Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

La conception de l’amour dans les Lais de Marie de France

Quelques aspects du problème

Jacques de Caluwé et Jeanne Wathelet-Willem

Texte intégral

1Bien que le sujet principal des douze pièces contenues dans le manuscrit H soit l'amour, l'auteur et ses personnages dissertent fort peu sur le sentiment. Ces petits contes, comme les romans de Tristan d'ailleurs, se révèlent plus proches de la technique de la chanson de geste que de celle de Chrétien de Troyes : la psychologie des héros est dépeinte à travers leurs actions et leurs attitudes.

2Un examen de l'ensemble des lais permet de discerner à la fois des idées constantes et des thèmes qui, d'un récit à l'autre, se diversifient.

3L'idée fondamentale est que l'amour est un sentiment inhérent à la nature de l'être. Le fait est clairement exprimé par une réflexion de l'auteur qui, dans Guigemar, déclare que l'Amour

  • 1 Les textes sont cités d'après Les Lais de Marie de France publiés par Jean RYCHNER, Paris, Champio (...)

485-6 (...) est mal ki lunges tient
Pur ceo que de nature vient.1

4Aussi son absence, chez un être jeune et beau, constitue-t-elle une anomalie : Guigemar, malgré d'éminentes qualités physiques et morales, demeure un être incomplet :

57-8 De tant i out mespris nature
Ke unc de nule amur n'out cure.

5Il repousse toute avance et cela attire le mépris sur lui :

67-8 Pur ceo le tienent a peri
E li estrange e si ami.

6Lanval est envié

21-2 Pur sa valur, pur sa largesce.
Pur sa beauté, pur sa pruësce.

7Cependant, puisqu'on ne lui connaît pas d'amie et qu'il repousse les avances de la reine, c'est, soutient la souveraine offensée, parce qu'il est animé de sentiments contre nature.

8La dame d'Yonec et celle du Laüstic souffrent de ne pas pouvoir connaître l'amour et le drame de celle du Chaitivel, c'est, au fond, de se montrer incapable d'un amour véritable.

9Comme toute passion, l'amour offre un caractère d'exclusivité qui, la plupart du temps, fait négliger toute précaution aux héros. Guigemar, dès qu'il aime :

382 Tut ad sun païs ublié

10En dépit des interdits qui pèsent sur elle, son amie n'hésite pas à installer le chevalier blessé dans son appartement.

11Lanval déclare à la fée :

128 Pur vus guerpirai tutes genz.

12et c'est ce qu'il fait effectivement in fine.

641 Od li s'en vait en Avalun.

13D'ailleurs quand il se trouve au milieu de la joie de la cour, mais privé de son amie :

257 L'autrui joie prise petit.

14Malgré les recommandations de prudence du chevalier-oiseau, la dame, dans Yonec

219-20 Sun ami voelt suvent veeir
E de lui sun delit aveir.

15L'amour dont il est question dans les lais n'est nullement un sentiment éthéré ; il est fondé sur des réalités physiques et doit aboutir à l'étreinte charnelle. L'impossibilité de connaître l'union intime est une profonde source de souffrance pour les héros des Deus Amanz, du Laüstic, du Chaitivel.

16La conception d'un enfant, comme conséquence de l'acte amoureux, si elle ne se rencontre pas dans tous les lais, n'est cependant pas étrangère aux préoccupations de l'auteur. Dans le Fresne, Gurun veut enlever son amie du couvent où elle passe pour la nièce de l'abbesse, car, dit-il,

281-84 Si vostre aunte s'aparceveit,
Mut durement li pesereit.
S'entur li feussez enceintiee,
Durement sereit curuciee.

17Dans Milun, la fille d'un baron, très belle

24 E mut curteise dameisele

18s'est éprise de Milun sur sa réputation de prouesse ; les jeunes, gens, se rencontrent fréquemment

53-4 Tant i vint Milun, tant l'ama
Que la dameisele enceinta.

19Le motif de l'enfant apparaît dans trois lais (Fresne, Yonec, Milun) ; dans chacun d'eux, la naissance constitue un rebondissement de l'action.

20Il n'existe pas ici d'antinomie entre l'amour et le mariage et parfois se trouve évoqué le sentiment qui unit deux époux ; tel est le cas dans la scène initiale du Bisclavret :

23 Il amot li e ele lui

21de même dans Eliduc

12 Mut s'entreamerent lëaument

22Dans les Deux Amanz, le jeune homme tente l'impossible aventure pour pouvoir épouser sa belle ; dans le Fresne, Gurun épouse son amie dès que l'état-civil de celle-ci est reconnu ; de même, dans Milun, le fils veut unir ses parents par mariage (500), tandis que dans le Bisclavret, le mariage apparaît comme une récompense que la dame accorde à son complice :

133-4 la dame a dune cil espusee
Que lungement aveit amee.

23Cependant le lien officiel est loin de constituer un empêchement à la naissance d'un amour extra-conjugal ; en fait, le sentiment prime les interdits sociaux et religieux.

24Dans la moitié des lais (Guigemar, Equitan, Bisclavret, Yonec, Laüstic, Milun), il est question d'un amour adultère ; cependant il est remarquable que, si la sympathie de l'auteur va aux mal-mariées (Guigemar, Yonec, Laüstic, Milun), un châtiment sévère est réservé aux femmes qui trahissent leur mari quand le couple est bien assorti (Bisclavret, Equitan). Le cas du Chievrefoil et celui d'Eliduc sont un peu particuliers. Certes, le premier de ces lais ne constitue que le développement original d'un épisode particulier, extrait d'une aventure plus vaste et bien connue. Mais cela permet à Marie d'insister sur l'idée que l'aspect immoral de l'adultère s'efface lorsqu'on lui oppose la puissance spontanée et inéluctable d'un grand amour. Et, ici, l'image du chèvrefeuille et du coudrier est particulièrement bien venue pour exprimer le caractère naturel d'une passion que l'on aurait pu croire coupable. N'en va-t-il pas de même pour Eliduc, dont la trahison est fondée sur l'amour qu'il a inspiré, malgré lui, à la jeune Guilliadun ? Et n'est-ce pas pour cette raison qu'intervient si simplement le sacrifice inattendu de Guildeluec ?

25Dans Eliduc, la trahison est le fait du mari et non de la dame ; en réalité, cette trahison n'est pas consommée, elle réside dans l'incapacité où se trouve le héros de révéler à Guilliadun qu'il est marié : il se laisse aimer sans parvenir à trouver l'occasion de détromper son amie. Dans une certaine mesure, on peut rapprocher Eliduc de la dame du Chaitivel : l'un et l'autre se montrent incapables de se décider entre plusieurs amours. Il ne faut cependant pas méconnaître une différence profonde entre les deux personnages : il y a chez la dame du Chaitivel une certaine coquetterie qui évoque un peu Célimène, tandis qu'Eliduc est en proie à une réelle angoisse.

26Si les idées fondamentales s'imposent de façon constante, une réelle variété d'application apparaît, en revanche, dans les thèmes traités (naissance du sentiment et premiers troubles de l'amour, déclaration, union des amants et plaisir amoureux, obstacle qui s'oppose à l'union des amants en l'interrompant, ingéniosité que mettent à correspondre les amoureux séparés, générosité que peut inspirer un grand amour, union finale des amants ...). L'analyse détaillée de chacun de ces motifs déborderait du cadre d'un article ; on se contentera d'en examiner deux par une lecture attentive des textes.

Naissance du sentiment amoureux et premier troubles de l'amour2

  • 2 Sur ce sujet, voir Philippe MENARD, La déclaration amoureuse dans la littérature arthurienne au XI (...)

27Sentiment naturel, l'amour requiert cependant diverses conditions pour pouvoir aboutir à l'union ; il est notamment fondé sur une égalité sociale conforme à ce que nous savons de la mentalité médiévale en ce domaine.

28Tous les héros de Marie paraissent appartenir à la noblesse. Leur inégalité n'empêche pas le sentiment d'éclore, mais elle s'oppose à sa réalisation officielle. L'amie de Gurun, le Fresne, est une enfant trouvée, mais le dénouement, en révélant son origine, lui permet de reprendre sa place. Dans Equitan, la femme du sénéchal hésite à céder aux prières du roi, en raison de leur inégalité sociale. Elle précise :

137 Amur n'est pruz se n'est egals.

29Le roi, par ses promesses, parvient à la convaincre ; cependant l'inégalité de leur condition constituera, en fin de compte, la cause de leur fin tragique, puisque c'est pour pouvoir devenir l'épouse du roi que la dame ourdit son crime.

30L'égalité doit aussi exister dans la beauté ; tous les héros sont beaux, mais la compagne de la dame, dans Guigemar, précise cette condition :

451-2 Cest amur sereit covenable,
Si vus amdui feussez estable :

453 Vus estes bels e ele est bele !

31C'est aussi par l'âge que les amants doivent être assortis ; le drame des mal mariées provient de ce qu'elles ont été données à des maris beaucoup plus âgés qu'elles. Il n'y a qu'un domaine où l'égalité ne paraisse pas nécessaire et, assez curieusement, c'est celui de la nature même des héros ; en effet, par deux fois, l'aventure unit un être humain et un représentant de l'Autre Monde (une fée vient solliciter l'amour d'un homme dans Lanval ; un être supranaturel répond à l'appel d'une femme dans Yonec).

  • 3 Equitan et Eliduc sont les héros qui s'opposent le plus nettement à ce caractère.

32La majorité des héros sont des êtres jeunes qui n'ont pas encore connu l'amour,3 mais y aspirent plus ou moins confusément. Le personnage le plus typique à cet égard est sans doute la dame dans Yonec ; mariée depuis sept ans à un homme âgé et jaloux, elle ignore l'amour. Au moment du renouveau de la nature, ses plaintes sont plus précises.

91-104 Mut ai sovent oï cunter
Que l'em suleit jadis trover
Aventures en cest païs
Ki rehaitouent les pensis.
Chevalier trovoent puceles
A lur talent, gentes e beles,
E dames trovoent amanz
Beaus e curteis, pruz e vaillanz,
Si que blasmees n'en esteient
Ne nuls fors eles nes veeient.
Si ceo peot estrë e ceo fu,
Si unc a nul est avenu,
Deus, ki de tut ad poësté,
Il en face ma volenté !

  • 4 Cfr Jacques DE CALUWE, L'élément chrétien dans les Lais de Marie de France, dans Mélanges offerts (...)

33et cette singulière prière se trouve aussitôt exaucée.4

34Guigemar, on l'a vu, serait un chevalier en tous points accompli, si la nature n'avait commis à son sujet la méprise de le créer ignorant de l'amour. L'intervention du merveilleux aura pour effet de réparer cette anomalie : 1e jeune homme subira, non sans douleur, une "opération" psychologique qui éveillera en lui l'instinct primordial. Analogue au jeune Hippolyte (avant que Racine ne l'édulcore par la présence de la douce Aricie), Guigemar ne rêve que de chasse. Une nuit, il réveille tout son personnel pour organiser une vaste battue ; on part au petit matin et l'on est mis sur la trace d'un grand cerf ; les chiens découplés, les chasseurs s'élancent. Assez curieusement, le promoteur de la chasse, alors que

80 (...) cil deduiz forment li plest.

35laisse s'éloigner ses compagnons et s'attarde avec un seul valet. En fait, dès que les chasseurs sont mis sur la trace du cerf, le jeune homme est la proie d'un sortilège ; bien avant de blesser la biche à cornes de cerf, il éprouve l'aspiration à l'amour sans objet précis. Le trouble qui s'empare de lui explique . comme on va le voir, sa singulière attitude à l'égard de son valet. La biche blessée lui jette un sort : point de salut pour toi, lui déclare le singulier animal, en dehors de celle

115-8 Ki suffera pur tue amur
Issi grant pal ne e tel dolur
K'unkes femme taunt ne suffri,
E tu referas taunt pur li.

36Guigemar éprouve une double douleur : physique, provoquée par sa blessure, et morale, déterminée par la prédiction.

37Cette dernière le bouleverse d'autant plus profondément qu'elle s'oppose à son impuissance à aimer. Il ne refuse pas le traitement

128 Kar ne se voelt laissier murir

38Cependant sa perplexité est grande car il connaît son infirmité. Jusqu'à ce jour il n'a vécu qu'au milieu des hommes, c'est pourquoi son premier mouvement consiste à faire mander ses compagnons par son valet :

124-6 Amis, fait-il, va tost poignaunt ?
Fai mes compaignuns returner,
Kar jo voldrai od eux parler.

39Après le départ du messager, le blessé

139-40 De sa chemise estreitement
Sa plaie bande fermement,

40ce qui est normal.

141-4 Puis est muntez, d'iluec s'en part,
K'esloignez seit mult li est tart :
Ne voelt ke nuls des suens i vienge
Kil desturbast ne ki i retienge.

41Ce désir d'éloignement est en opposition manifeste avec les paroles qu'il a adressées à son valet. Il n'est pas impossible que le message dont il charge son serviteur soit destiné à le débarrasser d'un témoin gênant au moment où il va pénétrer dans le domaine mystérieux de l'aventure. Dans ce cas, pourquoi l'auteur a-t-il introduit ce figurant ? En réalité, sa présence sert à montrer le conflit psychologique dans lequel se débat le héros. Sa nature le pousse à chercher secours du côté de ses compagnons habituels, mais l'aspiration à l'amour qui naît en lui l'incite à les fuir. Cette contradiction est soulignée après son entrée dans la nef :

204 Hui ad trespassé le plus fort

  • 5 Cependant la nature primitive du héros subsistera partiellement ; elle permet d'expliquer l'espèce (...)

42Ce qu'il avait de plus difficile à assumer c'était la mutation psychologique destinée à réparer la méprise de la nature, à l'éveiller au sentiment amoureux.5

43La dame qu'il ya rencontrer, enfermée dans une cage plus dorée que celle de la dame d'Yonec, ne songe à se plaindre de sa claustration qu'au moment où elle constate que le chevalier étendu dans la nef mystérieuse est vivant, c'est-à-dire où, à son insu, elle s'éveille à l'amour. Cette naissance en elle d'un sentiment nouveau lui fait prendre conscience des obstacles dressés autour d'elle, susceptibles de contrarier son épanouissement amoureux. La cage dorée et presque confortable où elle pouvait malgré tout "s'esbanïer" prend soudain une apparence de prison austère, et le vieux prêtre émasculé, sur qui elle comptait pour l'aider à ensevelir un homme qu'elle croyait mort, devient, pour sa vertu, un gardien rigoureux qu'elle envoie littéralement à tous les diables :

346-8 N'i ad fors une sule entree.
Uns vielz prestre la porte garde :
Ceo doinse Deus que mals feus l'arde !

44Oublié par le roi dans la distribution des fiefs, Lanval va se promener hors ville et, laissant son cheval à l'abandon, il se couche

51-2 Mut est pensis pur sa mesaise,
il ne veit chose ki li plaise.

  • 6 Cfr Jacques RIBARD, Le lai de Lanval : essai d'interprétation polysémique, dans Mélanges Jeanne Wa (...)

45Certes sa mélancolie est justifiée par sa situation, mais il y entre sans doute aussi, pour une certaine part, une aspiration inconsciente à l'amour.6 Lanval est pensis comme Guigemar au moment de pénétrer dans la nef.

G. 161 Li chevaliers fu mult pensis.

46Les héros de Marie sont jeunes, et il en est même dont l'aventure se rattache au thème des amours juvéniles. C'est le cas des Deus Amanz,

2-3 Une aventure mut oïe
De deus enfanz qui s'entreamerent.

47Ce lai se rattache aussi au thème de la mort par amour puisque :

4 Par amur ambedui finerent.

48On pourrait rapprocher du motif des amours qui unissent de très jeunes gens le lai de Milun, du moins dans son aventure initiale, puisque, si Milun a déjà acquis une réputation suffisante pour faire naître l'amour de la jeune fille, il n'est pas encore assez célèbre pour pouvoir l'épouser.

49Dans le Fresne et Eliduc, l'enfant trouvée et Guilliadun sont encore de très jeunes filles. Un autre trait commun rapproche Milun et Eliduc ; dans ces deux lais, la première démarche vient de la jeune fille, qui s'est éprise du héros à cause de sa réputation de courage, de même que dans le Fresne Gurun s'éprend du Fresne, avant de l'avoir vue, sur la réputation de sa beauté. Mais ici encore la ressemblance des situations laisse apparaître une différence qui complète le traitement du thème, puisque nous voyons l'amour fondé sur la réputation naître tantôt chez des femmes, tantôt chez un homme.

50Equitan et Eliduc dépeignent, comme Guigemar, Yonec et Milun, un amour adultère, mais, contrairement aux héroïnes de ces trois lais, la femme du sénéchal n'est pas une mal mariée et, dans Eliduc, c'est le mari qui est infidèle. Sans doute, dans Equitan, l'auteur ne parle pas de l'amour qui unit les époux avant l'intervention du roi, mais il insiste sur les qualités du sénéchal (22-24). Dans Eliduc, on évoque l'amour qui unit les époux depuis longtemps (11-12) ; cet amour n'est pas à proprement parler mis en question et, quand Eliduc comprend qu'il est épris de la jeune Guilliadun, il se sent très malheureux :

463-5 Kar a sa femme aveit premis,
Ainz qu'il turnast de sun païs,
Que il n'amereit si li nun.

51Dans Eliduc la naissance de l'amour, est dépeinte avec une précision particulière chez la jeune Guilliadun :

337-50 Par fei, fet ele, mal m'esteit,
Jo sui cheüe en malvés pleit !
Jeo eim le novel soudeier,
Eliduc, le bon chevalier.
Unques anuit nen oi repos
Ne pur dormir les oilz ne clos.
Si par amur me veut amer
Et de sun cors asseürer,
Jeo ferai trestut sun pleisir ;
Si l'en peot grant bien avenir :
De ceste tere serat reis.
Tant par est sages e curteis
Que, s'il ne m'aime par amur,
Murir m'estuet a grant dolur.

52C'est à propos de Guigemar, de sa dame, d'Equitan, de Guilliadun que les premiers troubles de l'amour sont le plus nettement décrits. Chez les quatre personnages, l'émoi que provoque la naissance du sentiment se traduit de la même manière par une nuit d'insomnie. Sans doute se trouve-t-on en présence d'un motif littéraire bien connu et fort ancien, mais le fait est si naturel qu'il serait vain, à son sujet, de se livrer à une recherche de sources.

Obstacle qui s'oppose à l'union des amants ou l'interrompt

53Voici d'abord les lais où il s'agit de jeunes gens : les Deux Amanz, le Fresne, Milun. Pour le premier de ces lais, l'obstacle est représenté par l'amour anormal du père pour sa fille et l'épreuve insurmontable que le roi impose aux divers prétendants. Dans les deux autres contes, l'obstacle est d'ordre social. La jeune fille appelée Fresne est d'origine inconnue ; cette situation n'empêche pas l'amour de naître entre Gurun, noble seigneur, et elle. Cependant l'absence de statut social de la jeune fille menace l'union des amants car les chevaliers qui dépendent de Gurun insistent pour

317-8 Qu'une gentil femme espusast
E de cele se delivrast.

54En effet, la mésalliance paraît inconcevable dans le monde aristocratique où se meuvent les héros des lais.

55L'obstacle qui, au début, s'oppose à l'amour des héros de Milun est, lui aussi, de nature sociale. En effet, bien qu'il se soit déjà couvert de gloire, le jeune chevalier Milun n'a pas encore acquis une situation suffisante pour pouvoir épouser, comme elle l'espérait, la fille d'un baron. C'est pourquoi, malgré la naissance de leur fils, il doit quitter son amie pour aller hors de son pays accroître sa renommée. Durant son absence, la jeune femme est mariée par son père à un homme important et âgé ; dès ce moment, son cas rejoint celui des mal mariées.

56Pour celles-ci, l'obstacle qui s'oppose à l'amour est évidemment le mari. Il convient de noter, au demeurant, que ces personnages qui constituent une entrave au bonheur des amants sont fortement différenciés.

  • 7 Cfr Jacques DE CALUWE, La jalousie, signe d'exclusion dans la littérature médiévale en langue occi (...)

57Celui du lai de Milun n'a aucune présence littéraire ; c'est un personnage plus virtuel qu'agissant.7 Son existence empêche certes les héros de se réunir et les oblige à communiquer durant un certain nombre d'années au moyen d'un cygne, mais la surveillance qu'il exerce sur la jeune femme ne paraît pas dépasser des limites normales et les amoureux parviennent à se rencontrer sans réelle difficulté. L'auteur n'insiste pas sur ces rencontres occasionnelles qui n'ont pas d'incidence sur le déroulement de l'action, mais le fait qu'elle les signale au passage mérite d'être noté car, comme on va le voir, il implique une différence de situation entre ce personnage féminin et les autres mal mariées.

285-8 Ensemble viendrent plusurs feiz.
Nuls ne poet estre si destreiz
Ne si tenuz estreitement
Que il ne truisse lui sovent.

58La disparition fort opportune du mari le maintient dans la même discrétion ; en effet, on apprend simplement sa mort au moment où Milun et son fils se sont retrouvés et où les amants sont enfin et définitivement réunis.

59Dans Guigemar,

210 Huit fu vielz hum (...)

213-7 Gelus esteit a desmesure,
Kar ceo purporte la nature
Ke tuit li vieil seient gelus -
Mult het chascuns ke il seit cous - :
Tels est d'eage le trespas !

60Pour éviter le déshonneur qu'il redoute,

  • 8 "Il ne la surveillait pas pour rire "traduit assez heureusement Pierre JONIN (Les lais de Marie de (...)

218 Il ne la guardat mie a gas :8

61En effet, la dame est placée dans une chambre creusée dans l'enceinte d'un mur extrêmement large et haut qui enclôt un espace situé au pied du château et qui ne comporte qu'une seule entrée surveillée nuit et jour. Cependant, si stricte que soit cette clôture, elle n'est pas sinistre. L'enclos sur lequel donne la chambre est un jardin bordé d'un côté par la mer ; le mur qui le délimite est en marbre vert. Quant à la chambre,

231 (...) suz ciel n'aveit plus bele !

  • 9 Le sujet des peintures qui ornent les murs de la chambre apparemment décrit avec précision par l'a (...)

62La décoration de la chambre, à l'entrée de laquelle se trouve la chapelle, est recherchée et allégorique.9 Si nul ne peut pénétrer dans l'enclos, la dame n'y vit cependant pas en solitaire : sans compter le vieux prêtre émasculé qui est un peu l'homme à tout faire du séjour, la dame jouit de la compagnie d'une jeune fille, nièce du seigneur

248 Ki mult ert franche e enseignée.

63La surveillance exercée par le mari n'est pas très étroite puisque

535-7 Ceo m'est advis, an e demi
Fu Guigemar ensemble od li ;
Mut fu delituse la vie.

64C'est un peu par hasard que les amants sont découverts par un chambellan envoyé par le mari. Mis au courant de son infortune, le vieillard

586 Unques mes tant dolenz ne fu !

  • 10 Comme le remarque Alexandre MICHA (Le mari jaloux dans la littérature romanesque des xiième et xii (...)

65Son premier mouvement de colère-assez compréhensible -consiste à condamner à mort le larron de son honneur. Cependant il se rend lui-même à la chambre de la dame avec trois de ses familiers. Devant l'air décidé de Guigemar, le vieillard s’enquiert de son identité et de la façon dont il a pu arriver là. Incrédule sur l'existence de la nef étrange, il accepte cependant d'aller vérifier et laisse Guigemar s'éloigner dans l'espoir qu'il va se noyer. Certes tout cela se déroule dans un climat de féerie et le personnage est antipathique, mais manifestement l'auteur évite de pousser son forfait au noir.10

66Il en va autrement dans Yonec. Le mari

12 Uns riches hum, vielz e antis

17 Mut fu trespassez en eage

19-20 Femme prist pur enfanz aveir,
Ki après lui fuissent si heir.

67Sans doute aime-t-il sa femme

22 Sage, curteise e ferment bel

68mais il n'hésite pas à la séquestrer

28 En une grant chambre pavee

69sous la surveillance de sa soeur

30 Veille ert e vedve, sanz seignur

70Ici, pas de luxe, et une réclusion absolue de plus de sept ans qui a pour conséquence de faner la beauté de la jeune femme. Mais, à la suite des fréquentes visites du chevalier-oiseau, l'aspect de la dame s'améliore ; il n'en faut pas davantage pour éveiller les soupçons du jaloux qui oblige sa sœur à redoubler sa surveillance. Quand il est convaincu de son infortune, il fait garnir la fenêtre de pièges ; le raffinement de cryauté qui préside à l'élaboration du traquenard est minutieusement décrit. Tout dans le récit tend à rendre particulièrement odieux le mari, qui sera d'ailleurs châtié à la fin du récit.

71Le rôle du mari dans le Laüstic est peut-être moins facile à saisir. Ce personnage, qui n'est pas présenté comme vieux, et dont la dame ne se plaint apparemment pas, ne prend de personnalité qu'au moment où son épouse attribue ses fréquentes stations nocturnes à la fenêtre au désir d'écouter le chant du rossignol. A cette explication, le mari

92 D'ire e de maltalent en rit

72La cruauté culmine dans la scène où, de ses deux mains, il tord le cou de l'oiseau et le jette tout sanglant sur le corps de la dame :

117-120 Sur la dame le cors geta
Si que sun chainse ensanglanta
Un poi desur le piz devant
De la chambre s'en ist a tant.

73Mais si, à ce moment, le personnage fait montre d'un certain sadisme, il a pu paraître aux lecteurs du xiième siècle moins sauvage dans sa jalousie que le mari trompé du roman du Châtelain de Coucy et de la Dame de Fayel ou de la vida légendaire de Guilhem de Cabestanh aux lecteurs du xiiième ...

74Certains lais sont nimbés de merveilleux ; ici on est en présence d'une scène d'un réalisme qui confine presque au mélodrame.

75L'ensemble des douze lais constitue un hymne à l'amour sincère et généreux ; dans son respect pour le sentiment authentique, l'auteur n'hésite pas à transgresser tous les tabous moraux ou socio-religieux, mais elle se montre impitoyable pour les fautes contre l'amour.

76Trois femmes sont châtiées à l'issue des lais dont elles sont les tristes héroïnes. La femme du sénéchal est doublement coupable en trahissant son mari, qui n'apparaît pas comme un tyran, mais peut-être surtout en manquant de confiance à l'égard d'Equitan ; c'est l'ambition qui la rend criminelle et lui fait entraîner son amant dans le crime. Celle du Bisclavret commet aussi une double faute contre l'amour. La première, qui est la plus grave, consiste à trahir le secret d'un mari aimant et trop confiant, mais elle en commet une seconde en transformant en complice un soupirant dont elle ne partage pas les sentiments :

107-108 Ele ne l'aveit unc amé
Ne de s'amur aseüré

77La dame du Chaitiyel, enfin, a mal récompensé l’amour de ses quatre soupirants en acceptant leurs hommages sans parvenir à faire un choix entre eux.

78L'amour de ces trois femmes a manqué de générosité et c'est ce qui explique leur sort funeste.

79En revanche, quatre lais fournissent des exemples de générosité parfois totale. La fée finira par pardonner à Lanval d'avoir été entraîné par les circonstances à enfreindre le secret de leur amour en venant le sauver in extremis en une sorte d'apothéose. Muldumarec, le chevalier-oiseau, poussera plus loin le sacrifice puisqu'il répondra aux appels trop fréquents de son amie, conscient d'y laisser ainsi sa vie. Deux autres exemples de générosité totale sont fournis par l'héroïne du Fresne et par Guildeluëc, l'épouse d'Eliduc, puisque l'une et l'autre n'hésitent pas à sacrifier leur propre bonheur pour celui de l'homme qu'elles aiment.

80Enfin deux lais fournissent des exemples de mort par amour. Dans les Deus Amanz la jeune fille meurt sur le corps de son ami qui a succombé pour la conquérir et dans Yonec, la dame s'éteint sans une parole sur la tombe de Muldumarec quand elle a accompli la mission que son ami lui avait confiée ayant de mourir.

***

81A la constance des idées fondamentales s'oppose donc la variété dans l'exploitation de thèmes communs.

82Sur les douze lais, il en est six qui font plus ou moins large la part au merveilleux. Le féerique joue un rôle important dans trois d'entre eux, mais là aussi il y a une sorte de complémentarité d’un lai à l'autre. Guigemar fait évoluer deux humains dans un climat de féerie, tandis que dans Lanval une fée vient de l'Autre Monde requérir l'amour d'un mortel et que dans Yonec, un être faé répond à l'appel d'une femme. Trois autres lais se trouvent à la frange du merveilleux ; ils se déroulent dans un décor purement terrestre mais, dans chacun, un élément-fondamental dans le Bisclavret, purement épisodique dans les Deus Amanz et Eliduc-emprunte au merveilleux matière à un rebondissement de l'action. Les six autres lais sont intégralement réalistes.

83Dans leur ensemble, les lais sont présentés comme d'origine bretonne, cependant un lai féerique et un lai réaliste se rattachent plus étroitement aux grands courants de la matière de Bretagne : Lanval appartient au cycle arthurien et le Chèvrefoil constitue un épisode du roman de Tristan. On a eu l'occasion au cours de l'analyse qui précède de relever de nombreuses similitudes et de non moins nombreuses différences entre les douze lais. Il est intéressant de constater qu'aucun lai n'exploite un thème unique et qu'un même thème se retrouve d'un lai à l'autre, mais toujours avec une légère variante d'application. De la sorte les douze lais présentent une série de situations qui se groupent et s'opposent en même temps ; c’est pourquoi tout classement est malaisé à établir.

  • 11 On est ainsi amené à s'inscrire en faux contre l'assertion de Richard BAUM (Recherches sur les œuv (...)

84Pour éviter d'infliger au lecteur des redites fastidieuses, il a paru préférable de porter ces observations sur le tableau ci-joint. On pourra ainsi se rendre compte de la complexité d'une œuvre où les différences, loin de dénoncer un assemblage fortuit, révèlent un auteur assez maître de son art pour jouer des variations sur un thème en envisageant diverses possibilités offertes par une situation de départ analogue.11

Notes

1 Les textes sont cités d'après Les Lais de Marie de France publiés par Jean RYCHNER, Paris, Champion, 1966 (C. F. M. A. n° 93). Pour les références à la critique, nous nous permettons de renvoyer le lecteur à Glyn S. BURGESS, Marie de France, an analytical bibliography, London, Grant et Cutler, 1977.

2 Sur ce sujet, voir Philippe MENARD, La déclaration amoureuse dans la littérature arthurienne au XIIème, dans C. C. M., t. XIII, 1970, pp. 33-42.

3 Equitan et Eliduc sont les héros qui s'opposent le plus nettement à ce caractère.

4 Cfr Jacques DE CALUWE, L'élément chrétien dans les Lais de Marie de France, dans Mélanges offerts à Jeanne Lods, Paris, 1978, pp. 95-114.

5 Cependant la nature primitive du héros subsistera partiellement ; elle permet d'expliquer l'espèce de brutalité de la déclaration qu'il fait à la dame (v. 501-506 et 513-526). Habitué à la rudesse de la chasse et des distractions purement masculines, il veut aller droit au but et ne s'embarrrasse guère des subtilités d'une quelconque carte du tendre...

6 Cfr Jacques RIBARD, Le lai de Lanval : essai d'interprétation polysémique, dans Mélanges Jeanne Wathelet-Willem, Liège, Marche Romane, 1978, pp. 529-544.
L'auteur voit "en Lanval le type même de l'adolescent et dans l'aventure qui est la sienne une manière de quête douloureuse de la maturité".

7 Cfr Jacques DE CALUWE, La jalousie, signe d'exclusion dans la littérature médiévale en langue occitane, dans Exlus et systèmes d'exclusion dans la Littérature et la civilisation médiévales, Senefiance no 5, Aix-en-Provence, 1978, pp. 165-176.

8 "Il ne la surveillait pas pour rire "traduit assez heureusement Pierre JONIN (Les lais de Marie de France, traduits de l'ancien français, Paris, Champion, 1972).

9 Le sujet des peintures qui ornent les murs de la chambre apparemment décrit avec précision par l'auteur, reste en fait fort imprécis et divise les commentateurs. Au terme d'une intéressante mise au point des opinions émises, Herman BRAET (Note sur Marie de France et Ovide, Lai de Guigemar, vv. 233-244, dans Mélanges Jeanne Wathelet-Wlllem, pp. 21-25) constate "L'ambiguïté demeure, et c'était, peut-être, précisément l'intention de la poétesse." Ambiguïté sans doute, mais aussi l'humour. Puisqu'elles ornent la chambre de la dame, les peintures ont été commandées par le mari jaloux, mais qui compte sur l'amour de sa jeune femme. C'est pourquoi Vénus montre comment on doit conserver et servir un amour loyal (qui pourrait être une illustration de l'Ars Amatoria) et brûle le livre (Remedia Amoris) où le poète latin enseigne comment resister à l'amour. Cette allégorie et la leçon qu'elle comporte ont évidemment trait à l'amour que le barbon espère entre sa femme et lui. L'ironie de la peinture réside dans le fait que la dame appliquera scrupuleusement ces préceptes, mais le bénéficiaire en sera non pas le mari, qui a fait exécuter la peinture, mais Guigemar, introduit par magie dans la prison de la dame.

10 Comme le remarque Alexandre MICHA (Le mari jaloux dans la littérature romanesque des xiième et xiiième siècles, dans Studi Médiévali, t. XVII, 1951, pp. 303-320 : "ce jaloux n'a d'ailleurs rien de forcené, puisqu'il laisse repartir dans la nef merveilleuse le chevalier qu'il vient de surprendre avec sa femme".

11 On est ainsi amené à s'inscrire en faux contre l'assertion de Richard BAUM (Recherches sur les œuvres attribuées à Marie de France, Heidelberg, Winter, 1968). Le philologue allemand a fait œuvre utile en montrant que l'attribution des Lais, des Fables et de l'Espurgatoire à un même écrivain ne reposait sur aucune preuve certaine. Il est salutaire, de temps à autre, de remettre en question certaines opinions. L'utilité de cette thèse est de nous obliger à repenser les problèmes, mais non de nous inciter à suivre son auteur dans un scepticisme systématique qui l'amène finalement à soutenir que l' auteur des lais n'est pas Marie et que les douze lais, d'auteurs différents, ont été réunis par hasard. Pour une réfutation partielle de cette thèse, cfr Naurice DELBOUILLE, El chief de cest comencement. Marie de France, Prologue de Guigemar, dans Mélanges Edmond-René Labande, Poitiers, 1974, pp. 185-196. Pour Richard Baum, les lais seraient trop variés pour être l'œuvre d'un seul auteur. Il ne faut pas confondre variété et complexité. Cfr aussi sur ce sujet les conclusions d' Edgar SIENAERT, Les lais de Marie de France - Du conte merveilleux à la nouvelle psychologique, Paris, champion, 1978.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3699/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

Auteurs

Université de Provence

Université de Liège

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540