Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin

Préface

H. Duffaut

Texte intégral

1Au moment où Monsieur JONIN va prendre sa retraite, le Maire d'AVIGNON tient à lui exprimer la reconnaissance de la Cité pour la part qu'il a prise à la renaissance de l'Université Avignonnaise.

2Certes, celle-ci était une des plus anciennes de France, mais, antérieure aux Papes d'Avignon, elle avait disparu à la Révolution et le souvenir n'en était plus attesté que par le nom de quelques rues de la ville.

3Ressusciter l'Université pouvait paraitre une gageure. Néanmoins les efforts persévérants de tous ont abouti à la création de notre Centre Universitaire.

4Certes les collectivités locales y ont eu une grande part ; leur effort financier qui représente plusieurs dizaines de millions de nos francs a été déterminant.

5Un double résultat a été atteint : la renaissance universitaire d'une part, la restauration de plusieurs de ces hôtels qui font la gloire de notre ville, d'autre part.

6Mais si l'intendance était nécessaire, la matière grise ne l'était pas moins.

7La chance d'AVIGNON est d'avoir trouvé un Universitaire de la qualité de Monsieur JONIN.

8Médiéviste éminent, il ne pouvait qu'être séduit par cette ville médiévale qu'est la ville d'AVIGNON.

9Mais Monsieur JONIN s'est aussi révélé un administrateur de talent ; son action s'est inscrite sous le double signe de la persévérance et de la diplomatie.

10Il a marqué de sa forte empreinte notre Ville et sans lui, bien des évolutions n'auraient pas été possibles.

11Aussi est-ce pour moi à la fois une joie et un honneur de figurer dans ce volume de "Mélanges", symbole de l'estime de tous ceux qui le connaissent et qui ont apprécié ses qualités intellectuelles et humaines.

Auteur

Sénateur-Maire d'Avignon

© Presses universitaires de Provence, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540