Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Les Enfances Auberon dans Ysaïe le triste et leur importance dans la structure du roman

Barry F. Beardsmore

Texte intégral

  • 1 Cette étude du roman est basée sur un examen du texte du ms. n°. 2524 de la Hessische Landes und H (...)

1Dans un bref colophon, le romancier appelle son œuvre "li romant de Ysaye le Triste et de Marcq Essilliet son fil"1. Pourtant, ce titre ne fait guère justice à la vraie portée de son récit, comme le démontrera l'analyse suivante. Le texte du roman se divise sans difficulté en trois parties, dont la première présente essentiellement les "enfances" du héros Ysaïe.

2Ysaïe est le fils des amants infortunés, Tristan de Loennois et Yseult de Cornouaille. Après lui avoir donné naissance dans le Morois, sa mère le confie à l'ermite Sarban pour que ses nombreux ennemis à Tintagel n'apprennent pas l'existence de l'enfant. Peu après son retour à la. cour elle meurt, comme Tristan, dans des circonstances tragiques. Leur fils, orphelin, reçoit la visite de quatre fées, qui ordonnent à l'ermite Sarban d'emmener l'enfant par bateau dans une région boisée située au-delà des mers. Là ; elles pourvoient à ses besoins matériels et, avant de le quitter, elles confient à un mystérieux petit nain hideusement défiguré le devoir de lui servir de valet. Ce nain s'appelle Tronc ; il refuse totalement de dévoiler ses origines ou d'expliquer la cause de sa laideur repoussante (ff, 6r-11v).

3Sarban et Tronc veillent sur Ysaïe jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de quinze ans et demande à être fait chevalier. Tronc lui donne alors l'accolade, utilisant en guise d'épée l'os du bras droit du chevalier Lancelot du Lac, dont ils ont exhumé le squelette dans ce but. Les quatre fées apparaissent tout de suite après et donnent au jeune chevalier un cheval et des armes. Quelques jours plus tard, leur protégé témoigne de ses dons de vrai chevalier en mettant à mort en combat singulier un chevalier félon, qui avait assassiné le pauvre Sarban, trop faible pour se défendre. Aussitôt l'ermite enterré, le jeune chevalier, accompagné de Tronc, sort de l'obscurité de la forêt pour chercher fortune dans le monde (ff, 11v-19r).

  • 2 Voir, p. ex., les ruses auxquelles Tronc a recours dans sa lutte contre les traîtres Brun de l'An- (...)

4Grâce en partie à l'aide que lui donne son Valet2, Ysaïe sort victorieux d'une série de combats contre des chevaliers et des seigneurs perfides et acquiert ainsi rapidement une réputation de courage. Le bruit de ses exploits se fait entendre même dans le lointain royaume de Blamir, et la belle princesse Marte, nièce du roi Yrion, s'éprend de lui et lui envoie une missive l'invitant à venir demander sa main, Aussitôt arrivé à Blamir, Ysaïe remporte un succès éclatant dans le grand tournoi que le roi Yrion a organisé à son intention, et il accepte ensuite l'invitation de la princesse, qui, deux nuits de suite, le comble de ses faveurs. Les quatre fées s'en prennent à Tronc, qui a laissé son maitre se comporter de manière honteuse, et le battent cruellement. Cependant, un défi envoyé par le géant Miroul force Ysaïe à remettre son mariage car l'honneur exige qu'il réagisse à la provocation sans plus tarder (ff. 19r-94r).

5Sans que le lecteur s'en aperçoive, le départ d'Ysaïe de Blamir marque le commencement de la deuxième partie du récit, dont le thème principal sera les "enfances" d'un nouveau personnage héroïque, le chevalier Marc. Grâce à un emploi fréquent du procédé d'entrelacement, le romancier réussit à joindre très adroitement cette deuxième partie à la première ; non seulement il décrit les pérégrinations et les aventures d'Ysaïe et de Tronc, mais il tient aussi ses lecteurs au courant des événements importants qui se déroulent à Blamir.

6Pendant l'absence d'Ysaïe, Marte donne naissance à leur fils, Marc. Mais, trouvant que cet enfant ne peut la consoler dans sa solitude, elle se résout à partir à la recherche de son amant, et se déguise en ménestrel afin de pouvoir voyager "incognito". Après maintes aventures, elle arrive à la ville de Sorlion ; ses lais mélancoliques plaisent tellement au roi Estrahier, qu'il l'oblige a y rester pour divertir sa fille, Yvoire, qu'il tient emprisonnée dans une tour à cause de sa nature dissolue (ff. l06r-125 v).

7Dans l'intervalle, Ysaïe a rencontré en combat singulier le géant Miroul et l'a vaincu. Mais le malheur veut ensuite que son valet Tronc soit enlevé et emprisonné par le traître Elias d'Acre ; le jeune chevalier en est si affligé qu'il perd la raison et court se réfugier dans la forêt. Par la suite, le "fol" arrive par hasard à Sorlion et, trouvant que les vivres sont plus abondants dans la grande salle du roi Estrahier que dans la forêt, il décide d'y rester. Il rencontre parfois Marte, mais ils ne se reconnaissent pas, Marte portant toujours son déguisement de ménestrel et Ysaïe, dans sa démence, étant méconnaissable (ff. 125v-134r).

8Sur ces entrefaites, Marc est devenu homme et, dès que son oncle vieillissant, le roi Yrion, lui confie le gouvernement du pays, il organise un grand tournoi au cours duquel son hôte, le roi Estra-hier, lui donnera l'accolade. Ce tournoi offre à Marc sa première occasion de montrer qu'il est un fils digne du célèbre Ysaïe le Triste. Peu après, les armées d'Esprehan, l'amiral de Perse, descendent sur Blamir. Yrion réussit à conclure une trêve avec Esprehan ; mais Marc lui-même la rompt peu après lorsque, tombé amoureux d'Orimonde, la fille de l'amiral, il se querelle violemment avec elle et essaye même de la tuer. Mais les deux jeunes gens règlent très vite leur différend ; Marc et quelques compagnons dévoués accomplissent ensuite tant de tours de force dans le camp ennemi que l'amiral est obligé de consentir à une nouvelle trêve de douze mois (ff. 147v-152r ; 167v-212r).

9Dans l'intervalle, Tronc parvient à s'échapper de la prison d'Elias d'Acre et, une fois Ysaïe guéri de sa folie grâce aux herbes magiques que les fées ont procurées à son valet, les deux hommes libèrent la princesse Marte de la tour de Sorlion. En apprenant la nouvelle de l'invasion sarrasine, Ysaïe envoie Tronc recruter tous ses amis lointains pour la lutte contre l'infidèle, et lui-même se rend en toute hâte à Blamir afin d'y faire la connaissance de son fils, Marc (ff. 213-248r).

10La situation qui existe au moment où Ysaïe rentre à Blamir n'est pas très différente de celle qui y régnait au moment de son départ. L'arrivée inattendue d'un défi expédié par le géant Miroul avait alors suffi à empêcher Ysaïe et Marte de s'épouser. Or, deux couples, maintenant, tiennent à se marier car le jeune chevalier Marc vient de gagner le cœur de la belle princesse Orimonde. Mais les deux couples n'osent penser à leur propre bonheur, avant qu'une victoire définitive sur les Sarrasins n'assure pour toujours la sécurité de Blamir ; et le romancier, en introduisant dans son récit le thème de la trêve que Marc vient de conclure avec l'amiral, a trouvé à propos de repousser une telle victoire de douze mois. Les raisons pour lesquelles il prolonge ainsi son récit ne tardent pas à se manifester : Ysaïe reçoit de nouveau une provocation au combat, et ses adversaires seront cette fois les quatre géants du chastel des Hauts Murs (f. 260r). Il est évident que le romancier, avant de permettre à ses deux héros d'en découdre avec les Sarrasins, tenait à permettre à l'un d'eux d'entreprendre une dernière série d'aventures à l'étranger. Il va sans dire que, lorsque Marc exige qu'on lui permette de répondre à la provocation au combat, son père, très fier de lui, y consent sur le champ, mais il insiste tout de même pour que le jeune chevalier accepte le nain Tronc comme guide et conseiller (ff. 262v-264v). La troisième partie du roman consiste donc en une description des aventures de Marc et de Tronc à l'étranger à la recherche des géants du Chastel des Hauts Murs. Cependant, l'épisode le plus intéressant de cette partie est incontestablement celui qui offre une explication du mystère qui a toujours entouré l'identité du nain Tronc.

11Le troisième jour de leur voyage, Tronc mène Marc au Val des Fées, l'endroit où Ysaïe, jeune enfant, avait fait la connaissance du nain. Dans cette vallée Marc rencontre la fée Oriande, et c'est elle qui lui dévoile le douloureux destin du nain. Bien qu'il soit le fils de Morgue la fée et de Jules César, Tronc a été obligé par une malédiction, qui l'avait transformé en nain grotesque, de mener sur terre une vie très pénible. Pourtant, il pourra être libéré de cette malédiction et regagner ainsi sa place légitime dans le monde des fées, s'il réussit à trouver un homme capable d'accomplir pour lui trois tâches ardues. Les deux premières consisteraient à s'emparer de deux forteresses, le Pont de Douleur et le Chastel Envieux. La troisième, pourtant, est d'un ordre bien différent : le héros devrait se marier le même jour que ses propres parents. Après avoir reçu toutes ces confidences, Marc prend congé d'Oriande et se remet en quête d'aventures (ff. 278v-288v). Avant de retourner à Blamir, non seulement il vainc et tue, entre autres scélérats, les quatre géants du Chastel des Hauts Murs, qui avaient défié son père (ff. 302r-309r), mais il s'empare aussi des deux forteresses dont avait parlé la fée Oriande (ff. 321v-333r ; 356v-360v).

12Le romancier présente enfin le dénouement très fouillé qu'exige son long récit.

13Dès l'expiration de la trêve conclue avec les Sarrasins, Ysaïe et Marc les attaquent et, le lendemain de la victoire définitive qu'ils remportent sur l'Infidèle, ils fêtent leur bonne fortune en épousant chacun sa bien-aimée. Quelques jours plus tard, les quatre fées font à Tronc une visite nocturne pendant laquelle Oriande fait de lui le plus avenant des nains, Ysaïe et Marc le conduisent après jusqu'aux fonts baptismaux où. il prend le nouveau nom d'Auberon. Il donne à Ysaïe un cor magique afin que le chevalier puisse l'appeler s'il a, jamais de nouveau besoin de son aide. Ensuite il fait ses adieux à tous ses amis. Son départ pour le monde des fées marque la conclusion du récit (ff, 367v-373r).

14Dans son explicit le romancier a évité de faire la moindre allusion aux "enfances" qu'il a attribuées au célèbre roi de féerie, Auberon. Néanmoins, ces "enfances" constituent l'aspect le plus original de son long récit et méritent pour cette raison une étude plus approfondie. Il est évident qu'elles ont certains rapports avec une autre description des premières années d'Auberon, celle que nous fournit la chanson de geste du treizième siècle, Huon de Bordeaux, l'oeuvre où le roi apparaît pour la première fois. Ici, le roi lui-même présente tous les détails de son passé dans le long récit qu'il fait au héros, Huon, à l'occasion de leur première renconte ; après lui avoir fait savoir qu'il est le fils de Morgue la fée et de Jules César, il décrit les événements qui ont accompagné sa naissance :

  • 3 Huon de Bordeaux, édité par Pierre Ruelle.(Bruxelles, Paris, 1960), vv. 3518-32.

A ma naisence ot grant joie mené :
Tous les barons manderent du rené,
Fees i vinrent ma mere revider.
Une en i ot qui n'ot mie son gré ;
Si me donna tel don que vous veés,
Que jou seroie petis nains bocerés,
Et jou si sui, s'en sui au cuer irés ;
Jou ne crue puis que j. 'oi trois ans pasé.
Quant ele vit q'ensi m'ot atorné,
A se parole me vaut puis amender ;
Si me donna tel don que vous orrés,
Que jou seroie li plus biaus hom carnés
Qui onqes fust en après Damedé.
Or sui iteus que vous ichi veés,
Autant sui biaus com solaus en esté.3

  • 4 Edité par Gaston Raynaud, SATF (Paris, 1879), vv. 1180-1200.
  • 5 Quelques-uns de ces motifs figurent aussi dans le roman en moyen anglais, The Turke and Gowin, et, (...)

15Il est clair qu'avant d'entreprendre de développer ces "enfances", l'auteur d'Ysaïe le Triste a jugé à propos d'en modifier certaines données. Il a accepté, bien sûr, la tradition selon laquelle Auberon aurait dû sa taille chétive à une malédiction dont une fée malveillante l'aurait accablé, mais il a supprimé cet autre thème, qui suggère que la fée en question et ses trois compagnes auraient tâché plus tard de réparer le tort qu'elles lui avaient fait en le douant d'une grande beauté aussi bien que de nombreux pouvoirs merveilleux. A la place de ce thème, il a intercalé dans sa biographie de la jeunesse d'Auberon une nouvelle série de motifs selon lesquels le nain maudit autait été obligé de se rendre sur terre sous une forme hideuse afin d'y trouver un héros capable d'accomplir trois tâches, qui seraient désormais nécessaires à sa métamorphose. Il est difficile de déterminer la source précise qui aurait pu lui fournir cette série de motifs ; s'il ne les a pas inventés lui-même, on doit supposer qu'il les a trouvés dans l'œuvre de quelque prédécesseur ou quelque contemporain. Quelques-uns des motifs se retrouvent en effet dans la chanson de geste du douzième siècle, Elie de Saint-Gilles ; ici, le héros est servi par un valet appelé Galopin, qui prétend non seulement devoir sa petite taille à une malédiction dont des fées malveillantes l'auraient accablé, mais aussi avoir perdu, à cause de sa difformité, l'amour de ses parents, de noble lignée, qui ont été jusqu'à le chasser de chez eux4. Quoi qu'il en soit, l'exemple de Galopin suggère que les motifs employés par l'auteur d'Ysaïe le Triste n'étaient pas aussi peu connus à l'époque médiévale qu'on aurait pu le croire en premier lieu5.

16Pourtant, même si on ignore à quel point le romancier était redevable des motifs en question à quelque prédécesseur tel que l'auteur d'Elie de Saint-Gilles, il n'en reste pas moins évident que c'est dans un but bien défini qu'il a interpolé ces motifs dans sa biographie d'Auberon. On ne peut pas s'empêcher de remarquer, par exemple, qu'il a pris soin de ne pas expliquer le mystère qui entoure l'identité du nain Tronc avant la conclusion de son récit ; ce n'est que dans la troisième partie, au moment où Marc descend avec Tronc dans le Val des Fées et s'y entretient avec la fée Oriande, que le lecteur devine que le nain est en réalité Auberon, bien que celui-ci n'apparaisse là que sous une forme antérieure. Il est évident que, si le romancier a attendu ce moment bien tardif pour offrir cette explication, c'est qu'il voulait présenter le roi ensorcelé jouant le rôle avilissant de valet auprès de deux chevaliers d'un bout à l'autre de son récit.

  • 6 Voir note 2. Voir aussi les aventures de Tronc lorsqu'il voyage à la recherche des amis d'Ysaïe af (...)
  • 7 Edité par Duncan MacMillan, SATF (Paris, 1949- 50), vv. 2636-3554).

17Il a pu créer ainsi autour du rôle du petit nain de nombreux épisodes comiques, et ceux-ci ont servi à introduire quelque variété dans sa longue énumération des exploits chevaleresques des deux héros eux-mêmes6. De plus, le fait que le romancier puisse prétendre dans le dénouement de son récit qu'il n'a fait tout le temps que présenter la vie du célèbre roi de féerie avant sa métamorphose sert en quelque sorte à justifier l'audace qu'il a eu eue d'introduire dans son œuvre un personnage qui reste, tout compte fait, "très peuple". Il semblerait donc que son valet nain appartienne au premier chef à la même catégorie de personnages que, par exemple, le géant garçon de cuisine, Rainouart, de la chanson de Guillaume ; ce Rainouart joue, lui aussi, un rôle à la fois comique et héroïque jusqu'au moment où l'on découvre, dans le dénouement, qu'il est, malgré les apparences, de sang royal7.

18Pourtant, l'aspect le plus remarquable de ces enfances Auberon est la position très importante que le romancier leur a attribuée dans la structure de son oeuvre. Il est à noter, par exemple, qu'il introduit Tronc dans son récit quelques pages seulement après sa description de la naissance du héros Ysaïe, c'est-à-dire presque au début même de l'histoire. S'étant attaché au héros comme valet, le nain l'accompagne désormais dans tous ses voyages en quête d'aventures. Dans la deuxième partie du roman, c'est Tronc qui guérit Ysaïe de sa démence en se procurant auprès des fées les remèdes nécessaires. Et le romancier décrit aussi dans cette partie de son œuvre les nombreuses aventures du petit valet poursuivant sa tâche de recrutement chez les amis lointains d'YBaïe pour la lutte contre les Sarrasins. Dans la troisième partie de l'histoire, lorsque c'est le tour de Marc de partir à la quête d'aventures, Tronc l'accompagne aussi, car Ysaïe a insisté pour que son fils accepte le nain comme guide. Ainsi, le lecteur rencontre le valet, au cour du roman, bien plus souvent qu'il ne rencontre ses maîtres, Ysaïe et Marc. Finalement, on peut constater que le romancier fait en sorte que la métamorphose du valet, accomplie par la fée Oriande après les mariages des deux héros, constitue la dernière grande scène de son œuvre. Tout ceci nous permet de conclure que le romancier avait toujours eu l'intention de faire de cette série de motifs décrivant la visite sur terre d'un personnage ensorcelé y cherchant son libérateur le cadre à l'intérieur duquel arranger et présenter la masse d'aventure arthurienne dont il disposait. Qui plus est, bien qu'il soit peut-être impossible de déterminer la source où il a puisé cette série de motifs, il ne semble faire aucun doute que celui de la troisième tâche, qui exige du libérateur du nain qu'il se marie le même jour que ses parents, n'est qu'un procédé inventé par le romancier lui-même ; il a choisi de l'ajouter aux deux autres motifs afin de justifier la présence dans son œuvre de deux longues biographies au lieu d'une seule, celle de Marc l'Exilé aussi bien que celle d'Ysaïe le Triste, Ysaïe lui-même ne pouvant pas servir de libérateur à son valet ensorcelé puisque ses propres parents, Tristan et la reine Yseult, n'avaient jamais pu se marier et étaient morts même peu après sa naissance.

19Il est désormais évident que l'auteur d'Ysaïe le Triste, tout en désirant présenter à ses lecteurs un sujet aux proportions épiques, à savoir l'histoire de deux générations de héros vaillants, qui descendaient de Tristan de Loennois et de la reine Yseult de Cornouaille, tenait aussi à doter son récit d'une large mesure de cohésion, cohésion que les lecteurs de son époque n'espéraient guère trouver dans un projet de dimensions si ambitieuses. On ne peut donc qu'admirer l'habileté avec laquelle, pour atteindre son but, il a fait des "enfances" pittoresques qu'il a inventés pour Auberon la clef de voûte de tout son récit.

Notes

1 Cette étude du roman est basée sur un examen du texte du ms. n°. 2524 de la Hessische Landes und Hochschulbibliothek à Darmstadt. L'autre ms. dans lequel le roman a été préservé, le ms. n° 688 de la Herzoglich Gothaische Bibliothek, ne m'était pas accessible ; voir Brian Woledge, Bibliographie des romans et nouvelles en prose française antérieurs à 1500 (Genève, 1954) ; p. 59, n° 82 ; voir aussi l'analyse détaillée du roman faite par Julius Zeidler, "Der Pro-saroman, Ysaïe le Triste, " Zeitschrift fur Roma-nische Philologie, XXV (1901), 175-214, 472-489, 641-668. M. André Giachetti a démontré que le roman date probablement de la deuxième moitié du 14e siècle : "Ysaïe le Triste et l'Ecosse", Bulletin Bibliographique de la Société Internationale Arthurienne, XV (1963), 10°-119.

2 Voir, p. ex., les ruses auxquelles Tronc a recours dans sa lutte contre les traîtres Brun de l'An-garde (ff. 30v-33r ; ou J. Zeidler, "Der Prosa-roman Ysaïe le Triste, " pars. 51-54) et Craventor de l'Outrageux Passage et Senecque le Bleu (ff. 47v-48v ; ou Zeidler, pars. 80-83).

3 Huon de Bordeaux, édité par Pierre Ruelle.(Bruxelles, Paris, 1960), vv. 3518-32.

4 Edité par Gaston Raynaud, SATF (Paris, 1879), vv. 1180-1200.

5 Quelques-uns de ces motifs figurent aussi dans le roman en moyen anglais, The Turke and Gowin, et, dans son étude de cette oeuvre M. Vernon J. Harward maintient qu'ils proviennent du folklore celtique ; voir The Dwarfs of Arthurian Romance and Celtic Tradition (Leiden, 195 8), chap. XII Pourtant, il est à noter que M. Harward ne fait aucune mention ni de Tronc ni de Galopin.

6 Voir note 2. Voir aussi les aventures de Tronc lorsqu'il voyage à la recherche des amis d'Ysaïe afin de les recruter pour la lutte contre les Sarrasins (ff. 213r-215r ; 228v-242v ; ou Zeidler, pars. 472-479 ; 486-494).

7 Edité par Duncan MacMillan, SATF (Paris, 1949- 50), vv. 2636-3554).

Auteur

Université de Victoria

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540