Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Un couple de sarrasins hors du commun

Jeanne Baroin

Texte intégral

1Parmi les personnages qui évoluent autour de Simon de Pouille, le héros de la chanson de geste qui lui doit son nom, il en est deux qui occupent une place particulièrement importante : le sénéchal de l'émir Jonas, Synados, et la fille de l'émir, la belle Licorinde.

  • 1 Nous nous référons ici à la version longue de la chanson, contenue dans les rass Bibl. Nat. 368 = (...)

2Rappelons brièvement les principales circonstances dans lesquelles Synados et Licorinde interviennent1 : douze comtes français, dont Simon, chargés par l'empereur Charles de porter un message à l'émir de Babylone, Jonas, ont été jetés dans les prisons de l'émir. Ils réussissent, en dupant Jonas, à s'en évader. Synados, saisi d'admiration à la vue de leurs exploits et gagné par là à leur foi, devient leur allié et leur livre le château d'Abilant où il se réfugie avec eux. Les troupes de Jonas assaillent Abilant. Au cours d'un combat Synados est fait prisonnier. Licorinde s'ingénie à empêcher Jonas de le mettre à mort. De son côté Simon imagine un stratagème grâce auquel les Français pénètreront dans le camp ennemi, iront chercher Synados et Licorinde et les amèneront avec eux dans la tour d'Abilant. Après une longue résistance aux attaques répétées des Sarrasins, les Français font demander du secours à Charlemagne. L'empereur lève une armée qui, unie à celle du roi de Jérusalem, délivre les prisonniers d'Abilant. Les douze comtes reviennent en France, accompagnés de Synados et de Licorinde, dont le mariage termine le poème.

  • 2 Bibliothèque Universelle des Romans, oct. 1777, 1er vol. p. 134-156. La mission des comtes, leur c (...)

3Synados et Licorinde occupent assez souvent la scène pour qu'un récit de la Bibliothèque des Romans, manifestement inspiré de Simon de Pouille, ait fait d'eux les principaux personnages d'un conte devenu l'histoire de leurs amours2, alors qu'il ignore jusqu'au nom du héros principal de l'épopée.

  • 3 "La composition de Fierabras", Romania, XVII, 1888, (p.48-49).

4On sait que l'épopée médiévale exploite volontiers le thème de l'amour éprouvé ou suscité par une Sarrasine. J. Bédier soulignait la fréquence avec laquelle reparaît la païenne "amoureuse et compatissante", "type inflexible et invariable que nous retrouvons dans vingt chansons de geste"3. Des différences sensibles cependant entre les belles Sarrasines comme entre leurs partenaires ont souvent été notées. L'auteur de Simon de Pouille traite le thème d'une manière qui lui est propre, manifestant son originalité, nous semble-t-il, dans la façon dont il a conçu les caractères et le rôle de Synados et de Licorinde.

  • 4 B 1173 sqq., C 995 sqq.

5C'est un duo que jouent Synados et Licorinde, dès le début. Ils se présentent ensemble, dans une brève apparition, à la cour de Jonas, en milieu païen donc, et indépendamment de toute relation avec les Français : l'émir rentre dans son palais de Babylone ; aussitôt il est l'objet de marques d'honneur de la part de son sénéchal, qui s'empresse de le servir, et de la part de sa fille, qui se hâte d'aller s'incliner devant lui4. Une brève remarque de l'auteur établit dès ce moment le lien entre Synados et Licorinde, en même temps qu'elle constitue une préparation pour un avenir assez lointain :

"Il amoit la pucelle, si li a fait ung ris"

6mais sans plus de précision pour l'instant. La jeune fille répond-elle à l'amour du sénéchal ? Cet amour s'est-il déclaré ? En tout cas il n'est pas "officiel". Jonas lui-même semble l'ignorer - à moins qu'il ne feigne l'ignorance.

  • 5 Ce temps d'absence est occupé par la comparution, devant l'émir, des Français prisonniers, leur év (...)
  • 6 L'émir désire se venger sur Synados de la mort de Tristamant.

7Après une assez longue éclipse5, Licorinde est réintroduite par Jonas : l'émir fait dire à sa fille d'envoyer à son camp, devant Abilant, Synados qui a été emprisonné à Babylone6. Licorinde accompagne Synados au camp. Son retour est ainsi directement lié à un rappel de Synados. Nous apprenons alors la réciprocité de leur amour :

  • 7 B 2500.

"Ele amoit Synados et il lui de coraige. "7

  • 8 A noter que Synados et Licorinde ne sont baptisés qu'après leur arrivée à la cour de Charlemagne, (...)

8La suite du poème les fait intervenir fréquemment. Quand Licorinde reparaît ou quand il s'agit d'elle, on ne perd pas de vue Synados ; il est présent aussi, ou bien il est question de lui. A la fin de l'épopée ils reçoivent ensemble le baptême8 avant de se marier.

9Bien que le rôle de Licorinde soit indissociable de celui de Synados, l'épopée n'est pas doublée d'un roman d'amour. La limitation du romanesque était facilitée par le fait que Licorinde aime un homme de son propre camp, qu'elle l'aime déjà avant sa conversion et continue à l'aimer après qu'il s'est converti. Son amour, dont on ignore à quel moment il a pris naissance, suit une voie sans détours, sans à-coups, sans heurts, égal à lui-même du commencement à la fin. Il diffère donc considérablement de celui dont brûlent, pour un chevalier français, Malatrie (Siège de Barbastre), Nubie (Prise de Cordres), Galienne (Mainet), Floripas (Fierabras)… et tant d'autres princesses sarrasines, en proie à une passion presque toujours soudaine, qui les saisit à la vue du chrétien ou au récit de ses exploits, ou les attire dans sa prison, passion à laquelle elles se livrent corps et âme au mépris de leur race ou de leur religion.

  • 9 Sauf, naturellement, l'émir lorsqu'il veut la mort de Synados. Mais le but de ce châtiment serait (...)
  • 10 B 3454 ; cf. 3465, 3474-75, 4433-34.

10De plus, l'amour de Synados et de Licorinde est unique dans la chanson. Licorinde, seul personnage féminin - elle n'a pas même une confidente ou une suivante -, n'aime que Synados et n'est aimée que de lui. Pas l'ombre d'une infidélité ni d'un côté ni de l'autre ; pas la moindre faille dans leur attachement. Jamais un troisième personnage ne vient s'y interposer. Aucun Français, aucun Sarrasin hormis Synados ne jette un regard de convoitise sur Licorinde. Personne ne songe même à les éloigner l'un de l'autre9. Quand les Français se préoccupent de délivrer Synados, ils envisagent en même temps d'amener dans la tour avoi lui Licorinde10, et ils agiront de manière à ne pas les séparer.

  • 11 Folque de Candie, éd. Schultz-Gora, t. II, Dresden, 1915, p. 257 sqq.
  • 12 A noter aussi que le Povre-Veü, fils bâtard de Gui, a déjà de par son origine paternelle une attac (...)

11Assurément l'amour d'une jeune Sarrasine pour un Sarrasin auquel elle demeure fidèle, n'est pas sans exemple en dehors de Simon de Pouille. Nous ne nous attarderons pas au personnage de Ludie, l'amante de Corsabrin (Bâtard de Bouillon), ennemie de son époux chrétien. L'amour qu'elle inspire - et dans les deux camps -, constitue le ressort principal d'une intrigue qui tient du roman ou du fabliau presque autant que de l'épopée. D'autres païennes forment avec leur fiancé des couples moins violents, tel celui d'Alfamie et Clarel (Otinel) ou encore celui de Gloriande et Caraheu (Enfances Ogier) ; mais bien que ceux-ci manifestent leur souci de droiture, voire de bienveillance à l'égard d'un combattant chrétien, ils ne changent ni de camp ni de religion. Plus proche de celle de Synados et Licorinde serait la situation que l'on trouve dans une version de Foucon de Candie11 : Ganite, qui aime le Povre-Veü, fils de la Sarrasine Faussette, apprenant la conversion de celui-ci et son alliance avec les chrétiens, se convertit à son tour, et leur mariage est célébré. Mais cette aventure, traitée surtout pour elle-même, anime des épisodes de tonalité romanesque12, et elle reste en marge de la principale intrigue amoureuse, fondée sur la passion, plus conforme aux données habituelles, de la païenne Anfelise pour le chrétien Foucon, qu'elle aide à conquérir la ville de Candie.

  • 13 B 6083 sqq.
  • 14 C 5085…
  • 15 Et leur sympathie va au groupe des Français dans son ensemble, tandis que Gloriande et Caraheu, Al (...)

12Licorinde n'aide pas à la victoire des chrétiens ; ce n'est pas elle qui libère les comtes enfermés dans la tour d'Abilant ; ce sont eux, au contraire, qui viennent la chercher dans le camp de l'émir, en même temps qu'ils délivrent Synados. Sans doute les prêtres de Mahomet, interprétant pour Jonas un songe qui le tourmente, lui expliquent-ils que la louve-cervière dont il a eu la vision, n'est autre que Licorinde et que les faons qu'elle protégeait farouchement sont les prisonniers de la tour13 ; mais en réalité l'action de Licorinde s'exerce beaucoup moins entre Français et Sarrasins qu'entre Synados et les autres Sarrasins. C'est Synados qu'elle cherche à soustraire à la fureur de l'émir ; mais le trouvère chante du ber et de s'amye14 en même temps, créant ainsi une situation originale dans la chanson de geste : ce n'est pas l'amoureuse seule, mais un couple uni, qui est placé entre les deux communautés païenne et chrétienne15.

  • 16 Op. cit. n°2, p. 149 et 151.
  • 17 B 2548.
  • 18 Voir à ce sujet l'article de M. P. Jonin : "Le Climat de croisade des chansons de geste", Cahiers (...)
  • 19 B 2509
  • 20 B 2569 ; cf. aussi B 2588, C 4949.
  • 21 B 3761. De toute manière, ce baiser de la Sarrasine au Sarrasin ne revêt pas la même importance qu (...)

13Constamment associés dans l'action, Synados et Licorinde se rapprochent aussi par les traits les plus marquants de leur personnalité, en particulier par la discrétion dont ils font preuve dans leur amour. En faisant de Synados/Sidonas un jeune premier séducteur, incapable de tenir secrètes ses "bonnes fortunes", de Licorinde une jeune femme sensuelle toute prête à se laisser enlever pour goûter les "douceurs d'un amour satisfait", le récit de la Bibliothèque des Romans16 à complètement défiguré les personnages de Simon de Pouille. Ceux-ci gardent au contraire une grande réserve. Licorinde exprime le désir de prendre Synados a seignor17 ; l'aveu de son amour s'arrête là ; une telle retenue contraste avec la hardiesse de langage qui dans les chansons de geste caractérise habituellement les amoureuses, même chrétiennes18. Licorinde "regarde souvent" du côté de Synados19, elle s'entretient volontiers avec lui20 ; exceptionnellement elle ira, dans un moment de vive émotion, jusqu'au baiser furtif, "tot coiement… qu'ele ne fut veüe"21. Elle est bien loin, on le voit, des amoureuses dévergondées que l'épopée médiévale s'est souvent plu à jeter dans les bras du chevalier chrétien. Que l'on songe, par exemple, à l'absence de pudeur d'une Galienne première manière (Mainet) ou d'une Sinamonde (Bâtard de Bouillon), qui se glissent dans le lit du bel étranger pour forcer son amour ! La discrétion de Synados ne le cède en rien à celle de Licorinde ; jamais il ne déclare ses sentiments amoureux. Le trouvère s'est borné à rappeler de temps à autre l'amour des deux jeunes gens par quelques formules banales :

  • 22 B 1191, C 5001, B 3512, 3579 ; cf. aussi B 2500, 5061, C 2985, 4904.

"Il amoit la pucelle,
qui toujours l'a amé,
de cui a fet son per,
qui an a fet. s'amie"22

14Ces brèves indications constituent à peu près toute la part que le poème consacre à l'amour.

15Pourtant, leur comportement à tous deux révèle la profondeur et la solidité de leur attachement : Licorinde apporte toute son énergie à sauver Synados de la mort dont Jonas le menace à tout instant. Et l'on peut supposer que la présence d'esprit et la ténacité dont elle fait preuve dans cette tâche prennent leur source dans une passion ardente. Synados, mû par des sentiments analogues à ceux qui animent Polyeucte à l'égard de Pauline, déploie toutes les ressources de son éloquence dans le credo qu'il formule à l'intention de Licorinde, et quand il la voit disposée à recevoir le baptême, il laisse transparaître sa joie dans les vifs regrets qu'il exprime de ne pas lui avoir découvert plus tôt sa propre conversion :

  • 23 B 2554.

"Dame, fet il, por Deu, dois ier vos en parlase"23

16Mais, ardent prosélyte, Synados semble prêt à faire taire son amour et à subir le châtiment suprême plutôt que de renier le Dieu auquel il vient de se donner. Quand, de son côté, Licorinde renonce à Mahomet, ce n'est pas au premier chef, du moins pas explicitement, pour pouvoir épouser l'homme qu'elle aime ; elle ne s'exclame pas, comme Ganite soupirant pour le Povre-Veü :

  • 24 0p. cit. n° 11, II, p.258, v.44.

"Et par la soie amor prendrai crestienté"24 ;

17elle-même, jugeant Mahomet inefficace - motif de conversion intéressé sans doute, mais habituel chez les Sarrasins - se sent attirée par la foi chrétienne :

  • 25 B 2543-44

"Ceste loi crestienne m'atalante grant
mase, Mahomet nostre deu volontiers renoiase. "25

18C'est seulement en second lieu, après avoir confessé cette attirance, qu'elle envisage, en même temps que son baptême et la délivrance des chrétiens prisonniers, son mariage avec Synados, à qui elle transmettrait l'héritage paternel :

  • 26 B 2549.

"Mes pères n'a point d'oir, ce rene vos donase"26

  • 27 C 2046-49.

19projet qui dans le contexte épique offre implicitement, on peut le supposer, une possibilité d'extension pour la religion des chrétiens. L'engagement réciproque que prennent ensuite Synados et Licorinde27 se trouve ainsi fondé sur leur foi plus que sur leur amour.

20Si les croyances religieuses de Licorinde paraissent un peu moins assurées que celles de Synados, si ses intentions ne sont peut-être pas aussi pures, du moins montre-t-elle une égale dignité. Consciente des devoirs qui incombent aux grands ; elle n'entend pas que l'on transgresse les règles du Droit. Son père lui a confié la garde du prisonnier : il la mettrait dans son tort s'il le faisait exécuter :

  • 28 C 2094-95. C'est seulement quelques vers plus loin (B 2605) que l'émir promet à Licorinde de laiss (...)

"Se Synados mourait, je l'aroye traÿ
Car par le mien conduit est il venu cy28

21D'un ton vif elle rappelle à Jonas qu'il ne peut se dérober à ses promesses :

  • 29 B 2625-27.

"Parole d'amirant ne doit estre failie
La vostre, se Dex plet, ne sera ja mentie ;
Ce que avez otrié, ne desdirez vos mie.29

22Plus tard encore, elle le conjure avec force d'accorder à Synados les garanties de la justice :

  • 30 B 3912-14.

"Avez vos vos barons et vostre jent mandé ?
Par Mahonmet, soffrez que ele soit assanblee ;
Puis an faites jostice,…30

  • 31 La fierté de Licorinde se remarque encore dans la colère qu'elle manifeste en apprenant qu'un Sarr (...)

23Dans ces appels au bon droit, il entre assurément une part de calcul, de rouerie ; comme ses consoeurs sarrasines Licorinde est rusée. Peut-être frôle-t-elle le chantage à la droiture et l'insolence ? Mais si les arguments sont spécieux ils ne se comprennent ici qu'entre gens qui ont le sens de l'honneur. Licorinde, dans sa fierté de grande dame, compte bien que l'émir respectera la parole donnée et ne faillira pas à son devoir de juge équitable31.

24Cette confiance dans la justice de l'émir s'accompagne de respect et d'affection. L'attachement est d'ailleurs réciproque entre le père et la fille. D'entrée de jeu, à l'arrivée de l'émir, Licorinde se précipite à sa rencontre pour le saluer. A la proposition qu'il lui fait alors de la marier selon le goût qu'elle exprimera, elle rétorque aussitôt qu'elle préfère rester près de lui :

  • 32 B 1180-1181.

"Trop sui ancore joine por chevalier avoir,
je ne me vuel a piece d'antor vos removoir. "32

  • 33 Voir, par ex., B 2576.
  • 34 B 2547.

25Elle déploiera toutes les ressources de son intelligence pour concilier la soumission à son père avec la sauvegarde de Synados. Toujours attentive aux ordres de Jonas, elle s'empresse de les exécuter33 et voudrait n'avoir pas à le contrarier. Au moment d'abandonner la religion des siens, la seule crainte de le mécontenter la fait hésiter34. Et quand enfin, elle a rejoint les Français dans la tour d'Abilant, elle est peinée d'avoir dû quitter et affliger un père pour lequel elle éprouve de la reconnaissance :

  • 35 B 5064-65.

"De son pere lui poise, qui tant l'ai maintenue,
Mais ele ne puet plus, si an est irascue. "35.

26Jamais elle ne lui est directement hostile, totalement opposée en cela à ces Sarrasines qui verraient mourir leur père sans en être affectées, quand elles ne s'acharnent pas, comme Floripas, à réclamer son exécution. Assurément moins haute en couleur, et, il faut le reconnaître, moins amusante que la rude gaillarde de Fierabras, Licorinde mérite cependant l'intérêt ; par sa dignité et sa modération elle gagne la sympathie.

  • 36 B 1776.
  • 37 B 2491.
  • 38 B 1690, 3066. Les chroniqueurs de la première croisade emploient souvent cette expression.
  • 39 B 1860 sqq., 1967 sqq.,
  • 40 B 2034 sqq.
  • 41 B 2257 sqq., 2276-77.
  • 42 B 2530 sqq.

27Le fier chevalier36 Synados, de son côté, se signale, compte tenu de sa situation de transfuge, par l'énergie et la noblesse avec lesquelles il embrasse la religion chrétienne. Il combat pour défendre des chrétiens, mais non directement avec l'intention de nuire à Jonas, son seigneur, à la colère duquel il n'oppose qu'un véhément credo. Il est avant tout le chevalier qui a guerpi Mahomet37 et s'est mis au service de ceux qui combattent la pute gent aĭe38. A chaque occasion il proclame sa foi, toujours énergiquement : devant Simon, d'abord, qu'il veut convaincre de sa sincérité39, devant Tristament à qui il voudrait faire abandonner la religion païenne40, devant l'émir et ses familiers qui essaient de le ramener à Mahomet et qui se heurtent à un refus catégorique41, devant Licorinde enfin42, prouvant, par cette insistance à répéter son credo, la fermeté de ses nouvelles convictions.

28De toute évidence le trouvère a voulu mettre en relief la conversion de Synados. Parce que le Sarrasin, au cours de combats, a admiré le courage des Français et jugé que Mahomet

  • 43 B 1843.

"ne vaut. I. denier moneé"43

29il s'est tourné vers leur Dieu et a décidé de les soustraire à la mort en leur livrant la forteresse d'Abilant. C'est ainsi qu'il les

  • 44 C 5086.

"gecta d entre la gent haÿe44.

30Désormais les chrétiens possèdent le refuge qui leur permettra de résister aux assauts des paĭens. Le sort des captifs dépend donc des armes et non de la passion d'une princesse sarrasine. L'amoureuse est présente, mais l'amour est pudiquement voilé, comme si l'auteur - un homme d'Église, peut-être ? -avait eu l'intention de minimiser l'histoire des amants pour maintenir dans la chanson l'esprit de croisade.

  • 45 B 4545-46, 6171, 6179. Pour d'autres traits courtois voir, par exemple, B 2496, 4240-41, C 4883.
  • 46 On relève bien quelques propos misogynes, mais dans la bouche de païens perfides que l'auteur a re (...)

31Cependant, quoiqu'il prive la Sarrasine de la majeure partie du rôle qu'ailleurs elle joue habituellement, le poète la rétablit sur le devant de la scène en l'unissant au païen converti. Manifestement, il tient à accorder une large place à la femme dans un récit qui pourtant se déroulerait aisément sans elle. Est-ce là simple désir de se conformer au goût du jour, à une époque où la littérature courtoise, en plein essor, a mis la "dame" à l'honneur et où l'apport d'éléments romanesques fait éclater de plus en plus les structures de la chanson de geste ? L'esprit courtois, sans être largement répandu dans Simon de Pouille, y est sensible çà et là : ainsi, par exemple, lorsque l'amour y est générateur de prouesses au combat45. D'une manière générale, l'attitude adoptée vis-à-vis de Licorinde, les égards dont elle fait l'objet de la part de Synados, mais aussi de Jonas, de Simon et des autres comtes français, du roi de Jérusalem, témoignent d'un respect certain de la femme, qui s'accorde parfaitement avec les mœurs courtoises46 ; il ne serait pas exclu que l'œuvre ait pris naissance en milieu aristocratique.

32Mais l'auteur de Simon de Pouille garde ses distances vis-à-vis des modes de son temps. De la doctrine courtoise il ne retient que des préceptes susceptibles d'être en harmonie avec la morale chrétienne. Du thème de la Sarrasine amoureuse, devenu habituel, presque obligé dans la chanson de geste, il ne conserve que des aspects permettant de maintenir chez la jeune princesse la noblesse qu'exige son rang, la réserve qui convient à son sexe. En attribuant à Synados le mérite et la gloire de sauver les chevaliers français, en lui faisant assumer le rôle généralement dévolu à la belle Sarrasine, il décharge du même coup celle-ci d'actes ou de paroles - manœuvres perfides, initiatives égoïstes, déclarations dictées par une sensualité débordante…- qui risqueraient de porter atteinte à sa dignité.

33Certes, dans ce récit de combats, de stratagèmes, de trahisons, où l'action s'appuie souvent sur la ruse, Licorinde comme Synados devaient inévitablement s'écarter parfois de la parfaite droiture. Mais des attitudes qui ailleurs pourraient être considérées comme déloyales se trouvent ici justifiées par la primauté donnée à la foi : la défection de Synados à l'égard de l'émir païen, la rouerie de Licorinde s'ingéniant à sauver son fiancé converti, leurs paroles fallacieuses destinées à assurer la sécurité des chrétiens ne doivent pas être jugées répréhensibles, puisqu'elles visent à

  • 47 B 3401.

"essaucier sainte crestĭentez"47.

34Ainsi, tel qu'il nous apparaît : intransigeant sur les principes religieux, attaché à la valeur des liens matrimoniaux et familiaux, respectueux de l'ordre établi, le trouvère a-t-il fait de Synados et de Licorinde un couple sans reproche, sinon exemplaire, dont la présence répond sans doute à l'attente du public, mais dont l'amour demeure discret, afin que reste intacte, dans toute la mesure du possible, la fidélité à la tradition épique.

Notes

1 Nous nous référons ici à la version longue de la chanson, contenue dans les rass Bibl. Nat. 368 = B et British Museum Royal 15 E VI = C, dont l'édition paraîtra prochainement.

2 Bibliothèque Universelle des Romans, oct. 1777, 1er vol. p. 134-156. La mission des comtes, leur capture et leur évasion constituent une première partie du récit ; le séjour à Abilant, marqué principalement par les amours de Sidonas (= Synados) et Licorinde, la seconde partie (p. (p. 147-156).

3 "La composition de Fierabras", Romania, XVII, 1888, (p.48-49).

4 B 1173 sqq., C 995 sqq.

5 Ce temps d'absence est occupé par la comparution, devant l'émir, des Français prisonniers, leur évasion, leur retraite à Abilant avec Synados, la tentative de Synados de convertir son neveu Tristamant, la mort de Tristamant tué par les Français, la capture de Synados par les Sarrasins.

6 L'émir désire se venger sur Synados de la mort de Tristamant.

7 B 2500.

8 A noter que Synados et Licorinde ne sont baptisés qu'après leur arrivée à la cour de Charlemagne, alors qu'un autre païen, le nautonnier Sorbarré, qui avait rejoint dans la tour les Français prisonniers, avait été baptisé aussitôt.

9 Sauf, naturellement, l'émir lorsqu'il veut la mort de Synados. Mais le but de ce châtiment serait de venger la mort de Tristamant en punissant Synados, non de séparer Licorinde de l'homme qu'elle aime.

10 B 3454 ; cf. 3465, 3474-75, 4433-34.

11 Folque de Candie, éd. Schultz-Gora, t. II, Dresden, 1915, p. 257 sqq.

12 A noter aussi que le Povre-Veü, fils bâtard de Gui, a déjà de par son origine paternelle une attache avec les chrétiens, ce qui n'est pas le cas pour Synados.

13 B 6083 sqq.

14 C 5085…

15 Et leur sympathie va au groupe des Français dans son ensemble, tandis que Gloriande et Caraheu, Alfamie et Clarel interviennent en faveur d'un individu en particulier.

16 Op. cit. n°2, p. 149 et 151.

17 B 2548.

18 Voir à ce sujet l'article de M. P. Jonin : "Le Climat de croisade des chansons de geste", Cahiers de Civilisation Médiévale, VII, 1964, p. 287.

19 B 2509

20 B 2569 ; cf. aussi B 2588, C 4949.

21 B 3761. De toute manière, ce baiser de la Sarrasine au Sarrasin ne revêt pas la même importance que s'il était échangé entre une paĭenne et un chrétien.

22 B 1191, C 5001, B 3512, 3579 ; cf. aussi B 2500, 5061, C 2985, 4904.

23 B 2554.

24 0p. cit. n° 11, II, p.258, v.44.

25 B 2543-44

26 B 2549.

27 C 2046-49.

28 C 2094-95. C'est seulement quelques vers plus loin (B 2605) que l'émir promet à Licorinde de laisser trois jours à Synados pour qu'il revienne à Mahomet. Mais l'altération du texte est telle, dans ce passage en particulier, qu'elle peut laisser supposer une lacune ou une interpolation. Il n'en demeure pas moins que l'attachement de Licorinde à la parole donnée est exprimé avec force.

29 B 2625-27.

30 B 3912-14.

31 La fierté de Licorinde se remarque encore dans la colère qu'elle manifeste en apprenant qu'un Sarrasin a abusé de son nom (B 3784 sqq.) : tandis que les Sarrasins préparaient une embuscade, Fol-s'y-fie se prétendant envoyé par elle était allé trouver les Français pour leur dire de venir la chercher.

32 B 1180-1181.

33 Voir, par ex., B 2576.

34 B 2547.

35 B 5064-65.

36 B 1776.

37 B 2491.

38 B 1690, 3066. Les chroniqueurs de la première croisade emploient souvent cette expression.

39 B 1860 sqq., 1967 sqq.,

40 B 2034 sqq.

41 B 2257 sqq., 2276-77.

42 B 2530 sqq.

43 B 1843.

44 C 5086.

45 B 4545-46, 6171, 6179. Pour d'autres traits courtois voir, par exemple, B 2496, 4240-41, C 4883.

46 On relève bien quelques propos misogynes, mais dans la bouche de païens perfides que l'auteur a rendus antipathiques en tous points.

47 B 3401.

Auteur

Université de Besançon

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540