En disant "cycle" tout court, je ne postule nullement l'existence d'un proto-cycle dont les trois "états" dériveraient. Il s'agit plutôt d'un cycle abstrait, distillation des trois entités réelles que nous possédons ; ilcomporte quatre parties : 1. un récit des origines du Graal ; 2. un Merlin - la Table Ronde en Logres ; 3. une quête du Graal ; A. une Mort Artu - fin de Logres.

4 Pour l'étude de ces "états", on se repportera en premier lieu à Arthurian Literature in the Middle Ages : A Collaborative History, ed. by Roger Sherman Loomis (Oxford : at the Clarendon Press, 1959). Ici, voir pp. 251-62, ch. 19, Pierre Le Gentil, "The Work of Robert de Boron and the Didot Perceval ". Edition des 4018 vers de Robertvde Boron, Le Roman de l'estoire dou Graal, par William A. Nitze ; CFMA, 5 (Paris : Champion, 1927) ; ce sont les 3514 vers du Joseph, les 502 vers du début du Merlin (tout ce qui en subsiste) étant donnés en appendice, pp. 126-30. Edition (d'un seul ms.) du Joseph en prose par William Roach, in RPh, 9 (1956), 313-42. Edition et longue étude, par William Roach : The Didot Perceval…(Philadelphia : Univ. of Pennsylvania Press, 1941).

5 Edition non critique et non ponctuée par H. Oskar Sommer, The Vulgate Version of the Arthurian Romances, 7 vols. : 1, L'estoire de Merlin (1908) ; 3-4-5, Le Livre de Lancel ot del Lac (1911-12-13) ; 6, Les aventures ou la queste del saint Graal (pp. 8-199), La Mort le roi Artu (pp. 203-391) (1913) 7, Supplément, Le Livre d'Artus (autre suite du Merlin, contenue dans un seul ms.) (1913) (Washigton : The Carnegie Institution of Wash.). Voir, in Arth. Lit., les chapitres 22, Jean Frappier, "The Vulgate Cycle", pp. 295-318, et 23, Alexandre Micha, "The Vulgate Merlin", pp. 319-324. Le titre de Lancelot-Graal, utilisé par Ferdinand Lot Etude sur le Lancelot en prose ; BEHE, 226 (Paris : Champion, 1918), pp. 4, n.3, et 7, exclut le Merlin. Quant au titre Lancelot en prose, il s'applique au noyau Lancelot propre (les vols. 3-4-5 de Sommer), Queste, Mort Artu ; voir Jean Frappier, Etude sur la Mort le roi Artu… ; Seconde éd…. ; PRF, 70 (Genève : Droz, 1968), Appendice, "Genèse et unité de structure du Lancelot en prose (Essai de mise au point), p. 440. Dans les citations tirées de l'éd. Sommer, j'ai ajouté la ponctuation.

6 Voir, in Arth. Lit., le ch. 24, pp. 325-35, Fanni Bogdanow, "The Suite du Merlin and the Post-Vulgate Roman du Graal", et, de la même, The Romance of the Grail : A Study of the Structure and Genesis of a Thirteenth-Century Arthurian Prose Romance (Manchester : Man. University Press/ New York : Barnes & Noble, Inc., 1966).

7 Cette œuvre, mise en prose à partir du texte de Robert de Boron (à moins que ce n'en soit simplement une traduction) se trouve dans le vol. 2 de l'éd. Sommer (v. la n. 5 ci-dessus), où il occupe les pages 3-88 ; la version du Roman du Graal, Merlin : roman en prose du xiiie s., a été publiée par Gaston Paris et Jacob Ulrich ; S A T F ; 2 vols. (Paris : Firmin Didot, 1886), I, 1-146. La suite "histotique" de la vulgate se trouve dans l'éd. Sommer, 2, 88-466. L'autre, "romanesque", appelée Suite du Merlin, du ms. Huth, se trouve dans l'éd. Paris et Ulrich, I, 147-280, II [en entier], 1-254. Pour éviter toute possibilité de confusion, nous utiliserons les adjectifs "historique" et "romanesque ou parlerons de la suite vulgate et de la suite dans le Roman du Graal.

8 Il s'agit ensuite (dans le développement de 1'"histoire" de la Table Ronde) d'une chevalerie toute mondaine dans le Lancelot propre du vulgate, d'une chevalerie, spirituelle, à son apogée dans la Queste, et de la chute et ruinede la chevalerie et de la Table Ronde dans la Mort Artu.

9 Définition, par rapport à "énonciation", dans Roman Jakobson, Essai de linguistique générale (Edition de Minuit, 1963 ; repris en livre de poche : Collection Points, Editions du Seuil, 1970), ch. 17 : "Les embrayeurs, les catégories verbales et le verbe russe", pp. 176-96, surtout les pp. 181-84. Mise au point succinte in Oswald Ducrot et Tzvetan Todorov, Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage (Edition du Seuil, 1972), article "Enonciation", pp. 405-10. La classification et l'étude des livres de 1'énonciation (de Robert de Boron, d'Hélie, du "livre en latin"…) sont un autre problème, où il faudrait traiter du cycle de la vulgate en entier.

10 Cet article était, dans son premier état, une réponse à une communication de R. Howard Bloch, "Merlin and the Modes of Medieval Legal Meaning", présentée au colloque, "L'archéologie du signe" du Centre Culturel International de Cérisy, du 2 au 12 août 1977, et qui doit paraître, en français, dans les actes du colloque. Bloch part des "deux livres" de Merlin - il inclut le troisième plus loin -pour développer ses vues sur le système légal en France à l'époque du cycle de la vulgate. On verra que je ne m'attache pas à ce développement ; je note, en plus, que Bloch n'en fait pas mention dans son Medieval French Literature and the law (Berkeley/Los Angeles/London : University of Ca-lifornia Press, 1977) ; Paul Zumthor a brièvement mentionné les deux premiers livres (mes numéros 1 et 2, les mêmes dont parle Bloch en premier lieu) dans sa thèse de Genève, Merlin le prophète : un thème de la littérature polémique, de l'historiographie et des romans (Lausanne, 1943 ; ré-réimpr. Genève : Slatkine Reprints, 1973), pp. 168-70 Notons que Zumthor omet le Merlin du Didot-Perceval, pour les mêmes raisons que moi : p. 136, n. 1.

11 Références (Merlin-Huth [Roman du Graal] Vulgate [vol. 2]) : 1.1 I, 31-33/19-20 ; 1.2 I, 47-48/27-28, 61/35, 71/41, 85/48, 90/51, 98/56, 115/70, [133]/80 ; suites roman. I, 232-33, II, 139-40/hist. (vulgate) 108, 121, 179, 207, 293, 300, 315, 406-07 ; 1.3 I, 139-40 [451 : rien] ; 2 (Uterp. fait écrire les pro. Mer.) I, 85-86/48 ; 3 (Mer. commande à Arth.) 97-100/(Gauv. demande à la reine) 321.

12 Ce qui n'est pas sans nous rappeler ce que dit Marie de France dans le prologue de ses Lais.

13 Il n'est donc pas tout à fait juste de dire, à propos du Merlin du cycle de la vulgate, avec sa suite "historique", que "Everything in the Merlin converges toward the supreme event, the establishment of the Table Round", comme le fait Alexandre Micha, in Arth. Lit., p. 321.

14 Le Didot-Perceval, s'il ne montre pas Arthur prenant la Table de Leodagan, le montre quand même établissant les chevaliers ; en cela, il se rapproche bien plus du Roma n du Graal que de la vulgate ; éd. Roach, pp. 140-41.

15 Ces remarques concordent tout à fait avec la conclusion du livre de Fanni Bogdanow, The Romance of the Grail, chap. IX, "The New Arthurian", pp. 197-221.

16 Il y a une référence à un autre écrit, celui-la déjà "constitué", dans l'énoncé : il a été donné à Morgue par Merlin (mais notre texte ne dit pas par qui il a été composé) et contient le récit de la mort d'Arthur et de Gauvain (écrit qu'aucune femme ne peut voir avant l'événement sans en mourir [II, 228 ; absent de la vulgate]) ; c'est donc une Mort Artu, in nuce.

17 Rappelons que le Merlin, avec ses suites, a été ajouté (et les suites composées) après les derniers livres des cycles. La vulgate note que les aventures de Lancelot, parce qu'elles étaient très longues, ont été tianscrites séparément ("les fist le roys mettre par lui seul") (Vul., 5 [ Lancelot, 3], 191.

18 Zumthor, Merlin le prophète, p. 171.

19 Concept développé par Jacques Derrida - et par ceux qui le suivent - et que je ne peux pas (faute d'avoir lu son œuvre deux ou trois fois) examiner ici.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3702/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

Auteur

Université de Vanderhilt

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540