Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Aspects de l’ermite dans la littérature épico-romanesque des xiie et xiiie siecles

Régine Colliot

Texte intégral

  • 1 Pierre Jonin, Pages épiques du Moyen Age français. Paris 1970, tome II, pp. 274-289 et pp. 310-318
  • 2 Pierre Jonin, Les Personnages féminins dans les Romans français de Tristan au xiie siècle. Étude d (...)
  • 3 Girart de Roussillon, xiie siècle. Robert le diable fin xiie siècle. Gui de Warewic xiiie siècle. (...)

1L'ermite médiéval prend souvent dans la mémoire du lecteur un aspect monotone et ennuyeux : c'est un personnage conventionnel, à l'âme timorée, sans charité ni piété authentiques ; tel il apparaîtrait dans Berte aus grans piés, selon l'analyse de Pierre Jonin au tome II de ses Pages Epiques1 ; cependant dans sa thèse sur "Les personnages féminins dans les romans de Tristan" Pierre Jonin souligne le caractère original de l'ermite Ogrin, acheteur de parures féminines devant mettre en valeur la beauté d'Iseult, casuiste favorable aux amants et négligeant leur repentir2… En réalité l'Ermite est à la fois polymorphe et constant. S'il s'avère un des types de l'homme idéal dans la mentalité médiévale, ses origines, ses mobiles, son caractère varient d'une œuvre à l'autre ; on le constate après l'examen d'œuvres épiques ou romanesques (nous en avons retenu neuf)3 qui permettent de répondre à un certain nombre de questions le concernant.

Quelle est l'origine des ermites ? Comment le devient-on ?

  • 4 Bernard de Clairvaux, Commission d'histoire de l'ordre de Citeaux, Préface de Thomas Merton. Paris (...)

2C'est à la fin du xième et au début du xiième siècle que "la plus grande efflorescence dans la religion catholique" de la vie érémitique eut lieu en Europe, "spécialement en France, encore recouverte de ses forêts"4. Il est parfois difficile de dire de quelle classe de la société sortent les ermites, mais leur culture, leur "clergie" sont souvent signalées. L'ermite du Dolopathos est un "philosophe" et un savant

  • 5 Herbert de Paris, Le Dolopathos, édition Brunet et Montaiglon, Paris 1856, v. 254-256.

"au cel bois j vieil home avoit
Philosophe ki moult savoit ;
Moult fut de grant subtiliteit".5

3Celui de Girart de Roussillon

  • 6 Girart de Roussillon, éd. W. Mary Hackett. Paris 1953, tome II v. 7476.

"Molt fu saives de letre, tant a lescut".6

  • 7 Bernard de Clairvaux. op. cit., chap. XIV, pp. 252-253.
  • 8 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 257.

4Cette culture suppose une origine non-vilaine : certains sont d'anciens nobles ou chevaliers, ou d'anciens clercs ou moines, ou prêtres ; dans la réalité certains esprits inquiets faisaient alterner vie monacale et vie érémitique ; Conrad, fils du duc de Bavière, devenu moine Cistercien à Clairvaux, passa ensuite à Morimond… puis se dirigea vers la Palestine pour y mener la vie érémitique7. Géraud de Sales, chanoine à l'âge de vingt-cinq ans, "d'humble et pauvre chanoine, résolut de devenir ermite plus pauvre encore"8 ; ainsi l'ermite de Berte aus grans piés suit les ordres de ses "ministres" ; il fait donc, ou a fait partie d'une communauté, c'est un ancien moine

  • 9 Adenet le Roi, Berte aus grans pies, éd. Albert Henry, Oeuvres d'Adenet le Roi. Tome IV, Bruxelles (...)

"K'ainsi ont no menistre cest ordre devisé"9

  • 10 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 252.

5Peut-être appartient-il à Clairvaux ou à Citeaux, comme le prouverait sa conduite à l'égard de la femme ; "Il y eut autrefois de tels liens entre le désert et Citeaux que les nôtres, s'ils sortaient de Citeaux allaient au désert et que les ermites quittant la solitude venaient à Citeaux" écrit Sartorius en 1700 (Cistercium bis-tertium. Vetero-Pragae, tit. XXVIII10 ; Saint Bernard interdisait aux ermites les colloques avec les femmes. Celui de Robert le Diable est prêtre ; il dit la messe, remet les péchés après confession ; celui de Girart de Roussillon l'est aussi (il entend la confession et impose la pénitence), mais surtout bon conseilleur en matière de morale chrétienne ; d'autres sont seulement des chrétiens laïcs à la piété exceptionnelle : ainsi le comte Gui de Mayence, père de Doon, qui vivra plus de dix ans ermite, n'est pas prêtre ; c'est un grand aristocrate, possesseur d'un immense fief, marié et père de trois fils ; Gui de Warewic, qui finit ermite, est lui aussi marié, et fameux guerrier. L'ermite du Dolopathos semble surtout un intellectuel, amateur de solitude propice aux études, et ce qui le séduit dans sa vie isolée parait la tranquillité

  • 11 Dolopathos, op. cit., v. 257-259.

"Autre ville ne autre citeit
Por estudier ne volloit,
De clergie se traveilloit"11.

  • 12 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 251.

6Girart de Roussillon rencontre successivement deux ermites, tous deux prêtres, dans la forêt d'Ardenne, qui constituent en quelque sorte une chaîne d'accueil spirituel et matériel, car le premier adresse Girart au second ; "Il est facile de prouver les relations de plusieurs anachorètes très éloignés les uns des autres"12 ; le premier ermite vit près d'une chapelle, où Berte l'épouse de Girart va dire ses prières : curieusement il a pour fonction d'assurer la subsistance d'une demoiselle-recluse installée en ce lieu

  • 13 Girart de Roussillon, op. cit., v. 7366-7367-7369.

"Ui at passat set anz e jorz derer
Que gart une donzele en recluser…
E lia vest e conroi de quo que quer"13.

  • 14 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XVIII. Bernard et Tes Gilbertins par Francis Giraudot et Jea (...)
  • 15 Bernard de Clairvaux, op. cit. chap. XIV, p. 252.
  • 16 Bernard de Clairvaux, op. cit. chap. XIV, p. 261.

7Quand Gilbert fonda à Sempringham un petit monastère de religieuse cloitrées, il emprunta aux cisterciens l'idée d'engager des frères convers14. Cet épisode nous amène à l'existence de femmes ermites (dont on sait que Saint Bernard les blâmait et leur conseillait la vie en communauté) "On a pu parler d'ermites cisterciens des deux sexes. La récente édition de l'Hagiologium cisterciense donne quelques noms… : ceux de deux recluses : la bienheureuse Yvette et la bienheureuse Haseka"15. On possède une lettre de Bernard à une moniale de Sainte Marie de Troyes pour la dissuader de partir au désert16. Félice, comtesse de Warewic, est un jour avertie par un valet de son mari, devenu ermite dans la forêt d'Ardenne, de la mort prochaine de son époux ; celui-ci était passé incognito quelques mois avant au château, sous l'habit d'un pélerin, mais ne s'était pas fait reconnaître de Félice. Le valet lui apprend :

  • 17 Gui de Warewic, roman du xiiie siècle édité par Alfred Lwert, Paris 1933, tome II, v. 11518-11522.

"… Mult ert povre e mesaisez ;
Ore converse en cele forest,
De herbes e de racines se pest,
Mult est sainz hom, ço m'est vis,
Del saint Esperit replenis"17.

8Et il ajoute :

  • 18 Gui de Warewic, op. cit., v. 11536-11544.

"Loinz en la forest le laissai,
U il se moert en l'ermitage.
De part lui vus faz le message ;
Qu'enterrer viengez sun cors
En l'ermitage, u il est morz,
E que d'iloec nel facez porter,
Mais la le facez enterer ;
E vus après lui tost murrez,
Gueres après li ne viverez"18.

9Félice, qui attend son mari depuis longtemps, suit en toute hâte le valet dans la forêt :

  • 19 Gui de Warewic, op. cit., v. 11559-11566.

"Cum ele en l'ermitage entra,
Le cors sun seignur esgarda,
En halte voiz leva un cri,
Et il ses oilz en overi :
L'aime de lui s'en alad,
E saint Michel receu l'ad
Od grant joie e od duz chanz
Des angles…"19

10Ce suprême regard assure la succession de la vie érémitique. Félice baise la bouche, le visage, les mains et les pieds de Gui dont le corps exhale un parfum miraculeux ; malgré les efforts de 100 chevaliers on ne peut tirer la sainte dépouille de l'ermitage ; on la met dans un cercueil de marbre gris, avec de belles messes ; et Félice s'établit dans l'ermitage :

  • 20 Gui de Warewic, op. cit., v. 11614-11616.

"Tant cum ele vivre purra,
Tut dis servir i voldra
Pur sun seignur qui tant ama"20.

11Ces vers résument assez parfaitement la vie romanesque typique de l'ermite : Félice meurt 50 jours après son mari et se fait ensevelir dans son tombeau.

  • 21 Les Frères Grimm = Altdeutsche Sagen- Hamburg 1904, p. 205.

12Le personnage légendaire de Geneviève de Brabant illustre un autre exemple de femme ermite : elle le devient par nécessité, pour fuir la mort, mais s'adaptera si parfaitement à ce mode d'existence, qu'elle ne voudra jamais l'abandonner : on lit dans la version des Frères Grimm (Altdeutsche Sagen)21 : "En ce lieu elle resta six ans et trois mois. Elle se nourrissait de racines et d'herbes". Après que le comte Sifroi son époux l'a retrouvée, elle déclare : "En ce lieu, la Sainte Vierge m'a préservée des bêtes sauvages, et elle a conservé mon enfant grâce à une bête sauvage. Je ne veux pas quitter ce lieu avant qu'il lui soit consacré". On bâtit là une église, l'Église des Dames, où Geneviève sera enterrée, et où se produiront des miracles.

  • 22 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 251.
  • 23 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. III. La vocation par Jean Marilier, p. 30.

13Comment devient-on ermite ? Dans les textes médiévaux, l'ermite est présenté dans son état, et on ne donne pas de précisions souvent sur sa vocation ; il semble bien que dans la réalité, beaucoup de moines, poussés par une nostalgie inquiète, abandonnaient leur couvent pour devenir ermites, quitte à le regagner ensuite. "La cause véritable serait plus facile à chercher dans un besoin de l'âme religieuse du xième siècle : réaction d'austérité en regard du relâchement des mœurs laïques ou cléricales… désir de vie monastique intégrale… séparation plus complète du monde par la solitude et le silence", propose J. Grillon22. Ainsi vers 1091, l'abbé Robert de Molesmes s'était enfui de l'abbaye avec quelques compagnons pour se retirer dans un ermitage23. Certaines œuvres cependant retracent les circonstances de ce choix : on devient ermite parce que l'on a tué un ermite : le comte Gui de Mayence poursuit à la chasse un cerf qui se réfugie dans l'enclos d'un ermitage ; l'ermite sort et supplie le Comte d'épargner l'animal, mais le Comte acharné envoie un dard qui transperce le vieillard au cœur

  • 24 Doon de Mayence, éd. A. Pey. Anciens poètes de la France. Paris 1859 v. 81-83.

"Cuida ferir le cherf par sa trez grant fierté,
Si féri le saint homme u senestre costé,
Quer il li a le cuer ens u ventre crevé"24.

14A peine ce meurtre accompli, le comte Gui s'abîme dans le repentir, et décide de remplacer sa victime, abandonnant femme, enfants, fief et vassaux. Le nouvel ermite prend la fonction de son prédécesseur :

  • 25 Doon de Mayence, op. cit., v. 90-92.

"Il jure Damedieu, s'en a I veu voué,
Quand le serf JhesuCrist a à la mort livré,
Que en son lieu sera tous jours mes son aé, "25

15Gui de Warewic illustre aussi un cas de succession érémitique ; il a connu autrefois dans la forêt d'Ardenne un saint ermite dont le souvenir ne l'a pas quitté à travers une vie remplie d'aventures héroïques ; il veut le rejoindre, mais l'ermite est mort, l'ermitage abandonné : Gui prend alors la relève ;

  • 26 Gui de Warewic, op. cit., tome 2, v. 11421-11426.

"Quant il parvint à l'hermitage,
Qui tant ert loinz en cel boscage,
Li hermites morz esteit,
Nul home vivant n'i aveit,
Gui dunc se purpensa
Ke avant d'iloec ne s'en irra"26,

16Un ermite recrute des ermites par séduction personnelle : le fait est historiquement prouvé qu'un ermite en suscite d'autres ainsi Robert le Diable deviendra le successeur de l'ermite qui lui a octroyé la pénitence de ses crimes et refusera la main de la Princesse, fille de l'Empereur de Rome, pour vivre auprès de son bienfaiteur spirituel, lequel plaidera d'ailleurs vigoureusement en faveur de cette résolution, Robert sera d'abord ermite-adjoint, si l'on peut dire, et à la mort de son maître, continuera la fonction et mourra au même lieu. Il y a continute et transmission de la vocation. L'ermite Hélias, qui a élevé le jeune Hélias, futur Chevalier au Cygne, inspirera de bonne heure la vocation érémitique à son pupille, qui à la fin de ses aventures mondaines deviendra moine.

  • 27 Le Chevalier au cygne, édition de Reiffenberg. Bruxelles 1846, v. 991-994.

"L'iermites le quida la faire demorer
Pour siervir Jhesuscris et la messe canter ;
Car il li ot apris le vray latin parler,
Et avoit en penssé qu'il le feroit prestrer"27.

  • 28 René de Cériziers, Geneviève ou l'Innocence Reconnue. Lyon 1682, p. 166.

17On devient ermite par amour ou chagrin conjugal : c'est, on l'a vu, le cas de la comtesse de Warewic. C'est aussi celui du comte Sifroi, dans la légende de Geneviève de Brabant. Après la mort de son épouse qui n'a jamais pu s'accommoder de son retour à la vie civilisée, et qui a demandé à être enterrée dans la grotte où elle avait vécu sept ans, lui et son fils Bénoni se feront ermites dans cette même grotte, pour ne pas se séparer de Geneviève. Selon la version du Jésuite De Cériziers28, le comte fait faire à son fils qui n'a pas dix ans "un petit habit d'ermite" : le groupe familial, les vivants et la morte, se trouvera reconstitué dans la grotte-ermitage, cas extrême du passage bien connu de la vie érémitique à la vie cénobitique. On rencontre de même dans les Enfances Doon un ermite père de famille, le comte Gui, vivant avec son fils pendant de nombreuses années.

18Pratiquement, on devient ermite par un hasard providentiel : le comte Gui poursuit et tue le cerf qui le guide à l'ermitage ; l'ermite Hélias trouve par hasard dans la forêt les enfants qui vont partager sa vie

  • 29 Le Chevalier au cygne, op. cit., v. 460-461.

"En la foriest estoit uns hermites logiés
Enssy qu'il pluet a Dieu qui fu crucefyés"29

19Ces hasards sont en effet de faux hasards, et des décisions de Dieu ; l'ermite est l'élu de la Providence, et Dieu se sert de lui.

20L'ermite est traditionnellement vieux et atteint un grand âge ; car sa sagesse ne peut être que le résultat de longues années de vie ascétique, de méditation, de piété. L'ermite Hélias "a blancs les grenons" L'ermite de Girart de Roussillon

  • 30 Girart de Roussillon,. op. cit., tome II, v. 7398 et 7415.

"Tant est vielz e floriz que terre flaire…
E vent si apoiant a un bastun"30.

21Celui de Florence de Rome a plus de cent ans.

  • 31 Florence de Rome, édition Wallensköld. SATF. Paris 1907-1909, tome II, Mnscr. P. v. 3854-3855.

"Iluec ot un hermite, tot viel et tot flori,
Bien ot ilec cent ans nostre seignor servi"31.

22On vient chercher auprès de lui asile, conseils, et surtout pardon : c'est une des incarnations de la figure du Père, on le respecte, on lui obéit, on se soumet à ses pénitences. Dans la chanson de Robert le Diable, le Pape se reconnait incapable de prendre parti sur les crimes de Robert et il l'envoie à l'ermite, soumettant ainsi le pouvoir séculier religieux suprême à un pouvoir spirituel marginal, écho de la lutte réelle entre les ermites et le clergé officiel. C'est pourquoi tuer un ermite est un crime abominable, un sacrilège. Il faut être aussi brutal et endurci dans le mal que le Milon de Florence de Rome pour ne pas en éprouver de remords, au moins immédiat. Milon sera châtié de son crime, il deviendra lépreux.

***

  • 32 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 252.

23Comment la vie matérielle de l'ermite est-elle organisée dans les chansons médiévales ? L'ermite est un écologiste, qui vit en pleine nature, et de la nature, parce que la nature lui permet de réaliser parfaitement son idéal de solitude, de piété individualiste. En fait cette solitude cesse dans les actions romanesques, par nécessité du récit, mais même les historiens remarquent que l'ermite est rarement seul. Quoiqu'il en soit il s'installe toujours dans un lieu situé au coeur de la forêt : forêt de Marabunde près de Rome pour l'ermite de Robert le Diable, forêt d'Ardenne pour Gui de Mayence, Gui de Warewic, Girart de Roussillon, le Chevalier au Cygne, forêt du Mans dans Berte aus grans piés, forêt des alentours de Rome dans Florence de Rome ; l'ermite épique est traditionnellement forestier, non montagnard (ce qui ne correspond pas toujours à la réalité). Les grandes lois morales qu'il observe sont la chasteté et la sobriété, l'ascétisme, le travail, la solitude et le silence (elles ne sont guère différentes de celles des communautés monastiques). "Tout devait contribuer à rapprocher les moines de Citeaux des ermites : même esprit (de solitude), même austérité, même pauvreté, même travail manuel"32. L'ermite de Florence de Rome n'a pas vu d'homme ni de femme depuis sept ans

  • 33 Florence de Rome, op. cit. tome II. Mnscr P. v. 3869-70.

"Hé Deus, dist le hermites, con belle gent a si !
Il a passé set ans que mes home ne vi"33.

  • 34 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 255.

24Celui de "Berte" est très étonné d'une visite, et pense que l'arrivante est un fantasme diabolique. Il n'ouvre qu'un "huisset". Quand on aborde l'ermite de Robert le Diable il ne faut pas élever la voix, et frapper trois coups discrets du maillet de la porte : tel est le cérémonial, et l'ermite ne répond qu'à ce signe. Cependant Gui de Warewic garde auprès de lui un valet, et se procure les services d'un prêtre. Robert devient le disciple de son père spirituel : l'ermite admet donc un compagnon privilégié ; c'est là l'amorce de la vie cénobitique, dont on sait qu'elle causera des difficultés aux ermites. "Les disciples viennent nombreux se mettre à l'école d'un tel maître (l'ermite). Il faut alors leur construire un monastère, leur donner une Règle. La vie cénobitique commence"34.

  • 35 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 254.

25L'ermite est travailleur, car il doit assurer sa subsistance ; son ermitage est situé près d'une source que remarquent les arrivants. Berte aus grans piés boit d'une "fontaine" avant de rencontrer le pieux vieillard. Dans les chansons médiévales l'ermitage est une petite maison, à tout le moins un abri, alors que certains ermites réels ne s'octroyaient même pas un logis fixe. L'ermite Jézelin ne voulut même pas garder l'habit que lui envoya Saint Bernard : "durant quatorze années, il vécut solitaire et nu, errant à travers montagnes et forêts… avec le ciel pour toit, l'air pour vêtement, la nourriture des bêtes sauvages pour aliment. Les glands étaient son suprême régal"35. La chapelle est le centre de l'ermitage, et l'ermite y dit la messe s'il est prêtre ; il possède de plus une cabane

  • 36 Florence de Rome, op. cit., tome II, Mnscr P. v. 3856-58.

"Et si avoit laiens autel et crucefi
Ou il chantoit ses messes a tierce et a midi
Dejoute la chapelle ot fait un edifi"36.

  • 37 Bernard de Clairvaux, op. cit., chp. XIV, p. 257.

26L'ermite réputé de Robert le Diable, que Ton vient voir et consulter de loin, dit aussi la messe dans sa chapelle. "A Cadouin le monastère primitif consistait en une petite chapelle dédiée à Notre Dame… dans un enclos aux cabanes de bois. Les ermites (ils étaient 4 lors de l'arrivée des cisterciens en 1119) avaient amené l'eau d'une source par un aqueduc"37. On constate que la description des ermitages "littéraires" est calquée sur la réalité.

27Le régime de Termite est ascétique, ses habits des haillons ; Termite de Girart de Roussillon est vêtu d'une peau de chèvre, qui lui laisse nus les coudes et les genoux

  • 38 Girart de Roussillon, op. cit., tome II, v. 7407 et 7410.

"Il non a drap vestit, mais pel cabrene.
Nuz cotes e genoilz…"38

  • 39 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 257 et Robert le Diable, roman d'aventures publié pa (...)

28Robert se revêt des vieux habits de son hôte, Gui et Doon utilisent Técorce du tilleul. Dans les petits monastères fondés par Géraud de Sales, "l'habit lui même était blanc c'est à dire de couleur naturelle, par contraste avec l'habit teint en noir des moines bénédictins"39. On ne possède pas d'indications sur la couleur des tuniques des ermites. L'habit blanc est mentionné seulement pour Termite de Robert le Diable (donc cistercien, ou prémontré)

"Es vous venu Termite errant,
Le saint home, chenu, ferant ;
Le pas tout apuiant s'en vient
D'une potence que il tient ;
D'un blanc drap ot son cief covert".

29La mauvaise qualité des aliments est notoire. L'ermite se fait du pain, mais il est toujours mal bluté et plein de paille ; il râpe la gorge et on a de la peine à l'avaler ; tel quel, il est souvent l'essentiel de sa nourriture et c'est une grande générosité pour lui que d'en offrir ; Termite en offre à Berte, Florence et Milon en reçoivent aussi de leur hôte

  • 40 Florence de Rome, op. cit., tome I, appendice. Laisse 86, v. 2647-49.

"Sire, dist li preudons, je suis mal pourveüx,
Je n'ay el que pains bis, qui est noirs et velus
Et s'ay ossi des prounes de ces arbres tous crus"40

30Mais Milon recrache le pain avec des injures ; quant à Berte :

  • 41 Berte aus grans pies, éd. Albert Henry, op. cit. v. 1119.

"Nés un tout seul morsel nen a ele avalé"41.

31L'ermite se fait parfois cuire des ciboulettes et des choux

  • 42 Florence de Rome, op. cit. Tome II, Manscr. P. v. 3859

"De cholés et de cives, que il planta, ce cui"42

32Il cueille des fruits sauvages : ainsi Milon mange toute la récolte du vieillard. Le comte Gui offre des fruits sauvages à son fils Doon, il cherche et arrache des racines dans la forêt ; le régime de l'ermite est donc végétarien ; si Doon, futur chevalier prend un arc et chasse bientôt du gibier, c'est parce qu'un jeune et vigoureux héros ne pourrait acquérir autrement les forces nécessaires à ses exploits.

33L'ermite du Dolopathos vit dans une "fosse", une grotte,

  • 43 Dolopathos, op. cit., v. 260-263.

"D'une fosse ot faite maison,
La gissoit chacune saison
Par les bois s'aloit desduisant
Et ou desduit estudiant"43.

34Cet homme plus philosophe que prêtre lit, étudie et observe la nature dans les bois, et y prend son plaisir : cet ermite est l'ancêtre du philosophe Jean-Jacques Rousseau. Il se promène de façon désintéressée dans la forêt, alors que les autres ermites ne semblent guère s'éloigner de leurs petites maisons.

  • 44 Bernard de Clairvaux, op. cit. chap. XIV, p. 255.

35Les animaux aiment l'ermite, lui sont soumis et alliés : dans Doon de Mayence, le cerf poursuivi cherche refuge auprès de l'ermite, la biche de Geneviève de Brabant ne l'abandonne jamais. Joseph Grillon rapporte à propos de l'ermite Jézelin : "Une nuit que la neige avait complètement recouvert son corps de l'épaisseur d'une coudée, un petit lièvre était venu se placer sur sa tête pour se réchauffer auprès de l'orifice formé par la chaleur de son haleine…"44.

  • 45 Bernard de Clairvaux, op. cit. chap. V, Le Monachisme à l'apparition de St Bernard par H.B. de War (...)

36Ainsi, dans l'organisation matérielle de leur vie, les ermites offraient un modèle de perfection ascétique : H.B. de Warren a pu écrire : "Les nouvelles congrégations (Cisterciens, Chartreux)… accentuent en général la pratique de la pauvreté, du silence, la séparation du monde et le travail des mains" Et citant Schmitz (Histoire de l'ordre de Saint Benoît) : "La plupart pratiquent la vie érémitique à une dose plus ou moins forte"45. La vie matérielle des ermites, telle qu'elle est décrite dans nos œuvres, est très proche de ce que fut la réalité.

***

37Les textes médiévaux nous renseignent sur la vie spirituelle des ermites qu'ils mettent en scène. L'ermite passe une grande partie de son temps à prier ; il prie plusieurs fois par jour quand il est laïc (Gui de Warewic) :

  • 46 Gui de Warewic. op. cit., tome II, v. 11434-35 et 11439-40.

"Nuit e jur sert le fiz Marie,
En oreisuns est e nuit e jur…
Tut dis ert devant un alter,
Ne fina une de Deu preier"46.

38Quand il est prêtre il dit la messe : ainsi l'ermite confesseur de Robert le Diable, pour qui la messe est le moment privilégié d'entente avec Dieu quand il tient Notre Seigneur

  • 47 Robert le Diable, op. cit., v. 802.

"Que le cors Dieu tient proprement"47.

39C'est alors qu'il consulte Dieu, lui expose les cas difficiles qu'on lui a exposés à lui-même auparavant. Il a accès auprès de Dieu : c'est un inspiré ; d'où le respect qu'on lui porte. Le Pape lui-même en effet a pris l'ermite de la forêt de Marabunde pour confesseur, et trois fois l'an il se confesse à lui solennellement ; il dit à Robert :

  • 48 Robert le Diable, op. cit., v. 654-661.

"Venra a toi la sainte chosse,
Li boins preudom qui la abite
Il n'a el mont plus saint hermite,
Car n'est jors qu'en son abitacle
Ne fache Dieus por lui miracle,
Si que sovent i a grant presse.
Trois fois en l'an vois a confesse
A cel saint home glorious"48.

  • 49 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 255.

40Ainsi l'ermite accomplirait des miracles "quotidiennement" devant la foule des fidèles. "On a souvent remarqué, écrit J. Grillon, que, chose paradoxale, un ermite vit rarement seul. Dès que sa vie étonnante, ses vertus rares sont connues, le bruit s'en répand rapidement et les disciples viennent nombreux se mettre à l'école d'un tel maître"49. Le confesseur du Pape recevra d'ailleurs directement une lettre "un brief" de Dieu, transmis par une "main" mystérieuse à travers les airs. De même Gui de Warewic, ayant relevé l'ermitage, passera en oraisons et prières perpétuelles les neuf mois qui lui restent à vivre ; il s'est assuré les services d'un prêtre qui vient lui célébrer la messe, car lui-même n'est pas prêtre ; mais son union avec Dieu est telle qu'il bénéficiera de visions : il sera averti par un Ange de la date exacte de sa mort, et de celle de sa femme.

41Dans la chanson du Chevalier au Cygne, nous rencontrons un ermite dont la première vertu est la charité :

42Termite Hélias recueille et "adopte" sept enfants nouveaux nés : son embarras serait grand, si après une fervente prière, il ne voyait accourir de la part de Dieu une chèvre blanche qui allaitera les nourrissons ; il emporte les enfants dans un pan de son manteau à son logis et la chèvre le suit ; il confectionne à ses protégés des habits de feuilles, il les baptise, et donne son propre nom à son préféré, Hélias.

43C'est ce dernier qu'il emmène avec lui aux provisions dans un village : il s'agit du cas assez rare d'un ermite mendiant et quémandeur : il est vrai qu'il a charge d'enfants.

  • 50 Le Chevalier au Cygne, op. cit., v. 830-831.

"Ung vilage, ù il va querre ses garnisons
Pour norir les enfans, quant il en est saisons"50

44L'ermite mendie au nom de Dieu sans interrompre ses prières pour rapporter au bois "frommages et matons", du "boin pain", il emporte les provisions à l'ermitage "dans ung vies sach troué". L'ermite père-nourricier est aussi précepteur car il assure l'éducation de son filleul

  • 51 Le Chevalier au Cygne, op. cit., v. 993.

"Car il li ot apris le vray latin parler"51.

45Le comte-ermite Gui de Mayence fait aussi l'éducation morale et féodale de son fils Doon.

46Dans Tordre de la charité, les fonctions de Termite consistent à "accueillir" matériellement les voyageurs, souvent malheureux et égarés, et à les réconforter : ainsi Termite partage en toute générosité ses maigres provisions avec Milon et Florence de Rome ; apitoyé, il interroge aussi Florence, dont les confidences provoqueront sa mort

  • 52 Florence de Rome, op. cit. tome I, appendice v. 2661-62.

"Dame, dist li hiermittez, or ne m'allez celant ;
Pour quoy aléz vous ore telle dolleur menant ? "52

  • 53 Bernard de Clairvaux. op. cit., chp. XIV, p. 262.

47Dans Berte aus grans piés, on ne voit pas assurément le solitaire ouvrir sa cabane à la princesse désemparée ; peut-être en bon cistercien se souvient-il des recommandations de Saint Bernard : Je vous ai donné le conseil… de n'admettre en aucun cas les visites et les entretiens des femmes. "Vous me demandez, écrit-il à un solitaire, d'avoir des colloques avec des femmes, colloques que je vous avais défendus, vous vous en souvenez" (Ep. 404, PL. 182, 615)53. Les réflexions de Termite témoignent de son inquiétude :

  • 54 Berte aus grans pies, op. cit., v. 1098-1103.

"Dont vient si bele fenme parmi ce bois ramé ?
Ainc mais ne vi si bele en trestout mon aé.
Li dyables me cuide bien avoir engané,
Mais n'i ara povoir, se Dieu me doinst santé".
Devant son vis fist crois, puis li a demandé
S'ele estoit de par Dieu, molt l'en a conjuré54.

48Il va justifier par un vœu de règle monastique son refus d'ouvrir

  • 55 Berte aus grans pies, op. cit., v. 1113.

"Vous n'i enterrez pas, car ainsi l'ai voué"55.

49Néanmoins l'ermite donne du pain à la jeune fille et surtout sort pour lui indiquer le chemin qui mène à la maison de Simon le Voyer (cette sortie de l'ermite à côté de Berte pouvait après tout le mettre en péril) : il montre à la princesse le chemin du salut et Berte se recommandera de lui à Simon.

  • 56 Bernard de Clairvaux. op. cit., chap. XIV, p. 261.

50Peut-être est-il judicieux pour un ermite de ne pas s'intéresser avec trop de chaleur aux malheurs des dames : "Peut-être veut-il choisir la solitude, ne pesant pas assez sa propre faiblesse et la lutte périlleuse du Diable ? " (Sermon de Saint Bernard)56 ainsi le démontre la mort du pieux vieillard trop compatissant aux infortunes de Florence de Rome, dont d'ailleurs il remarque la beauté

  • 57 Florence de Rome, op. cit., tome II, v. 3871-72.

"Il regarde Florence o le cors eschevi,
Que son cors richement ot de chiers dras vesti"57

51Il va intervenir en faveur de la jeune femme dans la querelle qui l'oppose à Milon blâmant avec fermeté la conduite du chevalier :

  • 58 Florence de Rome, op. cit. tome I, appendice, v. 2678-82 et 2684.

"Adont devant Milon se va agenouillant
Et li dist Gentils homs, je vous vois suppliant.
Aïiés pitié de li et de moy tout devant,
Qui veus de ton droit frère yschi fourfaire tant
Que dou corps sa mouillier veus faire ta songnant :…
Laisse coie la dame, car tu n'y as noyant ! "58

52A ce plaidoyer courageux, l'ermite gagnera une mort horrible : on lit dans le Mnsc. P (Laisse CXL, v. 3933).

  • 59 Florence de Rome, op. cit. tome II, Mnscr P, v. 3933-38.

"Mout ot Milles le cuer dolent et irascu
Por tant con li sainz hons li avoit respondu.
Maintenant tret dou fuerre le boin branc emolu,
Laienz en sa chapelle a l'ermitte enbatu,
Par defors le ferma, le feu i a feru
Et lui et son moutier a tot ars et fondu"59.

53L'infortumé, s'il n'était pas mort du coup d'épée, périt donc brûlé vif : triste dénouement de la rencontre d'un ermite et d'une dame !

54L'ermite accueille avec générosité les époux voyageurs : ainsi Girart de Roussillon et sa femme Berte : il écoute et conseille ; s'il secourt matériellement, il sauve surtout spirituellement : un saint ermite est à l'origine de la longue pénitence et de la rédemption de Girart de Roussillon.

55Girart, battu par son suzerain Charles Martel, abandonné par tous devenu "un fauteur de guerre" erre lamentablement avec son épouse Berte dans la forêt d'Ardenne ; un premier ermite le dirige vers "un saint homme", devant qui Girart exprime sa révolte envers Charles et son désir de le tuer par trahison

  • 60 Girart de Roussillon, op. cit., tome II, v. 7472-73.

"Eu sai bien les forez u sout bersar.
Lai me quit de son cors felun venjar"60

  • 61 Girart de Roussillon, op. cit., tome II, v. 7477-79 et v. 7485-7490, traduction Paul Meyer, Paris (...)
  • 62 Girart de Roussillon, op. cit., tome II, v. 7497, traduction Paul Meyer.

56"C'est le péché, répond l'ermite, qui te fait parler". Et il ajoute "Brave homme, je sais qui t'a fait tomber si bas ; c'est l'orgueil de ces démons cornus qui furent précipités du ciel… Tu viens de m'avouer que si jamais tu peux avoir cheval, lance et écu, tu occiras ton seigneur en bois épais. C'est le péché, c'est le diable qui te trompe. J'ai peur qu'il te tue en telle disposition. C'est alors qu'il te possédera tout entier"61. A ces paroles, Berte est très émue : elle aime son mari et craint pour lui de terribles châtiments ; elle implore l'ermite, comme s'il était dépositaire de la puissance divine : "Sire, pour Dieu, grâce pour ce malheureux ! ". Et Termite inexorable répond d'abord : "Vous avez perdu ce monde et l'autre"62. Il veut en fait briser la révolte intérieure de Girart et y parvient, par l'intermédiaire de Berthe. Girart abandonnera armes et cheval, et s'engage dans vingt deux ans de pénitence.

57L'abandon des armes est cérémonie préliminaire à la vie du chevalier-ermite : le comte Gui de Mayence met de côté ses armes en entrant dans l'ermitage.

  • 63 Doon de Mayence, op. cit., v. 101-103.

"Li quens se heberga, si a son arc posé
Et seieites trenchans, dont il avoit plenté
Sa hache, son coutel et son branc achéré"63.

58L'ermite peut être tué mais il ne tuera point.

59L'ermite est le spécialiste de la pénitence : l'ermite de Robert le Diable, seul de toute la chrétienté a le pouvoir d'indiquer les quatre pénitences nécessaires et terribles qui rachèteront l'âme de Robert : faire le fou, faire le muet, disputer sa nourriture aux chiens, faire ce qui sera ordonné "de par Dieu". Robert obéira en tout jusqu'à la mort ; l'ermite ne parle pas d'ailleurs en son nom personnel, mais se borne à transmettre les mots écrits sur un "brief" venant de Dieu lui-même :

  • 64 Robert le Diable, op. cit., v. 809-816.

"A tant vit une main estendre
Devant lui, qui li prent a tendre
Un petit brief, et il l'a pris
Comme saiges et bien apris.
Lit les letres qu'il ot el brief
Tout en outre de chief en cief.
Quant les ot lites, si fu liés,
Com s'il tenist Dieu par les piés"64.

  • 65 Albert Pauphilet, Etudes sur la Queste del Saint Graal, Paris, 1968, p. 54, 61, 63 à 66.

60Le rôle de médiateur du personnage est évident, et il est privilégié dans ses rapports avec Dieu ; l'ermite épique s'identifie dans cette démarche avec les ermites ou moines de la Queste Saint Graal, tels que les a analysés Albert Pauphilet65. Plusieurs ermites épiques connaissent la conversation avec l'Ange, ou bénéficient d'interventions angéliques. Nous fournirons en premier exemple le dialogue de Gui de Warewic avec l'archange Saint Michel, qui se nomme à lui :

  • 66 Gui de Warewic, op. cit., tome II, v. 11465-11468.

"Li angle respunt : Jo sui del ciel,
Si sui apelé Michel, E a tei
Deus me enveia
En pur ço qu'il tant t'ama"66.

61Dieu a décidé de faire savoir à Gui la date précise de sa mort "de ce jour en huit jours"

  • 67 Gui de Warewic, op. cit., tome II, v. 11451-11462.

"Deus un angle li enveia
Qui apertement a li parla :
"Gui, fait il, dormez vus ?
Co vus mande de la sus Jhesus
Que desore vus aprestez,
A lui hastivement vendrez,
Alegera vus de vos dolurs
Car de cest jur en uit jurz
A lui vendrez amunt el ciel
U glorie averez perpetuel".
Gui s'est dunc esveillé,
De l'angle vit la grant clarté"67.

  • 68 Doon de Mayence, op. cit., v. 1881 et suivants.

62La grande clarté accompagnant l'apparition de l'Ange, souvent mentionnée dans les œuvres médiévales, rendra aveugle, mais pour son bien, le comte-ermite Gui de Mayence. Il projette en effet de quitter sa mission d'ermite pour tuer son ennemi, le traître Herchambault ; il veut rompre ainsi son vœu de vie érémitique, mais Dieu le châtie immédiatement de ce reniement et de ce désir de vengeance ; l'Ange est chargé de l'aveugler : "Un Ange du ciel descendit vers lui, vint devant le Comte, ne lui dit pas un mot, mais l'aveugla d'une grande clarté. Cet Ange lui donna un si grant coup avec son pied qu'il le fit tomber de tout son long à terre. Le comte fut tellement blessé et meurtri qu'il était déjà presque neuf heures et qu'il n'avait pas encore remué. Quand il put se lever, l'enfant le reconduisit dans la petite maison où il se recoucha"68. L'ermite est le bien de Dieu, sa chose. Le comte redevient ermite pour dix ans ; mais Dieu lui rendra la vue pour qu'il puisse lire une lettre qui engagera le jeune Doon à partir sauver sa mère ; et Doon quittant la forêt ceindra l'épée que son père avait cessé de porter le jour même où il tua l'ermite. Le comte Gui a pleinement conscience qu'il appartient à Dieu et l'affirme à plusieurs reprises

  • 69 Doon de Mayence. op. cit., v. 2322-2323.

"Partir ne m'en puis mes, si l'arai amendé
Vers Dieu nostre Segneur, a qui je l'ai voué…
Ariere m'en iroy, trop cri en estre blasmés
De Dieu nostre Segneur a qui me sui donnés"69

63Dans le Chevalier au Cygne, un Ange apparait également à Termite Hélias ; Dieu a été ému par les plaintes de la malheureuse Béatrix, mère du petit Hélias, et appelle "son angle, qui de Dieu fu privés" Il lui ordonne de révéler à Termite la naissance et les devoirs immédiats de son filleul :

  • 70 Chevalier au Cygne, op. cit., v. 1077-1082.

"Li angles est venus a Tiermite vaillant
Douchement li a dit : Preudons, vieng en avant !
Et enteng le gré Dieu et qu'il te va mandant.
Il est bien vérité, gardé as ung enfant.
Tu ne scés qui il est, ne de quel couvenant.
Je te dis pour ciertain que c'est fieus Oriant"70

64L'ermite apprend à Hélias qu'il est prince, et quelle conduite il doit adopter. Le message se transmet de Dieu à l'Ange, de l'Ange à Termite, de Termite à l'homme. Autour de Termite, ou par son entremise, accourent donc messages ou messagers célestes : ainsi Termite de Robert le Diable avait recommandé à son pénitent d'obéir à qui lui ordonnerait une chose "de par Dieu" ; et à plusieurs reprises Robert recevra la visite de Chevaliers blancs, porteurs d'armures blanches, qui sont évidemment des Anges, et l'enverront se battre victorieusement contre les Turcs. L'ermite est personnage mystique privilégié.

65A ce titre il est, le plus souvent sans paraître le savoir, l'homme du destin, ou de la Providence. Il parle et agit parintuition. Il dessine l'avenir, il le prédit, de manière directe ou indirecte. Ainsi l'ermite modifie du tout au tout le destin de Girart de Roussillon ou celui de Robert le Diable. Il participe à l'omniscience divine.

66Plusieurs ermites accèdent explicitement à la sainteté ; quand Gui de Warewic meurt, son corps devient si pesant qu'on ne peut l'enlever de l'ermitage :

  • 71 Gui de Warewic, op. cit., tome II, v. 11595.

"A Warewic le volent od els porter
Mais del liu nel purent remuer ;
Cent chevalers tuz les plus forz
Del liu ne remuassent le cors"71.

67Le saint prudhomme conseiller de Robert le Diable accomplit des miracles ; il s'en produit aussi au tombeau de Gui de Warewic, dont le cadavre exhale une odeur suave et bénéfique

  • 72 Gui de Warewic, op. cit., tome II, v. 11587-11590.

"Nuls hom qui ait enfermeté
Qui de cel odur ne seit sané.
Tant ad icele fleerur duré
Que cel saint cors seit enterré"72.

68Parfois aussi l'ermite devient fondateur d'une abbaye, instaurant ainsi le passage de la vie érémitique à la vie communautaire : ainsi Doon bâtit une abbaye pour son père, le comte-ermite Gui

  • 73 Gui de Warewic, op. cit., tome II, v. 6018-6020.

"Pour l'amour de son pere a le lieu henouré ;
Une abeïe i fist de par la Trinité
Si i mist bel couvent, son pere en fist abé"73.

  • 74 K. Hampe, Le Haut Moyen Age, traduction Anne Desanti, Paris 1943, chap. X. Bernard de Clairvaux et (...)

69Rappelons que le chanoine allemand Norbert de Xanten avait voulu d'abord fonder une communauté de pauvres prédicateurs ambulants… avant de fonder le couvent de Prémontré, près de Laon… Homme rigide et dur, sa conversion avait été provoquée par la chute de la foudre à ses côtés74. Ainsi cette grande clarté signifiant la volonté céleste se retrouve même dans la vie réelle du fondateur des Prémontrés.

  • 75 K. Hampe, op. cit. p. 175 et 176.
  • 76 H. Chabeuf, Revue Bourguignonne de l'Enseignement Supérieur, Dijon 1891, cité dans Bernard de Clai (...)

70L'ermite de Robert le Diable est un visionnaire puisque lui seul est capable de déchiffrer l'écriture du billet divin et d'en communiquer le contenu ; sans doute les mots du billet sont illisibles pour tous sauf lui. L'ermite de Girart de Roussillon pense les alternatives du temps futur au présent, en indiquant les deux voies possibles, celle du péché, celle du salut, à Girart, retrouvant ainsi, selon Saint Thomas, le secret du temps divin. De par son mode de vie, il incarne à la perfection l'idéal de dépouillement des ordres nouveaux, cistercien et prémontré. "Le fait que la cellule froide et le grabat de paille de Bernard de Clairvaux aient pu devenir le centre de l'Occident caractérise bien l'esprit de l'époque"75 "Une des tendances de Saint Bernard le poussait à la méditation solitaire, à la mortification, à l'extase divine des mystiques… par les seules forces du cœur". Les ermites des œuvres épiques sont le centre de phénomènes parapsychologiques, selon le vocabulaire moderne Ils sont à la fois des "écologistes", des devins, des inspirés, et même des saints. Par rapport aux autres hommes leur rôle de médiateur est évident : leurs paroles et leurs actions viennent de Dieu : ainsi l'ermite Hélias, parce qu'il emmène par hasard son pupille au village, fait échapper le jeune Hélias au destin de ses frères et permettra plus tard le rachat des enfants-cygnes. Gui de Warewic donne rendez-vous dans la mort à une date précise à son épouse. La vie intérieure de Saint Bernard lui donnait d'exercer "un grand ascendant sur ses frères et des parents plus âgés et devait révéler dans toute sa hauteur cette nature d'âme impérieuse et tendre qui fut la sienne"76.

71L'emprise spirituelle de l'ermite est tout autant irrésistible, même si certains apparaissent comme de vieux naïfs : pour rester avec l'ermite de la forêt de Marabunde, Robert le Diable repousse la belle, jeune et constamment dévouée et amoureuse Princesse, ainsi que la succession de l'empereur de Rome ; ce personnage marginal dans l'Église, parfois suspect aux grands ordres monastiques, marginal dans la société, surnaturel au sens propre, incarne à travers les œuvres littéraires un des types de prédilection de la mentalité médiévale.

Notes

1 Pierre Jonin, Pages épiques du Moyen Age français. Paris 1970, tome II, pp. 274-289 et pp. 310-318.

2 Pierre Jonin, Les Personnages féminins dans les Romans français de Tristan au xiie siècle. Étude des influence contemporaines. Aix-en-Provence, 1958, pp. 30-31.

3 Girart de Roussillon, xiie siècle. Robert le diable fin xiie siècle. Gui de Warewic xiiie siècle. Berte aus grans pies - xiiie s. Florence de Rome début xiiie s. Dolopathos début xiiie s. Doon de Mavence xiiie s. Le Chevalier au Cygne xive s. René de Ceriziers. Geneviève nu l'innocence reconnue. Lyon 1638. Les Frères Grimm Altdeutsche Sagen. Siegfried und Genovefa. Stuttgart 1816.

4 Bernard de Clairvaux, Commission d'histoire de l'ordre de Citeaux, Préface de Thomas Merton. Paris 1953, chap. XIV. Bernard et les Ermites et groupements érémitiques par Joseph Grillon, p. 251.

5 Herbert de Paris, Le Dolopathos, édition Brunet et Montaiglon, Paris 1856, v. 254-256.

6 Girart de Roussillon, éd. W. Mary Hackett. Paris 1953, tome II v. 7476.

7 Bernard de Clairvaux. op. cit., chap. XIV, pp. 252-253.

8 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 257.

9 Adenet le Roi, Berte aus grans pies, éd. Albert Henry, Oeuvres d'Adenet le Roi. Tome IV, Bruxelles-Paris 1963, v. IIII.

10 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 252.

11 Dolopathos, op. cit., v. 257-259.

12 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 251.

13 Girart de Roussillon, op. cit., v. 7366-7367-7369.

14 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XVIII. Bernard et Tes Gilbertins par Francis Giraudot et Jean de la Croix Bouton, p. 328.

15 Bernard de Clairvaux, op. cit. chap. XIV, p. 252.

16 Bernard de Clairvaux, op. cit. chap. XIV, p. 261.

17 Gui de Warewic, roman du xiiie siècle édité par Alfred Lwert, Paris 1933, tome II, v. 11518-11522.

18 Gui de Warewic, op. cit., v. 11536-11544.

19 Gui de Warewic, op. cit., v. 11559-11566.

20 Gui de Warewic, op. cit., v. 11614-11616.

21 Les Frères Grimm = Altdeutsche Sagen- Hamburg 1904, p. 205.

22 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 251.

23 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. III. La vocation par Jean Marilier, p. 30.

24 Doon de Mayence, éd. A. Pey. Anciens poètes de la France. Paris 1859 v. 81-83.

25 Doon de Mayence, op. cit., v. 90-92.

26 Gui de Warewic, op. cit., tome 2, v. 11421-11426.

27 Le Chevalier au cygne, édition de Reiffenberg. Bruxelles 1846, v. 991-994.

28 René de Cériziers, Geneviève ou l'Innocence Reconnue. Lyon 1682, p. 166.

29 Le Chevalier au cygne, op. cit., v. 460-461.

30 Girart de Roussillon,. op. cit., tome II, v. 7398 et 7415.

31 Florence de Rome, édition Wallensköld. SATF. Paris 1907-1909, tome II, Mnscr. P. v. 3854-3855.

32 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 252.

33 Florence de Rome, op. cit. tome II. Mnscr P. v. 3869-70.

34 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 255.

35 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 254.

36 Florence de Rome, op. cit., tome II, Mnscr P. v. 3856-58.

37 Bernard de Clairvaux, op. cit., chp. XIV, p. 257.

38 Girart de Roussillon, op. cit., tome II, v. 7407 et 7410.

39 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 257 et Robert le Diable, roman d'aventures publié par E. Löseth Paris 1903, Satf, v. 706-710.

40 Florence de Rome, op. cit., tome I, appendice. Laisse 86, v. 2647-49.

41 Berte aus grans pies, éd. Albert Henry, op. cit. v. 1119.

42 Florence de Rome, op. cit. Tome II, Manscr. P. v. 3859

43 Dolopathos, op. cit., v. 260-263.

44 Bernard de Clairvaux, op. cit. chap. XIV, p. 255.

45 Bernard de Clairvaux, op. cit. chap. V, Le Monachisme à l'apparition de St Bernard par H.B. de Warren, p. 53.

46 Gui de Warewic. op. cit., tome II, v. 11434-35 et 11439-40.

47 Robert le Diable, op. cit., v. 802.

48 Robert le Diable, op. cit., v. 654-661.

49 Bernard de Clairvaux, op. cit., chap. XIV, p. 255.

50 Le Chevalier au Cygne, op. cit., v. 830-831.

51 Le Chevalier au Cygne, op. cit., v. 993.

52 Florence de Rome, op. cit. tome I, appendice v. 2661-62.

53 Bernard de Clairvaux. op. cit., chp. XIV, p. 262.

54 Berte aus grans pies, op. cit., v. 1098-1103.

55 Berte aus grans pies, op. cit., v. 1113.

56 Bernard de Clairvaux. op. cit., chap. XIV, p. 261.

57 Florence de Rome, op. cit., tome II, v. 3871-72.

58 Florence de Rome, op. cit. tome I, appendice, v. 2678-82 et 2684.

59 Florence de Rome, op. cit. tome II, Mnscr P, v. 3933-38.

60 Girart de Roussillon, op. cit., tome II, v. 7472-73.

61 Girart de Roussillon, op. cit., tome II, v. 7477-79 et v. 7485-7490, traduction Paul Meyer, Paris 1884.

62 Girart de Roussillon, op. cit., tome II, v. 7497, traduction Paul Meyer.

63 Doon de Mayence, op. cit., v. 101-103.

64 Robert le Diable, op. cit., v. 809-816.

65 Albert Pauphilet, Etudes sur la Queste del Saint Graal, Paris, 1968, p. 54, 61, 63 à 66.

66 Gui de Warewic, op. cit., tome II, v. 11465-11468.

67 Gui de Warewic, op. cit., tome II, v. 11451-11462.

68 Doon de Mayence, op. cit., v. 1881 et suivants.

69 Doon de Mayence. op. cit., v. 2322-2323.

70 Chevalier au Cygne, op. cit., v. 1077-1082.

71 Gui de Warewic, op. cit., tome II, v. 11595.

72 Gui de Warewic, op. cit., tome II, v. 11587-11590.

73 Gui de Warewic, op. cit., tome II, v. 6018-6020.

74 K. Hampe, Le Haut Moyen Age, traduction Anne Desanti, Paris 1943, chap. X. Bernard de Clairvaux et les Nouvelles Puissances, p. 175.

75 K. Hampe, op. cit. p. 175 et 176.

76 H. Chabeuf, Revue Bourguignonne de l'Enseignement Supérieur, Dijon 1891, cité dans Bernard de Clairvaux, chap. II, les Premières Années, les Études à Châtillon, par Jean Marilier, p. 24.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540